Série H



Eléments de l'instrument de recherche
Page de titre
Plan de classement
Corps de l'instrument de recherche
Index descripteur matière
Index descripteur personne
Index descripteur géographique


Page de titre retour


Archives départementales

du Tarn


 

 

 

 

 

 

 

Série H

 

 

 

Albi








Plan de classement retour

Ordres religieux d'hommes
  Abbaye d'Ardorel, ordre de Citeaux (1137-1790)
    Inventaire des titres, rédigé au XVIIIe siècle
    Cartulaire (1137-1315)
    Privilèges (1138-1465)
    Lettres de sauvegarde (1329-1455)
    Matières spirituelles (1424-1790)
    Testaments (1222-1682)
    Acquisitions (1147-1641)
    Reconnaissances, lauzimes, lièves et arpentements de biens de l'abbaye (1242-1783)
    Aveux et dénombrements (1551-1688)
    Procès (1267-1788)
  Abbaye de Candeil, ordre de Citeaux (1403-1791)
    Inventaire des titres, rédigé de 1738 à 1789
    Droits de justice (1605-1728)
    Affaires militaires (1576-1646)
    Décimes (1710-1747)
    Comptes (1747-1757)
    Aliénations (1406-1655)
    Lauzimes, reconnaissances, lièves et plans de biens de l'abbaye (1454-1791)
    Revenus et charges (1729-1733)
    Mobilier et bâtiments (1656-1689)
    Baux (1447-1776)
    Procès (1471-1790)
  Abbaye de Sorèze, congrégation de saint Maur (1732-1789)
    Bâtiments, baux (1732-1789)
  Augustins de Lisle-du-Tarn (1346-1790)
    Répertoire de titres, rédigé vers 1780
    Affaires spirituelles (1452-1667)
    Rapports avec la royauté (1615-1667)
    Donations (1346-1686)
    Acquisitions (1597-1700)
    Obits (1504-XVIIIe s.)
    Lauzimes, reconnaissances, arpentements, lièves et plans de biens du couvent (1368-1790)
    Aveux et dénombrements (1480-1733)
    Etat de revenus de plusieurs couvents (1662)
    Echanges (1603-vers 1690)
    Aliénations (1462-1664)
    Créances, constitutions de rentes (1597-1765)
    Dettes (1677-1694)
    Bâtiments et mobilier (1616-1662)
    Bail d'une métairie (1685)
    Procès (1561-1771)
  Capucins de Gaillac (1752)
    Procès (1752)
  Carmes d'Albi (1311-1792)
    Inventaire de titres, fragment, rédigé au XVIIIe s
    Affaires spirituelles (1375-1695)
    Rapports avec la royauté (1357-1588)
    Chapitres conventuels (1636-1756)
    Recueil d'actes divers (1451-1736)
    Donations (1325-1639)
    Acquisitions (1470-1741)
    Cens ou rentes (1319-1792)
    Obits (1311-1779)
    Reconnaissances, lauzimes, arpentements, lièves et plans de biens du couvent (1423-1782)
    Etat des biens et charges (1669-1729)
    Impositions (1501-1763)
    Echanges (1501-1763)
    Aliénations (1378-1713)
    Créances (1503-1764)
    Bâtiments et mobilier (vers 1580-1751)
    Baux (1503-1778)
    Comptes (1598-1791)
    Procès (1311-1784)
  Carmes de la forêt de Valence (1670-1791)
    Bâtiments et biens du couvent (1679-1791)
    Comptes (1736-1791)
    Procès (1749-1773)
  Carmes de Saint-Paul-cap-de-Joux (1535)
    Procès (1535)
  Chartreux de Castres (1247-1790)
    Inventaire des archives, rédigé aux XVIe et XVIIe siècles
    Actes de profession de religieux (1746-1790)
    Rapports avec le pouvoir souverain (1432-1694)
    Chapellenie (1464)
    Lauzimes, reconnaissances, arpentements, lièves et plans de biens du couvent (1247-1790)
    Etats de biens (1678-1774)
    Constitutions de rentes en faveur du couvent. (1420-1779)
    Aliénations (1789)
    Baux (1624-1789)
    Comptes (1647-1790)
    Procès (1476-1788)
  Cordeliers d'Albi (1523-1783)
    Affaires spirituelles (1581-1743)
    Recueil d'actes divers (vers 1625-1773)
    Acquisitions, constitutions de rentes (1738-1780)
    Testaments en faveur du couvent (1523-1777)
    Mobilier du couvent (1658)
    Comptes (1721-1771)
    Procès (1559-1783)
  Cordeliers de Castres (1756-1791)
    Actes de profession de religieux (1756-1791)
  Cordeliers de Lautrec (1310-1776)
    Notice historique sur le couvent, écrite en 1647
    Matières spirituelles (636-1754)
    Titres de propriété de divers auteurs du couvent (1310-XVIIe siècle)
    Dons et legs (1315-1691)
    Chapellenies (1647-1772)
    Créances (1643-1731)
    Bâtiments et mobilier du couvent (1642-1717)
    Bail (1649)
    Comptes (1618-1724)
    Procès (1407-1776)
  Cordeliers de Rabastens (1463-1775)
    Testaments en faveur du couvent (1463-1663)
    Amortissements (1463-1465)
    Créances (1570-1775)
    Procès (1509-1771)
  Cordeliers de Réalmont (1639-1773)
    Créances (1768-1773)
    Procès (1639-1741)
    Suppression du couvent (1769-1770)
  Jacobins d'Albi (1275-1791)
    Inventaire des archives, dressé en 1635
    Chronique de Bernard Guy (partie concernant le couvent d'Albi, 1275-1312)
    Matières spirituelles (1621-1748)
    Chapitres provinciaux (1627-1693)
    Donations (1293-1726)
    Acquisitions (1355-1749)
    Obits et chapellenies (1327-1771)
    Lauzimes, reconnaissances, arpentements, terriers, lièves et plans de biens du couvent (1336-1778)
    Amortissements et nouveaux acquêts (1332-1607)
    Aveux et dénombrements (1606-1778)
    Ban et arrière-ban (1639-1689)
    Echanges (1553-1749)
    Aliénations (1412-1760)
    Créances (1387-1777)
    Dettes (1620-1783)
    Bâtiments et mobilier du couvent (fin du XVIIe siècle-1763)
    Baux et déguerpissements (1440-1781)
    Comptes (1666-1791)
    Procès (1353-1789)
  Jacobins de Castres (1255-1787)
    Privilèges (1501-1565)
    Recueils d'actes divers (1264-1720)
    Matières spirituelles (1475-1720)
    Donations (1258-1682)
    Acquisitions (1271-1663)
    Obits et chapellenies (1275-1775)
    Lauzimes, reconnaissances et lièves de biens du couvent (1514-1735)
    Amortissements, aveux et dénombrements (1309-1754)
    Echanges (1303-1610)
    Aliénations (1309-1670)
    Créances (1431-1779)
    Dettes (1611-1748)
    Bâtiments du couvent (-554-1682)
    Mobilier (1255-1765)
    Bâtiments ruraux (1639-1765)
    Baux (1543-1786)
    Décimes (1631-1726)
    Comptes (1552-1774)
    Procès (1336-1789)
  Trinitaires de Castres (1356-1789)
    Recueils d'actes divers (1356-1664)
    Délibérations (1649-1737)
    Matières spirituelles (1624-1789)
    Donations (1685-1698)
    Acquisitions (1513-1681)
    Obits et chapellenies (1483-1762)
    Lauzimes, reconnaissances, arpentements, lièves et plans de biens du couvent (1356-1782)
    Décimes (1755-1756)
    Aveux et dénombrements (1521-1769)
    Amortissements (1368-1782)
    Echanges (1546-1711)
    Aliénations (1637-1695)
    Constitutions de rentes en faveur du couvent (1519-1719)
    Créances (1626-1780)
    Dettes (1363-1750)
    Bâtiments du couvent (1631-1774)
    Mobilier (1562-1740)
    Baux (1532-1768)
    Comptes (1367-1666)
    Procès (1555-1785)
  Trinitaires de Castres (1493-1753)
    Arpentements, reconnaissances et plans de biens du couvent (1493-1753)
    Aliénation (1635)
    Procès (1654)
Ordres religieux de femmes
  Prieuré de Longueville, près Gaillac, ordre de Cluny (972-1790)
    Recueil d'actes divers (972-1790)
    Matières spirituelles (1780-1789)
    Lauzimes, reconnaissances, lièves et arpentements de biens du couvent (1587-1790)
    Bâtiments (1691-1692)
    Procès (1597-1721)
  Prieuré de Saint-Sulpice-la-Pointe, ordre de Citeaux (1764)
    Constitution de rente en faveur du couvent (1764)
  Prieuré puis abbaye de La Salvetat transférée à Lautrec, ordre de Cluny (1258-1789)
    Matières spirituelles (1650-1652)
    Donations(1285-1480)
    Acquisitions (1264-1527)
    Lauzimes, reconnaissances, lièves et arpentements de biens du couvent (1259-1786)
    Amortissements (1314)
    Aveux et dénombrements (1338-1652)
    Constitution de rente en faveur du couvent (1517)
    Bâtiments (1676)
    Baux (1505-1756)
    Comptes (1650-1746)
    Procès (1258-1789)
  Abbaye de Vielmur, ordre de Cluny (1636-1782)
    Matières spirituelles [XVIIe siècle]
    Reconnaissances de biens du couvent (1669-XVIIIe siècle)
    Bail d'un domaine (1782)
    Comptes (1779-1790)
    Procès (1636-1758)
  Annonciades d'Albi (ancien prieuré séculier de Notre-Dame de Fargues) (1292-1790)
    Inventaire des archives du couvent, rédigé en 1606
    Fondation du couvent (1508)
    Recueils d'actes divers (1292-1784)
    Matières spirituelles (1384-1776)
    Dons et legs (1328-1652)
    Acquisitions (1422-1735)
    Lauzimes, reconnaissances, lièves et arpentements de biens du couvent (1320-1790)
    Amortissements (1304-1609)
    Aveux et dénombrements (1394-1740)
    Echanges (1336-1610)
    Aliénations (1561-1736)
    Créances (1645-1781)
    Dettes (1648-1734)
    Bâtiments et mobilier (1539-1741)
    Baux (1535-1781)
    Décimes et autres taxes (vers 1541-44-1628)
    Comptes (1329-1779)
    Procès (1488-1789)
  Annonciades de Rabastens 1627-[1789]
    Pièces éparses (1627-[1789])
  Augustines de Lisle-du-Tarn (1407-1787)
    Fondation du couvent (163?-1633)
    Réceptions de religieuses (1632-1720)
    Acquisitions (1552-1755)
    Lauzimes, reconnaissances et lièves de biens du couvent (1407-1784)
    Amortissements (1649-1675)
    Echanges (1557-1626)
    Aliénations (1641-1644)
    Constitutions de rentes en faveur du couvent (1676-1667)
    Créances (1623-1750)
    Dettes (1657-1683)
    Bâtiments (1630-1728)
    Baux (1635-1771)
    Déguerpissement (1732)
    Etat des biens du couvent (1667)
    Comptes (1641-1755)
    Procès (1636-1787)
  Clarisses d'Albi (1480-1792)
    Réceptions de novices (1772-1789)
    Actes de profession de religieuses (1773-1792)
    Dons (1605-[XVIIIe s.])
    Chapellenie (1480-1594)
    Procès-verbaux de visite du couvent (1777-1791)
  Clarisses des Ormeaux de Castres (1737-1787)
    Constitutions de rentes en faveur du couvent (1737-1787)
  Visitation d'Albi (1664-1791)
    Lettres circulaires imprimées, adressées au couvent (1676-1725)
    Actes de profession de religieuses (1734-1787)
    Constitutions de rentes en faveur du couvent (1664-1790)
    Comptes (1783-1791)
    Procès (1753-1755)
Ordres militaires religieux
  Commanderie de Cambon-du-Temple, ordre de saint Jean de Jérusalem (1482)
    Lauzime (1482)
  Commanderie de Larmont (Raute-Garoune), ordre de saint Jean de Jérusalem (1788-[1793])
    Pièces concernant le domaine de La Tour de Belbèze, commune de Beauvais (1788-[1793])
  Commanderie de Rayssac, (commune d'Albi), ordre de saint Jean de Jérusalem (1408-1789)
    Biens et revenus (1586-1770)
    Lauzimes et reconnaissances de biens de la commanderie (1408-1610)
    Comptes (1696-1789)
    Procès (1696-1789)
  Commanderie de Renneville (Haute-Garonne), ordre de saint Jean de Jérusalem (1746)
    Plantation de bornes à Arfons (1746)
  Commanderie de Toulouse (Haute-Garonne), ordre de saint Antoine de Viennois [XVIIIe siècle]
    Arpentement de biens de la commanderie dans la vicomté de Lautrec [XVIIe siècle]





Corps de l'instrument de recherche retour

Ordres religieux d'hommes retour
Abbaye d'Ardorel, ordre de Citeaux (1137-1790) retour
Inventaire des titres, rédigé au XVIIIe siècle retour
H 1XVIIIe
Inventaire des titres de l'abbaye relatifs à ses possessions dans la vicomté de Lautrec, extrait d'un inventaire général perdu. — Les dates extrêmes des actes analysés sont 1137 et 1565. — Lettres d'amortissement de 1317 et 1319. — Autorisation donnée par le vicomte de Lautrec à l'abbé de faire fortifier une métairie « qui s'apelloit alors la borie de l'abbaye et présentement La Tour » (5 avril 1479). — Sauvegarde royale octroyée par les commissaires du roi, Raoul, évêque de Laon, et Jean, comte de Forez (19 septembre 1319). — Accord de l'abbé avec Charles et Pierre de Braconac au sujet de deux mas (8 mars 1252-1253). — Reconnaissances, lauzimes et autres actes. — Les vicomtes de Lautrec nommés sont Pierre (1391), Amalric et Guillaume (1320), Pierre de Foix (1453), Jean de Foix (1479). — Un seul abbé est désigné par son nom ; c'est Odon-Pierre Ebaud (1453).
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 36 feuillets, papier.
Cartulaire (1137-1315) retour
H 21137-1315
Cartulaire en forme de rouleau (fragment), transcrit en 1331. — Guillaume de Miraval et ses frères Raimond et Ermengaud donnent, pour le repos de leur âme, à l'abbé Foulques (Ardurelensis ecclesie primi obbatis) une bordaría appelée Boqueta située sur les bords du Toré (Thoreth) et Guillaume-Pierre d'Hautpoul confirme cette disposition (1137). — Raimond d'Aussillon (de Aucilonio) et ses frères Pierre et Robert abandonnent à l'abbé Pierre leurs droits sur le même domaine, à la condition d'être associés aux prières des religieux (1167). — Pierre d'Hauterive, sa femme et ses frères cèdent à l'abbaye leurs droits sur le mas de (déchirure) pour le repos de leur âme et moyennant 40 sous de Melgueil (1154). — Donation de Raimond de Vintrou (1163. — H. 7.) — Donation des d'Hautpoul (1168. — H. 7.) — Gibert de Bretes, avec l'assentiment des siens, vend à l'abbé Jean divers biens situés à La Rive, paroisse de Saint-Pierre-de-Fronze (parochia de Frotze), sur les bords du Toré, pour 210 sous de Melgueil, plus une rente viagère de 6 setiers de seigle et 2 setiers d'avoine, mesure de Saint-Amans (1155). — Testament de Bernard Revel (1316. — H. 6.) — Le sénéchal de Toulouse, Pons de Villeneuve, et deux bailes du comte de Toulouse reconnaissent devoir à l'abbé Elie (Helias) 55 livres de Melgueil en réparation de dommages causés au monastère, au mois d'août précédent, par les gens de Bram, Villepinte, Verdun, Villespy (Villespina) Labécède et Saint-Félix vel (déchirure) de diocesi Tolosani (25 février 1240-1241).
Description physique : (Liasse.) — Rouleau, parchemin, long de 0m 83.
Privilèges (1138-1465) retour
H 31138-1165
Privilèges de l'abbaye. — Notes du XIVe siècle relatant que le pape Innocent II confirma en 1138 les privilèges de Notre-Dame d'Ardorel et qu'une nouvelle confirmation émana du pape Alexandre III en 1165. — Il est dit que l'abbaye fut fondée par la vicomtesse de Béziers, Cécile, Suit l'épitaphe gravée sur son tombeau. (Voy. Gallia christiana, I, instrumenta, p. 14 et 15, où se trouve reproduit in extenso ce document.)
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin.
Lettres de sauvegarde (1329-1455) retour
H 41329-1455
Lettres de sauvegarde. — Apposition par deux sergents royaux de Puylaurens de fleurs de lis en fer sur des poteaux dans des dépendances de la grange de La Rive, aux environs de Saint-Pierre-de Fronze et au lieu dit Campus Serieys près de fourches patibulaires du roi, en vertu d'une commission du juge de Villelongue, Jean Sirven (Servientis), lieutenant du sénéchal de Toulouse (2 mars 1333-1334), agissant conformément aux lettres de sauvegarde du roi Philippe VI datées de Paris, 20 mai 1329 (12 mars 1333-1334). — Accomplissement de formalités analogues au même lieu de la Rive, en vertu de lettres du même roi (Arras, 10 juillet 1340) et d'une commission du lieutenant du sénéchal, du 27 février 1356-1357 (16 mars 1356-1357). — Lettres d'attache de Paul de Nogaret, maître des eaux et forêts de Toulouse, Albigeois et Bigorre, relatives à la sauvegarde des mêmes domaines (10 avril 1377). — Lettres exécutoires des précédentes, émanant de Bertrand de Golard, maître des eaux et forêts de Languedoc (15 février 1440-1441. Cachet fruste sur simple queue). — Autres lettres exécutoires émanant du maître des eaux et forêts Guillaume de Corcelles (20 octobre 1455).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, parchemin. Un sceau.
Matières spirituelles (1424-1790) retour
H 51484-1790
Définition du chapitre général de Citeaux assemblé dans la ville de ce nom le 14 septembre 1484 : il est interdit aux religieux d'aller étudier là où il n'existe pas de collèges de leur ordre. — Vœux de trois religieux d'Ardorel, Louis de Calages (1753), Hyacinthe Canecaude (1748) et Pierre-Germain Abrial (1755), reçus par le prieur de Bonneval, diocèse de Rodez, et certifiés exacts en 1790. (Sceau de l'abbaye de Bonneval). — Actes de baptême de ces religieux. (Cachets armoriés de l'évêque de Castres Sébastien de Barral (1756), de l'évêque de Carcassonne (1748) et de l'archevêque de Toulouse, Charles-Antoine de Larocheaymon (1749.)
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 4 pièces, papier, 4 cachets.
Testaments (1222-1682) retour
H 61222-1682
Testaments en faveur de l'abbaye. — Testament d'Arnaud Ramond qui lègue à l'abbaye tous ses droits sur la bordaria de la Boqueta, à son frère Guillaume Pierre sa part de la tour d'Hautpoul, diverses quantités de grains aux églises Saint-André d'Aussillon, Saint-Sauveur-d'Hautpoul, Saint-Pierre-d’Hautpoul, Notre-Dame-de-Négrin, Saint-Pierre-de-Fronze, aux maladreries de Labruguière et de Saint-Amans et à l'hôpital de Labruguière (29 décembre 1222). — Testament de Bernard Revel, coseigneur d'Hautpoul, qui lègue a l'abbaye trois pièces de terre dans la paroisse Saint-Pierre-de-Fronze, dont Tune, aux Fontanelles, confronte avec une terre de l'église de Sang (9 février 1315-1316). — Testament de Jean Rouch, de Lempaut, qui laisse tous ses biens à l'abbaye à la condition d'y être entretenu jusqu'à la fin de sa vie (24 juillet 1682).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et une pièce, papier.
Acquisitions (1147-1641) retour
H 71147-1258
Acquisitions de l'abbaye. — Pierre-Raimond de Rieux (de Rivo) et sa femme Aicelina vendent pour la somme de 400 sous de Melgueil à l'abbé Guiraud un jardin situé à Rieux (in termino de Rivo, quod est nostrum alodium, in ripparia Argenti dupplicis) (10 mai 1147. Original et copie de 1315). — Raimond de Vintrou cède à son frère Huc le mas de Fronze avec les deux hommes qui l'habitent, en échange de maisons situées à Labruguière. Huc et sa femme donnent le même mas à l'abbé Pierre (24 mars 1163 — anno incarnationis ejusdem M° C° LX° III°, mense marcii, ebdomada IIIa, die dominico, VIIII kal. aprilis, luna XVI, epacta XIIII, concurrente I, Lodoico rege régnante.) — Ermengaud de Vintrou et ses frères Arnal-Raimond, Pierre-Raimond et Pictavinus donnent à l'abbé Jean la moitié du mas de La Rive confrontant avec le mas de Raimond de Vintrou (sans date. L'acte doit être de quelques années antérieur au précédent.) — Arnal-Raimond et Pierre-Raimond d'Hautpoul abandonnent au monastère leurs droits sur le mas de Fronze donné par Huc de Vintrou (1168. Petrus abbas scripsit). — Pierre, Adalbert et Raimond de Valles coufirment à l'abbé Pierre la donation faite par leur mère d'une terre située in manso de Grandi rivo et reçoivent in caritale la somme de 15 sous de Melgueil (1170). — Accord conclu avec Jourdain de Sayssac et délimitation des terres dépendant de l'abbaye dans les paroisses de Lagardiolle, de Villeneuve près Lagardiolle, de Dornianello et de Saint-Avit. Dans cet acte l'abbaye est représentée par treize personnes dont l'abbé Elie, un prieur, un célerier et un sous-prieur d'Ardorel, un prieur de La Rode, plus dix religieux et deux convers (30 avril 1258. Deux copies du XVIIIe siècle).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, parchemin, et 3 pièces, papier.
H 81321-1641
Acquisitions. — Fondation d'un obit dans l'église de Rieux en Minervois par Narbona, femme de Jean-Roger de Rieux (1321). — Retrait exercé par le monastère sur un jardin situé près de Rieux, à la suite de la vente qu'en venait de faire le tenancier (1334). — Acquisition par l'abbé Jean d'une maison à Rieux (in villa de Rivis. 5 décembre 1336). — Echange de terres dans la région de Saint-Pierre-de-Fronze par l'abbé Raimond (mars ou avril 1375). — Acquisitions pour le monastère d'un pré à Saint-Avit (1529), — de divers biens à Lempaut (1641).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 2 pièces, papier.
Reconnaissances, lauzimes, lièves et arpentements de biens de l'abbaye (1242-1783) retour
H 9*1242-1468
Brevets (ou résumés) de reconnaissances pour des biens dépendant de l'abbaye et situés à Gibrondes, Saint-Jean-de-Magreprebeyre et Lautrec, avec tables des lieux dits et des tenanciers. — Ce registre est un recueil factice de quatre cahiers. Dans le premier les actes analysés appartiennent aux années 1399 à 1426 : dans le second aux années 1268 à 1468 ; le troisième est consacré à quelques reconnaissances reçues en 1394 par l'abbé Jean Boysset ; enfin le quatrième contient des résumés de pièces de 1242 à 1346.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 83 feuillets, papier.
H 101250-1362
Lauzimes par les abbés Elie (Helias) (18 janvier 1249-1250], Bertrand (14 janvier 1283-1284), Jean de Cahors (1290 et 1291), B. de Peyrusse (1309), Jean Masson (1318), Jean (1328-1330), Durand (1339), Pierre (1357-1362) de biens situés dans les paroisses de Saint-Jean-Magreprebeyre, de Rieux [en Minervois], d'Ayguefonde, d'Augmontel, de Boissezon.
Description physique : (Liasse.) — 17 pièces, parchemin, et 2 pièces, papier.
H 11*1266-1612
Brevets de reconnaissances pour des biens situés dans la vicomté de Lautrec (paroisses de Saint-Etienne-de-Graissac, Saint-André-d'Alayrac, Saint-Julien-de-Burens, Saint-Jean-de-Magreperbeyre, Saint-Nazaire de Mandoul et Saint-Remi de Lautrec). — Tables des lieux dits.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 136 feuillets, papier.
H 12*1287-1612
Copie partielle du reg. H. 11.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 136 feuillets, papier.
H 131310-1522
Reconnaissances reçues par l'abbé Jean (1310 et 1313) ou Jean Masson (1316) pour des biens situés dans les paroisses de Saint-Jean-de-Magreprebeyre, Saint-Remi et Saint-Clément de Lautrec, Saint-Etienne-de-Graissac et Saint-Julien-de-Burens. — Au dos d'une de ces pièces on a collé pour en maintenir les débris une quittance de Fabbé de Citeaux, Guillaume, pour le payement par le receveur de la sénéchaussée de Carcassonne d'une somme de 200 livres, aumône annuelle accordée à l'ordre par les rois Louis VIII et Louis IX (17 mai 1522).
Description physique : (Liasse.) — 20 pièces, parchemin, et 2 pièces, papier.
H 141341-1788
Reconnaissances reçues par les abbés Durand (1341), Pierre (1357-1358), Raimond (1366), Jean Boysset (151.), Antoine de Palau, abbé commandataire (1549) et les procureurs de plusieurs autres qui ne sont pas nommés, pour des biens situés à Rieux (in Castro de Rivo in Minerbesio), dans les paroisses Saint-Jean-de-Magreprebeyre, Saint-Julien-de-Burens, à Augmontel, Boissezon, Ayguefonde, Lempaut et Saint-Avit. — Convention conclue avec un feudiste pour le renouvellement des reconnaissances de Burlats (1737).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, parchemin, et 7 pièces, papier.
H 151438-1596
Lauzimes par les abbés Deodat (1438-1441), Pierre Coste (1447), Jean Boysset (1526-1534) de biens situés à Augmontel, Ayguefonde, Boissezon et Caucalières.
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, parchemin, et 3 pièces, papier.
H 161439-1638
Rôle des censitaires de Rieux (1497-1501), suivi d'une procuration donnée par l'abbé Jean (signé) à deux personnes pour percevoir les redevances à Rieux (de Rivis, Minerbensi, diocesi Narbonensi) (21 septembre 1502) — et de reconnaissances consenties au même lieu en 1439. — Extraits des cadastres de Saint-Avit de 1517, 1595 et 1638, relatifs aux possessions de l'abbaye.
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, papier.
H 17*1444-1602
Lauzimes et reconnaissances pour des biens situés dans les paroisses de Saint-Julien-de-Burens, Saint-Jean-de-Magreprebeyre, Saint-Etienne-de-Graissac, Saint-André-d'Alayrac et Saint-Remi de Lautrec. — Les abbés qui figurent dans ces actes sont : Doat Coste (1444-1447) et Jean Boysset (1465-1467). — On a inséré à la fin un tableau de la valeur des monnaies Toulousaine, parisis et tournois, suivant un arrêt du Parlement de Toulouse du 13 février 1602.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 92 feuillets, papier.
H 18*1501-1505
Reconnaissances pour des biens situés dans les consulats d'Augmontel et de Boissezon consenties en faveur de l'abbé Jean Boysset. — Les consuls d'Angmontel reconnaissent tenir de l'abbaye la ville et ses dépendances à charge d'un cens annuel de 8 deniers de forte monnaie payable à la Noël, ils sont astreints en outre à un autre cens exigible à la Toussaint de deux setiers et une émine de sel, mesure d'Augmontel, pour la liberté « vendendi sal tam in grosso quam in minuto in tota juridictione de Altomontello ». Ils promettent fidélité à l'abbé et de lui remettre les clefs de la ville chaque fois qu'il en fera la demande (24 février 1500-1501). — Au début, table des tenanciers.
Description physique : (Registre dérelié.) — In-4°, 88 feuillets, papier.
H 19*1508-1510
Reconnaissances. — Ce registre reproduit et complète le précédent.
Description physique : (Registre dérelié.) — Grand in-f°,138 feuillets, parchemin.
H 20*1508-1549
Reconnaissances pour des biens situés dans la paroisse Saint-Jean-de-Magreprebeyre et à Lautrec, en faveur des abbés Jean Boysset (1508-1509) et Antoine de Patau (1549). — A la fin, table des tenanciers, dans l'ordre alphabétique des prénoms.
Description physique : (Registre dérelié.) — In-f°, 154 feuillets, papier.
H 21*1512
Brevet de reconnaissances pour des biens situés dans la juridiction d'Augmontel, en faveur de l'abbé Jean Boysset. — Un préambule porte que « los fivalies... an acostumat de pagar al monestie lo ces del argent ha valor d'aur à la festa de la Nativitat de N. S. J. C, las gallinas La Caramantran, lo blat La Sanct-Julia et la garba, sia décima, premicia ho tasqua, al camp cant se endevendra et autramen en ayssi coma en los instrumens de las ditas reconoyssensas s'en conte ». — Au début, table des tenanciers. — A la suite de plusieurs reconnaissances sont mentionnées des taxes per la libertat de demorar (ou tener mancion) et far foc dins lo dit consolat de Authmantel, XII d., — per la libertat de tener arayre per laborar las ditas pocessious en quas que las labore, Xll d., » — parfois per la libertat de tener forn per lor propri usatge et non autramen, I emina segial, — per la libertat de prene l'aygo per asagar los prats, una gallina ».
Description physique : (Registre.) — In-f°, 72 feuillets, papier.
H 22*1525-1532
Liève des censives de la vicomté de Lautrec, avec mention de payements jusqu'en 1532.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 137 feuillets, papier.
H 23*1567-1617
Arpentement avec lièves, de biens situés dans la région d'Augmontel. — Au f° 129 est inséré un tableau de la valeur des monnaies, conforme à un arrêt du Parlement de Toulouse du 13 février 1602 suivi d'une « autre valeur de monnayes tirée des archifs de Carcassonne » (sans date). — Table des tenanciers. — A la fin est une liste des foires les plus fréquentées, vers 1630 (publiée dans l’Annuaire du Tarn pour 1897, p. 343-357). — Les 19 premiers feuillets de ce registre manquent.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 168 feuillets, papier.
H 24*1617-1618
Reconnaissances des habitants du Rialet « sive Le Linas » et du mas des Combats. — Table des tenanciers.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 99 feuillets, papier.
H 25*1645
Arpentement, avec liève de biens situés dans les paroisses Saint-Jean de Magreprebeyre, Saint-Julien de Burens et Saint-André d'Alayrac. — Parmi les tenanciers figurent : Jean Leroy, sr de Sionac, Marquise Dupuy, veuve du sr de Moncuquet, Guérin de Foucauld, sr de Bartoroye, et sa femme Jeanne Daure. — Il manque les folios 140 à 235.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 149 feuillets, papier.
H 26*1650-1671
Reconnaissances en faveur de l'abbé représenté par Pierre Saint-Plancat, religieux d'Ardorel, pour des biens situés dans la vicomté de Lautrec (paroisses Saint-Jean de Magreprebeyre, Saint-Julien de Burens, Saint-André d'Alayrac, Saint-Pierre de Mazières, Saint-Nazaire de Mandoul, Saint-Remi de Lautrec, Saint-Etienne de Braconac) — Parmi les tenanciers se trouvent : Alexis de Perrin, sr de Labessière (1654). Jean Leroy, sr de Sionac (1658), Guérin de Foucauld, sr de Bartoroye et Braconac (1664), Charles de Morlas, srde Lacalm (1671).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 172 feuillets, papier.
H 27*1669
Liève des censives de la vicomté de Lautrec.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 116 feuillets, papier.
H 28*1685
Arpentement avec liève de biens situés dans la vicomté de Lautrec.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 187 feuillets, papier.
H 29*1686
Liève des censives de la vicomté de Lautrec. — (Registre en mauvais état.)
Description physique : (Registre.) — In-f°, 73 feuillets, papier.
H 30*1688-1689
Reconnaissances pour des biens situés dans la vicomté de Lautrec. — L'abbé est représenté par un religieux, Jean Pontoise, puis (à partir du 26 août 1689) par le prieur claustral, Jean-Marie Coppin. — On trouve parmi les tenanciers : Antoine de Gautier, sr de Pratdaucou, habitant de Lautrec, Godefroi Leroy, sr de La Fabrié, Alexis de Perrin, sr de Labessière, habitant le château de ce nom.
Description physique : (Registre dérelié.) — In-f°, 164 feuillets, papier.
H 31*1756-1765
Reconnaissances pour des biens situés dans la vicomté de Lautrec. — Le titre est renfermé dans un cartouche gravé. — Parmi les tenanciers figurent : Pierre de Foucauld-Daure, chevalier, sr de Braconac, Saint-Juéry et autres places, sénéchal de Castres (1764). Marie-Gabrielle de Gastou, seigneuresse de Cambiac, veuve de Jean-Jacques de Milhau, agissant au nom de son fils Jean-Joseph-François de Milhau (1761), les Jésuites de Castres représentés par le recteur du collège de cette ville, le P. Gérôme Villeraze, Pierre de France, sr de Puechnautier, ancien mestre de camp de cavalerie, ci-devant exempt des gardes du corps du roi, chevalier de l'ordre de Saint-Louis (1760). — A la fin, répertoires des noms des tenanciers et des tenures, avec l'indication des contenances et des censives.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 114 feuillets, papier.
H 32*1760
Liève des censives de la vicomté de Lautrec. — Parmi les tenanciers sont : Pierre de Foucauld, sr de Braconac, Saint-Juéry et autres places, sénéchal de Castres, Alexis de Perrin-Durfort, sr de Labessière, de France, sr de Mandoul, Louis de Perrin. Godefroi-Louis de Falgueroles, sr de Burlats. — A la fin, table des tenanciers.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 119 feuillets, papier.
H 33*1782-1783
Reconnaissances pour des biens situés dans les consulats de Lescout, Saint-Germain [des Prés], Aiguefonde, Aussillon et Augmontel. — L'abbé commandataire de l'abbaye d'Ardorel dite de La Rode, ordre de Citeaux, filiation de Pontigny, est Francois-de-Salles-Louis-Augustin Barbier de Lescoët, vicaire-général de l'église Saint-Pol de Léon, que représentent le prieur Guillaume-Henri de Calage et le syndic Pierre-Germain Abrial. — Les consuls de Lescout se reconnaissent tenus à une albergue annuelle de 20 sous, conformément à un arrêt du 9 juin 1595 et une première reconnaissance du 29 du même mois (1782).
Description physique : (Registre dérelié.) — In-f°. 132 feuillets, papier.
H 34*XVIIIe
Plans de biens dépendant de l'abbaye dans les localités déjà citées, sauf Rieux.
Description physique : (Liasse.) — 45 pièces, papier.
Aveux et dénombrements (1551-1688) retour
H 35*1551-1688
Aveux et dénombrements des biens et revenus de l'abbaye dans le diocèse de Lavaur, sénéchaussée de Toulouse. — Il est fait mention du domaine de La Rode, près de Puylaurens, de droits de leude et péage, albergue, censive et mutations exigibles dans les consulats de Lescout et de Saint-Germain [des Près], du domaine de La Rive sur les bords du Thoré et de biens acquis des seigneurs d'Ayguefonde, Antoine Bonhomme et de son fils Jacques, par acte de 1509, dans le consulat d'Aiguefonde. — Les abbés nommés sont : Antoine Patau (avril 1554) et Michel Bancalis de Pruines, abbé commandataire (1688).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 6 pièces, papier.
Procès (1267-1788) retour
H 36*1267-1788
Procès. — Acceptation d'arbitres dans un différend avec le curateur de Foulques de Compiègne au sujet de biens situés à Rieux (1267). — Appellation contre le procureur du roi dans la judicature de Villelongue qui avait fait dresser des fourches patibulaires à La Rive prope Caucalerias, au mépris des droits de l'abbaye (29 janvier 1328-1329). — Plantation de bornes, de concert avec le dit procureur, à La Rive et près de Saint-Pierre de Fronze (26 avril 1330) quinta die exitus mensis aprilis). — Sentence du juge de Villelongue maintenant l'abbaye dans le droit de percevoir les amendes pour débits ruraux à La Rive, contre les prétentions d'Antoine Bonhomme, écuyer, d'Ayguefonde (1499). — Accord entre Paul Dupuy, de Lautrec, et un prêtre de Saint-Nazaire de Mandoul, au sujet de diverses redevances. — Saisie de biens acquis par l'abbaye du seigneur d'Ayguefonde, pour n'avoir pas été dénombrés (1521). Cachet de Jean Delhom (de Ulmo), lieutenant de sénéchal de Toulouse, commissaire sur le fait des amortissements.) — Transaction conclue par l'abbé Jean Boysset avec Olivier de Capriol, seigneur de Mandoul, au sujet de divers biens situés dans la paroisse Saint-Jean de Magreprebeyre (1532). — Procès contre Louis du Solier, sr de Lavalette (1619-1620). — Transaction entre l'abbé commandataire Louis-Malo Moreau et les prieur et religieux du monastère : il est convenu que l'abbé leur laissera la jouissance et la charge de son bénéfice moyennant, sa vie durant, une rente annuelle de 3 300 livres (1748). Cet acte est approuvé par F. Gabriel-Jacques Gillet, abbé de Pontigny (autographe, signature et cachet armorié). — Correspondance relative à diverses affaires (1717-1788), dont deux lettres autogrephes de l'abbé, comte de Lyon, de Lescoët au prieur Henri de Calage, avec cachet armorié (1781).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, parchemin, et 42 pièces, papier, 4 cachets.
H 37*1611-1788
Procès contre la communauté de Saint-Avit. — Les consuls de ce lieu taxaient certains biens que les religieux prétendaient nobles pour avoir appartenu à la mense ancienne de l'abbaye (1763 et ss.) — Production de titres divers depuis 1611 ; correspondance, mémoires et consultations d'avocats, extraits de cadastres. — Le prieur s'appuie sur l'acte de partage conclu en 1258 avec Jourdain de Saissac. — Les débats duraient encore en 1788, époque où les consuls de Saint-Avit proposaient de transiger.
Description physique : (Liasse.) — 86 pièces, papier.
Abbaye de Candeil, ordre de Citeaux (1403-1791) retour
Inventaire des titres, rédigé de 1738 à 1789 retour
H 38*1738-1741
« Répertoire des titres et documents concernants les seigneuries, terres, fiefs, cens, rentes et autres droits appartenants à l'abbaye de Candeil. Le dit répertoire a esté fait, messire Estienne-Joseph de Toulouse de Lautrec-Saint-Germain, fils de haut et puissant seigneur messire Marc-Antoine de Toulouse de Lautrec-Saint-Germain et de dame Charlote de Percin, estant abbé commendataire de la dite abbaye et dom Jean-Baptiste Destarac, docteur en sainte théologie en estant prieur qui s'est donné beaucoup de soins pour cet ouvrage si nécessaire commencé le 23 novembre 1739, ayant pourtant travaillé 15 jours en l'année 1738, avant de commencer l'ouvrage de monsr le marquis de Saint-Suplice et fini le 4e novembre 1741 ». — Au début est une notice de quelques lignes sur l'histoire de l'abbaye « fondée en l'an 1150 par messre Alexandre, abbé de Grandselve ». — Vient ensuite une table alphabétique très détaillée des noms et des matières. — Les analyses des titres, suffisamment développées et précises sont réparties sous les rubriques suivantes : Donations (1150-1437). La plus grande partie de ces actes sont du XIIe siècle, les autres, sauf un, appartiennent au XIIIe. — Sentences arbitrales, transactions, etc. (1231-1502). Il est fait mention d'un cartulaire, « livre en velain couvert de parchemin, composé de 175 feuillets remplis, écrits en caractère gothique » dans lequel étaient transcrits des documents de 1150 à 1234. — Clergé et décimes, (sans date.) — Titres concernant Labessière « tant lorsqu'elle estoit en paréage avec le roy qu'à présent… » (1227-1684). Analyses sommaires de la charte de fondation et coutumes de Labessière de février 1255 (n. s.), du paréage entre l'abbé et Philippe de Montfort, en 1262, etc. — Juridictions de Labessière, Montans, Annay et Peyrole (vers 1227-1702). — Tailles (1612-1614). — Pâturages et bois (1495). — Réparations de l’église Notre-Dame de Maurival de Candeil (1613). — Assemblées communales des habitants de Labessière (1561-1694). — Dîmes de Labessière et Lasgraïsses (1293-1668). — Droits seigneuriaux de l'abbaye à Labessière (1448-1616). Résumés de transactions du 8 juillet 1448 et du 21 juillet 1615 relatives aux coutumes locales. — Vendanges, four banal de Labessière (1448-1662). — Vicaires perpétuels de Labessière et de « Saint-Etienne de Candeil-le-Vieil, à présent La Bessière » (1442-1655). — Paréages de Labessière, Montans et Annay (1596-1737 et addition d'un article se référant à l'année 1787). — Acquisitions et échanges à Labessière (1254-1573). — Fiefs de Labessière, lauzimes et reconnaissances (1223-1663). — Titres concernant les biens de l'abbaye à Lasgraïsses, Saint-Raphaël, Agros, Le Bruel et autres lieux de la juridiction de Labessière, le château de Serres, Cadalen, Técou, Saint-Jean du Vigan, Saint-Laurent, Saint-Pierre de Bézeille, Bonis, Peyrole, Saint-Alary, Saint-Vital de Colonhes, Saint-Jean d'Hautrive, Lésignac, Puybégon, Sainte-Cécile de Maurival, Saint-Gauzens, Saint-Martin de Lozer, Busque Annay (charte de coutumes du 1er août 1308), Montans (charte de coutumes du 17 février 1272, n. s., concédée par le seigneur du lieu, Jourdain de Lisle, paréage de l'abbé avec le roi, de 1306, pour les juridictions de Brens, Montans et Annay), Brens (sentences arbitrales touchant les droits respectifs de l'abbaye et des vicomtes de Lautrec, février 1260, n. s. et février 1266, n. s.), Le Taur, Parisot, Gaillac, Lisle, Rabastens, Cahuzac, Graulhet, Castclnau-de-Bras-sac, Soulègre,Lautrec, Rélmont, Saint-Sulpice-La-Pointe, Castres (1176-1737). — Biens dépendant de l’infirmerie et de la sacristie de l'abbaye (1278-1737). — Obits de l'église Notre-Dame de Candeil (1254-1596), Fondation de l'évêque d'Aibi, Durand, en 1254. — Titres concernant les localités déjà citées et omis dans l'inventaire (1250-1357). — Acquisitions et procédures omises (1188-1277). — Albi et ses environs (1182-1737). — Titres spéciaux à l’abbé (1453-1672). Privilège concédé par le légat du saint Siège à l'abbé de porter la mitre et autres insignes pontificaux (27 octobre 1456). — Chronologie des abbés, depuis 1150. — Vacances du siège abbatial (1733-1735). — Titres communs à l’abbé et aux religieux (sans détails ni dates). — Privilèges concédés à l'ordre de Citeaux (1156-1564). — Droit decommitlimus (1675), sauvegardes émanant de la royaulé ou du comte de Montfort (1231-1439). — Délits de chasse dans les terres de l'abbaye (sans détails ni dates). — Amortissements (1283-1696), francs-fiefs et nouveaux acquêts (sans dates). — Hommages au roi et dénombrements (1329-1723). — Hommages rendus à l'abbé (1273-1684). — Registres de reconnaisances, arpentements et lièves, dans l'ordre des localités déjà citées (1459-1618).
Description physique : (Registre.) — Grand in-f°, 373 feuillets, papier.
H 39XVIIIe-1789
Inventaires partiels des archives. — Analyse de titres de 1252 à 1596 relatifs aux obits et au luminaire de l'église abbatiale. Les abbés nommés sont : Anselme (1252) et Arnaud Gasc (1283) [XVIIIe siècle]. — Inventaire général très sommaire et partiel d'actes de 1427 à l702, dressé à la mort de l'abbé de Foucauld (1733). — Etats de pièces prêtées (1737-1789).
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, papier.
Droits de justice (1605-1728) retour
H 401605-1728
Droits de justice. — Arrêt du Parlement de Toulouse interdisant à Georges de Boisset de nommer les officiers de justice de Labessière, nonobstant la vente qui lui a été faite des droits du roi (1605). — Adjudication de ces droits à l'abbé Antoine de Ruel pour le prix de 661 livres, 10 sous (28 avril 1640). — Informations contre des individus accusés de pillage de plusieurs maisons dans le consulat de Montans (1663). — Nomination d'Antoine de Cahours comme juge pour l'abbaye (11 avril 1671) et acte divers du dit juge. — Enquête au sujet d'un délit de chasse commis dans le consulat d'Annay (1687). — Mise eu possession du prieur de la moitié de la justice appartenant au roi, acquise moyennant une rente annuelle de 21 livres et à charge de rembourser le précédent engagiste (17 juin 1727). — Liquidation de cette somme à 266 livres, 13 sous, 4 deniers en faveur du dit engagiste, Jean de Verdun, sr de Fontés (9 février 1728).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 11 pièces, papier.
Affaires militaires (1576-1646) retour
H 411576-1646
Affaires militaires. — Ordonnance du sieur de Cornusson, gouverneur du diocèse d'Albi, portant que les habitants d'Annay entretiendront deux soldats au château de Serres et que deux autres seront entretenus avec les revenus de ce domaine de l'abbaye (20 janvier 1576). — Exemption du logement de gens de guerre pour le lieu de Labessière et ses dépendances octroyée par Henri de Montmorency, lieutenant général du roi en Languedoc (Pézenas, 20 mai 1590). — Ordonnances de Montmorency pour obliger les habitants d'Annay au service de garde du château de Serres (Toulouse, 27 novembre 1615 et Pézenas, 2 janvier 1616). — Injonction suivant un arrêt du Parlement de Toulouse du 21 février 1618 aux religieux de Candeil de ne pas se désaisir du château de Serres, « ne permettre l'entrée d'icelluy à aucungs seigneurs, gentilhommes ny autres personnes avec armes » (1er mars). — Sommation par des représentants de Rabastens et de Lisle au syndic diocésain de faire constater les dépenses qu'entraînera le séjour de gens de guerre dans ces localités, afin d'en obtenir sans difficulté le remboursement sur le fonds des étapes (1646).
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, papier.
Décimes (1710-1747) retour
H 421710-1747
Décimes. — Fragments de dossiers et correspondance concernant les décimes payées par l'abbaye qui, en 1516, avait été taxée à 200 livres. (Sceau du prieuré de Bonneval, 1743).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, papier. Un sceau.
Comptes (1747-1757) retour
H 431747-1757
Comptes de recette et de dépense en grains provenant de Candeil, de Serres, de Saint-Rafel et autres lieux. — Une partie de grains est donnée en payement, une autre est affectée à l'entretien de la communauté et la dernière aux aumônes (1747-1750). — Les comptes de 1757 sont plus détaillés et divisés suivant la nature de la dépense : achats de viande de boucherie, d'œufs, sel, munitions (poudre et plomb) pour la chasse, fromage, lait et beurre, huile, ustensiles, sucre, épices, poisson et morue, oies, chandelles, gâteaux et amandes, gages du cuisinier et du marmiton, harengs, fruits et jardinage, café (32 livres, dix sols pour vint cinq livres café des illes. à 26 sols la livre), objets divers.
Description physique : (Liasse.) — 3 cahiers in-4° de 28, 32 et 42 feuillets, papier.
Aliénations (1406-1655) retour
H 441406-1655
Aliénations. — Plans d'une maison située à Castres vendue en 1549 à François Bouffard par l'abbé de Candeil et transformée en temple des protestants. — Reconnaissance de cet immeuble par un marchand de Castres en faveur de la comtesse Catherine de Vendôme (1406).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier.
Lauzimes, reconnaissances, lièves et plans de biens de l'abbaye (1454-1791) retour
H 45*1454-1461
Lauzimes et reconnaissances pour des biens situés à Labessière, à Albi et dans les environs, Raimond Boyssel étant abbé. — Il manque beaucoup de feuillets dont le nombre, suivant un répertoire qui occupe les premiers, était primitivement de 453.
Description physique : (Registre dérelié.) — In-f°, 110 feuillets, parchemin.
H 461489-1788
Reconnaissances, lauzimes et lièves. — Pièces éparses et fragments de registres. — Reconnaissance de biens situés à Saint-Gauzens, Guillaume Boyssel étant abbé de Candeil (1489). — Lauzimes de biens situés à Montans (1493). — Reconnaissances pour le lieu de Serres (1546). — Reconnaissances de terres, vignes et taillis à Labessière en faveur de l'abbé Jacques de Castelnau et Clermont, évêque de Saint-Pons. Il est dit que la setérée, mesure de Labessière, comprend « cent passes de chaque cousté ». (1561), pour des terres à Brens, Antoine de Ruel étant abbé (1656). — Arpentèrent et liève pour des biens situés à Lombers (XVIII e siècle. Fragment. Une simple note d'écriture récente, attribue ces biens à l'abbaye de Candeil). — Lièves pour Parisot (1761). Peyrole (1766) et Puybegon (1775 avec mentions de payements jusqu'en 1788). — Contrat passé par l'abbé commandataire Jacques Deslacs d'Arcambal avec deux feudistes pour le renouvellement des reconnaissances à Annay. Graulhet, Busque, Puybegon et Saint-Gauzens (1787).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 15 pièces, papier.
H 47*1553-1554
Liève générale des redevances dues à l'abbaye (1553-1554). — Grains distribués et mis en grenier.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 126 feuillets, papier.
H 48*1554-1557
Liève des redevances dues à l'abbaye à Candeil, avec mention des payements effectuées en 1556 aux termes de la saint Julien et de la Noël. — A la suite, on trouve l'indication des personnes à qui la bailie de Labessière fut affermée de 1554 à 1556 ; — des amendes infligées par le juge du même lieu en 1556 et 1557. — Liève pour le lieu de Serres (com. de Labessière). Outre les redevances ordinaires, on remarque des cens en pastel, huile de noix et noix sèches, en journées de bœufs attelés à des charrettes (1556). — Distributions du blé entre les religieux qui sont au nombre d'une vingtaine, y compris le prieur Rainaldi (1556).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 47 feuillets, papier.
H 49*1616
Reconnaissances pour des biens tenus de l'abbaye dans les consulats de Montans et de Brens, Pierre de Conardy étant abbé. — Parmi les tenanciers figurent : Jean de Frauceille, de Montans, Jean de Graves, écnyer, de Gaillac, Catherine de Cheverry, veuve du capitaine Bonnefoy, Guillaume Cousin, lieutenant principal au siège de Gaillac. — Sur un feuillet détaché on lit : « La cestérée de La Bessière est composée de 400 lattes de 20 pans chacune, c'est-à-dire 20 perges chacune ». — Reliure de l'époque en carton recouvert de cuir sur lequel sont imprimées en traits dorés les armes de l'abbaye (trois chandeliers) écartelées avec celles de l'abbé, Autour de l'écu ovale est la légende MEA+NARDUS+1616 et aux quatre coins des plats une fleur de lis.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 302 feuillets, papier.
H 50*1674
Reconnaissances pour des biens situés dans le consulat de Montans, Pierre, de Brun étant abbé titulaire. — Il est dit que la perche a une longueur de dix-sept empans et que la setérée équivaut à 400 lates carrées.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 101 feuillets, papier.
H 511756-1791
Liève des redevances dues à l'abbaye dans les consulats de Brens (1756 et 1788), Montans (1757), Parisot (1761), Peyrole (1766), Puybegon (1780), Labessière, Cadalen, Técou, Peyrole et Puybegon (1791). — Parmi les tenanciers de Brens, figurent : Portal, médecin consultant de Monsieur, Bernard de Foucauld, président aux Enquêtes au Parlement de Toulouse ; — parmi ceux de Montans : Antoine Cousin, de Gaillac, Charles d'Yversenq ; — de Parisot : Roch d'Oustry, sr de Sainte-Colombe, Etienne de Gélis, trésorier de France en la généralité de Montauban ; — de Peyrole : Cahours de Fénols.
Description physique : (Liasse.) — 7 cahiers, in-f°, de 10, 16, 8, 14, 16, 36 et 45 feuillets, papier.
H 52*1771-1791
Liève des redevances dues à l'abbaye à Labessière, en 461 articles dans l'ordre alphabétique des noms des tenanciers et avec mentions des payements jusqu'en 1779. — Parmi les tenanciers on remarque : le sieur Cahours de Cadalen, Pierre Cahours des Cahoursés, Antoine Cahours del Bosc, de Lebrun. — A la fin du registre est un répertoire des noms de personnes.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 53 feuillets, papier.
H 53*1780
Liève genérale des censives qui consistent en blé, avoine, seigle, lapins, gélines, cire et deniers. — Les 608 articles de celte liève se suivent dans l'ordre alphabétique des noms des tenanciers. — D'après le tarif inscrit en tête du registre, un setier de blé équivaut à 22 livres, un setier d'avoine à 8 livres, un setier de seigle à 14 livres, une géline à une livre, un lapin à 16 sous, une livre de cire à une livre, 12 sous.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 164 feuillets, papier.
H 54XVIIIe
Plans de divers biens de l'abbaye, pour la plupart sans dates et sans indication du consulat dont ces terres font partie. — Plans de possessions indivises avec le marquis de Malause dans la juridiction de Castelnau-de-Brassac (1737). — Plan d'ensemble des terres situées dans la paroisse Sainte-Cécile de Maurival, consulat de Puybegon. Avec un dessin des armoiries de l'abbaye. — Recueil de plans des tenures du consulat de Brens (1787).
Description physique : (Liasse.) — 21 grandes feuilles et un cahier oblong de 13 feuillets, papier.
Revenus et charges (1729-1733) retour
H 551729-1733
Revenus et charges de l'abbaye. — Déclaration faite à l'assemblée générale du clergé de France de 1730 et au bureau diocésain d'Albi. Il y est dit que depuis l'an 1150, époque de la fondation de l'abbaye, jusqu'en 1724 les abbés même commandataires ont fourni à chaque religieux une pension consistant en onze setiers de blé, trois pipes de vin et 72 livres en argent, de plus 22 setiers de mixture pour l'aumône des passants et l'entretien des bouviers, de l'avoine et du foin pour les chevaux. A la mort du dernier abbé régulier. Pierre de Brun, en 1724, le roi nomma comme abbé commandataire le sieur Foucauld Sabbatery, chanoine de Saint-Sernin de Toulouse et, à la suite d'un procès, il fut convenu que revenus et charges seraient divisés par moitié entre l'abbé et les religieux. L'abbé et la communauté perçoivent des dîmes dans les paroisses de Labessière, Saint-Jean del Vigan, Saint-Pierre de Bezelle, Lasgraïsses, Annay, Técou et Parisot. Ils possèdent les métairies nobles de Saint-Rafel, Puyladié, Bouriou, La Gacharié, Moncassin, Saint-Jean, Marlac, Banis, L'obre, Lézignac. Bargeau et de La Fédarié et La Pélissarié sujettes à la taille, plus 50 setiers de blé de censives et 30 autres setiers à raison du moulin de Lézignac sur la rivière du Dadou. Suit le relevé des revenus de ces biens en 1724, 1725 et 1726. — Les charges consistent d'abord dans l'entretien des religieux qui depuis 1150 et « pendant plusieurs siècles » ont été au nombre de trente, puis de 24, réduction qui fut appouvée en 1657 par l'abbé de Clairvaux. Les revenus des abbés diminuant encore, il n'y a plus eu que 18 religieux, de 1713 à 1718, et 16 de 1723 à 1726. L'abbaye paye les vicaires perpétuels de Labessière, Técou et Parisot, divers serviteurs (secrétaire, médecin, garde des champs, coupeur des bois, châtelain de Serres, juge de Labessière), consacre quelque somme aux aumônes, acquitte plusieurs redevances à l'abbé de Gaillac, à l'archevêque d'Albi, à l'Université de Toulouse, au vicaire général de l'ordre, plus la taille de deux métairies. Elle fournit le luminaire à l'église abbatiale ainsi que les ornements et autres objets mobiliers, entretient huit autres églises, sans compter divers immeubles comme le château de Serres, le château et le moulin de Lézignac, et pourvoit aux frais d'exploitation des domaines (1729). — Apposition des scellés et inventaire des biens meubles et immeubles de l'abbé, Jean-Marc de Foucauld, décédé à Toulouse le 14 septembre 1733.
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, papier.
Mobilier et bâtiments (1656-1689) retour
H 561656-1689
Mobilier et bâtiments. — Contrat, conclu par l'abbé Antoine de Ruel avec un charpentier qui, pour le prix de 2 000 livres, doit refaire entièrement le dortoir de l'abbaye. Cette pièce mesure 40 cannes de long et 5 de large ; d'un côté seront aménagées 12 cellules, de l'autre un couloir les desservant (1656). — Quittances délivrées à l'abbé par le vicaire perpétuel de Labessière, pour un calice et une patène dorés, plus divers autres objets (1686) ; — par le vicaire perpétuel de Lasgraïsses pour un calice, une patène et un « portedieu » en argent (1687) ; — par le même pour un Te igitur et divers objets ; — par les marguilliers de Lasgraïsses pour une croix, un encensoir et une navette en laiton (1688) : — par les mêmes pour divers ornements (1688 et 1689).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, papier.
Baux (1447-1776) retour
H 571447-1776
Baux. — Bail par l'abbé Pierre de Graves de terres dépendant de la grange de l'œuvre pour vingt ans moyennant la dîme des blés et autres grains, trois setiers de froment, une paire de gélines et six deniers de cens annuel (1447). — Bail par Jean Lavedan, marchand d'Albi, à un habitant de Labessière du moulin de Lézignac sur le Dadou, dans la paroisse de Labessière, pour trois années [1504 ?]. — Bail au nom de l'abbé Jacques de Castelnau-Clermont, évêque de Saint-Pons, d'une maison et d'un jardin à Castres, rue de la Trinité, à François Bouffard, marchand de cette ville, moyennant 150 livres pour droit d'entrée et une redevance perpétuelle de deux sous d'or (1549). — Plan de cette maison qui lut le temple des protestants. — Afferme au nom du même abbé des revenus de l'abbaye, pour cinq années, moyennant diverses redevances (1581). — Quittance d'un remboursement de 7 873 livres, délivrée à l'abbé par un fermier (1776).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 7 pièces, papier.
H 58*1529-1561
Baux « à tiers dixme et prémisses de tous fruits » de biens situés dans la juridiction de Labessière.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 109 feuillets, papier.
Procès (1471-1790) retour
H 591471-1515
Procès entre l'abbaye d'une part, l’évêque d'Albi, Louis d'Amboise, et le recteur de Cadalen, d'autre part, au sujet des limites des dîmaires de Cadalen, Saint-Etienne de Candeil-le-Vieil et Saint-Jean du Vigan. Dépositions de témoins (1471-1480) et transaction du 20 septembre 1480 fixant les bornes contestées ; — contre Jean, puis Maffre de Voisins, seigneurs d'Ambres (de Ambrissio), au sujet des limites des juridictions d'Annay et du Taur. Les témoins rappellent une chasse au cerf qui fut faite sur le territoire d'Annay. Parmi les productions est une description détaillée des limites de la seigneurie de Labessière, [de 1483 ?], suivie d'une attestation des consuls d'Albi de 1519-1520 que la setérée de terre, vigne, jardin ou autre possessori doit mesurer 18 perches de chaque côté et chaque perche 17 empans (1483-1515).
Description physique : (Liasse.) — 12 pièces, papier.
H 601601-1614
Procès contre Jean d'Arthus au sujet de la seigneurie de Montans. — Feu Jean d'Arthus, père, du plaidant, avait acquis de l'abbaye, en 1583, cette seigneurie. L'abbé Pierre de Conardi voulant rentrer en possession des droits aliénés offrait à l'adversaire, en 1614, la restitution du prix principal de l'acquisition (1813 livres, 10 sous) et plusieurs sommes accessoires. Le désaccord provient de ce que Jean d'Arthus exigeait en même temps le remboursement de divers autres frais résultant de mesures conservatoires. La solution définitive de l'affaire n'est pas fournie par le dossier.
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 67 pièces, papier.
H 611606-1643
Procès. — Don de 300 livres fait par l'abbaye aux consuls de Labessière pour les aider à racheter la part de la seigneurie de l'endroit appartenant précédemment au roi et jouie par Georges Boysset, sr de Glassac et Fénols (1606). — Autorisation donnée aux mêmes par la Cour des aides de Montpellier d'imposer 1300 livres à cette fin (1607). — En 1614, naît un conflit entre la communauté de Labessière, subrogée aux droits du sr de Glassac, et l'abbaye qui prétend la rembourser de ses dépenses, (1500 livres) et se substituer à elle. — Pièces de procédure relatives à l'aliénation par l'abbaye de sa grange de Parisot pour le payement de 2000 livres, 8 sous, taxe imposée sur son temporel en 1569 ; la vente fut faite en ou vers 1607 et le rachat en 1615. — Supplique du conseil communal de Labessière à l'abbé pour l'engager à se porter acquéreur de la part de la seigneurie du lieu que le roi va engager (1640). — Procès contre Jean Lavedan, acquéreur de biens de l'abbaye, au sujet du prix de rachat (1643).
Description physique : (Liasse.) — 8 pièces, parchemin, et 49 pièces, papier.
H 621644-1665
Procès au sujet de la seigneurie de Labessière. — L'abbé ayant acquis, en 1640, à la prière des consuls du lieu, pour la somme de 661 livres, la part de justice appartenant au roi, il se forma en 1644 un syndicat d'habitants qui prétendaient racheter ces droits pour le compte de la communauté. Le différend naquit de la question de savoir quels étaient les deniers à rembourser (1644-1647). — Transaction conclue avec Pol de Monfrais, écuyer, de Briatexte qui délaisse à l'abbaye la métairie de Grizac (1655). — Reprise du procès relatif à la justice de Labessière. Un arrêt du Conseil d'Etat de 1649 avait donné gain de cause à l'abbaye. En 1662 le syndic des habitants cite de nouveau l'abbé devant le Parlement de Toulouse et les religieux obtiennent alors des lettres patentes confirmant l'arrêt de 1649 (1662). — Querelles de préséance à l'Assiette diocésaine entre l'abbé et le syndic du chapitre Saint-Salvi d'Albi (1665).
Description physique : (Liasse.) — 40 pièces, papier.
H 631675-1697
Procès. — Pièces où il est fait allusion à des transactions de 1656 au sujet du temple des protestants de Castres, immeuble ayant appartenu à l'abbaye, et de 1676 relativement au rachat de la terre de Lézignac par la dite abbaye. — Délit de chasse commis par Louis Janin de Gabriac, viguier d'Albi (1675-1677). — Créance de Catherine Molinier, fille de feu Etienne, juge de Terrebasse d'Albigeois (1681). — Délit de chasse d'un vicaire de Lasgraïsses et de Jean d'Arthus, sr de Pratsarrat (1686). — Procès contre la communauté de Lasgraïsses qui, suivant une sentence arbitrale du 23 novembre 1289, étaient tenue, après avoir fait construire un pont sur le ruisseau d'Agros, de l'entretenir en bon état ainsi que le chemin y aboutissant (1690-1695. Quatre copies de l'acte de 1289 et un plan des lieux.) — Différend avec l'acquéreur d'une métaire dite de La Ginestière, dans le consulat de Castelnau-de-Brassac au sujet des droits de lods (1693). — Correspondance relative aux affaires de l'abbaye (1695-1697). — Délit de chasse du collecteur des tailles de Parisot (1696).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, parchemin, et 49 pièces, papier, dont une imprimée.
H 641700-1790
Procès. — Arrêt du Parlement de Toulouse interdisant aux habitants de Parisot de faire paître leur bétail dans les prés appartenant à l'abbaye (1700). — Plainte de l'abbé au Conseil du roi au sujet de la taxe des décimes (1712). — Correspondance relative aux affaires de la communauté (1715-1734). — Jean d'Austry, sr de Sainte-Colombe, habitant de Gaillac, s'était rendu acquéreur en 1697 de la part de justice appartenant au roi à Montans et Annay, moyenant 1600 livres. Le domaine ayant été adjugé à nouveau en 1734, l'abbaye fut cette fois déclarée adjudicataire à charge de payer au roi une rente de 70 livres et de rembourser le sieur de Sainte-Colombe de la somme qu'il avait versée. Celui-ci ayant exigé outre le prix principal de 1600 livres divers deniers, un procès s'ensuivit. Un arrêt de la Cour des comptes de Montpellier statua, en 1737 que l'abbaye payerait à son adversaire 1715 livres (1735-1737). — Procès contre le tenancier d'une terre dans le consulat de Cahuzac (1776-1777). — Correspondance (1787-1790). Dans une de ces lettres il est rappelé que les parts de seigneurie du roi à Labessière. à Candeil, à Montans et à d'Annay furent engagées à l'abbaye en 1727 et 1735 ; un arrêt du Conseil d'Etat du 25 septembre 1787 impose le payement, à partir de 1782, d'une taxé de 9 livres pour Labessière, de 15 livres pour Montans et Annay, outre celles de 21 et 70 livres stipulées dans les contrats d'engagement.
Description physique : (Liasse.) — 10 pièces, parchemin, et 87 pièces, papier.
Abbaye de Sorèze, congrégation de saint Maur (1732-1789) retour
Bâtiments, baux (1732-1789) retour
H 651732-1789
Marché conclu avec divers ouvriers au nom de l'abbé de Notre-Dame de la Paix et de la Saigne de Sorèze, aussi abbé de Saint-Sernin de Toulouse, Henri de Rosset de Ceilles de Rocozel, pour la construction « sur les fondemens anciens de l'abbaye » d'un logis abbatial et d'une grange à foin, pour la somme totale de 3480 livres (27 janvier 1732). — Baux à ferme d'un pré de l'abbaye, situé à Cahuzac (1786) ; — des fruits décimaux revenant au monastère, moyennant 1236 livres par an (1789). Dans ce dernier acte figure Dom Raimond Despaulx, prieur et principal de l'Ecole royale militaire.
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier.
Augustins de Lisle-du-Tarn (1346-1790) retour
Répertoire de titres, rédigé vers 1780 retour
H 66[1780]
Répertoire des litres du couvent — Enumération très sommaire et sans classement d'actes de toute nature, surtout d'achat, d'aliénation, de fondation d'obits, de reconnaissance, etc. La date la plus reculée est celle de 1405.
Description physique : (Liasse.) — 3 cahiers in-f° de 47, 29et 22 feuillets, papier.
Affaires spirituelles (1452-1667) retour
H 671452-1667
Affaires spirituelles. — Bulle du pape Nicolas V autorisant les Augustins des provinces de Toulouse et d'Aquitaine à ne tenir de chapitre que tous les deux ans, comme l'avait établi Eugène IV, et annulant par suite sa précédente bulle qui rendait annuels ces chapitres, les guerres, mortalités et peste qui ont ravagé le pays ayant rendu impossible l'exécution de la réforme prescrite (Rome, 17 juin 1452). — Décret du Sacré Collège d'après lequel l'archevêque de Bordeaux n'est pas fondé à interdire aux réguliers de confesser les séculiers dans la quinzaine de Pâques (9 juillet 1644). — Bref du pape Innocent X confirmant ce décret (7 février 1645. Imprimé.) — Bref du pape Clément IX relatif à la confrérie des Agonisants établie dans la chapelle des Augustins de Lisle (8 juillet 1667).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 2 pièces, papier, dont une imprimée.
Rapports avec la royauté (1615-1667) retour
H 681615-1667
Rapports avec la royauté. — Confirmation par Louis XII de l'exemption à toute taille ordinaire ou extraordinaire accordée jadis aux Augustins de Fleurance, au pays de Gaure, notamment en novembre 1549 et en mai 1565, à charge de célébrer tous les ans trois messes pour la prospérité du roi (Bordeaux, novembre 1615). — Lettres de sauvegarde (1667).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier.
Donations (1346-1686) retour
H 691346-1686
Donations. — Testament de Guillaume Cappela, de Castelnau, d'après lequel la fille et héritière du testateur devra « tenc houstal hubert par toutz temps et sieys liechs garnits cascu de cossera et de dous coissis de pluma et dous lensols et de bonnas cubertas per receptar Presicadours, Carmes, Menurs et Augustis toutas las vegadas que vendran al dict castel [Castelnau] et que voldran jaser ni alberjar » (11 avril 1346). — Abandon fait aux Augustins par Galaubie d'Amours d'une redevance de 16 deniers grevant une vigne située dans le dìmaire de Saint-Vincent de l'Albar ; les religieux promettent en échange de dire à perpétuité une messe basse pour le repos de l'âme du donateur et de ses ancêtres qui furent aussi les bienfaiteurs de leur congrégation (17 septembre 1513). — Abandon analogue par Pierre Lausat, marchand de Lisie, et son fils Raimond, d'un cens d'un setier de blé et autres redevances et promesse d'une messe haute perpétuelle par les religieux (14 février 1507-1508). — Don fait par Pierre Ségur, serviteur du couvent, de tous ses biens, à charge d'être nourri et entretenu par les Augustins, le reste de sa vie (23 février 1686).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, papier.
Acquisitions (1597-1700) retour
H 701597-1700
Acquisitions. — Acquisitions de terres, prés, maison et taillis dans la paroisse du Taur, consulat de Peyrole. principalement au lieu dit Bramesagues, amortissements de rentes grevant plusieurs de ces biens (1597-1605) — Payement du prix d'une métairie appelée de Najac, acquise en 1607 (1608). — Cession à litre onéreux de toute plus value de biens vendus en 1603 aux Augustins par Guillaume de Frausseilles et sa femme Françoise d'Ebrail, cession faite par leur fils et cohéritier François de Frausseilles (1612). — Subrogation des Augustins à la qualité d'acquéreur consentie par Jean d'Artus, avocat de Montans (1637). — Acquisitions d'une rente grevant un domaine situé dans la paroisse de-Saint-Vincent d'Avens (1643) ; — d'une vigne dans la paroisse de Saurs (1654) : — de rentes provenant de la succession de Pierre de Castelnau, baron de Serviès, vendues avec procuration de la veuve, Isabeau d'Olivier, par Alexandre de Montesquieu-Sainte-Colombe ; les domaines grevés se trouvent dans les paroisses de Montans, du Taur et de La Pelissarié (1678) ; — d'une rente exigible dans la paroisse de La Peyrière (1684) : — de domaines à Brens et à Annay ayant appartenu à feu Jacques de Bousinac (1700).
Description physique : (Liasse.) — 8 pièces, parchemin, et 33 pièces, papier.
Obits (1504-XVIIIe s.) retour
H 711504-1555
Obits. — Résumés d'actes de fondation d'obits. — A cet effet, Jean de Caseles donne aux Augustins dix écus petits (13 octobre 1504) ; — Bernard Calvet, marchand de Gaillac, leur laisse une métairie et 100 livres tournois (6 juillet 1505) ; — un autre (?) Jean de Caseles, 10 écus petits (13 juin 1506) ; — Pierre Lauzat, marchand de Lisle, et son fils Raimond un setier de blé « froment ou moussolle » de rente (14 février 1507-1508). — Antoine Garrabuou, marchand de Lisle, fait don d'une maison attenant au couvent des religieux qui s'engagent à l'ensevelir dans le chœur de leur église, devant « le cantatoire sive forestol » (13 mars (1508-1509). — Bernard Gaches lègue 12 livres et tous ses vêtements sacerdotaux à la condition d'être inhumé dans la chapelle des Onze mille vierges de la même église, « revestu de une cappe des dits religieux de sainct Augustin » (30 juillet 1505). — Legs d'une rente de blé et d'avoine pat Jean Clergue et sa femme (8 mai 1511). — Galaubie d'Amours, habitant de Lisle, affranchit le couvent d'un cens sur une vigne située à Saint-Vincent de l'Albar (17 septembre 1513). — Autre affranchissement analogue consenti par Anne Rous, femme de Bernard Barrau, notaire de Lisle (19 mars 1520-1521). — Galaubie d'Amours, écuyer, du château de Lemberneda (La Bernade ?) impose à son neveu et héritier Arnaud de Lafont, seigneur de Fénayrols, l'obligation de « complir l’édiffice de l'esglise du dit couvent jà comencé par le dit testateur », de fournir une rente de blé aux Augustins et de leur donner plusieurs vêtements sacerdotaux (19 mars 1524-1525). — Legs d'une rente de blé par Hélène Delherm, veuve d'Amans Escorbiac (18 novembre 1536) ; — d'une somme de 160 livres tournois par Marguerite de Naucaze, veuve de Galaubie d'Amours (2 décembre 1530) ; — de rentes de blé par Jean Bertrand, de Liste (27 avril 1540), par un autre Jean Bertrand (10 mai 1555) et par Pierre Bertrand (4 juillet 1505).
Description physique : (Cahier.) — In-8°, 14 feuillets, papier.
H 721511-1651
Obits. — Fondations d'obits, la plupart par testament, de Jean Clergue et sa femme (1511), — Proyssette Mestre (1543-1544), — Galaubie d'Amours, écuyer (19 mars 1524-1526. Voy. H. 71), — Hélène Delherm et sa fille, Françoise Escorbiac (1536), — Jean Bertrand (1540), — François Bertrand (1542). — Raimonde Huguonette, veuve d'Antoine Clédier (1542-1543), — Guillaume d'Amours, habitant la paroisse de Montans (23 février 1551-1552). — Pierre Bruyant (1573), — Antoine Mercadier, prêtre, chanoine de Notre-Dame du Bourg de Rabastens (1575-1576). — Géraud Bourdes, marchand de Lisle (1586), — Pierre Cassaire, prêtre (1576), — Antoinette Delherm, veuve de Jean Clédier, lieutenant principal au siège de Lisle (1610 et 1617), — Antoine Parayre, maître pourpointier de Toulouse (1621), — Germaine Valeyre (1625), — François Selgues, marchand de Lisle (1628), — Jean Barthe (1631), — Antoine Boisset (1634). — Pierre Selgues, tailleur de Lisle (1645), — Elie Lengard, secrétaire du roi en la chancellerie de Languedoc (1647), — Cécile Dalbis (1648), — Antoine Boisset (ci-dessus, 1648 et 1651), — Cécile Lacam, veuve d'Antoine Dugourc, notaire (1649).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 34 pièces, papier.
H 731653-1725
Obits. — Fondations d'obits, la plupart par testament, de Pierre Selgues, tailleur (1653. Voy. l'art, précédent), — Raimond Roques, — Catherine Bosinac, femme de Guillaume de Lacroix, avocat (1654), — Claire Faure, veuve de Noël Lethanur, écrivain (1662), — Bernard Salvi, religieux Augustin (1663), — Madeleine de Paule, veuve d'Elie Lengard, secrétaire du roi en la chancellerie de Languedoc, — Ursulle Vergnes, femme de Joseph Aymeric (1664), — Etienne Ponsarnaud, religieux Augustin (1667), — François Amalric, chirurgien (1668), — Marie du Verger, veuve d'Antoine Boisset (1669), — Marguerite de Laroche, veuve de François de Clédier (1676), — Françoise Selgues (1678), — Etienne Carles, tonnelier, et sa femme (1680), — Georges Naves, avocat (1681), — Claire Latané, femme de Jean Laffon (1685), — Marie Lucas, veuve d'Etienne Carles (ci-dessus, 1688), — Jeau Villedugourc, avocat (1689), — Marguerite de Vaissete, veuve de Jean Duranti (1690). — François de Regnaudin, archidiacre, chanoine de l'église métropolitaine d'Albi, — Germain et Marie Boisset (1691). — Jean Raynal, maire de Lisle (1692), — Marie Boisset (ci-dessus), cousine de Jean-François Boisset, écuyer, habitant de Toulouse (1701), — Françoise de Cassanhol, veuve de Jean Dalbis, écuyer (1710), — Marie Faysière (1725).
Description physique : (Liasse.) — 37 pièces, papier.
H 741631-XVIIIe
Obits. — Répertoires des fondations d'obits. — La plus ancienne date est celle de 1480, la plus récente 1686.
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, papier.
Lauzimes, reconnaissances, arpentements, lièves et plans de biens du couvent (1368-1790) retour
H 751368-1563
Lauzimes et reconnaissances de biens dépendant des Augustins ou de leurs auteurs, situés dans les consulats de La Pelissarié, Le Taur, Lisle, Montans et Salvagnac. — On trouve cités : Raimond Vital, fils de Huc, sr de Serviès, et de Jeanne de Serviès (1455 et 1456), — Jean Vital, frère de Raimond (1461), — Antoine de Monclar, vicomte de Monclar et baron de Salvagnac (1477 n s.), — Geoffroy Vital, damoiseau, sr de Serviès et de Cuq (1477), — le même et ses frères Antoine et Raimond (1492), — Pierre d'Amours, — Antoine de Baulac, Antoine et Jean de Pradines, frères (1516), — Armand de Lafont, sr de Fenayrols (1545).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 49 pièces, papier.
H 761389-1593
Arpentements, lièves, extraits de cadastres concernant des biens des Augustins ou de leurs auteurs, situés dans les consulats de Saint-Martin du Taur, Lisle, Rabastens, Montans, Brens, Peyrole. — Mentions d'Agnès de Rabastens (1389), — Rixens de Nogaret, tutrice de Gosselin de Nogaret (1423, n. s.), — d'un vieux cadastre de Peyrole, de 1582. — Arpentement des biens acquis de 1605 à 1615 dans la paroisse du Taur de Pierre Reste, fils de feu Philippe, bourgeois de Toulouse (1589).
Description physique : (Liasse.) — 17 pièces, papier.
H 771606-1699
Arpentements, lièves, extraits de cadastres concernant des biens des Augustins ou de leurs auteurs, situés dans les consulats de Montans, Lisle, La Pelissarié, Saint-Martin du Taur, Peyrole, Marnaves, Parisot, Annay, Saint-Gauzens. — Mentions de Guillaume de Lacroix, lieutenant principal au siège de Lisle, marié avec Marguerite Bournazel (1687-1693), — Raimond Cassanhol, procureur du roi (1693), — Jacques de Clédier (1695). — Extraits de cadastres de Montans (1606), de Lisle (1617), de Peyrole (1646).
Description physique : (Liasse.) — 119 pièces, papier.
H 781610-1762
Lauzimes et reconnaissances de biens dépendant des Augustins ou de leurs auteurs, situés dans les consulats de Montans, La Pelissarié, Lisle, Peyrole, Brens, Ambres et Lasclottes, — Mentions de Pierre de Castelnau, coseigneur de Cuq et Serviès, et de sa mère Marguerite de Cubières (1616 et 1656), — Jean (ailleurs Alexandre ; de Capriol, sr de Cuq et Serviès (1618), — Antoinette de Baulac, seigneuresse du château de Saint-Géry, Loupiac « et autres places » (1632), — des héritiers de Jacques de Rozet. sr de Tersses, de Louise-Antoinette de Timbronne, femme de Pierre de Gineste, sr de Saint-Urcisse et Conques, de feu Jean Agasse, sr de Saint-Urcisse (1666), — d'Isabeau d'Olivier, veuve de Pierre de Castelnau, baron de Serviès, — Raimond Cassanhol, ancien capitoul de Toulouse (1676).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 96 pièces papier.
H 791703-1790
Arpentements, lièves, extraits de cadastres concernant des biens des Augustins ou de leurs auteurs dans les consulats de Montans, Lasclottes, Lisle, Saint-Martin du Taur, La Pelissarié, Marnaves. — Arpentement des biens tenus du couvent à Montans par le sieur Facieu cadet. — Mentions du vicomte de Monclar, possesseur par indivis avec les Augustins du mas de Ro dans le consulat de Lasclottes (1756). — de Jean-André de Bourdès (1780), — Jean-François de Boisset-Glassac, — Raimond de Cassanhol, petit fils du procureur du roi, — Denis-Victor Lormade de Lamourié, bourgeois de Lisle, — Etienne de Gélis, trésorier de France en la généralité de Montauban, — Guy de Vindrac, sr de Pechsec, habitant de Gaillac.
Description physique : (Liasse.) — 16 pièces, papier.
H 80*1760-1761
Reconnaissances pour des biens situés dans les consulats d'Ambres, La Pelissarié et Saint-Martin du Taur. Le couvent est représenté par le -prieur Jacques Villegente.
Description physique : (Registre dérelié.) — In-4°, 106 feuillets, papier.
H 81*1771
Arpentement des biens des Augustins situés dans le consulat de Montans. — Parmi les tenanciers figurent : Guy-Etienne de Vindrac, habitant de Gaillac. Lormade de Lamourié, bourgeois de Lisle, Stanislas Maruéjouls, de Montans.
Description physique : (Registre dérelié.) — In-f°, 231 pages, papier.
H 82XVIIe-XVIIIe
Plans de divers biens des Augustins, situés pour la plupart dans les environs de Lisle. — L'un de ces croquis donne la partie de Lisle avoisinant la porte dite d'En Peyrole.
Description physique : (Liasse.) — 101 pièces, panier.
Aveux et dénombrements (1480-1733) retour
H 831480-1693
Aveux et dénombrements. — Hommage rendu à Jean de Voisins, vicomte de Lautrec, baron d'Ambres, pour des biens situés dans le consulat du Taur par Geoffroy Vital, srde Serviès, agissant comme procureur de Jeanne de Serviès, seigneuresse du dit lien (1480). — Hommage au même pour des rentes nobles au Taur par le prieur des Augustins, le vicomte de Lautrec faisant abandon par le même acte de tous droits accessoires à l'hommage qui seraient encore exigibles, moyennant le service à perpétuité d'une grande messe annuelle pour lui et ses parents décédés. — Consultation d'avocat sur le point de savoir si les Augustins doivent l'hommage au vicomte de Lautrec (1678). — Hommage rendu par leur prieur à François de Gélas, marquis d'Ambres, baron du Taur, vicomte de Lautrec, lieutenant général de Guienue, pour les biens nobles du couvent situés dans la seigneurie du Taur (1691). — Dénombrement des biens acquis de dame Isabeau d'Olivier dans le consulat du Taur et payement au vicomte de Lautrec de la somme de 220 livres à cette occasion (1693).
Description physique : (Liasse.) — 14 pièces, papier.
H 841675-1733
A veux et dénombrements. — Etats des biens tenus noblement dans le consulat du Taur : les tenanciers sont : François de Gélas, marquis de Leberon et d'Ambres, vicomte de Lautrec. Isabeau d'Olivier, veuve de Pierre de Castelnau, les Augustins de Lisle et le titulaire d'une chapellenie (1675). — Etat analogue pour le consulat de La Pelissarié : François de Gélas (ci-dessus), François du Puget de Gau, sr de Saint-André, président à mortier au Parlement de Toulouse, Isabeau d'Olivier, Louis de Larroquebouillac, baron de Saint-Géry, la table du Purgatoire de Notre-Dame du Bourg de Rabastens, les titulaires de plusieurs chapellenies sont les possesseurs de biens ou redevances nobles. — Nomination par les Augustins d'un procureur chargé de rendre hommage devant les Trésoriers généraux de Toulouse à raison des biens acquis dans le consulat de Mon-tans d'Isabeau d'Olivier (1089). — Aveu et dénombrement des biens nobles que possèdent les Augustins dans les consulats de Montans et de La Pelissarié (1723). — Formalités de l'affiche et publication de ce dénombrement et procédures devant la Chambre des Comptes de Montpellier (1724-1733).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 14 pièces, papier.
Etat de revenus de plusieurs couvents (1662) retour
H 851662
Etat des revenus des couvents « ruynés » de l'ordre de saint Augustin de la province de Toulouse : détails concernant les couvents de Montauban, Saverdun, Mas-Saintes-Puelles et Pamiers.
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, papier.
Echanges (1603-vers 1690) retour
H 861603-[1690]
Echange d'une terre située dans la paroisse de Saint-Vincent de l'Albar contre une autre terre dans la paroisse Saint-Vincent d'Avens (1603). — Echange de biens dans la paroisse de Lapeyrière (1686). — Etat des domaines que les Augustins se proposent d'échanger avec le marquis d'Ambres dans le consulat du Taur (sans date, vers 1690).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, papier.
Aliénations (1462-1664) retour
H 871462-1664
Aliénations. — Affranchissements de redevances dans le consulat de Lisle par les Augustins (1462) ; — d'une rente exigible de François de Frausseilles, fils aîné de feu Guillaume et de Françoise d'Hébrail, à raison d'un obit fondé le 18 février 1559-1560 par Jean Clédier, bourgeois de Lisle ; celle rente de 2 setiers de blé est amortie moyennant la somme de 200 livres (1603). — Ventes d'une métairie et divers biens dans la paroisse de Saint-Etienne de Vionan, consulal de Lisle (1664). — d'une briqueterie an même lieu.
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, papier.
Créances, constitutions de rentes (1597-1765) retour
H 881597-1765
Créances, constitution de rentes en faveur des Augustins. — Parmi les débiteurs se trouve Marguerite Poumiès, femme d'Arnaud Naves, procureur au siège de Lisle, pour la somme de 50 livres, prix d'une paire de vaches (1644). — Cession d'une rente de 16 livres, 13 sous, 4 deniers par Mathieu Fieuzet, sr de Lastours, habitant son château dans la paroisse de Saint-Vincent d'Avens, moyennant 300 livres (1681). — Etat des créances sur les habitants du consulat de Lisle substitués à la communauté (1683). — Etats des constitutions de rentes, des revenus obituaires et des cens en espèces et en blé (1695, 1742-1765).
Description physique : (Liasse.) — 47 pièces, papier.
Dettes (1677-1694) retour
H 891677-1694
Dettes. — Payement par les Augustins d'une délie de 200 livres à Louis Larroque de Puycelci (1677). — Délibération des religieux en vertu de laquelle il sera fait un emprunt de 3000 livres pour satisfaire leur créancier Jacques de Bousinac, ancien capitoul de Toulouse (1688). — Accord entre les fils et fille de Rigal d'Ouvrier, écuyer, de Toulouse, et de Marie de Médicis, qui sont : Rigal d'Ouvrier, Marguerite, femme de François de Bousquet, s » de Veilhes, et Jean, prieur de Belmontet ; il est convenu que Marguerite à laquelle sa mère a légué pour 10000 livres de créances, aura, entre autres, une créance de 1689 livres sur les Augustins (3 septembre 1692) ; quittance de 150 livres d'arrérages délivrée par le sr de Veilhes (1694).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, papier.
Bâtiments et mobilier (1616-1662) retour
H 901616-1662
Bâtiments et mobilier. — Bail à besogne par les bailes de la confrérie des Cinq plaies établie dans la chapelle des Augustins à Jean Aguyer, prêtre et chanoine du chapitre de Saint-Paul-Cap-de-Joux, de la façon d'un tableau « qui représente les cinq playes N. S., composé d'ung crucifix, d'une Magdeleine et autres choses y requises, ... de la hauteur de douze palms et neuf de largeur, le tout paint à l'huile », pour le prix de 48 livres (7 juin 1616). — Vérification par les consuls de Lisle d'un mur que fait construire le couvent le long d'une rue (1634). — Procès verbal de vérification de reliques du couvent des Augustins de Périgueux (1661). — Décision du chapitre général séant à Périgueux, d'après laquelle Jaquette d'Ouvrier, veuve de Clédier, au lieu de faire réparer une chapelle dédiée à saint Roch, attenant à l'église des Augustins de Lisle, pourra jouir d'une autre chapelle de saint Roch dans la dite église (13 mai 1662. Cachet de l'ordre.)
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 3 pièces, papier.
Bail d'une métairie (1685) retour
H 911685
Bail d'une métairie située dans la paroisse de Saint-Pierre de La Vernière.
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, papier.
Procès (1561-1771) retour
H 921561-1608
Procès des Augustins contre la famille Bertrand, de Lisle, ou les biens tenants de plusieurs de ses membres qui avaient fait des legs au couvent à charge d'obit (Pierre Bertrand en 1505, Jean en 1540 et Antoine en 1555). — Parmi les productions se trouvent des reconnaissances depuis 1449 et le testament d'Antoine Bertrand. — On lit dans une enquête du juge d'Albigeois, Antoine Vitalis, de 1567, que « despuis l'année des trouples adveneuz en l'année mil cinq cens soixante deux au dict couvent ne y eux plus grand nombre que de troys ou quatre religieux demeurans et résidens ; ... durant les dictz troubles ne furent poinct vollés ne pillés ains demeurarent possesseurs de tous et checungs leurs biens. »
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, parchemin, et 95 pièces, papier.
H 931565-1623
Procès contre les tenanciers d'un bien grevé d'une rente par Huc Périer fondateur d'un obit (1565-1594) ; — contre Jean Espié et antres pour obtenir nouvelle reconnaissance d'une métairie située dans la paroisse de Saint-Pierre de La Vergnère ainsi que des arrérages échus (1581-1590) ; — contre plusieurs habitants de Lisle pour empêcher le déversement d'eaux dans une ruelle attenant à la chapelle du couvent (1601-1623) ; — contre Anne de Monclar, vicomtesse du dit lieu, réclamant des redevances au sujet d'un domaine situé dans la paroisse de Montaigu ; le prieur des Augustins fait déguerpissement du bien « tel qu'il feust recogneu à feu Messire Antoine de Monclar, visconte prédécesseur de la dite dame, en l'année mil quatre cens septante six et le doulzième février » (1607-1608).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces parchemin, et 24 pièces papier.
H 941574-1691
Procès contre les consuls de Lisle pour obtenir la reconnaissance d'exemption de toute contribution extraordinaire ou municipale, c'est-à-dire de toute autre imposition que celle de la mande diocésaine (deniers royaux). — Sentence du sénéchal de Toulouse, François de La Valette, sr de Cornusson, conforme aux prétentions des Augustins (15 novembre 1574), homologuée par le Parlement de Toulouse (27 mai 1575). — Transaction per laquelle les religieux renoncent au remboursement de taxes indûment perçues, moyennant quoi les consuls les déclarent exempts des impositions extraordinaires à raison des biens qu'ils possèdent « d'ancienneté » (23 juin 1596). — Confirmation par Louis XIII (Bordeaux, novembre 1615) des immunités jadis octroyées au couvent par Henri II (1549) et Charles IX (1565). — Reprise du procès en 1633 pour le même motif et à l'occasion du payement des gages du prédicateur de l'Avent et du Carême. — Transaction du 14 juin en vertu de laquelle les biens acquis avant le mois de mai 1628 ne seront imposés que pour les deniers royaux tandis que les autres seront taxés comme ceux de tous les habitants de Lisle. — Délibération du conseil communal qui vole la somme de 60 livres pour le prédicateur Augustin, plus 90 livres pour aider la congrégation à reconstruire « des chambres » du couvent (1536). — Autre délibération décidant que les religieux seront remboursés, suivant la transaction de 1633, des taxes indûment supportées par leurs biens de 1645 à 1652 (1655). — Protestation des Augustins contre une nouvelle violation de la dite transaction (1680-1681). — Allusion à une transaction conclue le 5 juin 1682 d'après laquelle les religieux auraient consenti à contribuer aux deniers ordinaires et extraordinaires à raison de leurs biens de nouvelle acquisition ; instance devant là Cour des Aides de Montpellier pour faire casser cet acte (1684). — Décision des définiteurs de la province de Toulouse enjoignant l'observation du contrat de 1682 (11 septembre). — Continuation du procès. — On lit dans une pièce de procédure de 1633 que « avant les troubles et guerres civiles, les dits religieux avoient dans la dicte ville de Lisle un grand et beau monastaire et couvent, cloistres et jardins, le tout de fort grande estendue, lequel ancien couvent feust entièrement ruiné et mis de fonds en comble par ceux de la religion préthendue réformée et partie dicelluy couvent feut jadis prins et occuppé par les habitans de la dicte ville pour y faire les fossés et murailles qui de présent servent de closture à la dicte ville de toute l'estendue du dit convent et ainsin les dits religieux seroient demeurés dans un fort petit espace, dans lequel, ces années dernières, ils auroient réédiffié et rebasty de neuf le dit convent ... » — Aux productions se trouve une délibération du conseil communal déclarant les Augustins exempts de toute contribution extraordinaire (24 février 1545-1546). — Attestation des consuls du pillage du couvent par les huguenots en 1561 : « dixerunt et asseruerunt (les consuls) quod anno millesimo quingentesimo sexagesimo primo dictus conventus fuit captus ab huguenotis sive heretieis et quidam ex conventu apostataverunt qui titulos et omnium possessionum et aliarum rerum abstulerunt et depredati sunt conventum... Sciant etiam quod a duobus annis non ausi sunt questam facere nisi intra dictam urbem quœ est misera et desolata et insufficiens ad mutriendos dictos religiosos dicti conventus quia est vicina inimicis... » (29 juillet 1569). — Baux de l'école de Lisle aux Augustins aux gages de 300 livres plus 12 livres pour le logement (1639 et 1644). — Arrêts de la Cour des Aides de Montpellier dans des différends entre les consuls de Nîmes et de Montpellier et les Augustins de ces villes au sujet d'impositions (1633). — Etats d'imposition du consulat de Lisle pour les années 1641, 1644 à 1654, 1679 à 1681,1690 et 1691.
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, parchemin, et 100 pièces, papier.
H 951610-1646
Procès contre Marie de Gabre au sujet de biens dotaux acquis par les Augustins de son mari, Pierre Reste (1610-1623) ; — au sujet d'un obit fondé par Marguerite Revellat, femme de Georges Verlhac, marchand de Lisle (1616) : — contre Jean Motis, fils de feu Antoine, l'un et l'autre capitaines forestiers de la Grésigne, comme bien tenant de Pierre Boisson, prêtre, de Jean, son frère, qui avaient légué une rente au couvent par testaments de 1511 et 1514 (1621) ; — contre Raimond et Bernard Blanc, débiteurs des Augustins (1624-1637) ; — centre les héritiers de Jean Fabre, tisserand de Brens, aussi débiteur du couvent (1626-1646).
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, parchemin, et 31 pièces, papier.
H 961630-1670
Procès contre plusieurs débi-rentiers du consulat de Peyrole (1630-1650) ; — contre Antoine Vernhes et ses héritiers au sujet des limites d'une métairie dite de Granier, dans le consulat d'Annay, appartenant aux Augustins (1630-1670).
Description physique : (Liasse.) — 14 pièces, parchemin, et 95 pièces, papier.
H 971639-1771
Procès contre les héritiers d'Henri Romieu et d'Henri Rengade à raison d'un prêt de 200 livres (1639-1646) ; — contre Anne de Buade de Frontenac, mère de Louis de Laroquebouillac, héritier et petit-fils d'Antoinette de Baulac, seigneuresse de Saint-Géry et Loupiac, au sujet de droits de lods et ventes sur un domaine dit de Bramesaygues, dans le consulat de Peyrole (1641-1650). — Consultations relatives à la même affaire (1692 et 1771). — Parmi les pièces produites se trouvent des reconnaissances de ce bien par Bernard de Peyrole en faveur de Georges de Baulac (1461), par Bernard de Pradines en faveur du même (1481 et 1498), par Antoine de Pradines, procureur de son frère Jean, en faveur d'Antoine de Baulac (1516), par le syndic des Augustins en faveur d'Antoinette de Baulac (1632) pour la partie de ce domaine acquise par eux en 1605.
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 41 pièces, papier.
H 981647-1684
Procès contre plusieurs tenanciers d'un bien situé dans la paroisse de La Peyrière, pour obtenir payement de redevances (1647). — Procès relatif à la succession d'Antoine Mercadier, prêtre de Lisle, qui avait légué ses biens à Antoine de Peyrole, aïeul du ministre protestant Pierre Lamothe. Débats entre les membres de la famille Mercadier et contre Jean de Peyrole, écuyer, fils de demoiselle de Lacalm, résidant à Lavaur en 1655 (1647-1684). — Intervention des Augustins pour faire distraire de la saisie des biens de Jean de Peyrole ceux qui leur venaient du même Antoine Mercadier (1660). — Nombreux actes intéressant la dite famille Mercadier (depuis (1547).
Description physique : (Liasse.) — 30 pièces, parchemin, et 49 pièces, papier.
H 991651-1676
Procès contre le sieur de Pibrac au sujet d'« arrérages de pention » (1651) ; — contre Antoine Verdier, notaire de Gaillac, débiteur d'une rente grevant un domaine situé dans le consulat de Brens (1655-1662) ; aux productions se trouvent des poursuites exercées contre les Augustins par l'exacteur des deniers royaux de Brens en 1655 ; — contre l'un des biens tenants de la succession Bertrand (voy. ci dessus H. 92), pour obtenir payement de redevances (1660-1675) ; parmi les pièces produites sont un partage de biens entre Jean et Raimond Bertrand en 1507 et une généalogie de cette famille depuis 1505 ; — contre un tenancier de la paroisse de La Peyrière dont la redevance est réduite (1668).
Description physique : (Liasse.) — 20 pièces, parchemin, et 71 pièces, papier.
H 1001661-1762
Procès contre Jean Dubourg, sr de Clermond, et dame Anne Lalane, veuve de Jean Bardou, bourgeois de Montauban, pour les obliger à se conformer aux conclusions du procès-verbal de visite de leur moulin de La Garde ; ordonnance conforme du commissaire général de la navigation du ressort du Parlement de Toulouse (1661) ; — contre un tenancier de la paroisse de Vionan au sujet d'arrérages de rente (1664) : — contre la fille et héritière de Jean Grégoire, de Lacalm au diocèse de Saint-Flour, débiteur des Augustins (1668-1673). Aux productions est un décret de prise de corps du mari de la dite héritière, émané du sénéchal de Rouergue, François de Buisson, marquis de Bournazel, baron de Belcastel (1668).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 40 pièces, papier.
H 1011670-1696
Procès contre François de Cheverry, baron de Rivières, et ses héritiers, au sujet d'un obit fondé le 21 décembre 1645 par le dit baron, fils de François de Cheverry et d'Anne d'Hébrail ; détails généalogiques (1670-1696) ; — contre Jean Boisset et ses héritiers, débi-rentiers des Augustins à raison d'un obit fondé en 1520 par Antoine Clédier et contre Raimond Cassanhol, ancien capitoul de Toulouse, bien tenant d'Antoine Boisset, pour obtenir reconnaissance de domaines situés dans les paroisses de Saint-Pierre de La Vergnère et de Saint-Vincent de l'Albar (1673-1690) ; reprise du procès contre Jean-François de Boisset-Glassac, colonel en second des milices bourgeoises d'Albi (1761-1762) ; — contre le même Raimond et Jean Cassanhol au sujet d'un obit fondé en 1536 par la veuve d'Amans Escorbiac et leur fille (1694-1733) ; documents relatifs à l'hérédité d'Etienne Cassanhol (depuis 1658) ; — contre Jean Rodière, marchand de Lisle, débiteur des Augustins (1675).
Description physique : (Liasse.) — 10 pièces, parchemin, et 109 pièces, papier.
H 1021679-1735
Procès au sujet du domaine de Puech d'Auriole ou Enchamarac, dans la paroisse de Notre-Dame d'Avignonnet, consulat du Taur, dont les cens avaient été acquis le 26 mai 1678 d'Isabeau d'Olivier, veuve de Pierre de Castelnau. Les Augustins « acheterent (en même temps) nombre de procès. » — Parmi leurs adversaires se trouvent : François Rivals, de Gailiac (1687-1691), Jean Bernenc, de Lisle (1691-1703). — Volumineuses productions : lauzimes du dit domaine au nom de Guillaume de Chamarac (1408, n. s.), par Geoffroy Vital, sr de Serviès (1477) ; — pactes de mariage d'Alexandre de Montesquieu-Sainte-Colombe, fils de Bernard-Antoine, baron d'Auriac, seigneur du Faget et autres lieux, et de dame Catherine de Sévérac. D'une part, et de Marguerite de Castelnau, fille de Pierre, baron de Serviès, et de dame Isabeau d'Olivier, d'autre part (15 février 1644) ; — procédures de Pierre de Castelnau, baron de Serviès, contre l'abbé de Candeil, appelé en garantie, contre sa mère Marguerite de Cubières de Malbuisson, dame de Ribaut, Le Cayla et autres places, femme en premières noces de Roger de Castelnau, puis de Guillaume de Segla, président au Parlement de Toulouse (1646-1661) ; — d'Isabeau d'Olivier, veuve et héritière de Pierre de Castelnau, contre Louis de Laroquebouillac, baron de Saint-Géry, sr de Loupiac (1668-1674) ; — arrêt de la Cour des aides de Montpellier déclarant nobles les biens tenus à Montans par la dite Isabeau d'Olivier, conformément à plusieurs dénombrements et en particulier à celui qui avait été fait en 1503 par Isabeau de Lautrec, mère et tutrice de Guy de Serviès « qui estoit pour lors au service du roy à Naples » (1671). — Dans une autre pièce sont rappelées les valeurs du setier de blé dans la région de Lisle, de 1627 à 1658 :
En 1627 le setier de blé valait 6 livres, 4 sous.
En 1628 le setier de blé valait 8 livres, 8 sous.
En 1629 le setier de blé valait 9 livres, 10 sous.
En 1630 le setier de blé valait 21 livres.
En 1631 le setier de blé valait 27 livres
En 1632 le setier de blé valait 8 livres
En 1633 le setier de blé valait 6 livres, 10 sous.
En 1634 le setier de blé valait 5 livres, 10 sous.
En 1635 le setier de blé valait 6 livres, 6 sous.
En 1636 le setier de blé valait 7 livres, 10 sous.
En 1637 le setier de blé valait 9 livres,
En 1638 le setier de blé valait 7 livres
En 1639 le setier de blé valait 6 livres
En 1640 le setier de blé valait 5 livres, 10 sous.
En 1641 le setier de blé valait 6 livres
En 1642 le setier de blé valait 7 livres
En 1643 le setier de blé valait 17 livres
En 1644 le setier de blé valait 18 livres
En 1645 le setier de blé valait 20 livres, 12 sous.
En 1646 le setier de blé valait 8 livres
En 1647 le setier de blé valait 7 livres
En 1648 le setier de blé valait 7 livres
En 1649 le setier de blé valait 10 livres
En 1650 le setier de blé valait 11 livres
En 1651 le setier de blé valait 14 livres
En 1652 le setier de blé valait 21 livres
En 1653 le setier de blé valait 25 livres
En 1654 le setier de blé valait 19 livres
En 1655 le setier de blé valait 8 livres, 10 sous.
En 1656 le setier de blé valait 8 livres
En 1657 le setier de blé valait 7 livres
En 1658 le setier de blé valait 10 livres.
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 67 pièces, papier, dont une imprimée.
H 1031691-1741
Procès contre Blaise Dupac, sr de Mauvezin et Mazerolles, habitant de Lézat, au diocèse de Pamiers, comme héritier de son frère aîné Adrien, sr d'Esperse et Mazerolles, débiteur envers un marchand de Toulouse dont les Augustins étaient cessionnaires (1691-1692) ; aux productions est l'acte de partage des biens d'Adrien entre ses frères Blaise et Gabriel (1669) ; il est dit que leur père Louis avait épousé en 1632 Catherine Dupac, leur mère, et qu'il fil testament le 28 février 1660 ; — contre Marguerite de La Roche, veuve de François de Clédier, créancière des Augustins (1698) : — contre Raimond Moisset, de Lisle. pour obtenir reconnaissance d'un domaine situé dans le consulat de La Pelissarié et dépendant par indivis des Augustins et du marquis d'Ambres (1703) ; — contre plusieurs débi-rentiers (1703-1741) ; — contre plusieurs habitants de Lisle qui déposent des immondices près du couvent et de sa chapelle (1723). — Arrêt du Conseil d'Etat rendu en faveur des Augustins de la province de Toulouse et Guienne contre les Augustins du grand convent et collège de Paris et les Augustins des provinces de France, Provence et Lyon : il est établi que les seize places de conventuels du grand convent seront réparties également entre les Augustins des différentes provinces de France et que ceux de la province de Toulouse conserveront quatre de ces places (Meudon, 26 juin 1723. Imprimé.)
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 50 pièces, papier, dont une imprimée.
H 1041724-1748
Procès contre Gaubert, de Gaillac, et ses héritiers au sujet d'arrérages de rente (1724) ; — contre Guillaume-Joachim du Puget, chevalier, président à mortier au Parlement de Toulouse, petit-fils et bien-tenant de Françoise Desplas, fille et cohéritière de Pierre Desplas, baron de Gragnague, président au même Parlement, au sujet d'une rente léguée à charge d'obit aux Augustins par Galaubie d'Amours le 19 mars 1524-1525 ; celui-ci avait fait héritier son neveu Arnal de Lafont. sr de Fenayrols ; il est fait allusion à une transaction conclue en 1630 par Pierre Desplas et Suzanne de Lafont, veuve et héritière de François de Cahuzac, sr de Gazelles ; par cet acte le président Desplas s'était chargé du payement des arrérages en question (1727) ; — contre Jean Mercery, tenancier des Augustins dans la juridiction de Salvagnac (1731-1733) ; sentence du juge de Salvagnac rendue au nom de Pierre de Lacombe, seigneur de Monteils, Cayriech et Saint-Georges, vicomte de Monclar, baron de Salvagnac, sr de Puycelci et autres places, brigadier des armées du roi, inspecteur général de la cavalerie et des dragons (1731).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 41 pièces, papier.
Capucins de Gaillac (1752) retour
Procès (1752) retour
H 1051752
Consultation d'avocat au sujet d'un différend entre les Capucins et un curé de Gaillac, Philippe Debar de Montarnal. Ces religieux protestaient contre l'administration des sacrements et la levée du corps du sieur de Lavolvène par le curé, parce que ledit de Lavolvène était leur hôte. L'avocat prétend qu'ils sont tenus d'appeler le pasteur de la paroisse pour exercer chez eux les fondions curiales à l'égard de toutes personnes ne faisant pas partie de la congrégation ou n'étant pas un de ses oblats.
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, papier.
Carmes d'Albi (1311-1792) retour
Inventaire de titres, fragment, rédigé au XVIIIe s retour
H 106XVIIIe
Titres de couvent. — Fragment d'un inventaire des archives des Carmes. — Les actes analysés sont presque tous des baux ou lauzimes, leurs dates extrêmes sont 1320 et 1774.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 16 feuillets, papier.
Affaires spirituelles (1375-1695) retour
H 1071375-1695
Affaires spirituelles. — Mandement de l'évêque d'Albi, Hugues, aux supérieurs des couvents des Carmes de la province d'Aquitaine, contenant le texte d'une bulle du pape Clément VI (Avignon, 25 janvier 1345 n. s. « VIII kal. februarii, pontificatus nostri anno tertio ») adressée à l'archevêque de Bordeaux, aux évêques de Limoges et d'Albi pour leur confier le soin de veiller à la conservation des privilèges accordés à l'ordre des Carmes (Albi, 8 février 1374-1375). — Mandement analogue de l’évêque de Paris, Etienne, aux provinciaux de l'ordre, contenant le texte d'une bulle du pape Léon X (Rome, 15 septembre 1513) adressée aux évêques de Paris et d'Albi et confirmant l'existence du couvent d'Albi (Paris, 6 juin 1514). — Mandement analogue d'un archidiacre d'Albi, contenant une bulle semblable du pape Clément VII (Rome, 12 août 1530) (Albi, 21 mars 1533-1534). — Plainte des Carmes contre les Dominicains, au sujet de l'époque choisie par ces derniers pour célébrer la fête de la confrérie des agonisants et ordonnance conforme de l’évêque Daillon du Lude (1666). — Arrêt du Parlement de Paris autorisant le couvent de Tours à recevoir des novices « jusques à ce que la désignation des noviciaux de la mesme province [de Touraine] soit faite au prochain chapitre provincial. » (10 mars 1671). — Bref du pape Innocent XII sur l'élection et les attributions des provinciaux et des prieurs des Carmes (Rome, 7 mars 1695. Copie). — Plainte contre le vicaire général de l'ordre adressée au roi par les provinciaux des provinces de Narbonne et d'Aquitaine (imprimé non daté [deuxième moitié du XVIIe siècle ?]
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 4 pièces, papier, dont 2 imprimées.
Rapports avec la royauté (1357-1588) retour
H 1081357-1588
Rapports avec la royauté. — Lettres de sauvegarde pour le couvent du roi Jean (Paris, 29 juin 1357). — du dauphin Louis (Louis XI, Albi, 19 octobre 1439. Copie de 1581), — du roi Henri III (Paris, 3 février 1588).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 2 pièces, papier.
Chapitres conventuels (1636-1756) retour
H 109*1636-1696
Décrets et résolutions prinses es « chapitres conventuels des Carmes d'Alby ». — Election des « officiers » du couvent, qui sont : un moniteur, trois clavaires, un sacriste, un procureur et un spenditeur ; le supérieur est alors Jean Tuant, docteur régent de l'Université de Cahors, vicaire général de l'évêque d'Albi, Daillon du Lude (7 novembre 1636). — Election d'un sous-prieur (12 juin 1637). — Délibération d'après laquelle il doit être construit un nouveau couvent (22 juin 1636), approuvée, le lendemain, par le P. provincial. — Il sera réclamé à la ville d'Albi la somme de 3200 livres due par elle, afin de continuer la construction du dit couvent et d'acquérir les immeubles nécessaires (19 octobre 1637). — Election des officiers (16 décembre). — Les consuls d'Albi seront assignés devant la Cour des comptes et aides de Montpellier pour se voir condamner à exempter des tailles les maisons acquises pour l'édification du nouveau couvent (7 janvier 1639). — Election des officiers (7 janvier 1641 et passim). — Poursuites intentées contre les maçons qui retardent l'aménagement de la cave du nouveau couvent (5 septembre). — Une somme de 8000 livres provenant de la succession de Jean Salles, avocat, sera placée en rente constituée et les revenus serviront à la construction du couvent (24 août 1644). — Exposé des conditions auxquels le provincial d'Aquitaine accepte les constitutions de l'ordre arrêtées dans un chapitre général tenu à Rome le 4 juin 1645 (27 février 1647). — Admission du couvent d'Albi aux bénéfices spirituels de la dite réforme (18 mars). — Acceptation d'une fondation d'obit faite par le sieur Galaud à la condition d'être enseveli dans le cloître, « proche le refectoir » (28 septembre 1651). — Ordonnance du provincial « pour estre lue de trois mois en trois mois, en plein chapitre » des religieux d'Albi (12 juin 1657). — Autre ordonnance interdisant la fréquentation des couvents de femmes, prescrivant l'usage de draps de lit en drap et proscrivant ceux de toile (12 février 1660). — Choix du sieur Jarlan comme médecin du couvent, à la place du sieur Luques, décédé (20 avril 1662). — Ordonnance du provincial « contre ceux qui imposent des noms », c'est à dire au sujet de quelques religieux dissolus et libertins, foulans aux pieds tout respect et crainte de Dieu, [qui] se seroient émancipés et emportés jusques là que d’inventer et composer certaines confréries bouffonnes, ridicules, contraires à l'esprit de Dieu et de l'Evangile,… déchirant la réputation du tiers et du quart par la fiction des noms grotesques et chimériques et par des appellations esgalemenl odieuses et injurieuses à la personne de leurs confrères… (8 juillet 1659). — Ordonnance du P. général de l'ordre retardant la tenue du chapitre provincial d'Aquitaine (27 février 1663). — Remplacement du médecin Jarlan, décédé, par le sieur Périer (7 septembre). — Tous les religieux et novices signent sur un registre qui leur a j été présenté par l'évêque d'Albi une formule de serment contre les propositions de Jansenius (24 juillet 1665). — Ordonnance du provincial sur divers points de discipline (24 octobre). — Actes du chapitre général de l'ordre, tenu à Rome en 1666, — des chapitres provinciaux tenus à Cahors le 8 mai 1667 et le 29 avril 1668. — Ordonnance du provincial (1er février 1670). — Actes du chapitre provincial tenu à Lauzerte le 24 avril 1671. — Ordonnance du provincial (21 octobre). — Projet d'abandon de l'enclos situé près de la Porte neuve à la ville d'Albi, en échange de maisons qu'achèterait la dite ville pour les donner au couvent qu'il est nécessaire d'agrandir et d'isoler (2 septembre 1672). — « N'y ayant point d'aparence qu'on puisse comencer une nouvelle église pour respondre à la magnificence du couvent », il conviendrait de faire vouter celle qui existe et d'aménager dans le fond deux chapelles (11 novembre 1673). — Le R. P. Protais de Saint-Benoît élu pour prieur du couvent d'Albi par le chapitre provincial tenu à Aurillac le 30 novembre 1677, est reconnu comme tel par les religieux (8 décembre 1677). — Ordonnance du provincial (29 avril 1679) — Actes du chapitre provincial tenu à Albi le 4 mai 168. — Le 7 juillet 1681, décès du R. P. Norbert de Saint-Jean, âgé de 46 ans, qui fut enseveli le lendemain dans l'église du couvent ; il avait été prieur de l'ermitage [de la forêt de Valence ou de Saint-Amarand ?] et définiteur de la province. — Actes des chapitres provinciaux tenus à Cahors le 18 mai 1685, — à Lauzerte le 9 mars 1686, — à Cahors le 11 mai 1691. — Prises d'habit, députations aux chapitres de l'ordre (passim).
Description physique : (Registre.) — Petit in f° , 161 feuillets, papier.
H 110*1691-1756
« Décisions du couvent d'Albi », depuis le 13 novembre 1694. — Des feuillets liminaires portent un état incomplet des charges de la communauté (1691). — Lettre du prieur général au provincial d'Aquitaine (11 octobre 1692) et articles arrêtés par celui-ci (16 mai 1693) pour la réformation des couvents de cette région. — Actes des chapitres provinciaux tenus à Albi les 15 mai 1693 et jours suivants, — à Cahors les 9 juin 1696 et jours suivants, — à Mortemar du 3 au 5 mai 1697, — à Lauzerte les 26 novembre 1698 et jours suivants, — à Montauban du 15 au 17 mai 1699, — à Mortemar les 1er mai 1700 et jours suivants, — à Aurillac du 22 au 24 avril 1701 et les 4 mai 1703 et jours suivants. — à Aurillac du 18 au 20 avril 1704. — Larcin de menus objets par un religieux « notoirement connu comme un larron dans toute la province », le coupable qui s'est enfui est déclaré apostat (6 septembre). — S'étant constitué prisonnier, il est condamné « à prendre la discipline trois fois la semaine pendant six mois de temps » (17 août 1705). — Choix du sieur Cesquier fils pour médecin de la communauté, lequel recevra un setier de blé de gratification par an (9 avril 1706). — Prêt de 2000 livres aux consuls de Lamillarié qui doivent payer 1200 pour leur part de la taxe de 44000 livres imposée sur la baronnie de Lombers qui avait acquis pour 200000 livres le domaine royal (11 décembre 1706). — Actes du chapitre provincial tenu à Montauban les 4 mai 1708 et jours suivants. — Démission du prieur et son remplacement (8 mai). — Actes des chapitres provinciaux tenus à Cahors les 26 avril 1709 et jours suivants. — à Lauzerte les 1er mai 1711 et jours suivants, — à Limoges les 22 avril 1712 et jours suivants, — à Albi du 12 au 14 mai 1713. — Permutation du prieur (10 juin). — Actes du chapitre provincial tenu à Aurillac les 17 mai 1715 et jours suivants. — Condamnation à la prison d'un religieux qui s'était évadé deux fois du couvent pendant la nuit (5 octobre). — Actes des chapitres provinciaux tenus « in conventu Plodii » (Pléaux) les 8 mai 1716 et jours suivants, — à Figeac du 23 au 25 avril 1717, — à Montauban du 13 au 16 mai 1718. — Mention d'une bulle du pape Clément XI condamnant « Le nouveau testament en françois, avec des réflexions morales sur chaque verset. A Paris, 1699 » et « Abbrégé de la morale de l'Evangile, des actes des apôtres, des épîtres de saint Paul, des épîtres canoniques et de l’Apocalipse ou Pensées chétiennes sur le texte de ces livres sacrés, etc. A Paris. 1693 et 1694 ». — Actes des chapitres provinciaux tenus à Aurillac du 5 au 7 mai 1719. — à Lauzerte du 26 au 28 avril 1720. — Acceptation d'une fondation d'obit par Dominique de Vésian, receveur des tailles au diocèse d'Albi, pour le repos de l'âme de sa femme, Claire Cesquière (31 juillet 1722). — Actes des chapitres provinciaux tenus à Cahors du 12 au 14 mai 1724, — à Lauzerte du 27 au 29 avril 1725. — Complément d'une fondation pieuse en l'honneur de saint Raimond Nonnat par Raimond Séré, marchand d'Albi (19 janvier 1727) — Actes des chapitres provinciaux tenus à Figeac le 8 mai 1727 et jours suivants, — à Limoges du 13 au 15 mai 1729. — à Lauzerte du 5 au 7 mai 1730. — Lettre du P. général de l'ordre au provincial d'Aquitaine, où il est fait allusion aux « afiliés du couvent de la place Maubert » [à Paris] (Rome. 8 juin 1730). — Actes des chapitres provinciaux tenus à Aurillac du 20 au 22 avril 1731, — à Figeac du 9 au 11 mai 1732 et du 1er au 3 mai 1733. — Déclaration d'apostasie contre un frère lai du couvent qui a disparu depuis un mois (8 juillet). — Actes des chapitres provinciaux tenus à Aurillac du 21 au 23 mai 1734, — à Cahors du 6 au 8 mai 1735, — à Figeac le 27 avril 1736 et jours suivants, — à Cahors du 18 au 20 octobre 1737, — à Limoges du 24 au 27 avril 1739. — à Montauban du 12 au 14 mai 1740, — à Aurillac du 20 au 23 avril 1742, — à Limoges du 8 au 20 octobre 1743, — à Cahors du 14 au 17 mai 1745, — à Montauban du 29 avril au 1er mai 1747, — à Limoges du 10 au 13 mai 1748 et du 2 au 4 mai 1749, — à Pléaux du 7 au 10 mai 1751 et du 15 ou 17 septembre 1752, — à Mortemar du 14 au 16 septembre 1753. — Déclaration d'apostasie contre un novice fugitif (10 mai 1753). — Même condamnation prononcée contre deux antres frères qui se sont enrôlés dans le régiment de Flandre (18 janvier 1756). — Elections des « officiers » du couvent ; réception des prieurs nommés par les chapitres provinciaux ; prises d'habits ; affaires relatives aux fondations d'obits et à la gestion des biens de la communauté (passim).
A l'envers du registre est un recueil des « titres concernant les aflaires de moy Jean Salles, procureur en la souveraine cour de Parlement de Tolose et Chambre de l'Edict de Languedoc establie à Castres, natif et habitant d'Alby, 1605. » Notes généalogiques remontant à l'année 1500, concernant les familles Solages dont les armoiries portent « ung soleil », Falgas, Salles, Dumas, Chanut, Jean Salles avait épousé en 1610 Béatrix Chanut, fille de Pierre, procureur au Parlement et à la Chambre de l'Edit ; il était fils de Jean Salles, marchand, et de Marie de Solages. — Transcription des actes cités dans ces notes et de plusieurs autres intéressant la famille Salles (1510-1639) : fondation d'obit, pactes de mariage, testaments, ventes, achats et échanges, procédures.
Les notes de Jean Salles occupent les parties laissées libres par les comptes (très incomplets) d'un marchand (1565-1581). La nature des objets vendus n'est pas indiquée mais le chiffre des affaires est souvent assez élevé.Les clients résident à Toulouse, en Espagne, à Lyon, Montauban, Leyde. etc. Il est fait des prêts d'argent aux Capitouls de Toulouse. Pour tous détails, le marchand renvoie « au grand livre de raysons ».
Description physique : (Registre.) — In-4°, 118 et 70 feuillets, papier.
Recueil d'actes divers (1451-1736) retour
H 111*1454-1707
Recueil d'actes divers. — Confirmation par Jourdain Calmetes, sr de Labessière, d'une donation aux Carmes de 10 setiers de blé de rente sur un bien situé à Sérénac, faite en 1428 par un autre Jourdain Calmetes dont il a hérité par l'intermédiaire de son père, Bertrand (22 février (1453-1454). — Reconnaissances de ces biens (1479-1634), — Procès relatifs à cette rente (1599) et accord avec le tenancier Abel de Rotoulp, sr de Lescout et des Farguettes (1601). — Arrêts du Parlement de Toulouse contre les tenanciers de biens provenant d'obits fondés par Louis Mouret et autres (1607-1614). — Reconnaissance du mas de La Voulte ou Tailleferrié, au consulat d'Albi (1622). — Partage de la succession de Jean de Nupces qui, par testament du 4 septembre 1531, avait institué héritiers ses fils François, bourgeois d'Albi, et Claude, docteur en droit, lieutenant du roi en la sénéchaussée de Toulouse. François était mort en 1547 laissant un fils, Claude, alors en bas âge, dont le tuteur fut Jean, son oncle, chanoine de la cathédrale d'Albi, jusqu'à l'époque de sa majorité en 1564. Le partage a lieu celle même année entre les deux Claude, oncle et neveu, qui conviennent entre eux du payement des fondations faites en faveur d'établissements religieux, notamment du couvent des Carmes d'Albi. — Arpentement et liève du domaine de La Voulte ; parmi les tenanciers est Pierre Alary, trésorier général de France (1621). — Constitution d'une rente de 37 livres, 10 sous en faveur des Carmes par Anne Escarlhan, veuve de Jacques Puech, d'Albi, moyennant la somme de 600 livres (1626). — Rachat de censives grevant des biens des Carmes dans le consulat de Saint-Juéry. — Testament d'Anne Gayral, d'Albi, veuve Teysseyre, qui fonde un obit (2 février 1543-1544). — Différends et sentences touchant ces legs (1588-1631). — Reconnaissance en faveur des Carmes d'une terre située à La Carpayrenque, consulat d'Albi (1521). — Fondation d'obit par Antoine de Bages, d'Albi (1491). — « Acta de observandis constitutionibus reformationis in ; conventu Albiœ erogata et habita » (15 mars 1636). — Testament de Jean Salles, avocat d'Albi, qui institue héritier le couvent des Carmes (14 juillet 1644) — Bail des biens de Saint-Juéry (1645). — Fondation d'obit par Marie Coues (1639). — Donation aux Carmes de terres situées à Lamillarié par Jeanne Dammarlin, veuve Denys, d'Albi (1646). — Acquisition par le couvent d'Albi de celui de Montauban d'une rente en blé grevant des biens à Castelnau-de-Lévis (31 décembre 1646). — Actes concernant Olivier Alary, receveur des décimes du diocèse d'Albi, sa femme, François Denis, et leurs enfants, Géraud, procureur du roi en la viguerie d'Albi, et Françoise (1635-1648). — Accord avec Jacques de Lapanouse, sr d'Aigou, et sa mère Jacqueline de Prohenquières, au sujet d'une métairie dans la paroisse de Sérénac (1649). — Testament et obit de Françoise de Vaux de Lamothe, veuve de Pierre de Frausseilles, sr de Lavelanet, dont les héritiers sont ses neveux, André et Paul de La Baudière (9 novembre 1652). — Accord au sujet de l'obit fondé en 1491 par Antoine de Bages, écuyer d'Albi (ci-dessus), auquel ont succédé Pierre, son fils, puis Antoine, gentilhomme ordinaire de la reine Jeanne de Navarre, et Guillaume, fils de ce dernier. Guillaume représente le fondateur ainsi que Jean de Ciron, sr de La Peyrouse, comme tenancier de la métairie grevée de la rente obituaire et située dans les consulats de Montsalvy et Labastide-Dénat (1651). — Testaments et fondations d'obits de Marie Valèze, femme d'Antoine Mailhol, chaussatier d'Albi (30 septembre 1652), — de Perrette Senescalc, veuve Sazy (4 décembre 1635). — Acquisition pour 4000 livres d'une métairie située dans les consulats d'Andouque, Saussenac et Saint-Grégoire (1655). — Prêt de 450 livres à la communauté d'Energues (1653). — Testament et obit d'Antoine Barbes, bourgeois d'Albi (7 décembre 1654). — Réparations à la métairie d'Andouque ci-dessus (1655). — Cession aux Carmes d'une créance sur la communauté d'Albi (1657). — Dette envers le couvent de 400 livres contractée par Jean Salles, procureur en la Chambre de l'Edit de Castres, représenté par Jeanne Lebrun, fille et héritière de François Lebrun, receveur des tailles au diocèse d'Albi (1664). — Accord avec Louis Boyer, d'Albi, au sujet de divers obits (1670). — Testament et obit de Marguerite de Bages, fille et héritière de Guillaume de Bages, écuyer, et de Marie de Frégeville (15 octobre 1664). — Partage de la succession de Jean de Nupces (1664. Voy. Ci-dessus.) — Accord avec Guillaume Lagarde, prébendier de la cathédrale d'Albi, au sujet d'un legs fait au couvent par son oncle Pierre Lagarde, aussi prébendier (1677). — Marché conclu avec deux maçons, Jean et Martial Issam, frères, qui doivent « continuer et parachever de vouter l'église du dit couvent, tout de même que la voute qui se trouve déjà faite de partie de la dite église, afin que celle qui se fera soit antierement semblable et que toutes soient sur un même niveau et figure », moyennant 14 sous la canne carrée de construction, plus une barrique de vin ; pour les cintres et autres charpentes les dits maçons et un charpentier recevront 30 livres et un « barricat » de vin (7 février 1660). — Bail à mi-fruits d'une métairie située à Lamillarié (1678). — Marchés conclus avec le maçon Antoine Imbert pour la façon de la voute du grand réfectoire du couvent, qui mesure 14 cannes de long sur 4 de large, moyennant la somme de 300 livres, et avec un charpentier pour « hoster et descendre le plancher qui couvre à présent le dit réfectoire, les poutres qui soutiennent iceluy et les corondats des chambres qui sont par dessus et suspendre le toit, faire les sindres (cintres) nécessaires pour monter le réfectoire » et autres charpentes, moyennant 80 livres (7 janvier 1679). — Accord au sujet d'une rente avec Marie de Rames, veuve de Charles de Berne, sr de La Gautayrié (1679). — Fondation d'obit par Pierre Puech-la-Forêt, bourgeois d'Albi (1680). — Bail à mi-fruits d'une métairie dite de Lacam, dans le consulat de Saussenac (1685), — d'une autre dans le consulat de Sérénac (1686). — Afferme de terres à Labastide et Fréjayrolles, — d'une vigne à Puech-petit, consulat d'Albi (1687). — Achat de bois de charpente de chêne pour les constructions du couvent, au prix de 110 livres (1687). — Accord avec Pierre de Reynes, écuyer d'Albi, au sujet de l'obit fondé en 1543-1544 par Anne Gayral. — Marché conclu avec le maçon Antoine Imbert qui doit « bâtir avec brique, chaux et sable les murailles de la grande salle que le R. P. provincial a fait dessein de faire faire dans le couvent des Carmes, lesquelles murailles seront de la même élévation et hauteur que celles du cloître et auront d'épaisseur dans les fondemens deux pointes de brique et hors des fondemens une pointe et demy, auxquelles murailles le dit Imbert faira par dehors des bulles et piliers nécessaires qui auront de sortie une pointe et demy et cela pour porter la voute et en [devra] faire deux autres finissant en talus dans le coin du bâtiment, toutes de l'hauteur de l'arc doubleau de la voute, faira aussi les piliers au dedans pour porter les crosiers et arcs doubleaux », le tout moyennant 18 sous la canne carrée, plus une barrique de vin et 3 livres pour la taille des briques de chaque ouverture (22 mars 1688). — Réduction d'une rente servie à Claire Roger, veuve de Pierre Metge, bourgeois d'Albi (1690). — Fondation d'obit par Pierre de Martin, avocat d'Albi. — Cession aux Carmes d'une créance de 1188 livres par Jean Gardés, avocat, fils et héritier de Guillaume. — Afferme de biens à Sérénac et Albi, quittances diverses (1701-1707).
Description physique : (Registre.) — In-f° , 209 feuillets, papier.
H 112*1641-1736
Recueil d'actes divers. — Baux à biens situés à Poulan, Albi, Saint-Cirgue. — Constitution de rentes en faveur du couvent. — Bail à besogne conclu avec le maçon Antoine Imbert pour la construction d’un mur en briques « couroir en dourtoir, qui est du costé du couchant », à raison de 12 sous la canne carrée de maçonnerie (1er juin 1676). — Règlement d’un différend avec le supérieur de l’ermitage de Saint-Amarand près d’Albi, auquel les Carmes restituent divers objets qu’un religieux ermite avait dérobés à l’ermitage pour leur donner en compensation de frais occasionnés par l’obtention de diverses dispenses en cour de Rome (1676). — Fondation d’obit par diverses dispenses en cour de Rome (1676). — Fondation d'obit par Anne Lion (1641). — Marché avec Antoine Imbert qui voutera la chapelle où se trouvait une statue de saint Sébastien, que l'on réunit à la chapelle de Notre Dame du Scapulaire, pour le prix de 45 livres (26 avril 1677). — Autorisation donnée par la confrérie de saint Sébastien de transporter la dite statue dans la chapelle en face (4 avril). — Testament de Guillaume Dueymes, avocat, portant fondation d'obit (27 février). — Vente par Marie de Nupces, veuve de Georges de Laroquebouillac de ses biens situés à Maussans pour 377 livres et quelques sous qu'elle devait au couvent (1721).
Description physique : (Registre.) — in-f°, 41 feuillets, papier.
Donations (1325-1639) retour
H 1131325-1639
Donations faites au couvent. — Donation par l'évêque d'Albi, Béraud, d'une grange située au delà de la porte du Vigan, à Albi (16 septembre 1325). — Acquisition par Jean GriffoLiève s d'une maison, rue de l'ort de S. Salvi (4 janvier 1470-1471), immeuble que l'acheteur donna plus lard aux Carmes, suivant une note inscrite au dos de l'acte. — Donations par Raimond Masse d'une vigne située à Saint-Amarand, près d'Albi (3 mai 1496), — par Pierre de Bages, bourgeois d'Albi, d'une maison rue d'en Timball (4 juin 1502). — Homologation par le Parlement de Toulouse de lettres patentes du mois de septembre 1638 par lesquelles le roi donnait aux Carmes d'Albi 20 arpents de terre attenant à l'ermitage Saint-Louis « en la plaine de Vistre » (29 avril 1639).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et une pièce, papier.
Acquisitions (1470-1741) retour
H 1141470-1609
Acquisitions. — Vente d'une vigne al puech de Foys par un particulier à un autre auquel les Carmes ont plus tard succédé (9 mai 1470 et 13 septembre 1497). — Acquisitions d'une vigne au même lieu par le couvent, moyennant 30 livres (15 avril rente 1501), — de terre, bois et vigne à Maussans pour 44 livres (25 août 1507), — d'une vigne au puech de Foys pour 37 livres (16 janvier 1515-1516), — d'une métairie au mas de Bugarel, consulat de Lamillarié, appartenant à Guillaume Escarlhan, pour le prix de 800 livres (16 mai 1545). — Lauzime de vignes situées au puech de Foys en faveur des Carmes par le chapitre de Saint-Salvi d'Albi (21 mars 1555-1556). — Acquisitions d'une maison, à Albi, rue del poutz de la grave, appartenant à Barthélemy Jacme, maréchal, pour 100 écus sol ; cet immeuble confronte avec le couvent et l’église des religieux, avec la place de la grave et la rue « allant de la dite place à la porte neufve » (4 mars 1588), — d'une autre maison rue de la Tour de la Violette, appartenant à Bernard Puech, de Labastide-Dénat, pour 250 livres (6 novembre 1596). — Rachat d'une terre et d'un pré à Labastide-Dénat précédemment vendus à Jean Puech et possédés par sa fille Catherine Dupuy (sic) mariée à Jean de Lavedan, bourgeois d'Albi (7 mai 1609).
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, parchemin, et 1 pièce, papier.
H 1151631-1678
Acquisitions d'une maison au mas de Bugarel pour la somme de 275 livres (1631), — d'une autre maison à Albi, rue del Serieys appartenant à François Jean pour 500 livres (1635), — d'une autre attenant au couvent, place de la grave, indivise entre l'hôpital Saint-Jacques et Guillaume Pelissier, avocat, héritier de Guillaume Monclar, pour 300 livres, — d'une autre, rue del Serieys, dépendant d'une chapellenie fondée par Antoine Caylar, marchand, pour 80 livres, — d'une autre encore à la tour de la Violette, pour 20 livres, — d'une autre, rue del Serieys, pour 75 livres (1636), — d'une autre, même rue, appartenant à Bertrand Vaysse, prêtre, confrontant « par derrière avec le jardin du couvent que les religieux ont destiné pour faire et bastir partie de leur cloistre, d'un cousté avec ung sol ou patu apertenent aussi au dit couvent,.. » (1637), — d'une autre, même rue, pour 240 livres, — d'une autre, rue del poulz de la grave, pour 900 livres (1638). — d'une autre, place de la grave, pour 80 livres (1647), — d'une autre, rue del Serieys, échangée contre une située « à la voulle » de la dite rue (1649).
Description physique : (Liasse.) — 29 pièces, papier.
H 1161693-1741
Acquisitions d'une maison avec patus à Albi, rue de la Guirguillarié, confrontant avec un petit jardin des Carmes, pour la somme de 100 livres (1693), — d'une partie de maison, sans indication de la rue où elle est située (1694), — d'une maison, « au quartier de la porte neuve, rue de la tour de la Violette ou Guirguillarié », pour 60 livres, — de terres, vignes, prés, jardin et granges au mas de Bugarel, consulat de Lamillarié, pour 965 livres, — d'une maison à Albi, rue de la Vistour vieille, appartenant à Marie Malus, femme d'Antoine Dupuy. Pour 95 livres (1696), — d'une terre à la Cèbe, juridiction d'Albi, pour 195 livres (1742), — de domaines dans les consulats de Lamillarié et de Saint-Benoît, appartenant à Tristan de Corneilhan, pour 865 livres (1720), — de terres dans le consulat de Maussans, appartenant à Charles de Laroquebouillac, « baron et seigneur de Bar, Rouffiac, Maussans et autres lieux », fils de Georges, moyennant 105 livres (1722), — d'une vigne dans le consulat de Fénols pour 50 livres ; — d'une maison à Albi, « derrière le couvent », pour 70 livres (1728), — d'une vigne dans le consulat de Fénols pour 40 livres, — d'une terre dans le consulat de Saint-Benoît de Fredefonds pour 40 livres (1729), — d'une maison à Albi, rue del Serieys (1730, simple mention), — d'une maison avec patus au « cul-de-sac de la Gorgalerie » pour 20 livres (1738), — d'un petit domaine dans le consulat de Rouffiac, appartenant à François-Joseph Picarel, sr de La Tour [d'Escabrins], habitant de Labessière [-Candeil], pour 255 livres (1741).
Description physique : (Liasse.) — 32 pièces, papier.
Cens ou rentes (1319-1792) retour
H 1171319-1654
Cens ou rentes. — Cession par Bernard Fenasse, moyennant la somme de 12 livres tournois, de la moitié des cens et droits d'arrière acapte, évalués en deniers Raimondins, qu'il possède sur des jardins situés à Albi et qui (d'après une note inscrite au dos de l'acte) correspondent à l'emplacement de l'ancien enclos du couvent ; les Carmes sout représentés par leur prieur, Jean de Ginhac, et par leur syndic (24 décembre 1319). — Cessions ou constitutions de cens ou rentes par Jean Alari, seigneur de Tanus, sur des biens situés à Castelnau-de-Lévis. Lescure et Taïx, le prieur du couvent étant Etienne Ricard (28 janvier 1501-1502), — par diverses personnes sur une métairie de Tailleferrié, juridiction d'Albi : deux setiers de blé pour 30 livres, 15 sous en 22 écus petits (1504), — sur une terre située à Orban : un setier de blé moussolle pour 20 livres (1557), — de 37 livres, 10 sous pour 600 livres (1626), — de 2 écus exigibles de la communauté de Dénat, moyennant 217 livres (1631), — de 12 livres, 10 sous pour 200 livres (1654).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 7 pièces, papier.
H 1181663-1792
Cens ou rentes. — Cessions ou constitutions de rentes en faveur du couvent par diverses personnes : d'une rente de 6 livres, 5 sous, moyennant 100 livres (1663), — de 43 livres, 15 sous pour 700 livres (1666). — de 25 livres pour 400 livres, constitution faite par Marie de Rames, veuve de Charles de Berne, sr de La Gantairié (1668), — de 5 charretées de foin du poids chacune de 10 quintaux, 50 livres à prendre sur un pré situé dans le consulat de Lasalle-Padiès, pour 200 livres (1673), — de 31 sous, 3 deniers pour 25 livres (1677), — de 8 livres, un sou, 9 deniers pour 150 livres (1699), — de 54 sous, 6 deniers pour 60 livres (1710), — de 4 setiers de blé et 2 setiers d'avoine cédés par Marie de Nupces, en payement d'une rente obituaire (1714), — d'un setier de seigle à prendre sur le domaine de La Pagésié, consulat de Sérénac, pour 300 livres, constitution faite par Marie de Clergue, veuve d'Alexis de Martrin, sr du Pouget (1723). — Répertoire des débi-rentiers du couvent, dressé en 1755. — Délibération des Etats de Languedoc au sujet d'un emprunt de 15 millions délivres (11 décembre 1781). — Constitution de 60 livres de rente un capital de 1200 livres, sur la province de Languedoc en conséquence du dit emprunt (1783). — Note relative à un arrêté du Directoire du département autorisant le citoyen Rabastens à se libérer d'une rente grevant des biens situés à Salies ou Tailleferrié (1792).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 18 pièces, papier, dont 3 imprimées.
Obits (1311-1779) retour
H 119*1311-1732
Obits. — « Estat au long des fondations faites au convent des Carmes d'Alby depuis l'establissement de dits religieux dans la dite ville, autant qu'il en peut conster par les titres du convent, rangées icy selon l'ordre du temps auquel elles ont esté faites, aussi bien que les rentes en argent sans fondation ». — Le nombre de ces dons ou legs est de 158 ; l'analyse de chacun est suivie de la mention des actes s'y rapportant ultérieurement. — Le premier est l'accord conclu entre l'évêque d'Albi, représenté par procureur, et Bernard de Laporte, sindic du provincial des Carmes d'Aquitaine, relatif à l'établissement du couvent d'Albi (13 juillet 1311). — Donation par l'évêque d'Albi Bérand d'une grange destinée à agrandir l'enclos du couvent (16 décembre 1325). — Donation d'une rente de 15 livres par Béatrix, vicomtesse de Lautrec, à charge de célébrer une messe quotidienne (24 novembre 1330). — Dons ou legs de cens ou d'espèces faits par Jourdain Calmettes, chevalier, docteur en droit (21 juillet 1428), — Pierre de Villadier, notaire d'Albi (23 octobre 1468), — Antoine de Bages, marchand d'Albi (300 livres « pour bastir un chapitre et dessus une bibliothèque, plus une chappe de velours pour les processions, de la valeur de 90 ducats d'or, plus trois tasses d'argent du poids de deux marcs pour faire un calice, plus six setiers de froment de rente », 25 avril 1491), — Thomas Arnail, marchand d'Albi (24 juillet 1502), — Jean Rabaudi, notaire (14 février 1505-1506), — Louis Mouret, marchand (26 juin 1516), — Jean de Nupces (4 septembre 1531), — Jeanne Dax, veuve de François Arnaud, licencié en droit (2 juillet 1532) ; — la veuve du notaire Bertrand Rabaudi (13 mai 1540), — Anne Gairal (2 juin 1533), — Agnès Gairal, veuve d'Antoine Teyssier (2 février 1543-1544), — Salvi Saignes, licencié en droit (14 novembre 1549), — Jean Geofredi, notaire (2 septembre), — Guillaume Rieunau, prêtre (12 novembre 1554), — la veuve de Jacques Rabaudi, notaire (1er février 1656 pour 1556-1557 ?), — Antoine Boissière, marchand (5juin 1583 ; — Jean de Castelnau (vente de terres à Lamillarié, 1567), — Jean Mestre, notaire de Poulan (17 octobre 1573), — Catherine Lafon, veuve de Raimond Cavaleri, avocat (21 mars 1588), — Géraud Esbaidit, « sacristain du Roy » (19 septembre 1592), — Guillaume Durand, notaire (25 novembre 1597), — Catherine Dassier, veuve de Jean Fabri, procureur au siège d'Ambialet (25 novembre 1598), — Gaspard Martin, bourgeois (14 juin 1600), — Pierre Passemar, praticien (18 mars 1601). — Jean Rougier, marchand (22 novembre 1603), — Bernard Martin, bourgeois (23 avril 1605), — Honorat Martin, marchand (2 mai 1621), — le P. Bernard Meaut, Carme et supérieur du couvent d'Albi (4 juin 1626), — Jean Délias, Carme, aumônier du prince de Condé, (transmet 30 livres que le prince affecte à la fondation d'un obit pour Jacques Bauchdron, son garde du corps, 19 juin 1628), — Jeanne Fabri, veuve de Bernard Raynaud, avocat (23 septembre 1630), — Michel Bès, avocat (don de 2 000 livres pour être employées à l'édification de la voute de l'église des Carmes (20 mai 1631), — Géraud Lebrun, receveur des tailles (10 septembre 1633), — Antoine Molinier, portier de la porte du Vigan (2 novembre 1638), — Claude Blaignan, veuve de Georges Maillard, médecin (don de 1200 livres pour « continuer le bastiment de l'esglise du couvent », 29 janvier 1643), — Jean Sales, avocat (institue le couvent son héritier universel, sa succession devant servir « à l'édifice du dit couvent et esglise », 14 juillet 1644), — Louis Lebrun, « de l'école mage » (. . . 1647), — Jean Galaup, avocat (20 septembre 1651), — Françoise de Vaux de Lamothe, veuve de Pierre de Frausseilles, sr de Lavelanet (9 novembre 1652), — Maffre Molinier, notaire (2 octobre 1656), — Pierre Lagarde, prébendier (13 octobre 1660), — Guillaume Rieunau, apothicaire (5 novembre 1659), — Marie Martin, veuve de Jean Servientis, avocat (27 mai 1666), — Roland Coupelet, « peintre de feu Mgr du Lude, evesque d'Alby » (don de 1000 livres) ; « le dit sieur mourut le 27 août 1668 et fut enseveli le 28 » (22 août 1668), — Françoise Alary, fille de feu Olivier, receveur (20 octobre 16691, — Marguerite de Bages, fille de feu Guillaume, écuyer (14 octobre 1664), — Guillaume Dueymes, avocat, de Mailhoc (27 février 1676), — Louis de Saint-Paul, sr de Grailhac (15 novembre 1678), — Antoinette Molinier, femme de Viguier, « nostre notaire » (27 février 1681), — Pierre Marlin, avocat (9 novembre 1689), — Suivent des notes sur les biens du couvent provenant ou non de fondations. — « Le plus ancien de tous les [biens-] fonds est le « jardin qui est hors de la ville, où estoit « basti l'ancien couvent » ; mention d'un « attestatoire en parchemin, signé par plusieurs habitans devant le vicaire général, de l’estat où estoit le dit couvent devant la dite démollition arrivée l'an 1585 (sic) (f° 121). — Le 13 juin 1386, Durand Soubiran elsa femme avaient donné aux Carmes plusieurs immeubles dont une maison à Albi, « lieu dit à la porle del Vigan et devant la dite porte ». — Dons de plusieurs vignes par divers particuliers (XIVe-XVIIe s.). — Nomenclature des biens aliénés par les Carmes (1377-1655). — Fondations d'obits (complément) de Raimond Séré, marchand d'Albi (20 mai 1720), — Pierre Imbert, conseiller du roi, habitant de Moulins (4 février 1711), — Madeleine de Boucherambault (en marge 1715), — Victor de Metge (17 avril 1720), — Dominique de Vésian, receveur des tailles au diocèse d'Albi (31 juillet 1722).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 290 feuillets, papier.
H 1201330-1618
Obits. — Donations entre vifs ou le plus souvent testamentaires, à charge d'obit, faites j par la vicomtesse de Lautrec, Béatrix, qui lègue aux Carmes une rente annuelle de 15 livres (24 novembre 1330), — Bertrand Anelli, damoiseau d'Aussac (27 juillet 1337), — Durand Soubiran d'Albi (13 juin 1386), — Durand Montalsac, notaire d'Albi (8 octobre 1361), — Jean GriffoLiève s qui lègue une maison à Albi rue des Yssernits et une vigne al puech de Foys, consulat d'Albi (4 juillet 1474). — Jean Aymeric, atteint de la peste qui règne à Albi (17 août 1482), — Antoine de Bages (15 avril 1491). — Jean Treilhou (18 mai 1504), — Jean Perols (25 avril 1505), — Marguerite Jouy qui institue héritier universel le couvent des Carmes (15 février 1514-1515), — Louis Moret, marchand (26 juin 1516), — Antoine Bène, de la paroisse de Saint-Juéry (12 avril 1529), — Jeanne Dax, veuve de François Arnaud, licencié en droit (2 juillet 1532, — Antonia Cabirol, mère de Louis Moret ci-dessus (13 janvier 1534-1535), — Antoine Molinier (4 mai 1537), — Guillaume Escarlhan (1er mai 1539), — Jean Lafon, de la paroisse de Moularès (20 janvier 1552-1553), — Jeanne de Baure, vcuvè de Rigal Escarlhan, de Lamillarié (1er septembre 1555), — Anne David, veuve de Jacques Rabaudi, notaire (1er février 1556-1557), — Pierre Galaup (8 février 1562-1563), — Bernard Mestre, prêtre de Poulan (30 juillet 1569), — Antoine de Bages (3 décembre 1571), — Jacques Blanc, prêtre de Lombers (3 mars 1583), — Géraud Esbaldit (1592), — Pierre Passemar, praticien, habitant de Carlus (18 mars 1601), — Jean Lafon (13 mars 1603), — Madré Budel, de Labessière-Candeil (5 octobre 1618).
Description physique : (Liasse.) — 13 pièces parchemin, et 25 pièces, papier.
H 121*1571-1681
Obits. — Transcription in extenso de 41 actes de fondations obituaires, avec répertoire en tête (1571-1670). (Voy. H. 119.) — Le peintre d'Albi, Roland Coupelet, fait son testament, le 22 août 1668, « à une chambre du palais épiscopal » ; il laisse 1000 livres aux Carmes pour un service obituaire et institue héritier « Jacques Romegoux, son disciple et serviteur despuis longues années. » Le 7 juillet 1669, l'assistant du P. provincial des Carmes d'Aquitaine autorise le couvent à consacrer la dite somme de 1000 livres à « faire baslir un quatriesme quartier de cloistre. » — Fondation d'obit par les religieuses de Notre-Dame du Bout-du-pont [Visitandines] dont la supérieure est Marie-Angélique de Lagrave (7 juillet 670). — A l'envers du registre on a copié plusieurs actes d'acquisition par les Cannes (1631-1681).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 114 et 20 feuillets, papier.
H 1221621-1660
Obits. — Donations entre vifs ou le plus souvent testamentaires, à charge d'obit, faites par Honorat Marty, marchand d'Albi (2 mai 1621), — Claude Vaisse, de Saliès (3 février 1623), — Jacques Bruel, cardeur de laine (23 décembre 1625), — Marie Lafon, femme de Claude Galonnier (18 février 1628), — François du Solier d'Esbaldit (26 juin), — Hélène Calvignac, de Sauveterre en Rouergue (10 mars 1630), — Jeanne Fabry, veuve de Bernard Raynaud, avocat (3 septembre), — plusieurs pestiférés dont les dispositions testamentaires sont retenues par le notaire se tenant dans la rue, tandis que le testateur est à une fenêtre de sa maison (1631), — Guillaume Laporte, religieux Carme (14 novembre 1633), — Marguerite Robert (2 janvier 1635), — Raimond Tirevielhe, marchand (6 mai 1637), — Jacqueline de Bores ou de Baures, veuve de Guy de Lapanouse, sr d'Aigou (18 août 1642), — Claude Blanian, veuve de Georges Maillard, docteur en médecine (29 janvier 1643), — Hélix Roger, veuve de Jean de Lescols, lieutenant au siège de judicature de Villefranche d'Albigeois (27 octobre 1645), — Jean Maillard, marchand de Toulouse, qui laisse notamment 1000 livres par an, pendant dix années, pour l'entretien de six écoliers Anglais, Ecossais ou Irlandais, étudiants en l'Université de théologie, plus à diverses personnes, églises ou confréries environ 22000 livres (1er octobre-16 novembre 1646), — Jacqueline de Bares ci-dessus (26 août 1651), — Maffre Molinier, notaire (2 octobre 1656), — Pierre Lagarde, prébendier de l'église cathédrale d'Albi (13 octobre 1660).
Description physique : (Liasse.) — 44 pièces, papier.
H 1231639-1738
Obits. — « Bref répertoire des obits fondés en l'église des Pères Carmes d'Alby, faict l'an 1639 par le R. P. Tuant et refait Tan 1671 par le R. P. François de saint Michel, prieur, comprenant les biens fonds, les rentes en bled et les rentes en argent, » avec des additions postérieures à la dernière de ces dates. — Les fondations analysées sont comprises entre les dates extrêmes de 1428 et 1694. — A la suite viennent quelques notes relatives aux procès et aux acquisitions du couvent de 1693 à 1738. — Répertoire des tenanciers ou débiteurs en tête du cahier.
Description physique : (Cahier.) — In-f-, 50 pages, papier.
H 1241664-1776
Obits. — Donations entre vifs ou le plus souvent testamentaires, à charge d'obit, faites par Marguerite de Bages, fille de Guillaume, écuyer (15 octobre 1664, au château de Mailhoc), — Marie Martin, veuve de Jean Servientis, avocat (27 mai 1666). — Claire Roger, veuve de Pierre Metge (28 juin), — Guillaume Foulquier, orfèvre (1er juillet), — André Mauriès, forgeron (26 novembre), — Guillaume Tirevielhe, bourgeois (31 décembre 1667). — Roland Coupelet, peintre (22 août 1668), — Françoise Alary, fille de feu Olivier, receveur des décimes du diocèse d'Albi (20 octobre 1669), — Antoine Roques (26 mai 1671), — Pierre Hébrard, marchand de cuivre (27 janvier 1676), — François Tirevielhe (31 mars 1678), — Louis de Saint-Pol, sr de Graillac, habitant à Montcouyoul (15 novembre), — Catherine de Calhelan, tante de Pierre, sr de Saint-Amarand, prêtre (17 mars 1679). — Pierre Puech-La-Forêt (13 septembre 1680), — Antoinette Molinier, femme de Jean Viguier, notaire (27 février 1681), — Silvie Peyre (19 septembre 1684), — François Galaup, veuve d'Antoine Jalguet, marchand (6 janvier 1688), — Pierre Martin, avocat (1688 et 25 février 1690), — Jeanne Grimal, femme de Pierre Constans, marchand (19 avril 1693), — Paul Thomas, bénéficier de l'église cathédrale d'Albi (16 octobre 1696), — Antoinette Gayral, femme d'Alphonse Bone, de Labastide-Dénat, sr de La Salvetat (23), — Marie Allet (23 novembre 1702), — Jean Reynal, cordonnier (7 octobre 1705), — Anne Blanc, femme de Jean de Roquefeuil, sr de Labessière (12 juin 1707), — Isabeau Campmas (18 mars 1711), — Madeleine Boucherambault du Casté (12 janvier 1715), — Pierre Petrini (15 octobre 1727), — Catherine Lamy, veuve de François-Pierre Jalran, médecin (23 septembre 1731), — Jean Carlenc, bourgeois (16 mars 1740), — Marie-Anne Rouffiac, fille de feu Géraud, marchand (20 décembre 1743), — Catherine et Cécile Thomas (27 février 1776).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 46 pièces, papier.
H 125[1691]
Obits. — Résumés d'actes de fondations obituaires, de 1330 à 1691. (Voy. H. 159).
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 18 feuillets, papier.
H 126*1771-1779
Obits. — Réduction des obits par le F. Joseph-Albert Ximenez, prieur général des Carmes, avec l’énumération des fondations qui continueront d’être servies (Madrid, 1er décembre 1771. Signature de Ximenez et cachet sur papier de la congrégation.) — Tableaux mensuels des messes à dire, après la réduction de 1771 : 114 messes hautes et 827 messes basses. — Nouvelle réduction du 1er août 1779 : le nombre des messes chantées n'est plus que de 60, celui des messes basses de 292 ; répartition de ces offices par mois.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 51 pages, papier. Cachet.
Reconnaissances, lauzimes, arpentements, lièves et plans de biens du couvent (1423-1782) retour
H 1271423-1782
Reconnaissances et lauzimes de biens appartenant ou ayant plus tard appartenu aux Carmes dans les lieux d'Albi, Sérénac, Castelnau-de-Lévis. — Reconnaissances de biens situés à Poulan en faveur du seigneur du lieu, Pierre Dupuy, par Catherine de Tanus, veuve de Louis Escarlhan (1632). — Reconnaissances en faveur des Carmes d'un bien situé à Salies par Jean-Pierre de Rabastens, sr de Bleys, fils de François (1752), — de domaines possédés auparavant à Sérénac par Jacques de Lapanouse, sr d'Aigou, et dont les religieux avaient été mis en possession en 1664 (1761 et 1774). — Reconnaissances par les Carmes en faveur de Tristan de Corneillan, habitant le château de Goy près de Dénat, pour des biens à Lamillarié (1707), — en faveur d'Auguste de Bourbon, marquis de Malause, pour des biens situés dans les environs d'Aussac (1728).
Description physique : (Liasse.) — 36 pièces, papier.
H 1281525-1582
Arpentements et lièves pour divers biens des Carmes situés dans les consulats d'Albi, Castelnau-de-Lévis, Labastide-Dénat, Rouffiac, Saint-Benoît, Sérénac ; extraits de cadastres. — On lit, à la date de 1560, qu'un arpenteur de Castelnau-de-Lévis a pris pour base de ses évaluations une perche de 18 empans « et à chascune cestairée metoit troys cens XXIIII perges carrées. »
Description physique : (Liasse.) — 45 pièces, papier.
H 129*1556-1651
Reconnaissances en faveur d'Olivier Alary, receveur des décimes au diocèse d'Albi, pour des biens situés à Castelnau-de-Lévis, qu'il avait acquis des héritiers de Henri de Lafont, sr de Camalières. Parmi les tenanciers figure Guillaume Pons d'Aiguesvives, maître de l'hôtel du comte d'Aubijoux, marié à Anne de Baraduc (1601-1602). — Lauzimes des dits biens par Henri de Lafont, fils et héritier de Benoît et de Marie d'Albaroque, petit-fils de Jeanne de Pleux (1556). — Vente des mêmes biens par Olivier Alary aux Cannes de Montauban pour la somme de 440 livres (1609) et quittance finale du vendeur (1610). — Reconnaissances des mêmes biens en faveur des Carmes d'Albi (t651).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 88 feuillets, papier.
H 130*1606-1610
Liéve des redevances dues aux Carmes, établie en 1609, avec mentions de payements antérieurs et postérieurs à cette date.
Description physique : (Registre.) — In f°, oblong, 170 pages, papier.
H 131*1612-1622
Liève de 1612 avec mentions de payements effectués jusqu'en 1622. — Répertoire des tenanciers dans l'ordre alphabétique des prénoms.
Description physique : (Registre.) — In-f°, oblong, 200 pages, papier.
H 132*[1623]-1733
Reconnaissance et autres actes. — Résumés avec renvois aux archives du couvent. Les actes sont classés par localités. — Albi : maisons rue du Palais de Candeil « sive de Sainte Claire ». L'un de ces immeubles avait été cédé en 1525 à l'hôpital Saint-Jacques d'Albi, « pour l'indemniser de la mainmorte de la moline de Causel » (Caussel), avec quelques terres avoisinantes. En 1577, une crue du ruisseau de Caussel emporta la mouline et le couvent ne voulant plus servir de rente à l'hôpital, un procès s'en suivit qui se termina par le délaissement de la mouline à l'hôpital (p. 12). — Autres maisons au quartier appelé al Sali, dont l'une est attenante au monastère des Clarisses. — Autres maisons au quartier de Ronel, à la rue de la Pelisseria, derrière l'église Saint-Affric, terres et vignes dans la banlieue d'Albi ; moulines du Castelviel et de Caussel (« L'an 1277 et le 3 juillet feust passé un accord entre les religieux et ceux de l’hospital de remettre le dit hospital à la religion, avec toutes ses appartenances, hormis la moline [de Caussel], et rivages et rivière que se retenoint et les religieux leur bailloint, là où est maintenant l’hospital, autant de plage, membres et bastimens corne ils en avoint pris du dit hospital. » Mention d'une reconnaissance du 4 novembre 1294 et autres actes ultérieurs relatifs au même objet (p. 35-36). — « L'an 1360, le 29 juillet, Guillem Galc donna au couvent ce bosc [de Pioulet] que pour lors estoit beau et maintenant il n'est guière, les pluies, la rivière, la guerre, les meschants et le temps de contagion nous l'aiant fort gasté » (p. 49). — Vignes aux lieux de Ranteil, de Saint-Amarand, de Canabières, de Carlusset sive à Pioch de Borde, laquelle confronte avec « vieux chemin apellé Romieu » (p. 57). — Ambialet : redevances en grains, vin, huile de noix : chapellenie fondée en 1540. — Aussac. « Les censives d'Aussac viennent d'un François de Favarié et d'une sienne fille, lesquels fondarent quelques messes céans [avant 1432]. — Acquisitions faites par le couvent de 1692 à 1695. En 1720, le sieur de Saint-Palais, acquéreur du domaine d'Aussac, a remboursé les religieux du prix d'un domaine provenant du sieur Lagarde de Morlas (p. 42). — Le Bout-du-pont d'Albi : terres. — Cahuzac : terres, maisons au mas de Najac. — Castelnau-de-Lévis : « L'an 1663, je feus pour une deuxième fois à Toulouse pour prier Madame de Saint-Sulpice, comme baronne de Castelnau de Bonefons, de vouloir nous payer l’obit de quatre cestiers froment que dame Beatrix de Lautrec nous avoit fondé » ; on transigea le 8 avril de cette année (p. 123). — Lescure : terres avec redevances en grains et gélines. — Accords de 1607 et 1609 avec Françoise d'Hébrail, seigneuresse de La Guimerie, au sujet d'une redevance (p. 133). — La Gauginié : terres, prés, bois, mas, etc. « Le 4 juin 1681, le couvent a acheté les droits seigneuriaux du dit fief et a de celui de La Teyssonnarié à M. Marc-Antoine de Clayrac, sr de La Prade, pour la somme de 200 livres » (p. 157). — Maussans. « L'an 1309, le 27 août, Jacques de Nauda, père du susdit Barthélemy, fonda une capellanie en la chapelle Saint-Jacques dans nostre église où il se fit depuis ensevelir » et donna au couvent plusieurs domaines (p. 163). — Obits divers. « L'an 1472, le 27 janvier, sr Jean de Nupces, merchant d'Albi, fonda deux messes basses à Sainte-Martianne, pour dire en la chapelle Saint-Michel par nos religieux. » — Mention, à la date du 19 mai 1479 et à l'occasion d'une redevance obituaire, d'Antoine de Mirabel, sr de Rosières (p. 169). — Analyses de plusieurs testaments portant fondations d'obits. — Puech Merlhou (commune de Saint-Grégoire). « L'an 1361, le 26 janvier, Hélène de La Rocca, femme d'Emengard, fille de Bozon et sœur de Gaspar, fit son testement et laissa la seigneurie de Pui Morlho au couvent la moitié et l'autre à une sienne soeur nonain au monastère de Noverca » (p. 177). — Cession par l'abbé de Gaillac de ses droits à Puech Merlhou, « comme estant sorti de la dite maison de La Rocca » (1373). — Don par Alix de La Rocca, la religieuse déjà mentionnée, de ses droits à Jean « de Boyna, sr des Destroicts » (1380) qui les vendit au couvent, la même année, avec ceux qu'il avait à Energues, Caussanel et ailleurs dans cette région. — Rivières : terres et vignes. — Saliés : bois et terres. — Salinier (commune d'Andouque), Sainte-Croix (commune de Castelnau-de-Lévis) : terres. — Saint-Grégoire. Fondation d'obit par le juge d'Albigeois, Pierre de Fronte, « après nous avoir beaucoup traversés et endommagés, estant de son temps que le couvent fust bruslé » (25 août 1376) (p. 221). — Il est dit que la seigneurie de Saint-Grégoire passa, vers la fin du xve siècle, à Durand. Marinier qui fit testament en 1499 et laisse ses biens à son petit-fils, Antoine. Celui-ci mena une vie de débauche et dut aliéner son patrimoine : un de ses créanciers, mangonier d'Albi, Pierre Hugo, devint ainsi le possesseur de Saint-Grégoire qu'il laissa par testament, en 1541, à sa femme, Jeanne Corbatieu, et à Guiraud Capdelane. Le couvent acquit alors la seigneurie (p. 226-227). — Enumération de nombreux biens à Saint-Grégoire. — Saint-Quentin (communes d'Albi et de Saint-Sernin) : terres, maisons, etc. — Le 27 février 1472-1473, fondation d'obit par Alamande de Pradels dont l'héritier fut Pierre Clergué, son fils (p. 326). — Saint-Sernin-lès-Mailhoc : terres et mas. — Saudens (commune de Maussans). — La Teyssonnarié (commune de Labastide-Gabausse). Accord des religieux avec Bernard de Lavistour au sujet de redevances sur La Teyssonnarié et La Gauginié, du 10 décembre 1353 (p. 357). — Accord avec Antoine de Cajarc, acquéreur du domaine direct de Jean de Lavistour sur les dits lieux (19 février 1537-1538) (p. 359). — Acquisitions faites par le couvent depuis 1539, notamment de la seigneurie de La Teyssonnarié et de La Gauginié en 1681 (p. 377). — Marcabrière (communes d'Albi et de Saint-Sernin) : vignes et terres. — Ville-neuve-sur-Vère : terres. — Saint-Hippolyte (commune de Monestiés) : biens provenant d'un legs fait par Antoinette de Caraman de Foix (p. 388). — Souel : terres et vignes. — Castelnau-de-Lévis (addition). Acquisitions faites en 1685 par le couvent de Pierre de Teyssier, sr de Longueval. — Répertoire des actes rapportés dans le registre, dans l'ordre de leur insertion. Ce recueil, résultat d'un dépouillement consciencieux des archives des Carmes, donne pour la plupart des cas l'origine de ses possessions on droits. Rédigé vers 1623, il a reçu des additions successives jusqu'en 1733. Les religieux qui en faisaient, ajuste litre, un très grand cas, ont écrit en tête qu'il « ne doit jamais sortir du couvent, de peur qu'il ne se perde. ».
Description physique : (Registre.) — In-4°, 413 pages, papier.
H 133*1633-1664
Liève des redevances dues aux Carmes, avec mention des payements jusqu’en 1662, dans les consulats de Labastide [de Lévis], Albi et autres lieux de la région. — Nombreuses mentions de fondations d'obits, origine des droits des religieux. — Les Etats de Languedoc leur votent une rétribution de 10 livres, depuis 1636 ; l'Assiette diocésaine et l'évêque d'Albi leur donnent aussi des « aumônes » (f° 48). — Les consuls d'Albi ont l'habitude de leur allouer 4 livres « lors de leur élection qui se fait à la sainte Croix de septembre, pour trois messes qu'on doit dire, savoir du saint Esprit, de saint Sébastien et l'autre de saint Roc » (f° 6) ; la confrérie de saint Sébastien établie dans leur église leur donne 18 livres pour une messe hebdomadaire (f° 51) ; les confrères de saint Eutrope 10 livres pour une autre messe (f° 52). — « Nota que la veille de la sus dite feste de saint Sébastien de l'an 1643. Gardés et Bruel, consuls, vindrent au couvent, accompagnés de 15 ou 20 satellites, rompirent la porte du refectoir, emportèrent les clefs de la porte du couvent et tous nos meubles qu'ils feirent vendre à la place. Dieu le leur parce donne » (f° 51). — Les Carmes sont créanciers des villes de Gaillac et d'Albi (fos 56 et 57) ; et aussi du diocèse d'Albi (f° 63). — « L'année 1664 avons donné à la paroisse de Saint-Juilhen, prosche à nostre hermitaige de la forêt de Valance, en rente la somme de 1350 l. » (f° 79). — A l'envers du registre est un état des biens des religieux. On y trouve porté « l'entier enclos où estoit le couvent ». — (mauvais état).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 81 feuillets, papier.
H 134*1733-1763
Liève de 1733 avec mentions de payements jusqu'en 1763. — Répertoire des tenanciers dans l'ordre de leur inscription au registre, des biens grevés de redevances et aussi des personnes et communautés auxquelles les Carmes servent une rente (chapitre et chapelains de la cathédrale d'Albi, baron de Rouffiac, seigneur de Labastide-Dénat, etc.)
Description physique : (Registre.) — In-4°, 209 pages, papier.
H 135XVIIe-XVIIIe
Plans de divers biens des Carmes dans les environs d'Albi, à Sérénac, Maussans, Saint-Cirgue. — Sur l'un d'eux est marqué l'emplacement d'un ancien château et une chapelle ; ces bâtiments s'élevaient au mas d'Aigou (com. De Saint-Cirgue) dans une boucle formée par le cours du ruisseau d'Aigou.
Description physique : (Liasse.) — 18 pièces, papier.
Etat des biens et charges (1669-1729) retour
H 1361669-1729
Etats des biens et charges du couvent. — Description des diverses parties du couvent, énumération de ses biens-fonds et de ses diverses charges, le tout destiné au visiteur général de l'ordre (1669). — Aveu et dénombrement fournis aux commissaires députés pour la confection du papier terrier de la province de Languedoc, relatifs aux possessions des Carmes dans les consulats de Valence d'Albigeois et de Castelnau de-Lévis et en tant que succédant aux droits de Jacques de Lapanouse, sr d'Aigou (1672, avec sceau plaqué de l'ordre, en cire rouge, portant la légende : VEXILLVM ORDINIS CARMELIARVM 1612). — Déclaration des revenus et charges destinée à l'Assemblée générale du clergé de France de 1730 et au bureau diocésain d'Albi avec un tableau récapitulatif pour les années 1713-1718 et 1723 à 1726, servant au calcul de l’ « année moyenne » (1728-1729).
Description physique : (Liasse.) — 11 pièces, papier. Un sceau.
Impositions (1501-1763) retour
H 1371674-1760
Impositions. — Arrêt du Conseil d’Etat portant exemption du ban et de l'arrière-ban et de toutes contributions, rendu en faveur des ecclésiastiques (1er septembre 1674). — Ordonnance du sénéchal de Toulouse taxant à 80 livres les biens des Carmes situés à Castelnau-de-Lévis « pour la commuation du ban et arrière-ban » (1675). — Commandements d'avoir à payer 128 livres, 16 sous pour droits de demi-lods, — de fournir l’état des biens aliénés d puis 1556 (1676),-d'avoir à payer le huitième denier des prix d'aliénation (1679). — Ordonnance du sénéchal de Toulouse portant décharge du ban et de l'arrière-ban, conforme à une autre décision du même genre, du 3 avril 1675 (1689). — Payements d'un cinquième du don gratuit, en attendant que la taxe du couvent soit réduite (1691), — des droits d'amortisment et nouveaux acquêts, 1085 livres, 8 sous, 6 deniers (1692). — Autres taxes d'amortissement (1693-1694), — de demi-lods pour une métairie acquise en 1664 à Sérénac (1695). — Commandements d'avoir à payer plusieurs taxes de demi-lods, protestations. — Etat des biens du couvent sujets aux droits d'amortissement (1701), contestations, requêtes et estimations (1702). — Commandements pour le payement du sixième denier des biens aliénés (1703). — Déclaration du roi relative à l'extinction des censives grevant les terrains acquis pour le canal des deux mers (31 décembre 1709) et enregistrement de cet acte par le Parlement de Toulouse (27 janvier 1710). — Taxes des droits d'amortissement et du sixième denier (1713-1716). — Arrêt du Parlement de Toulouse ordonnant que les droits d'amortissement et de nouvel acquêt des sommes léguées pour fondations aux gens de mainmorte seront payés par les héritiers institués par les testaments où les fondations ont été faites (7 septembre 1718). — Droits d'amortissement (1718-1744) et de capitation (1733) : taxes, réclamations, mémoires et requêtes, correspondance à ce sujet. — Supplique incomplète où il est question de la grêle du 22 juin 1760 qui a « réduit à la dernière misère » la communauté des Carmes et du « moyen de sanctifier les vues des receveurs chargés des levées des impositions royales. »
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 92 pièces, papier, dont 7 imprimées.
Echanges (1501-1763) retour
H 1381501-1763
Echanges. — Les Carmes cèdent à Jean Escaffre une vigne à Albi au lieu dit al Bondidor contre une autre vigne située in podio rocalo de Foys (15 avril 1501), — Echange de terres dans la paroisse de Sérénac avec Vital de Lapanouse, sr de Miramont (1711), — de parties d'une maison située à Albi, à la tour de la Violette, avec Antoine Lespinasse (1712), — d'étables et granges à Lamillarié avec Tristan de Corneillan, habitant de Dénat (1714), — de terres à Sérénac (1727). — d'un pré à Rouffiac, cédé par Jean-Antoine de Cahours, sr de Fénols, contre un autre pré à Orban (1763).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 5 pièces, papier.
Aliénations (1378-1713) retour
H 1391378-1713
Aliénations. — Vente par les Carmes à Guillaume Pierre, potier de terre (pechayrerius) d'Albi, d'une métairie située dans la juridiction de la dite ville, au lieu appelé Messac, pour la somme de 12 livres tournois (23 janvier 1377-1378). — Donation à Bernard Col, marchand, en témoignage d'affection (ex affectione), d’une maison à Albi près du mur se détachant de la porte du Vigan dans la direction de la porte de Ronel (30 avril 1388). A cet acte est cousue une attestation des consuls comme quoi la dite maison est imposable pour les deniers communaux (11 mars 1401-1402, avec sceau du consulat). — Ventes à Jean Tournamire d'une maison près de la porte du Vigan (in vouta rocata vulgaritar dels Malautes, prope portam de Vicano) pour un cens annuel de six deniers, obole (2 juillet 1388), à Jean Truelh d'une autre maison, rue de Ronel, pour 30 livres tournois (26 août 1419), — à Jean Dupuy, bourgeois de Labastide-Dupuy (Labastide-Dénat), d'une terre à Calvayrac dans les juridictions de Labastide et de Fréjayrolles, pour 150 écus sol (19 octobre 1579), — à Pierre Périer, bénéficier de l'église cathédrale d'Albi, d'une rente de 16 livres, 13 sous 6 deniers, pour 300 livres (1694), — à Salvi Vitalis, bourgeois d'Albi, d'une rente perpétuelle de 30 livres, moyennant 600 livres (1696), — à Jacques Mariès, chirurgien, d'une rente de 10 livres pour 200 livres (1714).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 4 pièces, papier. Un sceau.
Créances (1503-1764) retour
H 1401503-1764
Créances. — Reconnaissances de dettes envers le couvent, à la suite de prêts ou subrogations ou autres conventions, — Parmi les débiteurs se trouvent : Barthélemy Auzard, prêtre, recteur de Tersses (1503), — Françoise Denis, veuve d'Olivier Alary, receveur des décimes au diocèse d'Albi (1648), — le syndic du dit diocèse (1667), — Marie de Nupces (1696), — le juge d'Albigeois, Roch-François de Druilhet, agissant au nom de ses enfants, Roch et Etienne, et de sa femme feue Jeanne Tirevielhe (1702), — Jean de Roquefeuil, sr de Labessière, habitant de Lédergues, héritier de sa femme, Anne Blanc (1709). — Vente par Pierre de Lacroix, sr de Puechgarric, fils de Pierre, habitant de Labessiere-Candeil, à Jean de Frégeville, sr de Grandval et Plégades, ancien capitaine de cavalerie, d'une métairie dite de Besacoul, pour 12000 livres dont une partie restera entre les mains de l'acquéreur tant que celui-ci n'aura pas éteint une dette obituaire envers les Carmes (1764).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 10 pièces, papier.
Bâtiments et mobilier (vers 1580-1751) retour
H 141[1580]-1751
Bâtiments et mobilier du couvent. — Supplique des Carmes à l'Assiette diocésaine d'Albi à fin d'obtenir un secours pour la réparation du logement que la ville leur a abandonné, pour continuer « la fabrique de leur église » et pour leur entretien. (Sans date. Vers 1580). — Inventaire du mobilier du couvent, lequel renvoie pour plus amples détails à des inventaires antérieurs et ne mentionne guère que de nouvelles acquisitions (1751).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, papier.
Baux (1503-1778) retour
H 1421503-1778
Baux ou arrentements et contrats de métayage pour des biens appartenant aux Carmes à Saint-Grégoire, Saint-Juéry, Sérénac, Poulan, Albi, Castelnau-de-Lévis, Saint-Cirgue, Rouffiac et Saint-Benoît -de-Frédefond.
Description physique : (Liasse.) — 21 pièces, papier.
Comptes (1598-1791) retour
H 143*1598-1631
Comptes. — Dépenses pour la nourriture et l'entretien des religieux, les réparations aux bâtiments, l'exploitation des domaines, le payement des tailles et de la taxe spéciale à la congrégation, perçue par le provincial d'Aquitaine, etc. — En 1598, le prieur du couvent était Pierre Villier. — Institution du prieur Jean Corbatieu, le 2 mai 1604 (f° 62). — On lit en marge des comptes commençant au 10 juin 1607 : « Initium prioratus venerandi patris Meault » (f° 93). — En mai 1617, « Initium prioratus rev. Gaspardi Gautier pro tercio triennio anno 1617 » (f° 161). — Le prieur Eugène Cortiade est nommé à la date du 2 juin 1628 (f° 264). — Il est payé 36 livres, le 19 août 1623, à un procureur du roi en la Chambre des eaux et forêts, pour avoir mis les Carmes en possession de trois arpents de terre à la forêt de Valence (f° 206) ; — 33 livres, vers le 5 mars 1630, aux maîtres maçons qui ont « basti les deux chapelles de l'église » (f° 300). — Inventaire du mobilier du couvent (3 janvier 1631, f° 314).
Description physique : (Registre) — In-f°, 330 feuillets, papier.
H 144*1631-1640
Comptes. — Dépenses pour la nourriture et l'entretien des religieux, les réparations aux bâtiments, l'exploitation des domaines, le payement des tailles et de la taxe spéciale à la congrégation, perçue par le provincial d'Aquitaine, etc. — Payement à un apothicaire de drogues prises « pendant la maladie contagieuse » (1634, f° 37). — Contribution à l'imposition levée en 1629 pour le « dégât » de Castres (f° 41). — « Donné aux massons qui ont prins à pris fait nostre bastiment » un acompte de 300 livres : achat de chaux et autres matériaux (26 août 1636, f° 100), — aux manœuvres « qui creusent les fondemens du refectoir et d'un costé du cloistre », 42 livres (du 24 août au 21 septembre, f° 103), — aux maçons, 100 livres (10 janvier 1637, f° 113). — Contributions aux frais d'impressions des statuts de l'ordre, 15 livres (16 février, f° 118). — Payé « pour le port de dix neuf tableaux de Rome à Lyon et de Lyon à Albi », 21 livres, 10 sous (9 avril, f° 123), — aux maçons, 100 livres et 6 setiers de blé moussole valant 7 livres, 10 sous le setier (18, f° 125), — aux ouvriers qui ont transporté hors ville la terre provenant des fondements du « bastiment », 80 livres (25, f° 126), — aux maçons, 50 livres (26 juillet, f° 135), — 2 setiers de blé à 7 livres (14 septembre, f° 140) — 7 livres et autres petites sommes (novembre, f° 147 et ss.). — à un maçon « pour avoir taillé en pierre les armes de Mr d'Albi [Daillon du Lude] pour mestre au cloistre », 8 livres (21 décembre, f° 151), — à plusieurs pour reliquat de somme due à raison « du couvert du bastiment », 48 livres (17 janvier 1638, f° 152), — pour les cintres du cloître et du réfectoire, il livres, 12 sous, 6 deniers (13 février, f° 154). — aux maçons, 600 livres (14, f° 155), — pour sept « pitrons » (solives) achetés à Toulouse, 70 livres (5 juin, f° 167), — aux charpentiers « qui doivent parachever de couvrir le bastiment », 40 livres (6 novembre, f° 179), — à un serrurier pour « grilles et autres besoignes », 40 livres en acompte (16, f° 180), — aux charpentiers pour la couverture, 20 livres (5 février 1639, f° 183), — pour la façon de deux cloches du poids de 49 et 27 livres et demie, 16 livres, 10 sous (4 avril, f° 185), — pour sept « pitrons » de Toulouse, 52 livres, 10 sous (3 mai, f° 186), — aux maçons, 600 livres (5), — à un marchand pour du métal destiné aux cloches, 17 livres (1er août, f° 192), — aux maçons, 20 livres (18 novembre, f° 197), — pour la couverture d'une partie du cloître et autres travaux, 10 livres, 13 sous (4 avril 1640, f° 206), — pour deux « pitrons » de Toulouse, 20 livres, 10 sous (26 mai, f° 211), — aux maçons, 18 livres, (18 juin, f° 213), — pour deux « pitrons », 17 livres, 15 sous, 6 deniers (1er août, f° 217).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 220 feuillets, papier.
H 145*1631-1664
Comptes. — Recettes et dépenses. — Recettes : redevances des tenanciers, créances, fondations d'obits, ventes de bétail et de récoltes, dons et aumônes, revenus de la sacristie, etc., (1631-1664). — Dépenses : nourriture et entretien des religieux, exploitation des domaines, payement des tailles et autres taxes, etc. (1663-1664).
Description physique : (Registre.) — In-4°, 151 et 9 feuillets, papier.
H 146*1643-1649
Comptes. — Recettes et dépenses. — Recettes : redevances des tenanciers, créances, fondations d'obits, ventes de bétail et de récoltes, dons et aumônes, revenus de la sacristie, etc. — Dépenses : nourriture et entretien des religieux, exploitation des domaines, payement des tailles et autres taxes, etc.
Description physique : (Registre.) — In-f°, oblong, 11 et 42 feuillets, papier.
H 147*1664-1686
Comptes. — Recettes et dépenses. — Sur deux feuillets liminaires sont portés les noms des prieurs : les R. P. Eugène (1664-68), François Volondat (1668-71), Martial (1671-74), Modeste (1674-77), Protais (1677-80), Casimir (1681-84), Modeste, pour la seconde fois (1684-87). — Recettes : redevances des tenanciers, créances, fondations d'obits, ventes de bétail et de récoltes, dons et aumônes, revenus de la sacristie, etc. (1664-1686). — Bref du pape Clément IX prescrivant la visite de tous les couvents des Carmes de France (Rome, 28 septembre 1668), suivi de la nomination par le prieur général du prieur d'Albi comme assistant du provincial d'Aquitaine en vue de cette visite (8 juin 1669) ; ordonnance rendue, en conséquence de cette commission, par le prieur d'Albi pour son couvent (6 juillet, fos 12 et ss.) — Dépenses : « pour huit colonnes et six grandes files (?) pour l'autel », 10 livres, 10 sous (1680, f° 74), — remboursement de 429 livres empruntées pour la construction de « la grande galerie » (f° 77), — achat de matériaux pour bâtir « la chambre du milieu » 29 livres, pour « enduire, parer et blanchir la chambre seconde », — fer et clous destinés à un rétable (1681, f° 84), — ais pour le rétable (f° 85), — autres ais en noyer et douze journées de charpentier employé au rétable (1682, f° 88 et 90), — réparation d'un pupitre et façon de « quelques ouvrages » pour le rétable (1683, f° 93). — pour le « port des thèses du P. Albert et pour la garniture de la thèse de salin », 30 livres (1684. f° 103). — façon d'une grille pour la sacristie (1664, f° 128). — « au R. P. provincial pour la bastisse de Montauban », 50 livres (1665, f° 130), — construction des « murailles neuves qui entourent la sacristie », 52 livres (1666, f° 134), — « pour faire de repas à mess, les consuls [d'Albi] à la commemoraison », 24 livres (f° 136). — salaires de charpentiers employés « à faire la gallerie », 10 livres, 10 sous (1667, f° 141), — à des poudriers pour la « démolition du vieux corps de logis », acompte de 22 livres (1669-f° 159). — « pour faire le pavé du quatriesme costé du cloistre », 4 livres, 10 sous (1670. f° 163). — acomptes « sur le prix fait du cloistre » (fos 163 et ss.), — détails de la dépense « pour la bâtisse » (1671 et 1672, fos 182 et 184), — « pour avoir carrelé et blanchi un côté du cloistre », divers sommes (1673, fos 195 et 196), — détails de la « bâtisse de la chapelle » (1674, « fos 202 et 203). — achat à Monestiés de « pierre de brésil » (grès) pour paver, 13 livres, 15 sous (1675, f° 210), — ais destinés à l’ambriser le dortoir, 34 livres (f° 211), — vitrage de l'église et d'une partie du dortoir, acompte de 27 livres (f° 212), — tuiles pour la toiture du couvent et d'une étable, 15 livres (f° 218), — « pour la construction et augmentation de la chapelle de saint-Sébastien ». acompte de 22 livres (1677, f° 234), — matériaux acquis pour construire la chapelle de Notre-Dame du Mont Carmel, 40 livres (f° 243), — construction des murs d'un jardin (1679, f° 261).
Description physique : (Registre.) — Grand in-f°, 267 feuillets, papier.
H 148*1686-1707
Comptes. — Recettes et dépenses. — Recettes : redevances des tenanciers, créances, fondations d'obits, ventes de bétail et de récoltes, dons et aumônes, revenus de la sacristie, etc. — Dépenses : nourriture et entretien des religieux, exploitation des domaines, payement des tailles et autres taxes, etc. — « Donné pour la bâtisse de l'entrée du couvent », 112 livres, 17 sous (novembre 1704, f° 256) ; — achat de matériaux, salaires de charpentiers employés à la même construction (avril 1705. f° 262). — « Pour l'argent du reliquaire dans lequel est le voile de sainte Marie-Madeleine de Pazzi », 39 livres (octobre 1686, f° 5). — « Au sr l'Anglois, orphèvre, pour la façon de la custode », 28 livres (1689, f° 44). — Etat des revenus du couvent soumis au chapitre général tenu à Lauzerte le 21 avril 1690 (f° 55).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 294 et 56 feuillets, papier.
H 149*1707-1717
Comptes. — Recettes et dépenses, — Recettes : redevances des tenanciers, créances, fondations d’obits, ventes de bétail et de récoltes, dons et aumônes, revenus de la sacristie, etc, — Dépenses : nourriture et entretien des religieux, exploitation des domaines, payement des tailles et autres taxes, etc. — Réparation de « la galerie qui est sur la sacristie « (1711, f° 35).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 48 et 101 feuillets, papier.
H 150*1717-1755
Comptes. — Recettes et dépenses. — Recettes : redevances des tenanciers, créances, fondations d’obits, ventes de bétail et de récoltes, dons et aumônes, revenus de la sacristie, etc. — Dépenses : nourriture et entretien des religieux, exploitation des domaines, payement des tailles et autres taxes, etc. — Il est payé au sieur Despois, pour dernier acompte des frais de dorure d'un tabernacle, 52 livres (1722, f° 56) ; — contribution au payement d'« une figure de saint Elie qu'on veut poser à Saint-Pierre de Rome », 25 livres (1725, f° 84), — réparations à l'entrée du couvent (1734, f° 158), — achat d' « une carotte et demi de tabac pour le très R. P. provincial et le R. P. assistant », 18 livres (1742, f° 214).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 144 et 290 feuillets, papier.
H 151*1755-1er janvier 1791
Comptes. — Recettes : redevances des tenanciers, créances, fondations d’obits, ventes de bétail et de récoltes, dons et aumônes, revenus de la sacristie etc.
Description physique : (Registre.) — In-4°, 108 feuillets, papier.
H 152*1614-1676
Comptes relatifs aux services religieux. — Produit des sépultures dans l'église des Carmes, des messes de neuvaine et de bout de l'an dites par eux ou auxquelles ils ont été appelés (1614-1673). (Les 8 premiers feuillets manquent). — Le 18 juin 1615, assistance aux sépultures d'un fils de Laurent Dumas, orfèvre [à Albi], — du capitaine Portal (4 avril 1616), — de maître de Ruppis, notaire (4 septembre), — de l'avocat Raynaudin (2 novembre), — de la femme de Louis Guiraud, orfèvre (3 février 1617). — de Solier, notaire (29 septembre). — Sépultures dans l'église de Jean Boudet, Carme, prieur de Saint-Antonin[-Lacalm] (30 mars 1616), — de Vaurelhian, chanoine de Saint-Salvi (31 juillet). — Assistance aux sépultures de Leblanc, avocat (16 juin 1619), — de Peliceri, notaire (4 octobre), — de Mouret, archidiacre de l'église cathédrale d'Albi (21), — de la femme de Franciman, peintre (29), — de Dumast, juge royal (17 février 1620), — de la femme du viguier d'Albi, Fontvieille (11 mars), — d'un soldat de la compagnie du duc d'Angoulême (9 septembre 1621), — de trois auttres soldats (4, 11 et 18 octobre), — de « Mr le viyé » [le viguier d'Albi, Pierre de Fontvieille], (13 février 1623), — de la femme de Louis, orfèvre (4 mai). — d'un fils du juge du Castelviel, Delcros (24 mars 1624), — du capitaine Esbaldit (21 avril). — A la page 106 se trouve le fin d'un « Catalogue des religieux Carmes de la province d'Aquitaine décédés despuis le premier janvier de l'année 1632 jusques à l'année 1660 » (corrigez 1664) ; les 105 premières notices occupent les pages 146 et 147 ; il y en a en tout 112. — Assistance à la sépulture de Laurent Gausserand, notaire (6 avril 1625). — Sépulture dans l'église du couvent d'un charpentier appelé Gabriel, « lequel feut lue à Teliet (Teillet) par les érétiques le disiesme du sus dit mois, avec plusieurs autres de sete vile » (11 août). — Assistance à la sépulture d'un capitaine « de boynies » (Bohémiens) (9 avril 1626). — Sépultures dans l'église du couvent de Baucheron, « carabin de Mr le Prinsse, de La Châtre en Berry » (14 mai 1628), — de Chassan, médecin (22 juin 1633), — de Marthe de Fréjeville, femme de Bages, bourgeois (janvier 1634), — du portier de la porte du Vigan, à Albi (22 décembre 1638), — de Jeanne Alary, femme de Lebrun, receveur des tailles (16 décembre 1647), — de Jean Galaup, avocat (29 septembre 1651), — de Séré, marchand (6 septembre 1652), — de Molinier, notaire (20 décembre 1656), — de Bages, bourgeois, qui « mourut à Cambon, le 10 septembre 1657, d'un accident inopiné », — de Roland Coupelet, peintre (28 août 1668). — Note relative à l'ancienne division des couvents des Carmes de la province d'Aquitaine en trois catégories (sans date). [XVIIe siècle]. — Testament de l'évêque de Saintes. Louis de Bassompierre, contenant de nombreux legs à des établissements religieux et aux serviteurs du testateur (13 septembre 1674) ; suivent trois codiciles dont le dernier est daté du 13 juin 1676.
A l'envers du registre, énumération des messes célébrées pour des particuliers par le prieur et les religieux 1625-1628). — Mention du décès, le 12 juillet 1651, à Vannes en Bretagne, du R. P. Tuaut au couvent des Carmélites de cette ville. Il était né à Aurillac et avait été plusieurs fois prieur de la province d'Aquitaine. Il avait « obtenu du privé conseil le changement d'habit [des Carmes] du noir qu'on pourtoit en France en blanc qui estoit la vraie coleur que les religieux de ce sainct ordre devaient estre habillés. De plus, les couvents de ceste province ayant esté desmoulis ou ruinés par les hérétiques, il les a tous presque remis et faict que le divin service s'y peut faire. Il commança par La Chartre, Limoges, Mortemar, La Rochefoucauld, Aurillac, Lauzerte, Caors, Figeac, Montauban et finit par Alby où on avoit demuré sans couvent plus de 50 ans, le couvent ayant esté arrasé par les Albigeois. Moy qui parle suis tesmoing de la plus part de tout ce que je mes par escrit comme l'ayant veu de mes propres yeux. Il a esté 4 ans entiers prieur du premier couvent des Carmes qui est dit Transpontine à Rome ;… il est décédé au lieu que dessus aagé de 68 ans ou environ. »
Description physique : (Registre.) — In-f°, 175 et 232 pages, papier.
H 153*1645-1687
Comptes. — Recette et emploi des produits de la sacristie, c'est-à-dire du tronc des messes » — Le 15 juillet 1651, l'évêque d'Albi, Daillon du Lude, verse au tronc 75 livres pour un service annuel pour le repos de l'âme de madame du Lude, sa mére.
Description physique : (Registre.) — Petit in-4°, 46 feuillets, papier.
H 1541588-[1730]
Comptes spéciaux. — Recette et dépense des deniers reçus d'Olivier Alary, receveur des décimes au diocèse d'Albi, et provenant de la somme que, par arrêt du Grand Conseil du 23 octobre 1587, Antoine et Jean Dupuy ont été condamnés à payer aux Carmes « pour estre employée à la construction et réparation du couvent et notement de l'esglise que les dits religieux font bastir dans le dit couvent ; recette et dépense d'autres sommes données par divers particuliers pour la même œuvre (1588). — Note relative aux acquisitions d'immeubles faites de 1693 à 1723, à des payements de rentes et à des dépenses de toute sorte (sans date). [Vers 1730].
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, papier.
H 1551558-1791
Comptes. — Pièces justificatives. — Payement par noble Guillot, de Castelnau [de Brassac] d'arrérages de rentes (1558). — Reçus analogues, remboursements de prêts, acquittements de legs dont l'un fait par Marguerite de Bages est payé par Antoine Daires, capitaine de vaisseaux. sr de Mailhoc, Puygouzon et Mouzieys (1720) ; — un autre résultant de la fondation d'obit de Françoise de Vaux de Lamothe, veuve de Pierre de Frausseilles, est soldé par Guillaume de Nupces, chevalier, baron de Taïx, sr de Florentin et Terssac (1734). — Quittances délivrées aux Carmes par le chapitre collégial de Saint-Salvi d'Albi pour payement de rente (1743), — par le sr du Pujet de Martrin pour semblable motif (1759). — Quittances des tailles et de fournitures diverses (1790-1791).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 38 pièces, papier.
H 156*1606-1663
Comptes. — Pièces justificatives. — Recueil de quittances des arrérages payés en nature ou en espèces à raison des fondations d'obits. Le registre était tenu par un notaire.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 180 feuillets, papier.
H 157*1611-1706
Comptes. — Pièces justificatives. — Recueil de quittances des tailles imposées sur les biens des Carmes à Albi, Labastide Dénat, Fréjairolles, Arthès, Lamillarié, Sérénac et au Castelviel d'Albi (1625-1687). — A l'envers du registre sont plusieurs acquits analogues de redevances exigibles de divers seigneurs, notamment d'Antoine Dupuy, sr de Labastide-Dupuy (Labastide-Dénat), Dénat et Puylanier (1611), du commandeur de La Selve et autres (1633-1706).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 45 et 12 feuillets, papier.
H 158*1706-1790
Comptes. — Pièces justificatives. — Recueil de quittances des tailles imposées sur les biens des Carmes et des redevances auxquelles ils sont tenus envers plusieurs seigneurs fonciers et des chapelains.
Description physique : (Registre.) — In-8°, 136 feuillets, papier.
Procès (1311-1784) retour
H 15913 juillet 1311
Procès. — Accord conclu entre l'évêque d'Albi, Géraud, et Bernard de Laporte agissant comme procureur du provincial d'Aquitaine, Guillaume de Lagarde : il est convenu que toutes acquisitions faites ou à faire à Albi et dans le diocèse par le nouveau couvent d'Albi resteront sous la juridiction de l'évêque, les biens relevant du dit prélat ne pourront être acquis qu'avec son consentement, un prêtre dira tous les jours une messe dans le couvent pour la prospérité ou le salut de l'âme de l'évêque et des siens, les Carmes d'Albi donneront un morabotin d'or à l'évêque lors de son avènement au siège episcopal, quatre religieux devront suivre les processions auxquelles l'évêque assistera, s'ils en sont requis. (Deux parties du chirographe et une copie de 1589).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et une pièce, papier.
H 1601451-1600
Procès. — Transaction conclue avec Antoine Col au sujet d'une maison située à Albi, rue d'en Tibbal : le dit Col cède tous ses droits aux Carmes qui, de leur côté, lui font remise de ce qu'il peut devoir au couvent (1451). — Accord avec Pierre de Moret, recteur d'Alban, et Jacques de Moret, son frère, qui promettent de ne pas s'opposer à la perception d'arrérages en nature d'une rente obituaire léguée au couvent en 1534 par Antoinette Cabirol, mère et héritière de son fils Louis de Moret (1560). — Reprise du procès contre Jacques de Moret au sujet de la même fondation et de l'obit institué en 1516 par Louis de Moret (1605-1626). — Enquête d'où il résulte que le titre original du don fait aux Carmes de l'ermitage construit dans la forêt de Valence, avec le droit d'y prendre le bois mort, a été brûlé en 1549 lors de l'incendie du couvent, pendant qu'on le « désinfectait », la peste régnant à ce moment à Albi (1565). — Différend avec le maître des Eaux et forêts de Languedoc au sujet de l'étendue du territoire donné par le roi, en février 1491-1492, à Pierre Dausitz, religieux ermite de la forêt de Valence, au lieu dit la combe de Revellat (1581) ; une enquête établit que les vingt cartairées données par le roi équivalent à cinq seterées ou arpents de l'Albigeois, « qu'est pour chesque cestairée on arpent quatre cartairées » (1600), — Recueil de copies des actes ci-dessus cités, plus quelques pièces de procédure dont la dernière en date (incomplète) est de 1611.
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, ??rchemin, et 15 pièces, papier.
H 1611516
Procès devant l'officialité contre le chapitre de Saint-Salvi d'Albi au sujet de deux vignes situées dans la banlieue de cette ville, al puech de Foix et al prat de la Vaissa sive al camp de Sancta Marciana et d'une maison dans la rue d'en Tibbalh. Enquête d'où il paraît résulter que les prétentions des Carmes étaient fondées en droit. (Il manque à ce rouleau les deux premières de ses dix peaux).
Description physique : (Rouleau.) — 8 peaux, parchemin. Long. 5 mètres, 20.
H 1621569-1608
Procès contre les consuls d'Albi. — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant l'évêque et les consuls à pourvoir les Carmes d'une des maisons saisies sur les religionnaires fugitifs, pour leur logement et la célébration des offices religieux (20 avril 1569). — Appel, nouvel arrêt ordonnant l'exécution du précédent par provision (6 juillet). — Enquête d'où il ressort que le couvent fut démoli en 1568, plusieurs statues brisées, « mesme une belle image de Notre-Dame et de Saint Roch », le mobilier pillé ou vendu aux enchères par ordre des consuls (1573). — Transaction du 12 août 1579 dans laquelle on rappelle un arrêt du Parlement de Toulouse (30 avril 1577) condamnant la communauté d'Albi à payer 4000 livres aux Carmes pour n'avoir pas satisfait à l'arrêt déjà cité, une autre sentence analogue (6 mars 1578-1579) prescrivant d'estimer la maison baillée aux Carmes, laquelle avait appartenu à Madame de Castelnau ; aux termes de l'accord, la dite dame vend cet immeuble au couvent pour 1566 écus et 2 tiers que payeront les consuls, la maison sera exemple de toute taille, mais non celles que les Carmes acquerraient par la suite pour s'agrandir. — Attestation par le vicaire général de l’évêque, prévôt de la cathédrale, Jean de Vitalis, relative au préjudice causé aux religieux par la démolition de leur couvent, mesure nécessitée par les besoins de la défense de la ville, après la prise de Cordes par les huguenots ; description des bâtiments : l'église avait 6 chapelles de chaque côté, plus une septième dans l'axe de la nef, avec dans le chœur une tribune et un orgue, le clocher était muni d'une cloche de 3 à 14 quintaux et de 2 autres plus petites, le couvent primitif possédait un beau cloître, un vaste réfectoire, un jardin, une importante bibliothèque, des caves et autres constructions ou pièces accessoires. Après la destruction de ces bâtiments, les Carmes sont restés « fort long temps logés en diverses maisons particulières » jusqu'au jour où la ville leur a donné une demeure d'ailleurs insuffisante ; d'autre part, le ravage du diocèse par les huguenots a appauvri le pays et le couvent ne reçoit plus guère de dons ou aumônes, ce qui l'empêche de continuer la construction de son nouvel établissement (1585). — Recueil des copies des pièces ci-dessus mentionnées, plus un arrêt du Conseil du roi (26 septembre 1582 ; annulant la transaction de 1577 ; procédures pour aboutir à faire exécuter ledit arrêt (1608).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 12 pièces, papier.
H 1631579-1639
Procès contre les héritiers de Jean Geoffredi, notaire d'Albi, et de sa femme, Antoinette Gasc, qui avaient fondé des obits par testaments des 2 septembre 1549 et 3 février 1554-1555 ; transaction de 1585 par laquelle les tenanciers des biens grevés des rentes obituaires, biens situés à Montsalvi, conviennent de payer les arrérages (1579-1585) : — contre les héritiers de Claude Teyssier, régent de la Temporalité d'Albi, et de son frère Antoine, juge au même siège, à raison d'une rente obituaire léguée par leur mère, Anne Gayral (1581-1598) : — reprise du procès contre les héritiers d'Anne Gayral, qui sont Anne et Louis Bermond et Jean Ginoulhac, avocat d'Albi (1603-1639). — Arrêts du Parlement de Toulouse condamnant les tenanciers du domaine de Tailleferrié à payer une rente de 12 setiers de blé et 4 sacs de noix de 5 demi-cartes chacun (1581-1582). Production d'actes d'échange (1428) et d'arrentement (1467) du dit domaine.
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 21 pièces, papier.
H 1641582-1589
Procès contre un receveur diocésain auquel les Carmes réclament une somme d'argent (1582-1584) ; — contre le chapitre cathédral d'Albi, créancier pour 20 années écoulées d'une redevance d'un florin d'or évalué 35 sous, suivant une obligation reconnue par le prieur du couvent en 1425, 1468 et plus tard : les Carmes se retranchent derrière les privilèges octroyés à leur ordre par les papes : le concile de Trente, à leur avis, n'a reconnu à l'autorité episcopale et à elle seule qu'un droit de correction et de juridiction (1583) ; arrêt du Parlement de Toulouse donnant raison aux Carmes (28 mars 1584) ; autre arrêt donnant une solution contraire (27 mars 1589). — Requête au Parlement contre Guillaume Astruc refusant de vendre une maison utile à l'agrandissement du couvent (1588). — Accord au sujet d'un obit fondé le 12 décembre 1587 par Antoine Ayral, marchand d'Albi (1589).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 35 pièces, papier.
H 1651592-1637
Procès contre le chapitre collégial de Saint-Salvi d'Albi (1592-1637) : arrêt du Parlement de Toulouse exemptant les Carmes de toute censive exigible sur la maison de la dame de Castelnau, qu'ils occupent (16 octobre 1592) ; amortissement des censives grevant plusieurs immeubles possédés par les religieux et dépendant du chapitre (1602) ; transaction du 19 novembre 1637 par laquelle le chapitre renonce définitivement à ses droits moyennant la somme de 258 livres, 15 sous ; les pièces produites rappelent que l'évêque Julien de Médicis était intervenu pour autoriser les Carmes, en 1580, à faire aménager une chapelle dans la maison dite de Castelnau ; suivant un accord conclu ensuite, le chapitre avait le droit de célébrer dans cette chapelle la messe des morts lorsqu'il y avait à faire une sépulture dans le terrain occupé parle couvent ; cette convention avait été annulée par sentence en 1588 ; elle fut reconnue valable par un autre jugement en 1597.
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 3 pièces, papier.
H 1661594-1616
Procès contre Antoine Rayonne, prêtre, pour l'obliger à fermer des ouvertures donnant sur le jardin des Carmes (1594-1596) ; — contre un débi-rentier, Jacques Grèzes, dont les biens sont saisis et vendus (1596) : — contre Etienne Dulac, sr de Boutenac, Abel de Rotoulp, sr des Farguettes, docteur en droit, et autres tenanciers au sujet d'une rente obituaire léguée au couvent en 1428 par Jordain Calmettes, chevalier, docteur en droit, la dite rente grevant divers biens dans les paroisses de Sérénac (mas de La Pagésié, Grezelle et autres) et de Combefa (mas du Garric) (1599-1616) ; — contre un adversaire de Catherine Lafont, veuve de Raimond Cavalier, licencié en droit d'Albi, dont les droits étaient passés aux Carmes par suite d'une donation à eux faite en 1588 par la dite dame d'un jardin situé a Albi, al Serieys, pour l'agrandissement du couvent (1605). — Hommage rendu au comte de Castres par Pierre Dupuy, écuyer, seigneur de Poulan, fils d'Antoine, seigneur de Labastide-Dénat (16l4).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 45 pièces, papier.
H 1671611-1677
Procès des Carmes de Montauban puis des Carmes d'Albi contre les débi-rentiers de 4 setiers de froment à Castelnau-de-Lévis, droits acquis par le couvent d'Albi en 1646. — Productions : lauzime des biens en question par Benoit de Lafon, sr de Camalières, agissant comme mari de Marie d'Albaroque (1526) ; lauzime des mêmes biens par Henri de Lafon, fils de Benoît et petit-fils de Jeanne de Pleux (1556) : acquisition de ces biens par Olivier Alary, receveur des décimes au diocèse d'Albi, de deux personnes les tenant d'Henri de Lafon (1598) ; reconnaissances en faveur d'Olivier Alary (1601) ; vente consentie par celui-ci en faveur des Carmes de Montauban pour 440 livres (1609) ; reconnaissances en faveur du couvent de Montauban (1611-1612).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 51 pièces, papier.
H 1681621-1694
Procès. — Accord relatif à une rente cédée au couvent en 1571 par Jean Coral du consulat d'Andouque (1621). — Procès contre les successeurs naturels de Marie Lafont, femme de Claude Galonnier, d'Albi, qui avait institué les Carmes pour ses héritiers en 1621 (1628-1631) : — contre Pierre Salabert d'Escabrins au sujet de l'obit fondé en 1569 par Bernard Maistre, prêtre de Poulan (1631) ; production d'actes de vente de terres situées au mas de Labruguière près de Carlus par François Salabert à Bernard Maistre. prêtre de Léjos (1545 et 1548) ; — contre les héritiers de Géraud du Solier d'Esbaldit et notamment Rose Alary, veuve de François du Solier, au sujet d'une rente en espèces léguée au couvent par le dit Géraud en 1592 (1631) ; continuation des débats avec Jean du Solier de Montdragon et Pierre du Solier, prêtre du collège Saint-Martial de Toulouse, autres cohéritiers : intervention d'autres membres de la même famille à l'occasion tant de l'obit de Géraud que de celui de François (1645-1694) : production d'un acte de prêt de 217 livres aux consuls de Dénat par François du Solier (1627) ; d'un legs de 30 livres à charge d'obit par le même (1628), de la cession de la créance de 217 livres ci-dessus par Rose Alary (1632).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, parchemin, et 42 pièces, papier.
H 1691633-1648
Procès contre les consuls d'Albi dans le but d'obtenir une exemption des tailles pour les maisons, autres que celle dite de Castelnau, acquises par le couvent. — Mémoire rappelant que les consuls furent condamnés en 1571 à fournir un logement aux Carmes et, en 1577, à leur donner 4000 livres, valeur du mobilier détruit ou pillé en 1568 ; transaction de 1579 (H. 162) annulée en 1582 ; nouvelle transaction en 1611 : la ville donne la maison de Castelnau et promet 5000 livres pour le mobilier, mais les consuls ne versent que 1800 livres. Les Carmes reprennent le procès en 1630. La transaction de 1611 est maintenue en 1631 par arrêt du Conseil. — En 1636, voulant reconstruire le couvent, ils achètent plusieurs maisons et, l'année suivante, requièrent les consuls de les exempter des tailles pour ces nouvelles possessions. Refus des consuls (1638) ; un accord verbal suspend l'effet de leur réclamation jusqu'en 1645, époque où ils font procéder à une saisie mobilière. — Arrêt du Conseil privé du roi renvoyant les parties devant la cour des aides de Montpellier (6 juillet 1646). — Assignation devant cette juridiction des consuls persistant à exiger les tailles (1648).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 36 pièces, papier.
H 1701634-1651
Procès contre Honorade Carles, veuve de Sicard Soulatges, au sujet de biens donnés au couvent par Jean Austry lorsqu'il entra dans la congrégation (1634-1637) ; — contre Pierre Catusse, charpentier d'Albi, à l'occasion d'un obit fondé par Barthélemy Blanc (1635-1646) ; — contre Guillaume Cahuzac, maçon, qui avait vendu aux Carmes une maison à Albi, rue del Serieys (1638) ; — contre Antoine Davy, bourgeois, au sujet d'une créance sur la succession de Bernard Martin d'Albi (1639-1651) ; — contre un débi-rentier d'Andouque, Jean Arnaud (1643) ; — contre Marcellin Massuguier, apothicaire d'Albi, héritier de Pierre qui avait fait un legs en faveur du couvent en 1643 (1646-1648).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 34 pièces, papier.
H 1711649-1694
Procès contre Jacques de Lapanouse, sr d'Aigou, et ses héritiers. — Accord en vertu duquel le sieur d'Aigou payera 50 livres en représentation d'arrérages dus pour les années 1641 à 1648 d'une rente de 5 setiers de seigle grevant le domaine de La Pagésié (1649) ; ces 5 setiers sont une partie des 8 setiers de seigle et 2 de froment qu'avaient donné au couvent Jourdain Calmettes en 1428 et Bertrand Calmettes en 1453 sur leurs possessions de la Pagésié, del Cayré, de Colombars, de Grezelles et du Garric (voy. H. 166). — Saisie des biens de Jacques de Lapanouse et violences exercées par lui (1650-1651). — Arrêt du Parlement de Toulouse contre lui (23 août 1653) et saisie générale de ses biens (1654). — Continuation du procès contre Jean-Jacques de Lapanouse, fils de Jacques et de Lucie de Lacombe (1655), collocation de créanciers (1657) et autres mesures analogues. — Volumineuses productions : lauzime au nom de Jourdain Calmettes, sr d'Aigou, à François Fabre d'un moulin sur le ruisseau d'Aigou, près du lieu de ce nom, ainsi que d'autres biens (1411) ; — vente du moulin par Barthélemy Fabre à Huc Bérald, notaire de Valence, pour 31 moutons d'or (1439, n. s.) ; — affectation par Bertrand Calmettes coseigneur d'Aigou, d'un bien situé dans la paroisse de Sérénac au payement d'une rente de 4 setiers de seigle léguée par son frère, Jourdain, aux Carmes de Saint-Antonin en Rouergue (1443, n. s.) ; — Lauzime de divers biens situés à Aigou par Bernard-Raimond Calmettes, sr d'Aigou, à Doat et Antoine Fabre (1457, n. s.) ; — reconnaissance du moulin d'Aigou et autres biens par Barthélemy Cadars en faveur d'Imbert, sr d'Aigou (1525) ; — reconnaissances de divers biens à Aigou par Vincent Puech en faveur d'Audebert de Palamorgues du Chayla, coseigneur d'Aigou, et de sa femme Louise Imbert (1565, n. s. -1576) ; — vente d'un tiers du moulin d'Aigou par Jean Cadars à Jean Blanc, moyennant 91 écus (1597) ; — accord entre Guy de Lapanouse, sr d'Aigou, bien-tenant pour une moitié d'Antoine Imbert, et le curé de Valence au sujet d'un legs obituaire du dit Imbert (1604) ; — accord du même succédant aux droits de Jean Imbert, son aïeul maternel, celui-ci à ceux de Bernard et Raimond Calmettes, avec Jean Blanc au sujet d'une rente grevant le moulin d'Aigou et acquise par Blanc de Jean Cadars et autres (1607) : — reconnaissance du mas de La Pagésié en faveur de Guy de Lapanouse (1607) ; — accord de ce dernier avec Jean Puech et autres tenanciers au sujet d'arrérages de rentes (1608) ; — dénombrement par Guy de Lapanouse des biens à lui échus du chef de sa mère, Louise Imbert (1612) ; — échanges entre le même et plusieurs personnes, procès du même et de sa femme, Jacqueline de Prohenquières (1612-1634) ; — procès contre divers de Jacques de Lapanouse (1641) ; — chronologie des seigneurs d'Aigou depuis 1415, notes généalogiques concernant la famille de Lapanouse.
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, parchemin, et 114 pièces, papier.
H 1721651-1721
Procès. — Consentement donné par les Carmes à ce que le chapitre cathédral d'Albi officie dans le couvent à l'occasion de la sépulture de Jean Galaup, avocat, dans le cloître, mais à la condition que celle concession ne puisse être considérée par le chapitre comme l'exercice d'un droit (1651). — Procès contre Guillaume de Bages, écuyer, et Jean de Ciron, sr de Lapeyrouse, au sujet d'une rente obituaire léguée au couvent en 1491 par Antoine de Bages ; il est convenu qu'une sentence obtenue contre de Ciron sera considérée comme non avenue et que de Bages servira seul la rente ; — contre les consuls de Castenau-de-Lévis qui avaient imposé divers biens des Carmes dans leur consulat (1652). — Arrêt du Parlement de Toulouse contre un débi-rentier de Castelnau-de-Lévis, Antoine Pous. — Procédure de saisie coutre les consuls de Saint-Benoit de Frédefond (1654). — Procès contre les héritiers de Louis Bescomps de Saint-Julien de Pradoux au sujet d'une rente en seigle cédée par le défunt aux Carmes en 1664 (1669-1721).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 42 pièces, papier.
H 1731670-1695
Procès contre Jean Dassier, sr de Roumégoux, au sujet d'un legs fait en 1615 aux Carmes de la forêt de Valence par Catherine Dassier, sa fille, femme de Jean Carrier, notaire de Rieupeyroux (1670-1672) ; production d'une cession de créance à titre gratuit par Géraud d'Albin, sr de Naussac, à Antoine Gransanhe, maître d'hôtel du premier président du Parlement [de Toulouse] (1655) ; — contre Anne de Fleyres, à l'occasion de la saisie des biens de Paul Bardière, sr d'Aurian (1671) ; — contre Jean d'Artus, sr de Puechmouret, cessionnaire de Jean-François de Rollet-Castelnau, baron de Jalenques, au sujet de possessions des Carmes dans le consulat de Lamillarié ; condamnation des religieux à passer de nouvelles reconnaissances ; production de titres concernant le domaine en litige, depuis 1460 ; — contre les héritiers du notaire de Ripis, débi-rentiers du couvent (1672-1695) ; — contre un débiteur, Jean Bruel. marchand d'Albi, et plusieurs débi-rentiers de Cahuzac-sur-Vère (1673).
Description physique : (Liasse.) — 22 pièces, papier.
H 1741673-1733
Procès contre Guillaume Lagarde, prébendier et maître de musique de la cathédrale d'Albi, au sujet d'une rente obituaire léguée aux Carmes par son oncle, Pierre Lagarde, en 1660 ; cession par le dit Guillaume d'une créance sur la communauté de Curvalle en représentation des arrérages échus (1673) ; productions : bail à Pierre Lagarde, maître de musique à Rodez, de la maîtrise des enfants de chœur de la cathédrale d'Albi, pour un an, aux gages de 300 livres, plus 47 setiers de blé moussole (1651) ; collation en faveur du même d'un vicariat musical (1652) ; délibérations du conseil communal de Curvalle relatives aux dettes de la localité (1652 et 1659) : emprunt de 2000 livres par les consuls à Pierre Lagarde (1653) ; extrait de l'état des dettes de Curvalle (1669) ; — contre François Tirevieilhe et ses héritiers, les de Druillet, juges d'Albigeois, à l'occasion de legs faits par Raimond Tirevieille en 1637, le dit François en 1678 et d'autres membres de la même famille (1674-1733).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 32 pièces, papier.
H 1751676-1695
Procès contre Pierre Sicre, marchand d'Albi, et sa femme, Catherine Revel, pour les obliger à faire griller une ouverture de leur maison bordant une ruelle que les Carmes ont englobée dans un patus du couvent. — Visite et plans des lieux, plan à grande échelle d'une partie du couvent, factums imprimés par les plaideurs. — Arrêt du Parlement de Toulouse (1689) condamnant les Carmes à laisser une issue à la ruelle. — Allusion à une lettre de cachet en vertu de laquelle les religieux doivent payer les dépenses du procès et les époux Sicre vendre leur immeuble au couvent. Résistance de ces derniers qui réclament l'exécution du précédent arrêt du Parlement. — Accord définitif du 16 juillet 1693 : la maison est cédée au couvent pour le prix de 1200 livres. — Formalités diverses relatives aux dimensions de la maison (1695) — Production de lauzimes de la maison en question, située dans la rue Neuve de la Grave, par des bénéficiers de la chapellenie Saint-Blaise et Saint-Laurent, en la cathédrale d'Albi (1505-1522).
Description physique : (Liasse.) — 27 pièces, papier, dont 4 imprimées et 6 plans.
H 1761678-1693
Procès contre Jeanne Brieussel et contre Jean et Marc Bouzinac, Jean Cahuzac et Antoine Massol au sujet d'une rente cédée aux Carmes par la dite Brieussel en 1678 (1678-1693) ; production d'un règlement d'intérêts entre Jean et François Bouzinac, de Labastide-de-Lévis (163) ) : des pactes de mariage de Marc Bouzinac (1644 et 1673) ; — contre la veuve de Charles de Berne, sr de La Gaulerie, débi-rentière du couvent (1679).
Description physique : (Liasse.) — 23 pièces, papier.
H 1771683-1722
Procès contre Laurent Bories. Etienne Auriol de Saint-Juéry et leurs héritiers au sujet d'arrérages d'une rente de 37 livres, 10 sous constituée en 1674. Inventaire d'un mobilier (1694).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, parchemin, et 141 pièces, papier.
H 1781684-1720
Procès. — Correspondance relative à diverses affaires du couvent (1684-1685). — Procès contre les possesseurs d'une terre située à Albi, près de la maladrerie Saint-Martin, au sujet d'une rente grevant ce bien par suite de l'obit fondé en 1555 (n. s.) par Antoinette Gasc, veuve du notaire Jean Geoffredy ; actes intéressant les familles Alric, Rieunier, Boyer, Gasc, Serieys (note généalogique), Geoffredy, Limousi de Cordes, Guiraud et Roziès (1685-1720) ; — contre un débi-rentier, André Bru, marchand d'Albi (1686) ; — contre les consuls d'Albi au sujet de la maison qui a servi à l'établissement du nouveau couvent (1689) ; production de la transaction de 1579 et de l'attestation du juge d'Albigeois (1585) concernant la démolition des anciens bâtiments.
Description physique : (Liasse.) — 48 pièces, papier.
H 1791690-1719
Procès contre les héritiers de Gilles Véne et de Jean Jalguet au sujet d'arrérages d'une rente cédée aux Carmes par Véne et Jalguet en 1677 (1690-1696) : — contre le sr Villeneuve de La Barthié au sujet d'une rente obituaire léguée par Gaspard Martin d'Albi en 1600 et par sa femme, Claire Bandinelli, en 1630 (1691-1719). — Dossiers incomplets, correspondance touchant les affaires du couvent (1691-1706). — Procès contre les héritiers d'Antoine Delmas, chanoine du chapitre cathédral d’Albi, pour obtenir payement d'arrérages d'une rente cédée aux Carmes parle défunt en 1675 ; poursuites contre Anne de Goffre, veuve de Jean Fabié de Cadalen, l'un des héritiers (1705-1710). — Citation des Carmes, à la requête du bénéficier de la chapellenie de saint Blaise et saint Laurent, afin d'avoir à acquitter une rente annuelle de 4 livres. 8 sous, 3 deniers pour le terrain occupé par le couvent dans la rue de la Grave (1706).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 77 pièces, papier.
H 1801709-1731
Procès contre Isabeau d'Aussaguel au sujet d'un legs obituaire fait au couvent en 1687 par Anne Blanc, femme de Jean de Roquefeuil, sr de Labessière (1709) ; production d'actes de procédure concernant la famille d'Aussaguel (1683-1687) ; — contre divers divers débi-rentiers (1710) ; — contre François de La Tour d'Escabrins de Glassac, sr de Fénols, tenancier de biens grevés d'une rente par Marguerite de Bages en faveur des Carmes (1711). — Transaction couclue avec le chapitre collégial de Saint-Salvi auquel le couvent payera annuellement 21 sous à raison de l'occupation de maisons relevant du dit chapitre dans Albi et acquises en 1693 et 1694. — Procès contre François Puech, forgeron, l'un des tenanciers d'Aigou (1713-1727) ; — contre Daniel de Puechgarric, tenancier de biens situés près de Teillet et grevés d'une rente en vertu du testament d'Elix Rouger en date de 1645 (1713-1746) ; production du testament cité. — Requête aux consuls d'Albi pour faire décharger le couvent de la taille imposée sur une maison (1719). — Poursuites contre plusieurs débi-rentiers d'Aigou, Sérénac, Orban, Albi ou Saint-Juéry, notamment François de Rabaudi, viguier de Toulouse (1720-1731).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 62 pièces, papier.
H 1811732-1776
Procès. — Assignation en Parlement donnée aux Carmes par Auguste de Bourbon-Malauze, comte de Lacaze, baron de Lasgraisses, etc., pour se voir condamner à payer diverses censives et des droits seigneuriaux (1732). — Poursuites contre plusieurs tenanciers ou débiteurs (1733-1744) ; — contre Charles de Bar de Laroquebouillac, baron de Rouffiac, et ses sœurs, Madeleine et Louise, au sujet d'arrérages d'une rente léguée au couvent par Jean de Nupces, marchand d'Albi, pour la célébration de messes obituaires dans la chapelle de saint Michel en l'église Sainte-Martianne d'Albi (1746) ; — contre François de Martrin, sr du Pouget, à l'occasion d'une rente léguée par sa mère Marie de Clergué, veuve d'Alexis de Martrin (1759) ; — contre Daniel de Puechgarric, fils et héritier de Daniel (1760-1764. Voy. H. 180) ; — contre Jean Gausserand et héritiers ou bien-tenants de François Puech, tenanciers d'Aigou et Sérénac (1763-1776. Voy. H. 180).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 32 pièces, papier.
H 1821763-1783
Procès contre François Raynaud (1763-1766) et François Villeneuve (1764-1772), débi-rentiers de Sérénac ; — contre Bertrand Marty et Raimond Gisclard, de Saint-Cirgue d'Aigou, aussi débi-rentiers ; saisie des biens de Jean-Pierre Gisclard à la requête de Jean-Dominique de Vésian, père, ancien receveur des tailles au diocèse d'Albi (1764-1783) ; — contre les consuls d'Energues, au sujet d'une rente que cette communauté sert au couvent (1766-1768) ; — contre diverses personnes à raison de rentes obituaires, notamment Jean-Louis de Guirard de Montarnal, sr de Sérénac, habitant de Trébas (1766), Louis de Faramond, sr de La Vène, habitant son château de La Loubière (1767) ; — contre les consuls de Saint-Julien de Pradoux pour obtenir une exemption de la taille imposée sur une vigne improductive (1770-1772) ; — contre Jean de Frégeville, sr de Grandval et Plégades, capitaine de cavalerie, habitant de Réalmont, au sujet d'une rente grevant un bien par lui acquis, rente léguée aux Carmes en 1516 par Louis Moret, marchand, et sa mère, Antoinette Cabirol en 1534 (n. s.) (1771-1775).
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, parchemin, et 58 pièces, papier, dont une imprimée.
H 1831776-1784
Procès contre plusieurs débi-rentiers de Sérénac (1776-1780) : — contre les créanciers de la succession de Jean-Antoine David, receveur ancien des tailles au diocèse d'Albi, au sujet de rentes grevant des biens situés à Sérénac, affaire dans laquelle est intéressé le couvent des Carmes de la forêt de Valence (1777-1784) ; — contre les tenanciers du domaine de La Pagésié, consulat de Sérénac, grêve d'une rente par la fondation de Jordain Calmettes (1779-1780. Voy. H.171) ; — contre des tenanciers d'Aigou (1781-1782).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 97 pièces, papier.
Carmes de la forêt de Valence (1670-1791) retour
Bâtiments et biens du couvent (1679-1791) retour
H 1841670-1791
Supplique du provincial des Carmes d'Aquitaine à l'évêque d'Albi pour être autorisé à établir un couvent dans la forêt de Valence où « depuis deux siècles ou environ » les Carmes [d'Albi] ont envoyé des ermites ; approbation de l'évêque (21 avril 1670). — « Livre de sacristie » contenant le produit des messes dites dans le couvent, cahier tenu par le prieur qui écrit : « Je suis, arrivé au couvent de la forest le 22 mai 1786, mais n'ayant trouvé qu'une carcasse de couvent, pleine de décombres et de vieux matériaux, j'ai été obligé d'aller plusieurs fois coucher à Lacalm, métairie de nos Pères d'Alby ; mais, fatigué d'un pareil trajet, je me suis déterminé à faire monter un lit dans le grenier de la métairie où je fais ma résidence jusqu'à ce que le couvent soit logeable et que je puisse y faire placer un lit ». (1786-1791). — Etats dressés en 1787 et 1790 des biens du couvent qui jouit d'environ 200 livres de rentes obituaires, possède une vigne et une métairie affermée pour 270 livres, paye 74 livres, 3 sous. 5 dediers de tailles et censives et est tenu de dire ou faire dire tous les ans 65 messes de fondations. — Afferme de la métairie pour trois années moyennant 270 livres par an (1789).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, papier.
Comptes (1736-1791) retour
H 185*1736-1791
Comptes. — Recettes et dépenses. — Recettes : rentes obituaires et redevances diverses, produits de la prédication et des services religieux, ventes de bétail et de récoltes, quêtes, dons et aumônes, etc. — Dépenses : nourriture et entretien des religieux, exploitation de la métairie du couvent, tailles et autres taxes, etc. ; emploi de 600 livres pour la reconstruction de « l'église » [chapelle du couvent] (1736-1738) : — frais d'une sentence du sénéchal de Rouergue « contre a M. Bors, curé de Pomeirols (Pomayrols, Aveyron), exilé icy par lettre de cachet, ce au sujet de sa pension alimentaire » (1748) : — taxe du contrôle d'une procuration envoyée à l'évêque de Rodez à raison de la pension alimentaire de M. Bors, curé de Pomeirols, diocèse de Rodez, exilé icy par ordre du roi » (1750) ; — saisie du bénéfice du même curé pour le payement de sa pension (1751). — Les comptes sont clos le 10 janvier 1791 et vus, le même jour, par le Directoire du district d'Albi.
Description physique : (Registre.) — In-f°, de 85 et 155 feuillets, papier.
Procès (1749-1773) retour
H 1861749-1773
Procès des Carmes de la forêt de Valence. — Transaction conclue avec François Boudet, d'après laquelle celui-ci servira au couvent une rente de 6 livres (1749). — Différend avec le juge de la gruerie d'Albi qui avait fait saisir et vendre deux chevaux appartenant aux Carmes (1773).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier.
Carmes de Saint-Paul-cap-de-Joux (1535) retour
Procès (1535) retour
H 1874 juin 1535
Mandement du sénéchal de Toulouse, Antoine de Rochechouard, relatif à un procès entre Jean Pontier de Saint-Paul-Capdejoux « et scindicum Carmelitarum ejusdem Sancti Pauli ».
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, papier.
Chartreux de Castres (1247-1790) retour
Inventaire des archives, rédigé aux XVIe et XVIIe siècles retour
H 188*XVIe-XVIIe
Inventaire des archives du couvent (1er registre). — Au début divisions générales de l'inventaire en cinq registre et répertoire des titres analysés dans le premier.
Fondation du couvent « beate Marie de Bellovisu alias de Bossaco ordinis Carthusiensis in loco seu boria vocata de Bossaco secus civilalem Castrensem scita, juridictionis et consolatus Castrensis et parrochie Sancti Pétri de Avitibus (Saint-Pierre d'Avits) » par Raimond Saysse, bourgeois de Castres, qui sollicite et obtient de l’évêque de Castres l'autorisation de construire un couvent de Chartreux dans sa métairie de Boussac (21 septembre 1359). — Testament du même R. Saysse qui lègue pour la construction des bâtiments des matériaux et 2000 florins d'or, plus, pour l'entretien des religieux, une rente de 60 setiers de froment, 60 charges (sarcinatas) de vin et 50 livres en espèces (21 juillet 1361). — Mention de l'inventaire de l'héritage de R. Saysse fait par le prieur de Loubatière (domus Luppatorie, senescallie Carcassone) (9 septembre). — Nomination par le chapitre général de l'ordre d'Arnal Fabre, Chartreux, recteur de Boussac, pour régir les biens légués par R. Saysse (7 mai 1366). — Envoi en possession du dit Fabre par le juge de Castres (18 juin).
Hommages et reconnaissances au comte de Castres ou au roi, depuis 1347 jusqu'en 1534 pour des biens situés à Castres et dans le consulat de Castres, notamment à Peyros (paroisses de Notre-Dame de Fargues et de Saint-Pierre d'Avits), à Boissezon (locus de Buxadone), Matviel (loc. Matis veteris), Murat, Escoussens (Escorcenx), dans la forêt d'Hautaniboul (foresta regia Alte nubis), partie de moulin sur le ruisseau de Bernasoubre (Versanobre). — Les premiers hommages sont rendus par les frères Raimond et Arnal Saysse, fils de Pierre (1349-1354), aux comtes Bouchard et Jean de Vendôme. — Hommage au roi par Catherine de Loys, pour moitié des droits de haute justice à Escoussens, la moyenne et basse justice étant en paréage entre la dite dame et les Chartreux. Il est dit que les droits de Catherine de Loys avaient été acquis « naguère » de Jordain de Clermont (3 mars 1453-1454). — Le premier hommage des Chartreux est de 1437 ; les prieurs nommés sont : Pierre Mazelier (Macellarii) en 1437, François Dupont (de Ponte) en 1463.
Amortissements de 1351 à 1551. — Amortissement des domaines de Boussac et de Peyros par le comte Jean de Vendôme, moyennant la prestation de l'hommage, une rente de cinq gros d'argent « quorum sexaginta faciunt marcham » et les droits exigibles sur les biens qui viendraient à s'adjoindre aux précédents (26 septembre 1359). — Amortissement de cens et autres revenus de feu Raimond Saysse, moyennant 1240 florins d'or (3 novembre 1362). — Quittance du trésorier royal de Toulouse pour 120 livres tournois payées à raison du domaine de Touscayras (Totz cayratz) près Verdalle (6 février 1366-1367). — Autre reçu de 283 livres, 4 sous tournois pour les acquisitions faites par le couvent à Escoussens (1er décembre 1367). — Détail des droits d'amortissement perçus en 1401. — Aveu par le comte Bouchard du payement des 1240 florins stipulés dans l'acte (ci-dessus) de 1362 (28 décembre 1367). — Exemption de tous droits à payer pour acquisitions s'élevant jusqu'à concurrence de 100 livres de revenus, accordée par le lieutenant et frère du roi, Louis (juin 1369). — Ratification royale de cette concession (avril 1370). — Lettres royales d'amortissement pour le domaine de Touscayras et autres biens situés dans les environs ou à Sémalens (même date). — « L'an 1370, 11 mai, le roy Charles octroyaaux religieux, prieur et couvent susdits que jusques à ung an ils puissent tenir sans troble ne empêchement d'aulcungs de ses officiers certain four assis au lieu d'Escorcenx » et quelques rentes à eux adjugées par voie de justice. — Analyse de plusieurs pièces concernant le domaine de Touscayras (1402-1446). — Allusion au quart de la haute et basse justice à Escoussens, appartenant à Louis Montanier, ayant droit de Bernarde Montanier, de Castres (7 juillet 1413). — « L'an 1415, 26 d'apvril, le conte de Castres octroya aux Chartreux du dit couvent que aulcung empêchement ne leur feust faict pour rayson des admortissemens et finances des cens, rentes et possessions tenues du dit conte ». — Exemption de tous droits pendant quatre ans accordée par le roi à raison de legs faits au couvent par Guillaume Conilh, prêtre, Pierre Antoine de Saint-Pons de Thomières, Georges de Saint-Martin, de diverses acquisitions de biens appartenant à Louis Montanier et sa femme, le dit Montanier étant co-seigneur d'Escoussens. Georges de Saint-Martin avait légué aux Chartreux une part de la haute et basse justice et le quart des montagnes de Cayroulet, plus un moulin près d'Escoussens et des menus cens (10 mars 1427-1428). — Amortissement par le comte Jacques, roi de Hongrie, d'une albergue donnée au couvent sur les habitants de Boissezon, Matviel et Murat (18 mars). — Exemption des droits de francs-fiefs et nouveaux acquêts accordée par le roi au clergé de la sénéchaussée de Toulouse, pour la durée de 40 ans (18 juin 1517). — Les Etats généraux de Languedoc accordent au roi la somme de 100000 livres pour les droits d'amortissement exigibles dans la province (22 avril 1551).
Privilèges pontificaux depuis le pontificat d'Alexandre IV jusqu'à la fin du XVe siècle.
Privilèges royaux. — Exemptions de tous subsides pour la guerre accordées à l'ordre des Chartreux par Charles V (19 janvier 1369-1370), Charles VI (1382), Louis XI (31 octobre 1465), Charles VIII (juillet 1484). — Vidimus par le juge d'Escoussens des lettres d'exemption de 1465 (1544). — Suivent les privilèges spéciaux à la Chartreuse de Belvèze près Castres (Beate Marie de Bellovisu). — Exemption de tous droits à payer pour les vignes de Peyrous, accordée pour quatre ans au couvent par le lieutenant du roi en Languedoc (25 mars 1402). — Exemption de tous droits de péage, leude, gabelle, pontanage, émanée du roi Charles VII (octobre 1444). — Confirmation des exemptions antérieures par Louis XII (décembre 1513), François 1er (mars 1535). Henri II (septembre 1548, Charles IX (juillet 1564). — Mandement de Charles VI aux généraux sur le fait des aides de Languedoc afin que les Chartreux de Belvèze (Beauvoir) et de La Loubatière puissent s'approvisionner de sel dans les greniers de Narbonne, Capestang, Siran, Peyriac et autres en payant seulement « le droit du merchant » (9 février 1414-1415). — Autorisation donnée par Charles VII au couvent de Belvèze de prendre tous les ans « sans gabeller » jusqu'à dix quintaux de sel au grenier de Siran (12 octobre 1444). — Confirmations de ce privilège par Louis XII (8 décembre 1501), François 1er (7 janvier 1514-1515). — Mandements des généraux des finances aux grenetiers du grenier de Sigean pour la délivrance du dit sel (1445-1539). — Lettres de sauvegarde émanées des frères et lieutenants du roi en Languedoc, Louis (8 mars 1370-1371) et Charles (24 septembre 1377), de Charles VII (avril 1437).
Décimes et autres impositions. — Décimes imposées en vertu de lettres de Charles VI sur les couvents des Chartreux ou le clergé de Languedoc (15 juin 1399) ou levées par des commissaires royaux en 1414, 1415, 1423, 1424, 1536.
Chartreuse de La Loubatière (Beate Marie de Lupateria) au diocèse de Carcassonne. — Bref du pape Jean XXII, du 15 juin 1323, rappelant que feu Pierre [de Rochefort], évêque de Carcassonne, avait fondé une Chartreuse au lieu de La Loubatière ; pour subvenir aux besoins des douze religieux de ce couvent il leur avait cédé l'église paroissiale de Fontiès-Cabardès (de Fontiano superiori). Plus tard il retira les moines du dit monastère et ordonna par testament de les remplacer par dix prêtres séculiers, léguant à ces derniers quamdam tillam que Bastida Bogerii Pétri vulgariler nuncupatur produisant un revenu de 50 livres, plus un capital de 3000 livres. A la prière des exécuteurs testamentaires de l'évêque défunt, le pape rétablit les Chartreux à La Loubatière, affecte à leur entretien l'église Saint-Clément de Fontiès-Cabardès et les revenus des 3000 livres, à la condition que le couvent paye la pension d'un vicaire perpétuel. — Mise en possession du monastère et de l'église de Fontiès par des délégués des exécuteurs testamentaires, en faveur de Jean de Montmartre (Joh. De Monte martirum) (12 septembre 1323). — Approbation par le pape Clément VI du transfert du couvent ad grangiam de Capile Servio, autorisé par le chapitre général de l'ordre ; l'évêque de Carcassonne pourra concéder aux religieux les droits d'usage et de pâturage qui lui appartiennent dans la forêt de La Loubatière (30 avril 1346). — Autorisation donnée par le chapitre général de l'ordre au couvent de Belvèze d'obtenir l'union du couvent de La Loubatière au sien (8 mai 1423). — Union des deux monastères sous l'autorité du prieur de Belvèze, prononcée par l'évêque de Carcassonne Godefroy (17 décembre). — Mise en possession du dit prieur (5 janvier 1432-1433). — Actes divers relatifs à cette union (1425-1478). — Amortissements de biens acquis par les Chartreux de La Loubatière dans les environs de Carcassonne, à Villelongue, à Montaulieu (1324-1394). — Lettres de sauvegarde de Charles IV pour le même couvent (mai 1324). — Titres concernant la vicairie perpétuelle de Fontiès-Cabardès (1326-1558). — Autorisation donnée par le pape Grégoire XI à l'évêque de Carcassonne d'unir à la mense du couvent de La Loubatière l'église paroissiale de Villardonnel dont les revenus s'élèvent à la somme de 100 florins d'or, à charge pour les religieux d'entretenir un vicaire perpétuel (25 janvier 1375). — Union de la dite église au couvent par l'évêque Pierre (4 mai).
Eglises diverses. — Confirmation par le pape Clément VI de l'union prononcée par son prédécesseur Jean XXII de l'église Saint-Pierre d'Avits à celle de Saint-Pierre de Burlats et union par Clément VI de Saint-Etienne de Cahuzac et de Saint-Martin de Lodiès à Saint-Pierre de Burlats (sans date précise : 14 des kalendes de mars). — Union par le pape Benoît XIII au couvent de Belvèze de l'église de Puichéric (de Puecheyrico) dont les revenus annuels atteignent 100 livres de petits tournois (11 décembre 1406). — Titres concernant l'église de Puichéric (1300-1556). — Autorisation donnée à l'official de Castres d'unir, s'il y a lieu, à la Chartreuse de Belvèze l'église rurale de Saint-Michel de Fenesio, du diocèse de Saint-Pons (3 janvier 1453-1454). — Union de ladite église prononcée par l'official délégué (14 février). — Arrentement de ses revenus (1468-1502). — Union au couvent de l'église rurale de Saint-Jean de Grézan par l'évêque et le chapitre de Béziers (19 avril 1394). — Confirmations de cette union par les papes Clément VII (18 août 1394) et Benoît XIII (13 mars 1395). — Prise de possession de l'église de Grézan et de son annexe (11 janvier 1402-1403). — Union au couvent de l'église Sainte-Cécile-des Montagnes par l'évêque de Lavaur, Jean (sic. ?) 13 septembre 1405). — Prise de possession (6 septembre 1453). — Autorisation donnée par le pape Grégoire XI à l’évêque de Castres d'unir au couvent l'église Saint-Martin de Lodiès qui ultra septem parrochianos non habebal (14 avril 1375). — Bref de Grégoire XI adressé au doyen de Burlats afin qu'il procède à cette union, la dite paroisse ne possédant pas ultra decem domos seu hospitia parrochianorum (24 avril 1381). — Autres actes pontificaux concernant la même église (1384-1405). — Sécularisation par le pape Jean XXII du chapitre de Burlats qui se composera de douze chanoines et treize prébendiers, plus trois hebdomadiers et vingt-trois chapelains ; résumé de la bulle et énumération des églises dont les revenus seront affectés à l'entretien du nouveau chapitre ; l'église Saint-Pierre d'Avits figure sur cette liste avec celles de Roquecourbe, Jonquières, Saint-Julien-du-Puy, Saint-Sulpice, Saint-Germier, Montlédier, Valtoret, Rouayroux, Vabre, etc. (22 février 1318). — Autres actes et procédures concernant le chapitre de Burlats et l'église Saint-Pierre d'Avits (1328-1573).
Chapellenies. — Actes divers concernant plusieurs chapellenies, celle surtout de Notre-Dame de Fargues (de Fargis) dans l'église paroissiale de Sainte Foi (sancte Fidis, diocesis castvensis) ; d'autres oui été fondées dans les églises de Saint-Vincent et de la Plalé à Castres, d'Escoussens (1393-1612). Les notes se référant aux années 1555 à 1612 sont des additions au manuscrit primitif).
Gènes. — Les religieux de Belvèze déclarent avoir reçu de Jacques Balat, chanoine de la collégiale (dont le nom n'est pas indiqué) la somme de 1000 écus qu'il leur avait donnée deux ans auparavand pour en acheter des rentes à la banque de Saint-Georges de Gênes et n'en jouir qu'après sa mort. Il est dit qu'il fut acquis avec ces fonds 64 loca à Gênes (7 août 1469). — Cession aux mêmes religieux par les Chartreux de Villefranche de toutes leurs rentes et loca de Gênes et des environs pour 1000 livres tournois (17 avril 1542). — De natura locorum sancti Georgii et quo modo habuerunt initium (note sur les besoins financiers de la ville de Gênes et sur la banque de Saint-Georges).
Additions à la rédaction primitive. — Nominations de vicaires perpétuels pour l'église de Puichéric, donnant les noms des religieux de Belvèze (1556-1612). — Procès au sujet de dîmes avec le monastère de Montaulieu (1612-1613).
A l'envers du registre est transcrit un arrêt du Parlement de Toulouse (13 septembre 1552) relatif à la justice haute, moyenne et basse de Vieux, que se disputaient Bernard de Molinier, sr de Malbosc, et Paul de Cajarc, capitaine de Leucate : le premier est reconnu avoir droit à deux parts de la justice moyenne et basse, tandis que le second a les sept autres parts plus l'entière justice haute.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 134 feuillets, papier.
H 189*XVIe-XVIIe
Inventaire des archives du couvent (2e registre). — Au début répertoire des actes répartis par diocèse d'origine des testateurs, table alphabétique des testateurs et donateurs en faveur des couvents de La Loubatière et de Belvèze.
Testaments. — Brève mention de testaments en faveur de la Chartreuse de La Loubatière (1377-1395).
Testaments en faveur des religieux de Belvèze. — Diocèse de Castres (1361-1515). — Testaments de Raimond Saysse (2 juillet 1361) ; — Sentulia de Brettes (Bretis), sa femme, qui laisse au couvent la moitié de ses biens (1er janvier 1361-1362), — Guillaume Conils qui lègue des rentes en grains sur ses biens de Lautrec. Puycalvel et Saint-Germain, dont les redevances seront mesurées à la mesure de Lautrec (15 juillet 1383) — et autres. — On n'indique généralement que le nom du testateur et la date de l'acte sans détails. — Diocèse de Lavaur (1375-1507). — Testaments de personnes de Sax, Labruguière, Escoussens (la coseigneuresse du lieu, Géorgie de Saint-Martin, 43 mars 1423-1424, une autre coseigneuresse, Catherine de Loys, veuve de Guillaume de Brettes, qui lègue sa part de haute, moyenne et basse justice, 11 septembre 1454, de son fils Elie de Brettes, 21 octobre 1507), Sémalens, Puylaurens, Sorèze (Guillaume Huc, recteur du lieu, sans date). Diocèse de Carcassonne (1412-1484). — Testaments de personnes de Fontiès-Cabardès (le recteur du lieu, Jacques Valat, qui fonde une chapellenie, 22 mai 1484), Puichéric, Minerve (Jean Gouvion, maître général des Monnaies, capitaine du lieu, qui élit sa sépulture devant le maître autel de la Chartreuse de Belvèze, 31 juillet 1457). — Diocèse de Narbonne (1412-1433). — Testaments de personnes de Puisserguier. — Diocèse de Saint-Papoul. — Testament d'un chanoine de la collégiale de Castelnaudary (1470). — Diocèse de Saint-Pons. — Testament d'un habitant d'Angles (1415).
Donations à la Chartreuse de La Loubatière, par des personnes du diocèse de Carcassonne (1347-1405). — Donations par l'évêque de Carcassonne, Pierre, d'un domaine situé près de la forêt à lui appartenant de La Loubatière (1327), — par un autre évêque du même nom de terres situées dans la même région (1332), — par des personnes de La Loubatière de droits sur des maisons au dit lieu (1391 et 1405). — Autres donations de divers droits par des habitants de Capcervi et ailleurs (1347-1361).
Donations à la Chartreuse de Belvèze. — Diocèse de Castres (1367-1552). — Donations par un vicaire de La Plate à Castres de biens provenant de la succession de Bérenguier et Pierre de Brettes (27 janvier 1366-1367), — par diverses personnes de maisons et terres situées à Castres (1393-1395), — par l'évêque de Castres, Jean, d'une créance de 200 écus d'or (5 avril 1405), — par divers de biens situés dans les environs de Castres (1474-1497), — notamment près de la chapelle de Notre-Dame, de Fargues (1467) ; — fondation d'une messe dans cette chapelle par le vicaire qui la dessert (20 août 1552). — Donations de divers biens situés à Frégeville (1460-1489). — Il est fait mention, à la date du 27 octobre 1401, d'un « helemosinarius ecclesie Castrensis, executor generalis causarum piarum ultimarum voluntatum decedentium indiocesi Castrensi. » — Diocèse de Lavaur (1415-1560). — Donations par des personnes de Sémalens de biens situés dans cette localité (1451-1499), — notamment par les coseigneurs Raimond et Aimeric Bérenguier, frères, qui reçurent du couvent 35 livres (23 mars, 1511-1512), — par des habitants de Labruguière (1456-1560), Saint-Affrique (1415), Escoussens (la seigneuresse du lieu, Géorgie de Saint-Martin, qui donne sa maison d'habitation d'Escoussens, le quart d'un moulin et de la justice sur les montagnes d'Escoussens, 27 mars 1423, Jeanne de Saint-Martin, fille de Pierre, qui abandonne au couvent tous ses droits sur la succession de sa sœur Géorgie, 25 février 1424-1425, Elie de Brettes qui fait don de 1300 écus pour achat de rentes, 16 octobre 1475). — Diocèse de Carcassonne (1548-1554). — Donations par une personne de Capcervi. — Diocèse de Saint-Pons (1392-1545). — Donations par des habitants de Siran de biens situés dans cette localité et dans la banlieue (1496-1545), par une personne de Cruzy (de Crudio, 1392). — Diocèse de Toulouse (1522-1523). — Donation par Jacques Doulse, au moment de faire profession dans l'ordre et d'entrer au couvent de Belvèze, d'une maison située à Toulouse in vico de mal cosel, juxta plateam putei dulcis et fondation d'une messe dans la chapelle Notre-Dame de Fargues (25 juillet 1532). — Donation d'une autre maison, rue des Coffres, à Toulouse, par le recteur de l'église de Saint-Etienne-de-Viauresque (de Biaruesca, 28 novembre 1523). — Diocèse de Rodez. — Donation de tous ses biens par un prêtre de Montézic (20 janvier 1460-1461). — Diocèse de Lyon. — Le 2 juillet 1542, « maistre Anthoine Chastel, natif de la « ville de Lion, dona au dit couvent deux cents livres tournois pour faire une chappelle à l'entrée de la grande église du dit couvent ».
Testaments qui n'ont pas été faits en faveur des Chartreux de La Loubatière et de Belvèze mais de leurs auteurs. — Diocèse de Castres (1289-1505). — Testaments de Bernard Boussac (16 avril 1298), — Bérenguier de Brettes (27 février 1323-1324), — Raymond Saysse, de Castres (13 décembre 1324), — Sentulie Delmas, veuve de Bérenguier de Brettes (28 novembre 1326), — Arnal Saysse (13 juillet 1348), — Pierre Saysse (13 juillet 1348), — Pierre de Brettes, damoiseau (26 juillet), — Arnal Saysse, fils de Pierre, (12 août), — Jean Bouscarel, archiprêtre de Castres, qui fonda une chapellenie dans la chapelle de saint Blaise de l'église Saint-Benoit de Castres (11 janvier 1386-1387), — Jean Lauban, marchand, qui fonda aussi une chapellenie dans la même église (20 juillet 1451). — Testaments de personnes de Saint-Amans-Labastide, Lacaune, Burlats et Saint-Baudille-de-Mouscaillac (1289-1491). — Diocèse de Lavaur (1265-1549). — Testaments de Guillaume Fort, chevalier, seigneur de Belfort et d'Escoussens, qui laisse à ses deux fils par parts égales les droits qu'il tenait à Escoussens du comte de Toulouse, Raimond, ou de toute autre personne (13 février 1264-1265), — Bernarde Fort, femme de Guillaume Fort (6 mars 1298-1299), — Esquin Fort, coseigneur d'Escoussens, dont les dispositions sont en partie subordonnées à sa condamnation ou à son acquittement pour le meurtre d'un certain Isarn Peitavi (13… date incomplète), — Pierre Fort, coseigneur d'Escoussens (7 octobre 1326), — Guillaume Fort, coseigneur du même lieu (5 mars 1374-1375), — Pierre de Saint-Martin, coseigneur du dit lieu, qui fait héritière sa fille Jordane (24 décembre 1392). — Testaments de personnes de Labruguière (notamment de Raimond Fabre, prêtre, qui fonde une chapellenie dans la chapelle de saint Barthélemy de l'église Saint-Thyrs de Labruguière, 15 octobre 1549), de Saint-Affrique, Massaguel, Saïx (1348-1549). — Diocèse de Carcassonne. — Testaments de personnes de Carcassonne et de Capcervi (1318-1528). — Diocèse de Saint-Pons (1390-1413). — Diocèse de Rodez (1433).
Donations qui n'ont pas été faites aux Chartreux. — Diocèse de Castres (1272-1480). — Donation de Jeanne Saysse (1334). — Payement de 1 800 deniers d'or à l'écu à Raimond Saysse (1353). — Donations faites par des personnes de Carbes, La Salvelat, Lautrec (don de tous ses biens fait par Bernarde, femme de Guillaume Fort, à ses fils Guillaume et Esquin Fort, 8 octobre 1272, (1272-1413). — Diocèse de Lavaur (1353-1488). — Donation faite par des personnes d'Escoussens (Jeanne, fille de Pierre de Saint-Martin, religieuse au couvent des Clarisses d'Azille (sororum Minoretarum de Assiliano), (8 octobre 1377), Sémalens. — Diocèse de Carcassonne (1394). — Diocèse de Saint-Pons (1360-1431). — Diocèse d'Albi (1505). — Diocèse de Rodez (1456-1458). — Diocèse de Vabres (1380).
Inventaires de biens légués aux Chartreux. — Diocèse de Castres. — Inventaires des biens de Centulie de Brettes veuve de Raymond Saysse, héritière de son frère Bérenguier de Brettes, chevalier (20 septembre 1361), — de Guillaume Conilh, prêtre de Castres (14 mars 1385-1386), — Bernard Mazellier, de Lacaune (20 décembre 1423). — Diocèse de Lavaur. — Inventaire des biens de Bernard Garric, de Saïx (10 mars 1383-1384), de Catherine de Loys, coseigneuresse d'Escoussens (moitié de la justice du dit lieu et divers biens, 19 août 1455), — d'Elie de Brettes, d'Escoussens (8 novembre 1507).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 125 feuillets, papier.
H 190*XVIe-XVIIe
Inventaire des archives du couvent (3e registre).
Acquisitions. — Diocèse de Lavaur (1246-1622). — Echange conclu par Guillaume Fort, de Belfort, et Arnal de Ventenac : G. Fort cède tous les droits sur la place de Montmaure (in Castro de Montis Mauri) qu'il tenait du comte de Toulouse, Raimond, contre les droits accordés par le même comte sur la place d'Escoussens à A. de Ventenac (25 septembre 1246). — Affrerement entre Guillaume et Esquin Fort, coseigneurs d'Escoussens, pour leurs droits à Escoussens et une partie de ceux qu'ils ont à Belfort (11 mai 1270). — Partage de la montagne de Labruguière (17 avril 1277). — Partage entre Arnal Pierre et son fils Antoine, coseigneurs d'Escoussens, d'une part. Esquin et Pierre Fort, frères, coseigneurs dudit lieu, d'autre part, de divers droits et biens dans le territoire d'Escoussens (1316, post festum beati Jacobi). — Pactes de mariage entre Pierre de Saint-Martin, coseigneur d'Escoussens, et Bérenguiere, fille de Raimond de Tourène ; celle-ci apporte en dot 1100 deniers d'or à l'écu, tandis que son mari assure à ses futurs enfants sa part de seigneurie sur Escoussens (6 septembre 1352). — Injonction adressée par Pierre de Saint-Martin au juge d'Escoussens d'instruire, suivant le mandement du juge de Villelongue, la cause d'un individu qui, diabolica suggestione, s'était pendu a Escoussens. Il est dit que la haute et basse justice appartient au dit lieu à Pierre de Saint-Martin, à Jordane, veuve de Guillaume Fort, il à Louis Montanier, coseigneurs (9 mai 1392). — Levée de la main mise du roi sur la haute justice d'Escoussens par le juge de Villelongue, à la requête de Guillaume de Tourene, de Castres, administrateur des biens de son neveu François, coseigneur d'Escoussens, et pour maître de Laredorte autre coseigneur (20 juin 1416). — Afferme par Louis Montanier, bourgeois de Castres, et sa femme des revenus pendant 5 ans de la haute et basse justice d'Escoussens pour la somme de 75 moutons d'or et sous afferme aux Chartreux de Belvèze pour 4 ans, moyennant 60 moulons d'or (25 novembre 1426). — Cession par le même L. Montanier, coseigneur pour un quart, de ses droits de haute et basse justice, de tous ses revenus quelconques et château [domum fortalicii) aux Chartreux pour 102 deniers d'or, trois sarcinatas de vin, quatre setiers de froment et un quintal de laine (30 juillet 1427). — Confirmation de cette vente par la fille et héritière de L. Montanier, Antonie, femme d'Antoine Salaing (20 décembre 1436). — Cession par Jordan de Clermont (de Claromente nigro) à Catherine de Loys, veuve de Guillaume de Brettes, de la moitié de la haute et basse justice d'Escoussens, la haute justice étant indivise avec le roi et la basse indivise avec le couvent des Chartreux : Jordan de Clermont cède en même temps le quart de la montagne de Cayroulel, les trois autres parts appartenant déjà aux Chartreux, plus une quête de 6 livres exigible des consuls d'Escoussens, les Chartreux possédant les 6 autres livres de quête, plus une moitié de leude pectinum, verres et pots, l'autre moitié étant aux Chartreux, plus la tasque des blés, le devès de Lescout, plus quelques autres droits et biens (2 mai 1453). — Cession au couvent par les tuteurs d'Elie de Brettes de la part de haute et basse justice à Escoussens, que Catherine de Loys avait acquise de Jordan de Clermont, cession faite moyennant une rente (3 mars 1457-1458). — Election de quatre consuls d'Escoussens par les coseigneurs Jordane Amblard, pour moitié, Pierre de Saint-Martin et Bernarde Montanier, pour l'autre moitié, sur une liste de huit noms présentée par les consuls sortants (20 août 1380). — Election analogue par les coseigneurs Louis Montanier et Pierre de Clermont, pour une moitié, Géorgie de Saint-Martin, pour l'autre (15 août 1415). — Election par le prieur des Chartreux des consuls (24 août 1448), — des sergents de justice (21 avril 1463), — des consuls (1511-1518). — Afferme de la bailie d'Escoussens par le trésorier royal de Toulouse, pour le prix de deux livres (30 juillet 1332). — Autorisation donnée aux consuls par le prieur du couvent de porter des chaperons (9 avril 1549). — En note : « L'an 1622, au mois de juillet, le roy estant à Carcassonne, les consuls d'Escoussens, au desçeu de nostre couvent, ont obtenu letres patentes portant permission de porter les livrées consulaires mi-parties de noir et rouge, lesquelles ont été registrées en la cour du Parlement de Tholose le 24e octobre du dit an ». Un arrêt du 9 décembre suivant interdit aux consuls de porter la livrée sans la permission des Chartreux. — Défense, en leur nom, de « renegar le nom de Dieu ni de la Verges Maria, ni sancts, ni sanctes de paradis. De (no) jogar à dats (dés), ni carias, ni autre joc de sort », de recevoir chez soi aucun voleur (29 novembre 1480). — Défense de faire paître les porcs sur la montagne de Cayroulet (13 octobre 1479). — Sommaire d'un acte du 29 novembre 1490, en quatre peaux de parchemin, portant : défense de vendre chairs et bois aux personnes étrangères à la localité, ordre aux consuls de creuser un fossé en avant du mur de la ville et de réparer le mur, défense de déposer des ordures dans les rues, ordre de réparer les chemins et rues ; allusions à la conservation des prairies, à la pêche « in piscatorio magno », à la peine du pilori ; défense de faire du charbon sur la montagne seigneuriale ; ordre de réparer le pont [levis] de la ville ; allusions à la chasse sur la montagne de Cayroulet, à des prescriptions s'appliquant aux personnes ayant des chiens durant les vendanges, à la vente des bois. — Défense au nom des Chartreux d'imposer des deniers communaux sur le territoire de la montagne 29 novembre 1517). — Partage entre les frères Guillaume et Esquin Fort de leurs droits à Escoussens : dans la part d'Esquin rentrent un moulin sur le ruisseau de Bernasoubre, la quête d'Escoussens, l'albergue « per raso del sivadatge », les gélines « del galinatge » ; à Guillaume reviennent la montagne entière, les tasques des blés et des vins, les acaptes et autres droits jusque là communs (12 mai 1278). — Allusion à des lettres de sauvegarde maintenant en possession du moulin cité ci-dessus Isarn de Siran et sa femme Géorgie, ayant droit de Pierre de Saint-Martin, pour moitié, et Louis Montanier pour l'autre moitié ; deux autres moulins se trouvent dans les mêmes conditions (18 mars 1397-1398). — Vente d'un moulin à blé dans la forêt d'Hautaniboul par un particulier à un autre (17 avril 1474). — Remise d'une partie de l'albergue aux consuls par Pierre de Saint-Martin et Louis Montanier (24 décembre 1392). — Sommation par les Chartreux d'avoir à payer la quête annuelle (15 novembre 1462). — Cession par les consuls au couvent d'une quête annuelle de 10 livres tournois en compensation de la somme de 230 livres qu'ils avaient été condamnés à lui payer (12 octobre 1523). — Concession par les coseigneurs Gilibert Audebaut et Guillaume Fort en faveur de Guillaume Metge du droit de continuer la construction d'une mouline (una molina a batre fer) sur la montagne d'Escoussens et d'établir à côté une forge (costa la dicha molina far et bastir una fargua per fondre peyra) ; le combustible pourra être pris dans la forêt tant pour la mouline que pour la forge ; un cens annuel de 30 sous sera payé aux seigneurs, à la Noël (15 février 1283-1284). — Sentence arbitrale rendue à l'occasion d'un différend entre Antoine Audebaut, coseigneur d'Escoussens, et les consuls de ce lieu touchant l'usage des bois, le droit de pâturage, celui de nommer les gardes et forestiers (7 juillet 1323). — Transaction entre Antoine Audebaut, Esquin et Pierre Fort, coseigneurs, et les consuls au sujet du pacage des bœufs et chevaux sur la montagne, (après le 1er mai 1326). — Transaction entre Guillaume Fort et les consuls de Labruguière relative au bornage des montagnes de Montaut et de Cayroulet (19 juillet 1343). — Vente aux enchères par autorité de justice, pour cause de dette envers Raimond Saysse dont le couvent a hérité, des biens de Jordane Audebaud, fille héritière de Raimond, coseigneur d'Escoussens, mariée à Roger Unald, de Lautrec : adjudications au couvent pour 70 livres d'un quart de la montagne de Cayroulet avec tous droits de justice, d'un four situé à Escoussens pour 80 livres, d'un bois et de moulins pour 70 livres, de divers biens (sols de maison, prés, jardins) pour une somme totale de 180 livres, de cens, atteignant 30 sous Toulousains pour 80 livres, de cens en nature pour 35 livres (8 avril 1367). — Affermes du droit de faire paître les porcs sur la montagne de Cayroulet, moyennant 13 livres, 15 sous (4 septembre 1452), — de glandage au même lieu pour 20 écus d'or, avec réserve pour les habitants d'Escoussens d'y pouvoir mener leurs porcs, pour le couvent d'yen nourrir 60 et Jaques Valat 20 (19 octobre 1462), — des mêmes droits sur les glands, hêtres, noisetiers, des droits de pâturage à Cayroulet, de la faculté de faire du charbon et de prendre du bois (1464-1506). — Partage des droits de chasse à Escoussens entre Guillaume Fort et Gilibert Audebaut (après le 6 décembre 1278). — Procès, amendes relativement à la chasse (1372-1405). — Afferme par le prieur des Chartreux d'une teinturerie avec ses ustensiles, plus une étable et un pré, pour trois ans, moyennant 40 livres et une charretée de foin (16 février 1531-1532). — Autre bail pour cinq ans moyennant 35 livres (1547).
Acquisitions dans la juridiction d'Escoussens. — Acquisition d'une maison par la veuve et héritière du coseigneur Guillaume Fort (25 avril 1375). — Vente au couvent par Pons Dupuy, seigneur de Canhac, de tous ses biens et droits à Escoussens, pour 32 écus d'or (18 novembre 1441). — Cession de cens au couvent par Jacques Lagarde, prêtre (1544). — Partage de la place (castrum) et des murs d'Escoussens entre les coseigneurs Amai Pierre, Guillaume et Esquin Fort (5 octobre 1290). — Vente d'une maison à Escoussens par Jordan de Clermont, coseigneur du lieu, seigneur de Malavieille (Mala vetula), à un particulier (juin 1451). — Acquisition d'une maison confrontant avec les murs de la localité par Elie de Brettes, sous la tutelle de sa mère Catherine, pour 200 moutons d'or (1er septembre 1453). — Acquisition par les Chartreux d'une maison attenant cum domo principali dicti conventus et les fortifications (7 août 1477). — Afferme pour 29 ans par Elie de Brettes, d'une maison moyennant 15 sous, 5 deniers payables tous les ans à la fête de saint Julien ; il est dit que cette rente pourra être amortie par le payement de 10 moutons d'or (7 septembre 1481). — Convention entre les Chartreux et les consuls d'Escoussens d'après laquelle l'une des maisons possédées par les religieux sera désormais considérée comme noble tandis qu'une autre jusqu'alors noble sera roturière (ruralis) et imposée en conséquence (8 novembre 1484). — Reconnaissance d'une dette de 48 livres à raison de l'achat de la moitié d'une maison des Chartreux, située extra dictum locum [d'Escoussens] et in podio ac patus ejusdem loci, prope crucifixum dicti loci (6 mars 1492-1493). — Acquisitions de maisons et divers biens par Elie de Brettes (1494-13 février 1506-1507), — de plusieurs autres maisons par le couvent (1507-1545). — Ventes, échanges, afferme de biens situés hors d'Escoussens mais dans son consulat ; parmi les noms cités figurent ceux de Raimond Audebaut, coseigneur (20 juin 1334), — Athon Audebaut, coseigneur (4 août 1331), — Raimond Audebaut, Guillaume Fort et Jacques de Saint-Martin (10 août 1335), — Elie de Brettes (20 juin 1477 et 28 juillet 1475), — Esquin Fort, coseigneur, son fils Guillaume, Jacques de Saint-Martin, fils de Guiraude, marié à Esclarmonde, fille de feu Pierre Fort, coseigneur (29 avril 1329), — Raimond Audebaut, coseigneur (4 juillet 1339), — Elie de Brettes qui acquiert une scierie établie sur le ruisseau de Bernasoubre (ressegam aque abtam ad faciendum postam 16 septembre 1491), — Pierre et Guillaume Fort, coseigneurs (17 octobre 1338), — Guillaume Fort, coseigneur (13 novembre 1278 et 19 mars 1299-1300), — Guillaume Fort et Jacques de Saint-Martin qui échangent entre eux divers droits (4 janvier-1er mars 1334-1335), — Guillaume Fort, coseigneur, et Raimond de Peyralade, chevalier, de Puylaurens qui échangent des prairies (4 février 1292-1293), — Pierre de Saint-Martin, de Sallespieussou, coseigneur (16 mars 1357-1358), — Guillaume Fort, fils d'Esquin, coseigneur, d'une part, Esclarmonde et Ermengaude filles et héritiers de Pierre Fort coseigneur, qui procèdent a un partage de biens (26 mai 1328), — Jacques de Brettes (22 septembre 1528), — Arnal Pierre, Esquin et Pierre Fort, frères, tous coseigneurs (15 avril 1305), — les Chartreux (à diverses dates).
Consulat de Verdalle. — Acquisitions par Elie de Brettes (1477-1504), — Bérenguier de Brettes et Arnal Pierre, coseigneurs de Touscayrats (16 janvier 1289-1290), — Bérenguier de Brettes qui paye 225 livres pour divers droits à Touscayrats (14 février 1311-1312), — Sentulie de Brettes qui est mise en possession du domaine de Touscayrats, comme la plus proche parente de feu Bérenguier de Brettes (5 août 1361), — le couvent qui achète à Amiel Albert, héritier de Bérenguier de Brettes, mediante persona Sentulie de Bretis, tous ses droits au même lieu (4 janvier 1368-1369), — le couvent (à diverses époques).
Consulat de Labruguière. — Procès et accords entre plusieurs membres de la famille de Lautrec au sujet de biens situés à Labruguière ; sont nommés : Philippe de Lautrec, fils de feu Antoine, seigneur de Montfa, la veuve de celui-ci, Séguine de Bar, leurs autres fils François et Pierre qui est l'aîné (1543). — Accord en vertu duquel Pierre de Lautrec doit, moyennant le payement de 1200 livres, jouir de la moitié de l’albergue de Labruguière tant que vivra son père Antoine qui aura la jouissance de l'autre moitié ; il est dit qu'après le décès d'Antoine, Pierre aura le tout (9 mai 1526). — Cession aux Chartreux par Pierre de Lautrec, « baron » de Labruguière, de l'albergue du lieu qui s'élève à la somme de 90 livres, 13 sous, 4 deniers par an (18 mars 1543-1544) — Ratification de ce contrat par la femme de Pierre, Jeanne Rigal (10 mai 1544).
Consulat de Saïx. — Actes passés entre quelques particuliers et le couvent ou entre eux seulement (1302-1545).
Consulat de Sémalens. — Acquisitions et autres actes d'Adémar Granier (1481-1509), — Gausida Albert, veuve de Pons de Montmoure (de Monte Moreno), et leurs fils Bérenguier (31 mai 1484), — diverses personnes (1391-1556.)
Consulat de Cambounet (de Camboneto montanearum). Acquisitions par Adémar Granier (1482-1492).
Consulat de Puylaurens. — Acquisitions et lausimes par Adémar Granier (1482-1498), — le couvent (1465).
Consulat de Saint-Germain-des-Prés. — Acquisitions par diverses personnes (1476-1495), — Adémar Granier (1482), — le couvent (1524-1526).
Consulat de Sallespieussou. — Acquisitions par diverses personnes (1360-1394).
Consulat de Navès. — Cession de rentes par Bernard de Tourène, de Navès, fils de Bertrand, à Guillaume Conilh, prêtre (4 février 1353-1354).
Diocèse de Carcassonne (1271-1558). — Au début, table des documents analysés. — Vente par les commissaires royaux, François Luillier, trésorier de la sénéchaussée de Carcassonne, et Martin de Saint-Martin à Jean Serres, marchand de Carcassonne, du glandage et pâturage de la montagne de Serres, attenant aux montagnes de Montaut, Fontiès, Saint-Denis, de Ramondens et de la Loubatière, pour la somme de 500 livres tournois (27 septembre 1527). — Cession de ces droits aux Chartreux par Pierre, Armand, Antoine et Joseph Calalau (21 août 1546).
Consulat de Fonliès-Cabardès. — Acquisitions par divers particuliers (1350-1392), — par les Chartreux de La Loubatière (1369-1390).
Consulat de Capcervi. — Acquisitions par le couvent de La Loubatière ou celui de Belvèze et par divers particuliers (1369-1552).
Consulat de Villardonnel. — Acquisitions par les Chartreux de La Loubatière (1375-1417) — et divers particuliers (1319-1522).
Consulat d'Aragon. — Acquisitions par des particuliers (1326-1521).
Consulat de Vallouvière (Vallis lupperie prope locum de Aragone.) — Acquisitions par des particuliers (1529-1531).
Consulat de Pèzens. — Acquittions par le couvent de La Loubatière (1373-1434) — et divers particuliers (1279-1372).
Consulat de Carcassonne. — Echange d'immeubles situés dans le bourg, entre l'église de Saint-Vincent du bourg et les Chartreux de la Loubatière (15 février 1400-1401). — Actes concernant des particuliers (1271-1317).
Consulat de Puichéric. — Acquisition par les Chartreux d'une rente d'une charge d'huile d'olive pour 135 livres, 12 sous, 3 deniers (10 septembre 1558).
Diocèse de Saint-Pons (1339-1545).
Consulat de Siran. — Lauzime d'un sol de maison par Odard de Siran, seigneur de Cavanac (9 novembre 1493).
Consulat de Cruzy (de Crudio). — Mise en possession d'un procureur des Chartreux d'un champ planté d'oliviers (oliveta) sur les bords du chemin qui conduit de Cruzy à Montouliers (19 décembre 1395). — Afferme par le prieur d'une oliveta moyennant la redevance annuelle d'une charge d'huile (9 décembre 1502). — Autres contrats analogues (1532-1545).
Diocèse de Toulouse (1514-1523) — Partage entre Louis et Jacques Doulse. Frères, apothicaires, et leur neveu Jacques, notaire, de biens parmi lesquels figure une maison, à Toulouse, dans la rue de Malbec (13 avril 1514). — Cession au couvent d'une rente de 120 livres sur un domaine situé à La Barthe (15 mai 1523).
Diocèses de Bèziers, Saint-Papoul, Narbonne, Rodez, Vabres, Albi, Cahors, Lyon, Autun. Valence, Reims, Gênes. — Mentions très sommaires d'actes dont le rédacteur de l'inventaire ne donne pas les dates ou par lesquels il renvoie à d'autres parties de son travail.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 237 feuillets, papier.
H 191*XVIe-XVIIe
Inventaire des archives du couvent (4e registre).
Lauzimes et reconnaissances, classées par diocèse. — Au début table des lieux dits.
Diocèse de Castres (1210-1554). — Lauzimes et reconnaissances de maisons et autres immeubles dans la ville de Castres et ses dépendances par diverses personnes, notamment Bérenguier de Brettes, damoiseau (1210 et 1285-1351), Pierre de Brettes (1324-1340), Raimond et Jean de Tourène (1287-1329), l'abbesse de Vielmur, Cébelie (1287), Bernard et Raimond Saysse (1300-1359), le chapitre cathédral de Castres (1342-1371). Pierre de Ferrières, chevalier (1330-1340), Bertrand de Castelpers (1335-1341), le comte de Castres, Jean de Vendôme (1383-1391), Aimeric de Castelpers (1341-1358), Buouson de Ferrières, fils de Raimond (1341-1351), Cécile, veuve d'Aimeric de Tourène, de Navès (1351), le comte de Castres, Bouchard de Vendôme (1368), Guillaume d'Area, ministre des Trinitaires de Castres (1368), Bernard Botes, prieur de La Loubatière (1362), Amiel Albert, damoiseau de Castres (1365), Jean et Pierre Vieil, damoiseaux, 1301-1354), Amblard de Soubiran, seigneur de Campans (1313-1346), Catherine de Montbrun, abbesse de Vielmur (1407), Delphine de Cardailhac, coseigneuresse du mas de La Garrigue (1484), Pierre de Carcassonne, châtelain de Castres pour le comte Jean de Montfort (1289), Ermengaud de Cogauno ( ?), sénéchal de Castras (1319), les abbés de Castres Guillaume de Brettes (1278), Raimond Bérenguier (1269-1271 et 1284), Alzias (1292), Bertrand (1312), les prieurs de Boussac ou Belvèze Pierre Ebrard (1391), Jean Trolhes (1380-1386), Jean de Novomagre (1432-1460), Arnal Fabre (1388), Jean de Libre (1348), Pierre Mazelier (1438), Huc Amiel (1370-1371), Etienne Couderc (1368 1369), Bernard d'Aures (1407-1409), Arnal d'Aures (1419). — Les immeubles situés dans la ville de Castres se trouvent aux lieux suivants : place du plô, place commune, à la coutelerie, rue Sabatarié, rue grande, à la Nause Nauquier, rue Panedeutes (près de l'église Saint-Vincent), à la voute d'Arnal Bosquet ou de Na Bosquete, rue de la bocaria, à la fontaine de la Tolzana, au coin de Mal conseil (ou rue de las bretas), au portail neuf, au pla del castel, à Ardena, à l'Albinque, à la Vinga, rue du mazel vieil, rue de la Cuberta, à Miradonas (près du pont neuf), rue de Tras la Plalé. À la porte del trauc (près du vieux fossé), à la voute devant l'église Saint-Vincent, rue neuve de Montfort ou rue neuve de tras l'hôpital de Montfort, à la portanelle, au barri de Villeneuve, au Gazel, au téron Ferussa, à la voute de Domigo, sur les lices de l'Albinque, près de l'hôpital de la Trinité, à la Trinité vieille, à la voute del ret, à las resclausas (Villegoudou), à l'hôpital Saint-Jacques (Villegoudou), — hors ville, au cimetière Mercendier, à la croix de Saint-Jean de Bourdelles, et en divers lieux et mas. Particulièrement à Peyrous.
Consulat de Roquecourbe. — Lauzimes par diverses personnes (1374-1459).
Vicomté de Lautrec. — Lauzimes par diverses personnes de biens situés dans les paroisses de Saint-Germain-des-Prés et de Carbes (1290-1533). — Le prieur de Belvèze, Pierre Mazelier, est nommé dans un acte de 1441.
Diocèse de Lavaur (1483-1524).
Lauzimes de biens situés à Escoussens ou dans les environs (1483-1524).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 388 feuillets, papier.
H 192*XVIe-XVIIe
Inventaire des archives du couvent (5e registre).
Transactions et sentences. — Au début divisions générales de l'inventaire ; les titres sont répartis par diocèse, comme dans les précédents registres.
Diocèse de Castres (1480-1549). — Sentence arbitrale fixant les limites des paroisses Saint-Pierre d'Avits et Saint-Hilaire de Frégeville (27 juin 480). — Limitation analogue de la même paroisse d'Avits sur les points où elle est limitrophe de celles de Sax et de Saint-Jacques de Villegoudou, dépendant du chapitre cathédral de Castres (23juin 1512). — Nouvel accord avec l'abbaye de Vielmur au sujet des limites des paroisses d'Avits et de Frégeville (17 juin 1549).
Diocèse de Lavaur. — Transaction avec les habitants de la paroisse Sainte-Cécile [des Montagnes ou de Planesylve ?] : les Chartreux consentent à payer 40 livres pour la réparation de l'église (5 juillet 1538).
Diocèse de Carcassonne (1332-1531). — Accord entre le couvent de Belvèze et les habitants de Fontiès-Cabardès au sujet des dîmes (30 juillet 1491). — Règlement des droits du vicaire perpétuel de cette paroisse dont le prieur des Chartreux est le prieur (8 avril 1518). — Transaction, par devant l'évêque de Carcassonne, entre le vicaire perpétuel et les habitants de Puichéric : le vicaire leur abandonne un moulin en se réservant certains droits ; d'autre part, au lieu d'exiger, à chaque décès de riche ou de pauvre, le lit du défunt et une taxe de dix deniers, il se contentera de dix sous et de ce qui est nécessaire à l'entretien d'une lampe (29 avril 1332). — Promesse par les gens de Puichéric de payer au vicaire un cens de 20 setiers de méteil (araonis) pour le moulin du seigneur temporel du lieu (25 juin). — Nouvelle transaction entre les mêmes parties au sujet des dîmes, notamment celle des olives (13 avril 1344). — Accords des Chartreux avec les dits habitants au sujet de divers droits (2 juin 1418), — avec le vicaire sur la jouissance d'une maison (12 juin 1422) — et sur le partage du casuel entre le vicaire et la fabrique (15). — Transaction entre le couvent de Bellovtsu sive de Bossaco et l'évêque de Carcassonne au sujet des dîmes de certains champs à Puichéric (9 mars 1530-1531).
Diocèse de Saint-Pons. — Accord avec un particulier touchant les dîmes de Saint-Michel de Fenesio, près de Siran (10 novembre 1497).
Diocèse de Castres. — Arrêt du Parlement de Toulouse cassant une décision du sénéchal de Castres rendue à l'occasion d'une sépulture qu'avait faite induement le chapitre cathédral de Castres (24 mars 1480-1481) ; récit de l'exhumation et du transport du corps. — Allusions (sans dates) à des procès relatifs à des chapellenies fondées dans des églises de Castres.
Diocèse de Lavaur (1495-1533). — Procès contre l'évêque, Georges de Selves, qui fut condamné par le Grand Conseil (21 avril 1533) à restituer aux Chartreux 33 livres, 19 sous, perçues pour une décime. — Procès entre le recteur et les habitants de la paroisse Sainte-Cécile [des Montagnes] au sujet des dîmes (1495). — Procès contre le chantre du chapitre cathédral de Lavaur et l'évêque au sujet des dîmes de la paroisse de Verdalle et de ses annexes, Massaguel et Escoussens (1530)
Diocèse de Carcassonne (1415-1550). — Procès relatifs au prieuré séculier de Puichéric (1415), — à l’église de Villardonnel (1471-1472), — aux dîmes de Fontiès-Cabardès (1550).
Diocèse de Saint-Pons. — Procès au sujet des dîmes de Saint-Michel de Monte Fenesio (1476-1544).
Diocèse de Béziers. — Procès au sujet des dîmes des olives, lins et amandes de Béziers et Bassan (1497).
Diocèses de Carcassonne et de Castres. — Procédures et formalités diverses relatives aux acquisitions des Chartreux, à l’amortissement de biens leur appartenant (1352-1552).
Diocèse de Castres (1300-1560). — Transaction entre Pierre-Raimond de Tourène, fils de Raimond, et Fine, femme de Pierre de Standard de Boissezon de Matviel au sujet de la succession de Baudon de Tourène, neveu de Pierre Raimond (19 avril 1356). — Accord des Chartreux avec les Frères Prêcheurs de Castres au sujet d’obits fondés par divers membres de la famille de Brettes et autres personnes (21 avril 1365). — Autre accord analogue (16 mai 1396). — Procès entre divers particuliers au sujet de biens situés dans la paroisse d’Avits (1300-1461). — Accord des Chartreux avec Amiel Albert, héritier pour une moitié des biens de Centulie de Brettes, femme de Raimond Saysse, et de son père, Bérenguier de Brettes, le couvent ayant hérité de l’autre moitié (14 novembre 1370). — Accords avec le vicomte de Lautrec au sujet d’immeubles situés à Frégeville (26 février 1504-1505), — avec Guillaume Valestre, exécuteur testamentaire de Raimond Saysse (sans date). — Très sommaire énumération des pièces d’un long procès (1482-1525) contre les consuls de Castres qui prétendaient imposer le couvent pour les immeubles possédés par lui à Castres, dans la rue Panedeutes. Terminée par un arrêt du 13 mars 1524-1525 donnant satisfaction aux Chartreux, la querelle recommença un peu plus lard (1540-1548). Catalogue des pièces produites dans ces débats ; la plus ancienne, datée du 18 août 1320, est l’acte d’acquisition de la métairie de Boussac par Raimond Saysse, le fondateur du couvent ; vient ensuite l’acte d’acquisition de la métairie de Peyrous (20 octobre 1346). — Acquisitions par le même R. Saysse de six séterées de vignes, à Peyrous, appartenant à Pierre Durban, écuyer, seigneur de Villegly (13 juillet l350), de la maison qu’il a habitée à Castres, rue Panedeutes (18 avril 1341) et d’autres biens ; hommages et reconnaissances faits par le dit Saysse aux comtes de Castres (1349-1356) ; énumération des testaments de Pierre Saysse, père de Raimond (13 juillet 1348), d’Amblarde de Brettes, mère du même Raimond (22 juillet 1348), d’Arnal, son frère (12 août 1348) ; acte d’échange par lequel Bernard Saysse abandonne à son neveu Raimond diverses possessions (12 octobre 1352), fondation du couvent par Raimond (26 septembre 1359), testament du même (21 juillet 1361), acte du 9 septembre 1361 par lequel le prieur de La Loubatière, Bernard Botes, prit possession de l’héritage de feu Raimond Saysse ; arrentements, échanges et autres contrats (1447-1548). — Procédures concernant divers biens des Chartreux hors de la ville de Castres (1444-1560).
Diocèse de Lavaur (1289-1619). — Transaction au sujet du droit de pacage des porcs sur la montagne de Cayroulet, conclue entre les consuls d’Escoussens, d’une part, et les coseigneurs du lieu, qui sont Georges et Georgie de Saint-Martin, Louis Montanier, Guillaume de Tourène et (pour un quart) le couvent de Belvèze (16 août 1417). — Transactions du couvent et Jordain de Clermont alias Nègre sur les redevances en avoine et gélines exigibles des gens d’Escoussens labourant avec charrue (27 janvier 1440-1441) ; — entre le prieur Jean de Novomagre et Pierre d’Hautpoul, coseigneur de Saint-Affrique, relativement à un domaine acquis par le dit d’Hautpoul de Jean Fort dit lo Cavalier de la Maigna enseigna (28 janvier 1454-1455). — Sentence arbitrale intervenue à propos des droits de pacage des habitants d’Escoussens sur la montagne de Cayroulet (4 octobre 1477). — Accord avec les curateurs de Jacques de Brettes, fils d’Elie, le couvent ayant hérité de ce dernier (25 février 1525-1526) ; — avec les consuls de Soual (Assoalli) qui exercent une servitude de passage à Touscayrats (31 mars 1289) ; — avec le prieur de Labruguière au sujet de bois au même lieu (7 février 1429-1430) ; — avec le chapitre cathédral de Castres, seigneur de Saïx : le couvent s’engage à payer tous les ans au fermier du port de Saïx 4 livres, 10 sous ; il pourra avoir trois barques, dont une seule grande, pour le transbordement des religieux et autres personnes dépendant du couvent (26 janvier 1536-1537). — Transactions avec diverses personnes de Sémalens, Cambounet, Lestap (de Stappo), Puylaurens (1481 1517). — Mention d’une transaction entre les consuls et le chapitre cathédral de Lavaur relativement aux tailles (20 janvier 1480-1481). — Transaction des Chartreux avec François de Tourène, fils de Jean et neveu de Guillaume, au sujet de biens légués au couvent par Georgie de Saint-Martin, coseigneuresse d’Escoussens, et sa sœur Jeanne, religieuse Clarisse d’Azille : les droits des Chartreux sont reconnus par la partie adverse qui recevra d’eux 150 écus d’or ; il sera donné à chacun des arbitres unam ampolam de ypocrasso (27 février 1426-1427). — Pièces d’un procès entre le procureur du roi et plusieurs chevaliers, d’une part, et Jordane, fille et héritière de Raimond Audebaud, d’autre part. Il est dit que R. Audebaud avait été condamné pour divers crimes à des amendes de 40000 et 3000 livres et à être privé de ses droits de seigneurie sur Escoussens. Après un appel devant le Parlement de Paris, un accord intervint d’après lequel Jordane payerait aux dits chevaliers 1100 écus d’or. N’ayant pas exécuté cette promesse, Jordane vit saisir sa part de seigneurie sur Escoussens, qui fut adjugée à Pierre Savartes (1351-1353). — Procès contre les consuls d’Escoussens relativement à la montagne de Cayroulet (1516) ; — au sujet des tailles (1548) ; — contre les consuls de Labruguière touchant l’albergue de 90 livres, 13 sous, 4 deniers, acquise de Pierre de Lautrec, seigneur du dit lieu (1546-1619) ; — contre le chapitre cathédral de Castres au sujet du droit de pêche dans l’Agoût (1483).
Diocèse de Carcassonne (1356-1553). — Transaction avec les consuls de Fontiès-Cabardès touchant des frais de réparation de l’église paroissiale (1535), — Transactions du couvent de La Loubatière avec les consuls de Villardonnel (1358) et ceux de Capcervi (1398) au sujet de droits de pâturage. — Différend analogue (1523). —. Saisie royale de la forêt de La Serre sur Joseph Catalan, fils de Jean, marchand de Toulouse, et de Claire Serres (1533). — Procès du Chartreux de La Loubatière au’ sujet de leurs droits à Capcervi (1349-1354 et 1553).
Diocèse de Saint-Pons (1366-1532). — Transactions avec les héritiers de Bérenguier de Brettes au sujet d’un legs d’un setier d’huile ; les consuls d’Angles font cause commune avec les Chartreux, ainsi que les marguilliers de l’église Saint-Pierre de Bessa prope dictum locum de Angulis (1366-1413). — Transaction avec les consuls de Cruzy au sujet de la dîme d’un champ planté d’oliviers (27 novembre 1532).
Diocèse de Toulouse. — Procès relatifs aux tailles grevant « la maison de Toulouse » (1532) — et à la succession Doulse (sans date).
Diocèse de Valence. — Procès contre un apothicaire de Valence pour fournitures de médicaments faites à un Chartreux (1548, n. s).
Additions (copies in-extenso de divers actes). — Sentence du sénéchal de Toulouse, Jean de Lavalette, condamnant Arnaud et Jacques Trilhes à des dommages intérêts pour avoir coupé du bois dans la forêt d’Escoussens (13 mars 1598). — Arrêt du Parlement de Toulouse confirmant ce jugement (22 janvier 1599). — Autre arrêt rejetant un appel des consuls de Boissezon de Matviel et d’Aldouce de Peyrusse, seigneuresse de Boissezon et Colombiers, à l’occasion d’un différend dont l’objet n’est pas indiqué (27 mai 1606). — Arrêts du même Parlement obligeant les consuls de Castres à payer aux Chartreux une albergue annuelle de 45 écus, 22 sous, 6 deniers et les arrérages dus depuis 4588 (1597-1599). — Sentence du juge royal d’Escoussens condamnant plusieurs habitants de ce lieu pour avoir pris du bois sur la montagne de Cayroulet (20 juin 1612).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 165 feuillets, papier.
H 193*XVIIe
Inventaire des archives du couvent. — Copie du texte primitif des registres cotés H. 188 et 189, faite dans le premier tiers du XVIIe siècle.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 188 feuillets, papier.
H 194*XVIIe
Inventaire des archives du couvent. — Copie du texte primitif du registre coté H. 190, faite dans le premier tiers du XVIIe siècle.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 132 feuillets, papier.
Actes de profession de religieux (1746-1790) retour
H 1951746-1790
Actes de profession dans la Chartreuse de Castres, auxquels sont joints des extraits des registres de baptême authentiqués par l’évêque du lieu d’origine. Ces extraits portent généralement une empreinte du cachet armorié de l’évêque ou archevêque (d’Auch, Jean-François de Montillet, 1750. — de Saint-Papoul, Gabriel-Bertrand de Langlé, 1756, — de Saint-Pons, Paul-Alexandre de Guénet, 1759, — de Béziers, Aymard-CIaude de Nicolaï, 1773, 1784, — de Cahors, Louis-Marie de Nicolaï, 1779-1789, — de Lombez, Léon-François-Ferdinand de Salignac de Lamothe-Fénelon, 1785, — de Montpellier, Joseph-François de Malide, 1787, — du Puy, Joseph de Galard de Terraube, 1790.) — Parmi ces nouveaux Chartreux on remarque : Jean-Sébastien de Tréville, fils de Grégoire de Calouin, sr de Fréville, et de Charlotte de Vernes, habitants de Castelnaudary (vœux prononcés en 1754), — Louis Bonnafous du Terrail, ancien sous-lieutenant dans le régiment d’infanterie de Languedoc, fils de Jean-Jacques Bonnafous du Terrail et de Marguerite Puech de Fonblanc, du diocèse de Castres (1770), — Jean-Louis Leblanc, fils d’Alexandre Leblanc et de Claire de Fouillac, du diocèse de Cahors (1783), — Henri de Wurmb, natif de Marbourg, Hesse-Cassel, fils de Gaspard de Wurmb et de dame de Waldsmitt (1787).
Description physique : (Liasse.)— 1 pièce, parchemin, et 45 pièces, papier.
Rapports avec le pouvoir souverain (1432-1694) retour
H 1961432-1694
Rapports avec le pouvoir souverain. — Hommage rendu par le prieur Pierre Mazelier au comte de Castres, Bernard d’Armagnac (Carcassonne, 5 mars 1431-1432. Copie du XVIIe siècle.) — Procuration au nom du couvent pour prêter foi et hommage et fournir dénombrement au sénéchal de Toulouse ou au commissaire royal compétent (27 février 1615). — Signification par huissier d’une ordonnance de la Chambre du domaine établie à Toulouse prescrivant la vérification des titres d’engagement du domaine royal (15 septembre-20 octobre 1656). — Signification d’une taxe de 995 livres, 12 sous pour droits de demi-lods (1694).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, papier, dont une imprimée.
Chapellenie (1464) retour
H 1971464
Chapellenie. — Fondation par Jacques d’Armagnac, duc de Nemours et comte de Castres, d’une chapellenie dans la chapelle de la Chartreuse de Bossaco prope Castras ; le fondateur donne à cet effet an couvent la somme de 25 livres à prendre tous les ans sur la quête (quista) que lui servent les consuls de Boissezon d’Augmontel [de Buxadone Altimontesii). (Castres, 7 janvier 1463-1464. Copie de 1633.)
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, papier.
Lauzimes, reconnaissances, arpentements, lièves et plans de biens du couvent (1247-1790) retour
H 198*1247-1515
Lauzimes et reconnaissances de biens situés à Castres et dans les environs, ayant appartenu à Bernard et Raymond Saysse, à Bérenguier, Pierre et Bérenguier de Brettes, à Aimeric de Castelpers et autres auteurs des Chartreux, ou appartenant au couvent. — Ces copies sont accompagnées de répertoires des tenanciers.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 227 feuillets, papier.
H 1991422-1700
Reconnaissances et lauzimes de quelques biens tenus des Chartreux à Castres et dans le consulat de Puychéric (1422-1700). — Arpentement du domaine de Percipo, dans la paroisse Saint-Pierre d’Avits (1698).
Description physique : (Liasse.) — 24 pièces, papier.
H 200*1516-1523
Arpentement de biens tenus des Chartreux à Escoussens (1516). — Acte d’échange de prairies entre le couvent et un particulier (1523). — Au début, répertoire des tenanciers dans l’ordre alphabétique des prénoms.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 245 feuillets, papier.
H 201*1520-1546
Lauzimes par les Chartreux de biens situés à Escoussens, notamment d’une scierie établie sur le ruisseau de Bernasoubre (1521). — Nombreux arrentements des droits de pacage (lo apaix) sur la montagne de Cayroulet et dans les bois de Touscayrats, du four d’Escoussens, de prairies : les prix stipulés dans les baux varient de 30 à 60 livres pour le pacage, de 25 livres, 15 sous à 58 livres pour le four, de 30 à 44 livres pour les prairies. — Protestation des religieux contre l’arrestation de plusieurs voleurs par le lieutenant du juge de Villelongue, attendu que leur crime ayant été commis sans effusion de sang ne relève pas de la haute justice, mais de la moyenne et basse qui appartient au couvent (janvier 1531-1532). — Bail du droit de leude sur les « anans, passans et portans veyres » moyennant une redevance de deux « veyres dobles » (1539). — Nomination de deux gardes forestiers, avec l’énumération détaillée de leurs obligations (1531). — Arrentement du bénéfice de Sainte-Cécile-des-Montagnes pour quatre ans, au prix de 110 livres (1529). — Extraits d’un livre d’estime d’Escoussens relatifs aux biens des Chartreux (1543).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 170 feuillets, papier.
H 202*1583-1623
Lauzimes par le scindic des Chartreux de « Nostre-Dame de Beauvoir » de biens situés à Escoussens et dans le consulat de ce nom (1583-1598). — Notes des payements faits au couvent pour droits de lods et ventes (1618-1623).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 91 feuillets, papier.
H 203*1599-1600
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situés aux Auretiés.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 72 feuillets, papier.
H 204*1603-1694
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situés aux Peyrous, à Puynaudaine, à Castres et dans la banlieue. — Le premier cahier de ce registre contient une table d’une liève de 1657. — En tête des reconnaissances est un répertoire des tenanciers. Les actes ne sont que des résumés ; ils sont datés de 1603 à 1624, avec une suite et des additions jusqu’en 1672. En marge ou au bas de ces sommaires, on a inscrit les payements d’arrérages de censives, des droits de lods et ventes jusqu’en 1694. — Parmi les tenanciers figurent : Salomon de Faure, conseiller à la Chambre de l’Édit de Castres (1603), l’évêque de Castres, Jean de Fossé, pour une maison confrontant avec « l’évesché vieille », rues des Panedeutes et du Consulat (1604) ; un billet autographe de l’évêque Jean de Fossé, neveu et successeur du précédent, est cousu au dessous (1634), Jacques de Griffolet, agissant pour lui et pour sa femme Jeanne Denos, fille de Jean Denos et d’Isabeau de Mignonac (1639), Jean Cayrol, procureur en la Chambre de l’Édit (1608), Antoine de Rotoulp, sr de Ladeveze (1655), — les consuls de Castres pour les bâtiments du collège, situés « rue du Portal nau, vis-à-vis du couvent de la Trinité, confrontant.... d’aquilon avec le jardin des Frères Mineurs,.... ayant de long et de large vingt quatre canes » (1654), — les consuls et les protestants de Castres pour les deux tiers du temple « confrontant avec l’autre tiers qu’ils ont acquis de l’abbé de Candel,.... d’aquilon avec la maison ou chambre de Consistoire ; plus la dite chambre de Consistoire située rue de Bretes, joignant le dit temple, confrontant.... du couchant avec la rue de Bretes ou de Mal conseil,.... plus les maisons par eux acquises de Jacques Donsel et Bernard Estienne sur partie de laquelle (celle de Donsel) ils ont basti leur clocher » , les deux immeubles faisant suite au Consistoire. « Et pour droit d’indemnité à main morte, sans estre obligés de bailler homme vivant et mourant, ont payé présentement 2250 livres pour tout le temps qu’ils tiendront les dits fiefs ». — Abel Deffos, appoticaire (1609), Pierre Savois, ministre protestant (1650), Pierre de Lacger, juge royal (1648 à 1650), Jean de Nicolas et David Carbon, procureurs en la Chambre de l’Édit (1609), Pierre Borel, médecin et régent au collège (mutation de 1659), Jacques de Ligonnier. sr du Fraysset, avocat (1648), Jean du Poncet, trésorier royal de la comté de Castres (1610), Pierre Cambon, notaire (1617), Jean-Jacques de Lapierre, premier consul (1618).
Description physique : (Registre.) — In-4°, 17 et 304 feuillets, papier.
H 205*1630-1672
Reconnaissances en faveur des Chartreux. — Au début, table alphabétique des noms des tenanciers. — Les biens sont presque tous situés dans les vignobles de Peyrous Petit, Peyrous Grand et Puynaudaine. — Parmi les tenanciers figurent : Jacques de Ligonnier, sr de Fraysset, Pierre Bouffard, notaire, Michel Sévérac, avocat, Pierre de Lacger, juge royal de Castres, agissant pour son neveu Jacques, écuyer, Jean Soulègre, receveur des décimes au diocèse de Castres, Simon de Lafontaine, avocat, fils de feu Urbain, professeur de médecine (1656), Samuel Baynes, orfèvre de Castres, Jacques Deffos, avocat, Marguerite d’Hérail, veuve de Pierre de Lacger, juge royal (1657), Jacques de Larivoire, avocat, Jean de Martin, sr de Viviers.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 415 feuillets, papier.
H 206*1631-1676
Lauzimes et reconnaissances de biens situés pour la plupart dans l’enceinte de la ville de Castres, rue des Panedeutes, rue du Consulat ci-devant de la Couverte conduisant au pont vieux, rue de Castelmoutou, rue de la Toulzane près de la tour du Trésau, rue du pla del castel à la voute de na Paramonde ou la Bécarié, à la voute del castel près des murs de la ville, à la voute de la portanelle vieille ou de na Corte, sur la place publique, rue de la Coutelarié allant de la place au palais, rue de la tour caudière « sive al mal pas et à présent rue de la Couverte », rue- de la Couverte près de la maison consulaire, rue des Pialettes sive de la Bécarié, à la Tolzane ou lisses du portail neuf, à la place del pla « qu’est à présent la rue publique par laquelle on va de la place à la porte neufve », rue de la Bécarié « allant de la place des Pialettes à la maison commune », ruelle de na Trinque dite aussi voûte de Vilhou, à la voûte de na Péramonde on pla del Castelmoutou, rue de Montlédier, rue du four de Bretes, rue d’Arnaud Bousquet ou du masel « à présent de la tour Caudière », allant de la place à la dite tour, aux lisses du portail neuf « à présent rue de l’escolle vielhe », à la Trinité vieille près la porte de l’Albinque. — Parmi les tenanciers on remarque : Jacques d’Espérandieu, sr d’Aiguefonde, avocat, fils de Guillaume, Jacques de Villa, avocat, et sa femme, Suzanne de Carles, Jude d’Imbert, sr de Péchaudier, agissant comme tuteur de Jacques de Portes, fils de Jean, Jean d’Alary, juge des appeaux de Castres, Jacques de Ranchin, conseiller au Parlement de Toulouse, Pierre Savois, ministre protestant de Castres (en 1650), Pierre de Lacger, juge royal de Castres, Jacques de Lespinasse, fils de Jean qui fut juge d’appeaux, Jacques de Portes, avocat, Louis de Poncet, sr de La Vivarié, François Denos, ci-devant conseiller au Parlement de Toulouse, fils et héritier de Jean, aussi conseiller au même Parlement, et sa femme, Isabeau de Mignonac, Salomon de Faure, conseiller au Parlement de Toulouse et à la Chambre de l’Édit de Castres, Thomas d’Escorbiac, également conseiller à la Chambre de l’Édit, François de Bouffard, sr de La Garrigue, fils de feu Samuel, Jean de Landes, sr de La Gascarié, agissant au nom de son frère Abel, sr de Saint-Palais, habitant de Pézenas, Antoine de Rotoulp, sr de Ladevèze, Jacques « Bourel » (Borel) « maistre mathématicien » de Castres (1637), Michel Séverac, avocat, Pierre Borel, docteur en médecine (1660), Raimond de Frégeville, docteur en médecine, Pierre de Larivoire, sr de Lamouzié, héritier de son frère David.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 282 feuillets, papier.
H 207*1638-1658
Arpentement des biens dépendant des Chartreux aux Auretiés, à Percipo et au Ribayral, fait en 1638, avec additions de 1658.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 75 feuillets, papier.
H 208*1638-1647
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situées aux Auretiés sive Le Caylar, à Percipo et au Ribayral, dans la paroisse Saint-Pierre d’Avits, consulat de Castres. — Tous les tenanciers sont des membres de la famille Auret ou des alliés.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 172 feuillets, papier.
H 209*1638-1660
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situés dans la paroisse Saint-Pierre d’Avits, consulat de Castres, et dans le consulat de Carbes, vicomté de Lautrec ; copie des actes concernant les terroirs des Auretiés et de Percipo (H. 208). — Parmi les tenanciers figurent : Louis de Raimond, srde Carbonnières, avocat, Jacques de Larivoire, avocat, Raimond d’Hébrail, sr de Tonnac, Jean d’Espérandieu, sr de Saint-Alby, Antoine de Thomas, baron de Carbes, sr de Roquecourbe « et autres lieux », conseiller à la Cour des Comptes et aides de Montpellier (1649). — Ce registre est un recueil factice de cahiers primitivement indépendants.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 201 feuillets, papier.
H 210*1643-1644
Reconnaissances en faveur des Chartreux par les consuls et les habitants d’Escoussens. — Ce registre, incomplet de la fin, contient la minute des actes transcrits dans le n° 212, à l’exception des procès-verbaux de vérification des bornages.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 336 feuillets, papier.
H 211*1643-1644
Arpentement avec liève des biens tenus des Chartreux à Escoussens. — Répertoire des tenanciers, au début.
Description physique : (Registre.) — In-8°, 220 feuillets, papier.
H 212*1643-1659
Reconnaissances en faveur des Chartreux. — Au début, répertoire alphabétique des tenanciers. — Les reconnaissances sont faites, en vertu de lettres de commitimus du 9 août 1632, par les consuls et les particuliers d’Escoussens. Elles sont précédées d’une vérification des bornes séparant les terres nobles des terres rurales, celles-ci étant seules sujettes à cens et à tailles. — Les consuls reconnaissent que toute justice appartient au couvent dans le consulat d’Escoussens et sur la montagne de Cayroulet, la haute justice ayant été acquise du roi par les religieux le 7 février 1640 ; ils ratifient le contenu d’une transaction de 1515, promettent d’être bons et fidèles vassaux et déclarent tenir des Chartreux une maison qui sert à conserver les ornements de l’église paroissiale d’Escoussens (19 juillet 1643). — Reconnaissances des particuliers par leurs biens situés dans la localité et dans le consulat d’Escoussens (1643-1659).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 433 feuillets, papier.
H 213*[1643]-1723
Liève des redevances dues aux Chartreux à Escoussens, suivant les reconnaissances passées en 1643 et années suivantes. — Répertoire des tenanciers au début — Mentions de mutations en marge de nombreux articles, jusqu’en 1723. — La liève est suivie d’un dénombrement des familles d’Escoussens (5 mars 1695) ; on y remarque : Mathieu Trilhe, lieutenant juridictionnel, Etienne Trilhe, procureur, Pierre Trilhe, notaire, Pierre Escudier, avocat et premier consul, Jean de Fornier, avocat, Jean Cros, notaire, Jean Servat, avocat. Dans la localité on compte plusieurs cardeurs de laine, un teinturier, dix tisserands, neuf charbonniers ; dans les mas des environs il y a trois tisserands, un pareur de draps, trente-deux charbonniers. La population agglomérée d’Escoussens est de 354 personnes.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 304 feuillets, papier.
H 214*1666-1668
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situés à Capcervi. — Il est dit au début que la Chartreuse de Castres est « en l’obédience de celle de Tholose où celle de Castres a esté transférée à cause des derniers mouvements des guerres de la Religion P. R. ». — Les actes sont passés dans la demeure du lieutenant juridictionnel de Capcervi, Barthélémy Batizat. — A la fin, répertoire des tenanciers dans l’ordre alphabétique des prénoms; presque tous sont de Villardonnel. Parmi eux se trouve le lieutenant au siège du dit lieu, Antoine Estève.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 136 feuillets, papier.
H 215*1673-1674
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situés dans le consulat de Verdalle. — Arpentement du domaine d’en Bonnaud dans les consulats d’Escoussens et de Verdalle. Il est rappelé qu’une partie de ce domaine avait été baillé à un particulier par Pierre d’Hautpoul, sr de Saint-Affrique, le 7 mars 1462-1463. Liève des redevances exigibles. — Au début, table des tenanciers de Verdalle.
Description physique : (Registre.) — Petit in-f°, 98 feuillets, papier.
H 216*1694-1700
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situés à Castres et dans les environs immédiats. — Au début, répertoire des tenanciers parmi lesquels figurent : Jacques Roberty, avocat (1695), Jean-Louis du Poncet, sr de Latrinque (1696), Tristan Malecare, avocat (1697), Joseph-André de Beaufort, docteur en médecine, Jacques Séverac, sr des Albières, Jacques Condomi, sr de La Peyrière, Etienne Léonnard, ancien procureur au Parlement de Toulouse et à la Chambre de l’Édit, le fermier judiciaire des biens de feu Jacques de Ligonnier, avocat, saisis à la requête d’Antoine de Ligonnier, Samuel de Bouffard, sr de Lagarrigue, Jean Bessière, libraire (1698), Abel de Ligonnier, Godefroi Leroy-Sionac, sr de La Fabrié, Samuel de Lespinasse, fils de Jacques, Pierre de Lacger, avocat, fils de feu Jacques, conseiller au Parlement de Toulouse, Louis de Ranchin, Jean Mailhet, procureur juridictionnel de Vielmur, Louis de Riols, sr du Vergnas, gentilhomme verrier, Jean Beaudecourt, fils de feu Job, marchand, Jean de Bataille, sr de Cuq, avocat, fils de Jean, lieutenant principal au sénéchal de Castres, et substitué à son frère feu Antoine, procureur du roi au même siège (1699), Mariet France, sr de Mandoul, avocat, Pierre d’Espérandieu, sr de Lacalm et Ayguefonde, coseigneur de Calmont et de la baronnie d’Hautpoul-Mazamet, fils de feu Salomon et substitué aux droits de son aïeul Jacques, les Trinitaires de Castres représentés par leur ministre Benoît Gaugy (1700), Joseph Landes, sr de La Gascarié, baron de Roqueseils.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 347 feuillets, papier.
H 217*1698-1699
Arpentement de biens tenus des Chartreux aux Aurétiés, à Percipo et au Travers d’Agoût. — En tête, répertoire des tenanciers.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 100 feuillets, papier.
H 2181698-1699
Arpentement du domaine des Aurétiés.
Description physique : (Cahier.) — In-f° oblong, 101 pages, papier.
H 219*1710-1729
Liève générale des redevances dues aux Chartreux, dressée en 1710 et portant des mentions de payement jusqu’en 1729. — En tête, répertoire des tenanciers.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 373 feuillets, papier.
H 2201741-1744
Liève des redevances dues aux Chartreux dans la seigneurie de La Serre, dressée en 1741 et portant des mentions de payement jusqu’en 1744. — En tête, répertoire des tenanciers.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 37 feuillets, papier.
H 2211741-1754
Liève de La Serre. — Copie du cahier précédent avec mentions de payement jusqu’en 1754. — Au début, répertoire des tenanciers.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 41 feuillets, papier.
H 2221754-1756
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situés à La Serre, dans le consulat de Fontiès-Cabardès, diocèse de Carcassonne.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 20 feuillets, papier.
H 2231755
Liève des redevances dues aux Chartreux dans la seigneurie de La Serre.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 10 feuillets, papier.
H 2241755-1790
Liève des redevances dues aux Chartreux dans la seigneurie de La Serre, dressée en 1755 et portant des mentions de payement jusqu’en 1790. — Au début, répertoire des tenanciers.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 37 feuillets, papier.
H 2251773
Arpentement avec liève des biens tenus des Chartreux à Capcervi, consulat de Villardonnel. — A la fin, répertoire des tenanciers.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 34 feuillets, papier.
H 2261773
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situés à Capcervi, diocèse de Carcassonne. — La plupart des tenanciers sont des habitants de Villardonnel ; parmi les autres on trouve : Louis Mahul, bourgeois de Capcervi, Pierre Barthe, bourgeois de Toulouse. — Le cahier se termine par un répertoire des tenanciers.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 42 feuillets, papier.
H 227*1788-1789
Reconnaissances en faveur des Chartreux pour des biens situés à La Serre, dans le consulat de Fontiès-Cabardès. — Ces actes sont passés au château de Fonbruno, consulat d’Escoussens.
Description physique : (Registre non relié) — In-4°, 91 feuillets, papier.
H 2281638-1703
Plans à grande échelle de biens des Chartreux situés dans les environs de Castres et du couvent. — Celui de 1703 donne une vue de la Chartreuse.
Description physique : (Liasse.) — 6 plans collés sur toile et montés sur rouleau.
H 229XVIIIe
Plans de divers biens des Chartreux ou de leurs auteurs à La Vène, Escoussens, Garrevaque et autres lieux ; — ébauche d’un plan de la Chartreuse.
Description physique : (Liasse.) — 80 pièces, papier.
Etats de biens (1678-1774) retour
H 2301678-1774
États des biens de la Chartreuse. — Revenus des biens affermés de 1678 à 1688 et en 1728 (simple note). — « État de la Chartreuse de Castres telle qu’elle étoit à la mort du très vénérable Père dom Vichet, prieur de ladite maison, et qu’elle se trouve à l’arrivée du très vénérable Père dom Ignace Falès, visiteur de la province d’Aquitaine et nommé par la charte du dernier chapitre prieur de Castres » : le personnel se compose de 23 religieux, 8 frères convers et 6 donnés, de 34 serviteurs de tout ordre ; le bétail des divers domaines est estimé 24272 livres et quelques sous ; les possessions du couvent sont presque toutes nobles ; il perçoit une partie des fruits décimaux des prieurés de Saint-Pierre-d’Avits, Fontiès-Cabardès, Puychéric, Saint-Michel-de-Montflammes, Saint-Vincent et Saint-Jean-de-Grézan et Sainte-Cécile-les-Montagnes, possède la justice haute, moyenne et basse ainsi que divers droits et domaines à Escoussens, Touscayrats, La Serre haute et Capcervi. Les revenus atteignent au total la somme de 21757 livres, les charges ordinaires celle de 5852 livres et des sous. Le précédent état avait été dressé à l’arrivée du prieur dom Richard auquel ont succédé dom Chaney et dora Vichet ; détail des réparations, constructions et achats d’ornements ou objets précieux faits par ces trois prieurs (1764). — État analogue, de l’époque ou dom Falès fut remplacé par dom Joseph de Lacoste de Lille élu le 20 mai 1774 : le personnel comprend 17 religieux, un novice, 6 frères convers, 6 donnés et un postulant ; revenus 25451 livres, charges ordinaires 5832 livres (1774).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier.
Constitutions de rentes en faveur du couvent. (1420-1779) retour
H 2311420-1779
Constitutions et cessions de rentes en faveur des Chartreux. — Cessions de 14 deniers de rente par un habitant de Castres (1419-1420) ; — de quatre setiers de seigle par Jean de Sabatier sur ses moulins à eau « à moudre blé et à scier bois » de La Galaube consulat de Saint-Denis, au diocèse de Carcassonne, pour la somme de 250 livres (1649). — Constitution de rentes de 300 et 950 livres-pour 5400 et 17018 livres par les syndics de la province de Languedoc en faveur de Jacques de Lascaris, gouverneur de Fort-les-Bains en Roussillon (1689 et 1698). Une note au dos de ces actes indique que les rentes furent cédées aux Chartreux de Castres et par ceux-ci aux Chartreux de Toulouse. — Constitutions de rentes par la communauté d’Hautpoul-Mazamet en faveur du couvent, à l’occasion de réparations à divers édifices : les rentes constituées s’élèvent à 200 livres pour 4000 livres (1758), 150 livres pour 3000 (1762) et 50 livres pour 1000 (1764) ; — par le syndic du diocèse de Carcassonne : 50 livres de rente pour 1000 de capital (1763 et 1764), 250 livres pour 5000 (1764), 120 livres pour 3000, 80 livres pour 2000, 520 pour 13000 (1766) et 180 livres pour 4500 (1768) ; ces divers emprunts étaient faits par le diocèse en vue de la construction du chemin de Carcassonne à La Grasse. — Cession par Pierre de Ferragut, conseiller au présidial d’Auch, d’une rente de 630 livres sur la province du Languedoc, moyennant 12600 livres (1765) ; le dossier renferme plusieurs pièces concernant la famille de Ferragut depuis 1725. — Constitution de 100 livres de rente pour 2000 livres par le chapitre collégial de Burlats établi à Lautrec, à l’occasion de travaux de réparation à l’église de Lautrec (1774).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 34 pièces, papier.
Aliénations (1789) retour
H 2321789
Aliénations. — Cession à Pierre-André-Gabriel Caries de Carbonnières, avocat de Castres, d’une créance de 13000 livres sur le chapitre collégial de Lantrec. Cette cession est motivée par la nécessité de reconstruire les bâtiments d’une métairie et aussi par la construction d’une maison pour loger les ingénieurs et entrepreneurs du pont sur l’Agoût, près de la Chartreuse.
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin.
Baux (1624-1789) retour
H 2331624-1720
Baux à ferme consentis au nom du couvent. — Baux des revenus du prieuré de Puychéric pour trois années moyennant 700 livres et trois « bouttades » d’huile d’olive par an (1624), — d’une olivette située à Cruzy moyennant une charge d’huile (1638 et 1639), — des moulins banaux d’Escoussens, sous diverses conditions (1652), — de l’olivette de Cruzy, pour une charge et demie d’huile (1660, 1666 et 1672), — des revenus du prieuré de Puychéric pour 750 livres, une demi charge d’huile et huit charges de vin (1675), — du domaine de La Rassègue, au consulat d’Escoussens, moyennant 50 livres (1678), — des revenus du prieuré de Fontiès-Cabardès pour 350 livres (1680), — de divers biens près d’Escoussens (1682), — des moulins du dit lieu (1683), — des droits de tasque des Chartreux à Escoussens pour 70 livres (1686), — de leurs droits seigneuriaux au même lieu « à sçavoir les censives, droits de fournage, de labourage, de fongage, de pigasse, de couteau », plus la moitié des lods et ventes et des amendes, plus les acaptes et arrière-acaptes pour 400 livres, — d’une maison et quatre métairies sur la montagne d’Escoussens, dites métairie de La Serre, métairie Haute, métairie de La Vitrière et métairie des Barthes, pour 2400 livres ; description des cabeaux évalués ensemble à 7234 livres (1687), — de l’olivette de Cruzy pour une charge et demie d’huile (1688), — des revenus des prieurés de Saint-Vincent et de Saint-Jean-de-Grézan, près de Béziers, moyennant 480 livres et une charge d’huile (1694). — des « trois » moulins d’Escoussens pour 800 livres (1707), — des droits seigneurs du couvent à Capcervi , y compris la tasque et plus la moitié des lods et ventes, les trois-quarts des amendes, pour 220 livres (1707), — du bénéfice de Puychéric, moyennant 700 livres (1711), — du bénéfice de Saint-Vincent de Béziers, moyennant 490 livres (1715), — du bénéfice de Puychéric pour 700 livres (1719). — du prieuré de Saint-Vincent de Grézan (Graissan) moyennant 600 livres, un muid de vin rouge de Béziers, deux caisses de muscat de douze canettes chacune, — du bénéfice de Sainte-Cécile-les-Montagnes et son annexe Saint-Félix pour 470 livres (1720).
Description physique : (Liasse.) — 38 pièces, papier.
H 2341723-1789
Baux à ferme consentis au nom du couvent. — Baux du four banal d’Escoussens moyennant 90 livres (1723), — des trois moulins à blé du même consulat pour 800 livres (1724), — des revenus décimaux de Fontiès-Cabardès pour 2400 livres (1725), — d’une tuilerie à Touscayrats, sous diverses conditions (1727), — des droits de « champart ou tasque » dans le consulat d’Escoussens moyennant 111 livres (1728), — d’un quart des revenus décimaux de la paroisse Sainte-Cécile-les-Montagnes et son annexe Saint-Félix pour 420 livres et deux pipes de vin « de La Recuquelle ou du Périé blanc », — des revenus décimaux du prieuré de Saint-Vincent et Saint-Jean de Grézan pour 384 livres, — de la paroisse de Puychéric pour 300 livres, — de Fontiès-Cabardès pour 1400 livres (1731), — des trois moulins d’Escoussens pour 835 livres, — des revenus décimaux du bénéfice de Saint-Michel de Montflammez près Siran, moyennant 267 livres (1734). — Accensements d’une métairie dans le territoire de La Serre pour un cens de 14 setiers, 6 mégères de seigle, à la mesure ancienne de Labruguière (1735), — d’un petit domaine près d’Escoussens pour la redevance annuelle d’une coupe d’argent de la valeur de 30 livres qui sera portée tous les ans, le 1er janvier, au château seigneurial d’Escoussens (1737). — Baux à ferme des revenus décimaux de la paroisse Sainte-Cécile-les-Montagnes pour 700 livres, — de la tuilerie de Touscayrats sous diverses conditions (1738), — des revenus décimaux de Fontiès-Cabardès pour 2550 livres (1739), — de Sainte-Cécile-les-Montagnes pour 750 livres (1743), — de Fontiès-Cabardès pour 2300 livres (1748), — des trois moulins d’Escoussens moyennant 1000 livres (1749), — des fruits décimaux de Puychéric pour 1000 livres ainsi que des biens fonds des Chartreux à Puychéric et Saint-Couat pour 300 livres et 30 charges de vin rouge, — du four banal d’Escoussens moyennant 500 livres (1750), — des moulins d’Escoussens pour 1000 livres (1755), — des revenus décimaux de Saint-Michel de Montflamès près Siran et d’autres droits pour 1150 livres (1759), — des revenus décimaux de Sainte-Cécile-les-Montagnes pour 1133 livres (1785), — du domaine dit de La Ressègue, consulat d’Escoussens, pour 350 livres (1788).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 52 pièces, papier.
Comptes (1647-1790) retour
H 2351782-1789
Comptes. — Au début, il est rappelé que le prieur dom Lacoste est mort le 20 mai 1782. A ce moment le couvent possédait 8000 livres en espèces et une créance de 12000 livres sur la Chartreuse de Toulouse. — Les revenus se composent de droits seigneuriaux, produits des biens affermés et des bénéfices, cabaux, ventes de grains, rentes constituées, ventes de bois, de foin et revenus de l’apothicairerie. — Les dépenses ont pour objet les charges annuelles, entretien de l’église, des religieux et de divers bâtiments, achats de chevaux et maréchalerie.
Année 1782 : Recettes 43232 l., 17 s., 1 d. ; Dépenses 42981 l., 17 s., 3 d.
Année 1783 : Recettes 44525 l., 5 s., 1 d. ; Dépenses 44256 l., 1 s., 11 d.
Année 1784 : Recettes 45118 l., 19 s., 2 d. ; Dépenses 43473 l., 12 s., 1 d.
Année 1785 : Recettes 46357 l., 13 s., 4 d. ; Dépenses 45959 l., 11 s., 11 d.
Année 1786 : Recettes 45561 l., 3 s., 8 d. ; Dépenses 45028 l., 7 s., 10 d.
Année 1787 : Recettes 43387 l., 5 s., 7 d. ; Dépenses 42719 l., 18 s., 10 d.
Année 1788 : Recettes 44554 l., 5 s., 6 d. ; Dépenses 43869 l., 9 s., 10 d.
Année 1789 : Recettes 65260 l., 17 s., 2 d. ; Dépenses 59425 l., 4 s., 3 d.
Cette dernière année il fut vendu pour 35300 livres de bois.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 18 feuillets, papier.
H 2361790
Comptes. — « Recettes des dépenses des biens et autres objets non affermés lesquels la Chartreuse est tenue de faire exploiter et valoir par les décrets de l’Assemblée nationale, depuis le 1er janvier 1790 ». — Produits et frais d’exploitation des métairies, dîmes et censives, taille et capitation.
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, papier.
H 2371647-1782
Comptes. — Pièces justificatives. — Quittances délivrées aux Chartreux par Jean de Sabatier pour intérêts de la somme de 8000 livres (1647-1648), pour payement de 3200 livres (1649) et 2000 livres (1650), parties du prix du domaine de La Serre. — Quittances de 597 livres, plus 59 livres, 14 sous de sols pour livre, payés pour le rachat des albergues et redevances annuelles grevant les domaines engagés du Languedoc (1713) ; — du montant de douze années d’arrérages dus au roi pour la jouissance de la Montagne Noire (1738) ; de 40 livres pour un tableau destiné à l’église de Fontiès-Cabardès (signée Borel, 1740) ; — de travaux de serrurerie pour la métairie de Fontbruno (1741) ; — des décimes payées dans les diocèses de Castres, Carcassonne, Saint-Pons et Béziers (1742-1747) ; — d’une aumône de 42 livres pour les pauvres de Fontiès-Cabardès (1742) ; — de 965 livres, 14 sous pour réparations au sanctuaire el à la sacristie de l’église de Puychéric (1758) ; de 1540 livres pour achats d’ornements et objets du culte de l’église de La Combe près Villegly (1761) ; — d’arrérages de censives (1781-1782).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 41 pièces, papier.
Procès (1476-1788) retour
H 238*1476
Procès des Chartreux contre le recteur de l’église Saint-Michel de Montefenesio, près de Siran, celui-ci prétendant jouir malgré le couvent des revenus de son bénéfice. — Débats devant le lieutenant du juge ordinaire de Carcassonne, Cabardès et Minervois. — Productions des parties : collation du bénéfice au nom de l’évêque de Saint-Pons (9 janvier 1475-1476), — bulle du pape Nicolas V unissant l’église rurale de Saint-Michel à la Chartreuse de Castres (Rome, 3 janvier 1450-1451), — divers arrentements du bénéfice par procureurs du couvent, notamment par Jean Gouvion (Guovionis), maître général des monnaies en Languedoc et Guienne, pour trois années, moyennant 20 livres, 10 deniers par an (23 juin 1460), — nombreux actes de procédure.
Description physique : (Registre.) — In f°, 129 feuillets, papier.
H 2391525-1658
Procès. — Lettre de sauvegarde du sénéchal de Carcassonne, Jean de Lévis, en faveur des Chartreux qui étaient en désaccord avec les consuls de Cruzy au sujet d’une olivette (1525). — Procès contre Pierre Calas, marchand de Cruzy, son fils Isaac et plusieurs autres tenanciers de l’olivette du dit lieu à l’occasion d’arrérages dus (1619-1638) ; — contre les Trinitaires de Castres débiteurs de censives et de droits de mutation pour un jardin dans la ville et plusieurs pièces de terre hors ville ; condamnations des Trinitaires par le Parlement de Toulouse (1641 et 1652) ; transaction finale du 28 juin 1657 par laquelle les Trinitaires s’engagent à payer les censives (1638-1658) ; — contre la communauté de Castres au sujet des droits fonciers des Chartreux sur « la plus grande partie du collège » (1653) ; — contre les consuls et habitants protestants de Castres ; transaction du 9 juillet 1655 : les Réformés reconnaissent tenir de la Chartreuse les deux tiers du temple, la maison du consistoire, une autre maison ayant appartenu à Jacques Donzel, où ils ont construit leur clocher.
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 30 pièces, papier.
H 2401646-1788
Procès relatif aux possessions des Chartreux à La Serre haute en Cabardès. — Ils ont acquis de Jean de Sabatier, le 7 juin 1646, pour la somme de 10000 livres, ses terres et forêt de La Serre haute et, à l’occasion de ce fait, le fermier des droits de quint et de requint leur réclame 1200 livres. — Décisions du subdélégué des commissaires généraux sur le fait des domaines condamnant le fermier de la sénéchaussée de Carcassonne à se contenter d’une albergue de 50 livres (1646 et 1647). — Reprise de l’affaire par de nouveaux fermiers et ordonnance de décharge de la taxe imposée (1695). — Protestation contre la prétention des consuls de Fontiès-Cabardès d’incorporer à leur consulat la paroisse de La Prade dans le territoire de La Serre haute, prétention injustifiée attendu que la justice est rendue à La Prade par les officiers d’Escoussens nommés par les Chartreux (1701) ; — ordonnances de l’intendant donnant droit aux religieux (1702-1706). — Vérification des bornes de La Prade (1724) et division des territoires dépendant, d’une part, des Chartreux, de l’autre, du marquis de Murinaïs, sr de La Prade haute (1758). — Sommation des agents domaniaux d’avoir à acquitter une taxe sur les domaines engagés, celui de La Serre en particulier (1788). — Parmi les pièces produites, la plus ancienne (de 1562) rappelle que « de tout temps et ancienneté » Gabriel de Sabatier de Saint-Martin, srde Roquerlan, conseiller au Parlement de Toulouse, et ses prédécesseurs ont joui de la faculté de prendre dans les bois de la Serre haute le hêtre (fau) nécessaire à leur mouline à fer dite de La Galaube, à charge d’une albergue de 25 livres et de 500 livres de droits d’entrée. — Engagement au nom du roi à Gabriel de Sabatier du dit domaine qui comprend 499 arpents, moyennant 50 livres d’albergue, 1030 livres d’entrée pour le roi et 530 livres pour les Chartreux à raison des herbages et glandage (1563). — Baux à cens par Jean de Sabatier, conseiller au Parlement de Toulouse, (1597-1604), par sa veuve, Jeanne de Malsencal (ou Mausenqual) (1607), ou par leur fils, François de Sabatier (1619) de diverses terres à La Serre haute, à charge de redevances en seigle et gélines. — Reconnaissances de ces biens en faveur du dit François de Sabatier (1619-1623). — Acte d’acquisition du domaine par les Chartreux (7 juin 1646).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 69 pièces, papier, dont une imprimée.
H 2411727-1774
Procès contre un tenancier d’Escoussens (1727). — Requête aux officiers de la maîtrise des Eaux et forêts de Castelnaudary pour obtenir main levée sur des bois du triage de Miramont dans la Montagne Noire qui avaient été marqués pour être réservés au service des galères ; ordonnance conforme des dits officiers des Eaux et forêts (1732). — Requête, factums et mémoire (imprimés) contre le syndic du clergé diocésain de Castres au sujet de la taxe imposée sur la Chartreuse pour le don gratuit accordé au roi en 1742 (1743). — Correspondance relative à diverses affaires dont les dossiers n’existent plus (1772-1774).
Description physique : (Liasse.) — 16 pièces, papier, dont 5 imprimées.
Cordeliers d'Albi (1523-1783) retour
Affaires spirituelles (1581-1743) retour
H 2421581-1743
Affaires spirituelles. — Résumés et extraits des privilèges accordés par le Saint Siège aux ordres mendiants (1581-1625), tirés d’un livre imprimé à Madrid « en la imprenta delreguo, anno MDCXXIX ». — Mandement en forme d’exhortation du très Révérend Père de Caudie, ministre provincial des Frères Mineurs de la Grande Aquitaine, contenant plusieurs anciens et nouveaux règlements... (Auch. 1740, 9 pages in-f° avec la signature du P. Caudie et le cachet de l’ordre : S : MINISTRI : P:PVINCIAE : AQVITANIAE: F : REFORMA). — Envoi par le ministre provincial d’Aquitaine, Joseph Foulquet, d’un bref du pape Benoît XIV (3 avril 1743) confirmant la nomination de Jean de La Torre comme commissaire général de l’ordre (29 juin. Signature de Jos. Foulquet et cachet semblable au précédent. — Auch, 4 p. in-f°).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier, dont 2 imprimées.
Recueil d'actes divers (vers 1625-1773) retour
H 243*[1625]-1773
Actes divers. — Sur un feuillet liminaire précédant la table des matières, note du F. Basile Durand, gardien du couvent d’AIbi, et d’un autre religieux relatant que « après avoir employé deux ans entiers à la lecture du cours de phisique à huit religieux et à plusieurs séculiers » (suivent leurs noms), ils ont « faict refondre la grande cloche du sus dit couvent ce 25 de mars entre les six et sept heures du soir. . . L’an mil six cents quarante et trois,.. La ditte cloche avoit esté cassée le troisième jour de febvrier du dit an 1643 ». — Détail des réparations, achats de toute sorte faits par le gardien institué en 1655, le F. Chérubin Joly. — Table des actes contenus dans le registre primitivement destiné à recevoir la transcription de testaments et divisé à cet effet en douze parties correspondant chacune à un mois de l’année. — Résumé du testament de Jean Noyrit, notaire d’Albi, léguant 40 livres au couvent à charge d’obit (18 janvier 1629). — Le 12 février il est célébré une messe pour le repos de l’âme du sr de Fontvieille, viguier d’Albi, dont le testament est du 3 février 1623. — Quittance de 19 livres, 10 sous pour les arrérages d’une rente de 30 sous par an que fait au couvent la communauté du Castelviel d’AIbi depuis 1629, à raison d’une messe qui se dit le 22 février (1643). — Le gardien Bernardin Piusson reconnaît tenir des bailes de la confrérie de saint Michel un calice d’argent pesant deux marcs, sept onces et trois uchaus, que l’un de ses prédécesseurs, le gardien Antoine Vilatte, avait fait réparer par l’orfèvre d’Albi, Louis Foulquier (1650). — Reprise du calice par la confrérie (1651). — Testament de Denis Séré, marchand d’Albi, qui désire être inhumé dans l’église des Cordeliers, dans le tombeau de sa famille, et lègue au couvent 2000 livres pour obits (3 septembre 1669). — Le 28 mars « M. De Lavedan faict dire une messe haulte des trespassés et donne ordinairement deux grands pains, une cruche de vin et 25 soulz en argent » [Vers 1625]. — Formule de supplique à adresser au chapitre cathédral d’Albi pour obtenir « l’aumône de douze setiers de blé qu’il nous donne ». — Au début du mois d’avril il faut adresser cette requête au chapitre et une autre à l’évêque qui donne « d’ordinaire vingt livres et à Noël aultant » ; modèle de la formule. — Autorisation donnée par les religieux à la confrérie de saint Michel établie dans leur chapelle de transférer le siège de leur dévotion au maître autel de la dite chapelle (1681). — Le 1er mai 1613 fut établie dans le couvent la confrérie de la Trinité, composée des maîtres chaussetiers d’Albi, à la suite d’un accord conclu avec le gardien Guillaume Martin. — Autorisation donnée à la confrérie de saint Jean l’Évangéliste de transférer l’image du saint dans la chapelle de saint Bonaventure (1611). — Testament de Jean Jamme, curé de Bruyères-le-Chatel, au diocèse de Paris, léguant à l’hôpital Saint-Jacques d’Albi une métairie située à Florentin, à charge de six messes obituaires à faire célébrer trois dans l’église de Florentin et trois dans celle des Cordeliers (8 février 1662). — Legs de 200 livres fait par Françoise Lebrun, femme de Jean de Fontvieille, sr de Saliès, viguier d’Albi, à charge d’obit (9 juin 1650). — Fondation d’obit dans la chapelle de Notre-Dame des Anges, dans l’église des Cordeliers, par Bernard des Innocens, chanoine de la collégiale de Saint-Salvi (testament du 6 juin 1697). — Testament portant fondation d’obit par Martianne d’Escarlhan, femme de Jean de Bonal, sr de Raucoules, veuve en premières noces de Louis Dupuy, bourgeois d’Albi (11 septembre 1549). — Testament portant fondation d’obit d’Antoine d’Albin, docteur en droit, juge royal de Labessière-Candeil, Annay et Montans, qui fut enseveli devant l’autel de saint François dans l’église des Cordeliers (19 novembre 1615). — Testaments analogues de Philippe Serieys, prébendier du chapitre cathédral d’Albi (15 novembre 1628), — de Pierre de Reynes, chanoine et chantre de même chapitre, qui désire être enseveli dans la chapelle de sainte Anne de l’église des Cordeliers, dans le tombeau de sa famille (4 septembre 1629), — de Laurent Serieys, chaussetier d’Albi (27 février 1631). — Le 25 août, jour de la fête de saint Louis, il est célébré une messe haute avec procession dans le cloître « pour Messieurs de la justice de ceste ville, où ils acistent et donnent d’ordinaire trois livres au couvent à pareil jour ». — Testaments portant fondation d’obit de Jean Mestre, notaire de Poulan (17 octobre 1573), — de Pierre Tanus, du mas de Tanus, paroisse de Fonlabour (18 décembre 1566). — Le 8 septembre, jour de la nativité de la Vierge, « Messieurs les consuls de ceste ville font bailler au couvent tous les ans... La somme de quatre livres en satisfaction d’une messe basse qui se dit céans tous les susdits pour la conservation de la ville ». — Quittance de 30 livres délivrée par les consuls du Castelviel d’Albi à Elie Dupuy, sr du Castelviel et de Mailhoc, pour vingt années d’arrérages dus pour la mouline à blé « assize contre le dit lieu du Chateauvieulx, aquise par le dit sr Dupuy de sr Pierre Fleyres » (1629). — Legs de 100 livres à charge d’obit par François de Larivière, bourgeois d’Albi (28 mars 1638). — Testaments portant fondations d’obits de Benoît de Lafon et sa femme, Marie d’Albaroque (22 septembre 1531), — d’André d’Alary, sr de Boissezon, fils de Bernard et d’Isabeau de Malenfant (12 juin 1669), celui-ci en faveur des Cordeliers de Lautrec, — de Pierre Cathelan, bachelier en droit (19 septembre 1556), — de Vincent Ricard, du mas de Caunils, juridiction de Bonneviale, près Gaillac (21 juin 1563). — Le 4 octobre, jour de la fête de saint François, « les confrères de saint Jean ont acostumé de bailler six livres au couvent pour la satisfaction des messes ordinaires qui se disent tous les dimanches à leur intention et paient tousjours sans dificulté. » — Le 18 du même mois les Cordeliers présentent une requête au chapitre cathédral afin d’en obtenir l’aumône d’usage : ils reçoivent deux pipes de vin. — Testament de Guillaumette Alègre, veuve de Pierre Cathelan (31 octobre 1569). — Règlements édités dans une assemblée de l’ordre des Cordeliers tenue à Toulouse le 21 décembre 1700. — Formule de la supplique à adresser à l’Assiette diocésaine pour obtenir une subvention. — Autres formules pour l’évêque qui donne 20 livres en décembre et autant à Pâques, — pour le chapitre cathédral qui donne quatre setiers de blé moussole avant la Noël — Testaments portant fondation d’obit de Marguerite Journès, veuve de Jean Alric, marchand d’Albi (1er décembre 1630), — de François de Ciron, écuyer, fils de feu Jean « quand vivoit archiprestre d’Azelhanet, au diocèse de St-Pons » (Azillanet), et d’Antoinette Roger ; ses héritiers sont ses frères Jean, Antoine, chanoine du chapitre cathédral d’Albi, et Philippe (7 décembre 1651). — Fondation de quatre messes par Pierre Cercau, fondeur d’Albi, qui abandonne à cet effet au couvent 16 livres lui restant dues sur les 80 qui représentent les frais de refonte d’une petite cloche, y compris le métal fourni (8 juin 1658). — Arrangement entre les quatre fils de Jean de Ciron, archiprêtre d’Azillanet, au sujet de la succession paternelle (1648). — Testament de Guillaume Foulquier, orfèvre d’Albi (1er juillet 1666). — Relation d’une inhumation dans l’église des Annonciades de Fargues, pour constater le rôle des Cordeliers en pareil cas (1679). — Procès contre Philippe de Ciron négligeant de remplir les obligations créées envers le couvent par les testaments de Jean et François de Ciron (1681) terminé par un accord du 5 août (même année), François Mallessaigne étant gardien. — Testament portant fondation d’obit du dit Philippe de Ciron, sr de Drigoux, écuyer (7 octobre 1695). — Déclaration du roi en interprétation de l’article 18 de l’édit concernant la juridiction ecclésiastique (29 mars 1696). — « Explication des devises exposées dans l’église de la régulière observance de Saint François d’Alby pour le vingt et deusième septembre mil sept cens, auquel jour se fit la solennité de la translation des reliques de saint Clair, martir, premier évêque d’Alby, que Mgr Charles Legoux de La Berchère, archevêque d’Alby, avoit fait porter de Bordeaux et fait mettre en dépôt dans notre église préférablement à toutes les autres » ; récit de la cérémonie et des réjouissances publiques : « durant le feu [de joie] il y eut 7 à 8 décharges de mousqueterie et on vit sortir du pied d’un may planté tout auprès plusieurs fusées volantes qui firent un effet merveilleux ». — Énumération des lieux du diocèse d’Albi où les Cordeliers font des quêtes de blé, vin, safran et chanvre. — Le 13 mai 1684, décès du viguier d’Albi, de Genouillac ; querelle à cette occasion avec le chapitre de Saint-Salvi. — Différend analogue lors des obsèques de Marguerite Delhom, femme du sr de Moly d’Azerac (1700). — « Le grand autel de notre église feut élevé de l’année 1701 à l’année 1702 pour le prix de quinze cents livres ; Mgr Legoux de La Berchère le consacra le 29e d’avril 1702, y mit les reliques des saints Sever, Perpétue et Vincent, martirs, et le dédia à la Nativité de Notre Seigneur Jésus Christ. Dans le même temps feurent faits les trois tableaux qui sont placés au milieu et aux costés du dit autel ». — Participation des Cordeliers aux obsèques de madame de Gardès, femme du receveur diocésain (17 novembre 1704). — Autre mention analogue (1706). — Conflit avec le chapitre cathédral d’Albi au sujet d’un mur commun aux jardins des Cordeliers et des prébendiers (1757). — Obituaire des Cordeliers ou « répertoire des fondations... Fait en 1772 » ; la plupart de ces obits ont été déjà mentionnés. On trouve rapporté ici des placements de fonds et des payements d’arrérages jusqu’en 1773.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 415 feuillets, papier.
Acquisitions, constitutions de rentes (1738-1780) retour
H 2441738-1780
Acquisitions, constitutions de rentes en faveur des Cordeliers. — Acquittement par Louise d’Aussaguel de Lasbordes, veuve de François Dalles de Lévizac, d’un legs de 1200 livres, plus 300 livres d’intérêts, legs fait en 1700 au couvent par Claude de Nupces, sr de Lévizac, oncle du dit Dalles (1738). — Constitution de 60 livres de rente, pour un capital de 1200 livres par un bourgeois des Avalats. — Cessions de créances par diverses personnes d’Albi et de Rabastens (1771-1773). — Constitution d’une rente de 21 livres pour 420 livres par les consuls de Rabastens (1773). — Acquittement par Georges Martin de Boismont, écuyer de Cadalen, d’un legs obituaire fait en 1656 par Jean Barthe, marchand d’Albi (1780).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 4 pièces, papier.
Testaments en faveur du couvent (1523-1777) retour
H 2451523-1664
Testaments portant des legs en faveur du couvent, à charge d’obits. — Testaments de Guillaume Servientis, d’Albi (29 mai 1523), — Jean Austry, marchand d’Albi (5 août 1532), — Martianne d’Escarlhan, femme de Jean de Bonnal, sr de Raucoules, et veuve en premières noces de Louis Dupuy, bourgeois d’Albi (11 septembre 1549), — Pierre Tanus, du mas de Tanus, paroisse de Fonlabour, (18 décembre 1566), — Bernard Mestre, prêtre de Poulan (30 juillet 1569), — Jean Mestre, notaire de Poulan (17 octobre 1573), — Hélène de Labarthe, veuve de Tristan de Châteauneuf (Castelnau), baron de Serviès (27 juillet 1608), — Antoine d’Albin, docteur en droit, juge royal de Labessière-Candeil, Annay et Montans (19 novembre 1615), — Marie Cahuzac, femme de Pierre Bonnet, tisserand d’Albi, qui exprime ses dernières volontés « estant à la fenestre » de sa maison (7 octobre 1631), — Catherine Depuech (Dupuy), veuve du capitaine Marlhaves (5 juin 1643), — Georges Rossignol, maître des courriers et contrôleur des postes de Toulouse, qui lègue 25 livres de rente pour la célébration d’une messe basse dans la chapelle de la prison épiscopale d’Albi qu’il a fait construire « au mois de juillet de l’année dernière. . Joignant la sacristie de l’esglise cathédrale » (2 novembre 1660), — Guillaume Rey, chanoine de la collégiale de Saint-Salvi (22 août 1664).
Description physique : (Liasse.) —21 pièces, papier.
H 2461675-1777
Testaments portant des legs en faveur du couvent, à charge d’obits. — Testaments de Georges Raymond d’Albi (2 juin 1675), — Simon Cussac du consulat de Rouffiac (16 août 1678), — Marie Marie (28 janvier 1681), — Marie de Marlhaves, veuve d’Antoine Delpuech (Dupuy), sr de Labastide (25 septembre 1684), — Marie Cassan, veuve de Pierre Espinasse, marchand d’Albi (9 août 1689), — François Ichier, marchand d’Albi (26 mai 1690), — Pierre-Jean Rigaud, cordonnier (23 avril 1694), — Philippe de Ciron, écuyer (7 octobre 1695), — Claude de Nupces de La Calmette, sr de Lévizac, fils d’Albert et de Suzanne Esbaldit (30 juin 1707), — Jeanne Salvan, femme Dejean (16 juillet 1715), — Sylvie Donadille (28 juin 1736), — Marguerite Vignal, veuve de Jean Carlenc, marchand d’Albi (19 août 1740). — Brouillon d’un testament non daté de Louis Dupuy, sr de Saint-Juéry. — Notes relatives à diverses fondations obituaires [XVIIIe siècle]-1777.
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 25 pièces, papier.
Mobilier du couvent (1658) retour
H 2471658
Mobilier. — Délibération du Conseil de direction du diocèse d’Albi accordant aux Cordeliers la somme de 30 livres pour les aider à faire refondre la grosse cloche de leur couvent.
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, papier.
Comptes (1721-1771) retour
H 248*1721-1730
Comptes. — Livre de la sacristie, commencé le 22 juin 1721 du temps où le P. Aurélien Delnat était gardien du couvent : énumération des messes dites par les Cordeliers avec l’indication des sommes perçues à cette occasion.
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong. 213 feuillets, papier.
H 249*1730-1738
Comptes. — Livre de la sacristie (suite).
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 164 feuillets, papier.
H 250*1738-1748
Comptes. — Livre de la sacristie (suite).
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 217 feuillets, papier.
H 251*1760-1771
Comptes. — Livre de la sacristie (suite).
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 142 feuillets, papier.
Procès (1559-1783) retour
H 2521559-1681
Procès. — Transaction conclue avec Henri de Lafont, sr de Camalières, au sujet d’un legs fait au couvent, à charge d’obit, par sa mère Marie d’Albaroque décédée en 1549 (1559). — Différend avec l’héritier de Guillaumette Alègre, veuve de Pierre Cathelan, bachelier en droit, au sujet d’un obit fondé par la dite dame (1591). — Accord avec le chapitre collégial de Saint Salvi : chaque fois que le chapitre aura à prendre part aux honneurs funèbres pour une sépulture faite dans le couvent, un chanoine pourra célébrer la grand messe au grand autel des Cordeliers. — Sommation adressée à Nicolas de Boissière, écuyer, d’avoir à acquitter les arrérages d’une rente obituaire léguée au couvent par son grand père Jean, marié avec Françoise de Lafont et décédé en 1561, la dite rente ayant été payée jusqu’en 1595, époque du décès d’Antoine de Boissière, père de Nicolas, mari de Catherine de Nupces (1616). — Procédures contre Dussap, notaire de Lagrave, comme bien tenant par sa mère, Jeanne Mestre, de la succession de Bernard Mestre qui avait légué une rente aux Cordeliers par son testament du 30 juillet 1569 (1628) et continuation des poursuites contre les héritiers de Dussap (1635). — Procès contre Jean de Ciron, sr de La Peyrouse, au sujet des rentes obituaires léguées par Jean de Ciron, conseiller au Parlement de Toulouse, et François de Ciron. Parmi les pièces produites se trouvent : le testament de François (7 décembre 1651), un accord antérieur (1648) conclu avec les quatre fils de Jean, archiprêtre d’Azilhanet, qui étaient Jean, Antoine, François et Philippe. — Condamnation de Jean, sr de Le Peyrouse, (1668) et entente avec Philippe en 1681 (1667-1681).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 25 pièces, papier
H 2531643-1673
Procès relatif à une rente obituaire de 10 livres léguée au couvent par Benoît de Lafont et sa femme Marie d’Albaroque, le 22 septembre 1531. — Transaction conclue avec Raimond de Bonne, seigneur de Camalières, consulat de Monestiés, d’après laquelle la rente est amortie moyennant la somme de 80 livres qui servira à payer un tableau « de la dessainte du Saint-Esprit sur les apôtres » (21 octobre 1643). — En 1668 les Cordeliers prétendent que cette transaction a été irrégulièrement conclue et réclament 250 livres pour les arrérages échus pendant 25 ans : arrêt du Parlement de Toulouse annulant la transaction et condamnant Raimond Bonne, curé de Mouzieys (3 juillet 1670). — Appel de celui ci, rejeté par le Parlement (26 février 1671) et saisies de biens (1672-1673). — Productions : lauzimes de terres par Bernard d’Albaroque, seigneur de Camalières (1500), — par Marie, sa fille (1525) ; — reconnaissances en faveur de Jeanne de Pleux, veuve de Bernard d’Albaroque (1502) ; — lauzimes par Henri de Lafont, héritier de sa mère Marie d’Albaroque et de son aïeule Jeanne de Pleux (1554) ; — testaments de Benoît de Lafont et de sa femme (22 septembre 1531), — de Henri de Lafont (19 octobre 1571). — De ces pièces et de quelques autres il résulte que la terre de Camalières est passée de Bernard d’Albaroque à sa fille Marie, de celle-ci à son mari Benoît de Lafont et à leur fils Henri, puis à Pierre de Perrin, donataire de la moitié des biens d’Anne Gailhard, veuve de Henri de Lafont, et enfin à Guillaume Bonne, marchand d’Albi, subrogé aux droits de Charles de Perrin, écuyer, en 1632.
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 53 pièces, papier.
H 2541679-1783
Procès. — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant le baron de Sénégas à assurer le service d’une fondation obituaire dans l’église de Plaisance en Rouergue : le fondateur avait constitué en 1596 une rente pour rémunérer un prédicateur de l’ordre des Cordeliers qui prêcherait le Carême dans la dite église (30 juin 1679). — Accord avec les héritiers de Jacques Cardon, prévôt du chapitre de Saint-Salvi, au sujet de l’obit fondé par celui-ci par testament du 29 mars 1701 (1733). — Procès contre les sieurs Vabre, père et fils, de Saint-Juéry au sujet d’une rente obituaire léguée au couvent en 1740 par Marguerite Vignals, veuve de Jean Carlenc ; accord du 28 décembre 1773 en vertu duquel la rente est payée aux Cordeliers (1773-1774). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant solidairement Jacques Barthe et Madeleine de Pujol, femme de Jean-Baptiste Barthe, avocat, à payer aux Cordeliers d’Albi et de Rabastens la somme de 4650 livres, prix de la vente des biens des Cordeliers de Réalmont, acte passé le 23 mai 1770 (7 mai 1783).
Description physique : (Liasse.)— 5 pièces, parchemin, et 51 pièces, papier.
Cordeliers de Castres (1756-1791) retour
Actes de profession de religieux (1756-1791) retour
H 255*1756-1791
« Livre contenant les actes de profession des frères du tiers ordre de saint François » de 1756 à 1789. — La congrégation est établie dans le couvent des Cordeliers. — Procès-verbaux d’élection des membres du conseil ou bureau (1776-2 mars 1791).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 34 feuillets, papier.
Cordeliers de Lautrec (1310-1776) retour
Notice historique sur le couvent, écrite en 1647 retour
H 2561647
Notice historique sur le couvent. — Il est rapporté que le couvent a été fondé par Bertrand, vicomte de Lautrec, en 1282 (pour 1281). — Le 2 décembre 1568 les huguenots se sont emparés de la ville, ont massacré sur la place publique le gardien des Cordeliers, François Pelicier, et son vicaire, Jérôme Graissaguel ; ils ont ensuite envahi le couvent, tué les religieux, renversé les autels, pillé les objets et ornements sacrés et détruit de fond en comble les bâtiments. — Dès 1572 le couvent était reconstruit et huit religieux y étaient en résidence. Le 31 août 1622 le gardien du couvent ramena à la foi les derniers hérétiques du pays.
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, papier.
Matières spirituelles (636-1754) retour
H 2571636-1754
Matières spirituelles. — Bref du pape Urbain VIII accordant des indulgences aux âmes des défunts pour lesquels il sera célébré un service anniversaire dans la chapelle des saints Roch et Sébastien de l’église des Cordeliers de Lautrec (Rome, 19 janvier 1636). — Autre bref du même pape accordant cent jours d’indulgence aux personnes qui diront certaines prières dans la chapelle de Notre-Dame de Pitié de la même église (Rome, 21 mars 1643). — Confirmation des privilèges octroyés par Louis XIV aux religieux de la régulière observance de saint François de la grande province d’Aquitaine (Paris, janvier 1645), avec l’arrêt d’enregistrement du Parlement de Toulouse (9 juin) et autres arrêts de la Cour des aides de Cahors et du Conseil d’État (1648-1650). — Bref du pape Benoît XIII accordant une indulgence plénière aux personnes qui visiteront une église de Cordeliers lors de la célébration de la béatification du b. Fidèle de Sigmaringen (Rome, 26 mars 1729). — Bref du pape Clément XII accordant une indulgence plénière à raison de prières (Rome, 18 juillet 1735). — Circulaire du ministre général, F. Jean Bermejo, ordonnant des prières pour le pape Clément XII (26 février 1740). — Bref du pape Benoît XIV nommant Jean de La Torre commissaire général de l’ordre de la nation espagnole (Castel Gandolfo, Albanensis diocesis, 23 juin, 1741). — Lettre du ministre provincial sur l’observation de la règle de l’ordre (1741). — Bref du pape Benoit XIV accordant une indulgence plénière aux personnes qui visiteront une église de Cordeliers (Castel Gandolfo, près Albano, 5 juin 1745). — Renonciation à l’état religieux par un novice du couvent de Lautrec (1754).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 9 pièces, papier, dont 4 imprimées.
Titres de propriété de divers auteurs du couvent (1310-XVIIe siècle) retour
H 2581310-XVIIe
Titres de propriété de divers auteurs des Cordeliers. — Cession par Guillaume Sol aux confrères de Saint-Sauveur de Lautrec d’un cens d’un setier de froment moyennant 45 sous de petits tournois ; reçu de cette somme par le vendeur (2 et 28 juin 1310). — Vente d’une pièce de terre dans la paroisse Saint-Laurent de Laudo [de Venès] par un habitant de Venès à un autre personne de la même localité (7 mai 1401). — Extraits de plusieurs cadastres de Graulhel et de Lautrec, sans dates [XVIIe siècle),
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 5 pièces, papier.
Dons et legs (1315-1691) retour
H 2591345-1691
Dons et legs. — Codicille de Jean de Belvèze, de la paroisse Saint-Salvi de Montlong, qui lègue aux Frères Mineurs de Lautrec une rente de cinq sous tournois à charge d’obit (25 septembre 1345). — Testament de Jean Mestre, marchand de Lautrec, fondant dans l’église des Cordeliers une chapellenie qu’il dote d’une rente de 40 setiers de blé, six gelines, deux livres tournois, cent pommes et trois émines de noix (30 mars 1436). — Testament d’Antoine Cavaier, marchand de Lautrec, portant divers legs en faveur des églises de la localité et augmentant d’une rente de six setiers de moussole les revenus de la chapellenie de Mestre (28 juillet 1467). — Testament de François de Solomiac, marchand de Lautrec, qui lègue au couvent une rente d’une pipe de vin et de trois setiers de blé à charge de service obituaire à célébrer dans la chapelle du Crucifix où se trouve le tombeau de sa famille (7 février 1468-1469). — Testament d’Albin Macary, prêtre, du consulat de Moulayrès, qui fait de nombreux legs pieux, notamment en faveur des « quatre ordres de paubretat que au acostumat de amassa et fa la quista en la parroquia de sanct Laurens lo realh [de Moulayrès], so es : als fraires predicados de Castras, als fraires mynors de Lautrec, als fraires Carmes de Sanct-Paul de Cadajoux et als fraires agustis del loc de Fiac et aussi als fraires de la Trinitat de Castras, à cascun dels dicts ordres sive covens una emina de blat mossolla, à mesura del loc de Graulhet, pagats per una vegada »... (30 octobre 1548). — Testament d’Antoine Heretier, chanoine du chapitre de Burlats, qui donne aux Cordeliers cent écus sol pour réparer leur église (25 avril 1599). — Legs de grains et deniers par Antoine Aussenac, hebdomadier du chapitre collégial de Burlats (3 décembre 1639). — Legs de rentes en grains par Jacques de Morlas, sr de Lacalm (28 février 1640). — Extrait du testament de Dominique de Fossé, femme de Jacques de Capriol, sr de Marvignol, qui lègue au couvent la somme de 150 livres, plus 40 livres pour « faire des balustres à la chapelle Notre Dame de Pitié qui est au cloistre du dit couvent, afin que le vent n’incommode pas le prebistre qui dira la messe à la dite chapelle », plus « un cotillon de nouvelle couleur vert d’ollive, ensemble une robe poux de soie noire » pour faire deux chasubles, plus « un mouchoir, une carabatte (cravate) et une paire manchettes, le tout garni de dantelle de Flandre » pour faire des voiles à calices, plus « une pièce tafetas vert » destinée à un devant d’autel de la dite chapelle (21 juillet 1646). — Donation faite par André d’Alary, sr de Boissezon, à Pierre de Reynes, écuyer, d’Albi, son cousin germain, à charge d’exécuter divers dispositions testamentaires, entre autres le payement d’une rente de trois livres aux Cordeliers de Lautrec (12 juin 1669). — Testament de Jean Besombes, notaire de Lautrec, qui laisse au couvent une créance de 30 livres sur la communauté du dit lieu (25 octobre 1691).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 10 pièces, papier.
Chapellenies (1647-1772) retour
H 2601647-1772
Chapellenies. — Résignation par Jean de Burta d’une chapellenie fondée par Urbain Vidal dans l’église Saint-Remi de Lautrec et collation du même bénéfice par le gardien des Cordeliers en faveur de Henri de Burta (16 octobre 1647). — Résignation et collation par un prêtre de Lautrec d’une chapellenie fondée dans la même église Saint-Remi par Pierre, Guillaume et Jeanne de Maillorgues, et dont le service a été transféré dans l’église des Cordeliers (1688). — Autre collation de la chapellenie d’Urbain Vidal par le gardien Gérôme Géraud (14 octobre 1734). — Résignation de ce bénéfice (1772).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, papier.
Créances (1643-1731) retour
H 2611643-1741
Créances. — Cession au couvent par Daniel Delmas, du consulat de Saint-Julien-du-Puy, d’une créance de 200 livres sur les 380 livres et des sous à lui dues par la communauté de Saint-Julien (1643). — Extrait de l’état des sommes dues par les villes et communautés du diocèse de Castres : les Cordeliers de Lautrec y figurent, comme ayant droit de plusieurs particuliers, pour 599 livres, 10 sous (1741).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, papier.
Bâtiments et mobilier du couvent (1642-1717) retour
H 2621612-1717
Bâtiments et mobilier du couvent. — Bail à besogne d’un tableau à l’huile de seize empans de haut sur douze de large, sur lequel seront représentés « ung crucifix, la vierge Marie, d’ung cousté, et saint Jean, de l’autre, et ung saint François embrasant la croix, avec les estimates (stigmates) et chaperon faict à l’antique » moyennant le prix de cent livres ; le peintre est Bernard Levesque, de Toulouse (22 juin 1612) ; à la suite vient la quittance autographe de l’artiste (27 septembre). — Délibération du conseil communal de Lautrec confiant aux Cordeliers les écoles de la localité, aux gages de 300 livres, aux conditions suivantes : les religieux auront deux régents (un pour chaque classe) et la dite somme sera consacrée à la reconstruction de leur couvent (8 juin 1620). — Autorisation donnée par les consuls aux Cordeliers de prendre des pierres nécessaires à la construction d’un pilier de leur église (9 mai 1622). — Don d’une somme de 75 livres pour terminer « la chapelle quy est à l’esglise des dits Cordeliers » par Nathaniel de Solomiac, agissant au nom de sa femme. Claude Dupuy, et par Jean de Martin, sr de Viviers-lès-Montagnes, héritier de sa mère, Claire Dupuy, ces deux dames ayant elles-mêmes hérité de Jacques Dupuy, sr de Cabrilles (16 juillet). — Bail à besogne à Jean Salvatges, charpentier de Castres, pour « le couvert de la grande église du couvent », pour 800 livres (11 septembre 1650) ; autre bail à un maçon pour la construction de trois arceaux dans la même église, moyennant 350 livres (23 août 1653). — Plan à grande échelle d’un couvent avec cloître et chapelle, revêtu d’une formule d’approbation datée de Lautrec et du 12 septembre 1650. — Bail à besogne d’un mur de clôture d’un jardin situé au dessous du couvent (1714). — Délibération du conseil communal de Lautrec qui donne aux Cordeliers la somme de cent livres pour reconstruire « une muraille de la ville qui sert de clôture au dit couvent », à la condition que sur ces deniers sera prise la part nécessaire pour faire voûter la chapelle de saint Roch et saint Sébastien de l’église du couvent, chapelle dans laquelle la ville fait célébrer annuellement un service anniversaire (7 juin 1717).
Description physique : (Liasse.) — 8 pièces, papier.
Bail (1649) retour
H 2631649
Bail d’une vigne située al Batut, près de Lautrec, consenti par le couvent moyennant une rente annuelle de six livres (1649).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, papier.
Comptes (1618-1724) retour
H 2641618-1620
Comptes. — Recettes et dépenses de l’année 1618-1619 et des premiers mois de l’année 1619-1620, l’exercice financier commençant au 1er novembre. — Recettes : produit des troncs « tant de la grande église que de Notre-Dame de Pitié ». — Dépenses : achats de vivres et de combustible, frais de voyage de religieux allant prêcher et quêter, du gardien se rendant à un chapitre de l’ordre. — Pour 1618-1619 les dépenses s’élèvent à la somme de 172 livres, 10 sous, 7 deniers, les recettes à 164 livres, 4 sous, 10 deniers.
Description physique : (Liasse.) — Un cahier incomplet, 6 feuillets, papier.
H 265*1635-1724
Comptes. — Recettes consistant en rentes obituaires, redevances des tenanciers parmi lesquels figure le ministre de l’église réformée de Réalmont, Viguier (1678 et années suivantes), acquittement du vœu fait par la communauté de Lautrec aux saints Roch et Sébastien : 12 livres par an (1677-1724). — A l’envers du registre sont transcrits les procès-verbaux de plusieurs visites du couvent faites par le P. custode de Toulouse (l635-1652) : inventaire de tous objets mobiliers, y compris la bibliothèque.
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 62 et 11 feuillets, papier.
Procès (1407-1776) retour
H 2661407-1598
Procès. — Transaction conclue par le couvent avec Louis de Solomiac au sujet d’un legs fait le 1er février 1321-1322 par Pons-Philippe de Solomiac et consistant en une rente d’un setier de moussole pour la façon des osties et de tout le vin nécessaire aux messes dans le cours de l’année ; il est convenu que les Cordeliers jouiront désormais d’un cens de trois émines de froment grevant une terre de la paroisse de Gorgotio (Saint-Benoît de Gourgues) et qu’à ce prix Louis de Solomiac sera déchargé de l’obligation primitive (14 juin 1407. Copie du XVIIe siècle). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant Antoine Cavayer, marchand de Lautrec, à servir les rentes léguées au couvent par Jean Mestre le 30 mars 1436 (3 août l565) ; — accord touchant la même affaire (10 avril) ; — appointement en Parlement, procédures et accords concernant le payement d’arrérages (1565-1598).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 5 pièces, papier.
H 2671575-1613
Procès. — Accord conclu avec Jean de La Roque appelant les religieux en garantie à l’occasion d’un emprunt de 220 livres contracté « pour recouvrer fraire François Pélissier, gardien jadis du dict convent et aultres religieux qui estoient prisoniers au pouvoir des huguenaulx en la ville de Puilaurens » ; il est convenu que Pierre de la Roque, fils de Jean, sera entretenu gratuitement au couvent jusqu’au jour où il sera prêtre et que les Cordeliers payeront, en outre, à Jean de La Roque la somme de 60 livres (3 mai 1575). — Sentence du juge royal de Lautrec, Dominique de Burta, condamnant les héritiers et ayant droits de Guillaume de Bernas à acquitter régulièrement une rente de trois setiers de blé léguée par ce dernier au couvent (6 octobre 1596). — Procédures relatives à un différend survenu avec un chanoine du chapitre de Burlats, par devant Rigail d’Ouvrier, conseiller commissaire du Parlement de Toulouse (1603-1613).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 2 pièces, papier.
H 2681627-1642
Procès. — Accord avec Pierre de Castanier, sr du Faur, au sujet d’une rente de 40 sous léguée au couvent par Etienne du Faur et sa femme Catherine Granier (13 avril 1627). — Arrêt du Parlement de Toulouse hypothéquant les places de Castelnau et Labastide-Montfort possédées pur François d’Amboise, comte d’Aubijoux, appelé en garantie par Jean de Durand de Bonne qui avait acquis de lui la baronnie de Sénégats grevée d’une pension de cent livres par suite des fondations pieuses de Bertrand, vicomte de Lautrec (1281) et de sa fille Béatrix (1324) (28 juillet 1634). — Liquidation des arrérages dus : le comte d’Aubijoux payera aux Cordeliers la somme de mille livres qui seront employées à la réparation de leur église (23 septembre). — Copie de la fondation de Bertrand, vicomte de Lautrec, pour le repos de son âme, de celles de son beau-frère, Sicard Alaman, et du fils de ce dernier, appelé aussi Sicard. Les cent livres tournois de rente léguées aux Cordeliers se décomposent ainsi : 55 livres sur la quête de Sénégats, 25 livres sur le pazagium, 10 livres sur la leude, 60 sous sur le ferragium des forges (fabricae) et 7 livres sur les forges du même lieu pro boscalibus sen boscagiis ; de plus le vicomte donne au couvent une parcelle de la vraie croix, qu’il tenait des deux Sicard Alaman, père et fils (Lautrec, dans l’église du Saint Sauveur, 6 novembre 1281). — Formalités de l’ouverture du testament (en date du 27 décembre 1633, au château du Mas, paroisse Sainte-Cécile de Lestourge), de Violante de Vernuy, femme de Philippe du Mas de Saint-Julien, fille de feus Jean de Vernuy, baron de Villeneuve, et de Rose Daur ; la testatrice élit sa sépulture dans l’église des Cordeliers et leur lègue, à charge d’obit, la somme de 200 livres (3 avril-16 juillet 1634). — Poursuites contre Philippe du Mas de Saint-Julien pour obtenir payement de ce legs (1636-1642).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 8 pièces papier.
H 2691635-1641
Procès. — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant la vicomtesse de Montfa à acquitter une rente annuelle de 11 livres, 10 sous léguée au couvent le 4 janvier 1334-1335 (21 juillet 1635). — Délibération des Cordeliers approuvant une transaction conclue avec Marie de Durfort au sujet d’une fondation d’obit de son mari défunt, Jean Paul de Laffon et de Calmont, sr de Briols, Pont-de-Camarès, Feneyrols « et autres lieux », le dit legs consistant en une rente de trois setiers de froment et deux charretées de tuile canal « aprêtée de commune main, à quatre livres tournois » (10 juillet 1636). — Procédures contre les héritiers de Gaspard Mouzely, pour obtenir payement d’une somme de 180 livres et des deniers (1637-1641) ; — contre divers débiteurs d’une rente constituée en 1473 (n. s.) (1639) ; — contre Jean de Capriol, sr de Mandoul à l’occasion d’une rente obituaire léguée au couvent en 1476 (1640-1641). — Commission donnée par le Parlement de Toulouse pour la visite d’un mur « qui faict coing » au couvent et au jardin des Cordeliers, du côté du midi, et que ceux-ci prétendaient obliger les consuls de Lautrec à faire reconstruire (1er mars 1641).
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, parchemin, et 8 pièces, papier.
H 2701648-1697
Procès. — Poursuites contre les consuls de Saint-Julien du Puy refusant de payer au couvent une somme de 200 livres, créance cédée par Daniel Dumas (1648) ; — contre Louis de Perrin, de Brassac, débiteur de 144 livres destinées à la réparation d’une chapelle du couvent dans laquelle sont ensevelis les ancêtres de François de Peyrole, sr del Suquet (1655) ; — contre Guillaume Mazières, bourgeois de Lautrec, locataire d’immeubles appartenant aux Cordeliers (1657) ;contre les héritiers d’Antoine Olmière, de Graulhet, à l’occasion d’une clause testamentaire de substitution en faveur de Jean Olmière, profès du couvent de Lavaur, frère du testateur. — Attestation de divers témoins par devant Louis de Rupe, juge royal de Lautrec, que, lors de la prise de la ville de Lautrec, par les huguenots, le couvent des Cordeliers fut « pillé et saccagé et tous les moines tués et massacrés, les murailles ou parties d’icelles destruites et desmolies » (12 mai 1671). — Poursuites contre les possesseurs des biens d’Hélix de Lautrec, femme de Jean de Lordat, qui, par testament du 28 juillet 1364, avait légué au couvent, à charge d’obit, 200 florins d’or et une rente annuelle de 40 sous ; il est rappelé que les biens de Jean de Lordat, héritier de sa femme, furent vendus par les successeurs de celui-ci, en septembre 1391, à Philippe, vicomte de Lautrec, seigneur de Venès, et que, à cette heure, ils appartiennent au comte de Clermont (1677) ; — contre les héritiers de Jean Sabatier, marchand, à raison d’une rente en grains (1697).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, 16 pièces, papier.
H 2711710-1776
Procès. — Enregistrement au greffe de la justice de Brametourtre, Lamartinié et Le Contrast, dont le seigneur est François de Gélas, marquis d’Ambres, vicomte de Lautrec, de l’élection d’un habitant de Lamartinié comme frère spirituel des Cordeliers de Lautrec, dans le ressort de la dite juridiction (1710). — Sommation adressée aux consuls de Lautrec d’avoir à faire reconstruire les murs de la ville attenant au couvent qui viennent de croûler (1713). — Poursuites contre les possesseurs des biens de feu Antoine Cavayer, à raison d’une rente obituaire (1732-1754. Voy. H. 266.). — Délibération de l’assemblée communale de Lautrec d’après laquelle on continuera de donner tous les ans aux Cordeliers deux livres de cire, pour éviter un procès (1742). — Différend avec le commis des domaines du roi au bureau de Réalmont au sujet de droits d’amortissement (1747). — Procès contre Charles Adal de Pujol, sr de La Tour, au sujet de la fondation Mestre (1775-1776. Voy. H. 266 et ci-dessus).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 35 pièces, papier.
Cordeliers de Rabastens (1463-1775) retour
Testaments en faveur du couvent (1463-1663) retour
H 2721463-1663
Testaments contenant des legs en faveur du couvent, à charge d’obits. — Testaments de Jean de Figeac, recteur de Saint-Pierre de Bracou (22 mars 1462-1463. Copie du XVIIIe siècle.) — d’Antoine Delherm, marchand (7 octobre 1535), — Guillaume Delherm, bourgeois (14 mai 1547), — Guillaume Ichier, couturier (10 août 1573), — Pierre Rigaud, prêtre, de Giroussens (29 octobre 1584), — Bertrand Vialar (17 août 1592), — Guillaume Bonnelasvay (2 février 1600), — François Charrat, couturier (28 octobre), — Antoinette Delherm, veuve de Jean de Clédier, lieutenant principal au siège de Lisle (15 novembre 1617), — Jean Lagesse, marchand (23 novembre 1618), — Pierre de Costecaude, bourgeois (18 septembre 1631), — Jean Clausade, avocat (23 octobre, testament retenu au devant d’une métairie, vu « la grande maladie contagieuse qui est à présent en la dite ville de Rabastenx »), — Antoinette de Baulac, seigneuresse de Saint-Géry et Loupiac, veuve de Georges de Laroquebaillac, baron des dits lieux, « accablée d’années » (21 juillet 1639), — Jean Mercadier, cordonnier (25 octobre 1653), — Marguerite Roques, veuve de Laurent Vinel qui avait fait héritier Laurent Roques, lieutenant principal au siège de Rabastens (2 mars 1663).
Description physique : (Liasse.) — 17 pièces, papier.
Amortissements (1463-1465) retour
H 2731463-1465
Amortissements. — Lettres royales d’amortissement pour divers biens acquis par les Cordeliers (Amboise, 27 juillet 1463), mandatées par le sénéchal de Toulouse, Hugues de Bournazel (28 juin 1465). (Copie du XVIIIe siècle.)
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, papier.
Créances (1570-1775) retour
H 2741570-1775
Créances du couvent ou de ses auteurs. — Amortissement d’une rente foncière à Rabastens par un marchand de Lisle (1570). — Vente par Arnaude Delherm à Pierre de Caulet, conseiller au Parlement de Toulouse, d’une métairie dite La Tour de Caudairou dans le consulat de Rabastens, à charge de payer une rente annuelle de 5 livres tournois aux Cordeliers pour le legs de Beatrix Dumas, mère de la dite Delherm (1594). — Aumône de 25 livres accordée au couvent en 1644. — Cession en faveur du couvent d’une hypothèque sur une vigne du sr Bartaud, avocat, à charge de messes obituaires (1697). — Cessions de rentes par Marie-Anne Rolland, de Rabastens (1729), — par les consuls de Rabastens (1770) et autres personnes (1771). — Note des placements faits par le gardien de deniers provenant en partie de la vente des biens des Cordeliers de Réalmont (1775).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 14 pièces, papier.
Procès (1509-1771) retour
H 2751509-1540
Procès contre le prieur de Rabastens et son vicaire perpétuel au sujet des sépultures. — Appointement des parties devant le Parlement de Toulouse (1509). — Ajournement du prieur, Jean Bérail devant cette cour : les Cordeliers se plaignent de ce qu’il les empêche du percevoir legs et oblations à l’occasion des inhumations faites dans le couvent, il exige d’eux une redevance annuelle, ses gens, lors de deux récents enterrements, se sont emparés de vive force de la moitié des cierges, torches et autres objets (1529). — Reprise du procès contre le même prieur et son vicaire, Durand Dardenne ; allusions à des arrêts du Parlement du 14 août 1531, 7 janvier 1533-1534 et 9 mars 1534-1535 qui reconnaissaient le droit des Cordeliers de faire porter chez eux les défunts, conformément au désir exprimé de leur vivant, après que le recteur leur aurait donné l’ultimatum vale ; ces arrêts ne sont pas exécutés ; l’official d’Albi a même ordonné (15 septembre 1538) la restitution au recteur de corps ensevelis au couvent depuis 17 ans. — Condamnation du prieur à une amende de 15 livres et autant de dommages intérêts à affecter aux réparations du couvent, pour n’avoir pas observé les dispositions de l’arrêt de 1531, auquel il sera tenu de se conformer à l’avenir sous peine d’avoir à payer 2000 livres (9 avril 1540). — Parmi les productions se trouvent : une énumération d’actes pontificaux concernant l’ordre de saint François, de 1215 à 1440 ; — des arrêts de Parlements intéressant les couvents de Cordeliers de Nontron, Tulle et Angoulême (1509) ; une enquête sur « la foy catholique » du recteur Dardenne (1536).
Description physique : (Liasse.) —3 pièces, parchemin, et 14 pièces, papier.
H 2761566-1675
Procès relatif au droit que prétendaient avoir les Cordeliers de prendre du bois mort dans la forêt royale de Giroussens pour leur chauffage. — Supplique au roi en son Conseil privé pour obtenir reconnaissance du privilège de prendre 100 charretées de bois mort dans la dite forêt, suivant une antique concession dont le titre est égaré (1566). — Lettres patentes du roi Henri IV admettant les prétentions du couvent (20 février 1603) et enquête pour prouver l’usage établi. — Entérinement des lettres patentes ci-dessus par le Grand maître des Eaux et forêts de Languedoc, Provence et Dauphiné, François de Cadars, qui autorise les Cordeliers à prendre 60 charretiers de bois mort dans les lieux préalablement déterminés par le capitaine forestier (22 août). — Difficultés avec le capitaine forestier qui entend exécuter strictement l’ordonnance du Grand maître, c’est-à-dire marquer les bois à enlever et n’en laisser prendre que s’il s’en trouve de morts (1604). — Nouvelles difficultés avec les agents forestiers et saisie de fagots coupés parles Cordeliers (1637 et 1638). — Autre saisie de 2500 fagots el d’un mulet (1641). — Autorisation donnée par le Grand maître de prendre 500 fagots (1656). — Sentence de la Table de marbre de Toulouse : attendu que les lettres patentes de 1603 n’ont pas été enregistrées, que le Grand maître a imposé le contrôle de ses agents, dont les Cordeliers n’ont pas tenu compte, coupant des bois d’une façon arbitraire et dommageable, que d’ailleurs les lettres patentes de Henri IV supposent une concession antérieure et que celle-ci n’a pas pu être prouvée par titres, nécessité qui s’impose toujours, pour tous ces motifs la Table de marbre déclare les Cordeliers déchus de tout droit sur la forêt (31 mars 1667). — Placets adressés à Colbert et au roi pour obtenir satisfaction (1675). — Aux productions, deux attestations des juges d’Albigeois, Antoine d’Aurivelher (1553) et Jean Deigua (1392), d’après lesquelles les Cordeliers ont, de toute ancienneté, pris du bois mort à Giroussens, forêt « qu’est à une petite leue de Rabastens ».
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 58 pièces, papier.
H 2771583-1715
Procès divers. — Actes de procédure contre le desservant d’une chapellenie dite de Sabatier (1583). — Commission du Parlement de Toulouse au juge d’Albigeois pour faire une enquête sur des « volleries » commises à Brens. (Date lacérée. Vers 1595.) — Procédures contre le recteur de Rabastens, Jean Rolland, et autres prêtres au sujet d’obits (1621-1628) ; — contre Corbeyran el François d’Astorg, père et fils (1624) ; — contre Anne de Ferrières, veuve de Jean Clausade, avocat, et leur fils, Pierre, au sujet d’une pitance fondée par le défunt (1654-1655) ; — contre Marie Blanchard et Jean Falguière, marchand, débiteurs d’arrérages et quatre pitances instituées par Guillaume Blanchard en 1605 (1655) ; — contre les biens-tenants d’Antoine Delherm au sujet d’un obit fondé par celui-ci en 1535 (1659) ; — contre divers débiteurs (1706-1715).
Description physique : (Liasse.) — 11 pièces, parchemin, et 25 pièces, papier.
H 2781620-1733
Procès au sujet d’une chapellenie fondée dans la chapelle de saint Mathurin, en l’église des Cordeliers, par testament de Guillaume Frotgier, notaire de Rabastens, en date du 7 février 1389-1390. — Différend avec les prêtres desservant la chapellenie, qui négligent le service obituaire (1620-1631), et avec le co-patron laïc de cette fondation (1703-1733) ; accord du 2 septembre 1703 d’après lequel Antoinette de Costecaude et son fils s’entendront avec le gardien des Cordeliers pour nommer le premier titulaire de la chapellenie, les chapelains à désigner seront au choix alternativement des deux parties, convention homologuée par le Parlement de Toulouse en 1708. — Parmi les productions on remarque : un extrait du testament de Guillaume Frotgier ; — un échange de la chapellenie entre le recteur de Saint-Amans quien était le desservent et le prieur de Salvagnac, acte que le couvent refusa d’approuver (1589) ; — un acte d’afferme des revenus de la chapellenie à un notaire pour trois années, moyennant 66 écus sol et deux tiers par an (1590) ; — une collation avec mise en possession par le gardien du couvent et une protestation du patron laïc, Géraud de Costecaude (1619). — Procès contre les héritiers de Jean Pujol, commissaire aux revues, pour obtenir payement d’une rente viagère constituée en faveur du Cordelier Laurent Boubé (1727) ; — contre la confrérie des cordonniers, dite de saint Crépin, pour toucher les frais des services religieux célébrés dans le couvent depuis l’époque (1704) où elle y fut établie. Intervention du curé, J.-P. Barrau, qui prend fait et cause pour les cordonniers et se plaint en même temps de ce que les Cordeliers portent le viatique et font des sépultures au détriment des droits du curé de la paroisse (1731).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 33 pièces, papier.
H 2791734-1771
Procès divers. — Procédures contre des débiteurs, notamment à l’occasion d’un obit fondé par Guillaume Subsol, de Valentine en Comminges (1738), — d’une rente léguée en 1695 an couvent par Pierre Brethenou, de Mézens (1753-1758), — du droit de patronage de la chapellenie dite de saint Etienne fondée dans l’église des Cordeliers par testament de Jean Figeac, recteur de Saint- Pierre-de-Bracou, en date du 22 mars 1462-1463 (1764-1771). — Mémoire sur un différend avec la marquise d’Alègre, fille du président Donneville, au sujet de plusieurs pitances « c’est-à-dire repas entiers » fondées par diverses personnes, telles que Jean Delherm (1532), sa veuve, Beatrix Delmas (1570), et Guillaume Delherm, fils de Guillaume ; il est rappelé que ces pitances étaient acquittées par le président Donneville « sur le pied de 20 livres ». (Sans date, XVIIIe siècle.)
Description physique : (Liasse.) — 29 pièces, papier.
Cordeliers de Réalmont (1639-1773) retour
Créances (1768-1773) retour
H 2801768-1773
Créances. — Reçu délivré par Marie-Charlotte de Guilhem de Clermont, marquise de Valady, aux syndics de la baronnie de Lombers pour la somme de 2953 livres et dessous, prix du rachat des droits domaniaux engagés ; sur cette somme 1000 livres ont été empruntées aux Cordeliers de Réalmont par la communanté de Montdragon (14 mai 1768). — Payement d’intérêts de cette créance (1771) ; — extraits du livre d’impositions de Montdragon concernant le même objet (1770-1773) ; à partir de 1772 seulement le vote des intérêts est fait au nom des « R. P. Cordeliers de l’hospice St François de la grande observance de Réalmont, transférés à Rabastens ». — État des fondations perpétuelles faites dans « l’hospice des religieux de Saint François de Réalmont ». (Sans date, XVIIIe siècle.)
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, papier.
Procès (1639-1741) retour
H 2811639-1741
Procès. — Transaction conclue avec les consuls de Réalmont. Il est rappelé qu’en 1634 les dits consuls ont donné aux religieux une maison dans Réalmont pour y établir leur couvent précédemment situé au lieu de Saint-Germain, dans le consulat de Réalmont. La construction a été retardée par les agissements des consuls et habitants bien que le roi eût donné à la congrégation les matériaux provenant de la démolition des fortifications. Plusieurs arrêts du Parlement de Toulouse, de 1635 à 1639 ont été vainement rendus en faveur des Cordeliers. Les parties en arrivent à transiger : les consuls payeront 100 livres aux religieux et ceux-ci continueront de bâtir en indemnisant les propriétaires des terrains occupés par eux et reconnus exempts d’impositions (1er février 1639). — Procédure relative à une cession de droits jadis faite par Suzanne Combes (1654). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant les héritiers de noble Puel de Besset, sr de Trébas, à payer au couvent une rente de 50 livres léguée par une dame d’Adhémar (5 décembre 1741).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin,- et 2 pièces, papier.
Suppression du couvent (1769-1770) retour
H 2821769-1770
Suppression du couvent. — Notification par trois religieux délégués par le chapitre provincial d’Aquitaine au vicaire général de l’archevêque d’Albi de la décision du dit chapitre du 11 octobre 1768 approuvée par lettres patentes du 15 février 1769, enregistrées le 3 mars, en vertu de laquelle il doit être procédé à l’inventaire du mobilier du couvent ; acceptation par le vicaire général de la commission à lui confiée à cet effet par l’archevêque (23 octobre 1769). — Inventaire des titres, des objets mobiliers se trouvant dans la sacristie, dans la chapelle de Notre-Dame et dans les diverses pièces du couvent, des livres de la bibliothèque, des actes de fondation d’obits (24-25 octobre) ; — parmi les titres se trouvent : une bulle du pape Sixte IV, de 1475, assujettissant le couvent de Réalmont à celui de Castres, une relation de la prise du couvent par les huguenots, du 2 octobre 1567, un contrat de vente de l’enclos où était situé l’ancien couvent dit de Saint-Germain (14 novembre 1637), un procès-verbal de mise en possession du tiers des bastions de la ville donnés aux religieux par le prince de Condé (18 juin 1630), un bail à besogne pour la construction de l’église du couvent (12 août 1647) ; — au nombre de fondations d’obits est celle d’Angélique d’Adhémar, femme de François de Soubiran, sr du Travet (testament du l’r février 1691, ouvert le 14 avril 1698). — Formalités relatives à la vente aux enchères du mobilier et des immeubles ; offres et surenchères (25 octobre-11 décembre). — Adjudication des immeubles à Guillaume Rozières, avocat d’Albi, pour la somme de 6432 livres, 2 sous (25 janvier 1770). — Acte de vente pour 6200 livres passé avec Jacques Barthe, de Rayssac, prêtre, et Madeleine de Pujol, femme séparée de biens de Jean-Baptiste Barthe, avocat de Réalmont, en faveur desquels l’adjudicataire avait fait élection de command (23 mai). — Ordonnance du vicaire général de l’archevêque d’Albi d’après laquelle le couvent des Cordeliers de Rabastens sera chargé du service obituaire fondé par Angélique d’Adhémar (13 juillet).
Description physique : (Liasse.) — 15 pièces, papier.
Jacobins d'Albi (1275-1791) retour
Inventaire des archives, dressé en 1635 retour
H 2831635
Archives du couvent. — Inventaire très sommaire d’une liasse cotée A, dressé par le prieur Antonin Alvarus. Les dates extrêmes des documents cités sont 1270 et 1634. Presque tous ces actes se retrouvent en originaux ou copies dans le fonds des Jacobins.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 11 feuillets, papier.
Chronique de Bernard Guy (partie concernant le couvent d'Albi, 1275-1312) retour
H 2841275-1312
Chronique de Bernard Guy qui fut prieur du couvent d’Albi de 1294 à 1297. Ce texte concernant exclusivement le dit couvent a été publié par M. le Baron de Rivières d’après les manuscrits de Toulouse et de Bordeaux (Revue du Tarn, XVI (1899), p. 292-307). — Copie du XVIe siècle.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 6 feuillets, papier.
Matières spirituelles (1621-1748) retour
H 285XVIIe-1748
Matières spirituelles. — Titres d’un intérêt général. — Recueil d’analyses de bulles pontificales concernant l’ordre des Frères Prêcheurs, rédigé au milieu du XVIIe siècle. Ces actes émanent des papes : Nicolas IV (28 juillet 1288), Pie V (22 septembre 1571), Alexandre IV (Viterbe, 20 juillet 1257), Innocent IV (Lyon, 17 septembre 1245), Honorius IV (Sainte-Sabine, 20 novembre 1281), Alexandre IV (Latran, 28 mars 1261 et Viterbe, 20 juillet 1257), Innocent IV (Lyon, 17 septembre 1245), Alexandre IV (Latran, 28 mars 1261), Jean XXII (Avignon, 23 janvier 1327), Grégoire IX (Latran, 17 février 1228), Innocent IV (Anagni, 9 septembre 1243), Pie V (15 juin 1567 et 22 septembre 1571), Clément VIII (22 décembre 1592), Grégoire IX (6 mars 1231), Alexandre IV (Latran, 28 juillet 1261), Sixte IV (Rome, 1484), Innocent IV (Lyon, 22 avril 1246), Grégoire IX (11 septembre 1229) et Urbain VIII (13 mai 1625), Ou relève passim quelques extraits des Clémentines et des décisions des conciles de 1582, 1596, 1602,1615 et 1644. — Vidimus par l’évêque de Limoges et autres dignitaires de ce diocèse (17 juin 1308) d’une bulle du pape Benoît XI enjoignant aux archevêques d’Auch et Bordeaux, aux évêques de Toulouse et Limoges de veillera ce que les Frères Prêcheurs de la province de Toulouse puissent prêcher et recevoir les confessions (Latran, 10 mars 1304). — Vidimus par l’évêque d’Albi, Louis d’Amboise, commissaire délégué à cet effet, (16 septembre 1497) d’une bulle du pape Alexandre VI (Rome, 3 mai 1497) relative à la discipline de l’ordre. — Vidimus par Henri de Lafont, lieutenant du viguier d’Albi, d’un bref du pape Paul III (Rome 26 janvier 1547) reconnaissant aux couvents de Jacobins la faculté de posséder et administrer les biens de toute nature à eux donnés entre vifs ou par testaments (26 octobre 1559). — Brefs des papes Grégoire XIII (Rome 1er avril 1573, 1er octobre 1577, 5 mai 1581, 24 octobre 1577), Paul V (Rome, 15 avril et 20 septembre 1608). Sixte V (Rome, 13 février 1588), Clément VIII (Rome, 20 mai 1592), Sixte V (Rome, 30 janvier 1586) et Pie IV (Rome, 1562) accordant des indulgences soit aux membres de la confrérie du Rosaire, soit aux personnes qui prieront dans les chapelles consacrées à cette dévotion. — Bref du pape Urbain VIII annulant l’élection d’un général de l’ordre (Rome, 11 novembre 1642). — Lettre circulaire du maître général Thomas Turcus sur la discipline (Rome, 27 août 1644. Cachet). — Lettre circulaire du procureur de l’ordre relative à la mort du maître général Jean-Baptiste de Marins, décédé le 6 mai (Rome, 10 mai 1669). — Copie d’une lettre du P. Massoulié, inquisiteur, touchant la conversion d’un rabin (Florence, 16 août 1695). — Décret de la congrégation des rites interdisant toute publication sur la religion chinoise (25 septembre 1710), — Confirmation des privilèges de l’ordre par le pape Benoit XIII (Sezze, 26 mai 1727. Brochure in-4° de 48 p. , imprimée à Rome la même année). — Discours du pape Benoît XIV prononcé dans un consistoire secret, le 26 septembre 1748, au sujet de la mort du Jacobin Pierre Martir, évêque de Maurocaste, vicaire apostolique de la province de Fou-Kien en Chine. (Brochure in-4° de 8 p. , imprimée à Rome la même année.).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 12 pièces, papier, dont 6 imprimées. Cachet.
H 2861621-1664
Matières spirituelles. — Titres d’un intérêt local. — Actes d’abjuration de calvinistes reçus par des Jacobins des couvents de Toulouse et de Castres (1621-1634) ; les convertis sont originaires du diocèse de Montauban, de Dieppe, de Puylaurens (Olympe Polastré et ses filles, 1621, Jean Auger, avocat, 1622), de Castres (Suzanne Masse, 1634) et de Vielmur (Madeleine Genibrouse, femme du notaire Jean Salaverd, 1622). — Lettre du général de l’ordre, Thomas Turcus, qui suspend pendant deux mois le prieur du couvent de Bordeaux et tous autres religieux qui auraient adhéré aux prétentions de l'archevêque de cette ville, contraires aux privilèges des Jacobins (Rome, 24 septembre 1644). — Arrêt du Conseil privé du roi interdisant au dit archevêque d’empêcher les Jacobins de prêcher et recevoir les confessions (14 octobre). — Bref du pape innocent X confirmant le droit des Jacobins de confesser depuis le dimanche des Rameaux jusqu’à celui de Quasimodo, malgré les décisions contraires de l’archevêque de Bordeaux (Rome, 7 février 1645) ; lettres royales prescrivant l’exécution de ce bref (Paris, 11 mars) ; bulle du pape Urbain VIII confirmant tous ces privilèges des Jacobins (Rome, 13 mai 1625). — Mandement du vicaire général de l’évêque d’Albi, Daillon du Lude, aux fidèles du diocèse pour les engager à faire bon accueil aux Jacobins d’Albi quand ils quêteront (19 juin 1651. Cachet aux armes de l’évêque). — Collation par le prieur du couvent d’Albi, Jean-Jacques Ducros, et autres religieux d’une chapellenie fondée dans l’église Saint-Etienne du dit lieu par feu Durand Marinier (5 septembre). — Bref du pape Alexandre VII rendu à l’occasion d’un différend entre les Jacobins et les Cordeliers de Toulouse relativement à des processions et à la dévotion au Rosaire (Rome, 28 mai 1664).
Description physique : (Liasse.) — 12 pièces, papier, dont 1 imprimée. Cachet.
Chapitres provinciaux (1627-1693) retour
H 2871627-1693
Chapitres provinciaux. — Procès-verbaux des chapitres provinciaux et ordonnances rendues par le vicaire général de l’ordre au cours de sa visite du couvent d’Albi. — Les chapitres dont il s’agit ont été tenus à Toulouse en 1632, Bordeaux en 1635, Avignon en 1638, Rodez en 1641, Avignon en 1650, Castres en 1654, Montpellier en 1667, Béziers en 1671, Bordeaux en 1675, Carcassonne en 1679, Albi en 1683, Montauban en 1685 et Valence en 1693. — Pour 1627 il ne subsiste que les ordonnances du vicaire général. — La plupart des pièces sont munies du cachet (ovale) du provincial de la province de Toulouse.
Description physique : (Liasse.) —15 pièces, papier. Cachets.
Donations (1293-1726) retour
H 2881293-1393
Donations. — Aimeric de Foissenx, d’Albi, donne au couvent des Jacobins, pour le repos de son âme et de celle de sa défunte femme, un jardin situé hors de la porte de Ronel, Guillaume Bernard étant prieur (8 juillet 1293). — Don de la moitié de tous ses biens fait par Pierre Col, d’Albi, religieux du couvent des Jacobins de la dite ville, à son neveu, Jean de Solomiac, également religieux (1er août 1328). — Extrait du testament de Vidal Col, marchand d’Albi, qui lègue notamment à son neveu Jean de Solomiac (ci-dessus) de quoi faire faire une gonelle et un chaperon (6 mai 1335). — Donation par Jean Bonnecombe, tisserand d’Albi, à son fils Bernard, notaire, de la moitié d’une maison située dans la dite ville (11 janvier 1336-1337). — Donation de tous ses biens par Jean de Solomiac, religieux du couvent d’Albi (28 septembre 1341). — Vidimus par le garde de la prévôté de Paris de lettres du roi Jean (Montpellier, 12 janvier 1350-1351) mandant au trésorier de Toulouse de payer aux Jacobins d’Albi l’aumône annuelle de 10 livres tournois (27 octobre 1354). — Dons de rentes en grains par Guillaume de Marssac (8 juillet 1353). — Donation de cens à percevoir à La Guêpie, faite par Bertrande de Sainte-Gemme, veuve de Guillaume-Adémar de Dinhac, damoiseau, de la bailie de Valence, à son neveu Pierre de Béziers, religieux Jacobin (30 juin 1357). — Don au couvent d’une maison située à Albi, rues du Sel et de Foissenx, par Alamande de Foissenx, veuve de Frotard de Penne (16 septembre 1372). — Testament de Guillaume Baron, religieux du couvent d’Albi, qui laisse tous ses biens au dit couvent (1er octobre 1381). — Testament de Marquise de Ruppe, veuve de Raimond Favarel, licencié en droit de Gaillac, qui fait de nombreux legs aux églises et aux couvents de Gaillac et de la région (8 juin 1382). — Note relative à un testament de Guillaume Audon de Curvalle qui avait laissé des rentes en seigle aux Jacobins et aux Carmes d’Albi (24 juin 1383). — Donation faite par Guillaume Bistourre (de Lavistour) de divers droits sur des terres situées à Mailhoc (28 juillet 1393).
Description physique : (Liasse.) — 16 pièces, parchemin, et 1 pièce, papier.
H 2891416-1598
Donations par Guillaume Rogier d’Albi de tous ses biens au couvent représenté par le prieur Jourdain Loubière (29 avril 1416) ; — par Honor Buou, veuve d’Arnal Rogier, de Cahuzac, de tous ses biens dans le consulat de ce nom (5 novembre). — Donations de tous ses biens avec réserve d’usufruit par Bernard Bergounhou, tisserand d’Albi (14 avril 1433) ; — de 4 deniers de cens annuel par Jourdain Ayral, notaire d’Albi (1er juin 1468) ; — de 6 setiers de froment et d’une demi-pipe de vin de cens par Jean de Nupces, marchand d’Albi (27 janvier 1472-1473). — Donation par Raimonde Monestier, veuve de Jean Dumas, de Cahuzac, à son fils Jean Dumas d’une terre et d’une vigne situées dans les environs de cette localité, à charge pour le donataire de payer la dot de sa sœur, Jeanne (15 janvier 1500-1501). — Donation par Pierre Cathala, bachelier en droit, et sa femme, habitants d’Albi, d’une vigne située à Ranteil (30 janvier 1533-1534). — Donations par Jean Delmas, de Cahuzac, à sa femme Bertrande Fournier d’une terre située à Arzac (6 août 1553) ; — par Jeanne Capoulat de tous ses biens à son fils Pierre Fournier (11 décembre 1555). — Testament d’Antoine de Bages contenant des legs pour les Carmes, les Franciscains et les Jacobins d’Albi (3 décembre 1571). — Donation avec réserve d’usufruit d’une métairie située à Ambres par Antoine Bernard, de Puybégon (8 janvier 1586). — Testaments de Jean Bru, de la paroisse de Labastide-Gabausse (31 janvier 1582), de Pierre Bru, Jacobin du couvent d’Albi (10 juin 1594), et de sa mère, Claire Enjalbert (1er octobre 1598), dont les biens sont devenus en partie la propriété du dit couvent.
Description physique : (Liasse.) — 8 pièces, parchemin, et 7 pièces, papier.
H 2901660-1726
Donations. — Legs de 30 livres aux divers couvents d’Albi fait par Pierre Lagarde, prébendier du chapitre cathédral de la dite ville (3 octobre 1660). — Donations entre-vifs ou testamentaires faites pour assurer le repos de l’âme des donateurs par Marguerite Petit, femme d’André Proal, d’Albi (18 janvier 1661) ; — Charlotte Alary, fille de feu Jean, avocat d’Albi (11 janvier 1666) ; — Jeanne Damiel, fille de feu Jean, avocat d’Albi (2 janvier 1667) ; — Guillaume Facieu, doyen du chapitre collégial de Gaillac (testament du 15 janvier 1681) ; — Pierrette Bernadou, d’Albi (testament du 19 octobre 1706) ; — Françoise Guiraud, d’Albi (testament du 9 mai 1708) ; — Antoinette Massol, veuve d’Antonin Casals, d’Albi (testament du 10 ou 11 juillet 1711) ; — Madeleine Boucherarabault de Caste (14 janvier 1715) : — Antoinette Solier, veuve de Jean Tridoulat, marchand d’Albi (15 avril 1716) ; — Anne Campmas, fille de feu Pierre, marchand d’Albi (testaments du 27 février 1720 et du 8 août 1726). — Homologation par le Conseil d’État d’une délibération de l’Assiette diocésaine d’Albi, du 24 avril 1721, accordant aux Jacobins une subvention de 100 livres pour l’entretien d’un professeur de théologie (1724). — Ordonnance exécutoire du dit arrêt, émanée des commissaires des États généraux de Languedoc (1725).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 16 pièces, papier.
Acquisitions (1355-1749) retour
H 2911355-1592
Acquisitions du couvent ou de ses auteurs. — Acquisition par Guillaume Galcou, marchand d’Albi, de plusieurs cens à Castelnau-de-Lévis, qui sont aliénés pour payer aux Jacobins une rente, avec les arrérages échus, à eux léguée par Fleur de La Fabrarié (8 juillet 1355). — Vente faite au couvent par Jean de Lavistour, sr de Valengas, de divers cens en grains, gélines, lapins et espèces pour la somme de 30 livres tournois ; les biens grevés de ces redevances sont situés à Mailhoc et au lieu dit ad Olms (21 mai 1392). — Cession de deux setiers de blé de rente sur des terres situées à Marssac faite par Pierre de Marssac aux Jacobins en compensation d’arrérages qui leur étaient dus (25 juin 1415). — Acquisitions par le couvent d’un cens d’un setier de blé à Puech Mourlhou, paroisse de Caussanel, pour le prix de 20 livres tournois (20 mars 1531-1532) ; — de tous les revenus appartenant à Gerald et Jean Capdelanes, père et fils, dans les environs de Saussenac, moyennant 160 livres (12 février 1533-1534) ; — de deux petits prés à La Tessonnarié, dont le prix, 14 livres, a été représenté par un cheval estimé 10 livres, un setier de blé moussole, une cartière et un setier de seigle (2 décembre 1539) ; — d’une terre au même lieu pour 10 livres (14 mai 1540) ; — de plusieurs cens en blé et gélines cédés par Antoine de Cajarc, sr de Livers, pour 170 livres (7 décembre 1542) ; — de terres et pré à La Tessonnarié pour 11 écus sol (12 juin 1592).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 7 pièces, papier
H 2921633-1749
Acquisitions faites par le couvent ou ses auteurs. — Vente par Samuel de Carcenac, sr de La Bessière, à son frère Jean, sr de La Roquette, d’une métairie dite de Puech Mourlhou, dans la juridiction de Valence, pour la somme de 1500 livres ou plus, suivant l’expertise qui sera faite (6 août 1633). — Acquisition par le couvent d’un pré à La Tessonnarié, au prix de 34 livres (29 décembre). — Vente par Antoine Dussap, de Florentin, à Pierre Mazières, d’une maison et de terres situées dans la juridiction du Sequestre (18 septembre 1644). — Acquisitions par le couvent de plusieurs biens à La Tessonnarié (1652-1680). — Vente par Jean d’Arthus, sr de Pechmouret, dans le consulat de Fénols, à Jean Drulhe, d’un domaine situé à Aussac, pour 56 livres (15 février 1680). — Cession par Charles de Chassan, avocat et ancien capitoul de Toulouse, à son gendre Jean-Antoine de Moly, écuyer et capitoul, du domaine d’Azairac dans les consulats de Terssac et du Castelviel d’Albi, cédé en payement de la dot de 8000 livres d’Anne de Chassan, fille du cédant (28 novembre 1681). — Acquisitions par le couvent d’un pré à La Tessonnarié pour 90 livres (1692) ; — des biens situés à Aussac vendus par François de Morlas, sr de Lagarde et Aussac ; — d’un domaine dit de Lalbarel, à Aussac, vendu pour 104 livres par Georges d’Arthus, sr de Pechmouret, agissant comme procureur d’Anne d’Arthus, veuve et héritière d’Auguste d’Arthus, sr de La Lande (9 décembre 1695) ; — de divers biens situés dans les consulats de Lombers et Sieurac, vendus pour 180 livres par Honoré de Fleyres, sr de Camboulan, habitant de Coufouleux (7 novembre 1696) ; — de deux domaines à Aussac, vendus pour 72 livres par Charles de Morlas, sr d’Aussac (18 décembre 1709) ; — de divers biens situés à Virac, vendus pour 306 livres par Louis Gaujarenques, de La Tessonnarié (30 juin 1725) ; — d’autres biens à La Tessonnarié (1733-1749).
Description physique : (Liasse.) — 46 pièces, papier.
Obits et chapellenies (1327-1771) retour
H 2931327-1396
Obits et chapellenies. — Donation par Pierre Debittoris, religieux du couvent d’Albi, de tous ses biens, notamment d’une maison située à Cordes, d’un moulin et autres possessions dans les environs, pour la construction d’une chapelle dans le chevet de l’église des Jacobins, en l’honneur de saint Mathieu, et pour l’entretien d’un chapelain qui célébrera des services anniversaires à l’intention du donateur et de ses parents (4 juin 1327). — Fondation de quatre messes anniversaires par Durand Travassac, de Castelnau-de-Bonafous, qui donne à cet effet au couvent représenté par le prieur Bernard Charrier une rente de 8 setiers de froment (14 octobre 1334). — Extrait du testament de Béatrix, vicomtesse de Lautrec, contenant divers legs à charge d’obit (18 décembre 1343-20 mars 1345-1346). — Legs à charge d’obits, faits par Jean Maler, homme de loi d’Albi, aux Jacobins d’Albi, aux Augustins de Lisle et à diverses églises (12 juin 1348). — Legs de 100 florins d’or par Bernard de Lisle, de Busque, pour la célébration d’une messe tous les samedis (27 mai 1363). — Fondation d’une chapellenie par Guillaume Robin, cordonnier d’Albi, qui lègue à cet effet la somme de 100 livres et une rente de 12 setiers de vin (4 mars 1375-1376). — Autre fondation de chapellenie par testament de Pierre de Fronte, licencié en droit, juge d’Albigeois, qui laisse divers biens et sommes au couvent (25 août 1376). — Dons de cens à percevoir à Souel fait par Raimond Ichard, homme de loi de Monestiès, pour le service d’une chapellenie (24 avril 1396).
Description physique : (Liasse.) — 10 pièces, parchemin, et 1 pièce, papier.
H 2941482-1599
Obits et chapellenies. — Testament de Jean Gayral, marchand d’Albi, qui lègue au couvent 8 setiers de blé moussole de rente pour le service d’un obit dans la chapelle de leur église fondée par lui et qu’on appelle « lo monument » (3 août 1482). Au dos d’une note relative à cette fondation il est dit que la chapelle en question était celle du Sépulcre. — Fondation d’obits par Nicolas Chabbert, marchand d’Albi, qui donne au couvent, outre une rente en blé, un calice d’argent doré avec sa patène, pesant 3 marcs et valant 40 livres tournois, plus une chasuble de damas rouge, à orfrois dessinant les images de plusieurs apôtres, valant 10 écus d’or, plus un missel imprimé (impressum) et divers linges d’autel (25 janvier 1504-1505). — Extrait du testament de Jean Ayral, recteur de l’église Saint-Gilles d’Ambialet, fondateur d’une chapellenie (1er juillet 1540). — Legs de 20 livres tournois et d’une rente d’un setier de seigle par Alexandre Roques, licencié en droit, habitant d’Energues, pour un service obituaire (ler octobre 1553). — Fondation d’obit par Antoine Tornier, prêtre de Montmiral, qui cède à cet effet au couvent une pension de 10 demi-cartes de blé (28 juillet 1555). — Legs de 20 livres tournois par Jean Fraissinel, prébendier du chapitre cathédral d’Albi, pour la fondation d’un obit (31 décembre 1559). — Fondation d’obit par Jean Gary, tisserand de la paroisse de Sainte-Cirgue (12 janvier 1566, comptant del premier jour de fan, et 17 août). — Fondation de deux messes anniversaires par Jean Astruc, serviteur des consuls d’Albi, qui donne au couvent 16 écus sol et 40 sous (8 octobre 1588). — Testament de Pierre Blanc, greffier de la Temporalité d’Albi, qui lègue aux Jacobins une rente de 20 sous pour un obit (6 mai 1599).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 8 pièces, papier.
H 2951609-1655
Obits et chapellenies. — Testament d’Elie de Gasquet, d’Albi, qui lègue au couvent 200 livres pour une messe obituaire (7 juin 1609). — Legs de 32 livres pour la fondation d’un obit par Fine Adhémar, veuve de Pierre Blanc, greffier d’Albi (9 juillet 1615) ; — de 20 livres à même fin par Clément Bedoret, notaire d’Albi (30 janvier 1617) ; — de la même somme par Antoinette Naudin, veuve de Géraud Trelhou, d’Albi (14 juillet) ; — de 200 livres par Jean Austry, religieux du couvent d’Albi (2 juin 1621 et 20 mai 1622 ; — de 600 livres par Élisabeth de Lévis, femme de François d’Amboise, comte d’Aubijoux (28 janvier 1622) ; — d’une rente de 100 livres par Pons de Calmels, conseiller au Parlement de Toulouse, chancelier de l’Université de Toulouse, chanoine du chapitre cathédral d’Albi (1er avril 1624) ; — de 20 livres par Françoise Fabri, fille de Louis, marchand d’Albi (9 mars 1627) ; — de 6 livres par Raimond de Doussène, sr de Salles, habitant de Penne (8 juin) ; — de 50 livres par Jean Bages, cordonnier d’Albi (10 septembre 1631) ; — de 300 livres par Guillaume Jausion, chapelier d’Albi (25 octobre) ; — de 60 livres par Marguerite Vassal, veuve d’Henri Capmas, d’Albi (29 février 1632) ; — de 600 livres par Anne d’Ouvrier, veuve de Jean de Roussel, présidial de Toulouse (21 juillet 1633) ; — de 10 livres par Jean Rouquier, d’Albi (7 août 1636) ; — de 40 livres par Perrette Saint-Martin, d’Albi (18 août 1639) ; — de 200 livres par Madeleine Guiraudie, veuve de Jean Laurens, avocat d’Albi (17 septembre 1642) ; — de la nue propriété de ses biens par Catherine Combes, femme d’Antoine Guy, maçon d’Albi; la moitié de ces biens sera consacrée à faire réparer la chapelle du Rosaire dans l’église des Jacobins et à peindre à l’huile un grand tableau où seront représentés la vierge et l’enfant Jésus ; il sera célébré tous les ans 4 messes hautes pour le repos de l’âme de la testatrice (23 septembre) ; — de 24 livres par Anne Gali, veuve de Pierre Roux, marchand d’Albi (15 novembre) ; — de 25 livres par Catherine Barthe, femme de Jean Ravaille, notaire d’Albi (9 février 1643). — Donation de 800 livres à charge de service obituaire par Rose et Catherine Molinier, filles de feu Etienne, juge de Terre basse d’Albigeois (18 juin 1647). — Legs de 50 livres pour fondation d’obit par Marie Valette, femme d’Antoine Maillol, marchand d’Albi (30 septembre 1652) ; — de 120 livres par Jean Jalras, jardinier du Bout-du-pont d’Albi (14 février 1653) ; — d’un setier de blé de rente par Joseph de Laroquebouillac, sr de Souel, pour la durée de la vie de son fils, religieux du couvent d’Albi (2 janvier 1655) ; — d’un setier de blé de rente par Louis Dumas, écuyer, habitant sa métairie de Caussels, près d’Albi (7 septembre) ; — du revenu d’un capital de 100 livres par Françoise Chassan, femme de Jean Laurency, lieutenant principal au siège du Bout-du-pont d’Albi (22 septembre).
Description physique : (Liasse.) — 33 pièces, papier.
H 2961660-1749
Obits et chapellenies. — Fondation d’obit par Françoise Dalles, fille de feu Aymar, marchand d’Albi, qui donne à cet effet au couvent la somme de 1200 livres (5 avril 1660). — Legs de 150 livres à charge de service obituaire par Jeanne Amiel, fille de feu Jean, avocat d’Albi (2 janvier 1667) ; — de 300 livres par Remie Gontier, veuve d’Antoine Davi, d’Albi (7 novembre 1671) ; — de 300 livres sur les 600 que lui doit la communauté d’Orban par Jeanne Barthe, veuve de François Adhémar, marchand d’Albi (7 février 1673) ; — de 60 livres par Guillaume Dueymes, avocat d’Albi (27 février 1676). — Testament de Françoise Dalles confirmant la donation ci-dessus (23 octobre). — Legs de 100 livres par Louis de Saint-Paul, sr de Grailhac, habitant de Montcouyoul (15 novembre 1678) ; — de 200 livres par Cécile Boyer, veuve de Jean Gardès, d’Albi (6 juillet 1679) ; — de 800 livres par Pierre Vernes, religieux du couvent d’Albi (17 mars 1682) ; — de 50 livres par Cécile Alquier. domestique de Jeanne Barthe déjà citée (30 novembre) ; — de 150 livres par Catherine Martel, femme de Georges Féral, d’Albi (17 octobre 1684) : — de 120 livres par Jean Carrier, d’Albi (23 juin 1686) : — de 200 livres par Guillaumette Cathelan, veuve de Pierre de Clausade, écuyer de Rabastens (8 avril 1688) ; — de 60 livres par Simon Rey, bénéficier du chapitre cathédral d’Albi (21 février 1689) ; — de 250 livres par Marie Ripis, veuve d’Antoine Boéry, marchand d’Albi (3 novembre) ; — de 600 livres par Jeanne Carrier, d’Albi (11 septembre 1690) ; — de 1000 livres par Jeanne Bonnefous, veuve de Louis Marroule, d’Albi (24 février 1691) ; — de 150 livres par Antoine Soulié, chaudronnier d’Albi (...1695) ; — de 100 livres par Marie Rossignol, veuve de Jean-Jacques de Rességuier, avocat d’Albi (14 octobre 1698). — Tableau des fondations obituaires dressé après la réduction autorisée par le pape Clément XI en 1705. — Legs de 600 livres par Isabeau Campmas (18 mars 1711). — Approbation par les États généraux de Languedoc d’un vote de l’Assiette diocésaine d’Albi, du 24 avril 1721, qui octroyait au couvent des Jacobins une rente annuelle de 100 livres pour l’entretien d’un professeur de théologie (9 mars 1722). — Cession d’une créance de 3000 livres par Barthélémy Lecoules, curé de Saint-Pierre d’Illergues (10 février 1749).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 29 pièces, papier.
H 297*1660-1771
Obits et autres actes. — Analyses détaillées des fondations obituaires desservies par le couvent, avec les mentions de tous les contrats passés depuis la mort des fondateurs. — Ces notes sont réparties entre trois chapitres : 1° fondations pour l’exposition du saint Sacrement ; 2° grandes messes ; 3° messes basses ; les messes sont classées par mois. — A la fin du mois de décembre (messes chantées), on a ajouté que Claude Bernard, sr de Rosières, coseigneur de diverses places dans le diocèse de Langres, a donné au couvent, en 1719 et 1727, la somme de 10530 livres ; en échange de cette libéralité les Jacobins diront des messes pour lui et pour son frère, profès dans le couvent d’Albi. — Ailleurs il est rappelé que l’archidiacre Ferrier, de l’église d’Albi, a donné 1000 livres pour la fondation d’un obit dans l’église de Saint-Gervais, diocèse de Castres (10 janvier 1743). — État récapitulatif de toutes les messes à dire, après les réductions obituaires opérées en 1705, 1727 et 1744 : les messes basses sont au nombre de 636, les messes chantées de 74, total 710. — Liste des personnes reçues dans la confrérie du Rosaire en 1771. — La partie primitive de ce registre date du premier tiers du XVIIIe siècle.
A l’envers, actes divers. — Quittance délivrée à Charles Durand de Bonnes, baron de Sénégats, pour payement de 52 livres, montant de la rente obituaire léguée par la vicomtesse de Lautrec, Béatrix (8 décembre 1663). — Quittances pour six setiers de froment de la fondation Jean Gayral, rente acquittée par les religieuses de Notre-Dame de Fargues d’Albi (15), — pour 20 setiers de blé moussole de la fondation de la vicomtesse de Lautrec, rente acquittée par Louise d’Amboise, marquise de Saint-Sulpice, baronne de Castelnau-de-Lévis (21 février 1665). — Fondation d’obit par Marguerite Barthe, du Bout-du-pont d’Albi, qui donne 300 livres au couvent (26). — Constitution d’une rente d’un setier de seigle en faveur du couvent par François de Lafon, sr de La Passamarié, « terre de Saussenac », lequel reçoit en prêt 102 livres (16 mai 1664). — Transaction avec les tenanciers de Puech Mourlhou : la charretée de foin qu’ils doivent servir sera désormais estimée valoir 6 livres, 10 sous (28 août 1669). — Testaments de Jeanne Amie!, fille de Jean, avocat d’Albi, qui lègue 150 livres aux Jacobins, à charge d’obit (31 janvier 1667), — d’Anne Pelissier qui lègue 100 livres à même fin (18 décembre 1669). — Accord avec Marie de Nupces, baronne de Rouffiac et Maussans, au sujet d’arrérages d’une rente due pour la fondation obituaire de Jean de Nupces (8 avril 1671). — Fondations obituaires de Valentine Roucayrol (30 octobre 1660), — de François Gorsse, avocat d’Albi (18 novembre 1671), — Françoise Dalles, fille d’Aymar, marchand d’Albi (5 avril 1660).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 86 et 23 feuillets, papier.
Lauzimes, reconnaissances, arpentements, terriers, lièves et plans de biens du couvent (1336-1778) retour
H 2981336-1639
Lauzimes et reconnaissances. — Reconnaissance de diverses tenures dans la banlieue d’Albi par Barthélémy Pais, marchand d’Albi (1336). — Copies et résumés de lauzimes d’une maison située à Albi, rue de la Pelissarié (1380-1639), — de terres situées à Saint-Grégoire (1397), — de terres et prés à Saliès (-1399-1517) dont l’un des tenanciers, en 1399, est l’abbé de Saint-Paul de Narbonne, Gérald, — d’une maison à Albi, dans le quartier du Sel (1408-1511), — de bois dans le consulat du Castelviel d’Albi (1417), — de terres à Aussac, à Marcel (locus de Marsilhio, Saint-Jean-de-Marcel), au Bout-du-Pont d’Albi (1422-1467). — Lauzimes de divers biens situés à Aussac à un habitant de ce lieu par Jean de Voisins, chevalier, vicomte de Lautrec, baron d’Ambres, seigneur de Saint-Gauzens, du Taur, de Verdale, Brametourtre et Aussac (1479). — Lauzimes par le syndic du couvent de biens situés à Aussac (1480-1487), — d’une maison, à Albi, rue dels Yssarnits (1485).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 18 pièces, papier.
H 299*1377-1673
Lauzimes, reconnaissances et autres actes. — Lauzimes et reconnaissances pour des biens situés à Maussans, Marssac, Le Castelviel d’Albi, Le Sequestre, Cahuzac (1416-1660) — Au nombre des tenanciers on remarque : Olivier Alary, ancien receveur des décimes du diocèse d’Albi (1612), Jean d’Arthus, sr de Montans (1624). — Reconnaissances par divers particuliers en faveur de François de Morlas, sr de Lagarde et Aussac, pour des biens situés à Aussac (Ì612-1615). — Lauzime d’une terre à Aussac par la veuve d’Amblard de Rouffiac (1377). — Legs de 100 livres à charge d’obit, fait par Marguerite de Carrière, fille d’Antoine de Carrière et de Jeanne de Larivière, habitant à Sainte-Croix près Castelnau-de-Lévis (27 décembre 1630). — Testament de Jean Bages, marchand d’Albi, qui lègue 50 livres (10 novembre 1631). — Constitutions de rentes en faveur du couvent (1589-1673). — Testament d’Anne Pélissier, d’Albi, léguant 100 livres à charge d’obit (18 décembre 1669). — Aveu d’une dette par Jean de Carcenac, sr de La Roquette, qui affecte au payement des arrérages les droits qu’il prélève sur une métairie de Puech Mourlhou possédée par son frère Samuel, sr de Labessière (9 juin 1636). — Testaments contenant des legs obituaires de Cécile de Calmels, femme de Louis Dulac, sr de Prat-de-bosc, nièce de Pons de Calmels, conseiller au Parlement et chancelier de l’Université de Toulouse (12 mars 1631), — de Pons de Calmels, ci-dessus (1er avril 1624), — d’Antoine Coste, marchand d’Albi (9 novembre 1633), — de Marguerite Vassal, veuve d’Henri Capmas, bourgeois d’Albi (29 février 1632). — Bail et reconnaissance de biens situés à Castelnau-de-Lévis, possédés par les héritiers de Gabriel de Lustrac, sr de Saint-Sernin d’Albigeois (les-Mailhoc) (6 septembre 1636). — Testament avec legs obituaire de 100 livres, de François Larivière, bourgeois d’Albi (28 mars 1638). — Bail à rente de divers biens situés à Rivières fait par le syndic du couvent à Jacques de Laroche, écuyer de Gaillac (1648-1652). — Transaction avec l’héritier de Catherine Combes : celui-ci accorde aux Jacobins la somme de 200 livres déjà employée à la réparation de la chapelle du Rosaire de leur église et les religieux, de leur côté, le reconnaissent comme le véritable héritier de la défunte (28 octobre 1652). — Testament de Jean Jalras, jardinier d’Albi, qui lègue 120 livres à charge d’obit (14 lévrier 1653). — Donation par Louis Bosquet, avocat de Graulhet, de la somme de 1200 livres « en considération du frère Pierre Bosquet, son fils, religieux profès du dit couvent », qui aura la faculté de garder le capital en payant une rente de 75 livres par an, solution qu’adopte Pierre Bosquet (7 novembre). — Fondation de messes dans la chapelle du Rosaire par Louis Dumas, écuyer, habitant sa métairie de Caussels (7 décembre 1655). — Quittance délivrée à Charles de-Durand et de Bonne, baron de Sénégats, pour la somme de 100 livres, 15 sous, montant d’arrérages dus (23 mai 1661). — Legs obituaire de 300 livres par Valentine Rouquayrol, veuve de Pierre Melheuret, marchand verrier d’Albi (30 octobre 1660). — Transaction avec Charles de Berne, sr de Cussac, au sujet d’une chapellenie fondée par Durand Marinier dans l’église Saint-Etienne d’Albi (9 novembre 1662). — Testament de Marguerite Petit, native de L’Isle-de-France, « lieu dit Marlou » (Marly ?), qui fonde un obit dans l’église des Jacobins et institue héritier l’hôpital Saint-Jacques d’Albi (12 octobre 1662). — Legs obituaire par Anne Batailler, femme de Georges Bonnafous, d’Albi (23 mars 1660). — Ratification par Antoine de Fonvieille, viguier d’Albi, sr de Saliès, d’une reconnaissance de biens situés à Saliès (21 novembre 1663). — Quittance délivrée aux religieuses du couvent de Fargues, d’Albi, pour les arrérages d’une fondation de chapellenie faite par Jean Gayral (16 janvier 1642 et 15 décembre 1663). — Testament de Catherine Barthe, femme de Jean Ravailhe, notaire d’Albi, portant fondation d’obit (9 février 1643). — Quittance donnée au baron de Sénégats pour le payement d’arrérages de la fondation de Béatrix de Lautrec (8 décembre 1663). — Autre quittance délivrée à Louise d’Amboise, marquise de Saint-Sulpice, baronne de Castelnau-de-Lévis, pour arrérages convenus dans une transaction antérieure (21 février 1665). — Constitution de rente par François de Laffon, sr de La Passamarié près Saussenac (16 mai 1664). — Transaction en vertu de laquelle les tenanciers de Puech Mourlhou payeront désormais 6 livres de rente au lieu d’une charretée de foin (28 août 1669). — Testament avec legs obituaires de Jeanne Amiel, fille de Jean, avocat d’Albi (janvier 1667). — Transaction avec Marie de Nupces, baronne de Rouffiac et Maussans, au sujet de rentes obituaires constituées par Jean de Nupces dont les fils, François et Claude, avaient partagé la succession en 1564 (8 avril 1671). — Transaction avec Louise d’Amboise, femme de Jacques de Crussol, marquis de Saint-Sulpice, au sujet de la fondation de Béatrix de Lautrec : il est convenu que la dame d’Amboise, comme possédant la baronnie de Castelnau-de-Lévis, payera à l’avenir les arrérages réclamés ainsi que ceux qui sont échus depuis 1657, époque du décès de son frère le comte d’Aubijoux (8 avril 1663). — Bail d’un domaine situé à Energues fait à François de Courtois, sr de Muret (17 février 1609). — Testament avec legs obituaire de Durand Pause, marchand d’Albi (14 septembre 1575). — Vente par les ayant droit de Durand Marinier, parmi lesquels les Jacobins, d’une teinturerie située au Bout-du-pont d’Albi pour la somme de 666 livres (12 juin 1607). — Transaction au sujet de la fondation obituaire de Jean Gayral (28 juin 1564). — Arrentement par le syndic du couvent du droit de gerbe des Jacobins aux lieux de Bennac et Le Bosquet, dans la vicomté de Paulin, pour douze années, moyennant 12 mesures de seigle par an (27 mai 1606). — Quittances délivrées aux religieuses de Notre-Dame de Fargues d’Albi pour payement de 6 setiers de blé moussole provenant de la fondation de Jean Gayral, teinturier d’Albi, (20 septembre 1613), — à Jean de Nupces, sr de Rouffiac et Maussans, pour payement d’une égale rente léguée par autre Jean de Nupces, « son prédécesseur », par testament du 27 janvier 1472-1473 (16 décembre). — Fondations d’obits par Clément Bedoret, notaire d’Albi (30 janvier 1617), — par Fine Adhémar, veuve de Pierre Blanc, greffier d’Albi (9 juillet 1615). — Échange de biens provenant de la fondation de Durand Marinier avec Charles de Berne, sr de Cussac (11 mai 1629). — Transaction avec Germain de Ginolhac, juge de la Temporalité d’Albi, au sujet d’une rente obituaire constituée par Marquise Franc, épouse Ginolhac, le 15 février 1521-1522 (7 novembre 1630). — Accord analogue avec Guillaume Dueymes, de Mailhoc, relativement à l’obit fondé en 1393 par Guillaume de Lavistour (11 novembre). — Fondations d’obits par Françoise Chassan, femme de Jean Laurency, lieutenant principal au Bout-du-pont d’Albi (22 septembre 1655), — par Nicolas Chabbert, marchand d’Albi (25 janvier 1504-1505). — A la fin, répertoire des actes transcrits dans ce registre.
Description physique : (Registre.) — In-4°, 354 pages, papier.
H 300*1395-1417
Arpentement, avec liève, de biens situés à Saint-Grégoire et pour lesquels divers particuliers payent des cens à Bertrand Raynelin (1402-1414). — Lauzimes des mêmes biens par le dit B. Raynelin, de Cordes, senhor en partida de Sant-Gregori {1409-1417).
A ce recueil a été joint un cahier contenant la copie de pièces d’un procès au sujet des droits des Jacobins à Puech Mourlhou et ailleurs. — Il est rappelé que par testament du mois de février 1361-1362 Hélène de Ruppe, seigneuresse du dit lieu, laissa une moitié de ses biens au couvent et l’autre moitié à sa sœur Hélix, religieuse du monastère de Nonenque ; en juin 1380 cette deuxième moitié fut acquise par les Jacobins de Jean de Bayne qui en avait hérité d’Hélix de Ruppe. — Énumération des cens de Puech Mourlhou. — Énumérations des cens légués sur des terres situées dans la paroisse de Saint-Grégoire par Pierre de Fronte, juge d’Albigeois, en août 1376, — des cens acquis en mai 1354 de Bertrand de Lavistour, sr de Valengas, sur des biens situés in juridictione de Olms, sive de La Tayssonaria, à Virac, au mas de Crantoul près de Cordes, — des cens légués par Pierre Demur, de Virac, le 27 janvier 1353, sur des terres situées à Souel. — Nomination de procureurs par les Jacobins ; le prieur est Pierre Macip (10 décembre 1395). (Copies peu postérieures à cette dernière date ou de la même année).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 46 feuillets, papier.
H 301*1397-1538
Terrier commencé en 1397 sur l’ordre du prieur provincial, P. Audebert. — Acquisition de trente setiers de froment de cens annuel que cède au couvent Bertrand de Lavistour, sr de Valengas (4 mai 1354). — Autre acquisition analogue de 1338. — Reconnaissance de 1312-1313 dans la paroisse de Maussans. — Don à charge d’obit d’un bois situé à Piulet, dans la juridiction d’Albi (29 juin 1380). — Acquisitions faites le 1er juin 1375 à Albi, dans les quartiers dits dejotz lo potz d’en Grezas et al palays. — Testament d’Englesia Rogier qui lègue au couvent 50 livres pour fondation obituaire (5 décembre 1317). — Legs de quatre setiers de froment de cens, à même fin, par Jean Reynes, jurisperitus (17 août 1348). — Cens acquis à Souel en 1396, — dans la paroisse d’Energues vers la même époque, — à Rouffiac en 1307. — Fondation d’une chapellenie par Jeanne Ratier, seigneuresse d’Aygou, qui lègue au couvent 200 florins pour la dite chapellenie, plus 10 florins pour un service anniversaire ; Sicard de Padiès, seigneur de Padiès et d’Aygou, doit acquitter ces legs de même que celui de 40 florins fait par son père Bérenguier de Padiès; un accord du 28 juin 1394 a réglé définitivement ses obligations. — Legs d’une rente de 30 sous par Huc de Sainte-Gemme, damoiseau (29 juillet 1353). — Testament d’Hélène de Rupe, seigneuresse de Puech Mourlhou (de Podio Morlhone), qui laisse aux Jacobins d’Albi la moitié de ses biens, l’autre moitié à sa sœur, religieuse du monastère de Nonenque ; celle-ci donna sa part à Jean de Bayne alias Descrotz qui la vendit aux Jacobins en 1390. — On lit à la suite : In dicto loco de Podio Morlhone est unum ospicium cum aula et tribus cameris sibi contiguis quod confrontatur cum carreriis publicis ubi anliquitus murabantur domini dici loci. — Legs par Pierre de Fronte, juge d’Albigeois, d’une rente de huit setiers de seigle sur des biens situés à Saint-Grégoire (août 1376). — Testament de Bernard de Lagrave (de Grava), docteur en droit, qui exprime le désir d’être inhumé dans la chapelle des saints Pierre et Paul du couvent des Jacobins et lègue une rente de 40 sous pour un service obituaire, plus 40 livres pour faire peindre la dite chapelle (1er juillet 1348) ; son héritier fut son neveu François de Lagrave qui laissa ses biens à sa fille mariée à Bernard Clari, juge d’Albigeois. — Legs par François de Lagrave de 20 sous de rente pour un service obituaire et de 30 livres pour la peinture de la même chapelle (3 septembre 1348). — Lauzimes de terres à Mailhoc parle prieur Raimond Gras (1459) ; — d’une boutique à Albi, dans la rue du Palais de Candeil, par le syndic du couvent (1470) — et de divers autres biens dans la ville d’Albi ou ses environs immédiats (1470-1519). — Lauzimes et reconnaissances pour des biens situés à Arthès, Florentin, Aussac, Caussanel, Saliès, Mailhoc, Marssac. Albi et sa banlieue (1498-1526), — à La Tessonnarié, paroisse de Mailhoc (1480), — aux environs d’Albi, à Energues, Arthès, Puech Mourlhou (il s’agit notamment de deux maisons confrontant cum platea communi dicti loci) ; à Albi, Energues, Pousols, au mas de Puech Mourlhou, paroisse de Caussanel, à Saliès, Arlhès, Marssac, Aussac (1403-1467),
Seconde partie du registre (f°115) : lauzimes transcrites à partir de 1463. — Lauzimes par le syndic du couvent pour des biens situés à Energues, juridiction de Valence, à Arlhès, Saliès, Maussans, Marssac, dans la banlieue d’Albi, à Aussac, Saint-Grégoire (1463-1482), — à Rivières (1513), — à Aussac (1516-1530).
Additions (f° 148). — Reconnaissances et lauzimes émanées de Raimond Teyssonnières (1360), Jean d’Albigès, damoiseau, seigneur de Mailhoc (1454), Bertrand de Lavistour, senhor de la Teyssonaria, habitan lo castel de Davalenguas (1495), Jean de Lavistour, damoiseau, fils et héritier de Bertrand (1503) et Antoine Lafon, de La Tessonnarié (1538). — A la fin, répertoire topographique des possessions du couvent.
La plupart des titres les plus anciens sont simplement analvsés d’une façon très sommaire.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 175 feuillets, papier.
H 302*1403-1626
Lauzimes, reconnaissances et autres actes. — Lauzimes par le syndic du couvent de biens situés à Pioulet, près d’Albi (1403-1606, — à Albi, dans les rues du Palais de Candeil (1408-1606), du puech de Saint-Affric (1447)) du puits d’en Grèzes (1408-1606), — dans la banlieue d’Albi, à Grataureille (1565) et à La Grepa del loup (1430-1541). — Ouverture du testament de Martianne Raduriés (8 novembre 1605) par devant Jean d’Izarn, écuyer, et Jacques de Ginolhac, docteur en droit, le premier régent, le second juge de la Temporalité d’Albi (11 novembre) ; la testatrice lègue 30 livres au couvent, à charge d’obit. — Testament, avec legs analogue, de Jeanne Molinier (25 juin 1607). — Transaction relative de la fondation obituaire de Jean Gayral, marchand d’Albi (1564). — Lauzimes par le syndic du couvent de biens situés à Saliès (1418 n. s.-1607). — Bail à cens de l’emplacement de deux moulines sur le ruisseau de Caussels « par dessoubs le gros balouard (boulevard) de la dite ville d’Albi », fait par le syndic de l’hôpital d’Albi à Jean Masse, charpentier, à la suite du déguerpinement par les Jacobins du dit emplacement ; il est rappelé que les moulines avaient été endommagées par les inondations et rasées par ordre des gouverneurs d’Albi « craignant les embuscades et surprinses que par le dit lieu les ennemis eussent peu fere » (2 octobre 1589). — Reconnaissances en faveur du couvent pour des biens ou maisons situés à Pioulet, à Saliès et à Albi, rues de la Pelissarié et de Candeil (1607-1624). — Acquisition d’une maison située derrière l’église Saint-Affric et destinée à la confrérie du Scapulaire, faite par Claude Fabri, veuve, de Guy de Serinhol, avocat, et Germaine Seguy, veuve de Guillaume Faure (2 juin 1617). — Fondation d’une chapellenie dans l’église des Jacobins par Pons de Calmels, docteur en droit, chanoine du chapitre cathédral d’Albi, qui donne à cet effet la somme de 1500 livres (6 juillet 1614). — Fondation de cinq messes basses par Pierre Serny, chirurgien d’Albi (1611). — Reconnaissances pour des biens ou maisons situés à Albi, dans la banlieue d’Albi et à Saliès (1610-1626). — Fondation d’obit par testament de Durand Pauze, marchand d’Albi (14 septembre 1575).
Description physique : (Registre.) — In-4°, 144 feuillets, papier.
H 303*1403-1663
Lauzimes, reconnaissances et autres actes. — Lauzimes par le syndic du couvent et reconnaissances pour des biens situés à Puech Mourlhou, juridiction de Valence (1405-1663), — à Energues, consulat d’Andouque et juridiction de Saussenac (1403-1623). — Un prieur du couvent, Georges Laugier, figure dans des actes de 1609 et 1611. — Arrentement du « droit de gerbe » à Bennac et au mas del Bousquet, dans la vicomté de Paulin, pour douze aunées, moyennant 12 mesures de seigle par an (1606). — Reconnaissance par Philippe de Berne et de Cussac, sr de Cussac et de La Caperonié, fils de feu Louis, d’un « chasteau fermé de muralhes en partye, avec foussé à l’entour, basti par et dans la plus part à trois estages », avec granges, prés, jardin, vignes et bois attenants au lieu dit La Caperonié « sive Cussac qui antiennement estoit appelé le masage de La Salinerie, juridiction de Valence d’Albigeois » (11 novembre 1612).
Description physique : (Registre.) — In-4°, 335 pages, papier.
H 304*1416-1660
Lauzimes, reconnaissances et autres actes. — Lauzimes par le syndic du couvent de terres situées à Saint-Sernin, Saint-Quentin, Sainte-Croix, dans la banlieue d’Albi, à Mailhoc, La Tessonnarié et La Gauginié (1416-1659). — Lauzimes de biens situés à Mailhoc faites à diverses personnes par Jean d’Albigés, sr de Mailhoc (1454). — Lauzimes par le syndic et reconnaissances pour des biens situés à Mailhoc (1448-1626). — Testament portant fondation d’obit de Claude Fabry, veuve en secondes noces de Guy de Serinhol, avocat (11 mars 1618). — Transaction conclue avec Bourguine d’Humières, baronne de Paulin, comme principale créancière de la succession d’Antoinette de Caraman et de Foix, veuve et héritière de Blaise de Mirabel, sr de Saint-Hippolyte : la dite Antoinette de Caraman avait légué aux couvents des Jacobins de Toulouse et d’Albi une rente pour subvenir aux frais d’études des religieux ; il est convenu que le couvent d’Albi touchera une fois pour toutes la somme de 1000 livres ou bien une rente annuelle de 55 livres (8 novembre 1613). — Quittance de 300 livres délivrée à Géraud Lebrun (19 décembre 1624). — Fondation d’obit par Françoise Dalles, fille de feu Aimar Dalles, marchand d’Albi, et de Jeanne Dassier (5 avril 1660).
Description physique : (Registre.) — In-4°, 401 pages, papier.
H 305*1432-1634
Lauzimes et reconnaissances pour des biens situés à Aussac. — Parmi les tenanciers figure Jean d’Arlhus, sr de Montans (1624).
Description physique : (Registre.) — In-4°, 427 pages, papier.
H 306*1435-1663
Lauzimes et reconnaissances. — Lauzime à un particulier par Guillaume Gasc, d’Arthès, sr de Bezelle, de Labastide-les-Vassals et du château de Las Fargues, de biens situés à l’Olmière, paroisse de Saint-Grégoire (28 janvier 1434-1435). — Reconnaissances en faveur de Marguerite d’Arnhac, femme d’Antoine de Berne, sr de La Capayrounié, comme héritière de sa mère Marie Lemosi, coseigneuresse d’Arthès, pour des biens situés dans la paroisse de Saint-Grégoire (1578). — Reconnaissances des mêmes biens en faveur de Charles de Berne, sr de Cussac (1628-1629), et en faveur du couvent, en conséquence d’un échange (11 mai 1629) conclu entre les Jacobins et Antoine Mathieu, chanoine du chapitre cathédral d’Albi, d’une part, et Charles de Berne, d’autre part (1634-1662). — Transaction en vertu de laquelle les arrérages de censives dus par les tenanciers de Puech Mourlhou sont liquidées à partir de l’année 1634 et fixées à la quantité de 28 setiers de seigle (1663).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 66 feuillets, papier.
H 3071463-1464
Reconnaissances pour des biens tenus des Jacobins à Albi (rues du Palais et du Puits d’en Grèzes), dans les environs d’Albi, à Puech Mourlhou, Aussac, Maussans, Marssac, Saliès, Florentin, Lescure et Arthès.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 26 feuillets, papier.
H 308*1480-1481
Terrier commencé en 1480. — Mention d’une enquête faite par l’official d’Albi en janvier 1361-1362 au sujet du testament d’Hélène de Ruppe, fille et héritière de Boson de Ruppe, seigneur de Ruppemorlhone. — Vente au couvent par Jean de Bayne, fils de Jean, sr du château des Crotz au diocèse de Castres, de tous les biens qu’il tenait à Puech Mourlhou d’Hélix de Ruppe, religieuse du monastère de Nonenque, fille de Boson de Ruppe, sr de Puech Mourlhou (8 juin 1380). — Cession au couvent de quatre setiers de cens par Ermengaud de Marsal, Boson de Ruppe, Gaspard de Ruppe et Hélène de Ruppe, femme du dit Ermengaud, coseigneurs de Puech Mourlhou, paroisse de Caussanel (20 février 1354-1355). — Cession au couvent par l’abbaye de Gaillac de tous les droits que celle-ci pouvait avoir à Puech Mourlhou du chef de Pierre-Ramond de Favars, religieux de la dite abbaye (5 décembre 1375). — Inventaire des biens et droits d’Hélène de Ruppe à Puech Mourlhou (7 juin 1365). — Accord avec le monastère de Nonenque au sujet des possessions de Puech Mourlhou (4 avril 1376). — Donation faite par Hélix de Ruppe, religieuse de Nonenque, à Jean de Bayne, de ses biens à Puech Mourlhou (5 janvier 1380-1381). — Acquisitions et lauzimes par Boson de Ruppe (1333-1347) et Hélène de Ruppe (1354). — Lauzimes de biens situés à Puech Mourlhou par le syndic du couvent (janvier 1404-1405). — Testament de Béatrix, vicomtesse de Lautrec (Montauban, 18 décembre 1343, extrait concernant le couvent des Jacobins d’Albi. Ce testament a été publié à peu près intégralement par M. Barrière-Flavy dans les Annales du Midi, IV, 1892, d’après une autre copie. Le texte du présent registre complète celui-là, bien qu’il paraisse parfois n’être qu’un résumé). — Don par la même vicomtesse de quatre setiers de froment de cens sur une terre située à Castelnau-Bonafos (7 août 1323 pour 1326 ? (Le texte porte die jovis que fuit in crastinum Transfigurationis domine. Le lendemain de la Transfiguration est un jeudi dans le calendrier de 1326 et non dans celui de 1325). — Cession de deux setiers de froment sur un bien situé à Caussanel par Vassal Vassal (Vassallus Vassalli), de Saint-Grégoire (30 juillet 1362). — Confirmation par Pierre de Marssac, habitant la métairie du Bosc, paroisse de Mailhoc, d’une donation de deux setiers de froment de cens faite en 1353 par son père, Guillaume (24 juin 1415). — Lauzimes faites par Guillaume de Marssac (1360). — Legs au couvent d’un setier de seigle de cens par Raimond de Prohenquières, fils de Guillaume, de Valence [d’Albigeois] (20 août 1360). — Don de tous biens par Guillaume Rogier, d’Albi (29 avril 1416). — Vente au couvent par Pierre Castellane, d’Albi, d’une maison située à Albi, près de la porte de Ronel (7 mars 1359-1360). — Donation de tous biens et droits à Cahuzac, par Honor Buou, veuve d’Arnal Rogier (5 novembre 1416). — Donation de droits sur des terres situées à Mailhoc par Guillaume Besturris, bachelier en droit d’Albi (28 juillet 1393). — Donation analogue par Durand Travassac, de Castelnau-de-Lévis (14 octobre 1404). — Cession d’un cens sur un mas de la juridiction de Salles par Raimond de Lavistour (5 mars 1379-1380). — Testament de Durand Denis, d’Albi, instituant le couvent son héritier universel (16 juin 1409). — Fondation par Pierre de Bitteries, originaire de Cordes, frère Prêcheur d’Albi, d’une chapellenie dans une chapelle à construire au chevet de l’église du couvent (4 juin 1327). — Autre fondation semblable par Jacques de Nauda, d’Albi (27 juillet 1309). — Donation de tous biens au couvent par Bernard Bergonhou, tisserand d’Albi (14 avril 1433). — Donation d’une maison à Albi par Alamande de Foisseux, femme de Frotard de Penne (16 septembre 1372). — Legs à charge d’obit par Barthélemie de Monnac, veuve de Pierre de Lombers, d’Albi (16 août 1348), — Jean Genssan, d’Albi (17 juillet 1370), — Pierre Singlar, de Sainl-Mayme, au diocèse de Rodez (9 janvier 1414-1415). — Échange de maisons à Albi entre le syndic du couvent et Pierre Castellane (7 mars 1359-1360). — Testament de Philippe Vayssière, marchand d’Albi, qui exprime le désir d’être inhumé dans la chapelle de sainte Catherine du couvent et lègue à charge d’obit divers biens (25 août 1348). — Testament de Bernard de Grave (ou Lagrave), docteur en droit, chanoine de l’église Saint-Etienne d’Agen, qui désire reposer dans l’église du couvent et dans la chapelle où ont été ensevelis ses père et mère ; il lègue notamment 60 livres pour faire peindre cette chapelle (1er juillet 1348). — Testament de Guillaume Besturris, bachelier en droit, qui institua le couvent son héritier universel (28 octobre 1398). — Inventaire de ses biens (7 novembre). — Testament de François de Grave, marchand d’Albi, qui laisse notamment 30 livres pour faire peindre la chapelle des saints Pierre, et Paul du couvent, où il reposera (3 septembre 1348). — Legs d’une demi-carte de froment de cens par Marquise de Ruppe, veuve de Raimond Favarel, licencié en droit de Gaillac (8 juin 1382). — Legs analogue par Bertrand de Marcenac, tailleur, originaire de Tournemire au diocèse de Clermont, habitant d’Albi (23 octobre 1383). — Fondation d’une chapellenie par Gérald Colom, d’Albi (20 octobre 1274). — Legs de cens à charge d’obit par Béatrix Viguier, femme de Jean Marti, de Loubers (5 octobre 1361). — Accord avec Jean de Rouffiac, d’Aussac, fils de Raimond et petit-fils d’Amblard, au sujet d’un cens cédé jadis au couvent par Bertrand Arriel, seigneur d’Aussac (23 janvier 1440-1441). — Testaments de Huc de Sainte-Gemme, qui lègue à charge d’obit une rente de 30 sous (29 juillet 1353), — de Raimond de Paris, de la paroisse de Sainte-Croix, qui lègue une rente de cinq sous ; il institue héritiers ses fils Jean et Bernard de Paris (22 septembre 1346), — de Centulie (Santolha) de Verlhac (21 octobre 1361), — de Raimond d’Albenas, de Castelnau-de-Montmiral, docteur en droit (15 septembre 1361), — de Pierre de Fronte, bachelier en droit (25 août 1376) qui font divers legs au couvent. — Acquisition d’une vigne située au Castelviel par les bailes de la confrérie de saint Vincent établie dans l’église des Jacobins (21 mai 1319). — Enumeration des revenus du couvent pour lesquels ont été délivrées des lettres royales d’amortissement en novembre 1332 et juin 1355. — Legs de cens et biens faits par Robert Clari, bachelier en droit d’Albi (6 juin 1469), — Guillaume Castellane, fils de Pierre (25 décembre 1361). — Acquit donné par le couvent de diverses sommes destinées à la dotation d’une chapellenie fondée par Catherine Viguier, femme d’Arnal Denis, homme de loi d’Albi, fille de Guibert Viguier, de Cornebouc, et sœur d’Amblard Viguier (12 mai 1377). — Testament de Comptor de Paulin, femme d’Augier de Pouzols qui substitue le couvent à ses deux fils Augier et Philippe (18 août 1348). — Testament de Mabelia de Najac, veuve de Pons de Monestiés, de Saint-Hippolyte, qui lègue notamment 200 livres pour fondation d’une chapellenie (7 juin 1333). — Testaments, avec legs à charge d’obit, de Pierre Denis, d’Albi (27 août 1348), — Durand de Montalasac, notaire d’Albi (8 octobre 1361), — Alamande Pradal, veuve de Guillaume Clergue (Clerici), d’Albi (26 février 1472-1473). — Hommage rendu par Raimond Cornus, de Mailhoc, à Raimond-Amiel de Penne, chevalier, seigneur de La Guépie et coseigneur de Mailhoc, pour des biens situés principalement à Vilasequa et Mailhoc (29 mai 1290). — Autre hommage du même au sénéchal de Toulouse, Eustache de Beaumarchais, pour tous ses fiefs situés dans les domaines de Raimond-Amiel de Penne, à l’exception de ses tenures à Mailhoc qu’il avait déjà reconnues à Guillaume de Roquefort, coseigneur du lieu (12 mars 1288-1289). — Lauzime et acquisitions de biens à Mailhoc faites par Raimond Cornus (1292-1295). — Lauzimes, au même lieu, par les coseigneurs Raimond-Amiel de Penne el Guillaume de Roquefort (7 février 1280-1281 — 12 janvier 1283-1284). — Échange de biens et transactions entre Guillaume de Roquefort et Raimond Cornus (19 décembre 1298 et 18 novembre 1311). — Lauzimes, acquisitions et autres actes de Guillaume Cornus, fils et héritier de Raimond (1314-1334), et de Raimond, fils de Guillaume (1350). — Hommage rendu par Raimond Coutouli, notaire d’Albi, pour lui et sa femme Honor Cornus, au vicomte de Lautrec Guy de Lévis, chevalier, seigneur et baron de Roches et Castelnau-Bonafous, pour des cens sur des terres situées dans la paroisse de Sainte-Croix (28 juin 1362). — Enumeration des cens de Mailhoc ayant appartenu à Raimond Coutouli, lequel les céda à Guillaume Lavistour dont les Jacobins ont hérité en 1330. — Legs d’un cens de trois émines de seigle à charge d’obit par Huc de Calmont, coseigneur de Tourène, au diocèse de Rodez (28 décembre 1446). — Cession d’un cens de six setiers de froment par Bertrand de Lavistour (6 mai 1345). — Autre cession analogue par Jean de Lavistour (21 mai 1392). — Acquisitions par le couvent de diverses rentes en espèces, à Albi (1er juin 1375). — Constitution d’une rente en froment et en vin. À charge de services religieux, par Jean de Nupces, marchand d’Albi (27 janvier 1472-1473). — Transaction entre le couvent, héritier de Catherine Viguier, sœur d’Amblard Viguier, et le dit Amblard, fils de Guibert, coseigneur de Cornebouc (20 janvier 1358-1359). — Accord avec Marauda de Giroussens au sujet d’une chapellenie fondée par Fleur de Fénarié (15 septembre 1373). — Accord avec les héritiers de Pierre de Rivis, notaire d’Albi, au sujet d’une chapellenie fondée par Pétrone de Selves (8 janvier 1399-1400). — Testament portant fondation d’obit d’Antoine de Rivis, d’Albi, licencié en droit, fils de feu Isarn (17 août 1420).
Liste (f° 79) des personnes non mentionnées dans le terrier, qui ont fondé des chapellenies ou obits desservis par le couvent, avec indication des legs faits en conséquence. — Cette liste comprend une vingtaine de noms, parmi lesquels ceux de : Bernard de Castanet, évêque d’Albi, qui laissa aux religieux une bible glosatam in XIcim voluminibus, — Pierre Bernard, chevalier, seigneur de Cahuzac (1000 sous tournois), — Comtor de Mesals, veuve de Guillaume de Cahuzac, seigneur du Verdier (120 florins d’or), — Bernard de Lisle, de la paroisse de Busque (100 florins), — Guigona de Manancourt {de Manenti curia), veuve de Guiraud de Cadoule (110 francs d’or), — Arnald Granier, de Cordes (55 livres), — Garcens de Prohenquières, fille de feu Raimond, de Valence (10 livres), — Clarmonde de Fenarié, femme de Pierre de Marssac, damoiseau d’Albi (10 livres), — Bernard Bruguière, fils de Pierre, de Rabastens (100 florins). — Aucune de ces mentions ne porte la date de la donation.
Transaction avec Bertrand de Lavistour au sujet de divers cens sur des terres situées dans la région de Mailhoc et Virac (4 juin 1354). — Lauzimes et reconnaissances pour des biens situés à Souel (1396), — à Aussac (1320, 1329, 1346, 1347 et 1458), — Transaction conclue avec Sicard de Padiès, sr d’Aygou, au sujet d’une chapellenie fondée par Jeanne Ratier, femme de Jean Raimond, sr du dit lieu (27 juin 1394). — Testament de Jeanne Ratier léguant au couvent 200 florins d’or pour la dotation d’une chapellenie, plus une rente de 10 florins (1378). — Legs par Bérenguier de Padiès, habitant de Castelraynal près Monestiès, d’une somme de 50 florins, plus une rente de 10 florins (3 mai 1385). — Transaction avec Jean Carrère, fils de Robert, notaire de Pampelonne, au sujet d’une chapellenie : Carrère s’engage à verser cent livres pour la réparation du réfectoire ancien du couvent, qui est découvert et en ruines (7 mai 1408). — A la fin, répertoire topographique des actes qui sont longuement analysés dans ce registre et parfois partiellement reproduits.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 99 feuillets, papier.
H 309*1480-1481
Terrier. — Double du registre précédent, avec un répertoire au début.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 110 feuillets, papier.
H 310*1482-1636
Lauzimes, reconnaissances el autres actes. — Lauzimes par le syndic du couvent, reconnaissances, acquisitions et déguerpissements de biens situés Cornebouc, Rivières, Granéjouls et Cahuzac (1482-1620). — Reconnaissances en faveur du couvent pour des maisons situées à Ambialet et divers biens dans ce consulat, notamment les mas ou lieux-dits de Bennac, del Bousquet, de La Proufarié (1636). — Lauzimes des mêmes biens en faveur de Jean Ayral, ancien recteur de l’église Saint-Gilles d’Ambialet, qui les avait acquis de Bernard de Castelnau, sr de Laroque (1538). — A la fin, répertoire des actes transcrits dans ce registre.
Description physique : (Registre.) — In-4°, 116 feuillets, papier.
H 311*1501-1688
Lauzimes, reconnaissances et autres actes. — Transaction conclue entre François d’Isarn, archidiacre de l’église d’Albi, et Marie Lebrun, veuve de Pierre d’Isarn, sr de Saint-Amans, Mouzieys et Puygouzon, d’une part, et Pierre de Teyssier, écuyer, et Jeanne d’Isarn, sa femme, d’autre part, au sujet de la succession d’Elie Dupuy, sr de Mailhoc : une des clauses de cet acte très long porte que François d’Isarn, l’archidiacre, et son neveu François, fils de Pierre d’Isarn, auront le château de Mailhoc avec les deux tiers de la troisième partie de la justice haute et basse du dit lieu (7 mars 1649). — Testament de Jeanne d’Isarn, femme de Pierre de Teyssier, avocat d’Albi (23 juillet 1655). — Testament de Pierre de Teyssier (8 août 1673). — Vente au couvent par Pierre de Teyssier, sr de Longueval, capitaine au régiment de Picardie, fils du précédent, de diverses censives sur des terres situées dans le consulat de Castelnau-de-Lévis, pour le prix de 2350 livres (17 novembre 1685). — Lauzimes de ces biens faites par Bertrand, puis Catherine Reynès à divers particuliers (1550-1580) ; autre lauzime par Jean Estève (1501). — Reconnaissances pour les mêmes biens faites en faveur d’Elie Dupuy, sr du Castelviel d’Albi et de Mailhoc (1596-1597), el de Pierre de Teyssier, capitaine au régiment de Picardie (1680-1681).
Reconnaissances en faveur du couvent pour des biens situés au Castelviel d’Albi, au Séquestre, à Albi, Saint-Quentin, Aussac, au Bout-du-pont d’Albi, à La Tessonnarié, Mailhoc, La Gauginié, Rivières, Marssac et Lescure (1675-1688).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 137 feuillets, papier.
H 3121504-1592
Reconnaissances, lauzimes et lièves de redevances pour des biens du couvent situés au Castelviel d’Albi el à Saliès (1504), — à Cahuzac (1513), — dans les environs d’Albi et à Aussac (1516), — à Saliès (1516-1566), — à Souel (1517), — dans la banlieue d’Albi (1524-1526), — à Saint-Grégoire (1527), — dans toute la région albigeoise (1529), — à Aussac (1530), — à Mailhoc (1534), — à Saint-Grégoire (1554), — dans les environs d’Albi (1555), — à Lescure (1556), — à Aussac (1560 el 1566), — à La Tessonnarié (1577), — à Labastide-Gabausse et Virac (1582), — à Saint-Grégoire (1592).
Description physique : (Liasse.) — 34 pièces, papier.
H 313*1505-1535
Liève. — Détail des redevances dues et payées au couvent en espèces et en nature.
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 106 feuillets, papier.
H 314*1512
Lauzimes de biens situés à Saint-Grégoire et à Florentin par Denis Lefrère agissant comme procureur d’Antoine Marinier, teinturier demeurant à Orléans, fils de Jean, marchand d’Albi, et de Marie de Bages (26-31 juillet 1512). La procuration avait été donnée, le 2 du même mois, par devant l’official d’Orléans.
Description physique : (Registre.) — Petit in-4°, 34 feuillets, papier.
H 315*1529-1630
Reconnaissances el autres actes. — Testament de Durand Pause, marchand du Bout-du-pont d’Albi, portant un legs à charge d’obit (14 septembre 1575). — Vente par les Jacobins, les chapelains de la fondation Marinier et les représentants de l’hôpital d’Albi d’une teinturerie ayant appartenu à Marinier, située au Bout-du-pont, pour la somme de 666 livres, à Jean Espine, teinturier (12 juin 1607). — Transaction des mêmes avec Juliette de Nupces, femme de Nicolas Chambert et fille de feu Jean de Nupces : Juliette de Nupces renonce à la restitution des fruits perçus après une saisie de la teinturerie, opérée à la requête de son père agissant comme collecteur des tailles, et recevra en compensation la somme de 75 livres (19 octobre). — Testaments portant fondations d’obits de Martianne Raduriès, veuve de Pierre Faure, marchand d’Albi (8 novembre 1605), — de Jeanne Molinier, veuve de Jean Rougier, aussi marchand d’Albi (25 juin 1607). — Arrentement du domaine des Jacobins à La Tessonnarié pour deux années moyennant trois setiers et demi de blé moussole (12 octobre 1592). — Procédure relative à la succession de Durand Marinier (1559). — Lauzimes et reconnaissances pour des biens situés dans les consulats d’Albi et du Castelviel (1560-1564). — Collation par le prieur Robert Genton, docteur en théologie, d’une chapellenie fondée en 1505 par Jean Ayral dans l’église paroissiale d’Ambialet (3 juin 1564). — Testament de Martial de Cordes, fils de Jean, de Limoges, religieux du couvent d’Albi, qui lègue 45 livres à ses frères en religion pour acheter des vêtements et des livres (5 septembre 1604). — Testaments de deux autres religieux, Jacques Forcamidan, de Luz près Barèges, qui lègue 30 livres à mêmes fins (20 novembre), — et Jean-Pierre Claverie, fils de Jean, conseiller au présidial de Condom, et de Peyronne de Grifolet, qui lègue 150 livres dont 90 pour les affaires du couvent et 60 pour achats de vêtements et livres (14 janvier 1605) — Accord avec Nicolas Chambert au sujet d’obits fondés par son grand père Nicolas (4 février 1609). — Arrentement d’un domaine dans la paroisse d’Energues à François de Courtois, sr de Muret, pour 5 livres, 10 sous par an (17 février). — Acquisitions de censives par le couvent dans la région d’Andouque (1529-1531). — Arrentement du droit de gerbe sur les mas del Bousquet et de Bennac, vicomté d’Ambialet, pour 12 ans, moyennant 12 mesures de seigle par an (27 mai 1606). — Testament d’Elie Gasquet, d’Albi, qui lègue 200 livres pour une fondation obituaire (7 juin 1609). — Accord au sujet d’un obit fondé par Gabrielle Auriol, conclu avec Gabriel de Clergue, sr de La Guimerie, héritier de sa femme Séguine Auriol, celle-ci héritière de sa sœur Gabrielle : le couvent touchera la somme de 130 livres (22 juin). — Quittances délivrées par le syndic aux religieuses de Notre-Dame de Fargues pour une redevance de la fondation Jean Gayral (20 septembre 1613), — à Jean de Nupces, sr de Rouffiac et Maussans, à raison de l’obit de son aïeul, Jean (16 décembre). — Transaction au sujet d’une terre aliénée par les Jacobins le 7 janvier 1569 pour fortifier le couvent et construire deux boulevards (26 janvier 1611). — Reconnaissance par Philippe de Berne pour le château de « La Capayronié sive Cussac et antienement estoit appelle le masage de la Galinarié, juridiction de Vallance d’Albigeois » et ses dépendances (21 novembre 1612). — Testaments de Marguerite Revellat, veuve de Georges Verlhac, bourgeois de Lisle, portant fondation d’obit (7 octobre 1614), — d’Antoinette Naudy, veuve de Géraud Trelhou, d’Albi (9 mai 1618), — de Bénin de Fournier, gentilhomme de la compagnie du roi, malade « à cause des blessures par luy receues pour le service du roy au lieu de Fauch », qui lègue 30 sous de rente à la confrérie de Notre-Dame du rosaire établie dans le couvent ; le testateur est originaire de l’évêché de Chartres (6 septembre 1621). — Reconnaissances du domaine de La Tessonnarié (1580). — Reconnaissances et lauzimes de biens situés à Mailhoc, à Albi et au Bout-du-pont, à Aussac (1590-1629). — Arrêt du Parlement de Toulouse cassant une transaction conclue par les recteurs de Carmaux et Rosières et autres ayant droits sur la succession de Blaise de Mirabel, baron de Saint-Hippolyte et Rosières en Albigeois et de Cannac en Roussillon : les dits recteurs sont maintenus en possession de la place et baronnie de Saint-Hippolyte et dépendances ; ils devront payer aux Jacobins de Toulouse et d’Albi la pension de 150 livres léguée à ces couvents par Antoinette de Foix et Caraman, femme de Blaise de Mirabel ; Bourguine d’Humières, veuve de Philippe de Rabastens, baron de Paulin, dame de Saint-Sernin-les-Mailhoc, restituera les fruits perçus durant sa jouissance des terres de Saint-Hippolyte (20 mars 1619). — Reconnaissances pour des biens situés à Albi et à Energues (1626). — Fondations d'obits par Fine Adhémar, veuve de Pierre Blanc, greffier d'Albi (9 juillet 1615), — Françoise Fabry, fille de Louis, marchand d'Albi (9 mars 1627). — Quittance de la somme de 150 livres délivrée à Géraud Lebrun, receveur des tailles au diocèse d'Albi, seigneur de Saint-Hippolyte (22 avril 1625. Voy. ci-dessus l'arrêt de 1619). — Échange avec Charles de Berne, sr de Cussac, de biens de la fondation Marinier (11 mai 1629). — Accords avec diverses personnes au sujet d'obits, notamment avec Germain de Ginolhac, juge de la Temporalité d'Albi (1630).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 192 feuillets, papier.
H 316*1533-1556
Liève. — Détail des redevances dues et payées au couvent en espèces et en nature de 1648 à 1556, avec plusieurs notes se rapportant au même objet et remontant à l’année 1533.
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 67 feuillets, papier.
H 3171552
Arpentement des biens du couvent situés à La Tessonnarié.
Description physique : (Cahier.) — In-f° oblong, 58 feuillets, papier.
H 318*1554
Lauzimes de biens situés dans la paroisse de Saint-Grégoire par le syndic du couvent et Pierre de Ginolhac, ce dernier agissant au nom de sa belle fille, Jeanne Azemar, femme de Jean de Ginolhac. — Au début, répertoire des lieux-dits.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 36 feuillets, papier.
H 319*1555-1590
Liève semblable à celle de l’art. H. 316.
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 67 feuillets, papier.
H 320*1559-1663
Reconnaissances et autres actes. — Testaments de Sibille Saby, veuve de Mathurin Quemet d’Avignon, portant fondation d’obit (15 août 1631), — de Cécile de Calmels, femme de Louis Dulac, sr de Prat-de-bosc, qui fonde également un obit (12 mars). — Testament de Pons de Calmels, conseiller au Parlement et chancelier de l’Université de Toulouse, chanoine du chapitre cathédral d’Albi, qui laisse au couvent une rente de 100 livres (1er avril 1624). — Transaction avec François de Morlas, sr de Lagarde, au sujet d’arrérages de rentes dues par lui sur des biens situés à Aussac (7 août 1631). — Testament de Bernard Mestre, prêtre de Poulan, qui fait divers legs en faveur des couvents d’Albi (30 juillet 1569). — Extrait du testament de Guillaume Jausion, chapelier d’Albi, qui fonde un obit dans l’église Sainte-Martianne (25 octobre 1631). — Acquisition par le couvent d’un pré a Virac pour 34 livres et arrentement de ce pré moyennant 4 quintaux de foin par an (29 décembre 1633). — Testament d’Antoine Coste, marchand d’Albi, fils de feu Jean, avocat, portant fondation d’obit (9 novembre). — Reconnaissance d’une terre à Terssac faite par Louis d’Escarlhan à Pierre de Ginolhac (13 mai 1559) — Acquisition de biens à La Gauginié, paroisse de Labastide-Gabausse, pour le prix de 96 livres et vente des mêmes biens moyennant 12 setiers, 2 mesures de blé moussole, 4 mesures d’avoine et 50 livres 17 sous, 6 deniers (2 novembre 1634). — Testaments, avec legs à charge d’obit, de Marguerite Vassal, veuve d’Henri Capmas, bourgeois d’Albi (29 février 1632). — d’Anne d’Ouvrier, veuve de Jean de Roussel, conseiller au présidial de Toulouse (21 juillet 1633), — de Françoise Denis, veuve d’Olivier Alary, receveur des décimes (5 juillet 1634). — de François de Larivière, bourgeois d’Albi (28 mars 1638), — de Gaillarde Carrière, femme de Guillaume Crouzal, marchand d’Albi (19 juillet 1637). — Accord relatif au legs de Françoise Denis (ci-dessus ; 24 novembre 1645 et 10 janvier 1646). — Testaments, avec legs obituaires, de Marie Journés, veuve de Roger Dumas, marchand d’Albi (25 mai 1647), — de Catherine Barthe, femme de Jean Ravaille, notaire d’Albi (9 février 1643). — Arrentement du droit de gerbe qu’a le couvent sur les mas de Bennac et del Bousquet, vicomte d’Ambialet, pour 12 années, moyennant 12 mesures de seigle et 2 mesures de châtaignes par an (7 mars 1648). — Transaction avec Joseph de Laroquebouillac, sr de Souel, qui paye au couvent 300 livres et amortit ainsi une rente de 3 setiers de blé grevant la métairie de La Marinié, paroisse Sainte-Martianne d’Albi et juridiction de Lescure, domaine ayant appartenu à Durand Marinier ; par le même acte cette somme augmentée de 30 livres est livrée à un consul de Cordes à charge de 20 livres, 12 sous, 6 deniers de rente perpétuelle (23 juin). — On trouve passim des reconnaissances en faveur du couvent pour des biens situés à Albi (1635-1641), Castelnau-de-Lévis (1636), Aussac (1633), Mailhoc (1638), La Gauginié (1639-1648), Lescure (1639), dans les paroisses de Notre-Dame de Caussanel et de Noire Dame d’Energues (1641). Parmi les tenanciers sont : Germaine de Fonvieilie, veuve de François Dupuy, sr de Saint Juéry (à Albi, rue de Candeil, 1635), François de Courtois, sr de Muret, habitant d’Energues, consulat d’Andouque (1641). — Cette première partie du registre est précédée d’un répertoire des actes transcrits.
Reconnaissances reçues par Guillaume Rey, notaire de Valence, pour des biens situés dans la vicomte d’Ambialet, à La Tessonnarié et Maillhoc, Aussac, Rivières, Saliès, Saint-Sernin [lès-Mailhoc], Albi, Cahuzac, Marssac, Castelnau-de-Lévis (1648-1663). — Parmi les tenanciers on remarque : Louis de Nupces, sr de Rouffiac (à Aussac, 1648), Pierre Gisclard, sr de La Lausière (à Ambialet, 1649). — Prêt de 100 livres à la communauté de Cordes représentée par son premier consul, François de Clary (4 septembre 1649). — Reconnaissances pour des immeubles situés à Albi, dans les rues de Candeil et de la Sabatarié (1650). — Bail à rente de plusieurs terres situées à Rivières à Jacques de Laroche, écuyer de Gaillac (11 février 1652). — Donation de 1200 livres faite au couvent par Louis Bosquet, avocat de Graulhet, « en considération de frère Pierre Bosquet, son fils, religieux profès au dit couvent », qui aura la faculté de garder le capital tant qu’il payera une rente de 75 livres (7 novembre 1653). — Testament de Louis Dumas, écuyer, habitant sa métairie de Caussels, près d’Albi, portant fondation d’obit (7 décembre 1655). — Transactions avec les co-héritiers de Durand Marinier (20 janvier 1662), — avec Charles de Berne, sr de Cussac, au sujet de la même succession (9 novembre). — Reconnaissances des biens du couvent à Puech Mourlhou (1663). — Répertoire des actes transcrits dans la deuxième partie du registre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 338 feuillets, papier.
H 321*1565-1597
Arpentements avec lièves. — Recueil factice pour les biens possédés par le couvent dans les environs d’Albi, à Castelnau-de-Lévis, Rivières, Taïx, au Séquestre « del Castelviel », au Bout-du-pont d’Albi, à Aussac (1565), — à la Gauginié (15M), — à Marssac et Rivières (1597), — à La Tessonnarié (1579).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 58 feuillets, papier.
H 322*1566-1597
Arpentements, avec lièves, pour des biens situés à Aussac (1566 et 1604-1605), Saint-Grégoire (1605), Cahuzac (1605 et 1620), Mailhoc (1620), Marssac (1597), La Gauginié « ou Crantorel », paroisse de Labastide-Gabausse, et Virac (1582-1620), Granéjouls (1620), Saint-Grégoire (1600), le Mas plantat, paroisse de Caussanel (1590 et 1604), Maussans (1612), Energues (1600), Puech Mourlhou, paroisse de Caussanel (1592-1614), Rouffiac et Maussans (1610), Cahuzac (Caysach de Vere) (1620), Saint-Grégoire (1566), Rivières (1620), Saliès (1566-1623), Andouque (1590-1621), Sainte-Croix, consulat de Castelnau-de-Lévis (1566-1612), Saint-Grégoire (1604), Saint-Quentin, consulat de Castelnau-de-Lévis (1566 1624). — Parmi les tenanciers figurent : les héritiers de François de Nupces (à Aussac, 1566), Jean d’Arthus, sr de Montans (à Aussac, 1604-1605 et Marssac, 1597), Jean de Nupces, sr de Rouffiac, et François de Morias, sr de Lagarde (à Aussac, 1604-1605), Jean d’Hébrail, sr de Tonnac (à Cahuzac, 1605 et 1620), Louis Marty, lieutenant au siège de Monestiés (à La Gauginié, 1591-1610), Louis de Berne, sr de Cussac (pour le château de la Galinarié, « appelé maintenant le chasteau de Cussac... fermé de murailles alentour en partie avec foussé par dedans, basti la plus grande partie à trois estages ». — Dans l’arpentement de La Gauginié, de 1620, il est fait mention du lieu d’Emperit « où est le piloire (pilori) de la justice des seigneurs de Pradelles ». — Toute cette première partie du registre est une copie faite par un religieux en 1623 et années suivantes.
Arpentement d’un domaine situé dans la paroisse de Taïx (1636). — « S’ensuit le terrier faict par moy, Guilhaume Rey, notaire royal de Vallance en Albigeoys pour les R. P. Prêcheurs réformés de la ville d’Alby... le 26e novembre 1647 ». Les biens décrits sont situés à Ambialet, La Tessonnarié, Saint-Sernin (lès-Mailhoc), Castelnau-de-Lévis. — Autres arpentements pour Saliès, Rouffiac et Maussans, Aussac, Rivières, Albi, Marssac, Cahuzac (1648), — à Puech Mourlhou dans la paroisse de Notre-Dame de Caussanel, consulat de Saint-Grégoire, juridiction du Bout-du-pont d’Albi, à Energues, consulat d’Andouque, à Saint-Grégoire, Saliès (1662), — à Marssac (1660), — à La Tessonnarié (ce domaine fait partie des consulats ou juratifs de La Tessonnarié, Mailhoc et Virac (1732).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 345 feuillets, papier
H 3231579-1584
Liève, pour les redevances dues au couvent à La Tessonnarié et La Gauginié. — Brouillon dans l’ordre alphabétique des noms des tenanciers ; les mentions de payements exigibles sont restées en blanc le plus souvent.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 40 feuillets, papier.
H 324*1592
Arpentements avec liève des biens possédés par le couvent à La Tessonnarié, paroisse de Mailhoc, et à La Gauginié, paroisses de Virac et de Labastide-Gabausse.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 68 feuillets, papier.
H 325XVIIe
Arpentement, avec liève, de biens situés à Aussac et acquis du sr de Lagarde.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 18 feuillets, papier.
H 3261600-1648
Reconnaissances, lauzimes et lièves de redevances pour des biens du couvent situés à Maussans et Cahuzac (1600), — Saint-Grégoire (1604), — La Gauginié et Aussac (1605), — Le Séquestre, le Bout-du-pont d’Albi (1606), — Saint-Grégoire (1606-1607), — La Tessonnarié (1608), — Aussac, Florentin, La Tessonnarié et Saint-Grégoire (1609-1612), — Mailhoc (1617), — Ambialet (1619), — Albi et le Castelviel (1622-1625), — Taïx (1625), — Aussac, Saliès et le Bout-du-pont(1626), — Saint-Grégoire (1628), — Ambialet (1636), — La Tessonnarié, Labastide-Gabausse et Virac (1637-1639), — Saint-Sernin-lès-Mailhoc (1640), — Rouffiac et Maussans (1648).
Description physique : (Liasse.) — 87 pièces, papier.
H 327*1601-1662
Reconnaissances en faveur des Jacobins, de l’hôpital d’Albi, d’Antoine Mathieu, chanoine de Saint-Salvy d’Albi, et d’un autre prêtre, chapelains de la chapellenie fondée par Durand Marinier dans l’église Saint-Etienne d’Albi, pour les biens dépendant de cette fondation, situés dans la paroisse de Saint-Grégoire (1604). — Reconnaissances analogues en faveur des Jacobins, des héritiers d’Antoine Mathieu et des chapelains (1640 et 1662).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 91 feuillets, papier.
H 328*1606-1625
Reconnaissances et autres actes. — Arrentement du droit de gerbe du couvent aux mas de Bennac et del Bosquet, vicomté d’Ambialet, pour 12 années, moyennant 12 mesures de seigle par an (7 mai 1606). — Accord relatif à un obit fondé par feu Nicolas Chambert (4 février 1609). — Accord avec Gabriel de Clergué, sr de La Guimerie, au sujet d’un legs obituaire de Gabrielle Auriol, sœur de sa femme, Séguine Auriol (22 juin). — Autre accord touchant les revenus d’une chapellenie fondée dans l’église d’Aussac par Guillaume Raucolles, prêtre (11 mars 1611). — Donation de 50 livres au couvent par Pierre Serny, chirurgien d’Albi, pour la fondation de cinq messes basses (13 novembre). — Transactions avec la baronne de Paulin : feue Antoinette de Caraman et de Foix, veuve et héritière de Blaise de Mirabel, sr de Saint-Hippolyte, avait légué 300 livres de rente aux Jacobins d’Albi et de Toulouse ; il est convenu que la dite dame de Paulin payera au couvent d’Albi la somme de 1000 livres (8 novembre 1613), — avec Jean Montet ayant droit de Jean Mathieu, notaire d’Albi, qui avait acquis en 1569 une terre dont le prix avait servi à fortifier le couvent (26 janvier 1611). — Fondation d’obit par Pons de Calmels, chanoine du chapitre cathédral d Albi, qui donne à cet effet 1500 livres (6 juillet 1614). — Cession moyennant 335 livres d’une rente de 150 livres grevant la succession d’Antoinette de Caraman et de Foix, cession faite en faveur de Géraud Lebrun, receveur des tailles du diocèse d’Albi (30 janvier 1618). — Arrentement du droit de gerbe à Bennac et au Bosquet comme ci-dessus (20 décembre 1619). — Reconnaissances (passim) pour des biens situés à Saliès, Saint-Sernin [les-Mailhoc], Albi et la banlieue, Castelnau-de-Lévis, Rouffiac et Maussans, La Tessonnarié, Mailhoc, Saint-Grégoire, Le Séquestre, Andouque, Rivières, Cahuzac et Aussac (1607-1625). — Parmi les tenanciers figurent : Françoise Mazières, veuve de Georges Luthier, lieutenant au siège royal d’Albi (à Saliès, 1607), François de Courtois, sr de Muret, demeurant à Ambialet (1609), Jean Laurency, avocat d’Albi (Saint-Sernin, 1609), Roger Trogant, avocat d’Albi (Albi, 1609). Philippe de Berne, sr de Cussac, fils de feu Louis (château de Cussac et ses dépendances, 1612), Germaine de Fonvieille, veuve de François Dupuy, de Saint-Juéry (Albi, 1623).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 171 feuillets, papier.
H 3291620-1626
Arpentement, avec liève, de biens situés à Saliès, Aussac, Marssac, Rouffiac et Maussans, Le Séquestre, Castelnau-de-Lévis (1626), — à Rivières et dans la banlieue d’Albi (1620). — On trouve parmi les-tenanciers : Jean de Fonvieille, viguier d’Albi (à Saliès), Jean d’Arthus, sr de Montans (à Aussac, Marssac et Castelnau-de-Lévis), Jean de Nupces, sr de Rouffiac, François de Morlas, sr de Lagarde, Laurent Dumas, argentier d’Albi (à Aussac).
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 54 pages, papier.
H 3301636
Reconnaissances pour des biens situés à Ambialet. — Au nombre des tenanciers sont : François de Courtois, sr d’Energues, fils de François, sr de Muret, les habitants des mas de Bennac et del Bousquet, Pierre Gisclard, sr de La Lausière, fils de Pierre, marchand d’Ambialet.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 38 feuillets, papier.
H 3311637
Arpentement, avec liève, des domaines du couvent situés à La Gauginié.
Description physique : (Cahier). — In-f°, 20 feuillets, papier.
H 3321640
Arpentement des biens du couvent situés à Saint-Grégoire. — Au début, tables des lieux-dits et des tenanciers.
Description physique : (Cahier). — ln-f°, 124 pages, papier.
H 3331640
Reconnaissances pour des biens situés à Saint-Grégoire et provenant de la succession de Durand Marinier. — Parmi les tenanciers figure Louis Dassier, sr de Candou, recteur du Puy-Saint-Georges.
Description physique : (Cahier). — In-f°, 54 feuillets, papier.
H 3341640
Arpentement, avec liève, des biens du couvent situés à Saint-Sernin [lès-Mailhoc].
Description physique : (Cahier). — In-f°, 24 feuillets, papier. .
H 3351650-1787
Reconnaissances, lauzimes et lièves de redevances pour des biens du couvent situés à Cahuzac (1650 1682), — Sieurac (1658), — Aussac (1659), — Cahuzac (1660), — Saint-Grégoire (1665), — Ambialet (1674-1677), — La Gauginié (1683), — Lescure (1688), — Souel (reconnaissance de Jean de Rabastens, sr de Bleys, 1691), — Aussac (1692-1694), — Saint-Grégoire (l695), — Ambialet (1706), — Andouque (1713), — La Gauginié (1715), — Saint-Grégoire (1728), — La Gauginié et La Tessonnarié (1731-1734), — Marssac (1734), — Saliès (1736), — Ambialet (1748), — Souel (1755), — Aussac (1739), — Souel et Cahuzac (1787).
Description physique : (Liasse.) — 61 pièces, papier, dont 4 plans.
H 336*1661
Arpentement avec liève des biens possédés par le couvent à La Tessonnarié, Mailloc, Virac et La Gauginié, paroisse de Labastide-Gabausse.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 69 feuillets, papier.
H 337*1661-1686
Reconnaissances et autres actes. — Constitutions de rentes en faveur du couvent (1672-1673). — Testament de Jeanne Barthe, veuve de François Adhémar, marchand d’Albi, qui lègue, à charge d’obit, une créance de 300 livres sur la communauté d’Orban (7 février 1673). — Accord au sujet d’une fondation faite par Catherine de Bages (11 février 1674). — Constitution d’une rente de 6 livres, 5 sous, par les consuls de Saint-Grégoire, en échange de la somme de 100 livres que leur donne le couvent (15 juin). — Délibération du conseil communal de Saint-Grégoire qui vote l’emprunt de la dite somme de 100 livres pour équiper et solder au milicien que la communauté est tenue d’envoyer en Roussillon ; le lieutenant général du roi, marquis de Calvisson, avait fixé, le 31 mai précédent, à 739 hommes le contingent du diocèse d’Albi (12). — Fondations d’obits par Françoise Rey, d’Ambialet (16 mai 1675), — Jean Caldaguès, d’Albi (9 novembre 1670). — Reconnaissances en faveur du couvent pour des biens qu’il possède à Ambialet et provenant presque tous de Jean Ayral, recteur de la paroisse Saint-Gilles du dit lieu (1673-1674). — Testament de Géraud du Solier, prébendier du chapitre cathédral d’Albi (6 octobre 1675) et actes concernant ses droits et possessions (1661-1675). — Constitution de 100 livres de rente sur la province de Languedoc en faveur du couvent, moyennant la somme de 1600 livres (7 avril 1676). — Codicille de Jean de Cathelan, avocat d’Albi, qui lègue 500 livres aux Jacobins, à charge d’obit, et diverses sommes à l’hôpital Saint-Jacqnes, aux religieuses de sainte Claire, à Françoise Mestre, régente de l’école de filles de la même ville (26 octobre 1675). — Transaction conclue avec Durand de Bonnes, seigneur de Sénégats, au sujet de l’obit fondé en 1343 par Béatrix, vicomtesse de Lautrec et baronne de Sénégats : Durand de Bonnes servira annuellement la rente de 52 livres léguée par la dite dame, ainsi qu’il avait été convenu dans un précédent accord en 1658, et acquittera pour les arrérages dus la somme de 1300 livres (20 décembre 1676). — Cession de créance par Marguerite Rossignol, veuve d’Antoine de Lamy, écuyer (21 juin 1677). — Autre cession d’une créance de 1000 livres sur le diocèse d’Albi, consentie par Henri de Daillon du Lude, grand maître de l’artillerie, comme successeur de l’évêque d’Albi du même nom (30 septembre 1676) et pièces diverses relatives à cette affaire (1666-1677). — Reconnaissances pour des biens situés à Granéjouls, au Castelviel d’Albi, à Rouffiac, Ambialet (1674-1676). — Transaction avec François de Roquefort, sr de Sarnhac, au sujet d’une terre située à Souel (18 mai 1677). — Reconnaissance par les tenanciers des mas de Bennac et del Bousquet, paroisses de Saint-Salvi de Bonneval et de Saint-Jean de Salles, dans la vicomté d’Ambialet, du droit qu’ont les Jacobins de percevoir le septième gerbe « de tous grains », « de laquelle septième partie appartient aux Révérends Pères de six gerbes une, au dit seigneur vicomte [d’Ambialet] deux, et les trois restantes aux héritiers de Castel et de Mourel » (25 juillet 1677). — Testament de Catherine de Cathelan, fille de feu Pierre, léguant 300 livres au couvent, à charge d’obit (17 mars 1679). — Vente des droits de seigneurie directe à La Tessonnarié et La Gauginié faite aux Jacobins par Marc-Antoine de Clairac, sr de La Prade, hériter médiat de feu Gédéon de Lonpiac, sr de La Prade, et fils d’Olimpe Dalles, pour la somme de 200 livres (4 juin 1681). — Confirmation de cette vente par le même sr de Clairac, mineur à la date du dit contrat ; dans ce dernier acte sa mère est appelée Olympe de Tonnac ; il est dit en outre que son père, Louis de Clairac, sr de Cardaillac, avait hérité de Gédéon de Loupiac « leur » oncle (18 mars 1686).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 92 pages, papier.
H 3381665-1672
Liève des redevances dues au couvent pour des biens situés à Saint Grégoire, dressée en 1665 et portant les mentions de payements jusqu’en 1672. — Parmi les tenanciers on remarque : de Roquefeuil, sr d’Arthès, Charles de Berne, sr de Cussac, Dassier, sr de Roumégoux.
Description physique : (Cahier.) — Petit in-f°, 26 feuillets, papier.
H 3391671-1711
Liève des revenus de Durand Marinier, indivis entre les Jacobins pour un tiers, Georges Mathieu, substitué à l'hôpital Saint-Jacques d'Albi, pour un autre tiers, et les chapelains de la dite chapellenie, de l'église Saint-Etienne d'Albi pour le dernier tiers. — La liève dressée vers 1679 porte les mentions de payements de 1671 à 1711.
Description physique : (Cahier). — In-f° oblong, 44 feuillets, papier.
H 340*1677-1678
Arpentement, avec liève, des biens du couvent situés à Saint-Grégoire (1677). — Reconnaisances en faveur des Jacobins et des chapelains de la chapellenie fondée par Durand Marinier pour les biens provenant de la sucession de celui-ci, situés à Saint-Grégoire (4678), avec un répertoire des lieux-dits.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 115 feuillets, papier
H 341*1678
Arpentement avec liève des biens dépendant de la chapellenie fondée par Durand Marinier, biens situés à Saint-Grégoire.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 40 feuillets, papier.
H 342*1679-1735
Liève générale des redevances dues au couvent, avec mention de payements jusqu'en 1735. — A l'envers, répertoire des rentes en espèces sur les particuliers, le diocèse et la province, et des dettes du couvent avec indication du payement des intérêts.
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 705 feuillets, papier
H 343*XVIIIe
Arpentement, avec liève et plans, de biens situés dans les paroisses de Notre-Dame-de-Caussanel, Notre-Dame-d'Energues et dans le consulat d'Arthès. — Le premier feuillet manque, ainsi que la fin du registre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 54 feuillets, papier
H 344XVIIIe
Arpentement, avec liève et plans de divers biens situés dans les consulats de Sainl-Sernin [lès-Mailhoc], Castelnau-de-Lévis et Salies.
Description physique : (Cahier). — In-f°, 20 feuillets, papier
H 345XVIIIe
Arpentement, avec liève et plans de biens situés à Ambialet et dans les environs. — Le premier feuillet manque.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 50 feuillets, papier
H 346XVIIIe
Liéve des redevances dues au couvent à Puech-Mourlhou et La Salinié. — Au nombre des tenanciers sont : Guyon de Berne, sr de Cussac, Jean de Berne, sr de La Garrigue, Jean de Courtois, sr d'Energues. — Plan du domaine dit de Mas plantât.
Description physique : (Cahier.) — ln-f°, 23 feuillets, papier
H 347[1704]-1715
Liève des redevances dues par les tenanciers de biens situés à Saint-Grégoire, avec mention des payements jusqu'en 1715. — Parmi ces tenanciers figurent : Dassier, sr de Roumégoux, Guyon de Berne, sr de Cussac, Pierre de Berne. — A la fin, répertoire des noms de personnes.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 26 feuillets, papier
H 348*1705-1711
Liève des redevances dues au couvent, dressée en 1705 et portant les mentions de pavements jusqu'en 1711. (La fin manque).
Description physique : (Registre.) — Petit in-f°, 163 pages, papier
H 349*1714-1720
Reconnaissances pour des biens situés à Aussac, Albi, Saint-Grégoire, Rivières, Cahuzac, Rouffiac et Mailhoc.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 58 feuillets, papier
H 350*[1714]
Arpentement avec plans et liève pour les biens du couvent situés à Aussac, Sieurac, Rouffiac et Maussans, Albi, le Bout-du-Pont d'Albi, Lescure, Cahuzac, Marssac.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 104 feuillets, papier
H 351*[1715]
Liève des rentes dont jouit le couvent à Saint-Grégoire, dans les environs d'Albi, à Arthès et Albi, dressée d'après des reconnaissances de 1715. — Cette liève sert de répertoire des arpentements, avec plans, des biens situés à Saint-Grégoire. (La suite manque). — Parmi les tenanciers se trouvent : Defos, notaire d'Orban, le sr de Cussac.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 124 feuillets, papier
H 3521727-1729
Liève des redevances dues au couvent pour ses biens de Puech Mourlhou, avec mentions de payements jusqu'en 1729. — Parmi les tenanciers figurent : Guyon de Berne, sr de Cussac et Brassac, Jean de Berne, sr de Lagarrigue et sa femme, Fleur Rolland, Jean de Courtois, sr d'Energues.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 24 feuillets, papier
H 353*1728
Arpentement des biens du couvent situés à Puech Mourlhou, paroisse de Noire-Dame de Caussanel.
Description physique : (Registre.) — ln-f°, 60 feuillets, papier
H 354*1732
Arpentement de biens situés dans les consulats « ou jurades » de La Tessonnerié, Mailhoc, Virac, avec plans. — Parmi les tenanciers se trouvent : Jacques Barthe, lieutenant au siège de Lombers, et sa femme Catherine Bousinac, Mazars d'Alayrac. — La couverture en parchemin de ce registre est un fragment des comptes de Jean Pasquet, prévôt de Réalmont « ac clavarii regii… AIbigesii » pour l'année 1498-1499. 11 y est dit que la bailie de Florentin a été affermée au prix de 5 livres tournois. Sur le second feuillet, des taxes perçues sont inscrites sous la forme : « A Hatheo Roquas (ou une quinzaine d'autres personnes) dicti loti, laboranti cum jugo equorum, pro dicta quista XII d. » Quand les animaux de labour sont des bœufs la taxe est de 2 sous.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 101 feuillets, papier
H 355*1761-1778
Reconnaissances pour des biens situés dans les environs immédiats d'Albi, à Saint-Sernin, Mailhoc, Rivières, Castelnau-de-Lévis, Marssac, Arthès, Aussac, Saint-Grégoire, Andouque, Cahuzae, Albi, Rouffiac, Salies, La Tessonnarié, Lescure et Sieurac. — Parmi les tenanciers figure Jean-Antoine de Cahours, sr de Fénols, habitant de Cadalen (1768). — Au début, répertoire des lieux-dits.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 129 feuillets, papier
H 356*XVIIIe
Liève des redevances dues au couvent à Aussac, Sieurac, Salies, Castelnau-de-Lévis, Saint-Sernin, Mailhoc, le Castelviel d'Albi, Le Séquestre, Florentin, Rouffiac, Marssac, Rivières, Saint-Grégoire, La Gauginié, La Tessonnarié, Albi et Le Bout-du-pont, Lescure. — Parmi les tenanciers figurent : Jean-Antoine de Cahours, docteur en droit, sr de Fénols (à Aussac), Alexandre de Cardailhac, sr de Saint-Martin, Jean-Baptiste Lecoules, sr de Seigneuret (à Sieurac), de Fonvieille, sr de Salies (à Salies), Pierre Clausade, juge royal d'Albi, de Rochegude, du Mas grand (à Castelnau), le sr de Saint-Sernin (à Saint-Sernin), Victor de Galaup (à Albi), Jean-Louis de Séré, chanoine de Sainl-Salvi d'Albi (au Bout-du-pont).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 101 feuillets, papier
Amortissements et nouveaux acquêts (1332-1607) retour
H 3571332-1778
Amortissements cl nouveaux acquêts. — Exemption accordée au couvent par le roi Philippe VI de tous droits sur 45 charges de blé de renie annuelle (Breteuil en Normandie, novembre 1382). — Confirmation de cet amortissement par le roi Jean Paris, juin 1355). Originaux et copies du XVIIc siècle). — Vidimus de ces documents par le secrétaire du duc de Berry, lieutenant du roi en Languedoc, et énumération des acquisitions faites depuis 1355, lesquelles bénéficieront de la même exemption de droits à la condition de verser 6 livres, 18 sous, 8 deniers à la caisse du trésorier royal de Toulouse (Albi, 21 juin 1404. Sceau rond de 13 millimètres de diamètre, dans une boîte en buis.) — Confirmation par François 1er des lettres de Philippe VI et Jean 11 (Châteaudun, 22 mai 1545). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant les Jacobins à délaisser les biens par eux acquis depuis 1526, à l'exception de ceux qui seraient attenants au couvent ; le prix qui en proviendra servira « à la construction de la closture et autres réparations et nécessites… faicte visitalion des galeries de nouveau a basties et édiffiées ou clochier du dit couvent (26 juin). — Vidimus par le viguier d'Albi, Pierre de Nupces, de lettres royales (de Fontainebleau, 20 janvier 1547-1548j adressées aux commissaires des francs-fiefs et nouveaux acquêts pour leur enjoindre de ne pas troubler les Jacobins d'Albi au sujet de leurs biens amortis (8 juin 1548). — Confirmation par Charles IX de toutes franchises et libertés octroyées par le pape Sixte IV et les rois Philippe VI, Jean « et Henri » (pour François 1er ?) (Toulouse, février 1565). — Autre confirmation par Henri IV (Paris, juillet 1607). — Mainlevée de biens saisis pour l'acquittement des droits de francs-fiefs et nouveaux acquêts, prononcée par la Chambre des francs-fiefs de Toulouse (27 novembre)
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, parchemin, et 6 pièces, papier. Sceau
Aveux et dénombrements (1606-1778) retour
H 3581606-1677
Aveux il dénombrements, amortissements. — Enumération des biens de Durand Marinier, lors de son décès (1606). — Notes relatives à plusieurs acquisitions faites par le couvent, de 1609 à 1633. — Réception de l'hommage rendu aux commissaires délégués à cet effet pour les biens du couvent (Toulouse, 8 août 1612). — Déclaration des acquisitions d'immeubles faites de 1641 à 1686. — Hommage par Pierre de Teyssier, écuyer, pour des rentes nobles acquises par lui dans la baronnie de Castelnau-de-Lévis (1665). — Instructions relatives aux aveux et dénombrements (1671-1672). — Aveu et dénombrement des biens du couvent dans les consulats de La Tessonnarié, Mailhoc, Saint-Sernin, Cahuzac, Albi, Saint-Grégoire, Rivières, Castelnau-de-Lévis, Energues, Valence d'Albigeois et Le Bout-du pont d'Albi ; ces terres représentent ensemble une superficie de 1197 sétérées, 3 mesures et rapportent annuellement : 41 setiers, 6 mesures de froment, 28 setiers, 2 mesures de seigle, 18 setiers, 1 mesure d'avoine, 20 gelines, 18 sous, 9 deniers en espèces, une demi-livre de cire, 10 quintaux de foin et 3 lapins ; de plus, le couvent perçoit des droits de lods en cas de vente, des droits d'acapte et arrière-acapte, « lors du changement « de main du tenancier, changement du général de l'ordre du dit couvent ou d'evesque d'Alby » (16 août 1672). — Hommage pour les biens du couvent (27 avril 1674). — Signification d'une taxe de 10 livres, 12 sous à raison d'une maison jouie noblement dans le consulat de Cahuzac (1675). — Décharge de taxes analogues (1677).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 22 pièces, papier, dont 5 imprimées
H 3591687-1695
Aveux et dénombrements, amortissements. — Aveu et dénombrement des biens du couvent situés dans la sénéchaussée de Carcassonne, consulats d'Albi, Marssac, Salies. Rouffiac, Aussac et Ambialet ; l'étendue des domaines est égale à 289 seterées ; le produit annuel consiste en 24 setiers, 2 mesures de froment, 4 mesures d'avoine. 3 livres, 8 sous, 3 deniers en espèces, 3 gelines, 2 livres de cire et 2 lapins, plus les droits de lods, d'acapte et arrière-acapte le cas échéant (Montpellier, 22 novembre 1687'. — Déclaration de quelques acquisitions faites depuis 1675 (1689). — Signification d'une taxe d'amortissement s'élevarit à 48 livres et des sous (1690). — Déclaration de rentes acquises depuis 1600 (1691) et taxe de 964 livres, 7 sous, 2 deniers pour les droits d'amortissement et nouveaux acquêts (1692). — Taxe de 45 livres pour les demi-lods (1695).
Description physique : (Liasse.) — 13 pièces, papier, dont 3 imprimées
H 3601701-1723
Aveux et dénombrements, amortissements. — Différends des Jacobins avec le commis au recouvrement des droits d'amortissement et francs-fiefs, prescrit par une déclaration du roi sur les acquisitions faites depuis le 5 juillet 1689 (1701-1703 et 1713-1717). — Saisies féodales pour défaut d'hommage (1723). — Déclaration destinée au subdélégué de l'intendant sur l'état du couvent. On lit : « Nous feumes établis dans la « ville d'Alby, [l'an] mille deux cens septante trois, par « les magistrats de la ville, le siège vacant après la « mort de l'évêque Bernard de Combret ; son successeur, « Bernard de Caslanet. évêque d'Alby, nous plaça hors « les murs de la ville, à la porte de Rounel, trois ans « après, c'est-à-dire en mille deux cens septante six, en « l'endroit où nous sommes encore. Notre communauté « est de 15 religieux : 12 prêtres et les 3 frères convers ». Le couvent ne possède pas de bénéfice ; ses biens fonds consistent en une métairie à Mailhoc, 2 vignes plus celle de l'enclos du couvent, un pré à Saussenac, un petit bois, le tout provenant de fondations obituaires. Les rentes, dont l'origine est la même, rapportent en moyenne 50 à 55 setiers de froment, 15 de seigle, 6 d'avoine ; 6800 livres sont placées sur le diocèse d'Albi à 2 pour cent, 7 600 livres sont placées à 3 pour cent sur la province de Languedoc ; il y a aussi 5196 livres à 3 pour cent sur le diocèse, 2 700 livres à 2 pour cent sur le clergé d'Albi, 300 livres à 2 pour cent sur la ville d'Albi, et enfin 19673 livres dues par des particuliers. Les charges sont les suivantes : 100 livres de capitation, autant pour les décimes et le don gratuit. 72 livres de tailles, la pension d'un médecin, 3 setiers de froment, celle d'un chirurgien, 30 livres, les gages d'un apothicaire, environ 25 livres, le blanchissage, 400 livres, les travaux des vignes, 450 livres, les gages de 3 domestiques, 100 livres, les achats de bois de chauffage, 150 livres, le vêtement des religieux, 500 livres, les dépenses de la table, 2 000 livres. (Sans date). [Vers 1723].
Description physique : (Liasse.) — 43 pièces, papier, don: 2 imprimées
H 3611721-1778
Aveux et dénombrements, amortissements. — Taxes d'amortissement et contraintes décernées à celle occasion (1724-1773). — Déclaration des revenus et charges du couvent, destinée à l'assemblée générale du clergé de France, complétant celle de [1723] (1730). — Enumération des biens nobles du consulat de Saint-Grégoire, dressée par les consuls du dit lieu (incomplet, 1758). — Aveu et dénombrement des biens et rentes du couvent dans les consulats ou lieux d'Albi, Lescure, Le Bout-du-pont d'Albi, Castelnau-de-Lévis, Saint-Sernin, Mailhoc, La Gauginié, La Tessonnarié, Souel, Cahuzac, Rivières, Saint-Grégoire, Andouque, Arthès, Ambialet, Aussac, Sieurac, Salies, Le Séquestre, Le Castelviel d'Albi et Marssac (21 décembre 1776). — Publication et affiche du dénombrement ci-dessus dans les paroisses où les biens sont situés (1778).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 44 pièces, papier, dont 2 imprimées
Ban et arrière-ban (1639-1689) retour
H 3621639-1689
Ban et arrière-ban. — Reconnaissances par les sénéchaux de Carcassonne (1639) et de Toulouse (1689) de l'exemption dont jouissent 'tes Jacobins d'Albi quant à la taxe du ban et de l'arrière-ban.
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier
Echanges (1553-1749) retour
H 3631553-1749
Echanges de censives sur des biens situés dans la paroisse de Saint-Grégoire, conclus avec Marie Lemosin, d'Arlhès (1553) ; — de terres près d'Albi, avec Nicolas Chambert (1609) ; — de censives à Saint-Grégoire, dépendant de la chapellenie de Durand Marinier, avec Charles de Berne, sr de Cussac (1629). — Echanges de biens à Arthès et Albi entre des personnes aux droits desquelles le couvent a succédé (1710-1749).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, papier
Aliénations (1412-1760) retour
H 3641412-1760
Aliénations. — Ratification par le chapitre du couvent d'une vente précédemment faite aux héritiers de Jean Pradal de divers cens dont les Jacobins avaient hérité de Durand Denis, d'Albi, dans les consulats de Castelnau-Bonafous, Labastide-Montfort, Castanet. Saint-Sernin et autres lieux au delà du Tarn, dépendant de la seigneurie de Lévis (23 juin 1412). — Ordonnance de Louis de Froidour, subdélégué de l'intendant de Languedoc, pour connaître des taxes imposées sur les possesseurs des biens aliénés par les églises, couvents et autres personnes morales (6 juillet 1676). — Délaissement de rentes en faveur de Philippe-Emmanuel de Crussol, marquis de Saint-Sulpice, sur des terres situées dans la baronnie de Castelnau-de-Lévis, moyennant la somme de 25500 livres (6 juin 1716). — Autorisation donnée au couvent par le maître général de l'ordre, Antoine Brémond, d'aliéner un bois situé dans la paroisse d'Arlhès (Rome, 9 janvier 1754. Cachet.) — Vente de ce bois, dit de Serres, moyennant 72 livres (2 novembre 1760).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, papier, dont 1 imprimée. Cachet
Créances (1387-1777) retour
H 3651412-1760
Créances du couvent. — Baux à cens par Raimond de Lavistour, fils de Bertrand, à divers particuliers de biens situés au mas de Crantorel, paroisse de Virac ; une partie des cens stipulés est payable aux Jacobins d'Albi (15 avril 1387). — Cession de créances consentie en faveur du couvent par Antoine-Louis de Dalon-Lacourtade (1626). — Reconnaissances de dettes par Jean de Carcenac, sr de La Roquette (1636) ; — Hugues Tessonnières, du mas de La Tessonnarié (1644) ; — Madeleine de Caimels, femme de Jean de Capriol, sr de Mandoul, cohéritière pour moitié de Pons de Calmels, conseiller au Parlement de Toulouse (1648) ; — Jean-Louis Desaurs, chanoine du chapitre collégial de Gaillac (1649). — Cession par Marie Fourras, veuve de Marc Martinon, avocat, d'une créance sur la communauté de Gaillac (1661), — Autres cessions analogues par Catherine Molinier, fille de feu Etienne, juge de Terre-basse d'Albigeois (1664) ; — Valentine Roucayrol. Veuve de Pierre Moulharac, verrier d'Albi (1665). — Reconnaissance de dette par plusieurs laboureurs d'Andouque et de Puech Mourlhou (1670). — Cessions de rente par Honorée de Paule, veuve de Louis Lebrun, sr de Saint-Hippolyte (1673) ; — d'une créance de 1 000 livres sur le diocèse d'Albi par Henri de Daillon, duc du Lude, grand maître de l'artillerie (1676) ; — d'une autre créance de 600 livres sur le même diocèse par François Davy. Ayant droit du duc du Lude. — Constitution d'une rente de 100 livres sur la province, à la suite d'un emprunt voté par les Etats généraux de Languedoc. — Reconnaissances de dettes par Abel du Duc, sr de La Fabrié, habitant de Vabre (1678) — Antoine Tessonnières, fils de Hugues, de La Tessonnarié (1679-4683). — Cessions de créances par Thomas Gayrard, avocat d'Albi (1688) ; — Pierre Cambolasse, de Réalmont (1689) ; — Antoine Boyer, trésorier de France (1695). — Constitution de rente par Jean-Baptiste Solier, étudiant en philosophie. — Cessions de créances par Bernard Favarel, maire perpétuel de Cordes (1698) ; — Pierre Guitard, de Labessière-Candeil (1699). — Reconnaissance de dette par Jean-Antoine Bouzinac, fils de feu Jean-Antoine, avocat d'Albi. — Cession d'une rente de 20 livres moyennant la somme de 400 livres, faite aux Jacobins par Jacques Salan, frère et héritier de Jean (1700) ; à cet acte est joint le testament de Jean Salan, paysan de Lanel-bas près Saint-Juéry (24 juin 1672).
Description physique : (Liasse.) — 57 pièces, papier
H 3661703-1777
Créances du couvent — Cession par Jean de Courtois, sr d'Energues, de ses droits sur « les crus des charbonnières de Las Martiniés, dans la « paroisse de Saint-Benoît, juridiction de Carmaux », en compensation d'une somme de 300 livres due par lui aux Jacobins (1703). — Constitutions de rentes par François Carrière, chanoine du chapitre cathédral d'Albi (1704) ; — par les consuls d'Albi à qui le couvent prête 300 livres pour servir à l'équipement de recrues destinées à l'armée d'Espagne (1709). — Cession d'une créance de 296 livres sur le diocèse d'Albi par Antoine de Boyer, trésorier de France en la généralité de Toulouse (1710). — Autres cessions de créances par François Favier, chanoine du chapitre cathédral d'Albi (1714) ; — par Alexandre Delpuech (Dupuy), sr deLabastide-Cagnac, fils de Louis (1715). — Constitutions de rentes par le syndic du diocèse d'Albi, à la suite du rachat fait par le marquis de Saint-Sulpice de rentes jouies par le couvent dans la baronnie de Castelnau (1716) ; — par les consuls d'Albi qui empruntent de quoi couvrir les frais de casernement de troupes envoyées dans la dite ville « pour faire payer les impositions du diocèse » (1718) ; — par Jeanne-Paule Vilalis, fille de Salvi, d'Albi (1720) ; — Catherine Boutaric, veuve de Raimond d'Aussaguel, sr de Lasbordes et « autres places » (1727). — Reconnaissances de dettes et constitutions de rentes par divers particuliers (1727-1777). — Vérification de l'étal des dettes de la ville d'Albi en 1748: il est dû aux Jacobins 300 livres prêtées par eux en 1709 (Voy. ci-dessus). — Titre d'une rente de 136 livres, 16 sous sur les tailles de la généralité de Toulouse (1766). — Constitution de rente par le chapitre collégial de Lautrec (1775).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 41 pièces, papier
Dettes (1620-1783) retour
H 3671620-1783
Dettes. — Reconnaissances de dettes envers Géraud Lebrun, receveur diocésain (1620-1623). — Emprunts de 1 000 livres à François Gorsse, avocat d'Albi (1698) ; — de 6000 livres à Catherine Fabre, veuve de Guillaume Peyre, marchand d'Albi (1735.) ; — de 300 livres à François Dalles, docteur en théologie, curé de l'église Saint-Julien d'Albi ; — de 800 livres à Jean-Pierre Mariés, docteur en médecine d'Albi ; — de 1 000 livres à François Bouton, gruyer de la gruerie d'Albigeois ; — de 500 livres à Ignace Gorsse, chanoine du chapitre collégial de Saint-Salvi d'Albi ; — de 1 500 livres a plusieurs autres personnes. Toutes ces sommes empruntées en 1735 sont destinées au payement de 12 000 livres qui doit être fait aux religieuses de Limoux, suivant un arrêt du Parlement de Toulouse. — Emprunts de 700 livres à François Dalles, curé de Saint-Julien (1748), — de 1375 livres à Jacques-Paul Daires, sr de Mailhoc, habitant le château de ce nom (1752) ; — de 600 livres à Catherine Fabre, veuve Peyre (1757) ; — de 1 200 livres à Bernard Mauran, cordonnier d'Albi (1758) ; — de 6000 livres aux Dominicaines de Rodez (1769). — Renouvellement de l'emprunt de 1375 livres fait à Jacques-Paul Daire, consenti par Jean de Méjanès, chevalier, sr de Veillac, habitant le château de Veillac dans la paroisse de Camboulas en Rouergue (1783).
Description physique : (Liasse.) — 21 pièces, papier
Bâtiments et mobilier du couvent (fin du XVIIe siècle-1763) retour
H 368fin XVIIe
Bâtiments et mobilier du couvent. — Enumération des reliquaires et reliques qui se trouvent dans la sacristie de l'église des Jacobins [Fin du XVII siècle]. — Bail à besogne pour la taille et la fourniture de 120 cannes de pierre des environs de Plaisance moyennant 660 livres ; ces matériaux sont destinés au pavage de l'église (1737). — Bail à besogne- passé avec Jean-Baptiste Valelon, fondeur de Mende, pour la refonte de la grosse cloche de l'église du couvent ; le prix convenu est de 250 livres (14 mai 1763) ; reçu de cette somme par Valeton (27 mai).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, papier
Baux et déguerpissements (1440-1781) retour
H 3691419-1781
Baux et déguerpissements. — Bail de 29 en 29 ans de terres situées aux Olms, dans la juridiction de Valengiis, moyennant une redevance en grains, plus une géline (1419). — Bail d'une terre au Bout-du-pont d'Albi de 9 ans en 9 ans et 29 en 29 ans. à des conditions analogues (1574). — Baux d'une métairie située à La Tessonnarié, moyennant une rente en blé (1612) ; — de terres près d'Ambialet, pour 6 livres, 10 sous et 8 carierons d'huile par an (1647) ; — de la métairie de La Tessonnarié, comme ci-desssus(1602). — Déguerpissement et nouveau bail du même domaine (1665). — Bail « en afferme et arrentement » du droit de gerbe que possèdent les Jacobins sur les mas del Bousquet et Bénac, dans la vicomte d'Ambialet, moyennant une redevance annuelle de 12 mesures de seigle et deux mesures de châtaignes (1686). — Arrentement de 9 en 9 ans et 29 en 29 ans de biens situés près du monastère d'Ambialet, pour 6 livres, 10 sous et 8 cartons d'huile de noix (1706!. — Déguerpissements par Jean de Rabastens d'une terre située à La Barthe-Bleys (1709) ; — par Louis Gaujarenques de terres dans le consulat de Cordes (1729 et 1735). — Bail pour 9 années d'une maison dans la rue du puech de Saint-Affric, confrontant du levant avec l'établissement des « Jésuites « du collège d'Albi », pour un loyer de 9 livres (1747). — Bail de 29 en 29 ans d'une partie de vigne située à Ranteil, moyennant une redevance de 10 livres (1752). — Location pour 5 années du « grand grenier » du couvent, au prix de 32 livres. — Mémoire concernant l'arrêt du Conseil du 11 avril 1752 sur le contrôle des baux des biens et revenus ecclésiastiques. — Bail à ferme pour 9 ans d'une terre située dans le consulat de Saussenac, moyennant 45 livres par an (1781).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 18 pièces, papier dont 1 imprimée
Comptes (1666-1791) retour
H 370*1666-1731
Comptes de recettes du couvent. — Rentes obituaires, droits de lods et ventes, rentes diverses, ventes de grains et légumes (1666-1690). — « Etat de ce qui s'est passé de plus remarquable dans « les affaires du couvent des FF. Prescheurs d'Albi depuis que le P. Bernard en a été fait procureur le 27 août 1705 et sindic le 19 juillet 1706 » : il s'agit là de procès, de reconnaissances de biens. — Suit un mémoire détaillé sur le procès des Jacobins contre dame de Paule, fille du sr de Saint-Hippolyte, au sujet de la succession de Bernard Gâches, affaire terminée en 1708 par un accord. — . Mémoire relatif à la fondation de deux chapel-lenies par Durand Marinier en 1499. — Autres affaires avec le marquis de Sénegats, la dame de Reynès, les religieuses de Sainte Catherine de Sienne de Toulouse, le sr d'Energues et autres. — Dettes ou arrérages dus par le couvent et acquittés (1702-1705). — Créances (1706-1708). — Notes concernant les redevances en blé, les reconnaissances en faveur des religieux. — Créances, procédures (1711-1731).
A l'envers du registre : comptes arrêtés avec un métayer (1688-1696).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 80 feuillets, papier
H 3711696-1789
Comptes et pièces justificatives de comptes. — Etat des sommes payées par les Jacobins à l'occasion de la succession de Catherine Molinier (1696-1709). — Règlement d'un compte avec les Jacobins de Toulouse (1708). — Quittance d'une rente obituaire de 55 livres délivrée à Jacques-Paul Daires, sr de Mailhoc (1752). — Quittances pour payements de fournitures diverses, de taxes de taille et capitation des domestiques (1765-1766). — Reçu de 1375 livres signé par Jean de Méjanès, sr de Veillac ; celle somme avait été prêtée au couvent par Jacques-Paul Daires dont une fille, Charlotte, avait épousé le sr de Veillac en 1782 (1789).
Description physique : (Liasse.) — 11 pièces, papier
H 372*1736-1778
Comptes. — Pièces justificatives. — Recueil de quittances délivrées au syndic des Jacobins pour le payement des tailles dans les lieux où ils ont des biens, pour le service d'arrérages de rentes. — I1 est rappelé que le couvent donne tous les ans au chirurgien 16 livres, au médecin 20 livres, à la blanchisseuse 40 livres, au recouvreur 10 livres, à un domestique 60 livres, à un autre domestique jeune 36 livres. — Parmi les créanciers des Jacobins figurent : le sr de Trévien, Daire, seigneur de Mailhoc, les prêtres de l'église Saint-Julien d'Albi.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 90 feuillets, papier
H 373*1737-1773
Comptes de recettes et dépenses du couvent. — Recettes arrêtées deux fois l'an en présence du prieur : ventes de grains, légumes et vin, rentes obituaires, rentes sur le diocèse et la province, redevances en grains et en espèces, prix d'affermé des biens, droits de lods et ventes, produit des messes et funérailles. — Les prieurs nommés et signés sont : François Audiffret (1737), Jean-André Danglade (1738-1741), Joseph Calemard (1741 -1743), Antoine Boit (1744-1747), Jean Reverdin (1747-1748), Dominique Biacheire (1748-1751), Jean Sainvincens (1751-1754), François Bousquet (1755), Louis Boucharene (1757-1758), Jean-Baptiste Danty (1759-1760), Barthélémy Cavalier (1761-1762), Jean-Joseph Lapause (1763-1766), Joseph Valousière (1766-1768), Pierre Caudron (1769), Jean-Joseph Lapause (1771-1773).
Dépenses (à l'envers du registre) ; nourriture et entretien des religieux, frais de procédure, dépenses pour les vignes et les vendanges, déjeuner des consuls le jour du Rosaire, 2 livres, 12 sous, port de lettres, achats de papier, payement de dettes, des tailles et décimes, aumônes, étrennes, gages d'un domestique, honoraires du médecin, du chirurgien, intérêts de dettes, entretien des bâtiments du couvent et de la sacristie. — Emprunt de 6 000 livres pour solder les frais d'un procès contre les Dominicaines de Limoux qui ont eu gain de cause (1734). « Pour la Gazette de 1737 et 38, 10 livres » (1739). « Pour la poudre employée pour la solemnité du bienheureux Benoît XI, 16 livres, 14 sols ». — Autres dépenses à l'occasion de la même fête, 49 livres. — Achat d'un encensoir, 146 livres (1742). — Payement a l'orfèvre Vieusseus de 123 livres, 10 sous pour 2 marcs, 2 onces, 2 gros d'argent destinés à l'encensoir et pour le droit de contrôle. — Refonte d'ustensiles en étain (1748). Frais d'une mission à Saint-Gervais, 300 livres (1749). — . Façon de 6 chandeliers d'étain, 4 livres, 4 sous (1751). — Réparation d'une « nouvelle » croix par l'orfèvre Vieusseus (1754). — Prix de revient de la dite croix qui a été « augmentée » el pèse 12 marcs, 427 livres. — Façon à neuf par le même orfèvre d'un fleuron pour la croix, 16 livres, 17 sous, 5 deniers. — Mission de Saint-Gervais, 404 livres (1756). — « Au R. P. prieur « pour son voyage [du Puy à Albi], venant prendre possession du prioré d'Alby, », 75 livres, 6 sous (1757). — Achat d'eaux minérales de Cransac. — Achat d'un fromage d'Auvergne de 58 livres, à 5 sous la livre (1758). Voyage du prieur à Montauban où se tenait le chapitre de l'ordre. — Réparation de l'orgue du couvent parle F. Joseph Cavalier, 937 livres. — Façon d'un toit de « bois » en dessus de l'orgue par un charpentier. — Achat d'un fromage d'Auvergne de 62 livres, un quart, à 4 sous, 9 deniers la livre. — Réparation de la chambre du professeur de théologie (1759). — Payement à Joseph Cavalier de la valeur d'une quantité d'étain fournie pour l'orgue, gratification à son neveu qui travaillait avec lui Menu du repas « qu'on a coutume de donner après « saint Dominique » (octobre). — Payé à Baurens, imprimeur, 3 livres pour l'impression du « programme du « discours à l'entrée de classe » prononcé par le « premier professeur de théologie, le P. Dhéran. — Achat d'une livre de « caffé de Moka », 2 livres (1761). — Frais occasionnés par la démolition d'une galerie du couvent, 169 livres, 13 sous (1762). — Suite de ces dépenses, 71 livres (1763). — Coût de l'expédition du testament de « M. Caldaguès, fondateur de la classe de « notre théologie » (1764). — Sommes avancées par le couvent pour la « malheureuse affaire du P. M. », 433 livres, dont 240 pour placer l'enfant à l'hôpital, 97 poulies soins donnés à Rose N. avant el après ses couches (1768). — Cadeau de gimblettes à un apothicaire (1770). Payement de 3000 livres aux Dominicaines de Rodez, sur les 6000 que leur avait empruntées le couvent en 1769.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 125 et 224 feuillets, papier
H 374*1773-1791
Comptes de recettes et dépenses du couvent. — Recettes arrêtées deux fois l'an en présence du prieur : ventes de grains, légumes et vin, rentes obituaires, rentes sur le diocèse et la province, redevances en grains et en espèces, prix d'affermé des biens, droits de lods et ventes, produit des messes et funérailles. — Les recettes arrêtées une première fois, le 21 mai 1790 par le maire et un officier municipal d'Albi, sont closes définitivement le 25 janvier 1791 par le syndic du couvent. — Les prieurs nommés et signes sont : Jean-Joseph Lapause (1773), Louis Breymand (1774-1777), Jacques Roignan (1777-1780), Jean-Jacques Pouget (1780-1782), Jacques Mazaudier (1783-1784), Antoine Bertrand (1785), Antoine Clusel (1785-1787) el Pierre Talagros (1788-1790).
Dépenses (à l'envers du registre) : nourriture et entretien des religieux, frais de procédure, dépenses pour les vignes et les vendanges, déjeuner des consuls, le jour de Rosaire (2 livres à 2 livres, 6 sous), port de lettres, achats de papier, payement de dettes, des tailles et décimes, aumônes, étrennes (en 1778 étrennes des religicux pour le premier de l'an, à raison de 3 livres chacun, 15 livres), gages d'un domestique, honoraires du médecin, du chirurgien, intérêts des dettes (120 livres par an aux Dominicaines de Rodez), entretien des bâtiments du couvent et de la sacristie. — Achats d'un exemplaire de la bulle contre les Jésuites, avec traduction, 1 livre, 4 sous (1773), — d'une « meule d'alumettes ». 12 sous (1774). — Reconstruction d'un mur de clôture (1779 et 1780). — Réparation de l'orgue (1779). — Don de 748 livres « pour la mission fondée à « Saint Gervais par M. Ferrier, archidiacre d'Albi, et « Mrs de Martin, habitant le dit Saint-Gervais ». — Achats d'un ornement violet en damas « monté en dentelle d'or faux », 12 livres (1782), — d'une fontaine en étain, 33 livres (1784). — Réfection de la soufflerie de l'orgue (1786). — Restitution de 3000 livres empruntées aux Dominicains de Rodez en 1769 (1788). — Abonnement au Courrier d'Avignon (31 décembre). — Les dépenses sont arrêtées, comme les recettes, les 21 mai 1790 et 25 janvier 1791.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 39 et 77 feuillets, papier
Procès (1353-1789) retour
H 3751353-1543
Procès contre les debi-rentiers de La Tessonnarié. — Transactions conclues avec Bertrand de Lavislour, sr d’Âvalengas, qui sera tenu de procurer au couvent les 30 setiers de blé de rente qu'il lui a cédés en 1344 et 1345 sur des biens situés dans la région de Yirac (1353 et 1354) ; liste des débi-rentiers qui reconnaissent leur obligation (1354). Les biens en question sont à La Tessonnarié, paroisse de Mailhoc, et à La Gauginié alias Olms ou Cranlorel, paroisse de Virac. — Transaction avec le même au sujet d'un don obituaire fait en 1379 pour le repos de Tàme de sa mère, Endie de Calmont (5 mars 1379-1380). — Reconnaissances des tenures en faveur du couvent parles debi-rentiers (1403). — Transaction avec deux d'entre eux, Durand et Aymeric Lafont (de Fonte) qui s'engagent à ; porter au couvent le grain de la rente, Raimond Gras étant alors prieur (24 mars 1469-1470). — Autre transaction analogue conclue avec Bérenguier Tessonnières, fils de Pierre, de La Tessonnarié, qui portera les redevances au couvent et se servira de la mesure d'Albi, au lieu de celle de Cordes (1501). — Reconnaissances des biens par Bérenguier Tessonnières et son fils, Louis, par Jean et Hugues Tessonnières (1504). — Poursuites contre Guillaume et Aimeric Lafont, frères, et Bernard, leur cousin, pour les obliger à reconnaître leur obligation et à payer les redevances (1505). — Reconnaissance de Jean Lafont (1529). — Enquête contre Gibert, Jean et Antoine Lafont (1537). — Procédures contre Guy, Héliot, Bernard, Pierre, Hugues, Jean et François Tessonnières (1538-1539). — Lauzimes en faveur d'Antoine Lafont et d’Imbert Lafont (1538). — Lauzimes en faveur de Pierre Lafont et de plusieurs membres de la famille Tessonnières ; les unes sont faites par le prieur Vincent Revellat, les autres par le syndic du couvent (1539). — Procédures et lauzimes aux Lafont et aux Tessonnières (1539-1543). — Productions : cession de 30 setiers de froment de rente sur des biens situés dans la région de Virac, par Bertrand de Lavistour, sr d'Avalengas, au couvent des Jacobins (1344 et 1345). — Cessions analogues par Jean de Lavislour, fils de Bernard, sur des domaines situés à La Gauginié (1392 et 1399). — Vente par Pierre de Lavislour, de Saint-Amans, à Maffre de Cajarc, sr de Livers, de la basse justice jusqu'à un intérêt de six sous à La Tessonnarié, pour le prix de 80 livres (1507).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 77 pièces, papier
H 3761544-1706
Procès contre les débi-rentiers de La Tessonnarié (suite et fin). — Ajournements, enquêtes, accords et actes divers de procédure contre ou avec Imbert, Jean et Antoine Lafont (1544-1546), — Hue, Héliot et Bernard Tessonnières (1546), — Méric Lafont (1551), — Antoine, Jean et Raimond Lafont, Pierre et Jean Tessonnières (1557-1568), — Bernard Martin, marchand de Monestiés (1576-1580), — les Lafont et les Tessonnières (1591-1616). — Arpentement des domaines de La Gauginié (1620). — Reconnaissances des tenures de La Tessonnarié (1623). — Procédures contre Antoine, puis Jacques Tessonnières (1625-1633), — contre Hugues et Antoine Tessonnières, Jean Bouzinac, avocat, et ses héritiers (1634-1699), — contre Catherine Bouzinac, épouse Barthe, succédant à son père, Antoine, et celui-ci à Jean (1703-1706). — Production du testament de Gédéon de Loupiac, sr de La Prade, précédemment en procès avec Jean Bouzinac (24 juin 1669).
Description physique : (Liasse.) — 42 pièces, parchemin, et 171 pièces, papier.
H 3771357-1514
Procès. — Transaction conclue devant l'official d'Albi par le syndic du couvent et Jean Taillefer, d'Albi, au sujet de legs faits aux Jacobins par plusieurs personnes de la famille du dit Taillefer (16 février 1356-1357). — Transaction entre Pierre Raimond d'une part, Sicard de Padiès, sr de ce lieu et d'Aygou, d'autre part, et entre Sicard de Padiès et le couvent dont le prieur est Raimond Pascal au sujet de legs de 200 florins d'or fait par la femme de feu Jean Raimond, sr d'Aygou, et de 60 florins fait par Bérenguier de Padiès, père de Sicard : il est convenu que ce dernier servira tous les ans une rente de 6 setiers, une émine de froment en compensation des capitaux qu'on lui laisse (27 juin 1394 ; expédition de 1422). — Appellation des Jacobins devant le juge des appeaux de Toulouse. Il ressort de ce mémoire qu'après la fondation du couvent deux maisons et un sol de maison furent acquis par la communauté dans l'enceinte de la ville d'Albi. Ces immeubles étaient destinés à abriter la bibliothèque, les vases sacrés, reliques et autres objets précieux en temps de guerre ou de troubles et aussi à servir de refuge aux religieux dans les mêmes circonstances. La précaution ne fut pas inutile, car le couvent bis extitil destructus et depredatus hostiliter et pro maiori parte hedificia ad terram fuerunt posita per inimicos domini nostri regis. Le prieur ayant voulu, en exécution de lettres royales de sauvegarde, placer les pannonceaux à fleurs de lis sur ces immeubles, un licencié en droit d'Albi, Guillaume de Montalazac, s'y opposa violemment et obtint un jugement en sa faveur : maison et sol se trouvent saisis, contre quoi les Jacobins protestent. (Sans date. [Milieu du XVe siècle]. — Accord avec Pierre Clergue, d'Albi, au sujet d'un legs de 4 setiers de froment de rente fait au couvent par sa mère Alamande Pradal (16 février 1477-1478). — Reprise de ce procès (1492-1514).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 9 pièces, papier
H 3781486-1626
Procès contre Raimond Ramières et ses héritiers. — En 1384, Jeanne Ratier, femme de Jean Raimond, sr d'Aigou, avait légué aux Jacobins 200 florins d'or que ses héritiers, d'accord avec le couvent, convertirent en une rente de six setiers et une émine de froment sur le mas de La Gachié. — Transaction conclue avec Raimond Ramières, de Lescure, seigneur direct du dit mas, qui consent à ce que le syndic du convent perçoive les redevances (1486). — Autre transaction analogue avec Raimond et Jacques Ramières, héritiers de Guillaume (1501). — Procédures contre Salvan Ramières (1551-1553) et Vincent Ramières, écuyer, fils de Salvan, terminées par une transaction (18 janvier 1554-1555), — Saisies de biens de Vincent Ramières et nouvelle transaction (1556). — Reprise des débats (1571) el saisies de La Gachié (1572-1590). — Procès contre Pierre Cathala, receveur du domaine de Terre-basse d'Albigeois, étant au lieu et place de Vincent Ramières, pour obtenir payemeut des arrérages de la même renie (1619-1626).
Description physique : (Liasse.) — 46 pièces, papier
H 3791516-1536
Procès. — Nomination d'un arbitre à l'occasion d'un différend avec les Jacobins de Montauban sur les limites des paroisses de Saint-Pierre-de-Raust, Saint-Martin et Notre-Dame-de-Gourgouillac, Saint-Jacques-de-La Capelle, Saint-Martial et Notre-Dame de Roussergues (1516. Cachet du couvent d'Albi.) Poursuites contre des tenanciers du Séquestre (1521) ; contre Bertrand de Rouffiac, écuyer d'Aussac, fils de Jean, et ses héritiers pour obtenir payement d'arrérages d'une rente de 6 seliers et demi de blé moussole (1522-1531). — Accord conclu avec les bénéficiers du chapitre cathédral d'Albi et l'hôpital Saint-Jacques de la même ville au sujet d'une mouline et de rives à Caussel, acquises par les Jacobins de Guillaume Clergue, sr de La Guimarié : il est convenu que le couvent jouira de ces biens en servant à l'hôpital une rente de cinq setiers de blé moussole, 5 seliers de mixture et un denier tournois (1526). — Sentence de l'official diocésain d'Albi condamnant Michel Chabbert, fils de Nicolas, marchand d'Albi, à payer aux Jacobins les arrérages d'une rente obituaire (1536).
Description physique : (Liasse.) — 26 pièces, papier
H 3801538-[1560]
Procès contre Antoine de Cajarc, sr de Livers, qui avait acquis le domaine direct des terres grevées de rentes en faveur des Jacobins, à la suite de l'acquisition faite par eux en 1344 de Bertrand de Lavistour (H. 375). — Transaction d'après laquelle le couvent cède à Antoine de Cajarc la moitié des redevances dont il s'agit et celui-ci s'engage à ne pas empêcher les débi-rentiers d'acquitter les arrérages et cède aux Jacobins la moitié de ses droits divers sur les mêmes domaines (10 février 1537-1538). — Poursuites contre Antoine de Cajarc pour l'obliger à faire observer par les tiers intéressés les clauses d'une vente consentie par lui au couvent en 1542 (1543). — Lauzimes de ces biens situés à La Tessonnarié par Antoine de Cajarc et le prieur des Jacobins Vincent Revellat. — Nouvelles procédures contre Antoine de Cajarc, toujours pour obtenir qu'il ne s'oppose pas à l'exercice des droits du couvent (1545-[vers 1560].
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 19 pièces, papier
H 3811541-1558
Procès. — Vidimus de lauzimes des biens d'une chapellenie de l'église de Caussanel, produit dans un procès contre un sieur Pautard en 1541. — Procédures contre Catherine de Nupces, héritière de Philippe de Nupces, et autres personnes (1542). — Election de deux syndics, le prieur étant alors Vincent Revellat (17 avril 1545). — Nomination de procureurs en vue des démêlés du couvent avec Jean de Nupces, chanoine du chapitre cathédral d'Albi, qui sommait les Jacobins de délaisser tout ce qu'ils possédaient hors de leur cloître (1547). — Arrêt du Parlement de Toulouse ordonnant la saisie des biens du -couvent situés hors du cloître pour être vendus, à la requête du syndic de l'hôpital d'Albi, seigneur direct (22 août). — Procédures contre Maffre de Voisins, sr d'Ambres, au sujet de redevances foncières [vers 1550] ; — contre Robert Vescomps. bénéficier de la chapellenie fondée dans l'église Saint-Affrie d'Albi par Jean Gayral, qui prétendait avoir droit, comme son prédécesseur, à une rente de huit setiers de froment sur une métairie des Jacobins située à Castelnau-de-Lévis (1550) ; — contre Simon de Cornilhe, d'Albi, au sujet des mêmes biens (1555-1558). — Accord conclu avec Raimond Galaup. de Lescure, relativement aux droits de son frère, Jacques, religieux du couvent d'Albi, sur la succession de leur oncle, Antoine, notaire d'Albi (1555).
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, parchemin, et 15 pièces, papier
H 3821559-1709
Procès relatif à la succession de Durand Marinier. — Sentence du viguier Antoine de Larivière et d'Antoine Ferrandier, juge d'Albi, commissaires délégués, dans le litige pendant entre les Jacobins, l'hôpital et les prêtres de l'église Saint-Etienne d'Albi, d'une part, et les consuls d'Albi, de l'autre, et aussi contre Gabriel Clergue, sr de La Guimarié, fils de feu Guillaume et autres : le jugement porte que, vu le testament de Durand Marinier, de 1499, et attendu que son neveu, Antoine, est décédé, la succession sera dévolue à qui de droit ; Gabriel Clergue et autres délaisseront les biens qu'ils détiennent, l'hôpital devra construire dans le délai de dix mois un asile pour les pestiférés, sinon les consuls y pourvoiront à l'aide du produit de la vente de biens du testateur (27 janvier 1538-1359). — Arrêts du Parlement de Toulouse rejetant plusieurs appels, celui notamment de Arnaud Clergue, et confirmant le jugement de 1558-59 (1583). — Poursuites contre les possesseurs d'un domaine ayant appartenu à Marinier dans le consulat de Florentin, contre Guillaume Carre, fils de feu Philippe, entre autres (1614-1615) ; contre un tenancier de Saint-Grégoire (1625-1627) ; contre Jacques Teyssier, marchand de Marssac, et Catherine Montpezat, veuve Carre (1643). — Transaction conclue avec Charles de Berne, sr de Cussac, au sujet de la même succession Marinier (1662). — Sommation adressée à un tenancier d'avoir à payer des arrérages de rente (1709). — Productions : échange de biens entre Guillaume Clergue, sr de La Guimarié, et Durand Marinier, marchand d'Albi, et la femme de celui-ci, Martianne Chabbert : Clergue cède un pré situé à Lescure contre un mas dit dels Peyres et autres possessions dont la plus value est compensée par une sonile de 560 livres (1524). — Acquisition par Jean Espine, teinturier du Bout-du-pont d'Albi, d'une teinturerie au dit lieu, ayant appartenue Marinier, pour la somme de 666 livres (1607). Constitution de rente en faveur du couvent par le même Espine pour un capital de 222 livres représentant la part du prix de la teinturerie revenant aux Jacobins (1613). — Etats des biens laissés par Durand Marinier, et de ceux que son neveu Antoine a aliénés [vers 1614]. Transaction entre Joseph de Laroquebouillac, sr de Souel, fils de Françoise d'Hébrail qui avait constitué une rente de trois setiers de blé moussole en faveur de la chapellenie de Marinier, et les religieuses Annonciades d'Albi : les uns et les autres étant les tenanciers de la dite chapellenie, il est convenu que les Annonciades verseront leur part de rente entre les mains de Laroquebouillac (1649).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 22 pièces, papier
H 3831565-1581
Procès. — Poursuites contre Ambroise Sermet, d'Ambialet, au sujet des biens d'une chapellenie fondée le 30 juillet 1505 par Jean Ayralh, recteur de l'église Saint-Gilles d'Ambialet, sentence du juge de la vicomte d'Ambialet condamnant les détenteurs de ces biens à les restituer aux Jacobins (1565). — Productions : vente par Bernard de Castelnau, sr de Laroque, à Jean Ayralh d'un cens de six cartons d'huile sur le mas appelé Tras lo monasteri (1527). — Poursuites contre Pierre Salavert pour obtenir payement d'arrérages d'une rente obituaire léguée au couvent par Bernard. Mestre, prêtre de Poulan, sur des biens situés à Carlus et Labruguière [vers 1571] — Sommation du syndic de l'hôpital d'Albi aux Jacobins de faire réunir des arbitres choisis pour terminer un différend relatif à une rente de dix setiers de blé qui est payée par les Jacobins à l'hôpital sur une mouline actuellement en ruine (1574). — Requête adressée au maréchal de Damville pour obtenir que les matériaux provenant d'une maison des Jacobins située à Puech Mourlhou soient restitués par la personne qui s'en est emparé ; cette construction avait été démantelée durant « les dernières guerres civiles » par ordre du sr de Camortères, gouverneur du diocèse d'Albi (1576). — Mémoire non daté concernant un procès contre Jean Alary, « introduit devant la court du roy long « temps y a » : il est dit que, en 1309, Jacques de Nauda, marchand d'Albi, avait fondé une chapellenie dans l'église des Jacobins : sa fille, Barthélemie, mariée à Barthélemy Pais, aussi marchand, employa ce legs à l'acquisition de terres situées au Bout-du-pont, en 1314 et 1337 ; elle augmenta la dotation de la chapellenie d'une rente de deux setiers de blé, deux conils et deux livres de cire, redevances acquises de Pons de Solomiac à Las Fargues, juridiction de Maussans ; en 1386 il fut consenti des lauzimes de ces biens en faveur de Bernard Albin ; un autre Albin les reconnut en 1463 ; enfin, en 1483, Pierre Alary acheta ces domaines, d'où naquirent. des difficultés avec Jean Alary, son successeur, à propos du payement des redevances en question Vers 1580]. — Refus du baile de Lescure de procéder à l'exécution d'un arrêt du Parlement de Toulouse du 20 mai 1581 contre Arnaud Clergue, sr de La Guimarié, qui l'a menacé de mort (11 juin).
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, papier
H 3841582-1628
Procès contre Louis Martin, fils d'Antoine, de Monestiés, Jean Raynal, Falcou Noguier, Jean Bru et autres personnes de La Gauginié pour avoir payement d'arrérages de rentes grevant en faveur des Jacobins divers biens situés au dit lieu de La Gauginié (1582-1591) ; arrêt du Parlement de Toulouse condamnant les tenanciers à passer des reconnaissances, à payer la rente annuelle de 14 setiers de blé moussole, deux gelines, trois conils, une émine d'avoine, huit sous et huit deniers, plus les arrérages dus depuis 29 ans (1583). — Lauzimes en faveur de Louis Martin (1590). — Nouvelles saisies de biens (1591-1592) et autres actes de procédure (1592-1628). — Productions : reconnaissances envers les Jacobins (1469). — Lauzimes d'un pré et d'une vigne situés à La Gauginié à Falcou Noguier et autres par Guy Dupuy, d'Albi, coseigneur de Mailhoc, ayant droit de Françoise Dupuy, femme de Jacques de Molins. sr de Roquefort et Villelouet, fille et héritière d'Albert Dupuy, viguier d'Albi, sr du Castelviel d'Albi, de Mailhoc et Villelouel (1545).
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, parchemin, et 28 pièces, papier
H 3851584-1611
Procès. — Accord conclu avec Antoine de Roquefeuil, sr de Labessière, tenancier de biens des Jacobins à Puech Mourlhou : il est convenu que pour tous arrérages dus Roquefeuil donnera 13 écus sol, il fera procéder, à ses frais, à l'arpentement de la tenure et payera 20 livres pour l'amortissement d'un surcens (1584). — Ordre de l'official d'Albi de publier un monitoire pour recueillir les témoignages au sujet du pillage d'une maison des Jacobins et du mas de Puech Mourlhou par le capitaine huguenot de Valdériès, appelé Palasy, le 14 septembre 1580. Dépositions de plusieurs témoins (1597). — Protestation de Jean d'Arihus, sr de Montans, contre la saisie d'une métairie audit lieu, récemment acquise par lui et dépendant du couvent (1597). — Poursuites contre divers tenanciers de la région de Valence-d'Albigeois (1599-1605). — Sommation adressée au chapitre de Saint-Pons, comme prieur de l'église Saint-Remi de Lautrec, d'avoir à acquitter les gages convenus du P. Albert, Jacobin d'Albi, pour sa prédication de l'Avent et du Carême dans ladite église (1608). — Transaction conclue avec Gabriel Clergue, sr de La Guimarié, héritier de sa femme, Seguine Auriol, au sujet d'un legs fait au couvent par Gabrielle Auriol, sœur de cette dernière (1609). — Transaction avec Pierre Bathalier, hebdomadier du chapitre cathédral d'Albi, bénéficier d'une chapellenie fondée dans l'église d'Aussac par Guillaume Raucolles : Bathalier conservera son bénéfice en payant la censive accoutumée ; lui et ses successeurs devront six livres au couvent à chaque changement de chapelain (1611). — Poursuites contre le chapelain Jean de Najac qui n'avait pas rempli ces obligations [vers et après 1611].
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 12 pièces, papier
H 3861612-1626
Procès. — Différend avec François de Morlas, sr de Lagarde, au sujet de redevances pour des biens situés à Aussac (1612). — Transaction conclue avec Jacques de Morlas, fils et héritier de François, d'après laquelle il est' fait un échange de terres (1631). — Accord avec les tenanciers des domaines ainsi acquis par le couvent, qui consentent à ce qu'il soit fait un arpentement et une vérification desdits biens (1638). — Productions : lauzimes et reconnaissances (1480-1615). — Poursuites contre André Salèles, de Pampelonne, au sujet d'une tenure (1616) ; — contre Dominique Lestrade d'Aussac pour un objet analogue (1619). — Arrêt rendu par le Parlement de Toulouse dans une affaire contre Bourguine d'Humières, veuve de Philippe de Rabastens, baron de Pamin, et dame de Saint-Sernin, à l'occasion du testament de Blaise de Mirabel, baron de Saint-Hippolyte et Rosières, qui avait légué aux Jacobins de Toulouse et d'Albi une rente de 150 livres : la dite dame est condamnée à payer aux deux couvents ensemble la somme de 8700 livres pour les arrérages échus depuis 1590 et le recteur de Saint-Hippolyte et Rosières à qui a été dévolue la baronnie servira la rente à l'avenir (1619). — Procès contre Jacques Jaymar, d'Albi, veuf et héritier de Françoise Falguière, au sujet d'un obit fondé en 1617 par le premier mari de celle-ci, Clément Bedoret, notaire (1625-1626). Accord par lequel Jaymar reconnaît ses obligations et les parties conviennent de s'en rapporter à un arbitre quant au chiffre des arrérages à verser depuis 1620 (1626). Poursuites contre Antoine Gaujarenques et les héritiers de Jean Delsol, débi-rentiers.
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 34 pièces, papier
H 3871627-1630
Procès. — Monitoire de l'official d'Albi, à fin d'obtenir par témoignages la preuve qu'un testament contenait des legs en faveur des Jacobins (1627). — Poursuites contre Françoise de Solages, veuve de Gabriel de Lustrac, sr de Saint-Sernin, remariée avec Charles de Castelpers, baron de Trébien : les Jacobins, comme ayant droit de Bertrand d'Hébrail sr de Dalon avaient fait saisir la succession de Lustrac pour avoir payement de 300 livres (1627). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant le couvent à rembourser les séquestres de frais de procédure (1628). — Accord à ce sujet avec les dits séquestres (1630). — Accord conclu avec Guillaume Dueymes relativement à une rente exigible d'un domaine situé à Mailhoc, en vertu d'une donation faite en 1393 aux Jacobins par Guillaume de Lavistour (1630). — Procédures contre Catherine Tarrit, veuve de Jean de Lorte, procureur, au sujet d'une tenure dans la paroisse de Caussanel.
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 21 pièces, papier
H 3881630
Procès contre Germain de Ginolhac, juge de la Temporalité d'Albi : transaction par laquelle Ginolhac cède aux Jacobins une rente sur une métairie située à Terssac. I1 est rappelé que, le 15 février 1521-1522, Marquise Franc, veuve de Bertrand de Ginolhac. avait fondé un obit dans l'église des Jacobins et donné, à cet effet, un setier de blé moussole de rente sur un bien situé au Séquestre ; en 1607, Jacques de Ginolhac, juge de la Temporalité, refusa d'acquitter la rente et le domaine fut saisi ; les débats ont recommencé avec Germain de Ginolhac. — Productions : vente par Antoine de Labroue à Jean Feuillade d'une métairie au Séquestre, lieu dit « al pe del puech », pour 4 setiers et une cartière de blé moussole de rente (1462). — Cession par Antoine de Labroue à Huc Ginolhac, d'Albi, de la rente ci-dessus moyennant 30 écus d'or (1464 n. s.). — Cession par Huc Ginolhac à Jean Feuillade de ses droits pour trois setiers et une émine de blé et trois gélines de rente (1470). — Procès entre Pierre Ginolhac, notaire, et Jacques Albert, d'une part, contre les Feuillades et autres débi-rentiers (1545) ; accord avec Antoine Feuillade (1559). — Procès de Pierre et Jean Ginolhac, père et fils, contre Berenguier Landes, autre tenancier, marchand d'Albi (1559). — Accord de Pierre Ginolhac avec Louis d'Escarihan au sujet de rentes en grains sur des terres situées à Terssac.
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 14 pièces, papier.
H 3891631-1685
Procès. — Procédures contre Pierre Bourdoncle, de Lavaur, comme héritier de sa mère Suzanne Bernard (1631) et de Antoine Bernard, fondateur d'un obit (1641). — Transaction conclue avec François d'Aubijoux, baron de Castelnau-de-Lévis, appelé en garantie par Jean de Durand de Bonnes, baron de Sénégats, à qui le premier avait vendu la baronnie de Sénégats ; il est convenu que le chiffre des arrérages dus sera de mille livres (1634) ; on rappelle que, par testament du 18 décembre 1343, Beatrix, vicomtesse de Lautrec, laissa une rente de 52 livres pour la fondation d'un obit. — Transaction avec Charles de Durand de Bonnes au sujet de cette rente de 52 livres, dont les arrérages dus sont liquidés à 780 livres (1658). — Transaction avec Louise d'Amboise, femme de Jacques de Crussol. marquis de Saint-Sulpice, comme possesseur de la terre et du château de Castelnau-de-Lévis qui avaient appartenu à Beatrix de Lautrec : il est convenu que Louise d'Amboise servira une rente de quatre setiers de froment donnée par Beatrix sur ses revenus de Castelnau, plus les arrérages échus depuis le décès, en 1657, du comte d'Aubijoux (1663). — Saisie contre Charles de Bonnes qui n'a pas versé les 780 livres dont il est question dans la transaction de 1658 (1666). — Ratification de cette transaction par Louis de Bonnes, baron de Sénégats, substitué à Charles (1676). — Procédures contre les ayant droits de Marthe de Bonnes, fille de Charles, à la suite de l'acquisition de la baronnie de Sénégats par la dite Marthe pour le prix de 60200 livres, et d'une saisie opérée en 1682, et contre divers créanciers afin que le couvent soit payé par préférence (1685).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, 17 pièces, papier
H 3901635-1651
Procès. — Sommation adressée à Anne de Roquefeuil, veuve de Bertrand d'Hébrail, sr de Lacourtade et Dalon, d'avoir à payer au couvent 300 livres à lui léguées en 1621 par son fils Honorat, religieux Jacobin d'Albi (1633). — Production : extrait du testament du 11 août 1621. — Poursuites contre Annet Austruy, marchand de Toulouse, pour toucher un legs de 100 livres fait aux Jacobins par son frère, Jean, religieux de leur couvent (1636-1637) ; — contre François d'Aubijoux, baron de Castelnau-de-Lévis (1636-1640) qui promet par une transaction (1640) d'acquitter un legs de 600 livres fait par sa femme en 1622. — Accord conclu avec le chapelain d'une chapellenie dite de saint Michel et saint Martial en l'église cathédrale d'Albi, au sujet d'une rente sur une maison (1639). — Différend avec le chapitre cathédral de Montpellier à l'occasion de la chapellenie Ayralh d'Ambialet (1640). — Procédures contre Jean d'Arthus, sr de Montans au sujet d'une dette (1640-1651). — Production : arrêt du Parlement de Toulouse condamnant d'Arlhus à payer 7 450 livres à Catherine Chambert, veuve et héritière de Jacques de Moûts (1641). — Poursuites contre Pierre Gilabert pour avoir payement de 40 livres léguées au couvent par Perrette de Saint-Martin, et aussi des arrérages d'un obit fondé par Antoinette Naudy (1641-1642) ; — contre Barthélémy lcher, marchand d'Albi, tuteur d'Antoine Boyer, pour toucher 120 livres représentant les frais des honneurs funèbres du père du dit Boyer, et contre Gérôme Bousquet, marchand, jadis associé de Boyer (1644-1649) ; — contre Jean Laurency, avocat, et ses successeurs afin d'obtenir payement d'une dette de 100 livres (1644-1651). — Production : cession d'une créance de 100 livres par Jean Lacombe, juge d'Aussac, aux Jacobins sur Jean Laurency, avocat d'Albi (1644).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 39 pièces, papier
H 3911645-1674
Procès: — Poursuites contre François Carrié, de Mailhoc, pour avoir payement d'arrérages de rente (1645) ; — contre Jean Caldaguès, d'Albi, pour loucher 200 livres léguées au couvent par sa femme, Marie Molinier qui avait aussi laissé 180 livres aux religieuses de sainte Claire d'Albi (1645-1647) ; — contre Salvi Gardés, d'Albi, au sujet d'une tenure dans la paroisse de Taïx (1647). — Saisie de biens de Jean de Carcenac, sr de Laroquette, à l'occasion d'une rente obituaire (1648). — Production : pactes de mariage de Jean de Carcenac et Anne Pigassou (1er février 1636). Poursuites contre Antoine Dussap, de Florentin, pour l'obliger à reconnaître des biens situés à Aussac (1648). — Production d'une lauzime par Jean de Voisins, vicomte de Lautrec (1479). — Procédures contre Jean de Ciron au sujet d'une tenure située dans les consulats de Montsalvi et Labaslide-Dénat (1651) ; — contre les consuls de Castelnau-de-Lévis qui avaient imposé les terres des Jacobins (1652) ; — contre Martin Loubière et Jean de Corbière, sr de Peyrole, au sujet d'un domaine tenu des Jacobins à Ambialet (1657-1674). Production d'une transaction de 1633 entre Pierre de Corbière, sr de Peyrole, et François de Courtois, sr d'Energnes, relativement à ce bien.
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 33 pièces, papier
H 3921660-1694
Procès. — Poursuites contre les héritiers de Marguerite Vassal pour obtenir payement d'une rente obituaire de 3 livres, 15 sous (1660). — Production du testament de la dite dame, du Bout-du-pont d'Albi (29 février 1632). — Procès contre Antoine Gayrel, Thomas Mialet, Jean de Roquefort et François Favarel tenanciers de terres grevées d'une rente de dix setiers de froment léguée au couvent en 1396 par Raimond Ichard, docteur en droit (1660-1677). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant les débi-rentiers (1660). — Liquidation des arrérages dus d'après la valeur du setier de blé aux marchés de Cordes le jour de la saint Julien de 1628 à 1662 (1663). — Nouvelles procédures (1675-1677). — Poursuites contre les séquestres aux biens de Bernard Gâches pour prendre possession des fruits (1662-1663). — Procès contre les jurais de La Tessonnarié (1662-1694) : factum contre les consuls de Cordes dont dépend ce juratif (1662) et poursuites contre les jurais qui ont allivré sur leur cadastre les rentes des Jacobins (1663). — Arrêt delà Cour des Comptes de Montpellier donnant raison aux religieux (1665) et poursuites exercées pour obtenir le remboursement des dépends (1665-1667). — Autre arrêt de la même Cour autorisant les jurais à refaire leur compoix (1680). — Nouvelles poursuites à raison des dépends (1681-1683). — Règlement pour la confection du compoix : la mesure est la perche de 18 empans et la séterée vaut 324 perches (1683). — Bail de ce travail à Pierre Boutonnet, notaire d'Albi, qui promet de l'avoir terminé dans un an, moyennant 60 livres ; copie incomplète (?) du dit cadastre et approbation de la Cour des Comptes (1664). — Etat des avances et autres frais exposés par les Jacobins à l'occasion de la confection du compoix (1685). — Ordonnance de l'intendant prescrivant aux jurats d'insérer dans l'étal des dettes de La Tessonnarié les dépends encore dus aux Jacobins, plus les avances et frais dont il vient d'être question (1692). — Autre ordonnance de l'intendant dispensant le juratif de contribuera l'acquisition de l'office de greffier consulaire de Cordes (1694).
Description physique : (Liasse.) — 16 pièces, parchemin, et 35 pièces, papier
H 3931664-1684
Procès. — Procédures contre les héritiers Suc pour avoir payement de 60 livres dues au couvent en tant qu'ayant droit de Charlotte, Marie et Juliette Alary (1664) ; — contre Jean Causse, des Avalais, tenancier à Saint-Grégoire (1670). — Accord conclu avec Jean Lafon au sujet d'un legs fait aux Jacobins par Catherine Reynes (1674). — Procès contre Ferdinand de Vallot, abbé de Gaillac, débiteur du couvent pour la somme de 300 livres (1675-1676) ; saisie de ses revenus décimaux et procédures contre les séquestres. — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant le fermier de l'abbaye à payer ces 300 livres (1676). — Poursuites contre Benoît Cransac, de Rouffiac, et autres co-tenanciers afin de faire vérifier la contenance de biens situés au Séquestre et au Castelviel d'Albi (1675-1677). — Vente aux enchères, après saisie, de biens de Marie Fourras, veuve de Marc Marlinon, avocat d'Albi, à l'occasion d'une dette de 129 livres et des sous ; procédures contre les séquestres et contre les héritiers de Marie Fourras (1675-1684). — Production : vente par Salvi Roques à Marie Fourras de tout le salpêtre qu'il fabriquera du jour où l'acte est passé jusqu'à la saint Jean au prix de 45 livres le quintal (1654).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 40 pièces, papier
H 3941675-1684
Procès et autres affaires concernant la fondation et l'entretien d'une chaire de théologie. — Consultation d'avocat d'où il ressort que les Jacobins avaient l'intention de réclamer à l'hôpital d'Albi, héritier de Jean Caldaguès, fondateur de la dite chaire, une augmentation d'un legs de 3000 livres pour la raison qu'une somme supérieure était nécessaire pour réaliser les intentions du testateur (1675). — Autre consultation : le legs de 3000 livres n'étant pas encore acquitté, le couvent est-il tenu d'accepter ce capital en espèces ou a t-il le droit de choisir un fonds d'héritage ? (1700). — Vote par les Etats diocésains d'Albi d'une pension de 100 livres pour l'entretien du professeur de théologie, vu la diminution des revenus produits par le capital légué que l'hôpital a versé en 1714 et que les Jacobins de Castres viennent de restituer, après emprunt (1721). — Approbation de celte décision par les Etats généraux de Languedoc (1722). — Augmentation de la pension par le diocèse : elle est portée à 200 livres (1742). — Mémoire rappelant les faits qui précèdent et ajoutant que, le cours de théologie ayant été interdit, les Jacobins doivent néanmoins conserver le legs de 3000 livres parce que, en cas d'impossibilité d'enseigner la théologie, le testateur prescrivait des services obituaires ; quant à la subvention diocésaine de 200 livres, elle pourrait être attribuée à la chaire de théologie qui serait établie à Albi (1762). — Production du testament de Jean Caldaguès, d'Albi, léguant aux Jacobins 3000 livres pour les cours de théologie qu'il a fondé dans leur couvent, plus 300 livres aux Capucins, 300 aux Cordeliers d'Albi, l'hôpital étant institué héritier (9 novembre 1674).
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, papier.
H 3951676-1692
Procès. — Procédures contre Philippe de Serignol, docteur en droit, juge de Villefranche-d'Albigeois, et son fils, Antoine, sr de Candou, au sujet d'un domaine vendu par le premier au couvent en 1636 (:676). — Procès contre Cambolas et les consuls d'Angles et de Labaslide-Rouairoux (1676-1692) : sommations adressées par le syndic du couvent, héritier de Géraud du Solier, bénéficier du chapitre cathédral d'Albi à Pierre Cambolas, de Réalmont, et autres d'avoir à payer 50 livres pour arrérages de rente (1676-1688). — Sommations aux consuls d'Angles de verser 400 livres et les intérêts, suivant une ordonnance de l'intendant du 11 juillet 1688 et une transaction du 21 juillet 1665, le couvent ayant succédé aux droits de Cambolas (1689-1690). — Requête des consuls d'Angles à l'intendant : ils demandent que leur communauté ne soit tenue à payer que 332 livres, 15 sous et que Labastide-Rouai-roux avec Verrières fournissent les 67 livres, 5 sous complétant la somme de 400 livres ; approbation de l'intendant, de Bâville (1690). — Sommation aux consuls de Labastide et arrêt de la Cour des Comptes de Montpellier enjoignant aux uns et aux autres de verser les 400 livres (1692). — Productions : règlements d'intérêts entre Gabriel Solier, marchand d'Albi, et sa sœur, Marguerite (1664). — Pactes de mariage de Pierre Dalenx, marchand du Bout-du-pont d'Albi, et Marguerite Solier, fille d'André, marchand de Dénal (8 février 1664). — Prêt de 400 livres par Jean Gardés à Gabriel Solier (1665). — Transaction entre Jean Rafin, héritier de son père, Daniel, et ayant droit de Pierre Cambolas, ministre protestant de Vabre, en procès contre le comte de Clermont, héritier des dames de Caraman et Marguerite de Saissac qui avaient fait un legs à l'église de Venès pour l'entretien dn ministre protestant, Rafin réclamant le capital et les intérêts de ce legs, soit en tout 1817 livres, à cause des frais avancés par lui et par Cambolas, d'une part, et les représentants des protestants d'Angles, Labastide-Rouairoux et antres lieux, d'autre part : il est convenu que ceux-ci payeront à Rafin 400 livres pour les réformés du diocèse de Saint-Pons (21 juillet 1665). — Subrogation à tous droits sur une maison d'Albi consentie par Jeanne Hourde, fille de feu Jean, peintre, en faveur de Géraud du Solier, prébendier du chapitre cathédral d'Albi (1667). — Cession par Pierre Cambolas et autres à Géraud du Solier d'une créance de 745 livres, représentant une partie de la somme due par parla communauté de Réalmont en vertu d'une transaction de 1646 entre Pierre Cambolas, docteur en théologie, père de Pierre, et les protestants de Réalmont (1668). — Constitution de 50 livres de rente en faveur de Géraud du Solier par Pierre Cambolas et autres, moyennant 800 livres (1673). — Autre constitution de rente pour le même par un paysan de Trébien (1675). — Etat des dettes des héritiers Cambolas envers le couvent.
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 48 pièces, papier
H 3961677-1710
Procès. — Poursuites contre Bernard Mazars, Barthélémy Yèche, François Favarel et Antoine Gayrard au sujet d'arrérages de rente sur des terres situées à Las Fontanelles, près de Souel [1677]. — Production de reconnaissances de ces biens en 1397 n. s. par Guillaume Rigal et Pierre Rey, de Souel. — Poursuites contre Pierre Mathieu, de Lacroux, et Jean Raffanel, notaire de Saussenac, afin d'obtenir le remboursement d'un prêt de 700 livres, plus les intérêts échus (1677-1710). — Productions : reconnaissances d'une dette de 440 livres par Jean Mathieu envers Pierre de Saint-Maurice (1662) ; — d'une autre dette de 60 livres par Pierre Boyssounouse, meunier de La Calmetie, juridiction de Valence (1663) ; — d'une autre de 700 livres par Jean Mathieu. — Saisie des biens de celui-ci à la requête de Pierre de Saint-Maurice (1664-1665). — Prêt de 700 livres par les Jacobins à Pierre Mathieu et Jean Raffanel, moyennant une rente de 43 livres, 15 sous, et le payement, le même jour, au sr de Saint-. Maurice des 700 livres empruntées en 1663 (1665). — Reconnaissance, quelques mois plus tard, d'une dette de 360 livres par Jean Mathieu envers Pierre de Saint-Maurice. — Procédures contre le sr de La Fabrié tenu d'acquitter une partie des 300 livres léguées au couvent par Louise Alary, femme d'Antoine Sercamanen, du consulat d'Arthez (1678). — Production d'un règlement d'intérêt entre Louise, Charlotte-Marie et Juliette Alary, sœurs (1658). — Poursuites contre François Couthouli, de Mailhoc, au sujet d'une rente de trois setiers de froment (1679-1681).
Description physique : (Liasse.) — 47 pièces, papier
H 3971680-1685
Procès. — Poursuites contre Marc de Corbière, sr de La Combe, habitant de Montcouyoul. débiteur d'une somme de 300 livres ; saisies de ses biens (1680-1689). — Accord conclu avec François Davi et Pierre Barrau, d'Albi, au sujet de la succession d'Antoine Davi : les Jacobins recevront 500 livres (1684). — Transaction avec Charles de Brassac, sr d'Arquiniès dans la baronnie de Sénégats, relativement à une donation de 180 livres faite au couvent en 1660 par Raimond Braille, chirurgien d'Albi : il est convenu que Charles de Brassac payera 200 livres pour le capital et pour tous intérêts et frais (1685). — Poursuites contre Antoine de Martin, écuyer, commissaire des guerres, pour l'obliger à reconstruire une maison qu'il avait démolie à La Gauginié et payer les arrérages en retard de cette tenure (1687). — Lettres debitis délivrées à l'occasion d'un legs obituaire de 1 200 livres fait au couvent en 1660 par Françoise Dalles (1689). — Poursuites contre Bernard Favarel, procureur du roi à Cordes, pour avoir payement d'une dette de 73 livres et des sous ainsi que des intérêts échus depuis 1673 (1689-1694). — Différend avec les Jésuites d'Albi qui avaient pratiqué dans les murs de la ville des vues donnant sur l'enclos des Jacobins vers et après 1690]. — Poursuites contre Guillaume del Bousquet, de Senouillac, débi-rentier pour une terre, située à Granéjouls (1690). — Arrêt du Parlement de Toulouse confirmant un précédent arrêt qui condamnait les héritiers du sr de Salvan, juge d'Albi, c'est-à-dire Antoinette de Salvan, veuve d'Antoine de Fontvieille, viguier d'Albi, et Catherine de Salvan mariée avec François Pascal de Rochegude, à acquitter les arrérages d'une rente grevant des biens tenus par elles à Saint-Sernin (1693). — Arrêt de la Cour des comptes de Montpellier au sujet de la même affaire (1695). — Productions : pactes de mariage de Marie Salvan, fille de Guillaume, d'Albi, et de Raimond Bonnes, fils de Guillaume, sr de Camalières (17 février 1637). — Echange de rentes foncières entre Etienne Salvan, juge de la viguerie d'Albi, et Louis Delpech, sr de Cagnac (l659). — Ajournement devant le Parlement de Toulouse d'Etienne Séguier, avocat, à qui le couvent réclamait les arrérages d'une rente grevant un bien situé au lieu dit Céserin (1694). — Accord avec Catherine Combes, veuve et héritière de Guillaume Carrier, grenetier du chapitre cathédral d'Albi, qui cède au couvent un pré situé à Taïx pour 70 livres représentant la valeur de 10 setiers de blé moussole et un setier de seigle qu'elle devait aux Jacobins (1695).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 32 pièces, papier
H 3981697-1700
Procès. — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant Catherine Bousquet, héritière de François Bousqnet, avocat de Najac, à payer les intérêts d'une somme prêtée en 1653 et sentence du juge de Monestiés condamnant Bernard Flottes, de Monestiés, à payer 135 livres à Béatrix Guibert, veuve de François Bousquet, de Najac, laquelle devra tenir compte - des 50 livres payées par Flottes aux Jacobins (1697). — Procédures contre Antoine Gardés, avocat, et Jean. Mazens, bénéficier du chapitre cathédral d'Albi, au sujet de rentes obituaires provenant de Catherine Blanc, veuve de Bernard Palasy, notaire de Valdériès (1697-1700). — Accord conclu avec François Davasse, lieutenant en la viguerie d'Albi, héritier de Juliette du Solier, veuve de Louis Boyer, d'Albi, relativement à un legs fait en 1693 aux Jacobins par la dite dame (1698). — Arrêt du Parlement de Toulouse en faveur du couvent réclamant le payement d'un legs de Catherine Grimal et quittance délivrée à Jean Lugan pour le dit legs, Lugan ayant hérité d'Antoine Gâches et celui-ci de Catherine Grimal, sa femme (1698). — Production du testament de Catherine Grimal (22 janvier 1681). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant Cécile Dulac de Laclause, veuve du sieur de Berne de La Gauterie, à payer aux Jacobins 276 livres pour une rente obituaire (1699). — Accord conclu avec les héritiers de Catherine Barrau, veuve de Martial Bardière, marchand d'Albi, au sujet d'un legs obituaire (1700). — Poursuites contre les héritiers de Pierre Dourlhes, — contre Pierre Mazens et Jean Pelegry, de Mailhoc, débi-rentiers.
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 14 pièces, papier
H 3991697-1735
Procès relatif à la succession de Catherine Molinier. — Il est rappelé dans un mémoire que le 24 juin 1678 Catherine Molinier, héritière de sa sœur Rose, fit son testament, instituant héritiers pour égales parts les Jacobins d'Albi et les Dominicaines de sainte Catherine de Sienne de Toulouse, à charge de services obituaires et à la condition que les dites religieuses fonderaient un couvent de leur ordre à Albi ou ailleurs dans les six ans qui suivraient son décès ; l'inexécution de celte clause aurait pour effet de transférer aux Jacobins la part attribuée au couvent de sainte Catherine. En 1685, nouvelle donation aux religieuses de sainte Catherine ; en 1694, codicille contenant un legs de 3000 livres à l'hôpital d'Albi ; en 1696, autre codicille portant un legs pour la réparation du couvent des Jacobins. Convention du 12 septembre 1696 d'après laquelle les legs de 1685 et 1696 seront considérés comme se compensant, le partage devant donc se faire par moitiés. Mais six ans après le décès de la testatrice le couvent à fonder n'existait pas : d'où un conflit. Une transaction de 1705 accordant six nouvelles années aux religieuses ne fut pas approuvée par le chapitre des Jacobins. En 1711, nouveaux débats, le couvent n'étant pas fondé. — Un second mémoire apprend que Catherine, Rose et Olivier Molinier étaient fils d'Etienne. Olivier vendit l'office de juge de Terre basse d'Albigeois et Castrais au sieur Jean Roland qui le céda, à son tour, en 1670, à Pierre et Florent de Millet, et mourut en 1679. Roland avait été condamné en 1677 à payer 11 900 livres aux sœurs Molinier. L'office devint la propriété de la dame Roland qui le laissa en héritage à son père Jean Falguière ; celui-ci le vendit en 1682 au sieur Pages. La veuve de Millet, née aussi Falguière, avait fait également son père héritier. Catherine Molinier mourut le 24 juin 1696. — Les procès des Jacobins débutent en 1697 par des poursuites contre divers débiteurs de leur couvent et des religieuses de sainte Catherine, héritiers égaux de Catherine Molinier ; un de ces débiteurs est Victor de Roland, maire de Rabastens, dont le père, Jean, avait été condamné en 1677 à payer aux sœurs Molinier le prix de l'office de juge de Terre basse (1697-1720). — Transaction entre les Jacobins et les religieuses de sainte Catherine de Toulouse, d'une part, et les héritiers naturels de la défunte, d'autre part ; ceux-ci sont désintéressés moyennant la somme de 3000 livres (1705). — Convention conclue entre les Jacobins et les religieuses de sainte Catherine: l'héritage consiste en 18779 livres, 10 sous et 4 deniers ; afin d'éviter que l'une des parts ne reçoive des créances de valeur douteuse, le syndic des Jacobins administrera le tout et les revenus se partageront. — Poursuites contre Françoise Balaguier. veuve de Pierre Reynés qui avait hérité de Jean Roland (1707), — contre les héritiers de Victor Roland (1716) dont la veuve et héritière, Antoinette Camboulas, mère de François Roland, lieutenant d'infanterie au régiment de Conti, paye 3 055 livres, conformément à une transaction de 1701 (1720). — Signification à Jacques de Genton, baron de Villefranche, et à sa fille, Marie, fiancée à Géraud Reynes, écuyer d'Albi, fils de Pierre, que le couvent est créancier, du chef de Catherine. Molinier, du sieur de Reynes pour 3 070 livres (1719). — Etats de frais de procédure (1721-1733). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant les Jacobins à délivrer aux religieuses de sainte Catherine de Sienne de Limoux la moitié de la succession de Catherine Molinier sur la base de l'estimation contenue dans une transaction de 1705 (1734). — Transaction avec les mêmes religieuses de Limoux qui recevront 12 000 livres dont 6000 livres en titres sur la province (12 mars 1735). — Productions : reconnaissance d'une dette de 3000 livres en faveur d'Etienne Molinier docteur en droit, juge de Terre basse, par Jacques de Vie, écuyer de Soual, et plusieurs personnes d'Albi: cette somme est destinée au payement de la dot de Marie de Vie mariée avec Hugues Luthier, marchand d'Albi (1627). — Prêt de 1000 livres par Etienne Molinier à Antoine Dupuy, sr de Saint-Juéry, et Pierre Bonnafous, chirurgien d'Albi (1640). — Etat des intérêts de 13000 livres léguées le 16 février 1643 par Etienne Molinier à ses filles, Rose et Catherine et touchés par elles (1644-1671). — Règlements de comptes avec des fournisseurs d'Etienne Molinier (1648). — Quittance de 166 livres en acompte de la dette Dupuy (1649). — Quittance de 130 livres délivrée par Marie Lebrun, veuve de Pierre d'Izarn, sr de Mouzieys, Mailhoc et Puygouzon, aux séquestres d'une métairie d'Olivier Molinier, juge de Terre basse (1651). — Prêt de 120 livres par Rose Molinier àGuillaume Maignen d'Albi (1656). — Procès entre Olivier Molinier et ses sœurs (1659-1664). — Bail à mi-fruits par Catherine Molinier d'une métairie située au Boul-du-pont d'Albi (1666). — Nomination de procureur par Pierre Reynes, écuyer d'Albi, pour recevoir 3670 livres de Jean Roland, juge de Terre basse ; quittance (1667). Ratification de cette quittance par Pierre de Reynes, fils de Louis qui fut gentilhomme ordinaire du duc d'Orléans, frère de Louis XIII (1670). — Extrait de l'état de collocation des créanciers de la communauté de Soual : il est dû à Rose et à Catherine Molinier 1100 livres de capital et 82 livres, 10 sous d'intérêts [vers 1670]. — Quittance de 1 200 livres délivrée par Marie Lebrun, agissant au nom de François d'Izarn, garde du corps du duc d'Orléans, frère du roi, à Jean Roland acquéreur de l'office du juge de Terre basse qui avait appartenu à Etienne Molinier. débiteur envers Pierre d'Izarn (1670). Prêt de 1000 livres par Pierre Reynes, écuyer, premier consul d'Albi au syndic du diocèse d'Albi en procès avec le fermier du domaineau sujet du droit de pezade(1671). Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant Olivier Molinier à payer à ses sœurs 11 989 livres pour capital et intérêts du legs à elles fait par leur père (1671). — Autre arrêt obligeant Jean Roland à payer 9000 livres à Rose et Catherine Molinier sur le prix de l'office de juge de Terre basse cédé par lui en 1670 à Pierre et Florent de Millet, père et fils (1677). — Constitution de rente pour un capital de 6 000 livres sur la province de Languedoc en faveur des sœurs Molinier (1678). — Testament de Catherine qui élit sa sépulture dans le tombeau où repose sa sœur Rose en l'église des Jacobins, chapelle du Rosaire, et institue ses héritiers par égales parts les Jacobins d'Albi et les Dominicaines de sainte Catherine de Sienne de Toulouse, aux conditions déjà rapportées (24 juin 1678). — Cession de l'office de juge de Terre basse par Jean Falguière, de Rabastens, agissant comme tuteur des enfants de Pierre de Millet, à Pierre Pages, docteur en droit, pour la somme de 7 000 livres (1682). Donation de 10000 livres par Catherine Molinier, fille du tiers ordre de saint Dominique, au couvent de sainte Catherine de Sienne de Toulouse, à la condition de fonder un couvent de leur ordre (1685). — Quittance d'une partie de la somme de 1141 livres due à Catherine Molinier par la communauté de Labessière-Candeil (1687). — Constitutions de rente sur la province pour un capital de 6 000 livres en faveur de Catherine Molinier (1689). — Constitution de rente sur le clergé du diocèse d'Albi pour un capital de 1000 livres en faveur de la même personne (1690). — Don par préciput par la même aux Jacobins de 6000 livres placées sur la province et 4000 livres sur le clergé du diocèse d'Albi (23 juin 1696, veille du décès de Catherine Molinier). — Procuration donnée au syndic des Jacobins par les religieuses de sainte Catherine de Toulouse afin qu'il procède au recoupement des créances et à la vente des meubles de la succession de Catherine Molinier (12 septembre). — Accord conclu par les Jacobins et les dites religieuses qui renoncent, les premiers au don par préciput de 1696, les secondes à la donation de 1685 (12 octobre). — Etats de la succession de Catherine Molinier. — Promesse faite par Catherine Escande, veuve d'Antoine de Villemur, sr de la Pomarède, agissant comme tutrice de ses enfants, de payer aux Jacobins et aux religieuses de sainte Catherine de Toulouse 225 livres dues par la communauté de Soual et exigibles du sr de La Pomarède par suite de la liquidation des dettes de Soual (1697). — Répudiation de l'héritage du sieur Roland par sa fille Marie, femme de Guillaume de Recouders, sr de Saint-Léon et Causidières en Lauraguais (1709).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 94 pièces, papier, dont 1 imprimée
H 4001701-1710
Procès. — Poursuites contre Jacques Clergue, débiteur des Jacobins (1701) ; — contre les héritiers de Georges Gautier, d'Ambialet, pour avoir payement d'arrérages d'une rente en huile de noix et en espèces. — Arrêt du Parlement de Toulouse rejetant un appel du sieur de Vernhes, sr de Lamothe-Padiès, au sujet d'une rente grevant une terre située à Castelnau. — Notification par les Carmes d'Albi qu'ils ont répudié un legs à eux fait en 1693 par Guillaume de Lacroix, trésorier de France en la généralité de Montauban, ce qui donne lieu aux Jacobins de se prévaloir auprès de Guillaumette de Rèynes, veuve du testateur, d'une clause de substitution en leur faveur (1702). — Saisie de biens de Marthe de Durand de Bonnes de Sénégats pour défaut de payement de 200 livres dues -à raison d'une rente (1703). — Procédures contre Anne d'Yzarn de Saint-Amans, au sujet d'une dette (1705). — Accord conclu avec Louis Panis relativement à un legs obituaire fait au couvent par Louis de Saint-Paul, sr de Grailhac (1707l — Différend avec les consuls d'Albi : consultation d'avocat où il est question d'un aqueduc qui traverse l'enclos des Jacobins et cause des dommages à leur fontaine (1708). — Sommation adressée à Pierre Catelan, chanoine de Saint-Salvi d'Albi, d'avoir à payer 132 livres pour les arrérages d'une rente léguée au couvent par sa tante Catherine, et sa sœur Guilhaumette (1710).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 12 pièces, papier
H 4011714-1742
Procès. — Poursuites contre Alphonse Carrière, ancien curé de Lombers, débiteur du couvent (1714). — Transaction conclue avec Marie de Nupces, seigneuresse de Rouffiac et Maussans, femme de Georges-Jules de Laroquebouillac, à laquelle les Jacobins accordent une réduction du chiffre des arrérages dus pour des fondations obituaires (1722). — Poursuites contre les héritiers de Marie de Nupces (1726) ; — contre les héritiers de Jacques Clusel, de Saint-Juéry, bientenants de Jacques Adhémar et sa femme qui avaient cédé au couvent en 1688 une créance de 150 livres (1722). — Accord conclu avec Daniel de Durand de Bonnes, marquis de Sénégats qui cède aux Jacobins une rente de 52 livres sur un marchand de Curvalle somme égale à celle de la rente qu'il était tenu de leur servir en vertu du testament de Béatrix de Lautrec (1726). — Défense intimée aux habitants de Mailhoc de faire paître leur bétail dans les terres dépendant du couvent (1727). — Consultation d'avocat au sujet d'un legs fait par une dlle Campmas, d'Albi (1728). — Poursuites contre Antoinette Tessonnières qui a dévalisé une maison des Jacobins à La Tessonnarié (1730) ; — contre les héritiers de Pons de Calmels pour les obliger à payer une rente de 100 livres léguée par lui en 1614 et 1624 : arrêt du Parlement de Toulouse en faveur des Jacobins (1732) et nouvelles poursuites (1741-1742). — Production du testament de Pons de Calmels, conseiller au Parlement de Toulouse, chancelier de l'Université et chanoine du chapitre cathédral de Toulouse : ses héritiers sont ses nièces Cécile et Madeleine, mariées avec les sieurs Duprat de Bosc et de Mandoul (1er avril 1624).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 23 pièces, papier
H 4021734-1784
Procès. — Sentence du juge de la Temporalité d'Albi condamnant les héritiers de François Favier, chanoine du chapitre cathédral d'Albi, à payer une dette du dit Favier (1734). — Procédures contre les héritiers de Barthélémy Fabre, de Rouffiac, pour obtenir payement des arrérages d'une rente (1743-1784) : sentence du juge de Rouffiac condamnant les défendeurs à acquitter la dette de 200 livres et les intérêts et dépends (1745). — Poursuites contre Jean-Durand Fabre, au sujet de la même affaire (4762) et reconnaissance par celui-ci d'une dette de 125 livres (1764). — Nouvelle sentence du juge de Rouffiac, analogue à la précédente (1784). — Productions: cessions de rentes par Pierre Fabre, tisserand de Rouffiac, aux Jacobins (1672 et 1673). — Promesse par Barthélémy Fabre de remplir les obligations de son grand père Pierre (1715). — Accord conclu avec François de Lafon, sr de Rayssac, qui promet de payer les arrérages d'une rente foncière (1743). — Production d'arpentements, reconnaissances et lauzimes (1512-1734). — Procédures contre Paulin de Solages, sr de Rouffiac, Carmaux, etc., et sa femme Guyonne de Laroquebouillac au sujet de trois métairies situées dans la seigneurie de Rouffiac (1745) ; — production : pièces d'un procès entre Jean de Solages. baron de Saint-Sernin, et les Jacobins de Toulouse réclamant une somme de 120 livre comme ayant droit d'Antoine Mollas, tailleur de Toulouse (1693-1710). — Réclamation aux consuls d'Albi de 300 livres prêtées par le couvent en 1709 lorsque la province avait dû fournir 1500 hommes pour l'armée d'Espagne ou payer 75 livres à la place de chaque recrue exigible (1747). — Poursuites contre le marquis de Lespinasse au sujet de la possession de biens à Taïx, lieu dit Roquecatel [vers 1752].
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 44 pièces, papier
H 4031753-1770
Procès. — Procédures contre le curé de l'église Saint-Julien d'Albi qui voulait inhumer dans la dite église un de ses paroissiens, sans tenir compte du testament portant élection de sépulture dans l'église des Jacobins (1753). — Production d'un arrêt du Parlement de Toulouse rendu dans une affaire analogue des Carmes de Pamiers (1726). — Poursuites contre Jean Bole, notaire de Cordes, afin d'obtenir la reconnaissance d'un bien situé à Souel et le payement d'arrérages (1756-1768). — Protestation contre la distribution des biens du sr de Genibrouse, marquis de Boissezon, et de dame de Capriol, sa femme, les Jacobins prétendant être payés par préférence d'une somme de 500 livres (1758-1767). — Trois lettres du marquis de Boissezon, datées de Lédergues et relatives à cette affaire (1758). — Acceptation par le syndic du couvent du payement d'un legs obituaire de 50 livres fait en 1660 par Anne Bataille (1760). — Poursuites contre François Fricou, du Bout-du-pont d'Albi, pour loucher les arrérages de rentes grevant des domaines de La Gauginié (1761 -1770). — Production de reconnaissances et arpentement (1605-1723).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, parchemin, et 54 pièces, papier
H 4041762-1789
Procès. — Poursuites contre Jean Bonnevialle, tisserand, débiteur d'un loyer pour une maison située dans le quartier de la rivière, à Albi (1762-1788). — Lettre du sr de Sainte-Gemme relative à une assignation à fin de payement d'une rente en grains (1763). — Commandement aux consuls de Lescure d'avoir à acquitter 11 livres, 6 deniers qui représentent le capital d'une fondation obituaire faite en 1645 par Françoise Denis (1766). — Procédures contre Pierre Maignabal et Louis Blancher pour les obliger à reconnaître une maison de la rue du Palais de Candeil, à Albi (1767) ; — sentence en faveur des Jacobins, rendue par le sénéchal de Carcassonne, André-Hercule de Rosset de Rocossel de Fleury, duc et pair de France, marquis de Florange, gouverneur de la Lorraine, du Barrois et d'Aiguesmortes, mestre de camp du régiment du Roi-dragons, capitaine du château de Giroussens (1768). — Procédures contre Antoine Sabatier, avocat de Cordes, puis contre son fils Raimond, aussi avocat, pour les obliger à reconnaître un bien situé à Souel qui avait été acheté en 1370 à Jean Caviar, de Cordes, par Raimond Ichard, de Monestiés (1767-1773). — Sentence du sénéchal de Toulouse condamnant Raimond Sabatier à payer les arrérages de la rente dont ce bien est grevé (1773). — Production d'un extrait du compoix de Souel, de 1600, dans lequel figure Guy de La Gabiole, sr de Souel, avec plan des lieux contestés. — Sentence arbitrale en faveur du couvent qui réclamait aux héritiers du sr de Rochegude, sr de La Rosière, la reconnaissance d'un domaine situé à Saint-Sernin (1769). — Poursuites contre plusieurs débi-rentiers du Séquestre, de Saint-Amarand et de Saint-Juéry (1789).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 43 pièces, papier
H 4051296-1712
Procès. — Productions ne rentrant pas dans les dossiers qui précèdent. — Donation par Pierre Delherm, jurisperitus d'Albi, à son fils Durand, d'un Digeste neuf, d'un Infortiat relié avec des ais de bois recouverts de peau blanche, de maisons et jardin situés dans la rue appelée la gréba del lop, confrontant avec notamment le jardin des Jacobins (15 juillet 1296) ; mise en possession de ces biens (12 septembre). — Cession de rente par Hue Enjalbert à Barthélémy Fournier, d'Albi (1333). — Révocation par Maffreua Castel, femme de Bernard Charles, verrier d'Albi, d'une donation faite par violence à Pierre de Pieux, marchand d'Albi (1510). — Procès entre Simon Deymier, licencié, et Bernard Barbier, bastier d'Albi, à l'occasion d'un préjudice (1317). — Vente par Pierre Molinier, greffier, à Antoine Guy, maçon d'Albi, d'une partie de maison située dans la dite ville, dans la rue « de la bride à la rivière » (1629) — Accord entre Jean Ferran, de Florentin, et François Manières au sujet d'une rente en grains (1632). — Poursuites de l'exacteur des tailles de Marssac contre les héritiers d'Antoine Prouzet (1645-1647). — Affaire Rival-de Clérac : testament de Catherine Carrier, femme de Jean Rival, de La Capelle-Padiès (15 octobre 1649) ; — procès de Catherine Rival, veuve Teilhes, de Puech Mourlhou, contre Marcial Couffinal (1656) ; — testament de Jacques de Clérac qui lègue 200 livres à l'église de Vindrac, 300 aux Capucins de Cordes, 8000 à son fils Louis, sr de La Tour, et fait héritier sa femme lsabeau de Dantillac, avec réserve de la nue propriété pour son fils aîné, Clément, sr de Laroque (31 décembre 1679) ; — vente par Marc-Antoine de Clérac, sr de La Prade, héritier médiat de Gédéon de Loupiac. Sr de La Prade, aux Jacobins de tous ses droits sur les domaines de La Tessonnarié et La Gauginié jouis par eux, moyennant 200 livres devant servir au payement de la dot de sa mère, Olympe Dalles (1681) : — procès de Joseph de Clérac, coseigneur d'Arthès, contre Mathieu Teilhes, de Puech Mourlhou, débi-rentier (1712).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 29 pièces, papier
H 4061666-1706
Procès — Productions éparses (suite). — Reconnaissance d'une dette de 1000 livres par le syndic du diocèse d'Albi envers Antoine du Breuil, chanoine du chapitre cathedral d'Albi, qui avait prêté cette somme pour la construction de l'écluse du Tarn à Marssac, cette écluse étant destinée à « rendre navigable « la dite rivière du dit Alby à Gaillac » (1666). — Dettes de Jeanne Gorsse, veuve de Jean Molinier, financier, envers Guillaume Carrier, boulanger, et Jean Gardés, d'Albi (1669-1680). — Testament de Raimond Bermond, de Valence (27 décembre 1670). — Accord conclu par Louis de Bardière, de Châtel en Lorraine, comme ayant droit de François Bardière, son père, et d'Anne de Lapanouse, sa mère, avec Pierre Bermond, fils de feu Raimond (1680). — Procès entre Jeanne Barthe, veuve de François Adhémar, d'Albi, et François Adhéraar, curé de Soulègre (1661-1672). — Sentence arbitrale mettant fin à un différend entre le sr de Saint-Sernin et Louis de Roquefeuil, bénéficier d'une chapellenie fondée dans l'église de Saint-Sernin par Jean Raimond, prêtre (1677). — Testaments de Bernard Gairard, d'Albi (22 août Î685) ; — de Jean Flaujaguet, du Gô près d'Albi (13 septembre). — Affaire Dumas-Bonnaud (1686-1690): vente par Jeanne Dumas, femme de Guillaume Cadenet, commis au domaine, à Claude Bonnaud, prévôt des maréchaux pour les diocèses d'Albi, Castres et Lavaur, d'une métairie située à Caussels, au prix de 4 000 livres, ce domaine étant grevé d'une rente en grains au profit des Jacobins (1686) ; — accord touchant la cession par Jeanne Dumas d'une partie de sa créance sur Bonnaud (1690). — Testaments de Guillaume Lagarde, bénéficier du chapitre cathédral d'Albi (9 avril 1688) : — de Vincent Bories, du consulat de Saint-Juéry (14 octobre 1693). — Cession de rente par Guillaume Pellissier avocat, à Jean Gardés d'Albi (1694), acte dans lequel est inséré le testament de Madeleine Gardés, fille de Jean, contenant un legs en faveur des Jacobins (21 juin 1691). — Partage de biens entre Bernard et Guillaume Gaurel, père et fils, d'Arthès (1700). — Règlement d'intérêts de la famille Basséguy, d'Albi (1703). — Procès d'Antoinette Paillaret, contre Jeanne Broudes, veuve Alard (1706).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 19 pièces, papier
Jacobins de Castres (1255-1787) retour
Privilèges (1501-1565) retour
H 4071501-1565
Privilèges. — Bulle du pape Alexandre VI enjoignant à tous détenteurs de biens meubles et immeubles des Jacobins de Castres de les restituer sans délai (Rome, 1er juillet 1501. Copie d'un vidimus de l'official d'Albi, du 25 février 1502.) — Confirmation générale des privilèges du même couvent par le roi Charles IX (Toulouse, mars 1565. Fragment de sceau (Douët d'Arcq n° 101.)
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, papier, et 1 pièce, parchemin. Sceau
Recueils d'actes divers (1264-1720) retour
H 408*1264-1624
Actes divers. — Notes relatives aux affaires et à l'histoire du couvent, de 1264 à 1568 classées par localités : on les retrouve ailleurs. — A la fin du registre sont des reçus délivrés par le fermier des censives dues au roi à Castres, à raison d'une maison et de terres possédées par le couvent (1616-1624).
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 171 feuillets, papier
H 4091283-1632
Actes divers. — Notes relatives aux affaires du couvent, rédigées de 1623 à 1627. — Reconnaissances et lauzimes pour des maisons situées à Castres et des terres dans les environs, procédures. — Mentions d'un obit fondé en 1283 par Jourdain de Saissac, baron de Caucalières, qui laissait 40 livres de rente aux religieux, d'un autre obit fondé par Cécile de Rabastens, dame de Caucalières, en 1333 ; ces deux rentes furent reconnues en 1345 par Bertrand de Catelan, baron de Caucalières : un arrêt du Parlement de Toulouse (1426) confirma une sentence du sénéchal en vertu de laquelle la rente était amortie moyennant le payement de 500 livres ; nouvelles difficultés en 1610 avec Bernard-Raimond de Pins, baron de Caucalières, et transaction conclue en 1627 avec Jean de Pins. — Transaction avec lzarn de Brassac, sr de Montpinier, relative à une rente obituaire léguée par ses ancêtres (1503). — Accords avec Marguerite de Montbrun, fille de Raimond, sr de Gaïx, au sujet d'un obit fondé en 1292 par Jean de Burlats, sr de Gaïx, et augmenté par son fils, Jean (1381 et 1389). — Allusion au testament de Pierre, vicomte de Lautrec (1324), portant fondation d'obit ; différend avec son fils Amalric et accord avec Pierre, fils d'Amalric (1360).
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 44 feuillets, papier
H 410*1309-1720
Actes divers. — Transaction conclue avec Pierre de Pins, baron de Caucalières, au sujet d'une rente obituaire de 40 livres fondée par Jourdain de Saissac en 1283, augmentée de 10 livres en 1333 par Cécile de Rabastens, le tout confirmé en 1345 par Bertrand de Catelan : le sr de Pins payera une fois pour toutes la somme de 500 livres et la rente sera ainsi amortie (16 mars 1627). — Vente à un hôtelier de Castres de 16 cannes et demie carrées de terrain « delà « ruine du couvent » (Limoux, 16 mars 1589). — Ordonnance des trésoriers généraux de France du bureau de Toulouse enjoignant au trésorier du domaine de la comté de Castres de payer aux Jacobins la rente annuelle de 203 livres qui leur est due à raison de leurs prières pour les comtes de Castres (20 juillet 1632). — Arrêt du Parlement de Toulouse qui défend au receveur des décimes du diocèse de » Castres d'exiger aucune taxe du couvent (12 février 1632). — Autre arrêt de la même cour condamnant les consuls de Castres à reconstruire le couvent tel qu'il était le 2 juin 1621, époque où fut dressé un procès verbal de vérification des lieux, et, en attendant, à loger les religieux aux frais de la ville (19). — Autre arrêt du même jour mettant à la charge des dits consuls les prix de location du clocher de Saint-Vincent et de la loge du sonneur. — Mise des Jacobins en possession du clocher el de la loge (28). — Ordonnance du maréchal de Montmorency-Damville enjoignant aux consuls de Castres d'imposer une taxe sur la boucherie jusqu'à concurrence d'un produit de 6250 livres qui seront payées, pour la reconstruction de leurs couvents, savoir : 2 500 livres aux Jacobins, autant aux Cordeliers et 1 250 livres aux Trinitaires (Pézenas, 28 avril). — Autre ordonnance du même imposant aux habitants du diocèse de Castres une taxe de 6250 livres dont les protestants verseront les sept neuvièmes et qui sera attribuée comme ci-dessus (même jour). — Arrentement de toutes les possessions du couvent situées dans le consulat de Saint-Paul-Cap-de-Joux, moyennant une redevance annuelle de 4 setiers de blé moussole (31 mai). — Transaction conclue avec Jean-Jacques de Bernas, sr de Viscomtal, de Boissezon, Françoise de Vignolles, sa mère, et Marguerite Léonard, sa femme, au sujet d'une prairie située près de Boissezon (7 février 4560-1561). — Délibérations communales de Castres relatives, l'une à la députation de deux personnes auprès du duc de Montmorency, à Pézenas, pour trancher le différend de la reconstruction des couvents (21 avril 1632), l'autre donnant pouvoir au trésorier de délivrer les revenus de la boucherie, conformément à l'ordonnance du duc (17 août). — Nouvelle transaction avec les consuls de Castres au sujet du clocher de Saint-Vincent (19 avril 1633). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant les mêmes consuls à payer aux Jacobins une renie de 10 florins d'or, suivant les clauses d'une fondation d'obit du 13 juillet 1414 (20 septembre 1632). — Ordonnance d'un commissaire délégué du Parlement liquidant à la somme de 440 livres les arrérages dus de ce chef (30 avril 1633). — Arrêt du même Parlement condamnant Jean-Paul de Lafont, sr de Fenayrols, à payer aux Jacobins une somme de 100 livres, à raison d'un obit (28 janvier 1627). — Testament d'Anne de Bazilhac, veuve de Bernard-Raimond de Lafont, sr de Fenayrols, et mère de Jean-Paul, qui lègue 100 livres aux Jacobins de Castres. (Au château de Fenayrols, diocèse de Castres, 25 juin 1614). — Constitution de rente en faveur du couvent par Marie de Dur-fort, veuve de Jean-Paul de Lafont, sr de Fenayrols, Briols « et autres places » (9 août 1635). — Testament portant fondation d'obit de Marie de Saïx, veuve de Jean de Noë, sr de Lacrouzette (24 septembre). — Accord conclu avec Héléonor de Bernas, fille de feu Antoine, au sujet d'un pré situé près de Boissezon (26 avril 1636). — Quittance délivrée aux consuls de Castres pour payement de 90 livres restant à délivrer aux Jacobins à raison de la rente de 10 florins d'or déjà mentionnée (30 novembre). — Notification aux consuls de Viviers de la -cession d'une créance au couvent sur leur communauté (13 décembre). — Transaction avec Alexis de Perrin, sr de Montpinier, et son fils Louis au sujet de biens attenant au château de Montpinier (8 mars 1637). — Procès-verbal du dépôt au couvent d'une partie d'un bras de saint Vincent, donnée par les Jacobins d'Avignon (12 août 1638). — Notification aux consuls de Viviers de la cession au couvent d'une créance sur leur communauté (24 avril 1640). — Vidimus par un notaire de Castres, en 1309, d'un acte antérieur (non daté) portant fondation d'obit par Bernard de Vaure, recteur de Blan. — Testament de David Noë, religieux Jacobin, qui laisse diverses sommes aux couvents de Toulouse et de Castres (28 juillet 1641). — Quittance délivrée aux consuls de Castres pour payement de plusieurs arrérages d'une rente de 13 livres, 15 sous grevant les fours de la dite ville au profit du couvent (22 août 1643). — Antre quittance pour plusieurs annuités d'une rente de deux livres de cire jaune qui grève un bien dépendant de l'église Notre-Dame de La Plate (16 octobre 1642). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant les consuls de la ville mage Saint-Amans (Valtorel) à payer aux Jacobins ayant droit de Jacques Séverac, avocat, une somme de 69 livres (25 janvier 1644). — Transaction avec les consuls de Montpinier : les Jacobins consentent à payer la taille pour les biens qu'ils possèdent dans ce consulat et il leur est fait remise des taxes qu'ils avaient refusé d'acquitter jusqu'en 1644 (25 juin 1646). — Testament de Jean Sabalier. Marchand de Labruguière, qui fait de nombreux legs aux églises et couvents de la région et donne notamment 1 200 livres aux Jacobins de Castres, à charge d'obit (7 septembre 1517). — Ventes de terres et moulin par divers particuliers à Louis de Voisins, vicomte de Lautrec, baron d'Ambres et de Labruguière (1598-1605). — Transaction avec le tuteur des enfants de Louis de Voisins au sujet de ces biens : le dit baron d'Ambres les avait donnés, avec la seigneurie de Labruguière, à sa fille Louise de Voisins en représentation de la somme de 60 000 livres, partie de sa dot. Quand elle épousa le comte de Bioule ; or la veuve de Louis de Voisins, Louise de Lachâtre, prétendant avoir des droits exclusifs sur les acquisitions faites par son mari, intenta un procès au sr de Bioule et obtint gain de cause en 1624, puis par testament du 20 juin 1642 légua les terres et moulin dont il s'agit aux Jacobins ; ceux-ci concluent une dernière transaction avec les enfants du baron d'Ambres, d'après laquelle ils renoncent à toute prétention moyennant le payement de 6200 livres (13 avril 1650). — Cession au couvent d'une créance de 3137 livres sur la ville de Toulouse par Iphigénie de Beloy, héritière de François de Paulhac, juge mage de Metz (24 août). — Transaction avec les consuls de Castres au sujet d'un terrain avoisinant le couvent et diverses questions de tailles (30 novembre 1651). — Accord conclu avec Raimond de Fréjeville, médecin, relativement aux biens donnés aux Jacobins. Le 23 février 1535-1536, par le vicomte Antoine de Toulouse Lautrec, baron de Labruguière et Montfa, et sa femme, Seguine de Bar (6 août 1649). — Arrêt du Conseil d'Etat portant mainlevée des saisies faites sur les Jacobins à l'occasion des décimes, vu qu'ils sont exemptés de ces taxes 29 novembre 1651). — Fondation d'une chapellenie par Jeanne de Lafont veuve de Guillaume de Vergnoles, sr de Campans (26 février 1524 1525). — Arrêt du Parlement de Toulouse condamnant Jean Favarel, sr de Campans, lieutenant de Jeanne de Lafont, à payer au couvent la rente obituaire fondée par celle-ci (14 décembre 1651). — Transaction avec Sébastien de Châteauverdun, sr de La Condomine, habitant le château de La Jaulanié dans le consulat de Saint-Paul-Cap-de-Joux, au sujet de tailles (12 juin 1654). — Procès-verbal de la pose de la première pierre de l'église du nouveau couvent par Jean-Baptiste de Ciron, sr de Carmaux, président au Parlement de Toulouse ; il est dit que sur une pierre est gravée l'inscription suivante : IN NOMINE DOMINI, IN FINEM SŒCULORUM DEO PROTEGEXTE ET INTERCEDENTIBUS SANCTIS, LAPIDEM HANC POSUIT ILLUSTRISSIMUS DOMINUS JOANNES BAPTISTA DE CIRON, PROESES SENATUS TOLOZANI, VINGTIÈME JUIN MIL SIX CENTS SOIXANTE CINQ ; le président de Ciron fit mettre en place la première pierre par l'architecte de l'édifice, Pierre Catinaut (20 juin 1665). — Acquisition d'une maison dans la rue allant de la place à la tour Caudière, dont l'emplacement est nécessaire pour la construction de l'église des Jacobins (30 janvier 1668). — Testament d'Anne Lacary, fille de Bernard, procureur en la Chambre de l'édit, portant fondation d'obit (25 avril 1654) et codicille de la même personne (20 janvier 1656). — Testament de Jeanne Gontier, femme de Jean-Georges Duthil, avocat, léguant 1 000 livres aux Jacobins pour la construction d'une chapelle dédiée à sainte Catherine dans leur nouvelle église et à charge d'obit (18 juillet 1661). — Testament de Jean Solègre, receveur des décimes du diocèse de Castres, portant fondation d'obit (13 août 1670). — Quittance délivrée aux héritiers de François de Brenguier, sr de Sémalens au diocèse de Lavaur, pour payement de 300 livres, partie de celle de 1 600 livres capital d'une rente acquise par le couvent de François de Brenguier et autres (13 mai 1692). — Donation par Marie-lsabeau de Saint-Chamond, veuve el héritière de Louis de Cardailhac et Lévis, comte de Bioule, de la somme de 3000 livres pour la construction et le service d'une chapelle dédiée à saint Hyacinthe dans la nouvelle église des Jacobins (8 juillet 1675). — Transaction avec Antoine de Cardailhac, baron de Bioule et de Gaïx, au sujet d'une rente obituaire de 27 livres que les Jacobins prétendaient pouvoir exiger des habitants de Ruscairolles et autres mas de la baronnie de Gaïx : il est convenu qu'ils se contenteront de recevoir cette rente des mains du sr de Cardailhac (14 mai 1541). — Constitution d'une rente de 93 livres, 15 sous en faveur du couvent par Pierre de Montfaucon de Rogles, baron de Hanleville (18 avril 1675). — Autres constitutions de rente par David de Viala, sr de Bouisse, résidant à Sémalens, tant en son nom que ponr Isabeau Macary, veuve de Jean de Lapeyre, et pour Jean-Jacques de Lapeyre, sr de Belleserre (10 juin 1677) ; — par Charles de Morlas, sr de Lacam (9 mars 1679) ; — par Françoise Valeste, veuve de Jacques de Bonne, sr de Missècle, et par leur fils, Louis-Joseph, résidant à Yiviers-les-Montagnes (18 février 1687) ; — par François de Brenguier, sr de Sémalens (20 mai 1660). — Marché pour la façon de planchers « des six greniers a que le couvent fait à présent construire » (3 mars 1701) — et pour leur couverture (15 juin). — Locations d'une maison à Charles Gor, fondeur, qui l'occupait déjà (12 août) ; — d'une autre maison, dans la rue allant de la place au pont neuf, à Antoine Chainay, fondeur (29 juillet 1702). — Conventions conclues avec le fondeur Charles Gor (Gore, dans cet acte) au sujet d'un autre logement (11 juillet 1703). — Délaissement par Jacques de Châteauverdun, sr de Belbèze-Puycalvel, de biens grevés d'une rente au profit du couvent et faisant partie de la succession d'Antoine de Châteauverdun, sr de La Jaulanié (24 octobre 1705). — Location d'une maison dans la rue allant de la place du marché au pont neuf à un chapelier et à Antoine Chanay, fondeur (20 octobre 1710). — Reconnaissances, accords, arrentements, louages, quittances el autres actes (passim, 1470-1720).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 239 feuillets, papier
H 411*1529-1624
Actes divers. — Notes relatives aux affaires et à l'histoire du couvent, « despuis le retour « (des religieux) qui feust le premier janvier mil six cens dix ». — Revendications d'immeubles par les Jacobins (1610-1611). — Baux à besogne pour la main d'oeuvre de charpentier « pour le rebastiment du couvent » (3 février 1611) et de maçon (21 mars). — Dette d'une partie de la somme de 100 livres envers Jacques Massé, fondeur d'Albi, pour la façon d'une cloche (7 novembre). — Transaction avec les consuls de Castres au sujet de l'usage du clocher (4 février 1612). — Autre transaction avec Antoine de Cardailhac, baron de Bioule, relativement à une fondation pieuse et suivant un accord antérieur conclu en 1541 avec Antoine de Cardailhac, aïeul d'Antoine (3 septembre 1610). — Quittance d'arrérages d'une pension de 20 livres que sert au couvent la communauté de Montredon (18 février 1610). — Afferme aux consuls de Castres d'un palus entre le couvent et la place couverte pour y établir des tables de boulangers (5 décembre 1616). — Vente d'une métairie dite de La Rivière dans le consulat de Roquecourbe faite à Jean Falc, lieutenant de la juridiction de Montredon, et à Jean Fossé, capitaine de Roquecourbe (29 décembre 1617). — Cession aux Jacobins de droits sur un domaine consentie par Antoine de Saint-Lary, baron de Brassac, sr de Laserre, Cambounet et autres lieux (25 mai 1618). — Acquisition par le couvent d'une maison à Castres, près la fontaine dite la toulzane, vendue par Bertrand Guitard de Taurines, prévôt du chapitre cathédral de Castres (8 juin 1573). — Arrentements. revendications, reconnaissances, procédures, notes relatives à quelques obits (1529-1624).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 38 feuillets, papier
H 4121623-1629
Actes divers. — Notes relatives aux affaires et à l'histoire du couvent. — « Le 8 février « 1623 les religieux retournèrent dans Castres, après la « guerre ; ayant truvé le couvent et esglise desmoly, quy « feut cauze que messieurs de Vantedour, lieutenant du « roy en la province de Languedoc, et de Moutluc, sr de « Caraman, commissaires députés pour Sa Majesté en la « dite province pour l'exécution de ces édictz, ordonarent que les consuls bailheroient maison commode « lant pour fere le service divin que logement de nos a religieux aux despens de la dite ville ». — Le 20 juillet de la même année il fut récollé 12 setiers de blé « du « cousté de Villegoudou » dans des champs dont avait joui pendant les troubles Jean Ycard, ancien consul de Castres. — Le 9 août, remboursement du prix de cession d'un terrain de 10 cannes de long sur 5 de large dans le patus « où soloit estre l'esglise et cloistre entienement », ce terrain avait été cédé en 1612 pour y bâtir des maisons « despuis le clocher jusques au pilier de la place « couverte » mais ces constructions n'avaient pas été exécutées : il est fait en même temps allusion au « despart de la chambre [de l'édit] quy feut le 4 juin 1621. » — Arrentements de divers jardins et maisons (1623-1627), notamment d'un petit patus « où souloit estre entienement la chapelle et sépulture des religieux » (1624). — Le 14 février 1625, les Jacobins « sortirent de la « ville avec le chapitre et autres religieux à cauze du « bruict de guère ». — Quittance de 203 livres délivrée par le syndic du couvent au trésorier royal pour la pension que sert le roi en tant que comte de Castres (14 mars). — Transaction conclue avec Pierre de Pins, baron de Caucaliôres : le couvent abandonne une rente de 50 livres moyennant le payement de 500 livres (16 mars 1627).
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 7 feuillets, papier
Matières spirituelles (1475-1720) retour
H 4131475-1520
Matières spirituelles. — Confrérie du rosaire. Vidimus par l'official de Castres (1520) de vidimus des actes suivants : approbation de l'institution d'une confrérie en l'honneur de la Vierge et concession d'indulgences pour la récitation du rosaire par le nonce du Saint-Siège dans les pays de Germanie, Alexandre [Numai], évêque de Forli (Cologne, 10 mars 1475) ; bulle du pape Sixte IV mentionnant particulièrement la confrérie fondée dans l'église des Jacobins de Cologne (Rome, 29 mai 1478) : — bulle analogue du même pape pour la province de Bretagne (Rome, 8 mai 1479) ; bulle du pape Innocent VIII confirmant celle (ci-dessus) de 1478 (Rome, 27 février 1488) ; — bulle du pape Alexandre VI confirmant celles de Sixte IV et d'Innocent VIII, à la requête du général des Jacobins (Rome, 12 juin 1494) ; — bulle du pape Jules 11 confirmant les décisions pontificales antérieures concernant le couvent de Cologne (Rome, 14 mars 1503-1504, « . première année du pontificat »).
Description physique : (Rouleau.) — 3 peaux, parchemin. — 1 m. 70
H 414*1610-1720
Matières spirituelles. — Confrérie du rosaire. — Liste des confrères des deux sexes, dressée en 1610 et continuée jusqu'en 1612 ; on y trouve les noms et assez souvent les signatures de Marie-Louise de Voisins, fille du sr d'Ambres, femme du sr de Bioule, Jean Josse, conseiller à la Chambre de l'édit, et sa femme Marguerite d'Anticamareta de Veilhes près de Lavaur, Marie de Paule, fille du président au Parlement, Madeleine de Caderousse, dame d'Auterive, d'avocats, procureurs, praticiens de la Chambre de l'édit et autres personnes. — A la suite de cette énumération vient un répertoire des confrères admis jusqu'en 1664, dans l'ordre alphabétique de leurs prénoms. On peut citer : Alexandre Guérin, sr de Chateauneuf-[de-Randon], baron du Tournel, habitant son château du Bois en Gévaudan (reçu en 1620), Claire Dupuy, femme de M. de Roquecourbe, sr de Viviès (1614), François de Bertrandi, conseiller au Parlement de Toulouse (1615), François d'Olivier, aussi conseiller à la même cour (1634). François Azémar, viguier et prévôt de la ville et du diocèse de Castres (1634), Huguette et Jeanne Dupuy, filles de M. de Roquecourbe ci-dessus (1614), Jean Dupuy de Viviès (1614), Pierre Jafari, trésorier général, « natif d'Albi », et Pierre Lom-brail, conseiller au Parlement de Toulouse (1616). — Liste des « intendants » de la confrérie (1610-1635). A l'envers du registre, actes d'abjuration de calvinistes, de 1614 à 1665 et en 1720. On remarque les noms de Joseph Auret et Michel Séverac, avocats (1617), Marguerite de Brusis, veuve de Jean d'Hérail de Brisis (1619), Marc de Villeneuve, sr de La Crousille (1660), Jean de Grassy, sr de Labastide, et Pierre Roudil, notaire de Mazamet (1661), Pierre Bernadou, chirurgien de Villemur (1662), Jean Calvairac, natif de La Tellière au diocèse de Castres, colonel de cavalerie et brigadier au service du roi de Pologne (1720).
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 127 et 22 feuillets, papier
H 4151646-1700
Matières spirituelles. — Décisions de chapitres de l'ordre tenus à Paris (6 mars 1646) — et à Castres (12 juillet 1654). — Ordonnances de visite du couvent de Castres émanant du prieur provincial de Toulouse (1679, 1692 et 1700. Cachets sur papier.) — Circulaire du maître général de l'ordre, Antoine Cloche, annonçant l'élection du pape Alexandre VIII (Rome, 22 octobre 16 »9. Imprimé), « Response… (au sujet du ; faict de la séparation des Convents qui sont deçà la Loire d'avec ceux qui sont delà » (sans date [XVIIe siècle]. Imprimé, in-4° de 12 pages.)
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, papier, dont 2 imprimées. Cachets
Donations (1258-1682) retour
H 4161258-1259
Donations. — Mise en possession de l'église Saint-Vincent de Castres et ses dépendances par l'évêque d'Albi B. [Bernard de Combret] en faveur de Guillaume Ramond, de l'ordre des Frères prêcheurs (28 mai 1258. Copies du XVIIe siècle.) — Cession par l'abbé du monastère de Castres, Guillaume, de tous les droits de cette congrégation sur l'église et le cimetière de Saint-Benoît, suivant les instances de Philippe de Montfort le jeune (3 juin. Copies du XVIIe s.) — Cession par le chapitre des Bénédictins de Castres du dit cimetière, d'une part canoniale et des torches et lits qui revenaient aux moines à l'occasion des sépultures dans ce terrain et ratification de ces dispositions par Philippe de Montfort le jeune (29 janvier 1258-1259. Copies du XVIIc s.)
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 6 pièces, papier
H 4171448
Donations. — Testament de Raimond Pasturel, damoiseau de Castres, qui institue le couvent son héritier universel, après avoir élu sa sépulture dans la chapelle de saint Yvon de l'église des Jacobins et fait divers legs à plusieurs églises qui sont, outre la précédente, celles de Saint-Julien de Castelnau-de-Brassac, Notre-Dame de Sol Rabaud, Notre-Dame de Higatz fondée et dotée par ses ancêtres ou collatéraux et Saint-Martin del Boys, toutes dans le diocèse de Castres. Le testament est retenu dans le couvent et dans une chapelle « que est infra domum domini comitis castrensis, que domus est in litore fluminis Agoti, in infra clausuram et limites dicti conventus » (22 février 1447-1448) — Titres de propriété du testateur : acquisitions faites dans la paroisse Saint-Vincent-de-la-Capelle, près de Lautrec, par Jean Pasturel, de Lacaune (1328 et 1336) ; — donation d'une métairie située à Saint-Jean-de-Vals par Arnal d'Aussac, damoiseau, au même Jean Pasturel, son neveu, en compensation d'une dette de 150 livres (1329) ; — reconnaissance d'une dette de 40 livres en faveur de Pierre Pasturel, de Lacaune, fils de Jean (1345) ; — cession de cens sur un domaine situé à Saint-Vincent par divers particuliers en faveur des héritiers de Pierre Pasturel, de Viane, représentés par Ermengaud d'Aussac (1351) ; — bail emphithéotique du domaine de Belpech, près de Lautrec, par les tuteurs de Raimond Pasturel, fils de Pierre (1371, n. s.) ; — reconnaissance d'une dette de 8 livres pour le droit d'entrée d'une métairie dite de Belpech, près Lautrec, en faveur de Raimond Pasturel, de Castelnau-de-Brassac (1387) ; — vente par Raimond Pasturel, de Castres, d'un domaine dans la juridiction de Roquecourbe (1419).
Description physique : (Liasse.) — 11 pièces, parchemin, et 4 pièces, papier
H 4181499-1682
Donations. — Donation faite au couvent par Raimond Terme, tailleur de Roquecourbe, d'une vigne située au dit lieu (24 octobre 1499). — Testament de Bernard Maraval, cordonnier de Castres, portant une clause de substitution en faveur des Jacobins (26 juin 1525). — Donation de tous les biens lui venant de son oncle par Jean Frézouls, de la paroisse de Saint-Etienne-de Graissac, sur le point de prendre l'habit religieux (26 novembre 1556). — Testament de François Lavayre, cordonnier de Villegoudou, qui lègue 100 livres au couvent (2 novembre 1576). — Legs fait par David Noë, novice, de 20 livres aux Jacobins de Toulouse, d'une vigne et d'un bois situés dans la paroisse de Burlats à ceux de Castres (28 juillet 1641). — Testament de Louise de La Chastre qui exprime le désir d'être ensevelie dans la chapelle de Nançay et lègue à la dite chapelle 800 livres pour un service anniversaire, 1 200 livres au sieur de Villière, son neveu, 6000 livres, aux pauvres de la paroisse de Saint-Sulpice à Paris 300 livres, aux Carmes déchaussés [de Paris] 200 livres, aux Cordeliers de Lautrec une maison au dit lieu pour achever la construction de leur couvent, aux Jacobins de Castres une métairie dite de Lardicou et un moulin à Labruguière, à la fille aînée de son neveu le comte de La Chastre 30 000 livres et diverses sommes à ses serviteurs (Paris, 20 juin 1642). — Donation par Antoine Auriol, du consulat de Damiatte des biens provenant de la succession de sa mère (16 août 1668). — Legs de 60 livres par Paule Roques, femme de Bonnet, procureur à Castres (16 juin 1669). — Testament de l'évêque de Castres Michel Tuboeuf qui élit sa sépulture dans l'église cathédrale ou, en cas d'empêchement, dans l'église des Jacobins (30 juin 1679). — Reçu délivré par le prieur Hyacinthe Escudier à l'aumônier du dit évêque défunt pour le dépôt du cœur de celui-ci (19 mai 1682).
Description physique : (Liasse.) — 14 pièces, papier
Acquisitions (1271-1663) retour
H 4191271-1307
Acquisitions faites par le couvent ou ses auteurs. — Vente par Guillaume Bacou et sa femme au prieur Estève d'une maison située à Castres, sur le bord de l'Agoût, de cel tro en abis, pour 26 livres de Melgueil (27 septembre 1271) et acquit d'une somme de 42 livres moins 6 sous, 6 deniers délivré par diverses personnes au prieur B. de Boussagues (de Bossagas) (10 février 1273-1274). — Vente par Bernard Durand et ses enfants au prieur Estève d'une maison a Castres, sur le bord de l'Agoût, pour 50 livres (22 octobre 1271) et session de tous ses droits sur cet immeuble par Pierre Amiel, frère de B. Durand (8 novembre). — Vente par B. Roussel et sa femme à Guillaume de Perpignan d'un jardin situé à Castres hors de la porte Toulzane pour 9 livres tournois (8 février 1294-1295) et lauzime de ce bien à l'acquéreur par P. Ramond, damoiseau, et Adhémar Fabre, moyennant un cens annuel d'une pogèse (28 février). — Autre vente par le môme B. Roussel à G. de Perpignan d'un sol de maison au quartier de la Toulzane pour le prix de 13 sous tournois (25 février 1295-1290) et lauzime de ce terrain par Pierre Ramond et Adhémar Fabre moyennant un cens d'une pogèse (12 avril 1296). — Vente par Raimond Fusier et sa femme à Guillaume de Cams de la moitié d'un jardin a la orla de Papoluou pour 30 sous tournois (19 décembre 1299) et lauzime de ce bien par des ayant droit (21 février 1299-1300). — Vente par Jean Molinier, archiprêtre de Castres, au couvent dont le prieur est Bernard Guy, d'un jardin à Villegoudou (a la orla de Vilagodor) pour 45 livres tournois (7 mai 1303). — Vente par Arnaud Molinier, sa nièce et le fils de celle-ci au prieur Bernard Guy, d'un jardin au même lieu, pour 25 livres (18 mai). — Ventes au même prieur par P. … et son fils d'une maison située à Castres dans la rue conduisant du théron à l'Agoût, pour 25 livres (7 décembre 1304) ; au prieur Loup par Arnaud Capelle d'une autre maison dans le même quartier, pour 20 livres (25 novembre 1307). — Vente par Pons et R. Jean, frères, à Guillaumette, veuve de B. Gasc, d'un sol de maison à Castres, aux abords de la porte Toulzane, pour 65 sous tournois (19 mars 1304-1305) et lausime de ce bien par des ayant droit moyennant un cens d'une maille (18 février 1305-1306).
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, parchemin, et 6 pièces, papier
H 4201324-1471
Acquisilions faites parle couvent ou par ses auteurs. — Ventes au couvent par Guillaume Grimaut, notaire de Castres, d'une terre située à Castres dans le quartier dit de Papaluou, pour 8 livres tournois (8 décembre 1324) ; — par Bernard d'Albi, de Castres, d'une terre située dans la banlieue de Castres, au lieu dit La Barrière, pour le prix de 10 livres (2 décembre 1325) ; — par la veuve de Guillaume de Saint-Jean, de Castres, et son fils Raimond d'un jardin ela orla de la Barrieyra pour 10 livres (3 mai 1327) ; — par la veuve de Jean Nègre, forgeron de Castres, et son fils R. d'un jardin ela orta de Papaluou pour 20 livres (27 février 1327-1328) ; — par la veuve de R. Grimaut d'un jardin au même lieu pour 36 livres (7 septembre 1328) ; — par Pierre Barrau, tisserand, d'un jardin à Castres, dans le faubourg de la Toulsane pour 20 livres (19 août 1329) ; — par Arnaud et Bernard de Dousans (de Duobus annis) de leurs droits sur des jardins et maison précédemment acquis par le couvent, moyennant un cens annuel de 2 sous, 6 deniers et l'abandon d'un legs obituaire fait par leur mère (27 mars 1330) ; — par R. Guiffe, de Castres, et sa femme d'un jardin situé à Papaluou pour 8 livres (16 mai 1330). — Vente par les exécuteurs testamentaires de Jean de Lordat, chevalier de Laulrec, au vicomte de Laulrec Philippe, de tous les biens du défunt dans cette vicomte et le diocèse de Castres, pour la somme de 2001 florins d'or (septembre 1391). — Vente au couvent par la veuve de Jean Blanc, de Villegoudou, de deux journaux de pré situés au dit lieu, pour 14 écus d'or (19 avril 1471).
Description physique : (Liasse.) — 8 pièces, parchemin, et 2 pièces, papier
H 4211501-1543
Acquisilions faites par le couvent. — Ventes au couvent par Remi Mas, cultivateur de la paroisse de Saint-Jean de Laboulbène, d'un champ situé à Montpinier pour le prix de 11 livres, 10 sous (31 décembre 1504) ; — au prieur Jean Roques par Jean Bélières, tailleur de Castres, des trois quarts d'un pré bordant le chemin de Castres à Venés et le ruisseau de Rose, pour 24 livres (1er décembre 1516) ; — au même prieur par Pierre Boneri, marchand de Cambounés, d'une vigne à Montpinier pour 35 livres (29 mai 1517) ; — au couvent par François Fournier et sa femme, de Saint-Pierre-de-Mazières, d'un sol de maison à Castres, pour 3 florins d'or et demi (16 juillet 1523) ; — au prieur Jean Gouffre par Pierre Albion, de Castres, de ses droits sur la moitié d'une métairie dite de La Sagne dans le consulat de Boissezon, pour la somme de 50 livres (15 février 1529-1530) ; — au même prieur par Guillaumette Avèze, veuve de Barthélémy Puech, de tous ses droits sur des biens situés à Saint-Paul-Cap-de-Joux pour une rente viagère de 15 setiers de blé moussoie (24 juin 1530) ; — au prieur Jean Dumas (de Manso) par Azémar Corbière, marchand de Castres, d'une vigne près de ladite ville, pour 125 livres (30 juin 1537). — Ratification par Jacques de Brassac, seigneur de Montpinier, de l'acquisition faite par le souvent d'une maison située dans un faubourg de Montpinier (27 février 1541-1542). — Ventes au couvent par la veuve de Jean Mas et son fils Guillaume d'une maison à Montpinier pour 9 florins valant chacun 15 sous, plus un selier de seigle (12 janvier 1542-1543) ; — par André Fraissinet, bachelier en droit de Puylaurens, d'une métairie dite de Millassolle dans le consulat de Puylaurens, pour 300 livres, le prieur étant Antoine Gavy (3 février 1542-1543) et bail de ce domaine au vendeur moyennant une redevance de 21 seliers et demi de blé moussole.
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 10 pièces, papier
H 4221546-1663
Acquisitions faites parle couvent ou par ses auteurs. — Ventes au couvent par Jean Desplas, du consulat de Saint-Paul-Cap-de-Joux d'une terre au dit lieu, pour le prix de 20 livres (1 octobre 1546) ; — par Jean Guilabert el sa femme, de Montpinier, d'une maison dans ce village, pour 9 livres (30 janvier 1549-1 550). — Vente par Jeanne Navarre à Antoine Daix, marchand de Castres, d'un petit jardin à Villegoudou, « hors la dite ville [de Castres], près la porte « de Fuzié », pour 25 livres (4 mars 1593). — Ventes au couvent par Antoine Mas, de Montpinier, d'une vigne au dit Heu, sur le bord du a chemin allant du chasteau « de Montpinhe à Peyregoux », pour 66 livres (27 octobre 1637) ; — par Jean Riquet, marchand de Castres, d'un étal de la place couverte, pour 7 livres (17 novembre 1639) ; — par François Mas d'une terre à Montpinier pour 23 livres (31 octobre 1646), — d'une vigne au même lieu pour 30 livres (18 janvier 1655), — d'une autre vigne pour 300 livres dont 200 proviennent d'une fondation obituaire faite par Arnaude Garric (28 septembre 1658). — Subrogation du couvent dont le prieur est Jean-Baptiste Maderan aux droits de Jean Caudé, de Cajarc au diocèse de Cahors, sur une sixième partie du domaine dit de Palmous, engagée au dit Caudé par Jean Gontier, de Roquecourbe, moyennant la somme de 300 livres (20 juillet 1663).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, 9 pièces, papier
Obits et chapellenies (1275-1775) retour
H 423*1656-1754
Obituaire. — Relevé des inhumations faites dans l'église du couvent, avec l'indication précise des lieux. — On remarque les noms de : Maieval, notaire (1656), Villeneuve, substitut près la Chambre de l'édit (1660, un enfant), Dutil, avocat (1661, sa femme, le sr de Moncuquet (1662, une enfant), Michel Séverac, avocat, Devic, notaire (1664, une enfant), Pierre de Fermat, conseiller en la Grand chambre du Parlement de Toulouse, « estant de la séance de la Chambre de l'édit à Castres ; la dilte sépulture est dans le balustre du costé de septentrion et il y a une pierre, son nom escrit dessus » (13 janvier 1665), mademoiselle de Bélesta, Jean-Georges Dutil, avocat (1670), noble dame Claire de Groles, femme du sr de Belloc (1671), Anthelme de Montfaucon de Rocles, baron de Hauteville-Belloc, Philippe de Martin, femme de Louis de Raimond, sr de Carbonières, avocat au Parlement (1672), le dit Louis de Raimond (1673), mademoiselle de Carbonières « la jeune » (1676). — « Sépultures de l'église nouvelle » [à partir de 1678] : Bonnet, procureur près la Chambre de l'édit (1679, une enfant), François de Raimond de Carbonières qui a légué 100 livres pour un service anniversaire et 50 livres pour sa sépulture, Isabeau Ducros, femme de Villeneuve, substitut du procureur du roi (1680), Charles Rion, orfèvre (1684), un marchand de tabat en poudre » (1691), Candoumer, nouveau converti (1692), Devic père, notaire (1693), le sr de Belloc « gentilhomme », madame de Saint-Chamont, comtesse de Bioule, « dans son caveau de la chapelle de saint « Hyacinthe » (1696), la mère de madame de Lastens (1705), le fils ainé de M. de Missècle de Viviers et de Marie de Villeneuve (1709), Alexandre-Joseph de Citton (Dissiton ?), sr de Salières, fils de Jacques, sr d'Espine et de Marie de Villeneuve de Navès, âgé de 25 ans, Pierre Gautier, fils de Pierre-Paul, receveur des tailles, et d'Anne Bouisset (1711), Marguerite Fournials, femme de Mathieu Barbara, juge criminel el subdélégué de l'intendant de Languedoc (1712), Pierre-[Paul] Gautier, receveur des tailles (1713), Marc-Antoine Lengary, sr de Malacan (1720), Jean Prudhomme, avocat, lieutenant de maire de Castres (1725). Jacques de Citton (Dissiton), sr d'Espine (1729), le R. P. Jacques O'Connel « Irlandais affilié dans ce couvent » (décédé le 5 novembre), Philippe de Roulac, veuve de Pierre de Mafre, sr de Lastens (1731), un fils d'Antoine Dubuisson, orfèvre, « madame de Gautier, mère de M. Boisset de Gautier, ancien colonel » (1735), une fille de Jean Gautier de Boisset, receveur (1738), Antoine Lebeau-Dubuisson, orfèvre (1739), Jacques Prudhomme, procureur du roi et lieutenant de maire, Joseph Barbara-Labeloterie (1741), une fille du sr Lamarquisic-Lengary (1743), Jean Gautier de Boisset, ancien colonel et receveur (1748). — A la fin du registre mention est faite des sépultures de religieux du couvent, depuis 1684 jusqu'en 1752 ; le 27 mai 1743 fut enseveli le R. P. Antoine Roquette affilié en 1707, âgé de 71 ans, qui « avoit esté prieur dans plusieurs grands convents. »
Description physique : (Registre.) — In-f° oblong, 80 pages, papier
H 4241275-1460
Obits et chapellenies. — Vidimus par le juge ordinaire de Castres (1415) des actes suivants : don en aumône et pour le repos de son âme fait par le comte de Castres Jean de Montfort d'une rente de 10 sous par semaine à prélever sur les revenus du péage du pont de la dite ville, lesquels 10 sous s'ajouteront à une égale somme léguée au couvent par le père du donateur (Castres, 24 mars 1274-1270) ; — extrait du testament d'Eléonor de Montfort, comtesse de Vendôme et de Castres, qui lègue aux Jacobins une rente de 20 sous par semaine sur la quête exigible de la communauté de Castres, plus 200 livres tournois pour la construction d'une chapelle en l'honneur de saint Michel près de la sacristie et dans le cimetière du couvent, plus des vêtements sacerdotaux et des ornements d'église, à charge de célébrer chaque semaine un service obituaire en sa mémoire (Roquecourbe, 19 mai 1338) ; — legs à charge d'obit par Catherine, comtesse de La Marche, Vendôme et Castres, d'une rente hebdomadaire de 20 sous sur les biens de Jean Emery, chevalier, et d'une somme de 100 livres (24 septembre 1403) ; — mandement de Jacques de Bourbon, comte de La Marche et de Castres, à son trésorier général de faire payer aux Jacobins par le trésorier de la comté de Castres la somme de 52 livres représentant une annuité de la rente de 20 sous à eux léguée par sa mère, la comtesse Catherine (Villefranche-en-Beaujolais, 26 juin 1415). (Copies de 1671.) — Testament de Raimond Saisse, fondateur du couvent des Chartreux de Castres, qui laisse 30 florins d'or aux Jacobins pour l'entretien d'une chapellenie (17 avril 1361 Copie.) — Testament de Jean, comte de Vendôme et de Castres, contenant une fondation de chapellenie qui est dotée d'une rente de 4 livres, 10 sous sur diverses maisons et sur la redevance de 10 florins d'or que la communauté de Castres paye au comte pour les fours de la ville (27 décembre 1362. Copie.) Testament de Blise Calvet, marchand de Labruguière, portant fondation d'une chapellenie dans l'église de ce lieu, dédiée à saint Tbyrs (28… 1400. Copie du XVIIe siècle.) — Extrait du testament de Marie de Bourbon qui prescrit à son héritière Eléonor de Bourbon, comtesse de Castres, de donner aux Jacobins la somme nécessaire à l'acquisition de cens qui leur permettent de vivre, à charge d'un service obituaire (Château de Lacaze, 24 novembre 1460. Copies du XVIIe siècle.)
Description physique : (Liasse.) — 10 pièces, papier
H 4251402-1531
Obits et chapellenies. — Testament du vicomte de Laulrec, Pierre, chevalier, seigneur de Montredon, qui lègue aux Jacobins 500 setiers d'avoine pour dire 250 messes dans l'année de son décès, plus 200 livres pour un service obituaire quotidien dans la chapelle de Notre-Dame de leur église. Le testateur exprime le désir d'être inhumé dans cette chapelle et demande qu'il soit fait un grand cercueil [quoddam magnum vulgariter nuncupalum thaut) dans lequel seront placés à côté de son corps les ossements de sa défunte femme Ermessende de Montant ; il donne 20 sous à chacune des trois personnes qui feront le transfert de ses restes. 11 lègue à chacune de ses filles Agnès et Ermessende 100 livres pour le cas où elles entreraient comme religieuses au monastère de Vielmur, à son frère Jr. an de Lautrec, chevalier, 2 marcs d'argent, à deux de ses fils, Jean et Innocent, 20 livres de rente annuelle et alimenta sua et institue héritier son autre fils Pierre. Suivent des legs à des serviteurs. Le domicile du testateur était Castelfranc (Réalmont, 21 juillet 1402. Copie du XVIIe siècle.) — Donation à charge d'obit par Jean Dupin (Pini), bachelier en droit, d'une rente de 5 setiers de blé sur un domaine dit du Pas del loup dans la paroisse de Saint-Gratien, au diocèse de Lavaur (7 juin 1482). — Fondation d'obit par Pierre Pélissier, tailleur de Castres (16 novembre 1531).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 3 pièces, papier
H 4261536-1654
Obits et chapellenies. — Donation par Antoine de Toulouse et Lautrec, vicomte de Lautrec, baron de Labruguière et Montfa, et sa femme Seguine de Barde divers biens situés à Belleserre, dans la juridiction de Montfa, à charge de service obituaire et pour l'entretien d'une chapellenie fondée par les ancêtres du dit vicomte dans la chapelle construite par leurs soins et dédiée à Notre-Dame dans l'église Saint-Vincent de Castres (23 février 1535-1536). — Testament de Catherine Planèse, de Castres, qui laisse au couvent une rente de 20 sous pour un obit (1er décembre 1539). — Collation d'une chapellenie fondée par Barthélémy Auger par le prieur des Jacobins Dominique Bruni et le gardien des Cordeliers de la même ville, patrons de ce bénéfice (10 mai 1610). — Testament de Marie de Saix, veuve de Jean de Noé, sr de Lacrouzette, qui lègue au couvent 600 livres à charge d'obit ; elle institue son héritière sa fille Jeanne de Noé, femme du sr de Gept (24 septembre 1635). — Collation par le vicaire du prieur d'une chapellenie fondée en 1524 par Jeanne Lafon (de Foule), veuve du sr de Vergnoles (2 août 1641). — Abandon au couvent d'une créance de 69 livres par Michel Séverac, avocat de Castres, en échange de prières qui seront dites pour le repos de l'âme de ses parents (1643). — Fondation d'obit par Marc Condomy, de Castres. — Testament de Cécile Séverac, veuve de David du Carbon, greffier de la cour ordinaire de Castres, instituant pour ses héritiers la femme de Michel Séverac et le couvent des Jacobins, à charge pour ces dernière d'ensevelir son corps dans leur église et de dire des prières à perpétuité (14 novembre). — Fondations d'obits par Bertrand Franques, de Castres (1644). — par Antoine et Pierre Ribeyran, de Saint-Paul-Cap-de-Joux (1651), — par Anne Lacarry, fille de feu Bernard, procureur en la Chambre de l'édit (1654).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 15 pièces, papier
H 4271587
Chapellenie dite de Sabatier. — Attestation du décès d'un chapelain (1587). — Extraits du cadastre de Labruguière relatifs aux biens de la chapellenie (1571 et 1596). — Collations du titre de chapelain de cette chapellenie fondée en 1517 dans un faubourg de Labruguière par Jean Sabatier, marchand du dit lieu, el appelée du Bon Jésus ou de Périé Vertel ; les collateurs sont les prieurs des Jacobins de Castres Autonin Roquete (1712 ; Alexis Olivier (1743) et Jean-Baptiste Sappey (1787).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 8 pièces, papier
H 4281619
Chapellenie dite de Tailhades. — Transaction du bénéficier, Antoine Dupuy, chanoine, du chapitre cathédral de Castres, avec les tenanciers du mas de Tailhades au sujet de redevances dues par eux à la chapellenie fondée dans la chapelie de sainte Catherine de Sienne de l'église des Jacobins (1619). — Production du testament de Marguerite, fille de Raimond de Rats, marchand de Castres, portant fondation de cette chapellenie à l'entretien de laquelle sont affectés ses terres du mas de Tailhades près de Boissezon (20 juillet 1361) ; — du litre de collation et delà mise en possession de la chapellenie en faveur d'Antoine Dupuy (1616).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 4 pièces, papier
H 4291661-1775
Obits el chapellenies. — Testament de Jeanne Gontier, femme de Jean-Georges Duthil, avocat près la Chambre de l'édit de Castres, qui lègue aux Jacobins la somme de 1 000 livres à charge d'obit et pour la construction d'une chapelle dédiée à sainte Catherine « dans l'esglise qu'ils feront bastir » (18 juillet 1661). — Legs de 16 livres à charge d'obit par Antoine Mestre, femme du sieur Berson, de Castres (22 janvier 1664). — Donation à la confrérie du saint Sacrement établie dans l'église de La Plate de Castres par Jean de Barthélémy, receveur des amendes de la Chambre de l'édit, d'une rente de 25 livres pour un service obituaire, avec cette clause que, si ce service cessait d'être célébré à La Plate, les Jacobins et les Cordeliers en seraient chargés et loucheraient les arrérages de la rente (26 octobre 1669). — Testament de Jean Solègre, receveur des décimes du diocèse de Castres, léguant 300 livres au couvent des Jacobins pour une fondation d'obit (3 août 1670). — Testament de Catherine de Siton (ou Citton), femme de Charles de Saint-Laurens, sr de La Gardie, qui lègue une rente de 75 livres pour un obit (19 janvier 1671) et réduction du service obituaire par la même personne (1678) — Fondation d'une chapellenie par lsabeau de Saint-Chamond, veuve de Louis de Cardaillac et Lévis, comte de Bioule, lieutenant du roi en Languedoc, qui donne à cet effet au couvent la somme de 3000 livres (28 juillet 1675). — Legs de 100 livres à charge d'obit par Charles de Perrin, sr de Lengary (28 février 1689). — Testaments de Catherine Saissac, femme de Jean Prudhomme, notaire de Castres, portant fondation d'obit (1691 et 1692), — de Marie-Hyacinthe de Saint-Chamond, femme d'Henri de Bourbon, marquis de Malause, « étant en ses couches », laquelle fonde plusieurs obits ou chapellenies à Labruguière et laisse 50 livres à chacun des couvents de Castres ; elle institue pour son héritier sa fille Marie (Labruguière, 19 mai 1691). — Legs de 400 livres à charge d'obit par Jean Prudhomme, avocat de Castres (4723), — de 100 livres, aux mêmes conditions, par Jacques Tautil, maître maçon (1728), — de 340 livres par Rose Anterrieu, de Castres (1732). — Collation par le prieur des Chartreux de Castres d'une chapellenie fondée par Raimond Saisse dans l'église des Jacobins (1775).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 17 pièces, papier
Lauzimes, reconnaissances et lièves de biens du couvent (1514-1735) retour
H 4301514-1734
Lauzimes et reconnaissances. — Lauzimes par le syndic du couvent et reconnaissances en faveur des Jacobins, relatives à des biens situés à Casires (maisons dans la rue du masel. ou près de la halle), à Saini-Jean-de-Bellecelle (site de Bordellas, à Saint-Martial-de-Camarens (1514-1762) ; les tenanciers d'une prairie à Saint-Martial sont les marguilliers de l'église de La Plate de Castres, en 1722 et 1762. — Plan des terres de Saint-Martial, avec croquis de l'église et du mas [XVIII siècle]. — Reconnaissance par le prieur Hyacinthe Barreyre et les religieux en faveur de Pierre-Alexis de Perrin, sr de Brassacet de Montpinier, d'une vigne située dans la paroisse Saint-Pierre-de-Mazières, consulat de Montpinier (1734).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 26 pièces, papier
H 431*1628-1666
Liève des redevances dues au couvent, dressée en 1628 et portant les mentions de payements jusqu'en 1666. — L'origine de chaque liève ou droit est résumée, ainsi que les actes de reconnaissance successifs, dans l'ordre chronologique des échéances, mois par mois. — Il est rappelé notamment que le 27 décembre 1362 Jean de Montfort, comte de Castres, ayant fait contruire dans l'église des Jacobins-une chapelle dédiée à la Trinité, dota celte fondation d'une rente de 10 florins d'or que lui servaient les consuls de Castres comme tenanciers des fours de la ville, et de plus d'un revenu de 4 livres, 10 sous que produisaient « certaines maisons » ; les consuls nommèrent le chapelain après la mort de celui que le comte avait désigné ; en 1632, le Parlement de Toulouse évalua à 13 livres, 15 sous la valeur des 10 florins et condamna les consuls à payer les arrérages échus depuis 29 ans : la dette de la communauté fut liquidée, l'année suivante, à 440 livres. — « De temps immémorial » les consuls et leurs conseillers font dire une messe le lendemain du jour où, entrant en charge, ils ont prêté serment devant le sénéchal : ils donnent à cette occasion 20 sous, plus deux cierges de cire blanche du poids d'une demi-livre. — Mentions d'obits fondés par les comtes et comtesses de Castres, pour lesquels le roi paye une rente de 203 livres ; — par Jeanne de Ponthieu, comtesse de Castres (1356) ; — par la veuve de Bernard-Raimond de Lafon, sr de « Fenayrols près de la ville de Lautrec » (1614) ; — par Jean de Burlats « vieux », sr de Gaïx (testament de 1292) et son fils, Jean (testament de 1300) ; — par le vicomte de Lautrec, Pierre, qui, par testament du 29 mars 1324, grève d'une rente obituaire son moulin de Lafenasse et subsidiairement la baronnie de Montredon. — A la fin du registre, table des débi-rentiers.
Description physique : (Registre.) — In-f°. 87 feuillets, papier
H 4321632-1642
Liève des redevances dues au couvent dressée en 1632, avec mentions de payements jusqu'en 1642. (Incomplet.)
Description physique : (Liasse.) — 2 cahiers, in-f°oblong, de 12 et 22 feuillets
H 4331643
Liève des redevances dues au couvent, dont les arrérages sont échus en janvier et février. (Incomplet).
Description physique : (Liasse.) — 2 cahiers, in-f° oblong, de 16 et 8 feuillets, papier
H 4341696-1735
Liève des redevances dues au couvent, dressée en 1696 et portant les mentions de payements jusqu'en 1735, dans l'ordre chronologique des échéances, mois par mois. — Au début, table des débi-rentiers.
Description physique : (Cahier). — Petit in-f°, 30 feuillets, papier
Amortissements, aveux et dénombrements (1309-1754) retour
H 4351309-1500
Amortissements. — Le roi Philippe le Bel exempte le couvent du payement d'un cens de 49 sous, 3 oboles grevant plusieurs jardin et un enclos acquis par les religieux (Villeneuve-le-Comte), octobre 1309. Copies du XVIIe siècle). — Exemption par le fermier des revenus royaux dans le consulat de Saint-Paul-Cap-de-Joux de tous droits exigibles du couvent à raison d'acquisitions faites dans la paroisse de Saint-Gratien de Gourmés, moyennant le payement de 46 doubles tournois au dit fermier ; ces biens ayant appartenu à Jean Dupin (Fini) à sa femme et ses héritiers 8 février 1537-1538). — Titres de propriété de Jean Dupin, bachelier en Décret de Castres (1476) et d'Antoine Dupin, prêtre, originaire de Vielmur (1500).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 1 pièce, papier
H 4361521-1641
Amortissements, aveux et dénombrements. — Dénombrement par un prêtre de Castres de chapellenies dont il jouit, fondées l'une par Vincence Talapia dans la chapelle de sainte Catherine dans l'église des Jacobins, pour laquelle le seigneur de Montredon paye 10 livres et les consuls de ce lieu 20 livres, l'autre fondée par André Albion dans l'église de La Plalé de Castres et dotée d'une pension de 26 livres, 5 sous que servent les consuls de Boissezon (1521). A la suite est transcrit le dénombrement des biens et revenus du couvent, qui consistent : en une rente de 203 livres que paye le trésorier de la comté de Castres pour l'obit des comtes ; en une rente de 20 livres exigible des consuls de Montredon à raison de legs obituaires faits par les vicomtes de Lautrec ; en 2 jardins dans les faubourgs de Castres, un bois dans le consulat de Castres, des vignes à Montpinier rapportant environ 20 pipes de vin tous les ans, des terres à Saint-Vincent de La Capelle donnant 6 setiers de blé, d'autres terres dans la banlieue de Castres produisant 8 setiers de seigle, et plusieurs maisons attenant au couvent 1539 à 1541]. (Copie de 1648). — Reconnaissance envers le roi d'une terre située à Sainte-Foi par Jean Sabatier, religieux du couvent (1540). — Ordonnance du commissaire député pour la liquidation du domaine royal d'avoir à exhiber les aveux, reconnaissances et autres actes justifiant la propriété (1624). — Reconnaissance au roi par Antoine Sirven, marchand de Castres, d'une maison pour laquelle il est payé, outre 2 deniers de cens au roi, 10 sous à la chapellenie fondée par Jean de Montfort dans l'église Saint-Vincent en l'honneur de la Trinité (1635). — Assignation du syndic du couvent à la fin de remettre la déclaration de ses biens, à l'occasion de la recherche des droits d'amortissement (1641).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, papier
H 4371651-1754
Amortissements, aveux el dénombrements. — Reçus par le fermier des droits de lods et ventes, lasques et censives de taxes imposées aux Jacobins à raison d'une maison située à Castres, rue de la Toulzane (1651-1659). — Injonction du commissaire député pour la confection du papier terrier de la province d'avoir à déclarer les biens possédés par le coucouvent dans le consulat de Castres (1671). — Déclaration de ces biens qui consistent en maisons joignant le couvent, depuis la place couverte jusqu'au pont neuf, « qui est le lieu où estoit l'église et le cimetière avant i que le dit couvent ne fût démoli par les hérétiques », en maisons dans la rue Tourcaudière « autresfois appellée du mazel », en un bois à Saint-Hippolyte et des champs à Villegoudou, en un cens de 2 livres de cire exigible des marguilliers de Notre-Dame de La Plalé de Castres et une autre redevance d'un quart de cire payable par un particulier (1672). — Déclaration du roi (octobre 1675) d'après laquelle les détenteurs de biens aliénés par le clergé depuis 1556 devront acquitter le 8e denier du prix d'acquisition et signification de l'état de recouvrement des sommes dues de ce chef faite aux Jacobins pour les ruines de leur couvent achetées en 1569 par Guillaume de Guilhot pour 3000 livres (1676). — Poursuites contre les religieux à l'occasion de taxes des francs-fiefs et nouveaux acquits (1675-1676) ; production de lettres patentes du roi (Reims, 24 juillet 1641) relatives aux amortissements des biens d'église. — Ordonnance de l'intendant déchargeant le couvent de ces taxes (1677). — Aveu et dénombrement où sont mentionnés : un pré à Saint-Martial-de-Camarens, une maison à la place de Castres, le pré pour lequel la paroisse de La Plate paye une censive en cire, des maisons attenant au couvent (1687). — Déclaration des acquisitions faites par les Jacobins depuis 1641 (1689). — Taxes de droits d'amortissement et de nouveaux acquêts (1690). — Edit portant création de 400 greffiers des domaines des gens de mainmorte (Versailles, décembre 1691) et signification au couvent d'avoir à déclarer tous ses revenus et biens (1692). — Extrait de la déclaration des rentes provenant de dons et legs. — Taxe de droits d'amortissement et de nouveaux acquêts (1693-1695). — Affirmations que le couvent n'a fait aucune acquisition depuis le 25 juillet 1689 (1700 et 1701). — Poursuites contre les Jacobins au sujet d'une taxe d'amortissement sur une maison récemment agrandie (1735-1754).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 81 pièces, papier, dont 7 imprimées
Echanges (1303-1610) retour
H 4381303-1610
Echanges. — Echange de cens entre l'abbé de Saint-Benoît de Castres, Alsias, et les Jacobins représentés par leur prieur, Bernard Guy (22 juin 1303. Sceau du couvent sur cordelette… GILLV… CASTR… (Sigillum… Castrensis), buste de face, forme ogivale, 38 millimètres). — Echange analogue conclu avec la comtesse de Castres et Vendôme, Eleonor de Montfort, Raimond Ferrier étant prieur du couvent (30 octobre 1326). — Autre échange analogue avec Jean, Pierre, Raimond et Bernard Vieilh, de Castres (27 septembre 1331). — Cession au couvent par Daniel Mouchastre, marchand de Castres, d'une partie de maison contre la jouissance d'un petit couvert (1610).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 2 pièces, papier. Sceau
Aliénations (1309-1670) retour
H 4391309-1670
Aliénations. — Extrait partiel d'un acte d'aliénation par le couvent de maisons situées à Castres, à une date qui n'est pas indiquée (1309. Copie du XVIIc siècle.) — Ventes à Jean Fabre, boucher, de deux patus près du couvent pour 30 écus d'or (19 mars 1470-1471), — d'une maison au même (1484). — Cession de divers cens au comte de Castres, Alain d'Albret (7 janvier 1499-1500). — Ventes à Antoine Dumas, prébendier du chapitre de Saint-Pierre de Burlats, de terres situées dans la paroisse de Saint-Martin-de-Lodiès, pour le prix de 110 livres (23 février 1539-1540), — à Jean-Jacques de Brenas, écuyer, sr de Viscomial, d'un pré à Boissezon d'Augmontel pour 160 livres (17 avril 1567). — Adjudications par des conseillers du Parlement de Toulouse, commissaires nommés par les princes de Navarre et de Condé, à Guillaume de Guilhol, sr de Ferrières et Lacrouzette, pour 3 000 livres du tiers des droits seigneuriaux du chapitre de Burlats à Ferrières, de terres appartenant au dit chapitre à Castelnau-de-Brassac, d'une albergue de 11 livres exigible par Pévèque de Castres de la communauté de Brassac, des temples et presbytères de Ferrières et Lacrouzette, d'un pré de l'abbaye de Vielmur situé à Fréjeville et des ruines du couvent des Jacobins de Castres (30 avril 1569), — à François Bouissou d'une terre des Jacobins hors de la ville de Castres pour 80 livres (même jour). — Vente a réméré par les religieux à Pierre Alquier, hôtelier de Castres, de 16 cannes et demie carrées « de la ruine du couvent », moyennant 10 écus sol et un cens annuel de 2 sous (Limoux, 16 mars 1589). — Cession d'une rente de 57 livres, 10 sous, 9 deniers à Claude Rochier, marchand de Toulouse, pour la somme de 1 208 livres, 5 sous (1670).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 13 pièces, papier
Créances (1431-1779) retour
H 4401431
Créances. — Echange conclu entre Pierre, seigneur de Montredon, et Hue, seigneur d'Arpajon, vicomte de Lautrec : le premier cède la terre et seigneurie de Montredon contre les droits de Hue d'Arpajon sur Labruguière, Montaut, Montfa et toute la vicomte de Lautrec. Il est dit que la terre de Montredon est grevée d'une rente d'une « certaine somme » en faveur des Jacobins (26 janvier 1430-1431. Copie de la fin du XVIe siècle.)
Description physique : (Liasse.) — Une pièce, papier
H 4411512-1687
Créances. — Extraits des comptes des receveurs ordinaires du domaine royal dans la comté de Castres concernant la pension annuelle de 203 livres servie aux Jacobins, savoir 178 livres résultant de dons et aumônes à eux légués par les comtes de Castres et 25 livres pour une messe obituaire fondée par la comtesse Marie [d'Albret] (1512-1687).
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, papier
H 4421542-1779
Créances. — Reconnaissance par Jacques Fabre, de Castres, d'une obligation de payer au couvent une rente annuelle de 15 deniers (1542). — Vente d'une maison située à Castres dans la rue de la Tourcaudière, le dit immeuble grevé d'une rente de 5 sous au profit du couvent (1559). — Quittances d'arrérages de rentes, délivrées par le syndic du couvent (1603). — Cession d'une rente en blé (1610). — Emprunt de 300 livres par les consuls de Viviers-les-Montagnes (1613). — Prêt de 500 livres aux consuls de Lautrec (1626). — Acquit délivré à Gillis Sirven marchand de Castrés, pour tous arrérages échus de la rente de 10 sous de l'obit du comte de Castres, (Durand pour) Jean de Montfort (1635). — ~Etal des créances (1639). — Etat des intérêts des dettes du diocèse de Castres en 1640 : les Jacobins doivent recevoir 473 livres, 5 sous pour les intérêts de 3500 livres échus depuis 1637. — Quittance pour 16 livres de cire à raison d'une rente de 2 livres de cire par an payée par l'église cathédrale (1642). — Cessions de rentes par Catherine Dechaud, veuve de Pierre Salavert, notaire (1670), — par Remie Lapierre, veuve de Siméon Benauges, de Sémalens, — par Charles de Morlas, sr de Lacalm, et Jean Boyer, avocat de Lautrec (1679), — par Jacques de Bonne, sr de Missècle, et son fils Louis-Joseph, habitant à Viviers-les-Montagnes (1687), — par lsabeau Prudhomme, femme de Jacques Saury, marchand de Castres (1700). — Reconnaissance de dette par Philippe de Frégeville, sr de La Roquette, coseigneur de Burlats, fils de feu Raimond. — Reçu d'arrérages de rente, délivré à Guillaume de Morlas, sr de Lacalm, fils de feu Charles (1709). — Cession d'une rente de 150 livres par l'évêque de Castres, Honoré de Quiqueran de Beaujeu (1714). — Liquidation des dettes du sr de Sémalens (1717). — Titre de 81 livres, 14 sous de rente au denier 50, sur les 8 millions de rente créée par l'édit du mois d'août 720. — Cession de renie par Benoît Salavert, marchand de Vielmur (1723). — Constitutions de 12 livres de rente pour le capital de 240 livres 1741), — et de 19 livres, 19 sous pour un capital de 399 livres (1749). — Titres de reconnaissance de la rente de 81 livres, 14 sous (ci-dessus), expédié en conformité de l'édit de décembre 1764. — Certificat du receveur général des domaines de la généralité de Toulouse, d'après lequel les Jacobins sont compris dans l'état des domaines, au chapitre des fiefs et aumônes du comté de Castres, pour une somme de 203 livres (1763). — Constitution de 100 livres, 14 sous de rente pour un capital de 2 014 livres, faite en faveur du couvent par le chapitre collégial de Lautrec (1779).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 41 pièces, papier
Dettes (1611-1748) retour
H 4431611-1748
Déttes. — Emprunts de 150 livres à Salamon Serres, commis des gabelles de Languedoc (1611), — de 1 000 livres à Catherine Combes, veuve de Guillaume Goffre, procureur de la Chambre de l'édit (1652). — Lettre relative à une rente servie au sieur de Villeneuve, sr de Randoule, pour un prêt de 1000 livres (1676). — Reconnaissance par le prieur Antoine Roquete d'une renie que le couvent paye à l'hôpital général de Castres (1711). — Quittance délivrée par François Combeguilfe, chirurgien de Castres, de la somme de 500 livres qu'il avait prêtée aux Jacobins (1714). — Reçu de 800 livres par Jacques Prudhomme, procureur du roi (1724). — Taxe du dixième sur les intérêts dus par le couvent à divers particuliers : celle imposition est de 10 livres, 10 sous de 1712 à 1714, de 8 livres en 1715, de 4 en 1716 et 1717. — Emprunts de 740 livres aux Jacobins d'Albi (1715), — de 300 livres à Jean Verdier, tailleur de Castres (1736), — de 240 livres au curé et au vicaire de Sémalens (1748).
Description physique : (Liasse.) — 19 pièces, papier
Bâtiments du couvent (-554-1682) retour
H 4441554-1616
Bâtiments du couvent et des immeubles attenant. — Autorisation accordée à Pierre Castanier, marchand de Castres, de construire un mur dans un palus du couvent près de la chapelle dédiée à saint Michel (1554). — Procès-verbal de la pose de la première pierre de la nouvelle église Saint-Vincent par Jean de Paule, premier président en la Chambre de l'édit ; celte pierre portait en relief une croix et l'inscription : NOBILIS DOMINUS JOHANNES A PAULLO PRESES THOLOSANUS POSUIT ANNO DOMINI MILL D° NONAGES° OCTAVO ET DIE DECIMA TERTIA MENSIS JUNII (13 juin 1598). — Promesse par un particulier de faire cesser les servitudes qu'il exerce sur un patus « où souloit estre l'église St-Vincent », quand il en sera requis (1603). — Vérification des tenures de maisons attenant au couvent (1604). — Bénédiction de la nouvelle église Saint-Vincent en présence des président et conseillers de la Chambre de l'édit, Dominique Bruni étant prieur (22 janvier 1610) ; — bénédiction par l'évêque de Castres d'une cloche dont le parrain fut le sr de Lestang, président de la Chambre de l'édit, et la marraine Mad. de Vieule, mère (7 mars) ; — pose de la première pierre d'une chapelle dédiée à la Vierge par François Lecomte, conseiller au Parlement de Toulouse et doyen de la Chambre de l'édit ; cette pierre fut placée au pied d'ung grand pilier des ancienes ruines du couvent » (12 avril 1611) ; — bénédiction du couvent par le prieur Dominique Bruni (11 juin 1612) ; — bénédiction d'une autre cloche dont le parrain fut encore Jean de Paule el la marraine Madeleine Caderousse, femme du sieur d'Auterive (1er janvier 1612) ; — collations de deux chapellenies et location d'une maison à Castres, rue de la Tolzane (1612-1616).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 4 pièces, papier
H 4451621-1658
Bâtiments du couvent et des immeubles attenant. — Vérification par deux conseillers et le procureur général de la Chambre de l'édit de l'état de l'église, des bâtiments et enclos du couvent ; dans cet enclos se trouve « un grand patus couvert qui sert maintenant d'arcenal en ceste ville de Castres », et aussi un grand patus découvert « ayant servi anciennement d'esglise et de cloistre » (2 juin 1621). — Notes se référant à un plan (égaré) de reconstruction du couvent (1636). — Devis, métré et comptes de travaux de maçonnerie (1637). — Achat de bois et bail à besogne pour la façon de la toiture du dortoir du couvent (1640). — Liquidation de dépenses (1641), pièces jointes à des quittances délivrées par plusieurs maçons à raison de la reconstruction du réfectoire, suivant des conventions arrêtées en 1632 ; croquis de bâtiments sans désignation d'affectation. — Baux à besogne pour la construction de maisons dans l'enclos du couvent, l'une attenant au clocher, une autre attenant à la boucherie (1643). — Renvoi par le roi à son Conseil, « de l'advis de la reyne « régente, sa mère », d'une requête des Jacobins sollicitant l'autorisation de tenir deux étaux de boucherie sur la place de Castres pour « moyen de faire rediffier leur esglise et de subsister » (15 octobre 1644). — Travaux de construction de maisons et de réparations à divers immeubles (1646-1658).
Description physique : (Liasse.) — 86 pièces, papier
H 4461661-1682
Bâtiments du couvent et des immeubles attenant. — Bail à besogne pour la couverture des deux côtés du cloître que l'on fait bâtir au Midi et au Nord (1661). — Quittance délivrée par plusieurs tailleurs de pierre à l'occasion de la même construction. — Concession du droit d'appui sur le mur du jardin du couvent en faveur de Pierre Malecare, avocat de Castres (1662). — Procès verbal de la -pose de la première pierre de l'église du couvent, pierre sur laquelle est gravée l'inscription : « IN NOM1NE DOMINI IN FINEM SAECULORUM DEO PROTEGENTE ET INTERCEDENTI BUS FACTIS LAPIDEM HANC POSUIT 1LLUSTRISSIMUS DOMINUS JOANNES BAPTISTA DE CIRON PRISES SENATUS TOLOZANI, V1NGTIESME JUIN MIL SIX CENS SOIXANTE CINQ » Pierre Catinau est l'architecte et entrepreneur de l'édifice. — Brouillon des conventions détaillées arrêtées au sujet de la reconstruction de l'église (10 juillet 1665). — Marché conclu avec le maître maçon Jacques Arquié pour la construction des trois chapelles du côté de l'Ouest sur le plan des trois déjà bâties à l'Est, le prix fixé est de 1300 livres (2 septembre 1666). — Bail à besogne pour la démolition du clocher « qui « faist l'entrée du couvent, jusques à la naissance de la « voûte qui y estoit » (8 février 1667). — Réparations à plusieurs maisons appartenant au couvent (1669). — Nouveau marché conclu avec Jacques Arquié pour la construction de l'église moyennant 1740 livres (18 novembre). — Autres conventions avec le même relatives : aux trois chapelles de l'Ouest (1671) ; — à la voûte de l'église (1674) ; — aux derniers travaux qui seront payés 1 500 livres (1675). — Marché conclu avec la maître maçon Jean Favier pour la construcion du porche de l'église, dont l'ouverture sera « d'ordre dorique », et pour divers travaux aux chapelles (1682).
Description physique : (Liasse.) — 18 pièces, papier
H 4471699-1736
Bâtiments du couvent et des immeubles attenant. — Marché pour la construction du chœur de l'église conclu avec le maître maçon Jacques Tautil, moyennant 3 livres pour chaque canne (23 mai et 1er décembre 1699). — Mémoires d'un serrurier pour des ferrures de vitraux (1708-1709) ; — de diverses personnes pour fournitures de chaux, de sable el de tuiles (1711). — Détail des sommes dues au maçon Jacques Tautil pour la construction d'une maison « tout « près de l'église » du couvent. — Mémoires d'un vitrier (1712 et 1723). — Exhaussement d'une maison appartenant au couvent (1732). — Travaux exécutés dans une autre maison (1736).
Description physique : (Liasse.) — 33 pièces, papier
Mobilier (1255-1765) retour
H 448[1255]-1765
Mobilier au couvent. — Promesse faite par Philippe de Montfort au F. Guillaume R. [Frère Guillaume Robert de Beaucaire], enquêteur (enqueredor de la terra del senhor rey), aux Frères Prêcheurs de Castres et à Guillaume, abbé de Castres, de ne jamais permettre que le corps de saint Vincent soit enlevé de l'église qui porte son nom (10 février [1255 ?] (L'acte (copie) porte à deux reprises la date de l'an 1200 (anno dornini ducentesimo et anno domine M. CC). Qui ne. Peut être que fautive. Il est permis de supposer qu'une meilleure lecture eût fourni la date de 1254 (ancien style), puisque la délégation de l'enquètenr Guillaume R. se rapporte à une époque voisine du mois de novembre 1254. A cette époque Philippe II de Monifort était comte de Castres et Guillaume II abbé de Saint-Benoît de Castres). Copie authentique de 1335.) — Le prieur Gaillard Etienne et les religieux reconnaissent tenir nomine precario de la communauté de Castres une grosse cloche que les consuls ont fait fondre et placer dans le clocher de l'église Saint-Vincent, pour les besoins de la ville ; le couvent sera tenu de faire exécuter les sonneries voulues (3 octobre 1369) ; — acte analogue relatif à une cloche du poids d'environ 19 quintaux fondue par Bernard Servel, fondeur de Castres (15 juin 1370. Copies du XVIIe siècle). — Les consuls Jean de Rotolp, docteur en droit, et François Ramond reconnaissent avoir reçu de Pierre Boissier, marchand, la quantité de 283 marcs, 6 onces d'argenterie provenant du couvent des Jacobins et renfermée dans 2 coffres qu'ils ont fait porter à la maison commune (7 octobre 1562). — Reçu délivré au prieur Dominique Bruni par le fondeur Jacques Masse, de Castres, pour fin de payement d'une cloche (19 juin 1612). — Procès-verbal d'ouverture d'un reliquaire en argent en forme de bras conservé au couvent des Jacobins d'Avignon et contenant un os d'un bras de saint Vincent, dont une partie est détachée pour être donnée au couvent de Castres (30 juin 1638). — Réception de cette relique (12 août). Remise par un supérieur d'un couvent de Trinitaires de Rome à un religieux Jacobin Français, Jean Ichard, d'un fragment d'os de saint Vincent, pris dans le cimetière Calliste (24 février 1647). — Reçu de la somme 120 livres par le fondeur Baptiste Chrestienot sur les 189 livres, 13 sous à lui dues pour « l'augmentation de la grande cloche » du couvent (20 août 1765).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 7 pièces, papier
Bâtiments ruraux (1639-1765) retour
H 4491639-l765
Bâtiments ruraux. — Marchés et comptes relatifs à la construction d'une maison dans la métairie que possède le couvent à Montpinier (1639). — Conventions arrêtées pour le creusement d'un puits près de la métairie d'Amon, dans la paroisse de Sémalens (1723). — Bail à besogne de réparations à la maison de la métairie d'En Gouasse, consulat de Saint-Paul-Cap-de-Joux (1765).
Description physique : (Liasse.) — 11 pièces, papier
Baux (1543-1786) retour
H 4501543-1604
Baux. — Arrentement par le syndic du couvent d'une terre située dans la paroisse de Saint-Gratien, juridiction de Saint-Paul, moyennant une redevance annuelle de 2 setiers de blé moussolie (1543). — Affermes pour 6 ans de la métairie dite de La Millassolle pour 21 setiers et demi de blé moussole par an, mesure de Puylaurens, — d'une terre dans le consulat de Saint-Paul pour 9 ans, moyennant 2 setiers de blé moussole « sive froment » par an (1346). — Baux de 2 vignes situées à Montpinier à Jacques Dupuy, écuyer, sr de Cabrilles et Montpinier, pour 3 années, au prix de 4 écus sol et 60 sous par an (1587 et 1593). — Bail emphytéotique d'un palus à Castres pour 6 écus sol d'entrée et un cens annuel de 6 deniers (1594). — Arrentements de champs situés près de Castres pour 3 ans, moyennant 12 écus sol par an (1596), — de divers biens à Viviers-les-Montagnes pour 8 années : le rentier ne sera tenu que de payer les impositions pendant les 5 premières années et servira une rente de 8 écus sol pendant les 3 autres. — Bail perpétuel à Nicolas de Labauve, sr d'Arifat, d'un bois situé dans le consulat de Castres, moyennant une redevance annuelle de 5 écus sol par an. — Bail à mi-fruits de vignes à Montpinier pour 3 ans (1603). — Arrentement aux consuls de Castres pour 12 ans de divers patus sur lesquels sont établies les boucheries, les étaux des boulangers, le bureau de marque des draps et (sous le clocher) le poids public du blé ; le prix convenu est de 18 livres par an et les Jacobins se réservent de reprendre ces terrains au cas où ils leur seraient nécessaires quand « ils viendraient faire leur habitation « en corps de couvent ». — Bail d'un autre patus à un particulier (1604). — Bail à mi-fruits d'une vigne située à Viviers les-Montagnes pour 5 ans.
Description physique : (Liasse.) — pièce, parchemin, et 14 pièces, papier
H 4511608-1639
Baux. — Ratification par le syndic du couvent d'un arrentement de vignes et chenevis situés à Viviers-les-Montagnes et Montpinier (1608). — Location d'une maison rue du masel à Castres pour 72 livres. — Bail emphytéotique à Jean Boisset, teinturier de Castres, de 2 cannes de muraille près du pont neuf pour lui permettre de faire une prise d'eau destinée à sa teinturerie, moyennant 7 livres de droit d'entrée et un cens annuel de 3 sons (4611). — Arrentement pour 6 années et 30 livres par an d'une maison à Castres et d'un jardin occupant l'emplacement du réfectoire de l'ancien couvent, — à Gédéon Plumier, orfèvre, d'un patus près du couvent, pour y construire une maison, bail pour 15 années, moyennant 12 livres par an. — Arrentements perpétuels de divers biens dans la région de Saint-Paul-Cap-de-Joux (1613). Bail d'une place joignant le couvent « pour jouir le droict de foin » pour une année, moyennant 27 livres (1615), — d'une terre près la tour du Trésaur et autres biens situés près du moulin de Cayrol pour 5 années moyennant 22 livres par an (1618). — Arrentement perpétuel de terres à Saint-Paul pour 5 mégères et demie de blé par an (1619). — Bail de la métairie de Palmous dans la juridiction de Montredon pour 3 années moyennant 55 livres par an (1624). — Bail perpétuel de terres et vigne à Villegoudou pour 16 livres par an (1623). — Bail du domaine de Palmous acquis de feu Antoine de Sainl-Lary, sr de Brassac et La Serre, pour 3 années an prix de 55 livres (1624). — Adjudication après enchère par un commissaire député par le duc de Rohan des revenus du couvent produits par un champ situé près du moulin de Cayrol et de ceux d'une chapellenie pour la somme de 13 livres ; l'adjudicataire est Thomas de Bergoin, sr d'Auriole (1628). — Bail par le syndic du couvent du domaine de Palmous pour 3 ans aux mêmes conditions que précédemment (1630). — Bail perpétuel de terres à Saint-Paul, moyennant 4 setiers de blé par an (1632). — Baux pour 6 années de vignes et un chenevis à Viviers-les-Montagnes, au prix 18 livres par an, — du domaine de Palmous, comme ci-dessus (1633), — d'une boutique sous la place couverte de Castres pour 2 ans moyennant 18 livres par an (1638), — du domaine de Palmous (1639).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 22 pièces, papier
H 4521640-1730
Baux. — Bail à Eléonor de Bernas, veuve de Jean Donnadieu, sr de Bernas, d'un pré situé à Boissezon d'Augmontel pour 3 années, moyennant 10 livres par an (1640). — Location d'une boutique attenant au couvent pour 3 ans, au prix de 45 livres (1644). Arrentement à deux marchands de Roquecourbe, Daniel Fossé et Guillaume Gontier, du domaine de Palmous pour 6 années, moyennant 60 livres, plus 6 paires de bas et 6 paires de chaussons de laine par an. — Baux perpétuels à Eléonor de Bernas et à son fils Antoine Donnadieu d'un pré à Boissezon, pour 8 livres par an, — à une autre personne d'une vigne à Viviers, moyennant une redevance annuelle de 18 livres. — Location de boutiques et maison à Castres (1646). — Baux perpétuels d'un palus derrière le jardin du couvent pour 5 sous par an (1648). — d'un bois à Burlats moyennant 40 sous par an (1651), — d'une terre à Saint-Paul, pour une redevance annuelle de 6 setiers de blé (1654), — d'une vigne à Viviers-les-Montagnes pour 18 livres par an (1658). — Bail pour 6 années de terres situées à Villegoudou, moyennant 21 livres par an (1663 et 1669). — Baux perpétuels de terres situées à Damiatte pour une redevance annuelle de 2 setiers de blé (1671 et 1674). — d'un terrain vague derrière la dernière chapelle de la nouvelle église du couvent au prix de 2 livres par an (1677), — d'un pré à Boissezon en faveur d’Isabeau de Fonsagrives, femme d'Antoine Donnadieu, sr de Bernas, bien repris par les Jacobins faute du payement des arrérages précédemment stipulés (1678), — d'une vigne et d'un bois à Burlats (1700). — Bail à mi-fruits pour 4 années d'une métairie dite de La Carlarié dans les consulats de Saïx, Viviers el autres (1706). — Bail pour 8 années de terres à Damiatte moyennant 10 mégères d'avoine et une paire de chapons (1709). — Bail à mi-fruits du domaine de La Carlarié pour 4 années (1712). — Bail pour 8 années d'une terre à Castres près de la porte neuve moyennant 30 livres par an. — Bail à mi-fruits de La Carlarié située dans les consulats de Saïx, Viviers, Lestap et Cambounel, pour 4 années (1714). — Locations d'une maison à Castres pour 6 années au prix de 24 livres par an (1716), — d'une boutique pour la même durée à raison de 14 livres par an (1721), — d'un jardin attenant au couvent pour 3 ans et 36 livres par an (1722). Bail perpétuel d'une vigne appartenant aux Jacobins de Toulouse, moyennant la redevance annuelle de 4 livres. — Nombreuses locations de maisons et boutiques à Castres (1723-1730) parmi lesquelles l'une, dans la rue allant de la place publique au pont neuf, est baillée à Jean-Jacques Bardou, fondeur de Castres (1727), une autre, dans la même rue, à Jacques Tautil, maître maçon (1728).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 80 pièces, papier
H 4531731-1786
Baux. — Bail à mi-fruits de la métairie dite d'Amon dans les consulats de Sémalens et Puylaurens, pour 4 années (1731). — Locations de maisons et boutiques à Castres (1732-1734). — Affermes de terres dans le consulat de Castres (1733). — Locations d'une boutique à Jean-Jacques Bardou, fondeur, pour 9 années an prix de 36 livres par an (1734), — d'un appartement à Anne Fournier, veuve de Bernard de Bor capitaine au régiment de Cambrai, pour 9 années à raison de 50 livres par an (1736), — et d'autres logements à diverses personnes. — Affermes de terres à Puylaurens et près de Castres. — Nombreuses locations de maisons et boutiques (1737-1742), notamment à Louis de Goudou, sr de Malviès, (1741). — Bail à mi-fruits de la métairie d'Amon pour 4 années (1744). — Locations de maisons et boutiques (1755-1 761). — Afferme de la métairie dite d'en Valette dans le consulat de Saint-Germain-des-prés, pour6 années, moyennant 500 livres par an (1761). — Etat des frais occasionnés par l'exploitation du bois d'Amon, dans le consulat de Sémaiens, maîtrise des eaux et forêts de Castelnaudary (1761-1762) ; — autorisation donnée au couvent de réceper le dit bois sous réserve de baliveaux (1767) ; — formalités d'adjudications (1768) ; — autorisation donnée par le Grand maître général des eaux et forêts de faire tous les 3 ans des coupes de 3 arpents (1783). — Baux perpétuels d'un terrain vague attenant à l'église du couvent pour une redevance annuelle de 12 livres (1780), — d'un champ près de la porte neuve de Castres à Jeanne-Elisabeth-Delphine de Bédos de Campans, femme de Pierre de Beaudecourt, moyennant une redevance annuelle de 5 setiers de blé et 300 livres de droit d'entrée (1786).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 59 pièces, papier, dont 3 imprimées
Décimes (1631-1726) retour
H 4541631-1726
Décimes. — Contrainte décernée contre les Jacobins qui n'ont pas acquitté les décimes de 1628, 1629 et 1630 (1631) ; la taxe pour chacune des deux dernières années s'élève à 115 livres. — Département de trois décimes et demie : la taxe du couvent est de 70 livres (1641). — Arrêt du Conseil d'Etat reconnaissant l'exemption dont doivent jouir les Jacobins de Castres « en qualité de mandians » quant aux décimes (29 novembre 1651). — Certificats du receveur des décimes du diocèse de Castres comme quoi le couvent est compris dans les répartitions annuelles à raison de 20 livres par décime (1675 et 1676). — Main levée d'une saisie opérée à l'occasion d'une taxe de 110 livres pour le don gratuit, vu l'exemption de 1651 ci-dessus (1692). — Déclaration faite à l'assemblée générale du clergé de France, pour servir de base à un nouveau département général des décimes ; les Jacobins ne jouissent d'aucun bénéfice et déclarent posséder dans le diocèse de Lavaur une métairie dite d'Amon acquise en 1719 (1726).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, parchemin, et 11 pièces, papier, dont 1 imprimée
Comptes (1552-1774) retour
H 454/bis*1610-1636
Comptes. — Recettes (1610 1636): produit des messes, rentes obituaires et foncières, loyers de maisons, offrandes à l'occasion de sépultures, quêtes et dons en espèces. — Liste des livres et énumération d'objets expédiés dans 2 coffres dans les environs de Lautrec et à Labruguière en décembre 1615 « à raison des grands bruits de guerre qui couroient pour lors ». — Dépenses (1610-1633) : entretien et vêtement des religieux, port de lettres, frais de voyage et de procédure, achats de fournitures diverses ; réparations des bâtiments du couvent.
Description physique : (Registre.) — ln-f°, 59 et 120 feuillets, papier
H 4551614-1621
Comptes. — Recettes : produits des messes, rentes obituaires et foncières, loyers de maisons, offrandes à l'occasion de sépultures, quêtes et dons en espèces, versement par le trésorier royal de 203 livres que les Jacobins reçoivent tous les ans pour l'obit des comtes de Castres, rente des consuls de Montredon, 20 livres. — Le 21 juillet 1618, don fait au couvent par Madame de Nupces, femme du conseiller au Parlement, d'une statue en argent de la Vierge (imaginem argenteam) du prix de 150 livres qui sera portée aux processions mensuelles du rosaire.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 34 feuillets, papier
H 456*1616-1628
Comptes. — Dépenses : entretien et vêtement des religieux, entretien des bâtiments du couvent, port de lettres, frais de voyage et de procédure, acquisitions de fournitures diverses. — Réparation à la chapelle de Notre-Dame de l'église du couvent (1617) ; achat de blé à 9 livres, 4 sous le setier (1618) ; — port à Toulouse et retour d'une « image d'argent » donnée par Madame de Nupces ; il est dit qu' « elle revient « à 90 livres », la façon à coûté 60 livres ; — dépense pour accompagner « un jeune écolier qui s'est randu « catolique, s'élant retiré à nous » (1619) ; — peinture de l'autel dans la chapelle de Notre-Dame du rosaire ; réparation d'un mur [du couvent] « touchant la rivière » ; — achat de vin à 20 livres, 10 sous la pipe, — et à 22 livres(1620). — Dépenses « pour fère apporter « les meubles du couvent à Lautrec et de là à Granliet, « à raison du bruict de guère » et loyer d'une maison à Graulhel pour le logement des religieux ler juin 1621) ; dépenses faites par eux à Lautrec et à Graulhet le 16 du même mois. — Achat de vin sur le pied de 18 livres la pipe. — Détail des dépenses « depuis notre retour à « Castres, qui fut le 8e fébvrier 1623, ayant demuré abscens depuis le 4e juin 1621 que la Chambre [de l'édit] « partit de la dite ville à cause de la guère, durant lequel « temps la communauté ou partie d'icelle a demuré à « Graulhet et après en Alby. » — Frais occasionnés par une enquête secrète faite par ordre du Parlement de Toulouse « pour savoir en quel temps nostre esglise avoit « esté desmolye » (29 août 1623). — « Le 14e de fébvrier « 1625 sommes sortis de Castres et avons baillé les clefs « de la maison que la ville nous avoit baillée pour nostre « logement à M. Lacoste, premier consul de la ville de « Castres, lequel promit… de doner ordre qu'aulcun « domage ne fust faict à la dicte maison. » — Prêt de 500 l’ivres a la ville de Lautrec (1626). — Achat du vin à 23 livres la pipe (1627). — Emploi de 600 livres à l'acquisition d'une partie du vin et du blé nécessaires à la tenue d'un chapitre général de l'ordre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 207 feuillets, papier
H 457*1623-1631
Comptes. — Recettes « . despuis « le 8 fébrier 1623 que les religieux sont retournés dans « la ville de Castres, après la guère, ayent demuré « absens de la dite ville à cauze d'icelle despuis le 4 juin 1621 que la Chambre de l'édict partit de la dite « ville » [jusqu'en avril 1634] : payements d'arrérages de rentes obituaires, de loyers de maisons, d'intérêts de créances, « aumônes » des Etats généraux de Languedoc, de l'Assiette diocésaine de Castres et du chapitre cathédral de la même ville, rente servie par les consuls de Montredon, 20 livres, redevance prise sur le produit des boucheries de Castres, 40 livres, versement par le trésorier royal d'une rente pour l'obit des comtes de Castres, ventes de grains (le setier de blé vaut en 1623 4 livres, 6 sous et 5 livres), payement par le chapitre cathedral de Castres du prix d'une cloche qui lui avait été vendue « avant la guère », 101 livres, 12 sous (1623), produit des messes. — Dépenses (1626-1630) : sommes employées pour frais occasionnés par des procès, des voyages, le vêtement des religieux, des acquisitions de vin (une barrique de vin vieux vaut 14 livres, 3. sous en 1628, une barrique de vin blanc 9 livres eh 1629 et une pipe de vin [rouge] 27 livres en 1629) ; — le 2 mai 1628, il est payé 2 livres, 9 sous aux consuls de Viviers-les-Montagnes pour le logement de gens de guerre ; — le 4 septembre 1629, on pourvoit aux frais de déplacement de deux représentants du couvent envoyés à Castres « pour retirer la pierre des bastions qui leur sera « adjugée par Monseigneur d'Albène (Elbène), évesque « d'Alby, et Monseigneur du Buisson, commissaires du « roi Louis XIII pour la démolition des fortifications de « la ville hérétique de Castres ».
Description physique : (Registre.) — In-f°, 50 feuillets, papier
H 458*1629-1633
Comptes. — Dépenses: frais d'entretien et de vêtement des religieux, dépenses occasionnées par des voyages, procès, travaux des champs, fournitures diverses. — On lit au f° 14: « Depuis le 22 « d'avril de l'an 1630 la communauté du couvent de « Sainct-Vincent de Castres n'a pas esté continuée dans « la maison de nostre glorieux père Sr Dominique de « Tolose ». — Suit le détail des dépenses du syndic « despuis le cinquième novembre 1629 que le dit frère alla à Castres pour fere retirer des pierres des démolitions des fortifications de la dite ville pour fere rebastir le dit couvent. » — Le 10 mars 1632, « avons « commancé à travailher au rebâtiment du couvent. » — Payement d'acomptes aux maîtres maçons Jean Affre et Jean Tranloul sur le prix convenu pour la reconstruction du couvent (1632) ; — aux mêmes et à Bernard et Jean Oulès.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 93 feuillets, papier
H 4591631-1684
Comptes. — Les sept premiers feuillets sont consacrés à un « Registre pour la santé de l'année 1631, du consoulat de Mr de Cazalèdes, « premier consul. . . » (6 août-20 septembre) ; les articles sont rédigés sous la forme : tel jour est entré un tel, comme appert de son certificat. » Leur nombre « est d'environ 70 et plusieurs concernent soit deux personnes ou plus, soit une et toute sa famille ». — « Le premier du mois de septembre je esté changé à « la porte de Viilegoudou là où je contineue d'anre- » gitrer les serlificats de seus quy antrent tous les jours « dans Castres. »
A la suite, viennent des notes relatives aux comptes du couvent : brouillon des dépenses dont l'objet n'est pas toujours indiqué (1667-1684).
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 47 feuillets, papier
H 460*1633-1639
Comptes. — Recettes : rentes foncières et obituaires, loyers de maisons, produit des messes et de la sacristie, obit des comtes de Castres, payements effectués par les consuls de Castres pour la reconstruction du couvent, rente servie par les consuls de Montredon. — Dépenses : achats de matériaux et salaires d'ouvriers travaillant à la reconstruction du couvent, entretien et vêtement des religieux, frais occasionnés par les procès, voyages, travaux des champs, vendanges de Montpinier, achats de fournitures diverses ; — façon d'une cloche de 3 quintaux à l'aide du métal de la grosse cloche de la ville pesant 10 quintaux et dont la moitié de ce poids avait été vendue à la communauté de Boissezon (1623) ; — couverture du clocher (1626) ; — expédition d'un arrêt qui condamnait les protestants de Castres a payer aux Jacobins la valeur de 283 marcs, 6 onces d'argenterie « prinse en despôt du dit couvent en 1561… provenue de la chasse de saint Vincent, un grand crucifix, croix, calices et aultres reliquaires » (1637).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 47 et 91 feuillets, papier
H 461*1633-1548
Comptes. — Recettes: produit des quêtes de blé et règlements conclus avec le boulanger à qui ce grain est livré en échange de pain (1637-1646). — Dépenses: emploi de deniers par le syndic conformément au but pour lequel il les a reçus, c'est-à-dire pour les motifs énoncés dans les registres précédents (1633-1648).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 6 et 165 feuillets, papier
H 462*1639-1648
Comptes. — Recettes : renies obituaires et foncières, obit des comtes de Castres, 203 livres, redevance payée sur le revenu des fours de Castres pour l'obit du comte Jean de Montfort, 43 livres, 15 sous, loyers de maisons, produits des messes, de la sacristie, des prédications et des quêtes, rente servie par les consuls de Montredon, acomptes de la somme due par les protestants à raison de la démolition du couvent, aumônes des Etats de Languedoc et de l'Assiette ; — dons pour la façon d'un pavillon de tabernacle (1639-1641), pour le reliquaire de saint Vincent (1639). pour les « tableaux du rosaire » (1640-1641) : ventes d'un âne, 14 livres, 10 sous (1639), de deux pipes de vin, 50 livres (1647) ; — versement de 218 livres, 15 sous pour la rente que le diocèse fait au couvent « pour son argenterie » (1648). — Dépenses : sommes employées pour l'entretien et le vêtement des religieux, le payement de fournitures diverses, des frais de construction du couvent et de la métairie de Montpinier, de frais de procédure et de voyages ; — façon de deux tableaux représentant saint Dominique et sainte Catherine, 30 livres (1640), — de deux petits tableaux « peints sur le cuivre » pour l'autel de l'église, à 3 livres chacun ; — achat de deux tableaux « sur le bronze », 8 livres ; — façon, dorure et emballage d'un tabernacle, 107 livres, 10 sous (1641), — dorure d'une croix pour ce tabernacle, 7 sous, 3 deniers, — achat d'étoffes pour le pavillon du tabernacle, 9 livres, 5 sous ; — construction d'un mur sur les fondements anciens du couvent, « joignant la place couverte » ; — achat d'une lampe en argent, 100 livres ; — achat d'un ciboire pesant trois marcs et demie once à 25 livres, 10 sous le marc, et payement de 17 livres, 10 sous pour la façon (1642). — En juillet 1640 « parle decry des monnoies courtes le dépost a perdu sur diverses sommes qu'on a données au frère syndic pour porter à Thoulouze comme s'ensuit : sur 43 piastres et un quart de piastre, 49 livres, 4 soûls, 9 deniers ; » etc.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 43 et 108 feuillets, papier
H 463*1648-1667
Comptes. — Recettes : rentes obituaires et foncières, loyers de maisons, obit des comtes de Castres, redevance payée sur le revenu des fours de Castres, produits de la sacristie, des messes et de prédications, rente des consuls de Montredon, aumônes des Etats, de l'Assiette diocésaine, de l'évoque de Castres, rente servie par la dite ville à raison « de 3500 livres de « l'argenterie du couvent » ; — payement de 6200 livres par l'évêque de Valence conformément à une transaction du 13 avril 1650 (1650 et 1651) ; — emprunt de 1000 livres pour construire trois maisons (1652) ; — vente de blé an prix de 10 livres, 2 sous et 11 livres le setier, de millet à 8 livres, 16 sous : — reliquat des fonds consacrés à l'entretien du frère Castaing qui réparait l'orgue du chapitre de Castres (1653). — Dépenses : sommes employées pour l'entretien et le vêtement des religieux, l'achat de matériaux pour la reconstruction de leur église, des frais de voyage, d'exploitation des biens et de procès, pour ports de lettres, fournitures diverses, aumônes, prêts et constitutions de rentes ; — acquisition d'un bréviaire in-f° à tranches dorées, 6 livres (1649) ; — construction d'un orgue : achats d'un quintal et deux livres d'étain à 56 livres le quintal, de 5 quintaux de plomb à 11 livres, d'une livre d'étain de glace, 1 livre, 18 sous, de 3 douzaines de peaux, 12 livres. 9 sous, de bois de noyer et de chêne, de colle forte, salaires du menuisier ; — achat de côtes de baleine pour le clavier de l'orgue (1650) ; — journées de terrassiers employés à « descouvrir le puis où furent jettes nos frères » (16 juin) ; — voyage (19 juillet) à Toulouse du prieur allant « chercher les mémoires concernants les ossements « qu'avons trouvé dans le puits qui estoit dans une chapele de l'ancienne église, en y entrant à main gauche, « dans lequel nous avons trouvé 76 testes avec le reste « des ossemens, dans 22 desquelles y avoit quantité de « cervelles, et une pantoufle du pied gauche avec les arteils, comme il paroit de l'enqueste faicte par Monsr Garrigues, lieutenant en l'officialité » ; — main d'oeuvre du potier d'étain et achats de peaux et étoupes pour l'orgue ; — fin de payement du prix de l'orgue à deux menuisiers ; — repas offert au lieutenant de l'officialité qui avait refusé toute rétribution pour l'enquête ci-dessus ; — don d'un vêtement au F. Castaing, de Toulouse, organiste ; — achat de l'Institution de Calvin « en latin », livres (1653) ; — salaires du greffier qui a procédé à une enquête « contre Rouire pour le bruslement des « maisons du couvent » ; — voyage du P. Bousquet, sous-prieur, se rendant à Pamiers pour remplir les fonctions de prieur dans le couvent de cette ville (12 août) ; — voyage du P. Edouard venant d'Avignon pour occuper la place de sous-prieur ; — achats d'ouvrages intitulés La pragmatique sanction et Le Concordat (1656) ; — d'une livre de plomb « pour jetter dans le vin tourné », 4 sous ; — d'une chasuble en damas de Flandre, 16 livres ; — prêt de 1200 livres aux Carmes d'Albi (1658) ; — frais de route du P. Gelede, venu de Toulouse pour prendre possession du prieuré (1659, 28 novembre) ; — échange d'un calice de 2 marcs, 6 onces contre un autre, ciselé, pesant 4 marcs, 2 onces et un uchau, 80 livres, 8 sous, 6 deniers ; — achat au sr de Montcuquet d'une rente de 15 setiers et demi de « froment sive bled mossole » pour 1 500 livres ; — divers acomptes payés à des maçons pour la construction du côté du couchant du cloître (l660 et 1661) ; — refaçon d'une lampe en argent, 41 livres, 15 sous (1660) ; — achats de 10 setiers de blé, 65 livres (1662), — de brocard, soie et autres étoffes pour un dais ; — prêt de 30 livres aux religieuses des Ormeaux « sur un bassin et 2 burettes « d'argent » ; — acquisition de 30 livres d'étain à 13 sons la livre (1663), — des deux tiers du domaine de Palmous vendu à pacte de rachat par le sieur Gontié de Roquecourbe, 600 livres, — de la bibliothèque des « pères venant de Toulouse ». 106 livres ; — voyage de l'architecte Caillau venu de Carcassonne pour visiter « la place de l'église » (1664) ; — vestiaire du P. Perilheux allant à Albi prendre possession du prieuré, 30 livres ; — journées d'ouvriers employés à creuser les fondations de l'église ; — achats d'environ 8600 tuiles « à voûter », à 24 livres le millier (1666) ; — d'un encensoir en argent de 3 marcs, 6 onces, 3 uchaux, 170 livres, 14 sous, 6 deniers ; — payement de plusieurs acomptes sur le prix de 1300 livres convenu pour la construction « des autres trois chapeles » ; — achats d'une navette en argent, 37 livres, 10 sous, — de 6 setiers de froment à 6 livres, 8 sous.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 62 et 163 feuillets, papier
H 464*1648-1688
Comptes. — Reproduction du registre précédent et du suivant.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 424 feuillets, papier
H 465*1667-1687
Comptes. — Recettes : rentes obituaires et foncières, loyers de maisons, revenus de la sacristie, des prédications et des messes dont celle des consuls de Castres, 3 livres. 8 sous, dons et aumônes, subventions de l'Assiette diocésaine et des Etals de Languedoc, rente payée par le diocèse à raison de l'argenterie du couvent, 175 livres, obit des comtes de Castres, 203 livres, rente servie par les consuls de Montdragon, 20 livres. — Remboursements de 1500 livres jadis prêtées au sr de Montcuquet et de 300 livres dues par la communauté de Saint-Amans[-Valtoret] (1670) ; — emprunt de 200 livres pour la reconstruction de l'église du couvent (1676) ; — autre emprunt de 4 000 livres (1677) ; — fondations obituaires de Mlle Coste, 720 livres (1679) — et de l’évêque de Castres, Michel Tubeuf, 600 livres ; — remboursements de 100 livres prêtées à la communauté de Saint-Amans- » ville mage » [Valtoret] (1683) — et de 3294 par la ville de Toulouse, somme dont une partie, 3137 livres, 10 sous, représente le capital du legs fait au couvent par Madame de La Châtre et placé en rente sur l'hôtel de ville de Toulouse (1687). — Dépenses : entretien et vêtement des religieux, frais de voyages et de procès, port de lettres, entretien des bâtiments du couvent, fournitures diverses, dépenses pour l'exploitation du vignoble de Montpinier. — Nombreux achats de pierres de taille, chaux, sable et tuiles, surtout de 1667 a 1678. — Payement du prix convenu avec un maçon pour la démolition du clocher (1667) ; — achat de 4000 et de 1100 tuiles r » pour les chapelles de l'église, à 24 livres le millier ; — acquisition de deux maisons, 600 livres (1668) ; — acompte donné à un maçon pour la. construction d'un mur qui « ferme l'église » ; — acompte sur les frais d'exhaussement de l'église, le prix total convenu s'élevant à 1340 livres (1669) ; — achat de blé à 6 livres, o sous le setier (1670) ; — prêts de 1200 livres à la veuve du sieur Salabert, notaire de Vielmur ; — de 300 livres au notaire Gleizes, de Lautrec, somme qui venait d'être restituée par la communauté de Viviers
Description physique : (Registre.) — In-f°, 90 et 274 feuillets, papier
H 4661678-1679
Comptes. — Recettes et dépenses. — Copie d'une partie du registre précédent.
Description physique : (Cahier.) — In-f°, 25 feuillets, papier
H 467*1637-1712
Comptes. — Recettes: rentes foncières et obituaires, loyers de maisons, revenus de la sacristie, produits des messes, obit des comtes de Castres, 203 livres, rente servie par la communauté de Montredon, 20 livres, subventions de l'Assiette diocésaine et des Etats de Languedoc, produits des prédications et quêtes ; messe dite pour les consuls de Castres, 3 livres, 8 sous ; rente de 13 livres, 15 sous payée sur le revenu des fours de Castres pour l'obit du comte Jean de Monfort, rente de 165 livres servie aussi par la même ville pour l'afferme des boucheries de la place et à raison d'un capital de 2 100 livres. — Loyers de maisons payés par Charles Gor, fondeur, jusqu'en 1703, puis par sa veuve (1704-1710) et leurs filles (depuis 1711), — par un autre fondeur appelé Chenay (depuis 1704) ; — services religieux célébrés pour la confrérie de sainte Luce, patronne des tailleurs (1689), — pour celle de saint Louis, patron des créponeurs (depuis 1701). — Les comptes de recette sont vérifiés plusieurs fois par an, à partir de 1699 par le provincial, par le prieur, le sous-prieur et plusieurs autres religieux. Les prieurs sont : Philippe Nicolas (2 janvier 1699 — 31 août 1701), Bermond (20 janvier 1702 — 18 janvier 1704), — Antoine Lacalm (18 avril 1704)-25 janvier 1707), Pierre-Louis Périé (16 juillet 1707 — 3 mars 1710), Antoine Roquele (12 septembre 1710 — 15 décembre 1712).
Dépenses. — Entretien et vêlement des religieux, réparations aux bâtiments du couvent, frais de voyage, de procès, port de lettres, exploitation du domaine de Montpinier. — Fin de payement de l'escalier du clocher ; — achat de blé à 4 livres et 4, 2 ou 12 sous (1688) ; — aumône à l'hôpital général, 9 livres ; — . payements partiels d'une horloge au serrurier Charles Lorrain (1690), — d'un plancher pour le clocher, — de blé à 5 livres, 12 sous, 6 deniers le setier, — de vin à 21 livres, 15 sous et 21 livres la pipe, — de vin vieux de Sémalens à 36 livres la pipe ; — achat d'une boîte en argent pour les saintes huiles à l'orfèvre Debrus, 7 livres, 10 sous (1692) ; — vêtement et frais de voyage à Bordeaux du P. Séré « allant aux îles d'Amérique » après un séjour de 18 mois au couvent de Castres ; — achats de ratine d'Albi à 46 sous la canne, — de tabac du Brésil à 2 livres la livre ; — de pierres de taille pour la porte du couvent (1693), — du vin du Bas Languedoc à 8 livres, 2 sous, 6 deniers la charge et à 52 livres la pipe, — decadis violet, à 19 sous la canne, pour faire des rideaux de lit destinés aux hospices ; — frais de transport d'une bibliothèque léguée au couvent (1694), — achat de parchemin pour la confection d'un grand livre de chœur (1694 et 1695), — acomptes payés à maître Algan pour un tabernacle, — fin de payement d'un arceau et des fenêtres du nouveau réfectoire ; — achats de blé à 6 livres, 10 sous le setier (1695) — et à 6 livres, 15 sous (1696), — de fèves à 5 livres, 16 sous le setier (1697) ; — acomptes payés au maçon Taulil pour la construction du chœur (1699) ; — achats de matériaux, salaires de l'ingénieur Oulès qui dirige ces travaux ; — fin de payement à Tautil qui a terminé « hier » ce qu'il s'était engagé d'exécuter, « le chœur se trouvant à la « hauteur du sol » (12 juin) ; — acomptes à Taulil pour la continuation du bâtiment (1700) ; — dessin de trois plans du chœur et de son ornementation par le sieur Lagon ; — confection de cintres pour la voûte ; — achats de vin à 28 livres la pipe, — de tuiles pour la voûte du chœur à 55 sous la charretée, — d'ais pour 4 pilastres du chœur et la peinture en imitation de marbre ; — fin de payement de la vitrerie du chœur ; — achat d'ardoises de Boissezon (1701) ; — construction de greniers par Tautil ; — pavage d'une basse-cour « de « l'entrée du côté des greniers » (1702) ; — achats de blé à 6 livres, 10 sous le setier, — à 6 livres 2 et 10 sous (1703). — de café à 2 livres la livre, — devin à 30 livre la pipe ; — dépense de 5 livres à l'occasion de la naissance du duc de Bretagne (1704) ; — façon d'un tableau représentant saint Vincent ; — achat de blé à 7 livres, 15 sous ; — payements d'un rétable pour la chapelle du rosaire au sieur Lagon (1705), — d'un pupitre pour le chœur au même, 100 livres ; — achat de blé moussole à 5 livres 15 sous (1706) ; — façon d'un chandelier par le fondeur Chenay ; — payement à Lagon d'un cadre pour une thèse sur satin, 5 livres ; — don de 3 livres, 10 sous à une quête faite par l'évêque pour l'hôpital général (1708) ; — frais de port de Paris à Castres d'un exemplaire de la Bible de Sacy, 6 livres, 16 sous, 6 deniers ; — refonte de la fontaine du réfectoire en y ajoutant 14 livres de plomb (1709) ; — payement à Tautil de la construction des arceaux du réfectoire (1710) ; — cession par le même de pierres provenant de la démolition du pont vieux [de Castres] ; — achat de vin à 40 livres, 17 sous, 2 deniers ; — achat d'une petite chasse en argent pour renfermer la relique de saint Vincent, « conformément au veu qu'en avoit « fait la communauté en 1628 », 54 livres (1711) ; — remboursement aux filles de Gor, fondeur, de la valeur de réparations faites par lui à la maison du couvent, qu'il occupait (1712).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 113 et 210 feuillets, papier
H 468*1712-1731
Comptes. — Recettes : rentes foncières et obituaires, loyers de maisons, revenus de la sacristie, produits des messes, prédications et quêtes, arrérages payés par le diocèse pour l'obit des comtes de Castres, par la communauté de Montredon et celle de Castres pour les motifs déjà indiqués dans les registres précédents ; subventions de l'Assiette diocésaine et des Etats de Languedoc ; messe dite pour la confrérie des créponeurs, loyer d'une maison occupée par le fondeur Jacques Bardou. — Loyer acquitté par Chenay, fondeur (1713 et 1714) ; — payement d'une créance résultant d'un don de 2 000 livres fait au couvent par la comtesse de Bioule et d'un legs de 1 000 livres pour fondation d'obit par la même personne ; — payement par le P. Pasquier, « missionnaire royal à Lacaune », ancien professeur de théologie, de 75 livres, 6 sous et 48 livres (1730). — Les prieurs qui figurent à la vérification des comptes sont : Antoine Roquete (21 février-6 avril 1713,, Nicolas Bermond (10 février 1714- ler octobre 1716), François Laforgue (8 janvier (1717), Charles d'Orsan (2 juillet 1717-26 avril 1720), Joseph Cassaigne (2 octobre 1720-11 janvier 1723), François Laforgue (16 juillet 1723-18 mai 1724), Bernard Lagrange (mars ou avril-3 novembre 1725), Antoine Roquete (11 février (Il février 1726-3 septembre 1728), Joseph Calemard (23 mai 1729-1er juin 1731).
Dépenses : entretien et vêlement des religieux, frais de voyages et de procès, port de lettres, réparations aux bâtiments du couvent, exploitation de ses biens. — Achats d'un tableau représentant saint Antoine, 14 livres (1713), — de vaisselle d'étain. à 8 sous la livre, — de deux billets de la loterie « que nos R. P. d'Aix « (ou Arles écrit en surcharge) ont obtenu de Sa Majesté », 5 livres ; — prêt de 3 000 livres à l'évêque de Castres, Quiqueran de Beaujeu (1714) ; — 3 billets de loterie, 3 livres (1715) ; — achat de blé à 7 livres, 10 sous le setier ; — frais de réparation de chandeliers par le fondeur Bardou ; — achat de vin à 14 livres, 8 sous la pipe (1717) ; — payement de 300 livres au sculpteur Lagon en acompte du prix convenu pour la façon d'un tabernacle ; — achat d'un thermomètre et d'un baromètre, 5 livres (1718) ; — restitution de 740 livres prêtées par les Jacobins d'Albi (1720) ; — dépense pour un feu d'artifice tiré à l'occasion de l'exaltation de Benoît XIII, « jadis religieux de notre ordre », 33 livres (1725) ; — refonte d'une cloche de la cuisine et façon de deux petits chandeliers par le fondeur Bardou (1727) ; — ouverture de 10 fenêtres « du côté du jardin » et fermeture de 6 autres (1730) ; — frais d'acte pour un échange de terres situées à Sémalens.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 73 et 111 feuillets, papier
H 469*1723-1739
Comptes. — Reproduction du registre précédent pour les années 1723 à 1731 (en partie). — Recettes : renies foncières et obituaires. loyers de maisons, revenus de la sacristie, produits des messes, prédications et quêtes, arrérages de l'obit des comtes de Castres, rentes servies par les consuls de Montredon et de Castres, subventions de l'Assiette diocésaine et des Etats de Languedoc, services religieux pour les confréries de saint Louis, « évêque de Toulouse » (tailleurs), de sainte Luce (créponeurs) et pour les sœurs [Dominicaines] du tiers ordre ; loyer d'une maison et d'une boutique occupées par le fondeur Jacques Bardou. Ces comptes ne sont pas vérifiés et signés par les prieurs, comme dans les précédents registres.
Dépenses : entretien et vêtement des religieux, frais de voyages et de procès, port de lettres, réparations aux bâtiments du couvent, exploitation de ses biens. — Achat du tome 1er du grand bullaire de Tordre, 18 livres, 10 sous (1731) — emploi de diverses sommes pour la construction d'une maison avec boutique (1732 à 1734) ; payement d'arrérages de censives, dus depuis 29 ans aux religieuses de Vielmur, 568 livres et des sous (1734) ; dorure et argenture de deux calices par l'orfèvre Hérail (1739) ; — achat de vin à 24 livres la pipe ; — dépenses occasionnées par la confection de tableaux destinés au chœur de l'église, 350 livres dont il est revenu 145 livres au peintre Hébert, « parisien », pour son travail.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 60 et 88 feuillets, papier
H 4701552-1774
Comptes. — Pièces justificatives. — Reçu de 20 sous délivré parle syndic du couvent pour une messe du saint Esprit dite à l'occasion des élections consulaires de Castres (16 janvier 1551-1552). — Transcription des quittances de la somme de 203 livres que le trésorier royal verse tous les ans pour la fondation obituaire des comtes de Castres (1579 1606). — Quittances pour honoraires de la messe du saint Esprit lors des élections consulaires (1640-1643) ; — d'une redevance en cire jaune que sert l'église cathédrale de Castres (1642) ; — de la somme de 3100 livres restant dues sur les 6200 livres que Jacques de Gelas, évêque de Valence et Die, s'était engagé à payer par une transaction (1650) ; — de 648 livres payées au nom de Louis de Cardailhac et Lévis, comte de Bioule, seigneur de Gaïx et autres places, pour des arrérages d'une fondation obituaire (1654). — Mémoire de drogues fournies par un apothicaire (1668-1670). — Reçu délivré par Bernard de Villeneuve, avocat, pour la somme de 2 000 livres, prix du remboursement d'une rente (1677). — Payement fait au couvent de 600 livres, montant du legs de l'évêque Michel Tubœuf (1682). — Comptes de médicaments (1684-1688) — et d'étoffes et articles de mercerie (1688-1692). — Payement de 500 livres dues par le couvent à Marie Batigne, veuve de Joseph Devic, de Castres (1697). — Frais de procédure (1699-1712). — Mémoires d'un serrurier (1703-1704). — Payement de 300 livres dues au couvent par Antoinette Gleizes, fille de Dominique Gleizes, notaire de Lautrec (1706). — Restitution de 400 livres à un créancier du couvent (1709). — Comptes de médicaments (1769) — et de boulangerie (1773-1774).
Description physique : (Liasse.) — 42 pièces, papier
Procès (1336-1789) retour
H 4711336-1345
Procès du couvent. — Sentence arbitrale maintenant les droits des Jacobins à une rente annuelle de 10 sous sur une maison située à Castres, rue dite sous le mazel (1336). — Débats devant le sénéchal du seigneur de Castres Bouchard de Vendôme, siégeant à la Tourcaudière (in consistorio curiae turris cauderie) : les religieux se plaignent de ce que des étaux construits sur la place publique et leur appartenant aient été supprimés ; les consuls répondent que le couvent ne possède rien hors de son enclos, qu'ils ont seuls le droit de donner des autorisations relatives au terrain communal et prient le sénéchal de ne pas permettre le rétablissement des étaux en question (1341). — Ratification par les parties d'une sentence arbitrale au sujet d'un différend avec Bertrand Cathelan, chevalier, et sa fille Hunaude, mariée avec Aimeric de Saya. Le couvent leur réclamait plus de 2000 livres pour arrérages échus d'une rente de 40 livres léguée à charge d'obit par Jourdain de Saissac, chevalier, seigneur de Caucalières, dont les défendeurs possèdent les biens. L'arbitre nommé par eux et par le prieur Aymeric de Villeneuve a décidé que les religieux continueraient a recevoir annuellement ces 40 livres provenant du legs de Jourdain de Saissac et 10 autres livres à eux léguées par la mère d'Hunaude, Cébelie de Rabastens, mais qu'ils renonceraient à réclamer tous arriérés (1345). (Copies du XVIIe siècle).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, papier
H 4721500-1546
Procès. — Ajournement devant le Parlement de Toulouse par le juge de Castres, Michel Combes, agissant par délégation du prévôt de Réalmont, du prieur Michel Payre (Patris) et d'un religieux, Adam Manent, prieur du couvent de Saint-Girons, socius du provincial de Toulouse, le dit Manent étant porteur de lettres allant à rencontre de la réformation de l'ordre des Jacobins approuvée par le pape et par le roi (14 et 15 janvier 1499-1500). — Transaction conclue avec Izarn de Brassac, seigneur de Montpinier, au sujet d'une rente obituaire de 2 livres fondée par Aimeric de Brassac : les Jacobins abandonnent celte rente en échange de droits de mutation exigibles à l'occasion de l'acquisition d'une vigne à Montpinier (26 mars 1503) ; approbation du contrat par Gaspard de Brassac, fils d'Izarn (26 janvier 1503-1504). — Mandement du sénéchal de Castres, Jean de Lévis, ordonnant la production d'actes de reconnaissances dans un procès du couvent contre le comte de Castres (1508) : — production d'une reconnaissance du syndic des Jacobins envers le comte de Castres d'une albergue de 2 setiers d'avoine et de plusieurs cens grevant des biens provenant de la succession de Raimond Pasturel (1486). — Arrêt du Parlement de Toulouse rendu sur un appel d'une sentence du sénéchal de Carcassonne qui avait admis pour les consuls et les bassiniers des églises paroissiales de Castres le droit de faire des quêtes dans celle des Jacobins : le Parlement décide que ces religieux peuvent interdire de telles quêtes (9 février 1511-1512). — Différend avec le chapitre cathédral de Castres qui prétendait faire délaisser en sa faveur le maître-autel de l'église Saint-Vincent ; opposition du prieur Dominique Calvet qui invoque notamment la teneur d'une bulle du pape Clément IV (Pérouse, 9 mai 1265) dont une copie est délivrée au chapitre (1513). — Accord conclu avec Guy Albouin, de Castres, au sujet d'une fondation obituaire (1513), suivi d'un autre accord avec Jacques Combinal touchant une rente grevant une maison qui avait appartenu à Arnaud Alric (1546).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 10 pièces, papier
H 4731519-1540
Procès contre le chapitre cathédral de Castres. — Approbation par l’évêque de Castres d'une transaction conclue la veille au sujet du produit des sépultures et d'une pension d'un marc et demi d'argent que les Jacobins servent annuellement au chapitre ; il a été convenu que celte redevance serait rachetée moyennant 363 livres, somme que le chapitre consacrera à l'acquisition d'une métairie dans la paroisse de Carbes ; de plus, on a réglé minutieusement les cas où les religieux pourront sortir du couvent avec la croix, de même que tout ce qui a rapport aux bénéfices des enterrements (29 septembre 1519) — Arrêt du Parlement de Toulouse reconnaissant le droit des Jacobins de procéder aux inhumations suivant la transaction conclue (13 août 1530). — Nouvelles procédures : le syndic des Jacobins rapporte que le 22 janvier précédent (1535) le prieur de Manso disait la messe au maître autel quand pénétrèrent dans l'église le prieur mage et plusieurs membres du chapitre, chassèrent et frappèrent les religieux et s'emparèrent de l'autel ; « il y a aucuns en leur compaignie (le chapitre) « qui ont esté prévenus d'hérésie leuthérienne » ; les Jacobins concluent à ce que leurs adversaires soient condamnés à 4000 livres d'amende devant servir à réparer le couvent et à ce qu'ils soient déchus pour l'avenir du privilège de célébrer trois fois par an une messe haute dans leur église (1535). — Arrêt du Parlement de Toulouse confirmant un accord antérieur et un autre arrêt du 23 juillet 1535 : il est établi que le chapitre pourra dire la messe au maître autel des Jacobins les jours de la Purification de la Vierge, de la saint Vincent el de la Translation des reliques du même saint. Le préambule rappelle que l'église du couvent a appartenu à des chanoines qui suivaient la règle de saint Augustin. Tandis que les Jacobins étaient en procès avec eux, « saint Dominique vint à Castres, auquel, ainsi qu'il entroit dans « l'église des dits chanoines de saint Augustin et à présent des dits Frères Prêcheurs, en présence de plusieurs gens, l'image du St Crucifix de N. S. Jésus « Christ qui estoit encores à l'entrée du chœur de la dite « église dit à haute voix telles paroles : Dominice, tibi et « successoribus luis hanc ecclesiam do. A cause de quoi, « tout incontinent, les dits frères de St Augustin avec- » que l'évêque d'Albi, lors évêque de Castres, donarent « la dite église à Monsieur St Dominique et à ses frères « (3… 1540. Copie de la fin du XVIIe siècle).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, parchemin, et 5 pièces, papier
H 4741524-1540
Procès. — Transaction conclue avec Gaspard de Brassac, seigneur de Montpinier, au sujet d'une vigne acquise par le couvent dans cette seigneurie : les cens et oublies exigibles sont réduits à un unique cens de 12 deniers (1524). — Transaction avec Barthélémy Pech, de la paroisse Saint-Gratien, dans le consulat de Saint-Paul-Cap-de-Joux, au sujet de redevances grevant diverses terres. — Ordre émané du Parlement de Toulouse d'apposer les fleurs de lis royales sur une chapelle de Labruguière dont le prieur des Jacobins prétend être le légitime collateur tandis que Jean Auriol affirme en avoir été valablement pourvu par l'évêque de Lavaur (1527). — Annulation, du consentement des intéressés, du bail d'une métairie ayant été possédée par Barthélémy Pech, de Saint-Gratien (1532). — Procédures contre les héritiers d'Antoine Palié, de Boissezon, au sujet d'un pré (1534-1535). — Fragment d'un dossier concernant un différend des Jacobins avec le chapitre cathédral de Castres et le tenancier d'un domaine dit de Lagrifoul, près de Roquecourbe, ayant appartenu à Raimond Pasturel (1537-1539). — Vidimus par le juge ordinaire de Castres, Jean de La Palu, de lettres du comte de Castres, Jean de Vendôme (Vendôme,… octobre 1360) concédant aux consuls le privilège d'autoriser l'installation de tables sur la place publique, exception faite pour celles sur lesquelles on vend des chandelles devant et à côté de la porte de l'église Saint-Vincent ; défense est faite d'ailleurs aux consuls de laisser construire des tables à l'entrée du cloître et contre le mur qui y aboutit, pas plus qu'au devant de tout autre accès de l'église (10 janvier 1339-1540. Copie du XVIIe siècle).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, parchemin, et 18 pièces, papier
H 4751541-1560
Procès. — Transaction conclue avec Antoine de Cardailhac, baron de Gaïx, au sujet d'une rente obituaire de 27 livres fondée par Jean de Burlais et autre Jean de Burlais, jadis seigneurs de Gaïx, ainsi qu'il résulte d'un acte du 2 décembre 1389 : la rente sera servie exactement et les Jacobins diront tous les ans une messe anniversaire le 6 novembre, (14 mai 1541). — Procédures contre le fils et héritier d'André Frayssenc à qui avait été arrenté un domaine dit de La Milhassolle dans le consulat de Puylaurens, pour obtenir payement d'arrérages restant dus (1545-1549) ; — production des pactes de mariage d'André Frayssenc, bachelier en droit de Puylaurens, avec Catherine Gineste (9 juillet 1543). — Arrêt de la Cour des aides de Montpellier portant que les Jacobins sont exemptés de contribuer aux tailles et deniers royaux pour leur couvent, maisons attenant et tous biens possédés par eux en l'an 1300 : ils devront payer leur quote-part pour les autres (23 octobre 1548) ; — autre arrêt défendant aux consuls de Castres de taxer les possessions du couvent déclarées franches et nobles (27 février 1048-1549). — Actes divers de procédure et enquêtes au sujet des droits des religieux sur une prairie située au mas de La Sanhe, près Valdurenque, dont Jean-Jacques du Bernas, de Castres prétendait être le légitime possesseur (1548-1556) ; — transaction d'après laquelle de Bernas payera 100 écus d'or au couvent pour tous dépends et les Jacobins resteront propriétaires du pré (1560).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 35 pièces, papier
H 4761554-1698
Procès. — Différend avec le fermier des revenus royaux au sujet d'une albergue qui grevait des biens de Raimond Pasturel dont le couvent a hérité (1554). — Transaction conclue avec Jean Ducerf, apothicaire de Castres, qui est autorisé à ouvrir une vue dans un mur par lui construit devant la chapelle de saint Michel de l'église des Jacobins, moyennant un cens annuel de 3 deniers et à la condition que ce mur appartiendra au couvent. — Accord avec Jean Fabre, pâtissier, à qui est baillé un terrain correspondant à l'ancienne entrée du couvent pour un cens de 3 deniers et 3 écus sol de droit d'entrée (1582). — Procès des héritiers de Guillaume Prades, marchand de Castres, dont le père, Jean, avait prêté 33 écus, un tiers aux religieux (1592) ; — accord conclu avec eux (l596). — Transaction avec les consuls de Castres au sujet du clocher de l'ancienne église du couvent : les Jacobins autorisent les consuls à construire 3 murs sur les ruines du clocher pour y placer l'horloge communale ; ils leur permettent d'employer à cet effet les matériaux des ruines, mais le nouveau clocher sera la propriété du couvent qui pourra aussi y loger ses cloches (10 juin 1598).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, parchemin, et 19 pièces, papier
H 4771563-1565
Procès contre les consuls de Castres au sujet de l'argenterie du couvent. — Mémoire exposant les griefs des religieux qui étaient au nombre de 25 quand, le 29 mars 1562, Guillaume Guilhot, seigneur de Ferrières, et plusieurs huguenots de Castres rirent démolir l'église Saint-Vincent et employer les matériaux aux fortifications de la ville ; ils s'emparèrent du reliquaire de saint Vincent et de maint autre objet précieux, le tout pesant 500 marcs et 60 livres d'argent ; ils refusèrent de donner un double de l'inventaire de ces objets, prirent, de plus, des vêtements et ornements sacerdotaux pouvant valoir plus de 6 000 livres et qui furent vendus à vil prix ; ils emportèrent enfin pour plus de 3 000 livres de meubles. On ne laissa « la valleur d’un clou tant seullement. » Les religieux furent saisis, emprisonnés « environ quatre mois et batus à « coup d'estrivière jusques à la mort » ; on les obligea à consentira la vente d'un domaine situé près de Roque-courbe et de champs dans la banlieue de Castres ; ces biens furent donnés plutôt que vendus pour 700 et 300 livres. D'autre part, le procureur du roi fit couper un bois dit des predicadous. Le couvent réclame la restitution des objets mobilier ; et immobiliers qui lui ont été enlevés et une juste réparation de tous ces dommages (sans date [vers juillet 1563]) — Supplique adressée à Damville, lieutenant général du roi en Languedoc, pour obtenir restitution de l'argenterie, obliger la ville à délaisser les terrains occupés et reconstruire le couvent et l'église ; il est rappelé que, deux ans auparavant, les huguenots de Castres, non contents de faire main-basse sur tous les biens des Jacobins, chassèrent ces religieux « presque tous nuds mais avant par force et « violence à grands coups d'estrivière et de fouets et « autres plusieurs tourmens exécutés par un Jean Rolland, soi disant prévost du dit Castres » ; les biens du couvent ont été vendus, l'église rasée et les matériaux employés à la construction de fortifications (sans date, [vers octobre 15631.) La requête est suivie d'une ordonnance signée « Montmorency » (Gaillac, 10 octobre. 1363) enjoignant de réintégrer les Jacobins dans leurs biens et droits. — Plainte adressée au Parlement de Toulouse contre divers détenteurs de reliques et autres objets, qui refusent de les restituer (3 avril 1364). — Supplique aux commissaires délégués pour l’application de l'édit de pacification (2 novembre) et assignations devant eux (décembre). — Evocation de la cause par le Parlement de Toulouse (27 août 1363). — Productions : commandement signifié, à la prière des consuls, au prieur des Jacobins, Pierre Guilhot, d'avoir à exhiber à fin d'inventaire les objets servant au culte et à l'ornement de l'église. du couvent « pour l'indemnité de la cité (Castres) et profit de la république du « roy » (ailleurs : tant pour le profil du roy que du dit « couvent ») ; suit l'inventaire des objets mobiliers -parmi lesquels « un grand coffre d'argent dauré, fort « long et large, avec plusieurs images en bosses eslevées, dans lequel ont ditestre le corps de saint Vincent le martir, fort beau et riche, garni de pierreries », plus divers reliquaires, croix, calices, encensoirs et autres pièces d'orfèvrerie en argent (23 septembre 1561) ; — nouvel inventaire plus détaillé, dressé en présence du sous-prieur ; les objets, portés chez le consul Pierre Boissier, marchand, pèsent 283 marcs, 6 onces (5 et 10 janvier 4561-1562) ; — requête des consuls au procureur du roi afin qu'il leur soit délivré une clef du coffre de l'argenterie, suivie d'une décision conforme à ce vœu (7 octobre) ; — prise de possession par les consuls du coffre jusqu'alors déposé chez Boissier (même jour) ; — inventaire de chapes déposées « il « y a sept ou huit mois » chez Pierre Rolland, licencié eu droit, et qu'un consul fait transporter dans la sacristie de l'église de La Plate (9 décembre) ; — note rédigée par le prieur Guilhot, signée par lui et plusieurs religieux qui se trouvent à Albi « propter persecutionem hereticorum », relative à des objets précieux (croix, reliquaires, ornements, archives et livres confiés à des particuliers (17 février 1562-1563) ; — inventaire de divers titres par le même prieur (13 juillet) — et du mobilier (sans date) ; — lettre de rémission du roi pour Jean Rolland, de Castres, qui, en juillet 1562, avait pris part à l'assaut du château de Lacaze dont il exerça le commandement pour les huguenots ; il avait aussi contribué à la prise de Lavaur par les religionnaires, servi avec eux à Montauban, Saint-Antonin et ailleurs, désarmé les habitants catholiques de Castres, acquis quelques boiseries provenant des orgues et d'un coffre de reliques des Jacobins ; tous ces faits l'exposaient journellement aux poursuites des Jacobins et de l'évêque de Castres, et ses ennemis pillaient ses biens (Lyon, 27 juin 1564. Copie de 1565.)
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, parchemin, et 19 pièces, papier
H 4781610-1612
Procès au sujet de l'argenterie (suite). — Ordre de la Chambre de l'édit de faire assigner devant elle les détenteurs des biens des Jacobins (11 août 1610) ; en note il est rappelé que l'assignation a été adressée au procureur du roi le même jour et aux consuls de Castres le 25 janvier 4611. — Procédures analogues (1611-1612). — Ordonnance des commissaires délégués pour l'exécution des édits de pacification, Louis de Feure, membre du Conseil d'Etal, et Jacques de Vignolles, conseiller au Parlement de Toulouse, d'après laquelle la prise et vente de l'argenterie des Jacobins constituent des faits visés implicitement par les dits édits et ne sauraient donner lieu à des revendications (4 février 1612). — Productions : extraits de plusieurs délibérations des consuls huguenols de Castres : le 2 janvier 1561-1562, il est décidé que l'argenterie placée dans un coffre et le crucifix d'argent de l'entrée de l'église seront confiés à François Bouffard, sr de Fiac ; le 6 octobre, l'argenterie contenue dans ce coffre ainsi que celle d'autres églises étant réduites en lingols, les consuls sont autorisés à vendre ce métal à raison de 12 livres le marc ; le 18 octobre, la somme provenant de cette vente ne couvrant pas un emprunt de 3000 écus nécessaires pour fortifier la ville et entretenir la garnison, il sera procédé à la saisie des revenns de l'évêque et autres bénéficiaires ; le 6 novembre, les maisons des Castrais absents seront louées au profit de la ville ; le 19 janvier 1562-1563, il sera institué un receveur des revenus des biens ecclésiastiques, les flèches des églises de La Plalé et des Cordeliers seront rasées afin d'aménager des plateformes pour l'artillerie ; le 7 février, le château épiscopal de Lacaze, ceux d'Arifat et Gourjade, les églises Notre-Dame de Fargues et Saint-Martin de Lodiès « et autres maisons fortes a dans un rayon d'une demi-lieue seront démolis et leurs matériaux employés aux forlificalions ; le 8, confirmation de ces résolutions ; le 15, on ajoute à cette liste la nef de l'église des Jacobins ; le 2e avril, le mobilier du château de Lacaze sera vendu aux enchères, Guillaume Guilhot, seigneur de Ferrières, communique une lettre de M. de Crussol le maintenant dans ses fonctions de gouverneur du diocèse de Castres ; le 5, enregistrement de cette lettre d'Antoine de Crussol : le 26, le sieur de Fiac qui est à Genève sera prié d'en ramener le ministre de Bosque, son gendre el Gratien. Aussi ministres protestants, et si les enfants de de Bosque veulent rester à Genève, ils seront entretenns au collège de cette ville aux frais de celle de Castres ; le 3 mai, un collège sera aménagé au couvent des Cordeliers, tout protestant sera tenu d'assister aux prêches et de fermer ses boutiques pendant ce temps, sous peine d'un sou d'amende dans le premier cas, de 3 sous dans le second ; — les consuls Jean de Rotoulp, docteur en droit, et François Raimond, marchand, déclarent avoir retiré de chez Pierre Boissier et fait porter à l'hôtel de ville la quantité de 283 marcs, 6 onces d'argenterie contenue dans deux coffres (7 octobre 1562) ; inventaire de ces objets (5 et 10 janvier 1561-1562) ; — état (sans date) d'ornements, de chapes surtout, vendus aux enchères pour 237 livres, 2 sous, 1 denier (copie de 1611) ; — recettes et dépenses d'un consul en 1562 : les recettes proviennent principalement de l'argenterie des églises et couvents qui fut vendue, et aussi de l'étain des orgues des églises Saint-Benoît et Saint-Vincent ; les dépenses ont pour objets les gages d'un capitaine Bernas, le logement de soldats à pied et à cheval, l'achat de munitions et de vivres (1562) ; — inventaire de l'argenterie des Jacobins emportée par les « rebelles hérétiques » le 6 octobre 1567 dans la Chartreuse de Castres ; on y retrouve l'image d'argent doré de saint Vincent, de 3 empans de hauteur, des calices, croix, reliquaires dont un o grand reliquaire faict en » forme de croix, couvert de pierreries, de grande pesanteur et valeur » (copie incomplète ?) ; — mémoire relatant qu'une ordonnance de Damville, du 10 octobre 1583, ne fut pas exécutée ; au contraire, les consuls firent vendre des ornements ; le syndic du couvent les assigna en 1598 devant le Parlement (voy. L'art. Précédent) pour les obliger à délaisser le clocher et restituer les reliques (1611) ; — nouvel inventaire du mobilier et des livres des Jacobins (1612).
Description physique : (Liasse.) — 25 pièces, papier