Séries L et II L



Eléments de l'instrument de recherche
Page de titre
Plan de classement
Corps de l'instrument de recherche


Page de titre retour


Archives départementales

du Tarn


 

 

 

 

 

 

 

Séries L et II L

 

 

 

Albi

2009








Plan de classement retour

Fonds de l'administration départementale
  Textes réglementaires de l'Administration centrale
  Département
    Actes imprimés
    Institutions départementales
      Conseil Général
      Directoire
      Administration centrale
      Représentant du peuple en mission
    Correspondance
      Directoire
        Correspondance avec diverses autorités
        Correspondance avec les districts
        Bureau des établissements publics
        Bureau des dépêches
      Procureur général syndic et commissaire central
        Lettres reçues
        Lettres écrites
          Lettres à divers commissaires
          Lettres aux ministres et autres autorités
        Réquisitions
      Administration centrale et préfet du département
        Bureau des dépêches
    Administration générale et économie
      Divisions administratives
      Personnel administratif
        Département
        Municipalités
      Rapports périodiques
      Élections
        Généralités
        Assemblées primaires
        Législatives et administratives
        Municipales
      Police générale et administrative
        Généralités
        Correspondance
          Lettres écrites
            aux ministres
            aux autorités militaires
            aux municipalités
          Lettres reçues
            des ministres
            des autorités militaires
            des municipalités et des districts
          Bulletins adressés au ministre par le commissaire central et le préfet
            des municipalités et des districts
        Affaires de police
          Par communes
            des municipalités et des districts
          Affaires collectives
            des municipalités et des districts
          Affaires individuelles
            des municipalités et des districts
          Délivrance de certificats
            des municipalités et des districts
        Crimes et délits
        Chasse
      Hygiène, salubrité et médecine
      Subsistances
        Généralités
        Mercuriales
        Boucherie
        Boulangerie
      Population
        État civil
        Statistique
      Agriculture, pêche, eaux et forêts
        Agriculture
        Louveterie
        Forêt
        Pêche
      Commerce et industrie
        Corporations d'arts et métiers
      Mesures d'exception
        Prix de la journée de travail
        Maximum
        Poids et mesures
    Administration et comptabilité départementale
    Administration communale
      Affaires communales diverses
    Finances
      Législation
      Impositions par diocèses
      Correspondance
      Contributions directes
        Circulaires et correspondance
        Contribution remplaçant les droits supprimés
        Taxes extraordinaires
        Capitation du diocèse d'Albi
        Biens privilégiés
      Contributions indirectes
    Postes et messageries
    Affaires militaires
      Législation et généralités
      Recrutement
      Correspondance
        Lettres écrites
          aux ministres et autres autorités
          aux districts
        Lettres reçues
          des ministres
          des districts
        Circulaires adressées aux districts
      Garde nationale
        Congés et dispenses du service militaires
      Secours et pensions. Invalides, vétérans et militaires
      Écoles militaires et armes spéciales
      Convois et transports. Approvisionnement. Solde
      Armes et munitions
      Fonderies de boulets
        Fonderie d'Albi
        Fonderie de Saint-Juéry
      Gendarmerie
      Marine et colonies
    Travaux publics et transports
      Ponts et chaussées
        Législation
        Personnel
        Correspondance
      Routes et chemins
      Voies navigables
        Circulaires
        Affaires locales
        Bacs
        Canal des deux mers
        Mines
    Instruction publique, culture et société
      Lois
      Instruction primaire
      Instruction secondaire
        Collège d'Albi
        École centrale
        Collège de Castres
      Instruction supérieure
      Bibliothèque
      Beaux Arts
      Cartes et plans
      Journaux
      Théâtre
      Archives départementales
      Belles actions
      Calendrier révolutionnaire
      Fêtes publiques
    Justice
      Inventaires des greffes de justice supprimés
      Justices de paix
    Cultes
      Généralités
      Affaires personnelles
      Dépenses
      Affaires communales
    Assistance publique
      Généralités
      Correspondance
      Hospice
      Mendicité
    Établissements de répressions
Fonds de l'administration de districts
  Albi
    Actes de l'administration
      Délibérations du conseil de district
      Délibérations et arrêtés du Directoire
      Actes du représentant du peuple en mission
    Correspondances
      Lettres écrites par le district
      Lettres écrites par l'agent national du district
    Administration générale et économie
      Personnel administratif
      Rapports périodiques
      Élections
      Police
      Subsistances
        Affaires diverses
        Lettres écrites
        Mercuriales
      Forêts
      Mesures d'exception: maximum
    Comptabilité du district
    Finances
      Contributions
      Correspondances
    Affaires militaires
      Recrutement
      Correspondances
      Garde nationale
      Secours, pensions, invalides, vétérans et militaires
      Convois, transports et ravitaillement
      Armes et munitions
    Travaux publics et transports
      Ponts et chaussées
      Mines
    Instructions publiques, cultes et société
      Instruction primaire
      Beaux-arts, lettres et sciences
      Archives
    Justice
    Cultes
      Affaires diverses
      Comptabilité
    Assistance publique
  Castres
    Actes de l'administration
      Délibérations du conseil de district
      Arrêtés du conseil de District
      Délibérations du directoire du district
      Arrêtés du directoire de district
      Registre d'ordre des pétitions adressées au directoire de district
      Avis du directoire et du conseil de district
      Actes du représentant du peuple en mission
    Correspondance
      du directoire et du procureur-général syndic
      du bureau des établissements publics
      de l'agent national du district
    Administration générale et économie
      Divisions administratives
      Personnel administratif
      Rapports périodiques
      Élections
      Police
      Subsistances
      Agriculture et Forêts
      Commerce et industrie
      Mesures d'exception : maximum
    Administration et Comptabilité du district
    Finances : contributions
    Affaires militaires
      Législation et généralités
      Recrutement
      Correspondance
      Garde nationale
      Armes et munitions
      Réquisitions
      Gendarmerie
      Marine
      Pensions et permissions
      Exemptions
    Ponts et chaussées
    Instructions publiques, cultes et société
      Instruction primaire
      Archives
    Justice
    Cultes
    Assistance publique
  Gaillac
    Textes réglementaires de l'administration centrale et départementale
    Actes de l'administration de district
      Délibérations du directoire du district et du conseil du district
      Arrêtés du directoire de district
      Registre d'ordre des pétitions
    Correspondance
    Administration générale et économie
      Divisions administratives
      Personnel administratif
      Élections
      Police
      Subsistances
      Agriculture et Forêts
      Commerce et industrie
      Mesures d'exception : maximum
    Administration et Comptabilité du district
    Finances : contributions
    Affaires militaires
      Recrutement
      Correspondance
      Garde nationale
      Invalides et vétérans
      École militaire
      Convois, transports, approvisionnement et soldes
      Armes et munitions
      Gendarmerie
      Marine
    Travaux publics
    Instructions publiques, cultes et société
      Instruction primaire
      Archives
    Justice
    Cultes
      Comptabilité
    Assistance publique
    Établissements pénitenciers
  Lacaune
    Actes de l'administration de district
      Conseil du district
      Directoire de district
    Administration générale et économie
      Divisions administratives
      Police
      Subsistances
      Agriculture
      Mesures d'exception : maximum
    Comptabilité du district
    Affaires militaires
      Recrutement
      Garde nationale
      Salpêtre
      Hôpitaux militaires
    Ponts et chaussées
    Instructions publiques, cultes et société
      Instruction primaire
      Archives
    Justice
    Cultes
    Assistance publique
  Lavaur
    Textes réglementaires de l'administration centrale et départementale
    Actes de l'administration de district
      Conseil de district
      Directoire de district
        Arrêtés sur pétitions
    Correspondance
    Administration générale et économie
      Divisions administratives
      Personnel administratif
      Rapports annuels
      Élections
      Police
      Subsistances
      Mesures d'exception : maximum
    Comptabilité du district
    Finances : contributions
    Affaires militaires
      Recrutement
      Commissions militaires
      Correspondance
      Garde nationale
      Secours, pensions et indemnités
      Approvisionnement, équipements et soldes
      Armes et munitions
      Gendarmerie
      Marine
      Déserteurs étrangers
      Dons patriotiques
    Ponts et chaussées
    Instructions publiques, cultes et société
    Justice
    Cultes
    Assistance publique
    Archives
Fonds des municipalités de cantons
  Affaires générales
  Alban
  Albi
  Albi (canton rural)
  Anglès (Belle-Montagne)
  Boissezon
  Brassac
  Briatexte
  Cadalen
  Cahuzac-sur-Vère
  Carmaux
  Castelnau-de-Lévis
  Castelnau-de-Montmiral
    Délibérations de l'administration municipale de la commune et de l'administration municipale du canton
  Castres
  Castres (canton rural)
  Cordes (Cordes la Montagne)
  Cuq-Toulza
  Dourgne
  Fiac
  Gaillac
  Gaillac (canton rural)
  Graulhet
    Délibérations de l'administration municipale du canton
  Labastide-de-Lévis
  Labruguière
  Lacaune
  Lautrec
  Lavaur
  Lavaur (canton rural)
  Lisle
  Lisle (canton rural)
  Lombers
    Délibérations de l'administration municipale du canton
  Massals
  Massuguiès
  Mazamet
  Mazamet (canton rural)
  Milhars
  Monestiès
  Montirat
  Montredon
  Murat
  Pampelonne
  Puyceli (Puycelci-la-Montagne)
  Puylaurens
  Puylaurens (canton rural)
  Rabastens
  Rabastens (canton rural)
  Réalmont (Montdadou)
  Roquecourbe
  Saint-Amans-Labastide (aujourd'hui Saint-Amans-Soult)
  Saint-Gervais (Mont-Taillis)
  Saint-Juéry (Bellevue)
  Saint-Paul-Cap-de-Joux (Agoût-Rousseau)
  Saint-Pierre-de-Trivisy
  Saint-Sulpice
  Salvagnac
  Sorèze
  Valdériès
  Valence
  Vaour
  Viane
  Vielmur
  Villefranche d'Albigeois
Fonds des comités de surveillance et comités révolutionnaires
  Comités de surveillance
    Aiguefonde
    Albi
    Arfons
    Aussillon
    Belcastel
    Bellegarde
    Boissezon
    Brens
    Briatexte
    Cadalen
    Cahuzac-sur-Vère
    Castelnau-de-Brassac
    Castelnau-de-Montmiral
    Castres
    Cordes
    Cuq-Toulza
    Damiatte
    Dourgne
    Escoussens
    Ferrières
    Florentin
    Frausseilles
    Gaillac
    Graulhet
    Guitalens
    Labastide-de-Lévis (Labastide-du-Tarn)
    Labruguière
    Lacabarède
    Lacaune
    Lasgraïsses
    Lavaur
    Lisle-du-Tarn
    Massuguiès
    Milhars
    Montrozier
    Peyrole
    Puybégon
    Puycelci (Puycelci-la-Montagne)
    Puylaurens
    Rabastens
    Ratayrens
    Riols (Le)
    Roquecourbe
    Saint-Beauzile
    Saint-Paul-Cap-de-Joux
    Sorèze
    Soual
    Souel
    Técou
    Vabre
    Vaour
    Verdier (Le)
    Viane
    Vielmur
    Viterbe
  Sociétés populaires
    Alban
    Albi
    Arfons
    Arthès
    Boissezon
    Bourgnounac
    Briatexte
    Cadalen
    Cahuzac-sur-Vère
    Campagnac
    Carmaux
    Castelnau-de-Montmiral
    Castres
    Cordes
    Cuq-Toulza
    Dénat
    Dourgne
    Fiac
    Fraysse (Le) et Ambialet
    Gaillac
    Graulhet
    Labruguière
    Lacaune
    Lautrec
    Lavaur
    Lescure
    Lisle-du-Tarn
    Lombers
    Marssac
    Massuguiès
    Mazamet
    Milhars
    Monestiès
    Montredon-Labessonié
    Murat
    Pampelonne
    Puycelci
    Puylaurens
    Rabastens
    Réalmont
    Roquecourbe
    Saint-Amans-Valtoret
    Saint-Beauzile
    Saïx
    Sorèze
    Valdériès
    Valence
    Verdier (Le)
    Villefranche
    Villeneuve-sur-Vère
    Viviers-les-Montagnes
  Fonds divers
Fonds judiciaire
  Tribunaux de districts
    Tribunal de district d'Albi
      Placets
      Cartels
      Enquêtes
      Requêtes en plainte et ordonnances d'enquis
      Registre de présentations des défendeurs
      Procédures instruites par le président du jury d'accusation
      Registres des audiences
      Qualités de jugements
      Procédures
      Procédures criminelles
    Tribunal de district de Castres
      Procédures
      Registre des audiences
      Registre des jugements sur procès par écrit
      Ratifications de ventes
      Procédures criminelles
    Tribunal de district de Gaillac
      Nominations et serments d'experts et d'arbitres
      Enquêtes
      Plumitif des audiences civiles
      Affaires civiles et commerciales : minutes de jugements
      Affirmations de voyage
      Registres de présentations des défendeurs
      Plumitif des audiences criminelles
      Procédures criminelles
    Tribunal de district de Lacaune
      Nominations et serments d'experts et d'arbitres
      Enquêtes
      Registres des audiences
      Procédures criminelles
    Tribunal de district de Lavaur
      Plumitif des audiences
      Procédures criminelles
  Tribunal civil du département
    Audiences
      1re section
      2e section
    Jugements sur rapports
      1re section
      2e section
    Jugements sur minutes
      1re section
      2e section
    Procédures
  Justice de paix
    Canton d'Alban
      Audiences
    Canton d’Albi
    Canton d’Albi intra muros
      Plumitif d'audience du bureau de conciliation
      Minutes de jugements
      Tutelles, curatelles, appositions et levées de scellés, déclarations de grossesse, etc.
    Canton rural d’Albi
    Canton d'Anglès
      Minutes de jugements et procès-verbaux
    Canton de Boissezon
      Plumitif d'audience
      Minutes de jugements et verbaux
    Canton de Brassac
      Minutes des jugements et verbaux
    Canton de Briatexte
    Canton de Cadalen
      Jugements et verbaux
    Canton de Cahuzac-sur-Vère
      Audiences du bureau de paix
      Minutes de jugements
      Audiences de police correctionnelle
    Canton de Carmaux
      Registres du bureau de paix et de conciliation
      Jugements et verbaux, affaires civiles et police correctionnelle
    Canton de Castelnau-de-Lévis
      Audiences du juge de paix
    Canton de Castelnau-de-Montmiral
      Audiences du bureau de paix et de conciliation
      Jugements et verbaux
      Jugements, plaintes et procédures (police correctionnelle)
    Canton de Castres
    Canton intra muros de Castres
      Registre des conciliations et non conciliations
    Canton rural de Castres
    Canton de Cordes
    Canton de Cuq-Toulza
      Minutes de jugements et verbaux : affaires civiles et simple police
    Canton de Dourgne
      Audiences du bureau de conciliation
    Canton de Fiac
      Audiences du bureau de conciliation
      Minutes de jugements et verbaux : affaires civiles et police
    Canton de Gaillac
      Registres des audiences
    Canton intra muros de Gaillac
      Jugements, verbaux
    Canton rural de Gaillac
      Registre des affaires portées devant le juge de paix
      Minutes des jugements, verbaux, etc.
    Canton de Graulhet
      Audiences du bureau de paix et de conciliation
    Canton de Labastide-de-Lévis
    Canton de Labruguière
      Minutes de jugements et verbaux : affaires civiles
    Canton de Lacaune
      Audiences du bureau de paix et de conciliation
      Minutes de jugements et verbaux affaires civiles et police
    Canton de Lautrec
      Registres d'audiences
    Canton de Lavaur intra muros
      Minutes de jugements et verbaux
      Audiences du bureau de paix et de conciliation
    Canton rural de Lavaur
      Minutes de jugements et verbaux
    Canton de Lisle intra et extra muros
      Audiences du bureau de paix et de conciliation (Intra muros)
      Plumitif des audiences du juge de paix de Lisle-sur-Tarn (intra muros)
    Canton de Lombers
      Registres des procès-verbaux du bureau de paix
    Canton de Massals-(Massuguiès)
      Minutes de jugements et verbaux
    Canton de Mazamet intra muros
      Audiences du bureau de paix et de conciliation
      Minutes de jugements
    Canton rural de Mazamet
      Audiences du bureau de paix et de conciliation
      Minutes de jugements
    Canton de Milhars
      Minutes de jugements et verbaux de non conciliation
    Canton de Monestiès
      Registres des affaires portées devant le juge de paix
    Canton de Montirat
      Audiences du bureau de paix et de conciliation
    Canton de Montredon-Labessonnié
    Canton de Murat
    Canton de Pampelonne
      Jugements du bureau de paix et de conciliation
    Canton de Puyceli
      Minutes de jugements
      Minutes de jugements et verbaux de conciliation et non conciliation
    Canton de Puylaurens
      Minutes de jugements
    Canton intra muros de Rabastens
      Registres des audiences du bureau de paix et de conciliation
      Minutes de jugements
    Canton rural de Rabastens
      Registre des audiences du bureau de paix
      Minutes de jugements (affaires civiles et police judiciaire)
    Canton de Réalmont
      Registre des audiences du bureau de paix et de conciliation
    Canton de Roquecourbe
    Canton de Saint-Amans-(Soult)
    Canton de Saint-Juéry
      Audiences du bureau de paix et de conciliation
    Canton de Saint-Paul-Cap-de-Joux
      Minutes de jugements, conciliations, tutelles, curatelles, enquêtes, nominations d'arbitres, inventaires
    Canton de Saint-Pierre-de-Trivisy
      Minutes de jugements et verbaux
    Canton de Saint-Sulpice-la-Pointe
      Minutes de jugements (affaires civiles)
    Canton de Salvagnac
      Jugements de compétence
      Verbaux de conciliation
      Tutelles, curatelles, scellés, visites de cadavres, déclarations de grossesse
    Canton de Valdériès
      Jugements et verbaux du bureau de paix et de conciliation
    Canton de Valence
    Canton de Vaour
      Minutes de jugement
    Canton de Vielmur
      Audiences du bureau de paix et de conciliation
    Canton de Villefranche
      Jugements et verbaux
  Tribunaux de commerce
    Albi
      Registres des jugements
      Plumitif des audiences
      Registres de mise au rôle
    Castres
      Audiences
        Jugements enregistrés sur la minute
  Tribunal criminel
    Registres d'audience
    Registre des jugements rendus sur les appels en matière de police correctionnelle
    Jugements du tribunal de Cassation
    Procédures
    Jugements de police correctionnelle portés en appel devant le tribunal criminel
  Tribunaux correctionnels et jurys d'accusation
    Tribunal correctionnel d'Albi
      Registre des audiences
    Tribunal correctionnel de Castres
    Tribunal correctionnel de Gaillac
      Registre des audiences
    Tribunal correctionnel de Lavaur
      Procédures
  Sentences arbitrales
    District d'Albi
    District et arrondissement de Castres
    District de Gaillac
    District de Lacaune
    District de Lavaur
  Registres d'insinuations de donations entre vifs
    Tribunal de district d'Albi
    Tribunal civil du Tarn
    Tribunal de district de Castres
    Tribunal de district de Gaillac
    Tribunal de district de Lacaune
    Tribunal de district de Lavaur
  Répertoires de notaires
    Tribunal d'Albi
      Canton d'Alban
      Canton d'Albi
      Canton de Carmaux
      Canton de Castelnau[-de-Lévis]
      Canton de Lombers
      Canton de Monestiès
      Canton de Montirat
      Canton de Pampelonne
      Canton de Réalmont
      Canton de Saint-Juéry
      Canton de Valdériès
      Canton de Valence
      Canton de Villefranche
    Tribunal de Castres
      Canton d'Anglès
      Canton de Castres
      Canton de Boissezon
      Canton de Dourgne
      Canton de Labruguière
      Canton de Lautrec
      Canton de Mazamet
      Canton de Montredon
      Canton de Roquecourbe
      Canton de Saint-Amans
      Soual
    Tribunal de Lacaune
      Canton de Brassac
      Canton de Lacaune
      Canton de St-Pierre-de-Trivisy
      Canton de Viane
    Tribunal de Gaillac
      Canton de Cadalen
      Canton de Cahuzac
      Canton de Castelnau-de-Montmiral
      Canton de Cordes
      Canton de Gaillac
      Canton de Labastide-de-Lévis
      Canton de Lisle-sur-Tarn
      Canton de Milhars
      Canton de Puycelsi
      Canton de Rabastens
      Canton de Salvagnac
    Tribunal de Lavaur
      Canton de Briatexte
      Canton de Damiatte
      Canton de Giroussens
      Canton de Graulhet
      Canton de Lavaur
      Canton de Cuq-Toulza
      Canton de Montgey
      Canton de Puylaurens
      Canton de Saint-Sulpice-la-Pointe
  Registres d'écrou
    Prison de Lavaur





Corps de l'instrument de recherche retour

Fonds de l'administration départementale retour
Textes réglementaires de l'Administration centrale retour
L 11789-1790
Lettres royales sanctionnant les décrets de l'Assemblée nationale, enregistrées par le Parlement de Toulouse, du 23 août 1789 au 6 août 1790. (Toulouse, imprimerie de Bellegarrigue, imprimeur du Parlement, Place du Palais. ).
Description physique : (Liasse.) — 113 pièces, papier, in-4°.
L 21790
Lois et décrets du 16 mai au 29 décembre imprimés à Paris avec le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie royale. ).
Description physique : (Liasse.) — 160 pièces, papier, in-4° (Dans les divers recueils, très incomplets, réunis dans cette série, les lois ont été placées à leur date, sans tenir compte du numérotage des cahiers.).
L 31791
Lois et décrets du 2 janvier au 30 mars imprimés à Paris avec le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie royale. ).
Description physique : (Liasse.) — 191 pièces, papier, in-4°.
L 41791
Lois et décrets du 1er avril au 29 juin imprimés à Paris avec le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie royale. ).
Description physique : (Liasse.) — 109 pièces, papier, in-4°.
L 51791
Lois et décrets du 2 juillet, au 29 septembre imprimés à Paris avec le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie royale. ).
Description physique : (Liasse.) — 134 pièces, papier, in-4°.
L 61791
Lois et décrets du 2 octobre au 28 décembre imprimés à Paris avec le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie royale. ).
Description physique : (Liasse.) — 80 pièces, papier, in-4°.
L 71792
Lois et décrets du 1er janvier au 26 août imprimés à Paris avec le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie royale jusqu'au 7 août et Imprimerie nationale depuis cette date. ).
Description physique : (Liasse.) — 236 pièces, papier, in-4°.
L 81791
Décrets de l'Assemblée nationale non sujets à la sanction du Roi du 21 au 25 juin, numérotés de 1 à 29. Les numéros 7, 20, 22, 23 et 25 manquent. (Paris, Imprimerie royale. ).
Description physique : (Liasse.) — 24 pièces, papier, in-4°.
L 91791-1792
Actes du Corps législatif non sujets à la sanction du Roi, du 2 décembre 1791 au 26 août 1792, numérotés de 1 à 90. Les numéros 1, 3 à 16, 19 à 32, 36, 38, 39, 45, 46, 48, 59 à 74, 77, 79, 80, 85, 87 et 89 manquent. (Paris, Imprimerie royale jusqu'au 7 août 1792 et Imprimerie nationale depuis cette date. ).
Description physique : (Liasse.) — 33 pièces, papier, in-4°.
L 101792
Lois et décrets du 9 juin au 30 septembre imprimés à Paris sous le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre. ).
Description physique : (Liasse.) — 189 pièces, papier, in-4°.
L 111792
Lois et décrets du 1er octobre au 31 décembre imprimés à Paris sous le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre. ).
Description physique : (Liasse.) — 149 pièces, papier, in-4°.
L 121793
Lois et décrets du 1er janvier au 31 mars imprimés à Paris sous le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre. ).
Description physique : (Liasse.) — 226 pièces, papier, in-4°.
L 131793
Lois et décrets du 1er avril au 30 juin imprimés à Paris sous le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre. ).
Description physique : (Liasse.) — 227 pièces, papier, in-4°.
L 141793
Lois et décrets du 2 juillet au 31 août imprimés à Paris sous le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre. ).
Description physique : (Liasse.) — 154 pièces, papier, in-4°.
L 151793
Lois et décrets du 1er septembre au 5 octobre imprimés à Paris sous le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre. ).
Description physique : (Liasse.) — 174 pièces, papier, in-4°.
L 16An II
Lois et décrets du 15e jour du 1er mois au 28 frimaire imprimés à Paris sous le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre. ).
Description physique : (Liasse.) — 187 pièces, papier, in-4°.
L 17An II
Lois et décrets du 2 nivôse au 30 ventôse Imprimés à Paris sous le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre. ).
Description physique : (Liasse.) — 180 pièces, papier, in-4°.
L 18An II
Lois et décrets du 1er germinal au 13 prairial imprimés à Paris sous le sceau de l'État. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre. ).
Description physique : (Liasse.) — 81 pièces, papier, in-4°.
L 191790
Lois et décrets du 18 juillet au 23 décembre imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie P. G. D. Robert, docteur en philosophie, imprimeur du Roi et du Département du Tarn.).
Description physique : (Liasse.) — 74 pièces, papier, in-4°.
L 201791
Lois et décrets du 5 janvier au 29 mai imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie P. G. D. Robert, imprimeur du Roi, de la Nation et du Département. ).
Description physique : (Liasse.) — 128 pièces, papier, in-4°.
L 211791
Lois et décrets du 1er juin au 18 décembre imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Robert, imprimeur de la Nation et du Département. ).
Description physique : (Liasse.) — 115 pièces, papier, in-4°.
L 221792
Lois et décrets du 1er janvier au 21 juin imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Robert, imprimeur de la Nation et du Département. ).
Description physique : (Liasse.) — 65 pièces, papier, in-4°.
L 231792
Lois et décrets du 1er juillet au 28 décembre imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Robert, imprimerie de la veuve Robert et imprimerie Rodière. ).
Description physique : (Liasse.) — 153 pièces, papier, in-4°.
L 241793
Lois et décrets du 2 janvier au 30 mai, imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie de la veuve Robert, imprimerie Rodière et imprimerie Auger. ).
Description physique : (Liasse.) — 213 pièces, papier, in-4°.
L 251793
Lois et décrets du 1er juin au 31 juillet imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Auger et imprimerie Rodière. ).
Description physique : (Liasse.) — 187 pièces, papier, in-4°.
L 261793
Lois et décrets du 1er août au 3 octobre imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Auger et imprimerie Rodière. ).
Description physique : (Liasse.) — 100 pièces, papier, in-4°.
L 27An II
Lois et décrets du 15e jour du 1er mois au 26 frimaire imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Auger et imprimerie Rodière. ).
Description physique : (Liasse.) — 125 pièces, papier, in-4°.
L 28An II
Lois et décrets du 1er nivôse au 15 prairial imprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Auger et imprimerie Rodière. ).
Description physique : (Liasse.) — 124 pièces, papier, in-4°.
L 29An II
Lois et décrets du 22 août au 19 pluviôse imprimés au chef-lieu du district d'Albi. (Albi, imprimerie Barthélemi Lugan au faubourg de la Réunion ci-devant Castelviel et imprimerie An. Dom. Baurens. ).
Description physique : (Liasse.) — 122 pièces, papier, in-4°.
L 301789-1790
Lettres patentes du Roi sur les décrets de l'Assemblée nationale du 9 octobre 1789 au 29 mars 1790 imprimés en placards. (Montpellier, imprimerie Jean-François Picot, imprimeur du Roi et de la Ville. ).
Description physique : (Liasse.) — 24 pièces, papier, placards.
L 311793-an VIII
Lois et décrets du 26 juin 1793 au 18 brumaire an VIII imprimés en placards. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre et Imprimerie de la République. ).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, papier, placards.
L 321790-an VIII
Lois et décrets du 10 novembre 1790 au 19 brumaire an VIII imprimés en placards. (Albi, imprimerie Baurens, imprimerie Rodière et imprimerie Collasson. ).
Description physique : (Liasse.) — 17 pièces, papier, placards.
L 331790-an V
Lois et décrets du 26 octobre 1790 au 7 thermidor an V imprimés en placards. (Castres, imprimerie Robert, imprimerie veuve Robert, imprimerie Auger, imprimerie Rodière et imprimerie Gauzy et Cie. ).
Description physique : (Liasse.) — 83 pièces, papier, placards.
L 341789-an VI
Lois et décrets ne faisant partie d'aucune collection : — Décret de l'Assemblée nationale du 22 décembre 1789 concernant la constitution des Assemblées représentatives et des Assemblées administratives. (Paris, imprimerie nationale. 1790, in-4°). — Loi du 1er décembre 1790 concernant la contribution foncière. [Réimpression. Paris, Imprimerie royale, 1792, in-4°. ) — Loi du 2 octobre 1791 relative à la liquidation de la dette arriérée. [Réimpression. Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre, 1793, in-4°. ) — Décret de la Convention nationale du 5 janvier 1793 qui ordonne le triage des papiers et parchemins propres au service de l'artillerie de marine. (Paris, imprimerie C. F. Patris, imprimeur de la Marine et des Colonies, in-4°. ) — Décrets de la Convention nationale du 30 mai 1793 relatif au mode de réquisition de la force publique et du 3 juin 1793 relatif à la formation dans chaque département d'une compagnie de canonniers nationaux soldés. (Paris, imprimerie Guillaume et Pougin, imprimeurs du Département de la Guerre, in-4°. ) — Décret de la Convention nationale du 16 ventôse an II qui ordonne la remise dans les dépôts de tous les sabres de 30 pouces de lame et au-dessus. (Paris, imprimerie J. Grand, in-4°. ) — Décrets de la Convention nationale du 21 pluviôse an II, qui règle le mode de payement des pensions accordées aux défenseurs de la patrie et à leurs familles et du 29 germinal sur la fabrication du salin. (Paris, Imprimerie nationale, in 8°. ) — Loi du 1er prairial an III, qui approuve un arrêté pris par les Comités réunis de la Convention nationale. (Castres, imprimerie Rodière, in-8°. ) — Loi du 4 prairial an IV contenant des mesures répressives contre les factieux du faubourg Antoine. (Paris, Imprimerie de la République, in-8°. ) — Loi du 9 messidor an III concernant le code hypothécaire. (Paris, Imprimerie de la République, in-4°. ) — Loi du 3 nivôse an IV relative au mode de payement de l'emprunt forcé. (Castres, imprimerie Gauzy et Cie in-4°. ) — Loi du 5 ventôse an V contenant une instruction sur les Assemblées primaires, communales et électorales. (Paris, Imprimerie de la République, in-4°. ) — Loi du 19 brumaire an VI relative à la surveillance du titre et à la perception des droits de garantie des matières et ouvrages d'or et d'argent. (Albi, imprimerie Baurens, in-4°. ).
Description physique : (Liasse.) — 11 pièces, papier, formats divers.
L 351789-1790
Arrêts du Conseil d'État du Roi, du 7 août 1789 qui nomme le sieur Toussaint Auguste Petit pour signer au lieu et place du sieur Laurent Blanlo, en qualité de tireur, les assignats de deux cents livres ; — du 11 juillet 1790 qui casse les délibérations de diverses municipalités concernant le payement des droits de champart, ferrages et autres. (Paris, Imprimerie royale. ).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, papier, in-4°.
L 361791-1792
Proclamations du Roi pour l'accélération du recouvrement des Rôles d'à-compte sur les contributions foncière et mobiliaire de 1791 et sur plusieurs brevets d'invention. (Paris, Imprimerie royale. ).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, papier, in-4°.
L 371791-1792
Proclamations, lettres et discours du Roi : — sur les payements à faire au clergé séculier et régulier à l'époque du 1er janvier ; — sur la Constitution ; — aux Princes français ses frères ; — sur le maintien du bon ordre aux frontières ; — sur les dangers de la Patrie. (Castres, imprimerie Robert. ).
Description physique : (Liasse.) — 8 pièces, papier, in-4° et placards.
L 381790-1792
Adresses et proclamations de l'Assemblée nationale aux Français, discours imprimés par son ordre et envoyés aux départements et à l'armée. (Castres, imprimerie Robert et Paris, imprimerie royale et nationale. ).
Description physique : (Liasse.) — 8 pièces, papier, formats divers.
L 391792
Exposition des motifs d'après lesquels l'Assemblée nationale a proclamé la convocation d'une Convention nationale et prononcé la suspension du Pouvoir exécutif dans les mains du Roi. (Castres, imprimerie Robert. ).
Description physique : (Liasse.) — 2 pièces, papier, in-4° et placard.
L 401792
Réflexions de l'Assemblée nationale sur l'acte législatif qui invite le Peuple français à élire une Convention nationale. (Paris, Imprimerie nationale. ).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, papier, placard.
L 411792-1793
Proclamations et extraits des registres des délibérations du Conseil exécutif provisoire du 25 août 1792 au 26 septembre 1793. (Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre, Imprimerie du Département de la Guerre et Imprimerie des Régies nationales. ).
Description physique : (Liasse.) — 12 pièces, papier, formats divers.
L 421792-1793
Proclamations et arrêtés du Conseil exécutif provisoire du 25 août 1792 au 48 juillet 1793. (Castres, imprimerie Robert et imprimerie veuve Robert. ).
Description physique : (Liasse.) — 6 pièces, papier, in-4°.
L 431792-an III
Bulletin de la Convention nationale du 27 septembre 1792 au 21 ventôse an III imprimé en placards, nombreuses lacunes. (Paris, Imprimerie nationale. ).
Description physique : (Liasse.) — 54 pièces, papier, placards.
L 441793-an II
Documents imprimés par ordre de la Convention : — Projet de Constitution du peuple français, (10 juin 1793) ; — rapport fait au nom du Comité de Salut public par Maximilien Robespierre sur les rapports des idées religieuses et morales avec les principes républicains et sur les Fêtes nationales, (18 floréal an II. Paris, Imprimerie nationale. ) — Adresse de la Convention nationale au peuple français sur la nécessité de faire la guerre. (Castres, imprimerie de la veuve Robert, 1793.).
Description physique : (Liasse.) — 7 pièces, papier, placards.
L 451792-an III
Documents imprimés par ordre de la Convention : — Extrait du procès-verbal d'ouverture de la Convention nationale le 21 septembre 1792, l'an IV de la Liberté et le 1er de l'Egalité ; — discours prononcé à la Convention nationale au nom des membres de l'Assemblée nationale législative par François (de Neufchâteau) dans la séance du 21 septembre. (Castres, imprimerie Rodière) ; — extrait d'un livre d'ordre ou journal militaire trouvé sur un émigré, (Castres, imprimerie Rodière. ) ; — mémoire de Clavière, ministre des Contributions publiques lu à la Convention nationale le 5 octobre ; — adresse des citoyens du faubourg Saint-Antoine, section des Quinze-Vingts, réunis à ceux de la section de Bonne-Nouvelle, lue à la barre de la Convention le 20 octobre 1792 par le patriote Gouchon, (Castres, imprimerie Robert) ; — procès-verbal des monuments, de la marche et des discours de la fête consacrée à l'inauguration de la Constitution de la République française, le 10 août 1793, (Castres, imprimerie Rodière) ; — rapports de la Commission des Finances et Lois sur la dette publique, sur sa consolidation, sur l'emprunt volontaire et sur l'emprunt forcé, 15 août 1793, (Paris, Imprimerie nationale) ; — acte d'accusation contre plusieurs membres de la Convention nationale, 3 octobre 1793, (Castres, imprimerie Rodière) ; — rapport sur les hostilités du Roi d'Angleterre et du Stathouder des Provinces-Unies et sur la nécessité de déclarer que la République française est en guerre avec eux, par J. P. Brissot, 1793, (Castres, imprimerie veuve Robert) ; — description des procédés de fabrication des armes blanches, avec planches, (Paris, Imprimerie du Département de la Guerre, an II) ; — proclamation de la Convention au peuple français sur la conjuration découverte, (Paris, Imprimerie nationale, 2 germinal an II) ; — instruction sur la manière d'inventorier et de conserver tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l'enseignement, (Paris, Imprimerie nationale, an II) ; — adresse de la Convention nationale sur les dangers d'une contre révolution, (Gaillac, an III).
Description physique : (Liasse.) — 13 pièces, papier, in-4°.
L 461792-an II
Documents imprimés par ordre de la Convention : — discours prononcé à la barre de la Convention par les Savoisiens résidants à Paris suivi de la réponse du Président, (11 novembre 1792) ; — adresse de l'Assemblée nationale des Allobroges, séante à Chambéry, à la Convention nationale de France, (21 novembre) ; adresse des Savoisiens résidants à Paris, (14 octobre) ; discours des députés de la Société populaire de Bruxelles prononcé à la barre de la Convention, (6 février 1793) ; — adresse des militaires invalides ; — adresse des officiers municipaux de La Rochelle, (14 mars) ; — adresse de la section des Tuileries présentée à la Convention par la Commune de Paris au nom des quarante-huit sections, (28 mars) ; — discours des députés envoyés par la Convention nationale du peuple Rhéno-Germanique suivi de l'adresse des Représentants du peuple rhéno-germanique sur leur réunion à la France, (30 mars) ; rapport fait au nom des Comités de défense et de sûreté générale par le citoyen Cambacérès, député de l'Hérault, sur le salut de la République ; — adresse des Administrateurs du département du Pas-de-Calais aux citoyens de ce département ; — Acte constitutionnel précédé de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, présenté au Peuple français par la Convention nationale, (24 juin 1793) ; — rapport fait au nom du Comité de Salut public le 1er août 1793 par B. Barrère sur la situation intérieure ; — texte et nouvelle traduction des lettres et notes anglaises trouvées dans un porte-feuille anglais déposé au Comité de Salut public et depuis aux Archives nationales, (4 août) ; — procès-verbal des monuments, de la marche et des discours de la Fête consacrée à l'inauguration de la Constitution de la République française, (10 août) ; — rapport fait au nom du Comité de Salut public par le citoyen Barère sur la mission civique des Envoyés des assemblées primaires du peuple français, (14 août) ; — rapport et décret du 23 août sur la réquisition civique des jeunes citoyens pour la défense de la Patrie ; — rapport de Barrère au nom du Comité de Salut public sur l'acte de navigation, (21 septembre) ; acte d'accusation contre plusieurs membres de la Convention nationale présenté par André Amar, (30 octobre) ; — procès-verbal des séances des 17 et 20 brumaire an II ; — rapport du citoyen Robespierre sur la situation politique de la République, (27 brumaire) ; rapport de Ph. Ant. Merlin (de Douai) sur le bruit de paix, (14 frimaire) ; — réponse de la Convention nationale aux manifestes des Rois ligués contre la République proposée par Max. Robespierre au nom du Comité de Salut public, (15 frimaire) ; — rapport et projet de décret sur l'établissement d'une Commission nationale des poudres et armes de la République présenté par Barrère, (13 pluviôse) ; — rapport de Saint-Just et décret de la Convention relatif aux personnes incarcérées, (8 ventôse) ; — rapport sur l'exécution du décret du 11 brumaire et sur la publication des tableaux du maximum des denrées et marchandises soumises à la loi du maximum, (4 ventôse) ; — rapports de Saint-Just sur le mode d'exécution du décret contre les ennemis de la Révolution, (13 ventôse) ; — sur les Factions de l'étranger et sur la conjuration ourdie par elles dans la République française pour détruire le Gouvernement républicain par la corruption et affamer Paris, (23 ventôse). — (Paris Imprimerie nationale, Imprimerie nationale exécutive du Louvre et Imprimerie dite des départements. ).
Description physique : (Liasse.) — 29 pièces, papier, in-8°.
L 47An II-an III
Documents imprimés par ordre de la Convention : — Proclamation de la Convention sur la conjuration découverte, (2 germinal) ; — rapport de Saint-Just sur la conjuration ourdie depuis plusieurs années par les Factions criminelles, pour absorber la Révolution française dans un changement de dynastie et contre Fabre d'Eglantine, Danton, Philippeaux, Lacroix et Camille Desmoulins, prévenus de complicité dans ces factions et d'autres délits personnels contre la Liberté, (11 germinal) ; — rapport de Grégoire sur la bibliographie, (22 germinal) ; — rapport de Saint-Just sur la police générale, sur la justice, le commerce, la législation et les crimes des factions, (26 germinal) ; — rapports de Billaud-Varenne sur la théorie du Gouvernement démocratique et sa vigueur utile pour contenir l'ambition et pour tempérer l'essor de l'esprit militaire ; sur le but politique de la guerre actuelle et sur la nécessité d'inspirer l'amour des vertus civiles par des fêles publiques et des institutions morales, (1er floréal) ; — rapport de Max. Robespierre sur les rapports des idées religieuses et morales avec les principes républicains et sur les Fêtes nationales, (18 floréal) ; — rapport de Barère sur les moyens d'extirper la mendicité dans les campagnes et sur les secours que doit accorder la République aux citoyens indigents, (22 floréal) ; — adresse lue au nom des Jacobins de Paris par Marc-Antoine Julien, membre de la commission exécutive de l'Instruction publique, à la barre de la Convention, réponse du président et discours de Coulhon, représentant du peuple, (27 floréal) ; — adresse de la municipalité de Paris à la Convention, (27 floréal) ; — rapport sur l'assassinat de Collot-d'Herbois représentant du peuple, (4 prairial) ; rapport sur les crimes de l'Angleterre envers le Peuple français et sur ses attentats contre la liberté des Nations, (7 prairial) ; — discours de Max. Robespierre sur la situation actuelle, (7 prairial) ; — rapport de Collot-d'Herbois sur les pensions, indemnités et secours à payer aux familles des défenseurs de la patrie, (14 prairial) ; — rapport de Grégoire sur la nécessité et les moyens d'anéantir le patois et d'universaliser l'usage de la langue française, (16 prairial) ; — rapport de Vadier au nom des Comités de Sûreté générale et de Salut public relatif à une conspiration, (27 prairial) ; — divers rapports de Barrère sur la prise de Charleroi, (9 messidor) ; sur la bataille de Fleurus, (11 messidor) ; — sur la suite des événements du siège d'Ypres et sur les monuments nationaux environnants Paris, (13 messidor) ; — sur l'état de la fabrication révolutionnaire du salpêtre et de la poudre et sur la nécessité de supprimer l'agence nationale, ci-devant Régie des poudres et salpêtres, (17 messidor) ; — sur les progrès des armées de la République, (21 messidor) ; sur l'héroïsme des républicains montant le vaisseau le Vengeur, (21 messidor) ; — sur le mouvement des armées sur la frontière du Nord, (23 messidor) ; — sur la prise de Bruxelles, (24 messidor) ; sur les succès de l'armée du Rhin, (28 messidor) ; — sur la prise de Tripstat et de Landrecie, (29 messidor) ; sur les victoires remportées par les armées de la Moselle, du Rhin, de Sambre-et-Meuse et du Nord, (30 messidor) ; — sur les places à décerner par la Convention aux défenseurs de la patrie qui se seront distingués par des traits de bravoure, (1er thermidor) ; — sur la prise de Namur et de Kaiserlautern, (2 thermidor) ; — sur la prise de Nieuport et sur les nouveaux complots tramés par les ennemis de l'intérieur, (5 thermidor) ; — sur la conspiration ourdie contre la représentation nationale par Robespierre, Couthon, Saint-Just, Lebas et leurs complices, (9 thermidor) ; — sur les événements de Paris, (9 thermidor) ; — sur la conjuration de Robespierre, Couthon, Saint-Just et leurs complices, (10 thermidor) ; — sur la prise de l'île de Catzan et de l'artillerie des Hollandais, (15 thermidor) ; — rapport de Grégoire sur les destructions opérées par le vandalisme et sur les moyens de le réprimer, (14 fructidor) ; — rapport de Lakanal au nom du comité d'instruction publique sur J. -J. Rousseau, (29 fructidor) ; — rapport de Robert Lindet sur la situation intérieure de la République, (4e des Sans-Culottides) ; — rapport de Carnot sur la reprise des quatre places de la frontière du Nord qui avaient été envahies par l'ennemi, (1er vendémiaire an III) ; — suite aux réflexions sur les fêtes décadaires par Joseph Terral, député du Tarn, (ventôse) ; — Constitution de la République française proposée au Peuple français par la Convention nationale, (fructidor. ) Les documents suivants ne sont pas datés : — rapport sur l'état et l'esprit public du département du Mont-Blanc par Marin, député de ce département ; — adresse des députés de la section de la Réunion à la Convention ; adresse de l'escadron de cavalerie légère du Calvados ; compte-rendu, par le Conseil exécutif provisoire à la Convention, relatif aux départements troublés. — (Paris, Imprimerie nationale, Imprimerie nationale exécutive du Louvre, Imprimerie des Administrations nationales, Imprimerie de la République, imprimerie de la commission d'Instruction, imprimerie Quiber-Palissaux dite des départements et imprimerie Charpentier. ).
Description physique : (Liasse.) — 44 pièces, papier, in-8°.
L 481792-an IV
Documents imprimés par ordre de la Convention et réimprimés au chef-lieu du département : — rapport des Commissaires envoyés dans le département de l'Yonne sur la situation de ce département, (6 novembre) ; — extrait des délibérations de la section de Bondi sur la nécessité de fraterniser avec les volontaires des départements, (9 novembre) ; — lettre du général Dumouriez et pièces relatives à la prise de Mons, (9 novembre) ; — adresse des conseils généraux du département du Nord, du district et de la commune de Douai à leurs concitoyens, (20 juin 179S) ; — adresse des relatif aux personnes incarcérées, (8 ventôse) ; — sur la conjuration ourdie depuis plusieurs années par les Factions criminelles pour absorber la Révolution française dans un changement de dynastie et contre Fabre d'Eglantine, Danton, Philippeaux, Lacroix et Camille Desmoulins, (11 germinal) ; — rapport de Boissy-d'Anglas sur la liberté des cultes, (3 ventôse an III) ; — discours du général Pichegru prononcé à la barre de la Convention au moment de son départ, pour l'armée du Rhin, (15 germinal) ; — rapports et décrets sur le prompt jugement des émigrés trouvés sur le territoire de la République, sur l'expulsion des individus rentrés après déportation et sur les peines portées contre ceux qui provoqueraient l'avilissement de la Représentation nationale ou le retour de la royauté, etc., suivis du discours du citoyen Louvet, représentant du peuple, (12 floréal) ; proclamation du Comité de Salut public sur la circulation de fausses lettres écrites en son nom, (21 floréal) ; rapport de Treilhard sur le nouveau traité conclu à Bâle le 28 floréal entre la République française et le Roi de Prusse ; — discours prononcé par J. -B. Louvet pour célébrer la mémoire du représentant du peuple Féraud, assassiné dans ses fonctions le premier du mois, (14 prairial) ; - rapport de Marie-Joseph Chénier, député de Seine-et-Oise sur les troubles de Lyon, (6 messidor) ; discours de Boissy-d'Anglas sur la situation de Paris, (1er thermidor) ; — rapport sur la défaite des émigrés à Quiberon, (9 thermidor) ; — discours du citoyen Daunou, président de la Convention prononcé à l'anniversaire du 10 août, (23 thermidor) ; — hymnes chantés dans la séance de la Convention du 23 thermidor : le chant républicain du 10 août par Le Brun, musique de Chérubini ; hymne à la Liberté par Th. Desorgues, musique de Langlé ; l'hymne du 10 août par Chénier, musique de Castel ; hymne à la Liberté, chant de triomphe, par Baour Lormian, musique de Rigel, père ; — rapport fait au nom de la Commission des Onze par Baudin, député des Ardennes, sur les mesures qui restent à prendre pour assurer la Révolution, (1er fructidor) ; — rapport de Mailhe, député de la Haute-Garonne sur les clubs et les sociétés populaires, (6 fructidor) ; — discours de Boissy-d'Anglas sur la situation intérieure et extérieure de la République, (6 fructidor) ; — adresses présentées à la Convention par les sections du Mail et des Champs-Elysées, à Paris, et réponses du Président, (11 fructidor) ; — liste formée, en exécution de l'article II du décret de la Convention du 13 fructidor an III, des membres qui y sont en activité (page 23, liste des membres du département du Tarn, Jean-Pierre Lacombe-St-Michel, Pierre-Jean-Louis Campmas, Pierre-Stanislas Marvéjouls, François-Antoine Daubermenil, Jean-Paul-Louis Gouzy, Henri Rochegude, Jean-Baptiste Meyer, Jean Dettel, Joseph Terral et Louis-Gaspard Tridoulat) : — lettre de Gillet, représentant du peuple près les armées du Nord et de Sambre-et-Meuse sur le passage du Rhin par les troupes républicaines, (20 fructidor) ; — rapport de Daunou sur le maintien de la liberté des opinions dans les assemblées primaires, (21 fructidor) ; — traité de paix entre la République française et le Landgrave de Hesse-Cassel, (21 fructidor) ; — rapport d'Alex. Ysabeau sur les troubles de Chartres et la mort du représentant du peuple Tellier, (3 complémentaire) ; — idées à répendre parmi les habitants de la campagne et les propriétaires fonciers ; Constitution de la République française présentée par la Convention à l'acceptation du Peuple français, (1er vendémiaire an IV) ; — rapports de Baudin sur la convocation des Assemblées électorales, (1er vendémiaire) ; — sur la fête funèbre célébrée en l'honneur des députés morts victimes de la tyrannie, (11 vendémiaire) ; — rapport de Daunou sur les assemblées primaires, (11 vendémiaire) ; rapport de Tallien au nom de la Commission des Cinq sur la conjuration du 13 vendémiaire ; — rapport de Merlin (de Douai) sur les événements des 11, 12, 13 et 14 vendémiaire ; — arrêté du Comité de Sûreté générale qui ordonne la traduction de Lemaître et de ses complices au Comité militaire établi à la section Lepelletier, (27 vendémiaire) ; — recueil de la correspondance saisie chez Lemaître ; — rapport de Marie-Joseph Chénier relatif aux assassinats commis par les Compagnies de Jésus, du Soleil et autres associations royalistes, (29 vendémiaire) ; — rapport de P. Barras sur la conspiration et la rébellion qui ont éclaté dans les journées des 13 et 14 vendémiaire, et sur les opérations exécutées par l'armée républicaine, (30 vendémiaire) ; — rapport du représentant du peuple Obelin sur la reprise des travaux de Cherbourg. — (Castres, imprimerie de la veuve Robert, imprimerie Auger, imprimerie Rodière et imprimerie Gauzy et Cie. ).
Description physique : (Liasse.) — 46 pièces, papier, in-8°.
L 49An II-an III
Arrêtés du Comité de Salut public et des autres Comités de la Convention nationale du 13 ventôse an II au 17 fructidor an III imprimés à Paris, en placards, relatifs : — aux Services des Transports des voyageurs ; — au concours ouvert pour la restauration des monuments ; — aux prisonniers de guerre et déserteurs étrangers ; — à la désertion des charretiers attachés au service de l'Armée ; — à l'achat des bestiaux destinés à la boucherie ; — aux déchéances des créanciers de la Nation ; — aux réquisitions de grains destinés à l'approvisionnement des armées des Pyrénées ; — à la vente des animaux destinés à la culture.
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, papier, placards.
L 501793-an IV
Arrêtés et instructions du Comité de Salut public et des autres Comités de la Convention nationale du 3 juillet 1793 au 23 vendémiaire an IV imprimés à Paris relatifs : — aux subsistances ; à la population des communes ; — à la fabrication des armes ; — à la vente du cuivre provenant du mobilier des émigrés ; — à la fabrication des poudres et salpêtres ; au chômage des ouvriers occupés à la fabrication des armes ; — à la fabrication de l'acier et des carabines ; — à l'habillement et à l'équipement des citoyens composant les armées de la République ; — aux volontaires de la première réquisition indispensables pour les besoins de l'agriculture ; — aux secours à accorder aux familles des défenseurs de la Patrie ; — au mobilier des hôpitaux militaires ; — au linge trouvé dans les maisons confisquées ou dans les églises ; — aux militaires malades ; — à la nourriture et à l'entretien des personnes détenues ; — aux prisonniers de guerre et déserteurs ennemis ; — à la nomination d'ingénieurs géographes ; — au maintien de l'ordre et de la propreté dans les bâtiments militaires à l'usage des troupes de la République ; — à l'exploitation des mines ; — aux dons en nature ou en argent destinés aux défenseurs de la Patrie ; — à la surveillance et à l'exécution des lois ; — à la suppression des procureurs-syndics ; — aux foires et aux marchés ; — aux achats de marchandises et effets destinés au service des armées ; — à la liberté du commerce et à la suppression de la loi du Maximum ; — au chauffage et à l'éclairage des troupes ; — à l'envoi de la correspondance ; — aux approvisionnements en grains et fourrages destinés aux troupes ; — aux prêtres non assermentés remis en liberté ; — aux mesures prises contre les fonctionnaires destitués depuis le 10 thermidor an II ; — aux lenteurs des justices de paix ; — à la surveillance des magasins militaires.
Description physique : (Liasse.) — 57 pièces, papier, in-folio.
L 51An II-an IV
Arrêtés et instructions du Comité de Salut public et des autres Comités de la Convention nationale du 21e jour du 1er mois de l'an II au 4 vendémiaire an IV imprimés à Paris, relatifs : — à la culture des terres ; — à l'armée ; — à la conversion de la vaisselle ou des matières d'or et d'argent en assignats ; — aux agents envoyés par les Comités ; — aux bases du Gouvernement révolutionnaire ; — à la fabrication des poudres et salpêtres ; — a l'exécution des lois ; — à la fabrication des armes ; — aux sociétés populaires et aux comités de surveillance ; — à l'exploitation des bois destinés à la marine ; — à l'exploitation des mines de charbon de terre ; — à l'extraction du son de la farine de froment ; — à l'envoi des comptes décadaires ; — aux dégâts commis dans les forêts ; — aux subsistances des troupes ; — à la fabrication des baïonnettes ; — à la vente des animaux de boucherie ; — à la fabrication et à l'introduction de faux assignats par l'Angleterre ; — à la nomination de commissaires par les autorités constituées ; — aux attributions des procureurs généraux syndics et des agents nationaux ; — aux coupes de bois ; — à la fabrication du papier ; — à la comptabilité ; — à l'emploi de la baudruche ; — à la mise en réquisition des cochons ; — au versement du cuivre jaune et du plomb dans les dépôts généraux ; — à la fixation du maximum du prix des sabres de cavalerie ; — à l'inscription à placer au frontispice des édifices ci-devant consacrés au culte (l'inscription « Temple de la Raison » devait être remplacée par l'article premier du décret de. La Convention du 18 floréal : « Le Peuple français reconnaît l'Être suprême et l'immortalité de l'âme ») ; — à la fabrication des acides nitrique et sulfurique ; — à la réquisition des imprimeurs nécessaires à l'impression des tableaux du maximum ; — à l'emploi des bois destinés au service des fortifications ; — à la mise en réquisition des journaliers pour les travaux de la récolte ; à l'envoi des documents émanant de la Convention ; — à la comptabilité des receveurs de district ; aux vices rédhibitoires des chevaux pris pour le compte de la République ; — à la formation d'un recueil des actions héroïques et des traits de vertu ; à la destruction des signes de royauté et de féodalité ; — à l'établissement à Toulouse de la fabrique de savon des citoyens Barnabé, Froment & Cie ; — à la création d'une agence des mines ; — au payement des frais de justice ; — aux moyens et ressources de la navigation intérieure ; — à l'envoi à Paris des jeunes gens destinés à l'École de Mars ; — aux fabriques de toiles ; — à la suppression de la Ségie des poudres et salpêtres ; — aux cloches à mettre à la disposition des communes ; — à la conservation de la récolte ; — aux prisonniers de. Guerre et aux déserteurs étrangers ; — à l'entretien des jardins botaniques et des plantes rares ; — aux chevaux et aux mulets destinés aux transports militaires ; — à l'envoi aux hôtels des monnaies de l'argenterie des églises ; — à la défense aux fonctionnaires de faire des proclamations ; — à la fixation du prix de la journée des préposés aux convois militaires ; — aux envois à faire par les juges de paix ; — à la fixation du prix maximum des fourrages et des grains propres à la fabrication des huiles ; — aux subsistances des troupes en marche ; — à la vente des peaux des animaux abattus pour les armées ; — à l'emploi par le service des arsenaux des parchemins écrits ou imprimés ; — à la circulation de faux assignats ; — à la mouture des grains ; — à la fabrication des lainages ; — à l'abolition du maximum sur les prix des frais de transport ; — aux traitements des fonctionnaires ; — à la mise en réquisition du cinquième des grains, farines et légumes destinés aux approvisionnements de l'armée et de Paris ; — à l'organisation du service des étapes ; — aux visites domiciliaires à faire chez les cultivateurs et propriétaires de grains ; — au payement en assignats de la contribution foncière, etc., etc.
Description physique : (Liasse.) — 165 pièces, papier, in-4°.
L 52An II-an IV
Arrêtés et instructions du Comité de Salut public et des autres Comités de la Convention nationale du 24 germinal an II au 10 vendémiaire an IV, relatifs : — aux attributions de diverses commissions de la section de la guerre du Comité de Salut public ; — au maximum des étoffes de fil et de soie ; — à la construction économique des fermes et des habitations ; — à la police des spectacles ; — aux baux à cheptel ; — à la défense faite aux amidonniers de convertir en fécule la pomme de terre et les grains propres à la nourriture de l'homme ; — au règlement de police des écoles centrales ; — à la centralisation de la surveillance des travaux publics ; — au mode de signature des arrêtés du Comité de Salut public ; — à la réquisition des ouvriers employés dans les arsenaux de la marine ; — au service des étapes ; — à la nullité des réquisitions qui n'émanent pas des Comités ; — à l'échange des prisonniers de guerre ; — aux tribunaux criminels établis dans les pays conquis ; — à la circulation de fausses lettres du Comité de Salut public ; — à la nourriture des animaux ; — à la culture de la pomme de terre ; — à l'exécution des lois ; — aux officiers et adjudants-généraux et aux commissaires des guerres ; — à l'envoi de la correspondance ; — aux églises servant de magasins militaires ; — aux traitements des employés des administrations de district et de département ; — aux congés de réforme des militaires malades ; — à l'approvisionnement des marchés ; — à l'exportation des grains ; — aux déserteurs de la marine ; — aux agents de la commission des approvisionnements ; — au payement en nature de la contribution foncière ; — à la garde départementale ; — etc., etc. (Paris, Imprimerie nationale de la République. ).
Description physique : (Liasse.) — 42 pièces, papier, in-8°.
L 53An II-an IV
Arrêtés du Comité de Salut public de la Convention nationale du 13 pluviôse an II au 11 brumaire an IV réimprimés en placards au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Rodière et imprimerie Auger. ).
Description physique : (Liasse.) — 10 pièces, papier, placards.
L 54An II-an III
Arrêtés du Comité de Salut public et des autres Comités de la Convention nationale du 4 pluviôse an II au 26 fructidor an III réimprimés au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Rodière et imprimerie Auger. ).
Description physique : (Liasse.) — 13 pièces, papier, in-4°.
L 55An III-an IV
Arrêtés et instructions du Comité de Salut public et des autres Comités de la Convention nationale du 8 ventôse an III au 16 vendémiaire an IV réimprimés au chef-lieu du département, numérotés de 8 à 94, lacunes. (Castres, imprimerie Rodière, imprimerie Auger et imprimerie Gausy et Cic. ).
Description physique : (Liasse.) — 32 pièces, papier, in-8°.
L 56An II-an III
Arrêtés du Comité de Salut public de la Convention nationale du 9 floréal an II au 24 brumaire an III réimprimés en placards dans les chefs-lieux de district. (Albi, imprimerie Baurens et imprimerie Lugan. Gaillac, imprimerie du district. Lavaur, imprimerie G. Gareng. ).
Description physique : (Liasse.) — 8 pièces, papier, placards.
L 57An II-an III
Arrêtés du Comité de Salut public et du Comité de Sûreté générale de la Convention nationale du 20 floréal an II au 4 germinal an III réimprimés dans les chefs lieux de district. (Albi, imprimerie Baurens. Lavaur, imprimerie G. Gareng, imprimeur du district. ).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier, in-4°.
L 58An IV-an VI
Proclamations et arrêtés du Directoire exécutif du 20 pluviôse an IV au 6 pluviôse au VI imprimés à Paris en placards relatifs : — à une levée de chevaux destinés à l'armée ; aux manœuvres du Royalisme ; — à l'emprunt contre l'Angleterre, etc. (Paris, Imprimerie de la République et imprimerie du Directoire exécutif. ).
Description physique : (Liasse.) — 5 pièces, papier, placards.
L 59An IV-an VII
Arrêtés et instructions du Directoire exécutif du 12 frimaire an IV au 8 thermidor an VII relatifs : — à l'administration ; — à la solde des troupes ; — à la contribution foncière ; — au mode de payement des immeubles provenant de la liste civile ou des émigrés ; — à une levée de chevaux ; — à l'annulation des exemptions du service militaire ; — aux déserteurs ; — aux militaires à employer aux moissons ; — au recrutement de l'armée ; — à la vente des objets mobiliers appartenant à la République ; — au concours ouvert pour l'érection d'un monument sur l'emplacement du Château-Trompette à Bordeaux. (Paris, Imprimerie de la République et imprimerie du Directoire exécutif. ).
Description physique : (Liasse.) — 14 pièces, papier, in-4°.
L 60An IV-an V
Proclamations et arrêtés du Directoire exécutif du 5 nivôse an IV au 18 fructidor an V relatifs : — au rétablissement du crédit national ; — à la dissolution de plusieurs sociétés politiques ; — aux déserteurs ; — aux mandats territoriaux ; — à la situation intérieure ; — aux menées des Royalistes, etc. Etc. (Paris, imprimerie du Directoire exécutif. ).
Description physique : (Liasse.) — 10 pièces , papier, in-8°.
L 61An IV
Arrêté du Directoire exécutif du 29 frimaire relatif à la répartition des contributions directes réimprimé au chef-lieu du département. (Castres, imprimerie Gauzy et Cie. ).
Description physique : (Liasse.) — 1 pièce, papier, in-4°.
L 62An IV-an V
Arrêtés et proclamations du Directoire exécutif réimprimés en placards au chef-lieu du département du 2 germinal an IV au 18 fructidor an V. (Castres, imprimerie Rodière et imprimerie Auger. ).
Description physique : (Liasse.) — 10 pièces, papier, placards.
L 63An VI-an VII
Arrêtés et proclamations du Directoire exécutif du 27 brumaire an VI au 17 fructidor an VII réimprimés au chef-lieu du département. (Albi, imprimerie Baurens et imprimerie Collasson. ).
Description physique : (Liasse.) — 9 pièces, papier, placards.
L 64An VII
Arrêtés et proclamations du Directoire exécutif du 13 floréal au 14 messidor réimprimés au chef-lieu du département relatifs : — à l'assassinat des plénipotentiaires français au congrès de Rastadt, etc. (Albi, imprimerie Baurens et imprimerie Collasson. ).
Description physique : (Liasse.) — 4 pièces, papier, in-4°.
L 651790-an VI
Adresses, rapports, mémoires et discours divers : — adresse de la ville de Bordeaux relative à la traite des noirs, (Bordeaux, imprimerie Mich. Bâcle, imprimeur de l'Hôtel-de-Ville) ; — discours prononcé dans la cathédrale de Narbonne par l'abbé Durand, curé, lors de la prestation du serment décrété par l'Assemblée nationale, (Castres, imprimerie Robert) ; — discours de Pradier, administrateur du directoire du district de Gaillac, prononcé en présence des autorités constituées de la ville ; — mémoire sur le droit qu'a la noblesse de Languedoc de nommer ses députés aux États généraux du Royaume, dans des assemblées convoquées par Bailliages et Sénéchaussées ; — adresse du ministre de l'Intérieur aux Corps administratifs sur l'ouverture de la Convention nationale, (Castres, imprimerie veuve Robert) ; — « Un mot aux Électeurs du Tarn par un citoyen ami de la République, » (Castres, imprimerie Bodière) ; — adresses du ministre de l'Intérieur Roland, aux pasteurs des villes et des campagnes et aux habitants des campagnes, (Paris, Imprimerie nationale et Castres, imprimerie veuve Robert) ; — adresse au Roi des Français parla commune de Toulouse, (Toulouse, imprimerie D. Desclassau, maître-ès-arts, imprimeur de l'Académie des sciences) ; — rapport de ce qui s'est passé à Bordeaux à l'arrivée et pendant le séjour des représentants du peuple Baudot et Yzabeau, (Castres, imprimerie Rodière) ; — rapport fait par Dubruel, député de l'Aveyron, sur les prêtres insermentés, (Castres, imprimerie Rodière) ; — discours prononcé le 1er vendémiaire an VI, pour la célébration de la fête de la République par le citoyen Duprat professeur de belles-lettres à l'école centrale du département du Tarn, (Albi, imprimerie Baurens) ; — « A nos commettants », adresse des députés du Tarn Gausserand, d'Espérou, Sancerre, Coubé, Larroque-Labécède et Leroy-de-Flagis. 1791.
Description physique : (Liasse.) — 13 pièces, papier, formats divers.
L 66An II
Recueil des actions héroïques et civiques des républicains français présenté à la Convention nationale au nom de son Comité d'Instruction publique par Léonard Bourdon et A. Thibaudeau, cahiers II, IV, et V. (Paris, Imprimerie nationale et imprimerie de la Société des jeunes français. ).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier, in-8°.
L 67An VII
Bulletin décadaire de la République française de la 1re décade de vendémiaire à la 3e décade de messidor numéroté de 1 à 30. (Paris, Imprimerie de la République. ).
Description physique : (Volume.) — in-8°.
L 68An II
Tableaux du maximun imprimés à Paris. — n° 1, Tableau de la viande fraîche et salée, poisson sec et salé ; — n° 2, des légumes secs ; — n° 3, des productions d'animaux vivants ; — n° 4, des boissons ; — n° 5, de l'épicerie et de la droguerie ; — n° 6, des laines et draperies ; — n° 7, des chanvres et corderies ; — n° 8, des fils et rubans de fil ; — n° 9, des toiles ; — n° 10, des cotons, fil de coton et cotonnades ; — n° 11, de la bonneterie ; — n° 12, des soies et soieries ; — n° 13, des cuirs et peaux ; — n° 14, des peaux et poils et de la chapellerie fine et commune ; — n° 15, des papiers ; — n° 16, des fers ; — n° 17, de la quincaillerie ; — n'° 18, des bois de travail, merrains et boisselerie ; — n° 19, des bois à brûler ; — n° 20, des charbons de bois. — Tous ces tableaux portent les prix de 1790 augmentés du tiers pour les nos 1 à 18 et du vingtième pour les deux derniers. — (Paris, imprimerie Belin, imprimerie Plassan, imprimerie Volland, Imprimerie nationale exécutive du Louvre, Imprimerie nationale, imprimerie Ballard, imprimerie Didot jeune, imprimerie Cellot, imprimerie Lesguilliez, imprimerie veuve Hérissaut, imprimerie Gueffier, imprimerie L. Potier, imprimerie Ch. Fr. Patris, imprimerie Leviel, imprimerie des Réfugiés liégois, an II. ).
Description physique : (Liasse.) — 28 cahiers, in-8°.
L 691789-an VIII
Imprimés divers : — Lettre du Roi pour la convocation des États généraux à Versailles le 27 avril 1789 et règlement annexé, (Paris, Imprimerie royale, 1789) ; — ordonnance du Sénéchal de Castres portant convocation de l'Assemblée des trois États de la Sénéchaussée dans la ville de Castres, pour avoir lieu le 16 mars 1789 ; — réponse des maîtres-serruriers de Toulouse aux maîtres-serruriers de Vienne en Dauphine concernant le libellé qui leur a été envoyé sous le titre de « Déclaration et Pétition des catholiques de Nîmes » ; — relation des horreurs commises au château de Buzet, appartenant à M. de Clarac, dans la nuit du 8 au 9 janvier 1791 ; — déclaration de guerre du 25 avril 1792, an IV de la Liberté ; — arrêté des membres et commissaires de la Convention nationale aux départements de l'Hérault et de l'Aude sur la libre circulation des grains, (9 octobre) ; — proclamation des corps administratifs du département de Rhône-et-Loire sur les dangers de la Patrie, (14 mai 1793) ; arrêté de la commission populaire de Salut public du département de la Gironde sur les mesures les plus propres à arrêter les progrès de l'anarchie, (9 juin 1793) ; — arrêtés du représentant du peuple Lefiot et du Comité de surveillance révolutionnaire de Montargis contre « les royalistes insouciants, » (25 ventôse an II, Montargis, imprimerie Lequatre) ; — adresse de Lulier pour les mânes sanglants des Français égorgés dans le port de Gênes par les Anglais, (Castres, imprimerie Auger, an II) ; — Constitution du 5 fructidor an III, précédée de la « Déclaration des droits et des devoirs de l'homme et du citoyen » et suivie de la loi du même jour sur les moyens de terminer la Révolution ; — « Adresse aux gens de bonne foi relative aux mandats territoriaux », (18 germinal, an IV) ; — réponse au Roi d'Angleterre au sujet de la guerre ; — réimpression des deux cahiers contenant les pièces de conviction de la conspiration royaliste, (Castres, imprimerie Auger, an V) ; — réimpression de l'écrit intitulé « Journée du 18 fructidor » relatif aux différentes manœuvres employées par les royalistes pour empêcher l'établissement de la Constitution de l'an III, (Albi, imprimerie Baurens) ; inauguration à Boulogne-sur-Mer de l'école centrale du département du Pas-de-Calais, (Arras, imprimerie Galand) ; — « Pie VI et Louis XVIII, » conférence théologique et politique trouvée dans les papiers du cardinal Doria, traduite de l'italien par M. J. Chénier, (Albi, imprimerie Bodière, an VI) ; — observations sur une dénonciation faite par le Conseil des Anciens contre le ministre de l'Intérieur, (28 germinal an VII, Paris, Imprimerie de la République) ; — table chronologique et alphabétique des lettres, circulaires, instructions, programmes, discours et autres actes publics émanant du citoyen François (de Neufchateau), ministre de l'Intérieur, (Paris, Imprimerie de la République, an VII) ; — Constitution du 22 frimaire an VIII présentée à l'acceptation du Peuple français, (Albi, imprimerie Baurens. ).
Description physique : (Liasse.) — 18 pièces, papier, formats divers.
Département retour
Actes imprimés retour
L 701790-an II
Délibérations, arrêtés, proclamations et instructions du Conseil général du département du 3 novembre 1790 au 25 brumaire an II. (Castres, imprimerie Robert, imprimerie veuve Robert, imprimerie Rodière et imprimerie Auger. ).
Description physique : (Liasse.) — 54 pièces, papier, in-4°.
L 711792-an II
Arrêtés du Conseil général du département du 3 août 1792 au 12e jour du 2e mois de l'an II imprimés en placards. (Castres, imprimerie Robert, imprimerie veuve Robert, imprimerie Auger et imprimerie Rodière. ).
Description physique : (Liasse.) — 15 pièces, papier, placards.
L 721790-an III
Instructions et arrêtés du Directoire du département du 14 septembre 1790 au 28 messidor an III. (Castres, imprimeries Robert, veuve Robert, Auger et Rodière. ).
Description physique : (Liasse.) — 59 pièces, papier, in-4°.
L 731791-an III
Instructions et arrêtés du Directoire du département du 27 juin 1791 au 2 thermidor an III, imprimés en placards. (Castres, imprimeries Robert, veuve Robert, Auger et Rodière. ).
Description physique : (Liasse.) — 18 pièces, papier, placards.
L 74An IV-an V
Instructions et arrêtés de l’Administration centrale du département du 3 vendémiaire an IV au 27 fructidor an V.
Description physique : (Liasse.) — 159 pièces, papier, in-4° et in-8°.
L 75An VI-an VIII
Instructions et arrêtés de l’Administration centrale du département du 22 vendémiaire an VI au 3 germinal an VIII.
Description physique : (Liasse.) — 165 pièces, papier, in-4°.
L 76An IV-an VIII
Avis, instructions et arrêtés de l'Administration centrale du département du 6 brumaire an IV au 5 germinal an VIII. (Castres, imprimerie Auger et imprimerie Rodière. Albi, imprimerie Baurens et imprimerie Collasson. ).
Description physique : (Liasse.) — 70 pièces, papier, placards.
L 771792-an III
Circulaires du Procureur général syndic du département aux maires, aux officiers municipaux et aux citoyens du département. (Castres, imprimerie de la veuve Robert et imprimerie Auger. ).
Description physique : (Liasse.) — 3 pièces, papier, formats divers.
L 78An IV-an VI
Circulaires et instructions du Commissaire du Directoire exécutif près l'Administration du département aux Administrations municipales et aux Commissaires près ces Administrations du 3 pluviôse an IV au 18 fructidor an VI.
Description physique : (Liasse.) — 142 pièces, papier, in-4°.
L 79An VII-an VIII
Circulaires et instructions du Commissaire du Directoire exécutif près l'Administration du département aux Administrations municipales et aux Commissaires près ces Administrations du 7 vendémiaire an VII au 28 nivôse an VIII.
Description physique : (Liasse.) — 105 pièces, papier, in-4°.
Institutions départementales retour
Conseil Général retour
L 801790
Procès-verbal d'élection des Administrateurs du Département. — Le 26 mai 1790, les électeurs des districts de Castres, Albi, Gaillac, Lavaur et Lacaune se réunissent dans l'église des Dominicains de Castres. Le lendemain, de la Fargue, maréchal des camps, est élu président. — Le 28, prestation de serment des membres de l'Assemblée qui chargent Solomiac, Audoy et Foulquier de rédiger une adresse à l'Assemblée nationale ; en voici le texte :
« Nosseigneurs, nous attendions avec impatience « l'instant, où, constitués en assemblée, il nous se- » rait permis de vous adresser nos hommages avec « l'expression des vœux que nous avons formés dans le silence et le recueillement de l'admiration. »
« Nous saisissons donc ce premier instant pour « vous témoigner, Nosseigneurs, notre attachement inviolable à tous ces principes dont chacun de vos décrets nous offre l'heureux développement.
Nous adhérons à la Constitution que vous avez décrétée dans votre sagesse, certains, puisque vous l'avez décrétée, que vous ne mettrez d'autre terme à vos travaux que le complément de cette Constitution si heureusement commencée. Le Roi, qui se montre si empressé de la couronner par son acceptation, comble nos vœux ; ainsi les sentiments de reconnaissance envers nos législateurs et ceux de notre amour envers le restaurateur de la liberté française, se confondent devant l'immensité de leurs bienfaits. »
Le 29, nomination des scrutateurs. — Du 30 mai au 1 juin, nomination des membres de l'Administration du département que chaque district doit fournir : Rabaud, père, et Raffignac pour le district de Lacaune ; de Lastours et Rivais pour celui de Castres ; Martin et Carrère pour celui de Lavaur ; Gisbert et Descolis pour celui d'Albi ; Cousin et Jalbert pour celui de Gaillac. — Le 2, lecture d'une lettre des Commissaires du Roi portant qu'aucun des membres présents ne pourra assister comme électeur aux assemblées de district et de département ; — les électeurs demandent que leurs honoraires soient fixés à six livres par jour ; — vote pour l'élection de vingt-six administrateurs. — Du 3 au 7, sont élus administrateurs par 446 votants : Abrial, Albergne, Rernard de Cadapau, Calmés, Campmas, Cahours, Caraven, Escande-Lagineste, Foulquier, Gâches, Hue, Jougla, de la Fargue, Lagoutine, Lacombe de Saint-Michel, Laroque-Labécède, Maignial, Pinel, Pastre, Ramière, Rolland de Villettes, Sancerre, Vialas, Gorse, Solomiac de Farinières et Lemozy. — Le 8, l'assemblée émet le vœu que le siège de l'Administration du département soit alternativement placé dans les villes de Castres, Albi et Lavaur ; — Sancerre, Romiguière et de Comte, commissaires du Roi, ordonnent aux électeurs de se retirer aux chefs-lieux de leurs districts respectifs pour procéder à la nomination des administrations de district. — Le 9, élection de Gleizes comme procureur général syndic ; — discours du président et du secrétaire ; — l'assemblée ordonne l'impression des procès-verbaux de ses séances et du tableau suivant des administrateurs dressé d'après le nombre de suffrages exprimés :
1° Rabaud, avocat en parlement, à Gijou (Vabre. )
2° Raffignac, avocat en parlement, à Vabre.
3° De Lastours, de Castres.
4° Rivals, de Verdalle, demeurant à Sorèze,
5° Martin, avocat et notaire à Puylaurens.
6° Carrère, avocat en parlement, habitant à Lavaur.
7° Gisbert, l'aîné, habitant à Albi.
8° Descolis, avocat en parlement, habitant à Paulinet.
9° Cousin, habitant à Gaillac.
10° Jalbert, avocat en parlement, habitant à Lisle.
11° Foulquier, fils, avocat en parlement, à Réalmont.
12° Sancerre, conseiller au sénéchal de Castres.
13° Bosviel de Lagoutine, avocat en parlement, de Mazamet.
14° De la Fargue, maréchal des camps, habitant à Saint-Paul.
18° Lacombe de Saint-Michel, capitaine au régiment de Toul, artillerie, habitant à Saint-Antonin en Rouergue.
16° Hue de Puechmégé, juge royal, de. Puechmégé, par Saint-Sernin en Rouergue.
17° Gâches, avocat, à Masplos.
18° Campmas, à Carmaux.
19° Escande de Laginesle, avocat en parlement, à Roissezon.
20° Larroque de Labécède, à Puycelci.
21° Caraven de Lavalette, à Lautrec.
22° Albergne, de Montmiral.
23° Calmés, de Labessière, avocat en parlement, à Valence.
24° Jougla, avocat à la Vergne, près Viviers-les-Montagnes.
25° Pinel de Castelle, avocat, à la Crosille, par Puylaurens.
26° Ramière, fils, notaire, à Vielmur.
27° Bernard de Cadapau, à Cadapau, près Valdériès.
28° Rolland de Villettes, conseiller honoraire au Parlement de Toulouse.
29° Paslre, négociant à Plos, près Lacaune.
30° Vialas, avocat à Lisle.
31° Maignial, docteur en médecine à Gaillac.
32° Abrial, juge à Graulhet.
33e Gorse, ancien maire d'Albi.
34° Cahours, bourgeois à Giroussens,
35° Solomiac de Farinières, avocat à Puylaurens.
36° Lemozy d'Aurei, fils, avocat à Cordes. Gleizes, avocat à Castres, procureur général syndic.
Délibérations du Conseil général du département. — Réunion des administrateurs dans la salle des R. P. Capucins de Castres et ouverture de la session, le 3 novembre. — Le 4, adoption d'un règlement intérieur pour la tenue des séances du Conseil ; — une commission composée de Lemozy, Abrial et Hue, auxquels sont adjoints Rabaud et Calmés est chargée de vérifier les comptes de gestion du Directoire ; — dans la séance du soir, le compte du Directoire rapporté par les Commissaires est lu, alloué et clôturé ; — le Conseil délègue plusieurs de ses membres auprès des bureaux du Directoire qui ont pour attributions : le premier, les objets constitutionnels et finances ; le deuxième, les droits féodaux, domaines, bois et généralement l'administration des biens nationaux ; le troisième, l'aliénation de ces mêmes biens ; le quatrième, l'agriculture, le commerce, les chemins, routes, canaux, le dessèchement des marais, la mendicité, les hôpitaux et les prisons. — Le 5, approbation des dépenses du procureur général syndic ; — formation d'un bureau dit du contentieux. — Le 6, arrêté ordonnant à tous les citoyens actifs, pour conserver l'exercice de leurs droits, de se faire inscrire sur les registres de la garde nationale de leur commune. — Le 8, rapport de Calmés sur l'impôt foncier ; — routes à ouvrir pour faciliter l'exploitation de la forêt de Grésigne. — Le 9, le Conseil décide la construction de divers chemins dans le district de Gaillac. — Le 10, arrêté ordonnant aux Directoires des districts de former une nomenclature des Domaines nationaux situés dans les municipalités de leur ressort et de procéder à leur estimation. — Le 11, adoption d'un projet de règlement touchant le recouvrement des rôles de supplément des biens privilégiés. — Le 12, rapport de Foulquier sur la nécessité de conserver l'établissement d'éducation de Sorèze dirigé par la ci-devant congrégation de Saint-Maur (cette école, fondée depuis trente ans, compte 400 pensionnaires dont la dépense annuelle s'élève à sept ou huit cent mille livres). — Le 13, rapports relatifs aux travaux d'entretien de divers chemins des districts de Lavaur et d'Albi ; — sur la proposition de Foulquier, le Conseil vote une adresse de protestation contre l'attribution faite au département de l'Hérault de la connaissance exclusive de tout ce qui est relatif à la construction des chemins dans l'étendue des départements limitrophes ; — arrêté ordonnant l'inscription de tous les ecclésiastiques sur les rôles de la capitation pour l'année 1790 et les six derniers mois de 1789. — Le 15, le Conseil accorde une indemnité aux Capucins dont les locaux sont occupés par les bureaux du Directoire. — Le 18, arrêté relatif au mode de recouvrement des rôles d'impositions ; — le Conseil décide qu'aucun de ses membres ne recevra d'indemnité à raison des commissions dont il pourrait faire partie. — Le 20, arrêté instituant un bureau chargé de la nomination des supérieurs, régents et professeurs et de l'administration des biens et revenus du Collège d'Albi. — Le 23, le Conseil est d'avis de hâter la vente des domaines nationaux et nomme un fondé de pouvoir par district pour procéder aux adjudications ; — lecture d'une délibération du conseil général de Puylaurens s'opposant à l'établissement d'un chef-lieu de canton à Saint-Paul ; — proposition relative à la publicité des séances du Conseil ; — arrêté fixant les honoraires à accorder aux administrateurs du département (6 livres par jour) et des districts (4 livres), et aux électeurs pendant la durée des sessions (2 livres). — Le 25, rapports et mémoires sur l'utilité de la construction de divers chemins dans la partie septentrionale du district de Gaillac ; — le Conseil décide que le procureur général syndic n'aura pas de bureau particulier et qu'aucune indemnité ne lui sera accordée pour le traitement de ses commis ; — arrêté ordonnant l'inscription sur un registre spécial, des lois et décrets envoyés au département, aux districts et aux municipalités. — Le 20, le Conseil décide que l'imposition des revenus ecclésiastiques doit être établie en prenant pour base le revenu des biens déduction faite des charges ; — division du district de Gaillac en douze cantons ainsi composés :
Canton de Gaillac, 4 communes et 1698 citoyens actifs
Canton de Cordes, 22 communes et 1342 citoyens actifs
Canton de Rabastens, 4 communes et 1357 citoyens actifs
Canton de Lisle, 6 communes et 1217 citoyens actifs
Canton de Montmiral, 6 communes et 1020 citoyens actifs
Canton de Puycelci, 2 communes et 672 citoyens actifs
Canton de Cahuzac, 9 communes et 785 citoyens actifs
Canton de Cadalen, 9 communes et 1126 citoyens actifs
Canton de Labastide-de-Lévis, 7 communes et 916 citoyens actifs
Canton de Milhars, 8 communes et 544 citoyens actifs
Canton de Salvagnac, 9 communes et 808 citoyens actifs
Canton de Vaour, 4 communes et 728 citoyens actifs
Vœu en faveur de la réunion entre elles des petites communes, d'après les convenances locales. — Le 27, communication d'une délibération du Conseil général de l'Aude relative à la classification, à la construction et à l'entretien des chemins suivant leur importance et aux travaux publics en général. — Le 29, fixation du tracé de divers chemins dans les districts de Castres et de Gaillac. — Le 30, nomination d'une commission chargée de rassembler les preuves de l'inégalité de répartition des impositions entre les divers départements formant l'ancienne province du Languedoc ; — sur la proposition des commerçants de Castres, le Conseil est d'avis de demander qu'il soit fabriqué, pour le compte du département, des pièces de un sol, de six et de trois deniers jusqu'à concurrence de la somme de 200. 000 livres. — Le 1er décembre, fixation du tracé du chemin de Labessonié à Castres par Roquecourbe. — Le 2, division du district d'Albi en treize cantons ainsi composés :
Canton d’Albi, 10 communes et 1905 citoyens actifs
Canton de Castelnau-de-Lévis, 6 communes et 772 citoyens actifs
Canton de Monestié, 11 communes et 637 citoyens actifs
Canton de Montirat, 5 communes et 809 citoyens actifs
Canton de Pampelonne, 6 communes et 553 citoyens actifs
Canton de Valdétiès, 5 communes et 612 citoyens actifs
Canton de Carmaux, 6 communes et 648 citoyens actifs
Canton de Valence, 18 communes et 790 citoyens actifs
Canton de Saint-Juéry, 8 communes et 846 citoyens actifs
Canton de Villefranche, 10 communes et 722 citoyens actifs
Canton de Alban, 9 communes et 1460 citoyens actifs
Canton de Réalmont, 6 communes et 716 citoyens actifs
Canton de Lombers, 11 communes et 732 citoyens actifs
Réunion des communes de Pentiès et de Lédas, de Roumégoux et de Padiès ; — division du district de Lavaur en huit cantons ainsi composés :
Canton de Lavaur, 15 communes et 1294 citoyens actifs
Canton de Fiac, 6 communes et 638 citoyens actifs
Canton de Cuq-Toulza, 12 communes et 897 citoyens actifs
Canton de Briatexte, 2 communes et 385 citoyens actifs
Canton de Graulthet, 4 communes et 746 citoyens actifs
Canton de Saint sulpice, 6 communes et 726 citoyens actifs
Canton de Puylaurens, 12 communes et 1478 citoyens actifs
Canton de Saint Paul, 9 communes et 638 citoyens actifs
Le Conseil délibérant sur la fixation définitive des limites du département est d'avis de proposer à l'Assemblée nationale que la partie du district de St-Pons qui avoisine les districts de Castres et de Lacaune soit réunie au département du Tarn qui céderait à l'Hérault le canton de St-Gervais et que diverses communes de l'Aveyron et de la Haute-Garonne soient aussi réunies au département ; — discussion du projet de réduction du nombre de districts de cinq à trois. — Le 4, lecture d'une délibération du Conseil de la Lozère relative à l'échange entre les départements des procès-verbaux de leurs délibérations et à la translation successive du Corps législatif dans les diverses Généralités du royaume ; — réunion de communes dans les districts de Gaillac et de Castres. — Le 5, discussion de la proposition de Calmés sur l'amélioration du régime administratif et judiciaire. — Le 6, rapport sur l'aménagement de la forêt de Grésigne et sur les dépenses à faire pour en améliorer le produit. — Le 7, délibération relative aux plaintes des riverains de la Vère ; — le Conseil est d'avis que les sommes imposées sur les ci-devant diocèses d'Albi et de Lavaur soient prises à titre d'emprunt par le département pour être employées à la continuation des ouvrages publics. — Le 8, arrêté contenant les mesures à prendre pour supprimer la mendicité et pour soulager les pauvres du département dont le nombre s'élève à 41650, d'après les tableaux fournis parles municipalités. — Le 9, rapport sur les dégâts commis dans le district de Gaillac par la Vère et par les ruisseaux de Sainte-Cécile et de Rrancou : projet de travaux à exécuter. — Le 10, rapport sur la situation des haras et suppression des primes d'encouragement accordées aux propriétaires ; — fixation du traitement des membres du chapitre de Sainte-Cécile d'Albi ; — rapport et délibération sur la classification des routes et chemins et sur les travaux à y exécuter. — Le 11, réunion de communes dans le district de Gaillac ; — établissement de cours d'accouchement dans les districts et règlement intérieur de ces cours. — Le 12, le montant des impositions établies illégalement dans quelques communes pour subvenir au payement des gages des officiers municipaux est consigné entre les mains des collecteurs ; — Laroque-Labécède est nommé membre du Directoire en remplacement de Lagoutine, démissionnaire. — Le 13, le Conseil adopte la proposition d'un de ses membres tendant à demander à l'Assemblée nationale qu'une somme de 120, 000 livres, à prendre sur le produit de la vente des biens nationaux, soit affectée au soulagement de la misère du peuple ; — adoption d'un règlement pour l'admission dans les hôpitaux du département des enfants naturels à la mamelle ; — projet de classification des voies de communications ; — nomination d'un ingénieur en chef et de cinq ingénieurs-inspecteurs : Dodun, Maignal, Mariés, Gleizes, Adhemar et Batailler. — Le 14, propositions diverses relatives à l'agriculture, au commerce et aux travaux publics et à la création d'une école d'ingénieurs ; — Jougla est nommé membre du Directoire en remplacement d'Escande démissionnaire ; — répartition d'une somme de 30, 000 livres attribuée au département pour le soulagement des pauvres ; — création de postes de cantonniers ; — discours de Calmés et de Lacombe-Saint-Michel résumant les travaux accomplis par le Conseil ; — clôture de la session.
Annexes. — Rapports sur l'aménagement de la forêt de Grésigne ; — sur les moyens de détruire la mendicité et le vagabondage et sur une meilleure organisation administrative et judiciaire du département. — Table alphabétiqne.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 142 feuillets.
L 811791
Délibérations du Conseil général du département. — Le 26 novembre, ouverture de la session sous la présidence de Lafargue, doyen d'âge ; présents : Gisbert, Jougla, Pinel, Cousin, Rolland, Gâches, Jalbert, Delbosc, Dessonville, Boudet, Couchet, Solomiac, Bonnafous, Terral, Rabaud, Deconte, Fournès, Justy et Leveque ; — rapport verbal du procureur général syndic sur les affaires dont le Conseil aura à s'occuper et sur l'envoi à la Monnaie de Toulouse de l'argenterie provenant des églises supprimées ; — nomination de neuf commissaires chargés de la vérification des comptes du Directoire. — Le 30, approbation desdits comptes ; — un membre du Directoire énumère les diverses affaires qui n'ont pu être terminées par l'ancienne assemblée et celles dont le Conseil actuel aura à s'occuper ; — à la requête du procureur général syndic, on procède à l'élection du président du Conseil et des membres qui doivent compléter le Directoire ; — Lafargue est élu président par 19 suffrages sur 28 votants, et prête le serment suivant : « Je jure d'être fidèle à la Nation, à la Loi et au Roi, et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution du royaume décrétée par l'Assemblée constituante aux années 1789, 1790 et 1791. » — Adresse du Conseil aux citoyens du département ; — Jalbert rentre au Directoire pour occuper la place laissée vacante par Foulquier nommé procureur général syndic ; — nomination de quatre membres du Directoire pour remplacer ceux dont les fonctions ont pris fin : Delbosc, Terral, Meyer et Bousquet, élus.
Le 1er décembre, Descolis, Couchet, Martin et Fournés sont désignés pour remplacer au Directoire les membres dont les places deviendraient vacantes par mort, démission où autrement ; — règlement de police intérieure pour la tenue des séances ; — pétition du principal de l'école de Sorèze relative à la conservation de cet établissement ; — division de l'Assemblée en quatre bureaux. — Le 2, le Conseil détermine le mode de recouvrement dés impositions de 1791 et 1792. — Le 3, projet d'installation d'établissements industriels dans la Chartreuse de Saïx. — Le 3, arrêté en vertu duquel toutes les municipalités et notamment celle de Castres s'occuperont de l'établissement de billets de confiance ; — il sera demandé à l'Assemblée nationale une augmentation dans la distribution de la monnaie de cuivre destinée au département. — Le 6, arrêté fixant la date de l'envoi au département des procès-verbaux des Conseils de district ; — adresse à l'Assemblée législative pour lui demander la conservation du collège de Sorèze ; — nomination des membres faisant partie d'un nouveau bureau dit « bureau central ». — Le 7, l'Assemblée arrête qu'il n'y aura à l'avenir qu'une séance par jour, à 5 heures du soir. — Le 8, adresse au Roi, pour le remercier de la confiance qu'il a témoignée au Conseil en lui laissant le choix des trois citoyens qui doivent entrer dans la garde royale. — Le 9, arrêté sur le mode de répartition de la contribution foncière entre les contribuables de chaque municipalité. — Le 10, rapport sur les troubles survenus dans le district de Lacaune. — Le 12 et le 13, rapport sur l'agriculture et sur les encouragements à accorder aux agriculteurs ; — vœu pour la réduction du nombre des districts. — Le 14, rapport verbal sur la situation actuelle du commerce, sur les billets de confiance, etc. — Le 16, le Conseil fixe le mode de recouvrement des rôles de supplément des biens ci-devant privilégiés ; — détermination des obligations des secrétaires-greffiers des municipalités ; — arrêté relatif aux payements à effectuer en assignats. — Le 17, adresse à l'Assemblée nationale pour obtenir que les contributions de 1792 puissent être acquittées en six termes, à partir du mois de juillet. — Le 18, plainte des riverains du Sor et du Laudot relative aux dégâts commis à leurs propriétés par les eaux du canal du Midi ; — nomination de commissaires chargés de la vérification des ouvrages d'art construits par les propriétaires du dit canal ; — le Conseil arrête qu'à l'avenir il y aura deux séances par jour. — Le 19, le Conseil fixe les lieux où devront être placées les brigades de gendarmerie à créer dans le département. — Le 20, le Directoire est autorisé à émettre des billets de confiance ; — conditions de l'émission ; — arrêté sur l'exploitation des mines. — Le 21, le Conseil demande que la construction des ponts de Saïx et de Scaupont, l'entretien de la route d'Albi à Toulouse et le développement de la navigation du Tarn, etc., soient effectués aux frais du Trésor public ; — règlement pour l'envoi et la distribution de la correspondance adressée aux municipalités ; — création d'une brigade de gendarmerie à Gaillac. — Le 22, le Directoire est chargé de vérifier et d'acquitter le compte du sieur Robert, imprimeur du département ; — création d'un hôpital dans chaque chef-lieu de district et d'un bureau de bienfaisance dans chaque chef-lieu de canton ; — règlement et administration de ces établissements de charité ; — nomination des membres du Conseil chargés de leur surveillance ; — ouvrages de défense à exécuter sur les ruisseaux du Tescou et du Brancou. — Le 23, répartition entre les districts d'une somme de 70, 000 livres destinée à l'ouverture de chemins vicinaux, nomenclature de ces chemins ; — état des dépenses à la charge du département, pour l'année 1792, s'élevant à la somme de 224, 497 livres, 15 sols, 6 deniers. — Le 26, approbation définitive des dépenses précédentes et répartition entre les cinq districts des impositions foncières et mobiliaires conformément au tableau suivant :
Castres : 959, 167 livres, 9 sols, 7 deniers
Albi : 827, 060 livres, 8 sols, 7 deniers
Gaillac : 742, 988 livres, 13 sols, 7 deniers
Lavaur : 798, 323 livres, 11 sols, 1 deniers
Lacaune : 301, 032 livres, 16 sols, 8 deniers
— Autorisation donnée au Directoire de faire fabriquer des billets de confiance de cinq, dix et vingt sous, jusqu'à concurrence de 60, 000 livres ; — fixation du nombre de billets de chaque catégorie à mettre en circulation, de leur couleur, de leur mode de fabrication et de distribution aux municipalités, etc. ; — arrêté ordonnant que les adjudications des chemins et ouvrages d'art seront faites dans les chefs-lieux de district. — Le 25, répartition d'une somme de 4, 000 livres accordée à ceux qui ont éprouvé des pertes par suite d'incendie, grêle, etc. — Le 26, vœu tendant à obtenir la résiliation de l'adjudication de la route d'Albi au pont de Tanus ; — le Directoire est chargé de demander à l'Assemblée législative l'autorisation de subvenir aux frais d'entretien, dans un séminaire, de six citoyens pauvres qui se destinent à l'état ecclésiastique ; — état des affaires contentieuses poursuivies à la requête du procureur général syndic ; — à l'avenir, avant chaque session du Conseil, les Administrations de district adresseront au Directoire du département, avec les procès-verbaux de leurs délibérations, des extraits des dits procès-verbaux destinés à être imprimés ; — fixation du tracé du chemin de Graulhet à Gaillac et à Lisle.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 67 feuillets.
L 821792
Délibérations du Conseil général du département. — Le 27 juillet, « le Conseil du département ayant été convoqué par le Directoire, à la diligence du procureur général syndic pour être en état, de surveillance permanente, en exécution de la loi du 8 du présent mois, en conséquence de l'acte du Corps législatif du 12 aussi de ce mois qui déclare la Patrie en danger, » sont présents : Lafargue, président, Meyer, Gisbert, Jougla. Couchet, Delbosc, Terrai, Bosquet, Martin, Pinel, Cousin, Gâches, Dessonville, Descolis, Boudet, Solomiac, Rabaud, Armengaud, Fournès, Justy, administrateurs, et Foulquier, procureur général syndic ; Jalbert absent. — Arrêté ordonnant la lecture aux prônes des paroisses de la proclamation du Roi sur les dangers de la Patrie ; — Solomiac, Martin, Couchet et Delbosc sont nommés membres du Comité chargé de surveiller les ennemis de la Patrie et de maintenir l'ordre et la tranquillité publique ; — le Conseil n'accepte pas la démission de l'administrateur Lemosy. — Le 28, nomination de Dessonville comme président pour remplacer provisoirement Lafargue appelé à Orléans pour remplir les fonctions de haut-juré ; — adoption d'un règlement intérieur ; — division de l'Assemblée en trois Comités : de surveillance, des finances et de la guerre. — Le 29, arrêté concernant la tranquillité publique. — Le 31, élection de Gisbert comme procureur général syndic suppléant — ajournement d'un projet d'emprunt présenté par la ville de Castres destiné à l'établissement d'un grenier d'abondance.
Le 3 août, le Conseil arrête que « tous les ecclésiastiques, prêtres, religieuses ou autres simples pensionnaires qui ne prêteront pas le serment civique dans un délai de quinzaine seront privés de leur pension. » — Le 4, arrêté réglant le mode de recrutement des deux bataillons de volontaires dont la levée a été ordonnée par la loi du 6 mai dernier ; — fixation de l'indemnité à accorder aux administrateurs en raison de leur déplacement ; — à la suite des troubles survenus dans le canton de Carmaux, au sujet de l'organisation de la garde nationale, le Conseil arrête les mesures d'ordre propres à assurer l'inscription des citoyens actifs pour ce service ; — prestation de serment de Trébosc (Jean-Pierre), de Monestiés, ci-devant capucin ; — pétitions relatives à la levée des volontaires ; — nouvelle répartition des membres du Conseil entre ses trois Comités : Comité de surveillance : Solomiac, Descolis, Gisbert, Camp-mas, Gâches, Boudet, Bonnafous, Justy, Terral, Armengaud, Jalbert, Bruel, Laval et Rivais ; Comité des finances : Delbosc, Bernard, Cousin, Martin, Pastre, Jougla, Baffiniac, Caraven, Gorsse, Lévêque et Lemosy ; Comité de la guerre : Dessonville, Pinel, Fournès, Bosquet, Rabaud, Mever, Lafargue, Rolland, Deconte et Hue. — Le 7, afin d'accélérer les travaux de l'assemblée, le Conseil arrête que les membres qui ne seront pas présents à l'appel fait à huit heures et demie ne seront pas compris sur la feuille d'assis-lance du jour. — Le 9, vote d'articles additionnels au règlement du 28 juillet relatifs aux absences des membres du Conseil. — Le 10, fixation du nombre d'hommes à fournir par chaque district pour compléter l'effectif de l'armée de terre (loi du 22 juillet précédent) : Albi, 209 ; Castres, 209 ; Gaillac, 110 ; Lavaur, 200 et Lacaune, 100 ; total, 828 ; — mode de recrutement de ce contingent et instructions adressées à celte occasion aux commissaires des districts et des municipalités ; — proclamation du Conseil sur les dangers de la Patrie : « Citoyens, La Patrie est en danger. Vous avez juré de vivre et de mourir pour elle, elle vous rappelle aujourd'hui ce serment sollennel : vous y serez, fidèles. Les armes que vous avez prises avec tant de courage contre les ennemis intérieurs, vous les tournerez contre les ennemis du dehors. Une ligue de tyrans menace votre « liberté, de nombreux ennemis s'avancent vers vos frontières ; volez, il en est temps, volez au poste que la Patrie vous assigne dans la classe honorable de ses défenseurs ; allez vous ranger sous les drapeaux de la Liberté ; à leur aspect vous sentirez vos âmes s'agrandir et vous opposerez à vos ennemis des armes bien puissantes : le sacrifice de vos biens, le mépris de vos vies et les vertus des hommes libres. Hâtez-vous donc. Citoyens ; donnez un libre essor à votre courage ; pensez que vous allez combattre pour vous, pour vos biens, pour vos femmes, pour vos enfants, pour ce que vous avez de plus cher. Rappelez-vous que vous êtes Français et bientôt les palmes de la Victoire orneront votre triomphe. Alors, revenez dans vos foyers ; précipitez-vous dans les bras de nos concitoyens ; jouissez de leurs transports, de leurs bénédictions et recevez dans les étreintes de la fraternité le prix dû au civisme et à la valeur. » — Arrêté ordonnant le payement immédiat des diverses contributions de 1791 et invitant « tous les citoyens, au nom de la Patrie et de l'Honneur » à acquitter celles de 1792 dès que les rôles seront en recouvrement ; — les municipalités de Boissezon, Cambounès, Montdragon, Saint-Julien-du-Puy, Caucalières de Lavaur, Montredon et Cuq sont dénoncées à l'opinion publique comme coupables d'indifférence pour ne pas encore avoir achevé les matrices de la contribution mobilière. — Le 14, prestation de serment de Bayard (Joseph-René), et de d'Assier (Henri), chanoines du ci-devant chapitre de Lautrec ; — « le Conseil permanent du département, vu la loi du 21 juillet 1792, considérant que l'abus qui se fait journellement de la liberté de la presse est une des principales causes des malheurs qui affligent la France et de la désunion qui règne parmi les citoyens de ce département, etc. ; arrête que les feuilles périodiques intitulées : l'Ami du Roi, l'Indicateur, les Annales monarchiques, le Petit Gautier, le Journal Ecclésiastique, le Journal de Baruel, le Rocambole des Journaux, le Journal de Genève, la Gazette de Paris, le Journal Général rédigé par Fontenay, le Mercure de France, le Bédigeur, la Gazette Universelle, le Postillon de « la guerre, le Journal des Journaux, le Journal royaliste, le Journal de Littérature et de Commerce, l'Echo des Journaux, le journal intitulé Dieu et l'honneur, ainsi que celui ayant pour titre : l'An IV des malheurs de la France, seront dénoncées au pouvoir exécutif afin qu'il en arrête la circulation et défend provisoirement aux directeurs des postes du département d'en opérer la distribution ; » — le procureur général syndic signale les inconvénients et les lenteurs qui existent dans la manière actuelle de procéder aux élections. — Le 15, le Conseil exhorte les citoyens à concourir de tout leur pouvoir au maintien de la tranquillité publique, au respect des personnes et des propriétés et à l'observation des lois ; — les membres présents prêtent le serment de maintenir la Liberté et l'Égalité ou de mourir à leur poste. — Le 16 et le 17, prestation de serment de Bousquet (Augustin), prébandier du ci-devant chapitre de Castres, de Rias (François-Sabin), chanoine de Rouen et de Lacarbié (Armand-Pierre-Sanson, ) bénéficier du ci-devant chapitre de Lautrec ; — adresse à l'Assemblée nationale approuvant les mesures prises par elle le 10 août ; — arrêté relatif au payement de la solde des gendarmes ; — émission de billets de confiance pour une somme de 100, 000 livres : la totalité des diverses émissions s'élevait à ce moment à 350, 000 livres ; — prestation de serment de Puibusque, chanoine de Lautrec. — Le 19, lecture de la loi du 12 août relative à la formation des assemblées primaires en vue de l'élection des députés à la Convention. — Le 20, prestation de serment de Galaup (Jean-Baptiste), cordelier de Castres et de Descambous (Jacques-Joseph), religieux d'Albi ; — le Conseil décide le remplacement de Lemosy, Hue, Deconte, Lévêque et Rivais, administrateurs qui n'ont point satisfait à la loi de la résidence ; — envoi à Labessonié d'un détachement de vingt-cinq hommes pour rétablir l'ordre troublé par de mauvais citoyens ; — mise en circulation de billets de confiance du département dans la ville de Revel. — Le 21, prestation de serment de Popy (Blaise), dominicain, et de Bonhomme (Louis), bénéficier du chapitre de Lautrec ; — le district de Lacaune demande le dégrèvement d'une partie de l'imposition mobiliaire de 1791 en raison de la surtaxe dont ce district est grevé. — Le 23, le Conseil décide que les volontaires réunis à Castres n'ont pas le droit de voter dans les assemblées primaires de ce canton, à l'exception de ceux qui y ont leur domicile habituel ; — arrêté ordonnant aux municipalités d'envoyer aux Directoires des districts la liste générale des émigrés de leur commune. — Le 24, prestation de serment de divers prêtres ou religieux des districts de Castres et d'Albi ; — il est interdit aux administrations des districts et des municipalités de prendre des arrêtés intéressant la police générale du département. — Le 29, le Conseil nomme des délégués pour recevoir le serment de plusieurs prêtres infirmes du district de Gaillac ; — prestation de serment de Boisset (Joseph) dominicain de Castres ; — répartition d'une indemnité de quinze cents livres accordée aux gendarmes ; — arrêté d'organisation de la garde nationale ; — allocation de secours aux hôpitaux du département ; — démission de Caraven, administrateur ; — réunion de la commune de Lagaujinié à celle de Virac. — Le 30, prestation de serment de divers prêtres du district d'Albi ; — le Conseil estime que la solde des gendarmes doit être élevée et qu'ils doivent être exemptés du payement de la contribution mobilière ; — payement d'une somme de 1983 livres, 5 sols, 3 deniers attribuée au département du Tarn par celui de la Haute-Garonne dans la répartition des frais supportés par la ci-devant Sénéchaussée de Toulouse, à l'occasion de l'élection des députés à l'Assemblée nationale ; — destitution de la demoiselle Causse, directrice du bureau de poste d'Albi pour cause d'incivisme ; — répartition du deuxième bataillon de volontaires entre Albi, Castres et Lavaur ; — indemnité de 1025 livres accordée à la ville de Castres en raison de la perte éprouvée par elle par suite de la baisse forcée du prix du pain pendant le mois de juin ; — « : le Conseil vivement affecté de la valeur progressive des denrées et autres objets de première nécessite, considérant que parmi les causes qui peuvent opérer une hausse dans la valeur des effets commerciaux, on peut y ranger celle d'une augmentation de monnaie en circulation ; qu'il y a lieu de présumer que les différents receveurs des billets de confiance disposent sous différents prétextes des assignats donnés en échange ; que l'administration n'a jamais entendu, par les émissions successives de billets de confiance, augmenter la monnaie en circulation dans le département que d'une somme de deux ou trois cent mille livres ; que son unique but a été de faciliter les petits payements en subdivisant les petits assignats de la plus petite valeur ; que le seul moyen de remédier à cet inconvénient est de donner aux assignats remis au receveur le caractère d'un vrai dépôt et d'assurer l'hypothèque des billets de confiance en vérifiant leur caisse, » arrête que les Directoires des districts nommeront des commissaires chargés de la vérification de la caisse des receveurs des billets de confiance ; — construction d'un pont sur le Cérou dans le district de Gaillac.
Le 4septembre, le Conseil ordonne le remplacement de Gorse, administrateur, considéré comme démissionnaire. — Le 5, les districts d'Albi et de Lavaur sont autorisés à faire l'achat, le premier de mille fusils et de trois mille cartouches, le second de cinq cents fusils et d'autant de cartouches. — Le 7, indemnité de 85 livres, 9 sols accordée aux gendarmes de la brigade de Réalmont envoyés à Albi pour y rétablir l'ordre ; — mode de remplacement des gendarmes envoyés sur les frontières ; — réparation du chemin de Carmenel à Trébas et construction d'un pont sur le ruisseau de Lambert. — Le 8, mise en réquisition, pour le service de l'armée, des chevaux appartenant aux émigrés ou gens suspects. — Le 11, le Conseil requiert la municipalité de Castres d'exécuter la loi qui exige le renvoi des Frères des Écoles chrétiennes et des Dames régentes qui n'ont pas prêté le serment. — Le 14, le citoyen Fosse, accusateur public près le tribunal criminel du département demande qu'il soit pourvu au remplacement provisoire du président et du commissaire national près ce tribunal ; — le Conseil arrête qu'Azaïs, curé réfractaire de la paroisse de Saint-Jean-de-Magreperbeyre, sera mis en prison en attendant son transfert à la Guyanne ; — la maison des ci-devant Chartreux, près Saïx, est désignée pour servir de logement aux prêtres sexagénaires ou infirmes qui aux termes de la loi du 26 août 1792 doivent se rendre au chef-lieu du département. — Le 16, prestation du serment prescrit par la loi du 15 août dernier par les membres de l'Administration et par les employés de ses bureaux ; — lecture d'une pétition des « Amis de la Liberté et de l'Égalité » demandant que les volontaires soient immédiatement armés et habillés, que les personnes suspectes soient désarmées et qu'il soit fabriqué des piques pour tous les bons citoyens ; — le Conseil rend compte des mesures prises par le Directoire et par le général commandant l'armée du Midi pour l'armement et l'habillement des volontaires et ordonne l'enlèvement de tout le fer existant dans les établissements qui sont à la disposition de la Nation pour la fabrication de piques ; — une députation des « Amis de la Liberté et de l'Égalité » demande la mise sous séquestre des meubles de l'évêque de Royère et que le numéraire emporté par les prêtres réfractaires qui se retirent à l'étranger soit saisi à la frontière et échangé contre des assignats ; — mesures de police prises contre les étrangers résidant dans les communes. — Le 17, rapport relatif au transport de la correspondance destinée au district de Gaillac ; — le maire de Castres rend compte de la façon dont la loi relative aux visites domiciliaires et au désarmement des personnes suspectes a été exécutée dans sa commune ; — le Conseil ordonne la fabrication de cinq piques semblables à celle que la ville de Toulouse a envoyée pour servir de modèle dans les districts. — Le 21, arrêté ordonnant que tout prêtre qui étant sexagénaire aura faussement déclaré qu'il est malade ou infirme pour rester dans le département sera assimilé à ceux qui doivent être déportés à la Guyane ; — confiscation des armes saisies chez Barbaza-Labeloterie ; — le Conseil adopte la proposition du département du Var de créer dans Avignon un Comité central des départements méridionaux pour veiller au salut de la Patrie et délègue Foulquier, procureur général syndic ; — Balard, Joulia, Artault, Madières et d'Armengaud sont envoyés dans les districts pour accélérer la promulgation des lois. — Le 22, le Conseil autorise les districts à acheter aux frais du Trésor public des fusils et des munitions et à faire réparer les armes remises par les municipalités ; — instructions sur le mode de fabrication des piques ; — vente des grilles de fer provenant des édifices nationaux du district de Castres. — Le 24, nomination de commissaires qui se réuniront à Castelnaudary à ceux de l'Aude, de l'Hérault et de la Haute-Garonne, en vue d'assurer l'usage régulier du canal des deux mers ; — le Conseil arrête que les membres du Directoire et ceux du Conseil formeront sept bureaux, savoir : Bureau des établissements publics ; Bureau du contentieux et d'expédition des requêtes ; Bureau des contributions directes : Bureau de comptabilité ; Bureau de service militaire ; Bureau des dépêches ; Bureau des ponts et chaussées ; attributions de ces bureaux et liste des employés en faisant partie ; — le Conseil invite les Administrations de districts à adopter, autant que possible un mode semblable de division en bureaux ; — devoirs des employés et fixation de leur traitement ; — conformément à la loi du 27 août précédent, le Conseil arrête que ses séances auront lieu les lundi, mercredi et vendredi et qu'elles seront publiques ; — le canton de Lacaune devant fournir un contingent de douze hommes, d'après la loi du 22 juillet précédent, le Conseil ordonne que la communauté de Nages en fournira huit et celle de Lacaune quatre ; — les habitants d Castelgarric et de Faussergues demandent que F
ançois Bouteiller, curé de Castelgarric, âgé de 61 ans, soit autorisé à rester dans sa paroisse ; — répartition entre les districts, suivant leur population, d'une somme de 95, 493 livres accordée par le ministre de l'Intérieur pour pourvoir aux subsistances. Le 26, un commissaire est envoyé à la Chartreuse pour y constater les dégradations et les détournements commis par les religieux. — Le 27, lecture du décret de la Convention qui abolit la royauté en France ; le Conseil en ordonne l'impression et la distribution à tous les citoyens ; — suppression des sceaux du département portant le nom du Roi et les emblèmes de la royauté ; — Goursac, lieutenant de gendarmerie, dépose sur le bureau du Conseil les fleurs de lys attachées à son habit. — Le 28, le Conseil décide de demander à la Convention son avis sur la validité de l'élection de Cambefort à la place de procureur syndic du district de Lavaur ; — lecture d'une lettre de Carrière, curé de Castres, dans. Laquelle il manifeste sa joie au sujet de l'abolition de la royauté, fait don d'un assignat de cinquante livres et d'une paire de boucles d'argent pour les victimes de la journée du 10 août et abandonne à la République les revenus d'une chapellenie qu'il possède à Saint-Pons pour subvenir aux frais de la guerre ; — Cavaillé et Pinel, administrateurs, offrent, le premier une somme de 24 livres et le second une paire de boucles en argent pour les victimes de la journée du 10 août ; rapport sur la démolition du chœur de l'église de Sainte-Cécile d'Albi et sur la construction d'un autel à double face ; — annulation de la vente des vieux fers provenant des établissements religieux au prix de 26 livres le quintal comme contraire aux intérêts de la Nation ; — formes à suivre pour procéder à une nouvelle vente ; — le Conseil arrête que là communauté de Nages ne fournira qu'un contingent de quatre hommes au lieu de huit. Le 1er octobre, arrêté relatif au mode d'adjudication des démolitions à opérer dans la cathédrale d'Albi ; — le Conseil décide que tous les objets de bronze de l'église d'Albi dont l'enlèvement ne saurait nuire au service du culte public seront transformés en canons de 4 livres de balles. — Le 3, approbation d'une affiche rédigée par le district de Castres pour la vente des biens des émigrés ; — il est pris des mesures pour que le transport des dépêches venant de Paris et passant par Montauban s'effectue à l'avenir sans retard ; — quelques citoyens dénoncent au Conseil une délibération de la ville de Castres qui alloue une indemnité aux « Frères ignorantins » au moment où « le sol de la Liberté les rejette ; » — lecture d'un décret de la Convention relatif à la réduction des pensions accordées aux ecclésiastiques qui ne sont pas employés. — Le 4, nomination de gendarmes en remplacement de ceux qui sont partis pour la frontière. — Le 5, mise sous séquestre des biens appartenant à Villeneuve (Louis-Florent), émigré, situés dans les districts d'Albi et de Lacaune ; — évasion d'Azaïs, prêtre, détenu dans les prisons du département en attendant son transfert à la Guyane ; — le Conseil autorise les districts à se faire délivrer par les greffiers des municipalités des extraits des états de section de tous les biens des émigrés situés sur leur territoire et il les invite à procéder à la vente du mobilier des maisons religieuses évacuées. — Le 7, lecture du procès-verbal des commissaires du département et du district envoyés dans le canton de Boissezon pour y faire exécuter les lois relatives aux visites domiciliaires, au désarmement des gens suspects et à la nomination des volontaires, duquel il résulte que ces commissaires et la garde qui les accompagnait ayant été assaillis à coups de pierre et frappés par les habitants ont été obligés de se retirer ; — le Conseil les renvoie à Boissezon avec un détachement de 450 gardes nationaux de Castres et de Mazamet et de 12 dragons. — Le 8, le Conseil accorde à titre de secours 4, 000 livres à l'hôpital de Gaillac et 3, 000 livres à celui de Lavaur. — Le 9, à la suite des plaintes des officiers des deux bataillons de volontaires, le Conseil ordonne les mesures nécessaires pour hâter l'armement, l'habillement et l'équipement de ces bataillons. — Le 10, ouverture dans chaque municipalité d'un registre de souscriptions destiné à inscrire les dons faits en faveur des familles de ceux qui défendent la Patrie ; — les habitants de Ferrière demandent la mise en liberté de leur vicaire Amalric, réfractaire à la loi du 26 août : le Conseil arrête qu'Amalric sera déporté à la Guyane. — Le 11, le Conseil décide qu'à l'avenir il ne recevra plus de dénonciations verbales ; — répartition entre les districts d'une somme de 95, 493 livres accordée par le ministre de l'Intérieur pour pourvoir aux subsistances, de la manière suivante :
Au district de Castres : 26, 205 livres, 14 sols, 2 deniers
Au district d'Albi : 23, 028 livres, 2 sols, 3 deniers
Au district de Gaillac. : 22, 032 livres, 17 sols, 3 deniers
Au district de Lavaur. : 14, 015 livres, 12 sols, 7 deniers
Au district de Lacaune : 10, 210 livres, 14 sols, 7 deniers
Rapport des commissaires envoyés à Boissezon : le Conseil leur vote des remerciements. — Le 13, la liste des volontaires qui ont déserté ou qui ne se sont pas encore rendus sera envoyée aux municipalités qui devront les faire arrêter ; — arrestation par la municipalité de Paulin de Hue, curé de Massuguiès : le Conseil ordonne son transfert à la Chartreuse ; — allocation d'un nouveau secours de trois mille livres à l'hôpital de Lavaur. — Le 17, un membre demande que le règlement du 28 juillet 1792 ne soit plus exécuté et qu'il soit permis à tout membre du Conseil de parler assis, debout, couvert ou découvert. : Le Conseil, considérant que sous un régime républicain toute vaine étiquette doit être bannie, adopte à l'unanimité cette proposition. — Le 19, le Conseil autorise la circulation dans le département du Mercure de France et du Journal politique de Genève ; mesures diverses contre les prêtres réfractaires. Le 22, difficultés rencontrées par les districts pour la fabrication des piques et des hampes ; — le Conseil, reconnaissant que ce n'est pas sur la prière de l'Administration que Bonnet remplit les fonctions d'aumônier de l'hôpital de Castres décide qu'il n'est pas sujet aux dispositions de la loi du 26 août ; — la ville de Gaillac est autorisée à habiller les tambours de sa garde nationale et à leur accorder un traitement de trois livres par mois ; arrêté ordonnant le recensement des grains dans toutes les municipalités ; — congé accordé à Dessonville, président : il est remplacé par le citoyen Justy. — Le 23, le Conseil est d'avis que les biens des ecclésiastiques émigrés ou vivant clandestinement sur le territoire de la République soient provisoirement mis sous séquestre en attendant la décision de la Convention ; — arrêté ordonnant l'envoi à Montpellier de deux compagnies franches levées dans le département. — Le 26, le Conseil ordonne l'impression du journal du siège de Lille ; — rapport sur les recherches faites dans le district d'Albi et principalement dans le canton d'Alban contre les prêtres réfractaires ; — les districts sont autorisés à retirer des mains des municipalités suspectes les vases sacrés et ornements sacerdotaux provenant des églises supprimées ; — Soutadé, prêtre réfractaire, curé de Caudebronde (Aude), arrêté dans le district d'Albi est transféré dans le département de l'Aude ; — le Conseil autorise Carrière, curé de Casties, à conserver le costume ecclésiastique dans l'étendue de l'arrondissement où il exerce ses fonctions. — Le 27, impression des procès-verbaux contenant les signes caractéristiques auxquels on peut reconnaître les faux assignats ; — transformation en prisons des greniers du couvent des Trinitaires ; — Soutadé, prêtre, est autorisé à sortir du Royaume muni d'un passeport délivré par le Conseil. — Le 29, le Conseil rétracte l'ordre verbal donné à la municipalité de Labruguière d'envoyer Fournès, curé de Viviers, à la Chartreuse ; — Cros, curé de Carmenel, demande à être dispensé de se rendre au même lieu à cause de ses infirmités. — Le 31, le Conseil accorde aux Pères de la Doctrine chrétienne, professeurs au collège de Lavaur, un traitement provisoire de 440 livres sans préjudice du traitement de retraite qui leur est promis par la loi.
La 2 novembre, payement aux électeurs de l'indemnité qui leur est due en raison de leur assistance à l'assemblée électorale tenue à Lavaur pour la nomination des députés de la Convention. — Le 4, prestation de serment des gendarmes nouvellement nommés ; — liste nominative de ces militaires. — Le 5, réponses du Conseil aux demandes du district de Gaillac relatives à la venie des biens des émigrés ; — arrêté relatif à un vol commis dans la caisse du receveur du district d'Albi. — Le 6, des commissaires extraordinaires sont envoyés dans les districts de Gaillac, Lavaur et Lacaune pour rechercher les motifs du retard apporté dans la répartition entre les municipalités des impositions foncière et mobiliaire de 1793 ; — arrêté fixant à 707 livres 10 sols la somme égale aux frais de l'équipement de deux volontaires à payer par les père et mère des émigrés. — Le 7, le Conseil autorise François Paulhe, ancien curé de Mouzieys, à rester à Dénat jusqu'à ce que l'état de sa santé lui permette de se rendre sans danger au chef-lieu du département. — Le 8, répartition entre les communes du canton de Boissezon d'une somme de 3, 824 livres employées pour réprimer les troubles survenus au mois d'octobre ; — le Conseil ordonne aux municipalités de suspendre l'émission des billets de confiance et arrête que les billets déjà émis seront retirés de la circulation ; — les tisserands de Castres demandent qu'il soit procédé à la vente des meubles appartenant à leur congrégation et que le prix en soit affecté aux besoins de la République. — Le 9, le traitement du secrétaire général est porté de 1, 500 à 2, 400 livres ; — arrêté ordonnant le recouvrement immédiat des contributions foncière et mobiliaire de 1791 et mettant à la disposition de la Trésorerie nationale le montant total de ces contributions ; — mesures prises pour retirer de la circulation les billets de confiance émis par les municipalités. — Le 10, Amalric, prêtre réfractaire, détenu à Bordeaux en attendant son transfert à la Guyanne demande que le Conseil pourvoie à sa subsistance. — Le 14, approbation de la dépense, s'élevant à la somme de 667 livres, 16 sols, 6 deniers, occasionnée pour la construction de l'autel de la Liberté. — Le 16, arrêté ordonnant l'ouverture de toutes les maisons d'enseignement public existant dans le département et fixant le traitement des professeurs ; — le Conseil général de la commune d'Albi est autorisé à acheter la maison episcopale pour y installer les corps constitués de la ville. — Le 19, à la suite des réclamations nombreuses des habitants en matière de contribution mobilière, le Conseil, convaincu qu'une surcharge considérable pèse sur le département, charge le procureur général syndic de présenter des observations à ce sujet. — Le 23, plainte des habitants de Castres au sujet de la non-ouverture des écoles publiques ; — il ne sera plus émis de billets de confiance du département, les planches et le timbre seront brisés, les billets retirés de la circulation et on demandera à la Convention une plus grande quantité de monnaie afin de faciliter à la classe des indigents l'achat des denrées de première nécessité ; — procès-verbal de la destruction des planches et du timbre sec. — Le 28, la municipalité de Castres doit fournir un contingent de 28 hommes conformément à l'arrêté du Directoire du district ; — arrêté relatif à l'instance introduite par la dame Lasource contre le procureur général syndic à raison de l'émigration de son frère Louis Denoir Cambon. — Le 30, le Conseil nomme des commissaires chargés de faire fabriquer des pistolets et des sabres pour la gendarmerie ; — à la suite des troubles survenus à Montmiral, Jalbert, membre du Directoire du district de Gaillac, est envoyé sur les lieux avec un détachement pour prendre les mesures de répression nécessaires ; — arrêté ordonnant aux municipalités qui ont émis des billets de confiance d'établir des bureaux pour l'échange de ces billets. Le 5 décembre, les habitants de Lafenasse ayant menacé ceux de Saint-Lieux à l'occasion des élections municipales, le Conseil ordonne la fermeture de l'église de Lafenasse, renvoie à Saint-Lieux la tenue de l'assemblée primaire et nomme un commissaire chargé d'assister aux opérations électorales ; — le Conseil fixe à 184 livres, 19 sols la valeur de l'habillement et de l'équipement d'un volontaire à payer par les père et mère qui ont des enfants émigrés ; — annulation des élections de la commune de Servies ; — payement de la pension due à Françoise Paris, supérieure des sœurs de la Croix de Lavaur ; — le Conseil décide que le district de Gaillac ne doit pas procéder à la mise en ferme des biens des émigrés. — Répertoire alphabétique des arrêtés et décisions contenues dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 251 feuillets.
L 831792-1793
Délibérations du Conseil général du département. — Le 6 décembre, première séance du Conseil ; étaient présents les citoyens Terrai, Couchet, Foulquier, Corbière, Jougla, Balard, Lugan, Madières, Gâches (de Vabre), Cavaillé, Cassaignol-Couffouleux, Armengaud, Pinel, Cousin, Bonnafous, Sers, Gardès-Trusse, Farjanel, Fournès, Cahours, Debrus, Léon Cassaignol, Bole nouveaux administrateurs et Jalbert procureur général syndic ; — nomination de Campmas-Candèze, président, d'Azaïs-Houlés, secrétaire général et de Foulquier, procureur général syndic suppléant ; — prestation de serment des membres présents ; — arrêté relatif aux conditions à remplir par les citoyens pour être électeur et éligible ; — suspension de la municipalité de Labessière-Candeil élue le 2 décembre courant. — Le 7, Foulquier est élu vice-président ; — le Conseil approuve la nomination faite par le Conseil général de la commune de Castres des instituteurs et institutrices destinés à remplacer les Frères des Écoles chrétiennes et les Sœurs régentes dans les écoles de la ville ; — adoption d'un nouveau règlement pour la tenue des assemblées ; — nomination de commissaires chargés de la vérification des comptes de l'ancienne administration du Directoire. — Le 11, Foulquier remplace comme président Campmas démissionnaire et Couchet est élu procureur général syndic suppléant ; — répartition des membres du Conseil entre les divers bureaux formés par le Directoire ; — approbation du compte de gestion présenté par le Directoire ; — un membre de la commission fait observer que les dépenses relatives aux travaux publics étant considérables, il serait nécessaire d'exercer une grande surveillance sur cette partie de l'administration pour rechercher les abus qui ont pu s'y introduire par la négligence des ingénieurs ; — le Conseil décide que le compte du Directoire sera transcrit à la suite du procès-verbal de la séance (Le compte du Directoire joint au procès-verbal de la séance du 11 décembre 1792 était divisé de la manière suivante :). — Le 14, rapport et arrêté relatifs à l'organisation définitive de la gendarmerie. — Le 15, annulation des communes et nomination d'une commission chargée de élections des communes de Brassac de Castelnau et de l'administration de la nouvelle commune ; — allocation Brassac de Belfortès, réunion provisoire de ces deux municipalités d'un secours de 3000 livres à l'hôpital d'Albi et réorganisation de son administration. — Le 17, le Conseil arrête les formalités à suivre par les municipalités pour la délivrance des certificats de civisme aux notaires. — Le 19, un membre informe le Conseil que des prêtres non assermentés exercent clandestinement leurs fonctions dans la commune de Brassac ; — annulation d'un arrêté du Conseil du district de Lavaur qui étend aux avoués du tribunal l'obligation de rapporter des certificats de civisme conformes à ceux que le décret du 1er novembre exige des notaires ; — une indemnité de cent sols par jour est accordée à tout gendarme obligé de coucher hors de sa résidence. — Le 21, arrêté accordant un secours mensuel de 22 livres, 10 sols aux prêtres qui, détenus à la Chartreuse, n'ont ni revenus ni pension ; — rapports des commissaires envoyés à Servies et à Saint-Lieux-Lafenasse pour assister au renouvellement des municipalités ; — réorganisation des bureaux du Conseil et du Directoire et attributions de chacun d'eux (bureaux des établissements publics, du contentieux et d'expédition des requêtes, des contributions directes, de service militaire, des dépêches, de comptabilité, des ponts et chaussées) ; — fixation des jours de séance aux lundi, mercredi et vendredi ; — le Conseil se réunira le matin et le Directoire le soir ; — avis aux citoyens relatif au mode d'envoi à l'Administration de leurs lettres ou pétitions ; — le Conseil permanent du district de Castres est appelé à donner son avis sur l'importance et l'utilité de la construction du pont de Lambert dans la commune de Castres ; — nomination de commissaires chargés de rectifier les erreurs qui existent dans la liste des émigrés ; — annulation des opérations de l'assemblée primaire du canton de Saint-Paul pour l'élection du juge de paix et de ses assesseurs. — Le 22, arrêté relatif aux troubles survenus à Lavaur à l'occasion du retrait de la circulation des billets de confiance ; — annulation des élections de la municipalité de Lavaur faites le 2 décembre : le Conseil arrête que l'ancienne municipalité rentrera en exercice. — Le 24, sur la pétition de la société républicaine de Réalmont, le Conseil arrête que les armoiries placées sur le pont de Gassalès seront effacées. — Le 28, détermination du mode de payement des 300 livres accordées aux gendarmes pour se monter et s'équiper ; — annulation de l'élection de la municipalité du Bez et nomination de commissaires chargés de l'administration provisoire de la commune ; — les contestations relatives aux élections municipales de Rônel sont soumises au Conseil du district d'Albi. — Le 31, lecture d'une lettre du citoyen Poteins, officier municipal de Rabaslens, par laquelle il annonce qu'un ancien militaire qu'il a engagé, habillé et équipé à ses frais se présentera à l'Administration pour rejoindre le bataillon qui lui sera désigné ; — le Conseil arrête qu'il sera fait une adresse à la Convention pour lui demander la réduction du traitement des juges du tribunal criminel.
Le 2 janvier 1793, payement de l'indemnité accordée aux gendarmes faisant partie de l'ancienne maréchaussée. — Le 5, annulation des élections de la commune de Montredon et nomination de commissaires provisoires. — Le 9, gratification accordée à l'inspecteur, au visiteur principal et aux visiteurs des rôles des districts ; — annulation des élections de la commune de Lacrouzette. — Le 13, le Conseil accorde au 3° bataillon du Tarn un drapeau portant l'inscription suivante : « Troisième Bataillon du département du Tarn — République française — Vaincre ou mourir ; » — le Directoire du district d'Albi est chargé de prendre les mesures nécessaires pour faire cesser le conflit qui existe entre l'ancienne municipalité de Rônel et les commissaires nommés à la suite de l'annulation des élections ; — le Conseil adopte l'adresse suivante à la Convention :
« Nos cœurs sont navrés en lisant ces débats scandaleux qui avilissent la représentation nationale et qui aux yeux de toute l'Europe déshonorent le nom français. Une minorité turbulente, étayée par des clameurs incendiaires, paraît exercer un pouvoir tyrannique sur la Convention elle-même et les plus chers intérêts de la Patrie sont sacrifiés dans une lutte continuelle des passions sans cesse renaissantes. Déjà plusieurs de nos frères des départements marchent vers Paris. Nous sommes loin de blâmer la précipitation de leur zèle, mais intimément convaincus que si les dangers de la Patrie nécessitent cette mesure vous n'hésiterez pas à la proclamer, nous attendons vos ordres. Dites un mot, les citoyens du Tarn volent vers vous réunis à leurs frères des 84 départements. Ils feront trembler les agitateurs ; ils assureront votre liberté et si l'hydre affreuse osait encore remuer sa tête, ils prouveront que, comme les vainqueurs de la Bastille, ils savent combattre et terrasser la tyrannie. » — Le 14, autre adresse à la Convention relative aux ecclésiastiques non assermentés : « Législateurs, Vous avez sans cesse combattu le fanatisme religieux ; vous avez reconnu que les troubles excités par les ecclésiastiques non assermentés sont une des principales causes des troubles intérieurs de la République et c'est pour nous garantir de ce fléau que vous avez rendu la loi du 26 août dernier. Cette loi utile à tous les départements était d'une nécessité absolue pour celui du Tarn, car la diversité des opinions religieuses a rendu de tout temps ce pays difficile à conduire ; elle a toujours été et est encore l'instrument dont se servent les ennemis de la chose publique, aussi avions nous adopté d'avance une partie des dispositions de la loi du 26 août par un arrêté du 23 mai précédent. Nous avions désigné une maison dans laquelle tous les fonctionnaires remplacés devaient se retirer ; mais déjà nous reconnaissions l'insuffisance de cette mesure, aussi dès que la loi fut arrivée nous la fîmes exécuter et nous espérions ainsi toucher au terme de nos maux ; mais notre espoir fut vain et notre embarras est presque le même. Il est bien vrai que la majeure partie de nos prêtres a quitté le territoire de la République, mais beaucoup encore sont répandus sur la surface de ce département travestis en bergers, en chasseurs, en pauvres et, si l'on en croit des rapports, nous ajouterions en femmes ; ils continuent leurs manœuvres coupables : ils courent les campagnes, souvent de nuit, confessent, administrent les sacrements et sans craindre de mentir on peut assurer qu'ils ne prêchent pas en faveur de la Révolution.
« Des détachements multipliés ont été envoyés et presque toujours inutilement. Ces prêtres habitent principalement le district de Lacaune et la partie montagneuse de celui d'Albi ; une chaîne de montagnes leur offre un asile presque assuré et d'ailleurs, poursuivis dans ce département, ils se réfugient dans celui de l'Aveyron et rentrent ensuite dans celui du Tarn. Nous en avons prévenu cette Administration ; nous espérons que la réélection a donné des administrateurs moins portés à favoriser ces hommes dangereux et qu'ils surveilleront de près les municipalités qui par une piété funeste ou une négligence coupable rendent infructueuse la bonne volonté des corps administratifs ».
« En conséquence, nous demandons un décret qui rappelant aux districts les obligations que leur impose l'article 3 de la loi du 26 août, enjoignit aux municipalités de faire arrêter tout ecclésiastique qui soumis aux dispositions des articles 1 et 2 de la même loi ne s'y serait pas conformé et de les faire conduire au chef-lieu du district, lequel, ainsi qu'il est porté par l'article 3 déjà cité les ferait déporter à la Guyane française ».
« Nous demanderions encore que les corps administratifs fussent autorisés à faire supporter aux municipalités sur le territoire desquelles se trouveraient ces prêtres, les frais des gendarmes ou gardes nationaux qu'ils seraient obligés de requérir pour les faire arrêter dans le cas où elles seraient convaincues de négligence.
Alors, les consciences moins tourmentées, les esprits seront plus calmes. Mais, Citoyens, toutes ces mesures deviendraient nulles si la proposition Cambon sur le salaire des fonctionnaires ecclésiastiques, prenant de la consistance, se reproduisait avec succès ; si l'athéisme proclamé à la tribune par l'un de vos membres, trouvait parmi vous des prosélytes »
Adresse aux députés du département à la Convention pour qu'ils sollicitent et obtiennent de cette Assemblée la décharge de l'imposition établie sur le département en remplacement des droits supprimés : le contingent du département s'élevait à la somme de 491194 livres à répartir au marc la livre sur les contributions de 1790 ; — le Conseil accorde une pension à Antoine Vignal, ancien chartreux, à cause de ses infirmités et de son grand âge, quoiqu'il n'ait pas prêté serment ; — approbation du tracé du chemin de Castres à Revel. — Le 15, arrêtés relatifs à la réparation ou à la construction de divers chemins ; — réunion des communes de Saint-Martin-du-Taur et de la Pelissarié. — Le 17, prestation de serment du citoyen Fray nommé commissaire des guerres près les troupes de la 9e Division militaire ; — les instituteurs des écoles publiques de Castres demandent une augmentation de traitement ; le Conseil ordonne que dans chaque commune il sera dressé un état de tous les vieux chemins devenus inutiles par suite de la construction des nouveaux ; — arrêté relatif à l'indemnité à accorder aux entrepreneurs de travaux publics en raison de la perte qu'ils éprouvent dans l'échange des assignats qui leur sont donnés en payement ; — difficultés dans l'application de la loi du 1er novembre relative aux certificats de civisme à délivrer aux notaires. Le 18, la ville d'Albi demande que le couvent de la Visitation soit affecté au logement d'une troupe à cheval. — Le 21, le Conseil vise et approuve le certificat de civisme de Darnaud, notaire à Giroussens. — Le 23, arrêté relatif aux difficultés survenues entre l'Administration et le sieur Girouard, adjudicataire des travaux de construction de la route d'Albi au Pont de Tanus. — Le 25, application de la loi du 26 août à Baric ex-bénéficier du ci-devant chapitre de Castres ; — le citoyen Lecamus demande qu'il lui soit accordé une indemnité en raison du haras qu'il a entretenu à son domaine de Mirabel pendant les années 1790, 1791 et 1792. — Le 26, le Conseil annule, comme contraire aux lois, une pétition de divers citoyens de Castres demandant l'éloignement de plusieurs prêtres de cette ville. — Le 28, lecture d'une lettre de Roland, ministre de l'Intérieur, invitant les sociétés populaires, les corps administratifs et judiciaires à fournir au moins une capote et deux paires de souliers destinés aux militaires : le Conseil arrête qu'il sera ouvert un registre de souscription ; — les membres du Directoire et du Conseil offrent 4 capotes et 54 paires de souliers ; — arrestation dans la municipalité d'Albi de Caussé, des Avalats, émigré ; — la ville de Castres est invitée à fournir son contingent d'hommes pour l'armée de terre ; — le Conseil porte à 45 livres la pension mensuelle de Brète fils, pour son entretien à l'école vétérinaire d'Alfort ; — les cantonniers stationnâmes employés à l'entretien des routes sont remplacés par, une compagnie de pionniers composée de soixante hommes divisés en douze brigades. — Le 30, l'hôpital d'Albi est autorisé à recevoir les aliénés du département : la pension est fixée à 14 sous par jour ; — réparation de diverses routes des districts de Gaillac et d'Albi.
Le 1er février, sur la proposition de l'un d'eux, les membres prêtent le serment suivant : « Nous, membres du Directoire du département du Tarn, disons anathème aux Bois ; anathème aux Dictateurs, aux Triumvirs, aux faux Défenseurs et aux Protecteurs ; anathème à tous ceux qui sous les noms « de Chef, de Général, de Prince, de Slathouder ou tout autre, voudraient usurper une supériorité, une prééminence quelconque sur leurs concitoyens, et nous jurons de les poursuivre jusqu'à la mort ; » — les notaires qui n'ont pas obtenu le certificat de civisme prescrit par la loi du 1er novembre sont mis en demeure de cesser leurs fonctions. — Le 2, la société populaire de Castres vient répéter devant l'Assemblée le serment d'anathème contre les tyrans qu'elle avait prononcé dans sa dernière séance ; — le Conseil arrête qu'il sera envoyé à Paris, pour être mis à la disposition de la Convention, un corps armé composé J de gardes nationaux du département (Le feuillet 171 contenant la fin de la séance du 2 février manque au registre.). — Le 4, lecture des certificats de civisme accordés aux notaires du district de Gaillac ; — arrêté ordonnant la fabrication de 2600 piques dont le prix maximum est fixé à 6 livres, 10 sols savoir : la lance 5 livres 4 sols et la hampe 1 livre, 6 sols. — Le 6, le Conseil décide qu'à l'avenir tout prêtre enfermé à la Chartreuse en vertu de la loi du 26 août ne pourra en sortir qu'en vertu d'une permission du Département ; — suspension de divers officiers municipaux et notables de la commune de Labessonié pour cause d'incivisme ; — arrêté contenant les mesures à prendre contre les déserteurs des bataillons de volontaires et des troupes de ligne. — Le 8, la ville de Lavaur est autorisée à contracter un emprunt de 4000 livres afin d'établir un atelier de charité pour réparer le Foirai et combler les fossés de la ville ; — arrêté relatif à la tranquillité publique : il est enjoint aux municipalités, à la garde nationale, à la gendarmerie et à tous les citoyens de rechercher, dénoncer, arrêter les émigrés et les ecclésiastiques qui n'ont pas prêté le serment ou l'ont rétracté et ceux auxquels la loi du 26 août 1792 a été notifiée par les corps administratifs ; — une somme de 50 livres est accordée à titre de récompense aux dénonciateurs ; — les receleurs seront réputés traîtres à la Patrie. — Le président déclare la session terminée en vertu du décret du 1er janvie 1793 qui a fait cesser la permanence dans ce départ
ment. — Répertoire alphabétique des arrêtés et décisions contenues dans ce registre.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 195 feuillets.
L 841793-an II
Délibérations du Conseil général du département. — Le 15 avril, le Conseil se réunit en surveillance permanente conformément à la loi du 18 mars précédent ; — troubles dans la municipalité de Murat à l'occasion de la levée d'hommes prescrite par la loi du 24 février ; — mesures de répression prises par le Conseil ; — arrêté ordonnant le transfert dans l'Aveyron de Balsa, garde du Roi d'Espagne, détenu à Albi. — Le 17, arrêté de Bo et de François Chabot, commissaires de la Convention près les départements du Tarn et de l'Aveyron, relatif aux mesures de surveillance à exercer contre les gens suspects. — Le 19, autre arrêté des mêmes commissaires ordonnant la réunion au chef-lieu du département d'un détachement de 200 gardes nationaux, dont 50 à cheval, destinés à rechercher les prêtres réfractaires et les émigrés. — Le 23, réquisition de Chabot relative à la suspension des municipalités et des autorités constituées, au désarmement et à la réclusion des gens suspects, à la descente des cloches et à leur envoi à la fonderie de Toulouse ; — suspension des municipalités de Labessonié, de Lautrec, de Lamartinié, de Saint-Julien-du-Puy et de Labessière et nomination de commissaires en remplacement ; — Pascal, directeur intérimaire de la Régie nationale à Castres, accusé d'incivisme est suspendu de ses fonctions et remplacé par Artault père, inspecteur de ladite Régie ; — suspension du procureur syndic du district d'Albi ; — nomination de commissaires chargés de l'exécution de la réquisition de Chabot : — arrêté ordonnant que tous les bons citoyens seront armés de piques et mettant en réquisition tous les serruriers pour cette fabrication. — Le 25, arrêté autorisant le recouvrement du 18e de la côte mobilière de tous les contribuables sans déduction du revenu foncier ; — le Conseil demande aux Représentants en mission de désigner ou faire désigner par leurs commissaires les citoyens destinés à remplacer ceux qui manqueraient aux contingents assignés aux communes par la loi du 24 février ; — sur la réquisition de Servan, commandant en chef l'armée des Pyrénées, le Conseil arrête que tous les citoyens non mariés âgés de 18 à 45 ans et formant les compagnies de dragons ou chasseurs volontaires sont en état de réquisition permanente et qu'ils devront être réunis le 15 mai prochain à Carcassonne ; — chaque district est tenu d'envoyer à Toulouse deux charrons ou menuisiers et un serrurier et, de plus, celui de Castres, un bourrelier ou sellier ; — recensement dans les communes des bois secs propres au charronnage ; — nomination de Dougados comme professeur de rhétorique au collège de Castres ; — le citoyen Cavayé fils, de Dourgne, est envoyé à Arfons pour ramener aux vrais principes de la Révolution le peuple égaré par quelques fanatiques. — Le 26, séance publique extraordinaire convoquée par Chabot, à laquelle assistent les membres du district et de la municipalité de Castres : le citoyen Mailhe, représentant en mission près les départements de la Haute-Garonne et de l'Aude, remet au Conseil les délibérations des corps administratifs de Carcassonne des 22 et 23 de ce mois prescrivant les mesures à prendre pour repousser les Espagnols du territoire français ; — les représentants Bo et Chabot arrêtent que le citoyen Gourssac, agent militaire principal pour le département, est requis d'envoyer à Narbonne 1200 hommes sur les 3299 formant le contingent du Tarn ; — arrêté de réquisition de tous les chevaux de luxe pour le service de l'armée ; — le Directoire du district de Castres est autorisé à vendre ou à échanger des cloches ou du cuivre pour se procurer deux pièces de canon qui seront à la disposition du département ; — la garde nationale de Castres est requise par Chabot pour descendre les cloches destinées à la fabrication des canons ; — liste des offrandes faites à la Patrie par un grand nombre de citoyens : le Conseil arrête qu'elles seront employées à l'achat de canons. — Le 29, lecture d'une lettre du département de l'Aude invitant l'Administration à envoyer les 1200 hommes destinés à Narbonne ; — le Conseil envoie des exprès aux cinq districts leur enjoignant de faire partir, par petits groupes pour accélérer leur marche, tous les volontaires qu'il sera possible d'habiller et d'équiper ; — Campmas et Sévérac sont envoyés dans l'Aude et les Pyrénées-Orientales pour prendre tous les renseignements qu'exigent les circonstances ; — liste des citoyens dont le certificat de civisme a été approuvé par le Conseil. Le 1er mai, interrogatoire de Foulquier, curé de Canac, de Cros, vicaire du Margnès, et de Aninat (Jean-Pierre), chapelain d'Ambres : ce dernier est enfermé à la Chartreuse ; — lecture d'un jugement rendu par le commandant du second bataillon contre un volontaire déserteur : le coupable après avoir eu la tête rasée fut promené au milieu des rangs du bataillon et renvoyé ignominieusement. — Le 3, Sers, curé de Carlus, est invité à faire le service des paroisses de Léjos et de Saint-Benoît-de-Frédefont, « à y prêcher l'amour de la Révolution et à y répandre cet esprit de dévouement à la chose publique qui doit caractériser des Français républicains ; » — approbation du certificat de civisme de Moine, vérificateur de la Régie nationale à Castres. — Le 4, sur la proposition de la Société populaire de Castres, le Conseil arrête que les chevaux servant au commerce, à l'agriculture et aux arts seront laissés à leurs propriétaires ; — sur la réquisition de Chabot, création de Comités de surveillance dans les districts et d'un Comité central à Castres. — Le 6, annulation de l'arrêté du 23 avril qui suspend de ses fonctions Delécouls, procureur syndic du district d'Albi ; — prestation de serment de Méric, curé de Saint-Gervais. — Le 10, création d'un escadron composé de 200 hommes portant la dénomination de Dragons volontaires du Tarn, d'un bataillon d'infanterie de 800 hommes appelés Chasseurs volontaires du Tarn et d'une compagnie de canonniers de 80 hommes attachée au bataillon de chasseurs ; — approbation du certificat de civisme de Bazaillas, ingénieur du département. — Le 11, rapport sur les opérations des commissaires envoyés dans les communes du district de Castres par arrêté du 23 avril pour l'exécution des réquisitions de Chabot : réunions de communes, suspension de fonctionnaires municipaux, arrestation de gens suspects, etc. ; — Fournès, membre du Conseil, est désigné pour remplir provisoirement les fonctions de procureur syndic du district de Lavaur pendant la maladie de Cambefort ; — approbation de certificats de civisme accordés à divers citoyens. — Le 12, réunion publique dans la salle des séances de la Société populaire sur la convocation de Chabot qui propose les mesures suivantes : 1° réclusion de tous les gens suspects ; 2° distribution d'une carte civique à tous les citoyens patriotes ; 3° établissement de Comités de salut public aux chefs-lieux du département et des districts et dans toutes les villes de 3000 âmes ; 4° formation d'un camp composé de 4000 patriotes ; 5° emprunt de quatre millions pour subvenir aux dépenses d'installation de ce camp ; — l'assemblée adopte ces propositions et celle de demander à la Convention que le prix des subsistances soit uniforme dans toute la République. — Le 21, Balard, membre du Directoire, est désigné pour faire partie du Comité central établi à Castres par arrêté du 4 courant. — Le 22, arrêté relatif au mode de recrutement des Chasseurs volontaires du Tarn ; — approbation des certificats de civisme accordés à divers citoyens ; — démission de Toulza, de Babastens, administrateur-suppléant au Directoire ; — rapport de Campmas donnant des renseignements sur la situation actuelle de l'armée des Pyrénées et la relation du combat du 19 courant. — Le 24, le Conseil arrêt, conformément à la loi du 18 août 1792, que les ministres de tous les cultes ne pourront conserver leur costume que pendant l'exercice de leurs fonctions ; — approbation de certificats de civisme. — Le 27, élection par les Dragons volontaires du Tarn de leurs officiers ; — une gratification de 500 livres est accordée à Mariés, Linières et Gaubert, officiers de santé de l'hôpital d'Albi ; — approbation de certificats de civisme. — Le 29, le Conseil envoie au secours du département de l'Aveyron 207 gardes nationaux pour repousser les rassemblements contre-révolutionnaires qui se sont formés tant dans ce département que dans les départements voisins ; — des postes d'observation sont aussi installés à Brassac (20 hommes) et à Lacaune (30 hommes) ; — mode de recrutement de cette troupe commandée par Tonnac, de Gaillac, chef de bataillon ; Chirac, d'Albi, adjudant-major ; Canet, d'Albi et Sudre, de Castres, capitaines ; — approbation du certificat de civisme de Justament, garde de la forêt de Bamondens et d'un arrêté du district d'Albi établissant des marchés à Albi, Réalmont, Monestiés, Valence et Villefranche. Le 1er juin, lecture des procès-verbaux envoyés par les districts de Saint-Affrique et de Milhau annonçant la prise de Mende et de Marvejols par « les brigands » de la Lozère ; — un nouveau secours de 105 hommes est envoyé au département de l'Aveyron ; — Foulquier, président de l'Administration, est chargé de demander au département de la Haute-Garonne une force armée composée de cavalerie et d'infanterie pour aller dans la Lozère ; — le Conseil ordonne aux districts d'appeler dans les villes chefs-lieux tous les gens suspects et invite tous les patriotes habitant la campagne à venir habiter dans les villes pour y partager les périls et les fatigues que nécessite la défense de la Patrie ; » — ordre donné aux gens suspects d'avoir à se présenter tous les jours à la maison commune pour s'y faire inscrire sur un registre sous peine d'emprisonnement. — Le 5, approbation de certificats de civisme. — Le 7, fixation du mode de payement des chevaux requis pour le service des armées ; — le Conseil décide d'envoyer une adresse à la Convention relative aux divisions qui régnent parmi les représentants du peuple. — Le 9, séance publique à laquelle assistent tous les membres des corps constitués de la ville de Castres et ceux du Comité de surveillance : approbation de l'adresse proposée à la séance précédente. — Le 10, après la lecture des nouvelles, l'assemblée décide d'ajouter le post-scriptum suivant : « Les nouvelles que nous venons de recevoir par le courrier de ce matin ont déchiré le voile ; le récit des événements » des journées des 1, 2, 3 et 4 de ce mois, le décret lancé contre trente-deux de vos membres, provoqué par la force et souscrit par la lâcheté, constatent l'oppression. Nous allons prendre des mesures pour y résister : nous l'avons juré solennellement, le peuple l'a juré avec nous. » — Dans la séance du soir, l'Assemblée vote une autre adresse à la Convention pour lui demander de rapporter les décrets rendus pendant la durée de la dernière insurrection de Paris et notamment celui qui met en état d'arrestation trente-deux de ses membres et pour déclarer qu'on ne reconnaîtra d'autre constitution que celle qui sera librement acceptée par le peuple ; — des commissaires sont délégués auprès des départements limitrophes pour les inviter à adhérer à ces résolutions. — Le 11, lecture et approbation de l'adresse. Le 12, les détachements envoyés à Lacaune, Brassac et Saint-Gervais pendant les troubles de la Lozère sont rappelés ; — mesures prises pour la fabrication des affûts destinés aux canons acquis par la ville de Mazamet ; — le Conseil nomme le citoyen Blanchard professeur de réthorique au collège de Castres. — Le 13, les municipalités sont invitées à ne délivrer des passeports aux citoyens que dans les cas de nécessité ; — établissement d'un marché à Lavaur le mercredi de chaque semaine. — Le 14, la ville d'Albi envoie son adhésion aux arrêtés et aux adresses des autorités de Castres ; — par suite du manque absolu de fonds, l'armement et l'équipement du bataillon de Dragons volontaires ne pouvant s'effectuer, le Conseil invite les représentants du peuple près l'armée des Pyrénées de mettre à sa disposition la somme de 300000 livres. — Le 15, le Conseil envoie à Saint-Etienne, le citoyen Cassanhol pour retirer 500 fusils mis à sa disposition ; — Larroque-Labécède, commandant la garde nationale de Puycelci, est chargé de fouiller la forêt de Grésigne pour saisir et arrêter les prêtres réfractaires, les émigrés et gens suspects qui s'y trouveraient cachés ; — adhésion des autorités et du peuple de Sorèze aux mesures prises dans les séances des 10 et 11 courant. — Le 17, le district d'Albi est invité à rétablir une fonderie de canons dans cette ville et une fonderie de boulets à Saint Juéry ; — établissement d'un marché à Sorèze le jeudi de chaque semaine ; l'Assemblée autorise le Conseil général de Castres à réunir les diverses sections du canton afin que les citoyens exerçant leur droit de souveraineté puissent délibérer sur les grands intérêts de la Patrie. — Le 20, adhésion des sociétés populaires de Réalmont et de Lombers aux mesures prises par le Département relativement aux événements du. 31 mai et jours suivants ; — sur la demande des sections d'Albi, des républicains de Castres et des sociétés populaires de Lombers et de Réalmont, le Conseil autorise la réunion par canton des Assemblées primaires du département pour l'élection de députés qui formeront un Comité général de Salut public chargé de maintenir les droits du peuple ; — chaque électeur sera tenu de prêter le serment suivant : « Je jure de maintenir la Liberté, l'Egalité, l'Unité et l'Indivisibilité de la République, de protéger de tout mon pouvoir la sûreté des personnes et des propriétés, de résistera l'oppression et de combattre également la tyrannie et le fédéralisme sous quelque forme qu'ils se présentent. » — Le 21, adresse du Conseil aux citoyens du département sur les dangers de la situation présente ; — approbation de certificats de civisme. — Le 24, sur le refus du Directoire du district de Lavaur de transmettre aux municipalités de son ressort les actes du Conseil du département relatifs aux événements qui agitent la République, les citoyens Fournés et Balard sont délégués pour veiller à ce que ces transmissions soient faites exactement. — Le 25, lecture d'une proclamation du Conseil général de la ville de Castres interdisant aux citoyens de mendier dans l'étendue de la municipalité à moins d'être porteurs d'une permission des officiers municipaux : le Conseil étend cette mesure à toutes les communes du département. — Le 26, liste du personnel ancien et nouveau des bureaux de l'Administration et quotité du traitement ; — autorisation à la ville de Castres d'exécuter l'alignement de la rue allant de la Place au Pont-Neuf du côté des maisons des ci-devant Jacobins. — Le 27, les citoyens du département sont invités à se réunir en assemblées primaires pour y délibérer sur leurs intérêts, les gens suspects étant exclus de ces réunions ; — le Comité général de Salut public ne devra s'occuper d'aucune affaire législative ou administrative. — Le 28, approbation de certificats de civisme ; — Gâches, membre du Conseil et juge au tribunal du district d'Albi, opte pour la dernière de ces fondions. $ Le 3 juillet, arrêté relatif au recouvrement du produit de la capitation des ecclésiastiques et des impositions des biens et revenus ci-devant privilégiés pour 1790 et partie de 1789 ; — approbation d'un arrêté du district d'Albi suspendant de leurs fonctions divers membres du corps municipal de Saint-Benoît. — Le 4, approbation d'une délibération de la commission populaire de Salut public accordant à ses membres une indemnité de cent sous par jour et mettant à la charge du département tous les frais relatifs à ses opérations ; — les districts et les municipalités sont invités à faciliter de tout leur pouvoir aux commissaires de Castres l'achat de grains destinés à la subsistance de cette ville. ; — Le 6, Jougla et Laurans sont envoyés à Carmaux pour recueillir des renseignements sur l'exploitation actuelle des mines de charbon ; — une avance de 5000 livres est accordée à l'hôpital de Lavaur. — Le 11, sur l'invitation du représentant du peuple près l'armée des Pyrénées-Orientales, Tournés et Laurans sont désignés pour se rendre à Narbonne dans le but d'y former un Comité central de correspondance ; — le citoyen Bonnet est envoyé da s les districts d'Albi, de Gaillac et de Lavaur pour'informer de ce qui a été fait pour l'habillement et l'équipement du bataillon de Chasseurs volontaires. — Le 13, procès-verbal de la proclamation solennelle de divers décrets de la Convention et notamment de l'Acte constitutionnel présenté à l'acceptation du peuple français et adresse du Conseil à ses administrés ; — sur le rapport des commissaires envoyés à Carmaux, considérant que la diminution de la quantité de charbon en dépôt sur le chantier provient des enlèvements opérés par certains accapareurs, le Conseil arrête, qu'à l'avenir, il ne sera plus délivré de charbon aux citoyens que pour leur consommation personnelle et il invite les préposés aux mines à activer par tous les moyens possibles l'extraction de ce combustible. — Le 16, lecture de l'exposé des principes des autorités constituées de la ville d'Albi relativement aux mesures prises par les autorités de Castres dans les séances des 10 et 11 juin dernier. — Le 19, il est sursis au recouvrement des rôles de la taxe de guerre dressée le 26 mars en vertu d'un arrêté des commissaires de la Convention. — Le 20, le Conseil arrête que sa décision du 25 avril relative au recouvrement de la cote mobilière ne sera pas exécutée. — Le 26, la municipalité de Graulhet est autorisée à faire acheter des subsistances chez les particuliers afin de pourvoir à l'approvisionnement de ses marchés. — Le 30, le Conseil alloue une indemnité aux commissaires envoyés dans les districts pour accélérer le recrutement ordonné par la loi du 24 février. Le 3 août, arrêté relatif à la circulation des assignats. — Le 6, le citoyen Izabeau, représentant du peuple près l'armée des Pyrénées, présent à la séance témoigne à l'assemblée son mécontentement de voir la réunion aussi peu nombreuse (9 membres) et la loi qui érige les Conseils généraux en permanence si mal exécutée ; il demande le tableau des membres présents et des absents et ajoute qu'il a reçu des plaintes à raison des lenteurs apportées dans la distribution des secours accordés aux parents des volontaires ; — l'assemblée lui rend compte du mauvais effet produit dans le département par l'établissement du maximum. — Le 8, la municipalité de Mazamet est autorisée à nommer des commissaires chargés de l'achat des grains nécessaires à la subsistance des habitants du canton. — Le 9, le Conseil arrête que tous les hommes désignés pour faire partie du bataillon de Chasseurs volontaires devront rejoindre leur corps sans délai, s'ils ne veulent pas être poursuivis comme déserteurs ou comme émigrés ; — exécution du décret du 25 juillet précédent qui met en réquisition toutes les gardes nationales à cheval de la République. — Le 16, l'administration des pauvres de Graulhet est autorisée à employer une somme de 18000 livres à l'achat de grains pour approvisionner la commune ; — instruction pour l'exécution de la loi du 10 avril 1791 sur la dîme supprimée ; — les municipalités sont invitées à faire le dénombrement des citoyens soumis à la réquisition prescrite par la loi du 30 mai précédent. — Le 20, mise en recouvrement des rôles de la taxe de guerre (Voir la séance du 19 juillet) ; — le Conseil ordonne le recensement de tous les grains existant dans le département et arrête les mesures pour protéger la libre circulation et la vente des subsistances ; — approbation du certificat de civisme de Compayré, lieutenant de gendarmerie à Cordes. — Le 23, Balard et Cassanhol, administrateurs, sont envoyés à Toulouse pour surveiller l'organisation du bataillon de Chasseurs du Tarn et demander aux représentants du peuple l'autorisation d'établir à Albi une fonderie de canons, à Saint-Juéry une fonderie de boulets et un atelier de fabrication de canons de fusils, de pistolets et de sabres ; — le district d'Albi est autorisé à payer aux frères Gillet une somme de 3000 livres pour la fonte de deux canons ; — établissement d'une brigade de gendarmerie à Labessonié ; — le Conseil demande aux représentants du peuple près l'armée des Pyrénées l'autorisation de porter à un taux plus élevé le prix maximum des grains afin de préserver le département de la famine ; — décision relative au payement du traitement de Sépet, préfet du collège de Castres. — Le 27, le Conseil général de Castres demande qu'il soit pris des mesures contre les municipalités de Guitalens, Lautrec, Graulhet, Venès, Cambon et Saint-Germier qui s'opposent à la libre circulation des grains ; — un officier municipal de Damiatte est suspendu de ses fonctions pour ce motif. — Le 29, enregistrement des commissions des citoyens Caillassou, Vaqué et Tinel, envoyés dans le département, le premier pour hâter la levée des volontaires, le second pour prendre des renseignements sur l'industrie, le commerce, les arts, etc., et le dernier pour acheter des avoines destinées à l'armée des Pyrénées ; — il sera fait une levée de 444 hommes pour faire partie du corps d'élite de 12000 hommes créé par arrêté des représentants du peuple près l'armée des Pyrénées ; — une seconde levée de 950 hommes sera envoyée à la même armée ; — répartition de ces contingents entre les diverses communes du département ; — prescriptions relatives au rassemblement, à l'équipement, à l'habillement, à l'armement et à la solde des citoyens désignés ; — Causse (Antoine), d'Albi, est porté sur la liste additionnelle des émigrés ; — augmentation du traitement des pionniers employés aux travaux publics. $ Le 2 septembre, répartition entre les districts de Castres, Albi, Gaillac et Lavaur de 7000 quintaux de blé requis par les représentants du peuple Leyris et Chaudron-Rousseau pour les besoins de l'armée des Pyrénées. — Le 3, procès-verbal d'incinération de la bannière portant les emblèmes de la royauté donnée au département lors de la Fédération du 14 juillet 1790 en exécution du décret du 28 juillet ; les citoyens Monsarrat, père et fils, de Roquecourbe, offrent de fabriquer gratuitement 6000 paires de bas de laine pour les soldats de la République. Le 4, Debrus, administrateur, est chargé d'acheter soit à Castres, soit dans les environs, la plus grande quantité possible de fourrage pour le service de l'armée des Pyrénées ; — les gardes nationales à cheval sont requises de se réunir au chef-lieu du département où elles recevront l'ordre de départ pour le poste qui leur sera assigné. — Le 5, en exécution de l'arrêté des représentants du peuple près l'armée des Pyrénées, le Conseil ordonne la levée et la réunion au chef-lieu du département de tous les citoyens non mariés ou veufs sans enfants, de 18 à 25 ans. — Le 6, les représentants du peuple, à Toulouse, sont priés de mettre à la disposition du département une somme de 300000 livres en assignats destinée à l'armement et équipement des citoyens réquisitionnés. — Le 7, nomination et envoi dans les districts de commissaires chargés de l'exécution de la loi du 23 août, des arrêtés des représentants et du Conseil relatifs au mode de recrutement des citoyens et à la défense de la Patrie. — Le 9, sur la demande de Ferlus, principal du collège de Sorèze, le district de Castres est autorisé à accorder un congé à divers élèves de cet établissement, appelés sous les drapeaux par la loi du 23 août, pour assister aux exercices publics de cette école « aux succès desquels la présence desdits citoyens requis est absolument nécessaire ; » — nomination d'une commission chargée de la vérification des billets de confiance retirés de la circulation ; — les municipalités sont requises de faire enlever tous les fers inutiles des édifices nationaux, de les faire porter aux chefs-lieux des districts où ils seront à la disposition des arsenaux. Le 10, Fournès est élu président de l'Administration. — Le 11, nomination de commissaires pour l'exécution des arrêtés des représentants du peuple relatifs à la réunion des vivres et fourrages destinés à l'armée des Pyrénées ; — le Conseil autorise les citoyens appelés par la loi du 23 août à servir dans la cavalerie sous la condition de s'armer et s'équiper à leurs frais. — Le 12, arrêté relatif à l'habillement, équipement et solde des citoyens requis. — Le 13, sur le refus de Phalipou, curé de Lempaut, de procéder à la sépulture d'une habitante de la commune, le Conseil ordonne à la brigade de gendarmerie de Puylaurens de se transporter dans la maison dudit curé et d'y rester à sa charge jusqu'à ce qu'il ait obéi aux ordres du Directoire. — Le 15, la veuve Robert demande le payement de la somme de 32155 livres, 5 sols, 8 deniers due à son mari, imprimeur à Castres, pour impressions faites du 8 août 1790 au 19 avril dernier : le Conseil lui accorde un à-compte de 6000 livres et nomme des commissaires pour vérifier les mémoires ; — arrêté concernant le départ des citoyens non mariés ou veufs sans enfants de 18 à 25 ans et mettant en réquisition pour être prêts à partir au premier ordre, les citoyens de la même catégorie de 25 à 40 ans. Le 16, le Conseil général de la commune de Castelnau-de-Brassac signale la présence dans le district de Lacaune d'une quantité considérable de déserteurs qui, soutenus par une partie de la population et des prêtres réfractaires, commettent des excès de toute nature ; — le Conseil ordonne aux municipalités d'assembler tous les hommes sujets à la réquisition et de les envoyer aux lieux désignés ; — un détachement composé de 206 gardes nationaux et de 17 gendarmes est cantonné dans les communes de ce district et les Commissaires du département sont autorisés à procéder à un désarmement général, à suspendre les autorités et à arrêter les gens suspects et les prêtres réfractaires. — Le 23, le Conseil ordonne des poursuites contre les auteurs d'un attroupement séditieux qui s'était formé à Montdragon pour s'opposer à l'achat des grains destinés à la subsistance de Castres : — afin d'accélérer la levée des hommes de 18 à 25 ans, le Conseil nomme Crouzet, de Gaillac, agent supérieur pour s'occuper de cette opération, correspondre avec l'Administration et les agents envoyés dans les districts. — Le 24, sur le rapport de l'un de ses commissaires envoyé dans le district de Lacaune annonçant l'arrestation de Fouilarque, l'un des chefs des attroupements, le Conseil requiert le Tribunal criminel du département de se transporter au chef-lieu de ce district avec la machine à décapiter ; — Marc-Antoine Baudot, représentant du peuple, présent à la séance, rétablit la vérité sur les événements du 31 mai et se déclare satisfait des principes et de l'activité de l'Administration du département. — Le 25, le district de Lavaur est autorisé à faire réparer le mur de soutènement du chemin dit la Côte du Port. — Le 26, le Conseil arrête que les fourrages recueillis par ses commissaires seront réunis dans divers dépôts et conservés pour les besoins du département ; — le Grand Séminaire et le Couvent des Capucins, à Castres, sont désignés pour servir de maison de réclusion pour les gens suspects. — Le 27, le Conseil demande aux Commissaires de la Trésorerie nationale d'établir dans le plus bref délai, conformément à la loi, un Payeur dans le département et, en attendant, le citoyen Boyer, receveur du district de Castres, est chargé d'en remplir les fonctions ; — proclamation du Conseil à ses administrés relative aux événements du 4 mai et aux dangers qu'à couru la République en ce moment ; — fixation du prix maximum, par quintal, de la mouture des grains : $ Blé froment : 8 sols, 9 deniers $ Blé méteil : 7 sols, 6 deniers $ Seigle : 6 sols, 3 deniers $ Orge, pamelle, barillage : 5 sols, 7 deniers $ Blé de Turquie, d'Espagne ou maïs : 5 sols, 7 deniers $ Sarrasin ou blé noir : 4 sols, 41/2 deniers $ Avoine : 8 sols, 9 deniers $ plus 6 sous par quintal et par lieue pour frais de transport ; — réparation du pont de Rigautou sur le Thoré (route de Castres à Saint-Pons) ; — Baudot, représentant du peuple, établit (le 24) à Castres un Comité révolutionnaire composé de dix membres : Gineste, Carayon avoué, Debrus aîné, Duprat (Pierre-Antoine, ) Séverac administrateur du district, Goursac lieutenant de gendarmerie, Fabre (Louis, ) Ducru instituteur, Grach-Pujol et Dejean-Villeneuve ; — il leur accorde une indemnité de trois livres par jour et règle leurs attributions ; — sur la réquisition de ce Comité, le Conseil organise une compagnie de 100 hommes pris dans les communes voisines et choisis parmi les citoyens les plus révolutionnaires ; — le citoyen Portalier, commissaire du Comité de Salut public de la Convention nationale, présent à la séance déclare qu'il est chargé de vérifier si les décrets du 23 juillet et 3 août 1793 relatifs aux cloches des églises ont été exécutés ; — le Conseil répond que les cloches ont été descendues par ordre des représentants ? ? et Chabot, mais qu'ayant créé à Albi une fonderie de canons, il n'a pas cru devoir les envoyer à Toulouse ; Portalier estime l'explication satisfaisante et reconnaît le zèle des administrateurs du Tarn ; leurs adresses à la Convention, après le31 décembre, les avaient fait juger sévèrement, mais, depuis, ils ont poursuivi les prêtres réfractaires, les émigrés et les gens suspects, ils ont réprimé les troubles dans le district de Lacaune, prêté main-forte aux administrateurs de la Lozère et fait des levées de citoyens pour la défense de la Patrie : la Convention en sera instruite. — Le 30, en exécution du décret du 21 courant, le Conseil arrête que tous les individus des deux sexes porteront à la tête, du côté gauche, la cocarde nationale en laine, sous peine de trois jours de prison dans les campagnes et de huit jours dans les villes. $ Le 1er octobre, Bols, prêtre non assermenté, de Lacaune, demande à se retirer dans la maison de réclusion destinée aux prêtres infirmes. — Le 3, les autorités constituées de la ville de Castres réunies au Conseil rétractent l'adresse envoyée à la Convention à la suite des événements du 31 mai. — Le 5, extrait du Bulletin de la Convention qui fixe le prix maximum du bois à brûler et du charbon, exécution de ce décret ; — nomination de Bonhomme professeur au collège de Castres. — Le 8, sur la demande de l'Administration de l'Aveyron se plaignant de ce que le blé destiné à ce département et déposé à Carmaux a été vendu aux habitants de cette commune, le Conseil envoie sur les lieux un commissaire chargé de procéder à une enquête ; — exécution du décret de la Convention relatif aux ouvriers employés à la fabrication du papier des assignats. — Le 9, le Conseil adopte l'arrêté du Conseil du département de la Haute-Garonne relatif au retrait de la circulation de toutes les espèces monnayées. — Le 11, les habitants sont invités à déposer à la maison commune tout le vieux linge propre au pansement des soldats blessés. — Le 12, instructions sur l'emprunt volontaire et l'emprunt forcé ; — fixation de la nature et du montant des dépenses à la charge du département pour l'année 1793. Le 24e jour du premier mois de l'an II (15 octobre), construction d'un Autel de la Patrie à Castres : dépôt des plans et fixation du mode de payement. — Le 25e jour du premier mois, sont présents à la séance les autorités constituées de Castres, le Comité révolutionnaire et la Société populaire : lecture de décrets de la Convention ordonnant une levée de chevaux et l'arrestation de tous les sujets de la Grande-Bretagne résidant sur le territoire motivée par l'assassinat du représentant Beauvais, à Toulon, par les Anglais ; — il sera levé un bataillon de 800 hommes d'élite qu'on appellera le Vengeur destiné à marcher sur Toulon. — Le 26e jour du premier mois, emmagasinement dans les dépôts des fourrages et avoines réquisitionnés dans le district de Lacaune pour l'armée des Pyrénées. — Le 9e jour de la troisième décade du premier mois, exécution de l'arrêté des représentants du peuple près l'armée des Pyrénées relatif à la formation de compagnies de pionniers à prendre dans les bataillons de la levée en masse, pour réparer les chemins de Perpignan à la frontière. $ Le 1er jour du deuxième mois, enregistrement de la commission de Bonnemain, nommé commissaire des Guerres à Castres. — Le 2° jour du deuxième mois, confiscation par la municipalité de Puylaurens de grains destinés à la ville de Castres et venant de Castelnaudary sans acquit-à-caution : le Conseil soumet la question à la décision des représentants du peuple ; arrêté ordonnant le partage entre les héritiers de l'émigré Labarthe ; — la ville de Montauban envoie dans le département les citoyens Mon aigne et Moïse Castel pour y acheter des grains ; — nomination de Duifour comme procureur syndic du district de Castres en remplacement de Nazon arrêté par ordre du Comité révolutionnaire. — Le 3e jour de la première décade du deuxième mois, arrêté des représentants du peuple Baudot et Chaudron-Bousseau étendant les pouvoirs du Comité révolutionnaire de Castres sur tout le département : ce Comité établira sur les riches, proportionnellement aux fortunes, une taxe révolutionnaire de deux millions indépendante des autres contributions, etc. ; — sur la plainte des fabricants de Mazamet, le Conseil charge le Directoire du district de Castres de prendre des mesures révolutionnaires pour pourvoir de laine les usines de cette ville ; — le Conseil ordonne l'exécution de l'arrêté du représentant du peuple Paganel fixant à sept mille quintaux la quantité de grains à fournir par le département pour la subsistance de la ville de Montauban et des prisonniers espagnols qui y sont gardés ; — envoi à Perpignan de douze cantonniers et d'un ingénieur. Le 5e jour de la première décade du deuxième mois, les représentants du peuple près l'armée des Pyrénées autorisent la levée du bataillon le Vengeur ; — renseignements sur la situation des armées françaises et espagnoles ; — le Conseil vole des félicitations au bataillon et à l'escadron du Tarn détachés à l'armée des Pyrénées-Orientales ; — le représentant Taillefer demande que le bataillon le Vengeur, avant d'aller à Toulon, marche contre les rebelles de l’Aveyron ; — le Conseil ordonne que les citoyens désignés pour faire partie de ce bataillon devront être rendus au chef-lieu du département le 13 du présent mois (3 novembre). — Le 6e jour de la première décade du deuxième mois, fixation du mode d'imposition de la taxe révolutionnaire de deux millions sur les riches ou hauts-taxes et sur ceux qui ont fait le trafic des assignats ou spéculé sur la misère publique. — Le 7e jour de la première décade du deuxième mois, sur la réquisition de Paganel, le Conseil ordonne l'envoi à Toulouse de 6000 setiers de blé quoique le département soil en déficit d'environ huit cent mille quintaux ; — la ville de Bordeaux réclame l'exécution d'une réquisition du cinquième des grains ordonnée par les représentants Isabeau et Tallien : le Conseil délègue un commissaire à Toulouse pour consulter Paganel. — Le 10e jour de la première décade du deuxième mois, lecture d'un arrêté du Comité révolutionnaire de Castres destituant Jalbert, procureur général syndic, Balard et Corbière, membres du Directoire du département et les remplaçant par Martel, Fabre (de Dourgne) et Campmas ; — nomination d'une commission chargée de l'exécution de la loi du 11 septembre qui établit un maximum sur le prix des grains et du recensement des subsistances ; — les municipalités et les districts sont requis de fournir à la ville de Bordeaux le cinquième de tous leurs grains, le Conseil ayant reçu l'assurance que le département serait remboursé en nature de cette avance. — Le 11e jour du deuxième mois, instructions pour l'exécution de la loi du 28 août 1793 relative aux dettes contractées par les communes, districts et départements déclarées dettes nationales. — Le 12e jour du deuxième mois, enregistrement du décret de la Convention relatif à la fourniture des souliers pour les armées ; — la Société populaire de Castres demande que l'Administration écrive aux municipalités, aux autres sociétés populaires et aux curés pour les inviter à ne plus chômer le dimanche et les jours de fêtes et que « les jeunes curés soient invités à se marier, afin que devenant chefs de famille ils puissent jouir de là qualité de citoyens français » l'assemblée adopte ces deux propositions ; — réunion extraordinaire des autorités de la, ville de Castres, à l'instigation du Comité révolutionnaire, pour délibérer sur la question des subsistances ; d'après le recensement des grains, on constate qu'il manquera 431595 quintaux pour subvenir aux besoins du département avant la prochaine récolte : deux commissaires sont désignés pour aller en instruire la Convention ; — nomination d'une commission chargée de veiller à l'habillement et à l'armement du bataillon le Vengeur. — Le 14 brumaire, le Conseil arrête que Bouissou, prêtre réfractaire, arrêté dans le canton de Puycelci sera transféré dans les prisons du département. — Le 17, exécution des arrêtés des représentants du peuple près l'armée des Pyrénées relatifs à l'arrestation des déserteurs et à la fabrication des bas et couvertures de laine destinés aux armées. — Le 18, le Conseil demande aux districts des renseignements sur la situation des tanneries du département et les invite à fixer le prix maximum des peaux en vert et à les requérir ; — une somme de 4000 livres est accordée à l'Hôtel-Dieu dé Castres à titre d'avance ; — Jean Fricou, Antoine Fricou et Barthélémy Espines, prêtres âgés et infirmes, d'Albi, sont autorisés à rester en réclusion dans la maison de l'un d'eux sous la garde, à leurs frais, de deux sans-culottes. — Le 19, le Conseil décide qu'il sera sursis à l'exécution de l'arrêté du Conseil du district de Lacaune qui ordonne l'abattage de tous les cochons et chiens de luxe parce qu'ils consomment des subsistances nécessaires aux habitants. — Le 20, rapport des commissaires envoyés à Toulouse auprès des représentants du peuple pour faire annuler la réquisition des deux cinquièmes de tous les grains : Paganel a déclaré la décision irrévocable, mais a requis deux cent mille quintaux de millet sur les départements de la Haute-Garonne et de l'Aude et destinés à celui du Tarn ; — arrêté du même représentant annulant celui du Conseil du 12 brumaire qui envoyait deux commissaires auprès de la Convention : ceux-ci étant partis, le Conseil leur expédie l'ordre de revenir. — Le 21, nomination de commissaires chargés de réunir 2000 couvertures de laine pour les besoins de l'armée ; — des députés de la Société populaire de Castres ayant fixé l'attention de l'assemblée sur la situation dans laquelle se trouvent les districts de Castres et de Lacaune relativement aux subsistances, le Conseil nomme des commissaires chargés de procéder à des visites domiciliaires pour retrouver les denrées cachées ; — les mêmes députés signalent encore diverses injustices commises dans la levée des citoyens de la première réquisition et du bataillon le Vengeur ; — le Comité révolutionnaire demande que la liste des gens suspects de toutes les municipalités lui soit parvenue dans un délai de quinze jours ; — arrêté réglant le mode d'envoi et de répartition du millet requis dans les départements voisins ; — adresse relative à l'exécution des membres de la Convention arrêtés le 31 mai. — Le 24, lecture de l'adresse de Lulier pour les mânes sanglants des Français égorgés dans le port de Gênes par les Anglais (Voir L. 69.) ; le procureur général syndic après avoir fait sentir l'horreur de ce nouveau crime commis par la Nation anglaise demande que le bataillon le Vengeur soit organisé dans la huitaine et qu'un nouveau bataillon soit levé pour marcher sur Londres : cette dernière proposition est ajournée ; — arrêté du Conseil concernant l'exécution des lois relatives au nouveau calendrier. — Le 25, le Commissaire national près le Tribunal du district de Castres est autorisé à faire construire un échafaud ; — en exécution des arrêtés du Comité de Salut public, le Conseil ordonne le transport dans les chefs-lieux de districts de toutes les matières métalliques provenant des édifices nationaux ou des maisons des émigrés pour être tenues à la disposition du ministre de la Guerre ; — la Société populaire de Castres signale les abus qui se commettent dans la désignation des citoyens appelés à la défense de la Patrie, la plupart des municipalités ne faisant peser les réquisitions que sur les cultivateurs et favorisant leurs amis et une foule de « muscadins » : l'Administration rappelle aux municipalités les principes d'égalité et d'impartialité qui doivent les diriger et leur ordonne de dresser la liste des citoyens désignés et de ceux restant encore dans les communes ; — Fabre est réintégré dans ses fonctions de principal du collège de Castres. — Le 27, lecture de divers arrêtés des représentants du peuple près l'armée des Pyrénées portant obligation à tout citoyen payant 20 livres d'imposition mobilière de fournir une chemise neuve, établissant des vivandières à la suite de l'armée, etc. ; — mise en réquisition par la Commission militaire de tous les bois de charronnage ; — le Conseil répartit entre les districts, en raison de leur population, le contingent de deux mille couvertures à fournir par le département : — sur la demande du Conseil d'administration du bataillon le Vengeur, il est remis au trésorier les imprimés nécessaires à ce corps. — Le 28, liquidation des frais occasionnés par le déplacement des commissaires et de la force armée envoyés dans le district d'Albi par mesure de sûreté générale, le Conseil ordonne que le montant de ces frais s'élevant à la somme de 1335 livres 13 sols sera imposé sur la commune de Curvalle sur le territoire de laquelle Cassaing, prêtre réfractaire, a été arrêté. — Le 29, le Conseil règle le mode d'exécution de l'arrêté de Paganel l'autorisant à envoyer deux commissaires dans le district de Foix acheter des menus grains destinés à l'approvisionnement du département qui ne possède des subsistances que pour deux mois ; — Bouissou, ci-devant curé de Puycelci est condamné à être déporté sur la côte ouest de l'Afrique (entre le 23e et le 28e degré) ; — le bureau des Établissements publics est chargé de la rédaction d'un mémoire sur la situation du département, afin d'obtenir du Comité des Subsistances les secours nécessaires ; — embarras du Conseil relativement à la répartition de la taxe révolutionnaire de deux millions imposée sur les gens riches et les agioteurs ; — le Comité révolutionnaire destitue Madière de ses fonctions de membre du Directoire et nomme à sa place Dessonville, de Gaillac, qui est immédiatement installé ; — les représentants du peuple Fabre et Gaston dispensent de la réquisition de la levée en masse les professeurs et membres du collège de Sorèze ; — lecture de divers arrêtés des mêmes représentants relatifs aux fourrages, aux vivres, à l'équipement, habillement, etc. De l'armée ; — le Conseil demande aux districts, en vue de l'établissement de la taxe révolutionnaire, la liste des personnes désignées par l'opinion publique pour avoir fait l'agiotage sur les assignats. $ Le 1er frimaire, exécution de la réquisition de grains établie au profit du département du Tarn sur celui de la Haute-Garonne. — Le 2, le Conseil décide d'envoyer à Toulouse, au représentant Bentabole qui vient d'ordonner une réquisitionne tableau de tout ce qui a été déjà fourni par le département dont les ressources sont telles qu'il ne pourra bientôt plus conserver les animaux destinés à l'agriculture faute de pouvoir les nourrir ; — le ministre protestant Duprat, membre du Comité révolutionnaire de Castres, et le procureur général syndic Martel, ancien curé de Mazamet, marié, abjurent leurs croyances religieuses. — Le 5, Carrière, curé de Castres, renonce à ses fonctions sacerdotales ; — Bonnet, curé do Saint-Hypolite, fait la même abdication ; — le Conseil arrête que le bataillon le Vengeur prêtera le serment de ne déposer les armes qu'après la reddition de Toulon. — Le 6, une somme de 6000 livres est accordée à ce corps pour subvenir à ses premiers besoins ; — lecture et transcription sur le procès-verbal d'une lettre d'Enjalbert, curé de Sémalens, par laquelle il abdique ses fonctions et remet ses lettres de prêtrise ; — pour prévenir les abus qui auraient pour conséquence de priver les municipalités des bestiaux nécessaires à l'agriculture ou à la reproduction, le Conseil réglemente les achats d'animaux gras à faire par Laure, père et fils, pour les armées d'Italie et des Pyrénées. — Le 7 et le 8 frimaire, Boux (Jean-Antoine), curé de Puylaurens, Laran (Jean-Pierre), curé de Saint-Germain, Bastide (Honoré), curé de Campans, Larroque, ministre protestant à Castres, Maraval, vicaire de Notre-Dame de la Plate à Castres et Séguis, curé de Viviers-les-Montagnes, déposent leurs lettres de prêtrise. — Le 9, le Conseil envoie à la Convention, au Comité de Salut public et aux Représentants du peuple une adresse leur annonçant le départ (le 7 courant) du bataillon le Vengeur. — Le 12, le Comité révolutionnaire transmet à l'Administration les lettres de prêtrise de Joseph Sers, de Castres, curé de Carlus, qui a abdiqué ses fonctions devant la municipalité ; — lecture de divers arrêtés du représentant du peuple près l'armée des Pyrénées relatifs aux subsistances, à l'habillement des troupes et à la loi du maximum ; — en exécution de l'un de ces arrêtés, le Conseil établit à Castres, Albi, Lavaur et Gaillac des ateliers pour la confection de l'habillement. — Le 13, Siguier et Chipoulet, d'Albi, sont chargés par Muguet, commissaire des Poudres et Salpêtres, de former un atelier de Salpêtre dans celle ville ; — prélèvement de 1500 setiers de blé sur la réserve destinée à l'approvisionnement des armées pour être mis à la disposition de Sancerre, régisseur général des hôpitaux de l'armée des Pyrénées-Orientales ; — une somme de 40000 livres est mise à la disposition des commissaires envoyés dans les districts de Villefranche et de Revel pour acheter du millet ; — Gayrard (Philippe), curé de Saint-Jacques de Castres, Galaup (Jean-Baptiste). Ancien cordelier résidant à Castres et Monjeauze (Jacques), curé de Saint-Étienne-de-Cahuzac (Castres), abdiquent leurs fonctions ; — arrêté du représentant du peuple près l'armée des Pyrénées-Orientales qui prononce la peine de mort contre les individus qui n'obéiraient pas aux réquisitions des autorités constituées ; — le Conseil, « considérant que l'instruction publique est la « base fondamentale du Gouvernement républicain que la Nation française vient d'adopter, mais pour que cette instruction soit répandue avec fruit, il est essentiel de faire le choix de bons maîtres capables non seulement de l'enseignement, mais encore de faire germer dans l'âme de leurs élèves la fierté et les vertus républicaines » rapporte tous les arrêtés rendus sur l'organisation du collège de Castres et nomme les citoyens suivants pour remplir les fonctions de professeurs : Carrière, principal ; Salvayre, professeur de philosophie ; Duprat, professeur d'éloquence, d'histoire et de géographie ; Rodière, professeur d'humanité et d'éléments de géographie ancienne et moderne ; Bonhomme, professeur de troisième ; Pradiès, professeur de quatrième et leur accorde un traitement annuel de 1200 livres. — Le 14, les entrepreneurs des culottes de peaux destinées aux armées sont autorisés à réquisitionner dans le département toutes les peaux de chamois nécessaires à leur entreprise. — Le 16, lecture de divers arrêtés des représentants du peuple relatifs à l'approvisionnement de fourrages pour l'armée ; — la Société populaire demande qu'une compagnie de canonniers soit organisée à Castres. — Le 17, des commissaires du district, de la municipalité, du Comité révolutionnaire et de la Société populaire de Castres assistent à la séance : examen des plans d'un Autel à la Patrie à élever dans cette ville, en vertu d'un décret de la Convention, pour effacer l'insulte faite à l'Arbre de la Liberté ; — l'Assemblée demande aux ingénieurs qui ont concouru à ces divers plans de présenter un dernier projet. — Le 19, à la suite d'une nouvelle réquisition de foin et de paille par Bentabole, représentant du peuple à Toulouse, un membre, rappelant diverses réquisitions dont le département a été frappé, constate l'impossibilité de satisfaire à cette dernière, les fourrages conservés dans les dépôts étant destinés à l'armée des Pyrénées-Orientales et à la nourriture des bestiaux employés à l'agriculture ; — le district de Gaillac est chargé de lever dans les communes de son ressort 575 setiers de blé pour la ville de Toulouse. — Le 21, une députation de la Société populaire de Castres demande que l'Administration s'occupe de la construction du pont de Saïx et des ponts demandés par la municipalité de Rabastens, l'un en face de cette ville sur le Tarn et l'autre, sur l'Agoût, à Saint-Sulpice ; — Bonnafous (Paul-Jacques-Jean) Batailler (Jean, ) Popy (Blaise), prêtres de Castres et Blanc (Jean-Jacques), curé du district de Gaillac, abdiquent leurs fonctions ; — adresse du Conseil à la Convention et au Comité de Salut public sur le « triomphe de la Raison sur le Fanatisme et la Superstition » ; — la municipalité de Sémalens est mise en démeure de faire partir immédiatement les hommes destinés aux bataillons des Chasseurs du Tarn et le Vengeur ; — lecture de divers arrêtés des représentants du peuple relatifs aux distributions de vivres à faire aux citoyens composant l'armée, au régime des hôpitaux militaires, etc. ; — nomination de commissaires chargés de faire la levée des chemises requises des citoyens qui ne se trouvent pas aux armées et faisant partie de la catégorie désignée par les arrêtés des représentants du peuple. — Le 22, le Conseil dénonce au représentant Paganel la commune de Revel qui n'a pas voulu livrer son contingent de millet au profit du département ; — instruction relative aux dettes de la Nation, à la liquidation et à -la consolidation de la dette publique. — Le 23, nomination d'une commission chargée de procéder au recensement des grains dans les districts de Castres, Albi et Lavaur, opération déjà faite dans les autres districts ; — le Conseil autorise l'élargissement d'Azaïs, père, de Lacaune, détenu comme fanatique dangereux et son transfert dans ladite ville où il sera placé sous la surveillance de la municipalité ; — l'hôpital Saint-André de Gaillac demande une indemnité de 16156 livres, 18 sols, 6 deniers à cause des pertes qu'il a éprouvées lors de la suppression au profit de la Nation des dîmes et biens dont il jouissait ; celte requête est transmise au ministre de l'Intérieur. — Le 24, le Comité de Salut public nomme Desbordelières inspecteur des dépôts de cavalerie établis à Castres ; — Cavaillé, prêtre à Lisle, abdique ses fonctions et envoie ses lettres de prêtrise ; — mise en réquisition de tous les coutils existant dans les districts et de 145 cannes de toile pour la confection de tentes ; — le Conseil arrête qu'à l'avenir les certificats de civisme seront inscrits sur un registre spécial qui fera foi de la délivrance du visa par l'Administration. — Le 26, mise en réquisition de toutes les toiles de coton et autres ; — plan d'organisation de l'Administration des deux hôpitaux de Castres ; — nomination et envoi à Revel de deux commissaires chargés d'assurer la livraison et le transport du millet requis sur ce district. — Le 27, sur la demande du district de Castres, le Conseil autorise diverses communes voisines de Revel à retirer directement dans cette ville le millet qui leur est destiné, afin d'économiser les frais de transport ; — indemnités accordées pour l'établissement des routes de Cordes à Laguépie et d'Albi à Toulouse dans le district de Gaillac ; — le Conseil ordonne l'envoi à l'accusateur public d'une lettre du maire de Cordes et de diverses pièces relatives à l'arrestation de Costecaude, ci-devant archidiacre de Mirepoix, du prêtre Amagat, dit Campagnac, de sa sœur et de Belotte Belaval qui les cachait depuis treize mois ; — remboursement et échange des billets de confiance retirés de la circulation ; — la commune de Cordes met à la disposition de l'Administration l'argenterie qui lui appartient ; — mise en réquisition et envoi à Perpignan de tout le papier propre à faire des cartouches pour l'infanterie. — Le 28, sur la plainte du maire de Lisle, le Conseil envoie dans cette ville deux commissaires pour rétablir la discipline dans la maison de détention et aviser au maintien de la tranquillité publique ; — la suspension des séances du Comité révolutionnaire étant mise à profit par la malveillance pour arrêter la marche de l'esprit public, le Conseil invite la Société populaire de Castres à prévenir toute fausse interprétation. — Le 29, lecture d'une adresse des représentants du peuple près l'armée des Pyrénées-Orientales relative à la perte des positions de Villelongue et du Mas-de-Laserra, le Conseil décide de faire connaître aux représentants les ressources dont dispose encore le département ; — une députation de la Société populaire demande qu'il soit pris des mesures énergiques pour porter secours à l'armée des Pyrénées. — Le 30, l'inspecteur des dépôts de cavalerie met en réquisition les objets nécessaires pour armer et équiper les hommes des dépôts de chasseurs et de hussards qui doivent partir pour Perpignan ; — tableau contenant la nouvelle organisation des bureaux de l'Administration, avec le nom des secrétaires et leur traitement. $ Le 1er nivôse, nomination de commissaires à l'effet de vérifier et d'arrêter les comptes relatifs aux fournitures d'habillement et d'équipement et à la levée de différents détachements. — Le 4, le Conseil atteste l'innocence de Balard, administrateur destitué et détenu. — Table alphabétique des décisions et arrêtés contenus dans le registre.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 459 feuillets.
Directoire retour
L 851790-1791
Délibérations du Directoire du Département. — Le 4 août, réunion dans une salle du Couvent des Capucins, à Castres, de MM. Rabaud, Bafiniac, de Lastours, Rivals, Martin, Carrère, Gisbert, Descolis, Cousin, Jalbert, Foulquier fils, Sancerre, Bosviel de Lagoutine, de Lafargue, Lacombe-Saint-Michel, Hue de Puechméjé, Gâches, Campmas, Escande-Lajineste, Larroque de Labécède, Caraven de Lavalette, Albergne, Calmés, Jougla, Pinel de Castelle, Bernard de Cadapau, Rolland de Villette, Pastre, Vialas, Maignial, Abrial, Gorse, Cahours, Solomiac de Farinières et Lémozy d'Aurel, (Ramière, absent), administrateurs du département pour l'élection des membres du Directoire du département ; — discours du procureur général syndic ; — l'assemblée jure d'être fidèle à la Nation, à la Loi et au Roi et de maintenir de tout son pouvoir la Constitution ; — sont élus : de Lastours, président, Azaïs-Houlés (de Castres), secrétaire ; Bosviel-Lagoutine, Lacombe-Saint-Michel, Gisbert et Foulquier, membres du Directoire. — Le 5, nomination de Jalbert, Solomiac, Escande-Lajineste et Rivais, membres restant à élire ; de Foulquier, procureur général syndic suppléant ; de Gorse et Descolis, liquidateurs des affaires générales de la Province ; de Lafargue, Martin, Hue de Puechmégé et Larroque-Labécède, commissaires chargés de recevoir les comptes dressés par les précédents ; — remise de la carte et du procès-verbal de délimitation du département du Tarn par Sancerre l'un des commissaires du Roi près le Département. — Laroque, commandant de la garde nationale de Sorèze, député du district de Castres à la Fédération générale de Paris du 14 juillet, remet au Directoire la bannière destinée au département. — Le 17, Lacombe-Saint-Michel est élu vice-président. — Le 20, proclamation du Directoire invitant les citoyens à obéir aux décrets de l'Assemblée nationale et à respecter les propriétés. — Le 24, Jalbert est chargé de vérifier les dégradations commises dans la forêt de Cayroulet signalées par la municipalité d'Escoussens. — Le 31, enregistrement de divers décrets de l'Assemblée nationale. (Le présent registre et les suivants renferment les mentions très nombreuses de l'enregistrement des lois adressées au département : on n'a pas cru utile de les signaler dans l'Inventaire. )
Le 2 septembre, le Directoire, considérant que les religieux mendiants ne pourront recevoir le traitement que la loi leur accorde qu'à partir de janvier prochain, autorise les Capucins de Castres à recourir, comme par le passé, à la charité des fidèles et les place sous la protection particulière des municipalités. — Le 3, division du Directoire en quatre bureaux qui ont pour attributions : le 1er les objets constitutionnels et finances ; le 2e, les droits féodaux, domaines, bois et généralement l'entretien des biens nationaux ; le 3e l'aliénation de ces mêmes biens ; le 4e, l'agriculture, le commerce, les chemins, routes, canaux, le dessèchement des marais, la mendicité, les hôpitaux et les prisons ; — arrêté portant suppression des anciennes administrations et ordonnant que leurs archives seront remises entre les mains des commissaires nommés par les directoires des districts. — Le 9, rapport de Jalbert sur les dégâts commis dans la forêt de Cayroulet. — Le 10, nomination d'une commission chargée d'étudier sur les lieux la demande de la municipalité de Roquecourbe relative à la direction à donner au chemin de Castres à Labessonnié. — Le 12, le Directoire invite les gardes nationales du département à se réunir à Castres le 26 courant pour y renouveler la Fête de la Fédération. — Le 14, instruction sur le service des étapes. — Le 20, Carles, maire de Castres, Barrau et Périé, officiers municipaux, invitent au nom de la municipalité, le Directoire à assister à la cérémonie de la Fédération. — Le 21, rapport de Lacombe-Saint-Michel sur le tracé du chemin de Castres à Labessonnié ; — le Directoire ordonne que l'instruction qui lui a été adressée par le Roi le 13 courant sera déposée dans les archives du département. — Le 24, procès-verbal de la cérémonie de la Fédération des gardes nationales du département célébrée à Castres. — Le 29, Gorsse est délégué pour représenter le département à la mise sous scellés des papiers provenant de l'administration de l'ancienne province de Languedoc séante à Montpellier.
Le 2 octobre, rapport de Lacombe-Saint-Michel sur les réparations à faire au chemin de Castres à Lavaur. — Le 4, annulation des élections des commissaires vérificateurs des comptes des collecteurs faites par les commissions secondaires. — Le 17, le Directoire suspend l'élection des juges de paix du département jusqu'après la formation des tribunaux de districts. — Le 18, le décret sur la constitution civile du clergé est notifié au cardinal de Bernis, archevêque d'Albi, par le procureur général syndic. — Le 22, l'état des droits féodaux supprimés dans le département est envoyé à toutes les municipalités pour être vérifié. — Le 23, mode de recouvrement de la contribution patriotique. — Le 29, proclamation relative à la répression de la contrebande.
Le 3 novembre, sur le refus de divers curés de la ville d'Albi de lire au prône le décret du 24 août 1790 sur la constitution civile du clergé, il est ordonné aux curés, vicaires et desservants du département de se conformer au décret du 26 février dernier qui leur ordonne de donner lecture de tous les décrets sanctionnés ou acceptés par le Roi. — Le 6, Escande, Jalbert et Gisbert sont élus membres du Comité chargé provisoirement du contentieux en attendant la nomination des juges du district.
Le 31 décembre, le Directoire ordonne que la lettre de l'évêque de Soissons qui attaque l'organisation civile du clergé et la réponse de l'abbé Nusse, curé de Chavignon, qui la réfute, seront imprimées et distribuées dans tout le département.
Le 4 janvier 1791, nomination d'une commission chargée de tracer les limites entre ce département et celui de l'Aude sur le territoire des communes d'Arfons et de Saissac et dans la forêt de Ramondens ; — Baffiniac, administrateur du département, est chargé de la vente des biens nationaux dans le district de Lacaune. — Le 11, le Directoire arrête définitivement la direction à donner au chemin de Cordes à Saint-Antonin. — Le 27, instructions sur le mode de recouvrement de l'imposition des biens privilégiés pendant les six derniers mois de 1789 et l'année 1790, — avis aux curés, vicaires et religieux faisant les fonctions de vicaires, au sujet des doubles services ou bis ; — le Directoire demande au ministre de la Guerre que le congé de Lacombe-Saint Michel, officier d'artillerie, soit prolongé afin que ce citoyen qui remplit dans l'assemblée les fonctions de vice-président ne quitte pas le département au moment où sa présence y est le plus nécessaire.
Le 7 février, le coadjuteur de l'archevêque d'Albi est requis de prêter le serment prescrit par la loi du 26 décembre dernier. — Le 15, convocation du corps électoral pour l'élection de l'évêque du département. — Le 18, un attroupement de femmes envahit la salle des séances du Directoire : elles ne veulent pas que le curé de la paroisse de Saint-Jacques-de-Villegoudou prête le serment ; la garde nationale dissipe le rassemblement. — Le 19, à la suite des incidents de la veille, le Directoire déclare qu'il maintiendra dans son intégrité la religion catholique et il exhorte les citoyens à respecter la loi relative au culte. — Le 22, les hommes habitant la rue Sainte-Foy, paroisse de Saint-Jacques-de-Villegoudou, protestent contre l'attroupement des femmes du quartier du 18 et déclarent être étrangers à cet événement.
Le 1er mars, le Directoire fixe les chemins à ouvrir dans la forêt de Grésigne. — Le 3, les Capucins de Castres qui ont déclaré vouloir renoncer à la vie commune sont mis en demeure de quitter le couvent dans un délai de huit jours, les autres devront dans le même délai se retirer dans la maison de Lavaur. — Le 11, le Directoire ordonne que de Royère, évêque de Castres, sera traduit devant les tribunaux pour y être poursuivi comme rebelle à la loi et comme perturbateur de l'ordre et du repos publics. — Le 12, l'indemnité de voyage et de séjour accordée aux députés d'Albi, de Castres et de Gaillac à la fédération générale de Paris est fixée à 252 livres pour chacun. — Le 14, un traitement de 3 livres par jour est alloué aux électeurs réunis à Castres pour l'élection de l'évêque du département. — Le 17, Rivals et Lacombe-Saint-Michel accompagnés d'un détachement de la garde nationale et de dragons sont envoyés dans le district de Lacaune pour y rétablir l'ordre. — Le 23, ces commissaires rendent compte de leur mandat après avoir rempli leur mission ; — un corps de troupes de ligne est demandé au ministre de la Guerre afin de faciliter à l'Administration les moyens de maintenir la tranquillité, — Le 25, il est ordonné aux religieux qui ont déclaré vouloir continuer la vie commune de se retirer dans les maisons qui leur ont été indiquées ; — état nominatif de tous ces religieux et désignation des maisons où ils doivent se rendre. — Le 26, instructions relatives à l'exécution des travaux de charité pour lesquels une somme de 80000 livres a été accordée par l'Assemblée nationale.
Le 1er avril, installation des ateliers de charité et nomination des commissaires chargés de leur surveillance ; — instruction pour l'entretien des chemins vicinaux. — Le 7, le bureau de l'enregistrement de Montredon est supprimé et réuni à celui de Réalmont. — Le 9, nouvelle instruction relative aux chemins vicinaux. — Le 10, le Directoire arrête que le lendemain une messe solennelle sera célébrée dans l'église paroissiale de Castres en mémoire de Mirabeau. — Le 20, la ville de Lisle est placée dans le ressort du bureau d'enregistrement de Gaillac.
Le 2 mai, adresse au Roi pour le solliciter d'éloigner les personnes antipatriotiques qui l'entourent. — Le 3, les électeurs du district d'Albi sont convoqués pour le dimanche 15 afin de procéder au remplacement des curés qui n'ont pas obéi à la loi du serment. — Le 8, nomination des officiers de gendarmerie : Teissier, capitaine, Caustecaude, Raissiguier, Compayre-Laprune et Bonnet, lieutenants ; Carayon, secrétaire-greffier. — Le 9, les notaires de Lautrec sont autorisés à faire enregistrer leurs actes au bureau de Réalmont. — Le 13, nomination des sous-officiers de la gendarmerie nationale. — Le 16, Foulquier est envoyé à Cordes pour y rétablir la tranquillité. — Le 18, Gourssac, sous-officier de gendarmerie, est nommé lieutenant à la place de Raissiguier, démissionnaire ; — les électeurs du district de Gaillac sont convoqués pour le dimanche 29 pour le remplacement des curés réfractaires à la loi du serment. — Le 19, le Directoire dénonce à l'Assemblée nationale une lettre du coadjuteur d'Albi, archevêque de Damas, et une lettre pastorale du cardinal de Remis, archevêque d'Albi ; il demande que les auteurs de ces écrits soient poursuivis et que le traitement du coadjuteur soit suspendu ; — le prix de la journée de travail est fixée à 15 sols. — Table alphabétique des matières.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 136 feuillets.
L 861791
Délibérations du Directoire du Département. — Le 28 mai, les électeurs du district de Lavaur sont convoqués pour le dimanche 5 juin afin de pourvoir au remplacement des curés réfractaires à la loi du serment.
Le 1er juin, instruction sur la manière d'opérer la compensation de la moitié des décimes payés par les ecclésiastiques avec leurs cotisations dans les rôles de supplément d'impositions établies sur leurs biens ci-devant privilégiés. — Le 3, règlement sur les obligations imposées aux cantonniers. — Le 4, nomination de quarante-un gendarmes à la résidence de Castres. — Le 15, le ministre de l'Intérieur annonce l'envoi d'une somme de 54925 livres pour acquitter les dépenses des tribunaux et celles de l'Administration pendant les deux premiers trimestres. — Le 17, Jean-Antoine de Castellane, évêque de Lavaur, est dénoncé à l'accusateur public comme réfractaire aux lois ; — annulation de l'arrêté du Directoire du district d'Albi qui accorde à ce canton une section de plus pour les assemblées primaires ; — le Directoire déclare « qu'il regardera comme ennemis de la Constitution et du bien public, tous ceux dont l'intolérance tendrait à troubler le libre exercice de tous les cultes admis par la loi. » — Le 25, les habitants de St-Jean-de-Magreperbeyre se plaignent de leur curé Azaïs qui, le jour de la Fête-Dieu s'est fait escorter d'une troupe armée pour célébrer l'office divin ; — il est défendu à tous les citoyens de s'éloigner à plus de trois lieues de leur domicile ordinaire sans une permission de la municipalité et à tous ceux qui ne sont pas inscrits sur les registres de la garde nationale de porter l'uniforme ; — formule du serment à prêter par les gardes nationales et les divers corps de troupes. — Le 30, les officiers municipaux de Prades dénoncent leur ancien curé, Malpel, comme réfractaire à la loi ; — les électeurs du district de Castres sont convoqués pour lé dimanche 10 juillet afin de remplacer les curés réfractaires à la loi du serment.
Le 2 juillet, Malpel, ancien curé de Prades, est dénoncé à l'accusateur public comme perturbateur de la tranquillité publique. — Le 6, le Directoire ordonne une enquête contre les auteurs des troubles survenus dans la commune de Caylus (Rouaïroux) au sujet de la possession de divers terrains jouis par les pauvres. — Le 9, les Cordeliers d'Albi sont mis en demeure de se retirer dans un délai de huit jours dans la maison des Augustins de Lisle ; — Marturé, commis de l'Administration est chargé de la conservation des Archives du département ; — état du personnel des bureaux du Directoire. — Le 11, instructions pour la distribution des armes remises aux municipalités. — Le 14, anniversaire de la Fédération des Français : tous les corps constitués de Castres assistent à la prestation de serment du 18e régiment des dragons du Roi en garnison dans cette ville. — Le 15, rapport de l'ingénieur Dodun sur les réparations à faire au chemin de Cordes à Laguépie. — Le 19, Larroque et Rivals sont envoyés à Sorèze pour recevoir le serment des professeurs de l'école. — Le 26, le Directoire déclare qu'il est décidé à soutenir de tout son pouvoir la Constitution et à ne pas se séparer de l'Assemblée nationale ; il engage tous les Corps administratifs, municipaux et judiciaires et les Sociétés des amis de la Constitution à réunir leur adhésion particulière à l'adhésion publique et solennelle qu'il se propose d'adresser à la dite Assemblée. — Le 29, prestation de serment des invalides formant la garnison du château de Ferrières.
Le 2 août, Pascal-Saint-Julien, curé de St-Salvy-de-Coutins est expulsé du département. — Le 5, le Directoire arrête que les chapelles des couvents de religieuses ne devront servir qu'à l'usage particulier des maisons, qu'elles ne seront en aucun cas ouvertes au public et qu'aucune fonction ecclésiastique ne pourra y être exercée ; — les Augustins de Lisle qui ont déclaré vouloir continuer la vie commune sont mis en demeure de se retirer dans un délai de huit jours dans le département d'Eure-et-Loire. — Le 9, Foulquier rend compte des mesures prises pour mettre fin aux troubles de Puylaurens. — Le 11, il est ordonné à Noyer, ancien curé de cette ville, de se retirer à Albi ou de quitter le département — Le 20, les prêtres cathédrans de Puylaurens non assermentés sont autorisés à célébrer la messe dans toute église après entente avec le curé. — Le 28, la date du tirage au sort pour le renouvellement de la moitié des membres des Administrations de département et de districts est fixée au 1er septembre ; — rapport et arrêté sur le nombre, la composition et la résidence des brigades de gendarmerie du département.
Le 1er septembre, procès-verbal du tirage au sort pour le renouvellement par moitié des membres du Directoire et du Conseil du département ; — liste nominative des membres à remplacer :
MM. Lacombe membre du Directoire
MM. Larroque membre du Directoire
MM. Solomiac membre du Directoire
MM. Jalbert membre du Directoire
MM. Albergne membre du Conseil
MM. Sancerre membre du Conseil
MM. Abrial membre du Conseil
MM. Rabaud membre du Conseil
MM. Dor membre du Conseil
MM. Ramière membre du Conseil
MM. Carrère membre du Conseil
MM. Descolis membre du Conseil
MM. Campmas membre du Conseil
MM. Escande-Lagineste membre du Conseil
MM. Calmés membre du Conseil
MM. Vialas membre du Conseil
MM. Maignial membre du Conseil
MM. Cahours membre du Conseil
Liste des membres restant en exercice :
Directoire du département :
MM. Gisbert du district d'Albi
MM. Foulquier du district d'Albi
MM. Rivals du district de Castres
MM. Jougla du district de Castres
Conseil du département :
MM. Baffiniac du district de Lacaune
MM. Pastré du district de Lacaune
MM. Huc de Puechmégé du district de Lavaur
MM. Martin du district de Lavaur
MM. Lafargue du district de Lavaur
MM. Pinel du district de Lavaur
MM. Cousin du district de Gaillac
MM. Rolland-Vilète du district de Gaillac
MM. Lemozy du district de Gaillac
MM. Bosviel-Lagoutine du district de Castres
MM. Caraven-Lavalette du district de Castres
MM. Gaches du district d'Albi
MM. Bernard de Cadapeau du district d'Albi
MM. Gorsse du district d'Albi
Le 2, il est ordonné à Papailhou, ancien curé de Saint-Pierre d'Illiergues (Curvalle) et à Cros, curé de Boissezon-de-Matviel (Murat) de s'éloigner à quatre lieues de leur paroisse. — Le 14, un ordre semblable est donné à Routoulp, curé d'Alban. — Le 16, deux usiniers de Ferrières sont autorisés à échanger à la Trésorerie nationale de gros assignats contre des assignats de 5 livres afin de pouvoir acquitter le salaire de leurs ouvriers. — Le 21, il est enjoint à Barthès, ancien curé du Vintrou, et à Grasset, vicaire de Lacaune, d'aller fixer leur résidence à quatre lieues de ces paroisses ; — il est défendu de célébrer la messe dans les églises non désignées pour le service public. — Le 22, le Directoire arrête que les fondations établies dans les anciennes paroisses de la ville d'Albi incorporées à celle de Sainte-Cécile seront acquittées par le curé et les vicaires de cette église et que ces réunions de paroisses n'ont point éteint le droit qu'avaient les prêtres consorcistes pour l'acquit des fondations et la perception des honoraires qui y étaient attachés. — Le 24, trois proclamations de la municipalité de Lisle, conçues dans un esprit d'intolérance capable de susciter de graves désordres, sont annulées comme portant atteinte à la liberté du culte et des opinions religieuses ; — Azaïs, curé de St-Jean-de-Magreperbeyres est dénoncé à l'accusateur public ; — Grasset, vicaire de Lacaune, expulsé de cette ville, est arrêté et conduit au château de Ferrières. — Le 26, Foulquier est délégué pour accompagner, à l'hôtel des Monnaies de Toulouse 330 marcs et demi d'argenterie provenant des églises des districts d'Albi et de Castres ; — Martin, administrateur, est adjoint au Directoire. — Le 28, à la suite de l'incendie du presbytère de St-Pierre-d'Illiergues par les habitants de la paroisse, Nespoulous, curé, est autorisé à fixer sa résidence où bon lui semblera, à la charge par lui de faire le service dans l'église de St-Jacques-de-Montredon. — Le 29, Grollier, ancien curé de Roquecourbe, habitant à Labessonnié, est expulsé du département.
Le 6 octobre, Pinel et Rolland, administrateurs, sont adjoints au Directoire. — Le 12, sur la demande de la municipalité de Graulhet, l'église servant anciennement de paroisse et celle de St-Projet sont ouvertes à l'exercice du culte. — Du 13 au 16, le procureur général syndic rappelle les excès commis sur divers points du département, notamment à Puylaurens, Lautrec et Mandoul, au sujet du payement de la dîme et autres impositions par les fermiers : il demande que les auteurs de ces troubles soient traduits devant le tribunal du dictrict de Castres ; un détachement, accompagné de ce fonctionnaire, est envoyé dans les paroisses de Saint-Martial-de-Camarens et de Campans et dans les paroisses voisines pour y rétablir l'ordre et y procéder à l'arrestation des perturbateurs. — Le 17, les professeurs du collège de Castres n'ayant pas prêté serment sont relevés de leurs fonctions et remplacés par l'abbé Fabre, supérieur, l'abbé Salvaire (philosophie), Rodière, Bonhomme, Sepet, Pradier (de Revel), Debrus (d'Albi) et Stival (de Sorèze), professeurs ; — le Directoire fixe à 906 livres, 1 s. 6 d. les frais de déplacement à payer aux gardes nationales qui ont contribué à rétablir l'ordre dans les paroisses de Saint-Martial-de-Camarens et autres ; — rapport du procureur général syndic sur l'établissement et la répartition des contributions foncières et mobilières de 1791 et sur les dépenses à la charge exclusive du département ; ces impositions sont réparties par district de la manière suivante :
Castres : cont. Foncière 822714 livres, 18 sous, 6 deniers
Castres : cont. Mobilière 184280 livres, 1 sous, 8 deniers
Albi : cont. Foncière 782081 livres, 0 sous, 7 deniers
Albi : cont. Mobilière 195904 livres, 5 sous, 11 deniers
Gaillac : cont. Foncière 681143 livres, 10 sous, 11 deniers
Gaillac : cont. Mobilière 193035 livres, 4 sous, 9 deniers
Lavaur : cont. Foncière 691520 livres, 18 sous, 10 deniers
Lavaur : cont. Mobilière 117749 livres, 18 sous, 4 deniers
Lacaune : cont. Foncière 256092 livres, 15 sous, 11 deniers
Lacaune : cont. Mobilière 65298 livres, 13 sous, 6 deniers
Total : 3989821 livres, 8 sous, 11 deniers
Dépenses à la charge du département :
1. Travaux publics : 380000 l.
2. Agriculture, Commerce, Arts et Manufactures. : 1600 l.
3. Secours d’humanité : 44500 l.
4. Dépenses du Tribunal criminel : »
5. Frais d'administration : 136425 l. 15 s. 6 d.
6. Dépenses imprévues : 25 l.
Total : 587525 l. 15 s. 6 d.
Le 25, de Solages dépose aux Archives du département un état de renseignements sur les mines de charbon de Carmaux dont il est concessionnaire duquel il résulte : 1° que la concession comprend une superficie d'une lieue de rayon ; 2° que cent ouvriers environ sont employés à l'exploitation ; 3° qu'il est extrait par mois de mille à douze cents barriques de charbon (chaque barrique contient onze pieds cubes ou 32 combles, mesure d'Albi) ; 4° que la consommation dudit charbon se fait dans les départements du Tarn, de la Haute-Garonne, de l'Aveyron, du Lot, de l'Ariège, de l'Aude et du Gers et surtout dans la ville de Gaillac où il est embarqué sur le Tarn pour Bordeaux ; 5° que le prix est de 7 sols 6 deniers le comble pris sur les lieux. — Le 29, de Montesquiou nommé commandant de la 9e division militaire, dont le Tarn fait partie, transmet au Directoire une copie de ses pouvoirs de lieutenant-général.
Le 12 novembre, le Directoire arrête les dépenses à la charge des districts pour 1791 de la manière suivante :
District de Castres : 51685 livres, 4 sous et » deniers
District d'Albi : 52769 livres, 2 sous et 10 deniers
District de Gaillac : 52289 livres, 6 sous et 7 deniers
District de Lavaur : 45010 livres, 15 sous et 1 denier
District de Lacaune : 34724 livres, 11 sous et » denier
Le 14, rapport du procureur général syndic sur l'organisation de la gendarmerie. — Le 22, création de quatre nouveaux bureaux sous les dénominations de bureau de l'Intérieur, des Finances, de l'Extraordinaire et de la Guerre et Marine et fixation de leurs attributions.
Le 1er décembre, le Directoire arrête que les comptes des collecteurs pour l'exercice 1790 seront vérifiés et clôturés par les commissaires auditeurs des districts. — Le 6, sur la demande des officiers municipaux du Bez et de Brassac, des détachements de la garde nationale de Mazamet et de Labruguière et trois brigades de gendarmerie sont envoyés pour rétablir l'ordre dans le pays. — Le 7, Devassau est nommé visiteur principal des rôles. — Table alphabétique des matières.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 137 feuillets.
L 871791-1792
Délibérations du Directoire du Département. — Le 21 décembre, liquidation du traitement des membres sortants du Directoire pour le quatrième trimestre de 1791. — Le 27, les communes de Fraissines, Cadix, Assac, Saint-Pierre-de-Lasserre, Saint-Michel, Faussergues, Castelgarric, Lédas, Pinet, Tels et Saint-Julien sont détachées des bureaux d'enregistrement du Fraysse et de Pampelonne et réunies à celui de Valence. — Le 28, Meyer est élu vice-président. — Le 31, liquidation du traitement des membres du Directoire pour le trimestre d'octobre. — Le 26, le Directoire délègue aux tribunaux des districts le droit de désigner le juge qui doit être pris dans leur sein pour composer le tribunal criminel et il détermine le tour à établir entre eux pour les délégations futures.
Le 12 janvier 1792, il est rappelé que toutes les sommes stipulées par acte public payables en espèces peuvent être acquittées en assignats. — Le 13, Laquerbe, curé de Sénégats, et Martin, procuré de Saint-Pierre-de-Trévisy, instigateurs des attentats commis contre Babau, curé constitutionnel, sont expulsés de ces paroisses. — Le 14, la mise en adjudication des travaux de construction du chemin d'Albi à Tanus est autorisée ; — le Directoire détermine le mode de recouvrement des contributions foncières et mobilières dans les municipalités où les rôles n'auraient pas encore été rendus exécutoires. — Le 19, il est enjoint à Massabian, ancien curé de Vielmur, qui n'a cessé de soulever la population contre Ségui nouveau curé, de s'éloigner à quatre lieues de cette ville ; — le Directoire informé du désaccord qui existe entre les autorités constituées établies dans la ville de Lacaune invite « le Directoire de ce district, la municipalité et tous les citoyens à oublier tous les sujets de mésintelligence qui peuvent avoir existé entre eux, à bannir de leurs démarches tout esprit de passion, à faire respecter tous agents de l'administration surtout dans l'exercice de leurs fonctions et notamment les ministres du culte salarié par l'État. » — Le 20, le Directoire espère qu'il lui suffira de rappeler aux citoyens de Vénés et de Giroussens, leurs devoirs et à ces municipalités, leurs obligations, pour ramener le calme et l'union dans ces deux localités. — Le 24, une indemnité proportionnée aux pertes essuyées par le département sur ses récoltes de 1790 et 1791 est demandée à l'Assemblée nationale ; ces pertes se répartissent de la manière suivante :
District de Castres : 185309 livres, 2 sous et 5 deniers
District d'Albi : 180180 livres, 17 sous et 4 deniers
District de Gaillac : 145202 livres, 6 sous et »
District de Lacaune : 920 livres, » et »
District de Lavaur : 195947 livres, 13 sous et 4 deniers
Total : 707559 livres, 19 sous et 13 deniers
Le 25, Gisbert est envoyé à Cordes pour y rétablir l'ordre et la tranquillité. — Le 31, Couchet pour le district de Castres, Gaches pour celui d'Albi, Dessonville pour celui de Gaillac, Armengaud pour celui de Lavaur et Rabaud pour celui de Lacaune, sont désignés pour suppléer le procureur général syndic dans les ventes des biens patrimoniaux des communes ; — enregistrement des lettres de service d'Yzarn, commissaire ordinaire des Guerres à Castres.
Le 1er février, une indemnité de 30 sols par jour est accordée aux témoins assignés devant les tribunaux ou les officiers de police. — Le 4, le tribunal du district d'Albi est installé dans les bâtiments de l'archevêché — Le 24 janvier, afin de suppléer à la disette de numéraire, le Directoire ordonne l'émission de billets de confiance de 5 sols et de 30 deniers et détermine les signes caractéristiques de chacun d'eux. — Le 8 février, les billets dits de confiance devront circuler comme espèces sur le territoire des municipalités qui s'en seront procurés en vertu d'une délibération du conseil général de la commune ; l'échange des dits billets sera fait au pair avec des assignats de 5 livres et au-dessus ; — Couchet est nommé membre du Directoire et Gisbert procureur général syndic suppléant en remplacement de Rivals démissionnaire. — Le 9, il est remis, sur sa demande, à la municipalité d'Albi, pour 10000 livres de billets de confiance de 5 sols et de 30 deniers. — Le 15, sur la réquisition du procureur général syndic, à la suite de diverses insurrections survenues sur quelques points du département, Delbosc et Terral sont désignés pour se transporter avec un détachement de 30 hommes partout où besoin sera pour y rétablir l'ordre et la tranquillité. — Le 16, le Directoire arrête que tous fonctionnaires ecclésiastiques qui ayant prêté le serment l'auraient rétracté ou le rétracteraient à l'avenir seraient privés de tout traitement ou pension. — Le 23, les municipalités sont invitées à se conformer aux instructions du ministre de l'Intérieur sur le service des étapes et des convois militaires.
Le 1er mars, Jougla est envoyé à Vabre avec une brigade de gendarmerie pour arrêter les individus qui cherchent à faire des enrôlements pour les émigrés ; — il est enjoint à Thermes et à Fabre, curé et vicaire de Réalmont, de s'éloigner à trois lieues de cette ville ; — le Directoire ordonne à Pujol-Latapie, d'Alban, de faire murer les portes de sa chapelle domestique afin d'y empêcher toute réunion à l'avenir. — Le 4, le dossier de l'enquête relative à l'arrestation d'un individu de Vabre, prévenu d'avoir fait des offres d'argent à divers jeunes gens pour les enrôler au service des émigrés, est envoyé au commissaire du Roi près le tribunal criminel. — Le 5 et le 6, Rascol, curé de Murat, et Puech, son vicaire, Armengaud, vicaire Brassac, et Carlenc, curé de Viane, sont condamnés à s'éloigner à trois lieues de leurs paroisses. — Le 8, Thermes, curé de Réalmont, et Fabre, vicaire, déclarent vouloir fixer leur résidence à Gaillac et à Albi ; — des billets de confiance de 5 sols et de 30 deniers sont mis à la disposition de la municipalité de Lisle jusqu'à concurrence de 4000 livres. — Le 10, le Directoire « profondément affligé des désordres qui agitent la ville de Lavaur malgré toutes les mesures sages, prudentes et paternelles qui ont été prises par les autorités constituées, considérant qu'il est temps d'en imposer aux mauvais citoyens par un appareil de force armée qui puisse les contenir dans le respect dû aux personnes et aux propriétés... » arrête qu'une compagnie de grenadiers de la garde nationale de Castres se rendra immédiatement à Lavaur et se mettra à la disposition des autorités ; — l'ancien bureau des pauvres de Lacaune est réuni au bureau de bienfaisance dont l'administration est confiée à une commission composée de deux membres du Directoire, du maire, d'un officier municipal, d'un notable, d'un membre du tribunal, du juge de paix et du curé ; — sur le rapport de la municipalité de Lautrec que divers citoyens ont brûlé dans une église des ornements destinés au culte et se sont transportés chez divers particuliers pour y boire et manger, le Directoire charge Jalbert de se rendre sur les lieux avec dix dragons et une brigade de gendarmerie ; — organisation définitive de la gendarmerie. — Le 18, divers individus sont mis en état d'arrestation à la suite des troubles de Saint-Géry (Rabastens). — Le 20, le Directoire fixe de la manière suivante les dates de payement des traitements et pensions ecclésiastiques : les prêtres fonctionnaires publics qui ont prêté serment, les religieux et les religieuses seront payés d'avance, les autres prêtres pensionnés ne recevront leur traitement qu'à la fin des quartiers. — Le 22, Tournal arrêté à Saint-Géry est maintenu en état d'arrestation dans les prisons de Castres ; — Fabre, vicaire de Réalmont, n'ayant pas exécuté l'ordre qui lui avait été donné de quitter cette ville, est traduit devant le juge de paix de ce canton. — Le 24, Cabanel, de Lacaune, coupable d'avoir remis à un dragon l'adresse des émigrés à l'armée française est enfermé dans les prisons du district pour y être maintenu jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné par l'Assemblée nationale ; — la municipalité de Lacaune est suspendue de ses fonctions. — Le 20, le Directoire arrête que les billets de confiance de 5 sols et de 30 deniers circuleront comme espèces sur le territoire de toutes les municipalités du département et détermine les conditions d'émission et d'échange ; — il ordonne aux municipalités de dresser dans un délai de vingt-quatre heures la liste des individus absents : ceux dont l'absence remonte au 1er juillet 1789 seront censés émigrés et leurs biens mis sous séquestre. — Le 8, comme conséquence des troubles qui ont agité plusieurs communautés des districts de Castres, Albi, Gaillac et Lavaur, « considérant que ces insurrections sont d'un caractère bien alarmant pour la chose publique », il est prescrit aux municipalités de faire rigoureusement exécuter la loi du 2 août 1791 relative à la « Force publique » et du 6 octobre intitulée « Code pénal ».
Le 6 avril, les demandes de billets de confiance faites par les municipalités atteignant le chiffre de 54700 livres, le Directoire décide qu'il sera fait une nouvelle émission (66100 livres de ces billets étaient déjà en circulation). — Le 10, il est accordé à Galaup, ancien Cordelier, en sus de sa pension, un traitement pour le service provisoire qu'il fait dans la paroisse de Cambon ; — le Directoire ordonne encore l'émission de billets de confiance pour une somme de 79200 livres. — Le 13, arrêté relatif à l'imposition des biens privilégiés et modèle du compte à rendre par les collecteurs. — Le 18, il est enjoint à Calmés, vicaire de Dénat, de se retirer à quatre lieues de cette paroisse. — Le 22, sur la réquisition du procureur général syndic le Directoire arrête « que le Roi sera prié de proposer la guerre contre les puissances qui manifestent des intentions hostiles en protégeant les Français émigrés, réunis et armés contre leur patrie, considérant que c'est le seul moyen d'affermir la Constitution au-dedans et de la faire respecter au-dehors. » — Le 23, liquidation du traitement des membres du Directoire pour le trimestre de janvier. — Le 29, la déclaration de guerre au roi de Hongrie et de Bohême est solennellement publiée dans le département.
Le 11 mai, la Commarque-basse d'Annay est réunie aux municipalités de Saint-Martin-du-Taur et de Parisot. — Le 14, à la suite des violences et voies de fait commises contre Ségui, curé de Viviès, Baux, ancien vicaire, fortement soupçonné d'en être l'instigateur est condamné à s'éloigner à trois lieues de cette paroisse. — Le 13, diverses compagnies de gardes nationales volontaires des dictricts d'Albi et de Gaillac sont appelées à Castres pour le maintien de la tranquillité intérieure en remplacement des compagnies du 18e régiment de dragons parties de cette ville. — Le 18, la municipalité de Castres est chargée d'envoyer des commissaires au bureau de poste pour assister à l'ouverture des paquets. — Le 21, la directrice des Postes de cette ville est suspendue de ses fonctions et remplacée par Marturé, officier municipal, qui, avant d'entrer en fonctions, devra fournir une caution de vingt mille livres en biens fonds. — Le 23, le Directoire « vivement affecté des troubles causés par le fanatisme et les manœuvres criminelles des prêtres réfractaires, considérant que les mesures qu'il a prises jusqu'à ce moment deviennent inefficaces et n'ont pas répondu à son attente puisque dans le nombre des réfractaires éloignés de leurs paroisses, les uns, en obéissant à ses ordres portent dans les retraites qu'ils choisissent le poison de leur morale destructive, tandis que les autres en se refusant à cet éloignement, crient à la persécution et intéressent plus vivement à leur sort les victimes de leur rage fanatique ; considérant qu'il existe une coalition évidente entre ces hommes pervers et les ennemis de l'État... Qu'en se bornant à éloigner les auteurs de ces malheurs, ce moyen ne sauve qu'une paroisse pour porter la désolation dans une autre... Qu'il n'existe d'autre ressource que celle de purger la Société de ces êtres malfaisants en les déposants dans un lieu où tout moyen de nuire leur soit enlevé », arrête : que tout prêtre non assermenté qui n'est pas originaire du département ou qui n'y a pas ses propriétés foncières devra en sortir dans un délai de huit jours ; que tous les curés, vicaires et autres ecclésiastiques qui ont cessé leurs fonctions par suite de remplacement seront tenus de se rendre dans un délai de quatre jours dans la maison des ci-devant Chartreux de Saïx ; la même mesure est appliquée à tous les prêtres précédemment condamnés à s'éloigner de leur paroisse et à tous ceux qui ont été dénoncés comme coupables d'avoir cherché à soulever le peuple (une list de douze noms est jointe à l'arrêté). — Le 30, le Directoire fixe les effets d'habillement à fournir aux gardes nationales volontaires réunies à Castres. — Le 31, une troupe armée de 150 hommes composé de détachements des gardes nationales de Castres, Mazamet, Labruguière et Vabre, de gendarmes et de dragons est réunie au château de Ferrières pour opérer une descente au château de Berlats que l'on suppose renfermer des armes et des munitions ; — les corps administratifs réunis sur l'invitation de la municipalité de Castres décident que des copies de la correspondance entretenue par Vigier, ancien garde du Roi, avec les émigrés seront envoyées à l'Assemblée nationale, à l'accusateur public et aux municipalités ; — proclamation aux habitants de la ville d'Albi au sujet des troubles qui agitent cette cité.
Le 4 juin, Meyer et Gisbert, accompagnés de détachements de gardes nationales de Mazamet, de Castres et de Réalmont sont envoyés à Albi pour y faire cesser les graves désordres commis par quelques habitants de la ville. — Le 13, le Directoire arrête la direction du chemin de Graulhet à Alban passant par Réalmont. — Le 15, proclamation du Roi qui annule divers arrêtés du Directoire relatifs à l'arrestation de Tournal à l'occasion des troubles de Saint-Géry ; émission de billets de confiance pour une somme de 50000 livres (le total des billets émis à ce jour était de 250000 livres. ) — Du 19 au 23, Pignol, ancien curé de [Saint-Martin-de-Grizac, qui a rétracté son serment, et Vialas, curé remplacé de Fayssac, sont conduits à la Chartreuse de Saïx a la suite des troubles survenus à Labessonnié, lors de la plantation de l'arbre de la liberté, le maire et les officiers municipaux sont suspendus de leurs fonctions. — Le 28, le Directoire arrête les réparations à faire sur le chemin d'Albi à Carmaux et règle définitivement l'administration du linge affecté aux prisonniers et les soins de propreté à imposer dans les prisons ; — enregistrement d'une proclamation du Roi qui annule les arrêtés du Directoire relatifs à la révocation de la directrice des Postes de Castres et à l'envoi de commissaires pour surveiller l'ouverture des paquets.
Le 3 juillet, établissement de huit cantonniers sur la route d'Albi à Toulouse. — Le 4, Calmès ancien vicaire de Dénat est conduit à la Chartreuse. — Table alphabétique des matières.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 132 feuillets.
L 881792
Délibérations du Directoire du Département. — Le 6 juillet, il est ordonné à Mondot ancien curé de Labessonnié de se rendre à la Chartreuse. — Le 9, liquidation du traitement des membres du Directoire pour le trimestre d'avril. — Le 13, défense est faite à tout garde national volontaire de s'absenter de sa compagnie sans une permission écrite de son capitaine. — Le 16. Cambefort, membre du district de Lavaur, quoique ayant signé son engagement comme volontaire, est autorisé à rester provisoirement à son poste. — Le 17, adresse du Directoire à ses concitoyens sur les dangers de la Patrie ; — Broquisse, curé de Rabastens, est dénoncé à l'accusateur public pour avoir cherché à inspirer au peuple le mépris des autorités constituées. — Le 18, enregistrement des lettres de service d'Izarn nommé commissaire ordonnateur des Guerres. — Le 19, le Directoire fixe la quotité du traitement à accorder à divers ecclésiastiques détenus à la Chartreuse. — Le 20, Chartrou, d'Albi, est attaché en qualité de chirurgien au premier bataillon de volontaires du département ; — enregistrement de la commission de Clavel nommé contrôleur principal des Postes aux lettres, Postes aux chevaux et Messageries de France. — Le 22, Cros, de Castres, est nommé chirurgien du deuxième bataillon de volontaires du département. — Le 27, le Directoire fixe le montant des sommes restant à payer par Castellane, ancien évêque de Lavaur, pour l'imposition des six derniers mois de 1789. — Le 28, il est accordé au district de Gaillac une somme de 5700 livres pour l'achat de grains. — Le 31, sur la demande du district de Lacaune, les églises de Saint-Sever et de Saint-Jean-del-Frech dans la municipalité de Lacaze sont fermées provisoirement. — Le 16 août, Lacarbie, membre du district de Castres, est envoyé dans les châteaux de Braconnac et de Puechcalvel pour s'assurer s'il ne s'y trouve pas des armes et des munitions. — Le 28, l'assemblée primaire des cantons de Vielmur est convoquée pour terminer ses opérations électorales. — Le 12 septembre, liquidation du traitement de Meyer, vice-président du Directoire, élu député à la Convention nationale, pour le trimestre de juillet. — Le 10 octobre, le Directoire ordonne le payement des frais d'arrestation d'Amalric, vicaire de Ferrières, s'élevant à 149 livres ; — Bousquet et Jalbert sont chargés d'arrêter les registres et les comptes d'Azaïs, commis de la Régie générale des Economats ; — liquidation des sommes dues aux membres du Conseil du département en raison du nombre de séances auxquelles ils ont assisté. — Le 12, le montant des frais relatifs à l'arrestation d'Amalric, vicaire de Ferrières et de Huc, curé de Massuguiès, est mis à la charge de ces ecclésiastiques. — Le 22, liquidation du traitement des membres du Directoire pour le trimestre de juillet. — Le 26, le bureau d'enregistrement de Labessonnié et les communes de Lautrec et de Vénès sont réunis au bureau de Castres.
Le 8 novembre, le Directoire arrête à la somme de 1665 livres, 5 sous, la somme à rembourser aux commissaires chargés, le 15 février dernier, de rétablir l'ordre dans le département. — Le 21, payement de l'indemnité accordée aux électeurs du district de Castres convoqués le 18 novembre pour l'élection de divers corps constitués.
Le 4 décembre, liquidation du traitement des membres du Conseil du département pour les mois d'octobre et de novembre et les premiers jours de décembre (Par suite de la réunion du Conseil du département en surveillance permanente, du 27 juillet au 5 décembre (Voir, L. 82), le présent registre a servi surtout à l'enregistrement des lois adressées au Département.).
Description physique : (Registre.) — In-folio, 64 feuillets.
L 891793-an II
Délibérations du Directoire du Département. — Les 15 et 16 janvier, annulation des élections des municipalités de Lacrouzette, de Murat, de Sénégats et Trévisy, de Lacaze et de Castelnau-de-Brassac et nomination de commissaires provisoires. — Le 18, les élections du 16 décembre pour la nomination du juge de paix du canton de Saint-Paul sont confirmées et déclarées valables. — Le 21, les directoires des districts sont autorisés à traiter avec des gens d'affaires on feudistes [tour mettre en ordre les papiers des établissements supprimés au profit de la Nation ; — un délai est accordé à Boulade-Peyramen, ancien curé de Saint-Julien de-Castelnau, pour se rendre à la Chartreuse, a cause de son état de santé. — Le 22, le Directoire ordonne l'exécution des arrêtés du Conseil du département relatifs à la réunion des trois Com-marques d'Annay aux municipalités du Taur, de Monlans et de Técou. — Du 23 au 4 février, annulation des élections des municipalités de Lavaur, Blan, Aiguefonde et Labessière-Candeil et organisation provisoire des corps municipaux de ces communes. — Le 14, les habitants des Commarques d'Annay réunis aux communes de Montans et de Técou sont convoqués pour prendre part au renouvellement de ces municipalités ; — les propriétaires fonciers sont invités, dans l'intérêt public, à ne pas laisser leurs terres sans culture ; — état des notaires auxquels des certificats de civisme ont été accordés, refusés ou ajournés. — Le 15, le Directoire ayant appris que Roland a quitté le ministère vote l'adresse suivante à la Convention : « Législateurs, Roland n'est plus « au ministère : nous vous dirons avec franchise que « sa retraite nous a vivement affectés, nous n'avons « vu dans sa conduite, pour ce qui nous concer- » ne, qu'un ministre bien intentionné : sa correspon- » dance et ses instructions nous ont été d'un grand « secours, elles nous ont guidé dans nos pénibles « fonctions et nous ont toujours mis dans le cas « d'opérer le bien. Son compte du 6 janvier et les « moyens d'amélioration qu'il y développe laisseront « longtemps après son existence politique des traces « de ce génie tutélaire de la République. Nous croyons « devoir à cet homme vertueux cet acte de justice « autant que de reconnaissance. » — Le 18, sur l'avis du district de Castres, le Directoire ordonne le renvoi à l'accusateur public de toutes les pièces de l'enquête relative à l'iucendie des archives du monastère de Vielmur. — Le 22, organisation des bureaux et fixation des devoirs des chefs et des secrétaires. — Le 25, une somme de 6000 livres est accordée à titre de prêt à l'hôpital de Castres. — Le 27, le Directoire arrête les formes à observer pour la délivrance des certificats de résidence et ordonne en outre que les frais (56 livres. 8 sols, 6 deniers), occasionnés par le déplacement de la garde nationale de Réalmont envoyée à Lafenasse pour y rétablir l'ordre à l'époque des élections municipales seront supportés par les habitants de cette commune et ajoutés aux rôles des contributions foncière et mobilière de 1792.
Le 1er mars, le Directoire ordonne le retrait de la circulation des billets de confiance émis par les autres départements et circonscrit, aux limites de leur territoire, la circulation de ceux émis par les municipalités du département ; — augmentation de l'indemnité accordée aux témoins assignés devant les tribunaux ou les officiers de police ; — en exécution de l'arrêté du Conseil du département du 21 décembre précédent accordant un secours provisoire aux ecclésiastiques détenus à la Chartreuse qui n'ont ni revenus, ni pension, le Directoire fournit une somme de 600 livres à la municipalité de Castres chargée de l'inspection et de la police de cette maison de détention pour l'entretien des prêtres remplissant les conditions requises. — Le 4, les certificats de civisme accordés aux avoués et aux huissiers près le tribunal du district, de Lavaur sont approuvés. — Le 5, il est ordonné que les biens dépendant du ci-devant Ordre de Malte seront administrés dans la même forme que les autres biens nationaux. — Le 8, les frais de déplacement (61 livres, 10 sous) de la garde nationale d'Albi envoyée à Montmiral pour y rétablir l'ordre sont répartis sur les habitants de cette commune. — Le 14, le Directoire ordonne que l'arbre de la Liberté abattu pendant la nuit précédente sera replanté le jour même à 4 heures du soir en présence des autorités, de la société populaire et de la force armée ; qu'il sera construit autour, pour en assurer la conservation, un autel à la Patrie en pierre et que tous les frais en résultant seront supportés par les personnes déclarées suspectes par la municipalité de Castres. — Le 15, Roux, notable de la commune de Puylaurens, est chargé d'exercer provisoirement les fonctions de maire en remplacement de Boisredon, démissionnaire, — Le 17, procès-verbal des événements occasionnés par le recrutement des hommes à fournir par la commune de Castres en exécution de la loi du 24 février dernier ; — le Directoire arrête que tous ceux qui s'opposeront à l'exécution de ladite loi relative à la levée de 300000 hommes, ceux qui auront profané l'arbre de la Liberté, la cocarde ou les couleurs nationales, ceux qui auront répandu de faux bruits en vue d'alarmer et de décourager les citoyens seront considérés comme prévenus de crime contre la sûreté de l'État et demande à la Convention nationale de créer dans le département un tribunal criminel extraordinaire pour connaître de ces délits sans appel. — Le 18, sur le rapport de l'accusateur public, les assesseurs du juge paix de Castres sont suspendus de leurs fonctions pour cause d'incivisme. — Le 19, le Directoire transmet à la Convention nationale une adresse relative aux subsistances : « la rareté des grains, dit-il, la hausse effrayante et progressive de leurs prix, ainsi que de toutes les denrées, rendent chaque jour les besoins de la classe indigente plus impérieux ; les approvisionnements de l'armée des Pyrénées, les horribles spéculations de l'égoïsme, le discrédit des assignats et la perte énorme qu'ils éprouvent, telles sont les causes de nos malheurs. Le peuple souffre et ses souffrances exigent des remèdes prompts et efficaces ».... ; — il demande que le ministre de l'Intérieur lui fasse délivrer un secours en grains et qu'une somme de trois millions soit mise à sa disposition pour maintenir le prix du pain à un taux modéré dans tout le département. — Le 21, instruit des entraves et des retards qui se succèdent depuis trois jours dans la levée du contingent à fournir par la commune de Castres, le Directoire envoie deux commissaires au sein de l'assemblée pour requérir, au nom du bien public, la prompte exécution de la loi du 24 février ; — une force armée est aussi envoyée à Brassac pour y faire exécuter la même loi. — Le 24, Batigne, officier municipal de Castres, est chargé de remplir provisoirement les fonctions de maire en remplacement d'Aussanac, démissionnaire ; — les représentants du peuple Bô et Chabot remettent au Directoire le décret de la Convention nationale du 9 courant qui les nomme commissaires dans le département du Tarn ; allocution du président ; Chabot peint « avec cette énergie qui lui est propre » le courage dont la Convention avait eu besoin pour s'opposer aux efforts de la Cour ; il expose que dans la crise révolutionnaire actuelle il ne doit plus exister d'égoïstes ni de modérés : « comme à Athènes, dit-il, que tous ceux qui ne sont pas dans le sens de la Révolution sortent de la République, qu'ils aillent à Coblentz. Les soldats de la Liberté sont à leur poste ; les biens des transfuges seront le partage de ceux qui versent leur sang pour la défense de la Patrie. » — Le 25, règlement de la solde des gardes nationales réunies en réserve à Castres et mises à la disposition de l'Administration ; — Jalbert est envoyé à Brassac pour faire arrêter les auteurs des désordres qui ont eu lieu dans cette commune. — Le 26, les commissaires de la Convention en mission dans le département adressent aux habitants du Tarn et de l'Aveyron une proclamation sur les dangers de la Patrie ; — ils requièrent la municipalité de Castelnau-de-Brassac de faire désarmer les gens suspects de leur commune ; — ordonnent l'arrestation du juge de paix du canton de Vielmur accusé de s'être approprié divers effets ayant appartenu à l'émigré Taffanel et établissent une taxe sur les personnes suspectes dont le revenu excède 600 livres, pour les chefs de famille, et 250 livres, pour les autres membres de la même famille. — Le 28, les frais de déplacement (282 livres, 18 sous) de la gendarmerie envoyée à Réalmont pour le rétablissement de la tranquillité publique sont mis à la charge de cette commune : cette somme devait être remboursée au moyen d'une taxe imposée sur les personnes aisées et suspectes d'incivisme ; — le Directoire annule la liste du jury criminel et charge le procureur général syndic d'en former une nouvelle contenant des citoyens plus dignes de ces fonctions. — Le 29, le tribunal du district de Castres est requis de remplacer par un de ses membres, Teyssonnières, de Gaillac, juge au tribunal criminel du département absent pour cause de maladie ; — instruction relative à l'exécution de l'arrêté des représentants du peuple établissant une taxe de guerre sur les gens riches : « Les riches égoïstes laissant aux braves sans-culottes le soin de défendre l'égalité et la liberté contre les attaques des aristocrates, le superflu de ceux qui n'aiment pas la Révolution doit servir à indemniser les parents des défenseurs de la Patrie de l'absence des bras qui soutenaient leur vieillesse, soignaient leur enfance et assuraient leur subsistance. C'est par ces motifs et dans cette vue que les commissaires de la Convention ont arrêté le 26 mars l'établissement provisoire d'une taxe de guerre... ». — Le 31, rapport du procureur général syndic sur les troubles survenus à Brassac à l'occasion du recrutement ; — il est ordonné aux districts de faire désarmer tous les gens suspects habitant les municipalités de leur ressort ; — sur le rapport du Directoire du district de Lodève dénonçant un complot dont le foyer est à Saint-Gervais, Terral est envoyé sur les lieux pour y prendre des renseignements et y recueillir des preuves.
Le 2 avril, il est enjoint aux trois frères Suc-Saint-Affrique et à Fabre-Saint-Félix, tous quatre prêtres natifs de Labruguière, de quitter le département et de se retirer en Suisse ; — le Directoire arrête que les prêtres constitutionnels seront tenus de présenter un certificat de résidence pour toucher leur traitement ; — sur la pétition de la Société populaire de Gaillac, divers officiers municipaux et notables de cette ville sont suspendus de leurs fonctions pour cause d'incivisme. — Le 3, le Directoire du département réuni à celui du district de Castres réorganise la municipalité de cette ville à la suite de la plainte portée par la Société des Amis de la Liberté et de l'Egalité. — Le 4, les détachements des gardes nationales de Mazamet, Dourgne, Puylaurens et Labruguière appelés à Castres pour assurer la tranquillité publique rentrent dans leurs foyers ; — il est enjoint à Lautard (Jean, Joseph), bénéficier du chapitre de Castres de sortir du territoire de la République dans le délai fixé par la loi. — Le 5, la municipalité de Castres est chargée de répartir sur les gens suspects de la commune le montant des frais (69 livres 12 sous) relatifs à la replantation de l'arbre de la Liberté. — Le 9, le Directoire adopte des mesures semblables à celles prises par le département de la Haute-Garonne pour la conservation du canal des Deux-Mers. — Le 11, Fage (Barthélemy), curé de Fréjairolles est conduit à la Chartreuse pour y être détenu. — Le 12, Terral envoyé à Saint-Gervais rend compte de sa mission : le complot signalé avait pour principal effet l'embauchage de volontaires pour les émigrés. — Le 14, Batigne, médecin de Castres, est envoyé à Labruguière pour donner ses soins à deux petites filles mordues par un loup enragé. — Le 24, le Directoire ordonne que Cros, curé d'Alban, prêtera à haute voix le serment suivant devant le peuple et la municipalité assemblés : je jure d'être fidèle à la République française et à ses loix, de maintenir l'Égalité et la Liberté et de mourir à mon poste en les défendant. — Le 27, Cambiaire (Magloire), prêtre non assermenté, procureur de la commune d'Ambialet est suspendu de ses fonctions.
Le 15 mai, création d'un service permanent de correspondance entre Castres et Labruguière ; — les frais de déplacement (90 livres) de la garde nationale d'Albi envoyée à Carmaux par Bô, représentant du peuple, pour démolir les murs d'enceinte du château de Solages sont mis à la charge de ce citoyen. — Le 17, le Directoire fixe de la manière suivante pour le mois de mai, le maximum du prix des grains par quintal, poids de marc :
Froment : 23 livres, 2 sous et « 
Seigle : 19 livres, 10 sous et 3 deniers
Mixture : 20 livres, 5 sous et 10 deniers
Millet : 15 livres, « et 10 deniers
Avoine : 14 livres, 10 sous et 7 deniers
Orge : 13 livres, 12 sous et 2 deniers
Le 22, les frais de transport (de Saint-Sulpice à Castres) du blé « national » destiné au département sont réglés à la somme de 1356 livres. — Le 24, fixation du maximum du prix des grains pour le mois de juin :
Froment : 20 livres, 15 sous et 10 deniers
Seigle : 17 livres, 11 sous et 3 deniers
Mixture : 18 livres, 5 sous et 3 deniers
Millet : 13 livres, 10 sous et 9 deniers
Avoine : 13 livres, 1 sous et 7 deniers
Orge : 12 livres, 5 sous et « 
Le 31, à la suite des événements qui ont eu lieu dans les départements de la Lozère et de l'Aveyron, le Directoire approuve l'arrêté du Conseil du district d'Albi relatif aux mesures de sûreté générale prises par cette assemblée.
Le 2 juin, Debrus, membre du Conseil, est envoyé au château de Ferrières pour en retirer les armes et munitions de guerre qui s'y trouvent, considérant que ces armes peuvent être, en ce moment, utilement employées à la défense de la Patrie. — Le 29, fixation du maximum du prix des grains pour le mois de juillet :
Froment : 20 livres, 15 sous et 10 deniers
Seigle : 17 livres, 11 sous et 3 deniers
Mixture : 18 livres, 5 sous et 3 deniers
Millet : 13 livres, 10 sous et 9 deniers
Avoine : 13 livres, 1 sous et 7 deniers
Orge : 12 livres, 5 sous et « 
Le 21, organisation des prisons de la ville de Castres : les prisons de la maison commune serviront de maison d'arrêt ; celles de la Tourcaudière, de maison de justice et celles de la Trinité, de maison de peine ; les dépenses de ces divers établissements sont réparties entre le district et le département.
Le 10 juillet, Pujol, médecin, est autorisé à donner ses soins à Lamartinié, prêtre détenu à la Chartreuse. — Le 19, la municipalité de Brassac est autorisée à prendre les denrées qui se trouvent dans le château, mises sous séquestre par suite de l'émigration du propriétaire, pour subvenir à la subsistance des habitants ; — fixation du traitement des Filles de la Charité chargées du service de l'Hôtel-Dieu de Castres.
Le 12 septembre, le Directoire adhère à un arrêté pris par le Directoire du département de la Haute-Garonne relatif au payement des droits établis sur le canal des Deux-Mers. — Le 23, le receveur du district de Castres est chargé d'encaisser une somme de 6804 livres, 7 s. 11 d. représentant la valeur du blé « national » envoyé de Bordeaux et vendu par la municipalité. — Le 25, sur la réquisition du représentant du peuple Baudot, le procureur général syndic est chargé de faire arrêter Aussenac, fils, négociant, accusé d'avoir ouvertement prêché la révolte contre la Convention.
Le 8 octobre, payement des frais de transport s'élevant à la somme de 320 livres 8 s. 9 d. du blé envoyé de Bordeaux.
Le 10e jour du 2e mois de l'an II, Jalbert se démet de ses fonctions de procureur général syndic.
Le 30 frimaire, le Directoire reçoit diverses dénonciations relatives au refus de quelques municipalités de fournir le pain aux pionniers employés sur les routes.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 92 feuillets.
L 901792-an II
Délibérations du Directoire du Département. — Séances extraordinaires tenues en exécution de l'article V de la loi du 27 août 1792. — Le 27 septembre le 1792, le Directoire ordonne l'arrestation d'Amalric, vicaire de Ferrières, réfractaire à la loi du 26 août dernier.
Le 15 février 1793, l'envoi d'une force armée à Paris, aux ordres de la Convention, est suspendu indéfiniment ; toutefois les registres d'inscription des volontaires qui devaient la composer resteront ouverts et il en sera dressé un relevé général au 1er mars.
Le 31 mars, Terral est envoyé à Saint-Gervais pour y prendre des informations sur un complot signalé par le Directoire du district de Lodève.
Le 20 juillet, en réponse à une lettre des administrateurs provisoires des Bouches-du-Rhône, le Directoire déclare qu'il n'adhérera pas aux mesures qui pourraient être prises par le Comité central de ce département et qu'il n'enverra pas à son secours la force armée dont il dispose. — Le 20 août, un gendarme est envoyé auprès de l'administration du district de Lacaune pour s'informer si réellement des rassemblements ont eu lieu dans les environs de Barre et de Murat.
Le 14 nivôse an II, à la suite d'une dénonciation laite par la Société populaire du canton de Monclar, district de Montauban, au Comité de Salut public de la Convention contre les membres de l'administration du district de Gaillac et Plasse, procureur syndic de ce district, le Directoire nomme un commissaire chargé de procéder à une enquête.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 5 feuillets.
L 91An II
Délibérations du Directoire du Département réorganisé en vertu de la loi du 14 frimaire sur le Mode de gouvernement provisoire et révolutionnaire. — Le 5 nivôse, Campmas est élu président pour le présent mois. — Le 7, les districts sont invités à prendre les mesures les plus promptes pour faire partir pour l'armée des Pyrénées-Orientales les 4700 hommes de la première réquisition ; — augmentation du nombre des pionniers chargés de l'entretien des routes. — Le 9, clôture des comptes des receveurs des anciens diocèses d'Albi et de Lavaur et d'Azaïs, commis de la Régie générale des Economats. — Le 11, le commissaire chargé de la vente du blé expédié de Cette est autorisé à en verser le montant (4300 livres) dans la caisse du receveur du district de Castres. — Le 12, les dépenses (1335 livres, 13 s. ) occasionnées par le déplacement de la force armée envoyée à Curvalle par mesure de sureté générale sont mises à la charge de cette commune par addition aux rôles de ses contributions foncières et mobilières ; — instruction sur l'organisation et le fonctionnement des établissements de secours publics et sur la création d'une caisse nationale de prévoyance. — Le 28, vérification et clôture des comptes des commissaires chargés des opérations de la levée des troupes dans le département.
Le 1er pluviôse, Couchet est élu président pour le présent mois. — Le 7, transcription d'un arrêté du Comité de Salut public qui affecte au service des subsistances de chacune des armées un arrondissement particulier composé d'un certain nombre de départements ou de districts ; — le département est requis de fournir 245000 quintaux de grains pour l'approvisionnement de l'armée des Pyrénées-Orientales et des départements du Gard, de l'Aveyron, de la Lozère et de l'Hérault. — Le 9, transcription de deux arrêtés du représentant du peuple Paganel relatifs à l'établissement et au fonctionnement dans chaque commune de greniers publics. — Le 10, transcription d'un arrêté du Comité de Salut public du 9 nivôse dernier envoyant en mission dans les départements du Tarn et de l'Aveyron le citoyen Paganel. — Le 11, Mazières est nommé ingénieur ordinaire du département. — Le 13, le Directoire arrête qu'à l'avenir, en exécution de la loi du 14 frimaire, il n'apposera pas son visa sur les certificats de civisme qui pourraient lui être présentés. — Le 14, Paganel réorganise l'Administration du département ; — transcription d'un arrêté du Conseil exécutif provisoire qui charge les administrateurs des départements de la surveillance des détails de la réquisition générale. — Le 16, Cornil, de Lacaune, nommé administrateur par Paganel, entre en fonctions. — Le 20, transcription d'un arrêté du représentant Dartigoeyte, en mission dans le Gers et la Haute-Garonne, relatif au service des étapes et convois militaires : Paganel ordonne l'application de cet arrêté dans le département. — Le 22, l'Administration ordonne qu'un autel à la Patrie sera élevé sur l'esplanade du Jeu de Mail à Castres et que le montant de la dépense (30000 livres) sera supporté par les personnes suspectes de la commune. — Le 24, Bousquet, maire de Lavaur, nommé administrateur par Paganel, entre en fonctions. — Le 25, Paganel nomme Gineste, de Castres, et Toulsa, de Rabastens, administrateurs du département en remplacement de Couchet, de Castres, et Lugan, d'Albi.
Le 1er ventôse, Dessonville est nommé président pour le présent mois ; — transcription de deux arrêtés de Paganel relatifs au mode de partage de la succession de Labarthe dont, l'un des fils est émigré et à la plantation d'arbres sur les bords des routes des départements du Tarn et de l'Aveyron (ce dernier arrêté est daté de La Montagne ci-devant Saint-Affrique). — Le 3, les conseils généraux des communes sont chargés de dresser un état des parties de routes propres à recevoir une plantation d'arbres. — Le 6, en exécution d'un arrêté du Conseil exécutif provisoire relatif à la déportation des prêtres, deux officiers de santé accompagnés de commissaires et d'une escorte sont chargés de vérifier l'état de santé des ecclésiastiques âgés de moins de 60 ans, détenus à la Chartreuse. — Le 9, sur la décision des officiers de santé qui les déclare valides, vingt-cinq prêtres non sexagénaires sont dirigés sur Bordeaux pour être déportés sur les côtes d'Afrique (liste de ces ecclésiastiques). — Le 11, la municipalité de Castres est requise de fournir une escorte de 25 gardes nationaux pour renforcer la brigade de gendarmerie chargée de la conduite des prêtres déportés ; — sur la dénonciation de la municipalité de Castres, Alquier, diacre, est condamné à la déportation. — Le 16, l'Administration répartit entre les districts les contributions foncières et mobilières et les dépenses à leur charge. — Le 18, les fermiers des biens nationaux sont autorisés à payer en assignats le montant de leur fermage payable en grains. — Le 26, l'Administration ordonne l'affichage de la liste des émigrés du département arrêtée le 15 février dernier et rectifie les erreurs qui y avaient été commises ; — Campmas et Gineste sont désignés pour assister aux expériences faites par Favier et Normand pour la fabrication d'un nouveau pain, qui, sans altérer la santé, remplisse le même but que le pain ordinaire ; — les districts sont mis en demeure d'envoyer au département les listes supplémentaires des émigrés dressées en exécution de la loi du 28 mars 1793 : ces listes devaient aussi comprendre les noms des prêtres déportés, les lois sur les émigrés leur étant applicables. — Le 28, les districts de Gaillac et de Lavaur sont requis de fournir ensemble 57859 quintaux de grains destinés aux districts de Castres, d'Albi et de Lacaune dont les ressources sont insuffisantes d'après le dernier recensement.
Le 1er germinal, Gineste est élu président pour le présent mois. — Le 6, après avoir établi la situation du département au point de vue des subsistances d'après le dernier recensement, l'Administration arrête que les districts de Gaillac et de Lavaur fourniront aux autres districts la quantité de grains suffisante pour arriver à « niveler » les subsistances dans tout le département. — Le 7, Campmas communique une lettre de Paganel relative à la réduction des réquisitions de grains faites sur le département qu'il a obtenue. — Le 10, sur la réquisition du représentant du peuple Bô, l'Administration du département envoie un secours en grains à l'armée rassemblée dans les départements de l'Aveyron et de la Lozère, sur le point de manquer de subsistances. — Le 17, les directoires des districts sont invités à faire terminer le recouvrement de ce qui reste dû sur la contribution patriotique (le total de cette imposition s'élevait à la somme de 968794 livres, 4 s. 10 d. et le recouvrement aurait dû en être terminé le 1er avril 1792). — Le 22, Michel, d'Albi, est nommé administrateur du département ; — Bô ordonne l'arrestation des religieuses qui ne se sont pas conformées à la loi du 9 nivôse. — Le 23, transcription d'un arrêté du Comité de Salut public du 7 courant ordonnant qu'une réquisition de 100000 quintaux de grains destinés aux départements de l'Aveyron et de la Lozère, sera faite dans celui du Tarn. — Le 28, répartition entre les districts de 14945 livres de savon envoyé de Marseille par la Commission des Approvisionnements ; — l'Administration rappelle aux districts l'exécution des lois relatives aux coupes de bois provenant des forêts de la République.
Le 1er floréal, Fabre est élu président pour le présent mois. — Le 6, l'Administration arrête que l'Autel de la Patrie sera construit sur le Champ de Mars, à Castres, et qu'un obélisque sera élevé sur la place de l'Albinque à l'endroit où l'arbre de la Liberté fut abattu. — Le 7, sur l'avis de la Société populaire de Castres, Bô suspend de ses fonctions Gineste, administrateur du département ; — transcription d'un arrêté du même représentant relatif à la régie du séquestre des biens des gens suspects. — Le 11, transcription d'un arrêté de Chateauneuf-Randon représentant du peuple près les armées des Pyrénées-Orientales relatif au rassemblement, à l'équipement et au départ des hommes de 18 à 25 ans formant la première classe de réquisition. — Le 13, transcription d'un arrêté de la Commission des Subsistances qui ordonne au département du Tarn de fournir à l'armée des Pyrénées-Orientales 12600 quintaux de foin, 1300 quintaux de paille et 70900 boisseaux d'avoine. — Le 14, répartition entre les districts de la réquisition précédente. — Le 17, Maffre d'Espérausses, sera entretenu pendant quatre ans, aux frais du département, à l'école vétérinaire d'Alfort ; — Abrial fils est nommé administrateur du département en remplacement de Bousquet, maire de Lavaur. — Le 27, tous les objets d'habillement, d'équipement et d'armement des troupes déposés dans les magasins du département sont mis à la disposition du district de Castres.
Le 1er prairial, Michel est nommé président pour le présent mois. — Le 2, une somme de 5180 livres est allouée à Fabre et à Auger, tapissiers, chargés de la confection des tentes destinées à l'armée des Pyrénées-Orientales. — Le 3, un traitement de 250 livres par année est accordé à David, officier de santé, pour les soins donnés aux détenus. — Le 4, transcription de divers arrêtés de Bô ordonnant, le 1er, que tous les citoyens qui depuis la loi du 23 août 1793 ont atteint l'âge de 18 ans et dont l'existence est oisive, seront déclarés suspects et enfermés dans la maison de réclusion du district à moins qu'ils ne préfèrent être compris dans la première réquisition ; le 2e que tous les citoyens qui n'ont point une profession véritablement utile et les prêtres réunis dans les chefs-lieux de district seront invités à seconder les travaux de l'agriculture ; le 3e que Bosviel, de Mazamet, remplacera Gineste comme administrateur ; et le 4e que 30000 quintaux de seigle, sur les premiers qui se couperont dans le département, seront tenus à la disposition des départements de la Lozère et de l'Aveyron. — Le 6, il est sursis au recouvrement de la taxe de guerre imposée sur les gens suspects et reclus dont les biens sont sous la main de la Nation. — Le 12, les districts d'Albi, de Castres et de Gaillac sont autorisés à traiter avec les départements de la Lozère et de l'Aveyron pour l'achat immédiat des grains absolument nécessaires à la population : dans certaines communes il n'y avait de pain que pour quelques jours et dans d'autres les habitants se nourrissaient de son. — Le 17, 22000 quintaux de grains envoyés de Cette par la Commission du Commerce et des Approvisionnements de la République sont répartis entre les districts pour subvenir aux besoins les plus pressants. — Le 18, en exécution de la loi du 19 mars 1793 sur la répression de la mendicité, l'Administration demande que les bâtiments de la Chartreuse de Saïx soient mis à sa disposition pour y établir une maison de répression. — Le 19, la loi du 24 août 1793 mettant à la charge de la Nation les dettes actives et passives des communes, les officiers municipaux sont chargés de faire parvenir au département l'état de ces dettes. — Le 21, transcription d'un arrêté de Chaudron-Rousseau ordonnant une réquisition de 100 charrettes avec leurs attelages destinées à l'armée des Pyrénées-Orientales. — Le 23, réorganisation de l'enseignement public conformément au décret de la Convention du 29 frimaire dernier. — Le 25, l'Administration ordonne que les états des dettes des communes (v. le 19) seront divisés en deux chapitres : dans le premier seront compris les rentes perpétuelles et viagères, les emprunts à terme et les dettes de toute nature et dans le second, l'actif des communes en quoi qu'il consiste à l'exception des biens communaux dont le partage est décrété. — Le 26, en exécution de la loi du 10 juin 1793 relative au mode de partage des biens communaux, les municipalités dans l'étendue desquelles se trouvent des biens de cette nature sont invitées à convoquer les citoyens pour délibérer sur leur partage, vente ou mise en ferme. — Le 27, le directeur général du canal des Deux-Mers est autorisé à faire réparer les écluses, retenues, rigoles et réservoirs de ce canal.
Le 1er messidor, Abrial est élu président pour le présent mois. — Le 2, l'Administration arrête que le Conseil général de la commune de Castres nommera deux commissaires chargés de visiter au moins tous les cinq jours la maison de réclusion de la Chartreuse ; qu'un personnel spécial composé d'un médecin, d'un chirurgien, d'un économe, de deux infirmiers, d'un cuisinier et d'un portier sera affecté à son service ; qu'une somme de 400 livres par an sera accordée à chaque ecclésiastique pour sa subsistance et arrête enfin diverses mesures relatives, à la police à la surveillance, et à la gestion de cet établissement. — Le 7, Bellet (Jacques), d'Albi, prêtre réfractaire, ne pouvant pas être déporté en raison de ses infirmités est envoyé à la Chartreuse. — Le 8, le receveur du district de Castres est chargé de la comptabilité relative à l'échange et au remboursement des billets de confiance émis par les autres départements et retirés de la circulation. — Le 9, nomination de deux commissaires chargés de régler avec les imprimeurs le montant des impressions faites pour le département. — Le 11, Siguier (François), condamné à la déportation est transféré à Lorient ; — les receveurs de l'enregistrement sont autorisés à acquitter les dépenses de nourriture et d'entretien des personnes suspectes détenues et de leurs parents en liberté qui ont droit à un secours. — Le 12, Favier et Lenormant, chimistes, sollicitent la concession gratuite des bâtiments de la Chartreuse pour y installer divers établissements industriels : l'Administration demande au Comité d'aliénation des Domaines nationaux que ces bâtiments soient mis à sa disposition pour la création d'industries propres à utiliser le travail des détenus ; — l'inspecteur général des transports militaires à Narbonne ordonne la réquisition de cent charrettes à trois colliers. — Le 14, l'économe de la maison de réclusion de la Chartreuse est chargé de la police de cet établissement sous l'autorité immédiate de la municipalité de Castres. — Le 15, transcription d'un arrêté des représentants du peuple Milhau et Soubrany ordonnant une réquisition sur le département de 60000 quintaux de foin et de 30000 quintaux d'avoine pour l'armée des Pyrénées-Orientales. — Le 21, sur la demande verbale des chefs et secrétaires des bureaux, leurs traitements sont augmentés par suite du renchérissement des objets de première nécessité ; — approbation du plan d'organisation du personnel des bureaux de l'administration du district de Gaillac. — Le 23, le traitement de Malzac et de Malebouche, officiers de santé attachés à l'hôpital de Castres, est porté à 600 livres par année. — Le 27, les municipalités sont invitées à prendre les mesures les plus promptes pour dépiquer la quantité suffisante de grains nécessaires aux besoins actuels.
Le 1er thermidor, Bosviel est élu président pour le présent mois ; — les districts sont autorisés à rembourser aux prêteurs l'emprunt de quinze cent mille livres fait par le département pour la levée d'une force armée ; — par décret de la Convention, la commune du Taur est réunie à celle de Montans. — Le 7, état nominatif des 75 prêtres détenus à la Chartreuse ; — l'Administration arrête qu'une somme de 2461 livres, 4 sous, 10 deniers représentant les frais d'entretien de ces ecclésiastiques sera remboursée à la municipalité de Castres. — Le 8, arrêté relatif au mode de partage de la succession de feu Labarthe dont le tiers appartient à la Nation par suite de l'émigration de l'un de ses enfants. — Le 9, le district de Lavaur est autorisé à établir des magasins de dépôt dans les édifices nationaux de premiers origine situés dans la ville et à réparer ces immeubles en vue de leur nouvelle destination ; — à la suite de diverses dénonciations faites au Comité de Salut public sur l'inexécution de la loi sur le maximum, les corps constitués, les sociétés populaires, les comités de surveillance et tous les bons citoyens sont invités à surveiller les agissements des accapareurs qui spéculent sur les subsistances et les objets de première nécessité et à dénoncer leurs manœuvres à l'accusateur public ; — une somme de 2000 livres est accordée à l'h pital de Gaillac à titre de secours. — Le 11, la
unicipalité de Durfort et les propriétaires de la fonderie et des martinets existants dans cette commune, sont requis de mettre leurs ateliers et ouvriers à la disposition du citoyen Arnaud, chaudronnier, chargé de la confection de chaudières destinées à la fabrication du salpêtre. — Le 15, les citoyens du département sont invités à faire tous les sacrifices que leur fortune leur permettra pour réunir les fonds nécessaires à la construction d'un vaisseau qui sera offert à la République. — Le 21, 80 caisses de savon venant de Marseille par Agde sont réparties entre les districts proportionnellement à leur population. — Le 24, l'Administration rappelle l'inexécution de la loi du 8 messidor relative à la conservation de la récolte actuelle. — Le 25, divers habitants de Montdadou, ci-devant Réalmont, et le directeur des mines de charbon de Carmaux demandent à être autorisés à effectuer des travaux de recherche de mines de houille. — Le 28, en exécution de l'arrêté de la Commission du Commerce et des Approvisionnements portant réquisition sur le département de 50000 quintaux de foin, 30000 quintaux d'avoine et 30000 quintaux de paille à prendre sur la récolte de 1793, l'Administration repartit ces divers objets sur les districts de son ressort.
Le 1er fructidor, Lafon est nommé président pour le présent mois. — Le 4, une récompense pécuniaire de 75 livres est accordée à tout agriculteur qui aura donné des preuves d'une bonne conduite ou qui se sera distingué par une découverte utile à l'agriculture. — Le 6, Dessonville, administrateur, et Goursac, lieutenant de gendarmerie, sont chargés du recrutement et de l'envoi au camp de Carcassonne des jeunes gens qui ont atteint l'âge de 18 ans. — Le 8, transcription d'un décret de la Convention ordonnant que les noms des citoyens Corbière, père et fils, seront rayés de la liste des émigrés du département. — Le 10, le district de Lavaur est autorisé à payer par trimestre et d'avance les secours accordés aux familles des détenus ; — les officiers municipaux et agents nationaux des communes sont invités à se conformer rigoureusement à la loi du 14 frimaire en ce qui concerne la promulgation des lois. — Le 12, par suite du renchérissement des objets de première nécessité et en exécution de la loi du 29 septembre 1793 sur le maximum qui ordonne que les émoluments devront s'accroître de moitié c'est-à-dire du tiers en sus, le traitement d'Azaïs-Oulès, secrétaire général, est porté à 3000 livres par année. — Le 15, Fabre et Bosviel sont nommés juges du concours ouvert pour l'admission aux fonctions de notaire public. — Le 16, l'Administration ordonne le payement -d'une somme de 1281 livres, 5 sous, représentant la valeur des terrains pris à divers particuliers pour la construction du chemin de Gaillac à Brens. — Le 17, il est mis à la disposition de chaque receveur de district autant de fois la somme de 75 livres qu'il y a de cantons dans le district pour être employée au payement de la récompense accordée à l'agriculteur comme prix de vertu et de travail. — Le 27, par suite de la suppression de la Maîtrise des Eaux et Forêts, plusieurs agents forestiers sont chargés de s'occuper des opérations préliminaires relatives aux coupes ordinaires. Table alphabétique des matières.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 285 feuillets.
L 92An III-an IV
Délibérations du Directoire du Département. - Le 1er vendémiaire, Jongla est élu président pour le présent mois. - Le 15, des primes de 300, 200 et 50 livres sont accordées aux citoyens qui s'occuperont de la fabrication de l'huile de faîne : à cet effet, il est permis aux habitants de ramasser cette graine dans les bois appartenant à la Nation. - Le 16, le district de Castres est autorisé à procéder à la vente des coupes de bois murs situés dans les communes de Roquecourbe, Vénès, Viviers et Puycalvel appartenant à des émigrés ou à des détenus. - Le 17, à la suite des plaintes portées par la Commission des Travaux publics contre Fossat, ingénieur du district de Castres, l'Administration déclare qu'elle est satisfaite de la conduite de cet ingénieur et qu'il mérite sa confiance. - Le 18, envoi à la Convention de l'adresse suivante : " Représentants du Peuple. Le second bataillon du Tarn qui s'est toujours distingué dans l'armée des Pyrénées-occidentales, ayant su que l'Administration avait pris un arrêté pour inviter les citoyens à offrir un vaisseau à la Patrie, nous a envoyé des avant-postes de Tolosa, pays conquis, une offrande civique de 2402 livres, 10 sous. D'une main ils terrassent les esclaves du tyran de Madrid dont ils purifient le territoire, et de l'autre ils s'unissent à leurs frères de l'intérieur par leurs sacrifices. Voilà les Français ! Avec de tels hommes la République est impérissable. " - Le 23, exécution du décret du 11 ventôse dernier relatif au remboursement des billets de confiance restant encore en circulation ; des commissaires seront nommés pour viser ceux de ces billets émis par le département, ces commissaires sont :
District de Castres : Huc, frères, marchands.
District d'Albi : Guilhaumon, négociant.
District de Lavaur : Thomas, notaire.
District de Gaillac : Causse, négociant.
District de Lacaune : Moziman.
Le 26, les districts sont invités à mettre en recouvrement les rôles de la contribution mobilière de 1793.
Le 1er brumaire, Charpentier-Dessonville est élu président pour le présent mois ; - payement des frais de transport de 22000 quintaux de grains envoyés de Celle. - Le 2, l'Administration maintient à 917 livres 8 sous, la taxe à payer par les père et mère pour chacun de leurs enfants émigrés. - Le 3, Lucadou (Henri), Alby (François) et Fourgassier, aîné, marchands à Castres sont adjoints aux frères Huc pour l'exécution de l'arrêté du 23 vendémiaire. - Le 5, Bazaillas, ingénieur du district de Lacaune, est chargé d'établir divers ateliers pour la réparation du chemin de Brassac à Saint-Gervais. - Le 7, tableau des citoyens aspirant aux places de notaire vacantes dans le département et qui ont subi leur examen en exécution de la loi du 6 octobre 1791 ; - la commune de Carmaux demande qu'en raison de son étendue et de son éloignement de la commune d'Albi, un notaire soit établi sur son territoire. - Le 9, transcription d'un arrêté de la Commission du Commerce et des Approvisionnements de la République autorisant le département à se procurer partout où besoin sera le fer nécessaire aux travaux de l'agriculture. - Le 12, transcription d'un autre arrêté de la même Commission ordonnant au district de Lavaur de fournir à celui de Prades 2000 quintaux de grains. - Le 17, sur la pétition de divers citoyens demandant la vente des moulins d'Ambres et del Miech sur l'Agout et de Saint-Pierre sur le Dadou, l'ingénieur en chef est chargé de leur vérification. - Du 18 au 25, le district de Lavaur est requis de fournir à celui de Castres 2000 quintaux de grains ; - autre réquisition de 5000 quintaux faite sur le district de Gaillac en faveur de celui d'Albi. - Le 27, une somme de deux livres par jour est accordée à titre de secours à chaque ecclésiastique détenu à la Chartreuse.
Le 1er frimaire, Fabre est élu président pour le présent mois. - Le 8, transcription d'un arrêté du représentant du peuple Delbrel ordonnant le recensement de tous les moyens de transport et des grains et fourrages provenant de la nouvelle récolte. - Le 15, transcription de deux arrêtés du Comité de Salut public relatifs à la délivrance de passe-ports pour l'étranger ; - un traitement provisoire et un supplément de traitement pour un aide sont accordés à Rives (Étienne-Victor), exécuteur des jugements criminels. - Le 28, les représentants du peuple Mallarmé et Bouillerot ordonnent l'exécution dans le délai d'une décade de la réquisition de grains faite sur le district de Gaillac en faveur de celui d'Albi.
Le 1er nivôse, Jougla est élu président pour le présent mois. - Le 6, augmentation du traitement des pionniers employés à l'entretien des routes du département. - Le 8, à la suite des dégradations continuelles commises au château d'Ambres, le district de Lavaur demande l'aliénation de cet immeuble. - Le 11, diverses municipalités du canton de Lautrec demandent qu'il soit procédé au remplacement du notaire dont la place est devenue vacante dans ce canton. - Le 16, l'Administration arrête que le montant des offrandes civiques qu'elle a reçues à diverses époques, ainsi que leur emploi, seront consignés dans le procès-verbal de la séance de ce jour. - Le 22, transcription d'un arrêté du Comité de Salut public du 24 frimaire qui ordonne que le séquestre apposé sur les mines de charbon de Carmaux appartenant au citoyen Solages et Cie sera levé sans délai, que les limites de la concession resteront fixées, conformément à la loi du 28 juillet 1791 et que toute exploitation ouverte par des particuliers dans l'étendue de cette concession sera sur-le-champ suspendue. - Le 25, Aussenac, fils, de Castres, est mis en liberté par ordre de Mallarmé. - Le 28, transcription de deux arrêtés du représentant du peuple Bordas, en mission dans le département de la Charente, ordonnant la mise en liberté de Lacger (Louis-Guillaume) et de Alquier (Jean-Pascal), tous deux de Castres, détenus au fort du Ha.
Le 1er pluviôse, Abrial est élu président pour le présent mois ; - transcription d'un arrêté des représentants du peuple Bouillerot et Mallarmé en date du 26 nivôse dernier réorganisant les autorités constituées du district de Castres et l'Administration du département ; cette dernière était ainsi composée : Dessonville, de Gaillac ; Bosviel, de Mazamet ; Jougla, de Viviers, Michel, d'Albi ; Abrial, de Graulhet ; Laurens cadet, de Pampelonne ; Calas, de Lacabarède et Deconte, de la Vaute, canton de Saint-Paul. - Le 2, transcription d'un arrêté des mêmes mettant en demeure l'Administration du département et celle du district de Castres, le Comité révolutionnaire et la municipalité du même lieu de se procurer soit dans leurs archives particulières soit partout ailleurs, les preuves de la culpabilité des membres du Comité central révolutionnaire mis en état d'arrestation. - Le 11, annulation de la vente de l'église, du cimetière et du presbytère de Saint-Salvi-de-Montlong, commune de Puycalvel, faite contrairement aux dispositions de la loi ; - Azaïs (Henri), de Castres, est désigné pour remplir les fonctions d'administrateur du département en remplacement de Laurens maintenu par Mallarmé dans celles de secrétaire en chef du district d'Albi. - Le 17, l'indemnité accordée aux témoins domiciliés dans le lieu de l'instruction et à ceux domiciliés ailleurs est fixée à 2 livres, 5 sous et à 3 livres par jour ; - une somme de 15 sous par lieue était en outre accordée aux derniers. - Le 22, la femme Malric, du Pont-de-Larn, atteinte de folie, est transférée aux frais du département à l'hôpital d'Albi pour y recevoir les soins que nécessite son état. - Le 24, transcription d'un arrêté du département de la Haute-Garonne, approuvé par Mallarmé, ordonnant la main-levée du séquestre apposé sur les biens de Boyer-Castanet-Tauriac (Louis-Eugène), père d'émigré ; - une indemnité de 1500 livres est accordée à Malzac, officier de santé, et à Malebouche, chirurgien, pour les soins qu'ils ont donnés aux militaires en traitement à l'hôpital civil de Castres. - Le 25, la démission de Deconte, fils, administrateur du département, est acceptée.
Le 1er ventôse, Michel est élu président pour le présent mois. - Le 3, sur la pétition des prêtres reclus à la Chartreuse et des employés en service dans la dite maison tendant à obtenir une augmentation de traitement, " vu l'état fourni par la municipalilé de Castres duquel il résulte qu'au 1er ventôse la livre de pain, poids de marc, se vend une livre cinq sols : la livre de mouton, deux livres cinq sols ; la pinte de vin, mesure de Paris égale aux trois quarts mesure de Castres, une livre deux sols six deniers ; la livre d'huile d'olive, quatorze livres ; le quintal de bois à brûler, trois livres dix sous ; considérant que le prix excessif des denrées ne permet plus aux ecclésiastiques et aux employés de s'alimenter au moyen des quarante sous par jour accordés aux premiers et des vingt-deux sous environ accordés aux seconds ", l'Administration porte à trois livres par jour la somme allouée pour leur subsistance. - Le 21, l'Administration arrête qu'il n'y a pas lieu de désigner par la voie du scrutin les membres qui devront sortir pour ramener à cinq le nombre des administrateurs en exercice en exécution de la loi du 1er ventôse : par suite des démissions de Laurens, de Deconte et de Calas, les vues de la loi étant remplies ; - le représentant Mallarmé atteste que si lors de l'épuration de l'Administration, Lafon n'a pas été maintenu dans ses fonctions d'administrateur, c'est sur sa demande et qu'il n'y a eu aucune plainte contre lui. - Le 22, observations de l'Administration sur la pétition de Rech-Laval, fondé de pouvoir des communes limitrophes des ruisseaux du Sor et du Laudot, relative à la réglementation des moulins situés sur ces cours d'eau. - Le 28, les bureaux de l'Administration sont réorganisés et réduits de la manière suivante :
Secrétariat et bureau des dépêches réunis ; Bureau des Etablissements publics et militaire réunis ;
Bureau des Contributions et de la Comptabilité réunis ; Bureau des Ponts et Chaussées ;
Bureau des Domaines nationaux.
Le 29, le nombre d'employés en service dans la maison de réclusion de la Chartreuse est réduit à un médecin, un chirurgien, un portier et deux infirmiers ; - à partir du 1er germinal les ecclésiastiques détenus seront autorisés à se nourrir et à s'entretenir de la manière qu'ils jugeront à propos au moyen des trois livres par jour qui leur ont été accordées ; - transcription d'un arrêté du Comité de Salut public qui accorde au citoyen Morthon (Joseph-Marie), neveu, la concession des mines de sulfate d'alumine situées dans l'Aveyron et à Curvalle et des mines de houille de Counuac dans le district d'Albi. Le 1er germinal, Bosviel est élu président pour le présent mois. - Le 4, un acompte de 12000 livres est accordé à la veuve Robert pour le montant des impressions faites pour le département (du 8 août 1790 au 19 avril 1793, les frais d'impression s'élevaient à 127355 livres, 5 sous, 8 deniers, sur laquelle somme 95200 livres avaient été payées). - Le 5, les officiers municipaux de Penne demandent que le canton de Vaour soit transféré dans leur commune et qu'il en prenne le nom à l'avenir. - Le 21, sur la demande des hospices de Castres, les traitements de Malzac et de Malebouche sont portés de 600 à 1200 livres, " considérant que depuis la dernière augmentation de traitement le prix des denrées et marchandises a plus que doublé. " - Le 22, le district de Lavaur est autorisé à faire démolir la porte de la côte du port, attendu qu'elle forme un passage dangereux pour la circulation. - Le 26, l'Administration ordonne le payement des terrains pris à divers particuliers pour la construction des routes de Castres à Castelnaudary et à Lodève. - Le 27, l'indemnité accordée aux ecclésiastiques détenus à la Chartreuse est portée de trois livres à cinq livres par jour à partir du 1er floréal. Le 1er floréal, Charpentier-Dessonville est élu président pour le présent mois. - Le 3, transcription d'un décret de la Convention qui envoie le représentant du peuple Laurence en mission dans les départements de la Haute-Garonne, du Gers et du Tarn ; - une somme de 20000 livres est accordée à titre d'avance aux hôpitaux de Castres pour servir à la dépense journalière et non à des remboursements. - Le 4, approbation des traités passés par Fourquier, inspecteur des Postes aux lettres, et divers entrepreneurs du service de transport de la correspondance à Montauban, Toulouse et Lacaune. - Le 5, transcription du décret du 28 germinal relatif à la réorganisation des Administrations de Département et de District. - Le 6, Clausade (Joseph), Thomas (François), et Bastié (Germain), de Lavaur, sont chargés de la vérification dus billets de confiance retirés de la circulation ; - en exécution de la loi du 28 germinal, Dessonville est nommé procureur général syndic et Jougla, président de l'Administration du Département. - Le 7, annulation de la vente d'un domaine ayant appartenu à l'abbé de Conques situé dans la commune de Tréban, consentie le 13 mars 1791 par le district d'Albi en faveur de l'ancien maire de cette commune ; - mise sous séquestre de la métairie d'En Raynal, située dans la commune de Cadalen, dont le propriétaire, Rieunes (Joseph-Alexandre), dragon du Tarn, est présumé émigré ; de la métairie de la Fouratié ayant appartenu à Rivals-Boussac, émigré, et des biens de Pagèze, fils, aussi émigré. - Le 9, Devoisins (Joseph), prêtre, détenu à la Chartreuse, est mis en liberté. - Le 11, arrêté relatif au mode de payement du traitement de la gendarmerie. - Le 15, la place de notaire public à la résidence de Lautrec est conférée à Alquier (Maurice), fils de l'ancien titulaire ; - le district d'Albi est chargé de prendre les mesures nécessaires pour empêcher le rassemblement de prêtres réfractaires dans une maison située dans la forêt dite des Carmes, commune de Sérénac. - Le 16, approbation des traités passés entre Fourquier, inspecteur des Postes aux lettres, et les entrepreneurs du service de transport de la correspondance de Castres à Albi, Carcassonne et Saint-Pons. - Le 21, transcription d'un arrêté du Comité de Salut public relatif aux formalités à remplir par les étrangers résidant en France pour sortir du territoire. - Le 22, l'Administration règle le mode d'emploi des prisonniers de guerre espagnols de la garnison de Figuières aux travaux de l'agriculture ; - le district d'Albi communique le procès-verbal dressé par les officiers municipaux de Paulin, section de Teillet, relatif à la rixe sanglante qui eut lieu dans la maison de Puel, à la Lauzié, où Planchan, prêtre réfractaire, célébrait la messe en présence d'un rassemblement de six cents personnes environ. - Le 23, transcription d'un arrêté du Comité de Salut public autorisant les districts à faire des visites domiciliaires chez les cultivateurs et propriétaires de grains qui refuseraient de satisfaire aux réquisitions. - Du 26 au 29, une somme de 20000 livres est accordée à titre d'avance aux hôpitaux de Lavaur et d'Albi pour servir aux dépenses journalières de ces établissements. Le 1er prairial, sur la demande de Maffre, élève à l'école vétérinaire d'Alfort, l'Administration porte de 800 à 2000 livres le montant annuel de sa pension. - Du 2 au 5, les juges de paix des cantons de Sorèze et de Dourgne sont chargés de poursuivre les auteurs des attroupements formés dans le but de réclamer, avec menaces, le libre usage des églises et des cloches des communes de Lagardiolle, Sorèze, Arfons et Dourgne. - Le 8, la concession d'une mine de plomb, située dans la commune de Mourcayrol, district de Béziers, dont partie s'étend sur le territoire du district de Lacaune, est accordée à Guillaume Malher, raffineur de métaux. - Le 11, transcription d'un arrêté du Comité de Salut public qui met en réquisition le cinquième de tous les grains, farines et légumes secs. - Le 13, sur le rapport du district de Lacaune, l'Administration ordonne que les arbres de la Liberté abattus dans les communes de Castelnau et de Massuguiès seront relevés et que les croix plantées par des fanatiques de ces mêmes communes seront détruites ; - le traitement des employés des bureaux de l'Administration est augmenté de la moitié en raison du renchérissement des denrées. - Le 14, pour le même motif, le traitement des ardiens des prisons est porté de 1080 à 1800 livres. - L 18, transcription d'un arrêté du Comité de Salut public qui abolit les foires et marchés créés depuis le 1er janvier 1789 sans le concours des autorités constituées. - Le 20, le conseil général de la commune de Castanet est suspendu de ses fonctions pour avoir, par sa délibération du 20 floréal, donné acte au prêtre Castel de la rétractation de son serment ; l'Administration ordonne, en outre, l'arrestation de cet ecclésiastique ancien curé de Saint-Jean-de-Montferrier dans la commune d'Ambres. - Le 21, transcription du règlement arrêté par le Commissaire ordonnateur en chef de l'armée des Pyrénées Orientales pour la levée de la récolte dans le pays conquis sur l'Espagne ; - vu l'article 7 dudit règlement qui ordonne la levée d'un corps de moissonneurs composé de 615 hommes et de 300 femmes de bonne volonté, l'Administration du département engage les habitants à profiler des avantages pécuniaires qui leur sont offerts (le salaire des hommes était de 5 livres par jour et celui des femmes de 2 livres 10 sous) ; - une somme de 50000 livres est accordée à titre d'avance à l'administration des hospices de Castres. - Le 23, en exécution de la loi du 27 germinal, Solomiac, Couchet et Madière sont nommés membres du Directoire du département et Jalbert, procureur général syndic. - Le 27, transcription d'un arrêté du représentant du peuple Lacombe, en séance à Montpellier, relatif à la conservation des routes. Le 5 messidor, transcription d'un arrêté du Comité de Salut public qui ordonne aux Administrations de département de lui faire parvenir à la fin de chaque décade l'analyse de ses travaux. - Le 7, le représentant du peuple Lakanal, en séance à Bourges, ordonne à la municipalité et à l'administration du district d'Albi de se réunir à celle du Département pour choisir " les trois citoyens les plus propres par leurs lumières et leur moralité à former le jury central d'Instruction publique de l'arrondissement d'Albi " ; - il charge en outre l'Administration de désigner le local nécessaire à l'installation de l'Ecole centrale d'Albi. - Le 10, transcription d'un arrêté du représentant du peuple Pellet (de la Lozère) contenant les mesures à prendre contre les déserteurs. - Le 11, le district et la municipalité d'Albi réunis à l'Administration du département choisissent les citoyens Lagrèze, Médale, oncle, et Bousquet fils, homme de loi, pour former le jury central d'Instruction publique ; - la maison episcopale d'Albi est désignée pour l'installation de l'École centrale ; - les divers membres nommés par l'arrêté du Comité de Législation du 9 prairial pour compléter l'Administration du département en exécution de la loi du 28 germinal s'étant rendus à leur poste, l'Assemblée nomme pour son président le citoyen Dessonville. - Le 12, la municipalité de Castres est autorisée à accorder à plusieurs citoyens qui en ont fait la demande le libre usage des églises de Notre-Dame-de-la-Platé et de Saint-Jacques-de-Villegoudou pour l'exercice de leur culte. - Le 13, transcription d'un arrêté du représentant du peuple Lacombe, ordonnant l'emploi des prisonniers de guerre aux travaux d'entretien des routes. - Le 14, l'Administration ordonne l'impression et l'envoi à toutes les municipalités de la liste des cultivateurs qui ont obtenu le prix de travail créé par l'arrêté du 4 fructidor an II. - Le 15, l'indemnité de déplacement accordée aux témoins est augmentée de la manière suivante : 4 livres, 10 sous pour ceux domiciliés dans le lieu de l'instruction et 6 livres pour les autres. - Le 16, une somme de 90000 livres est accordée à titre d'avance aux hôpitaux de Castres ; - les frais de déplacement de la force armée envoyée à Sorèze pour protéger la procédure du juge de paix contre les auteurs des troubles survenus dans cette commune relativement au culte sont arrêtés à 1632 livres, 8 sous ; cette somme sera remboursée par la municipalité au moyen d'une imposition par addition à ses charges locales. - Le 18, Michel et Madière sont chargés de vérifier le nombre et la valeur des billets de confiance retirés de la circulation par voie d'échange avec les autres départements et de procéder à leur incinération. - Le 19, transcription de divers arrêtés du Comité des Finances portant augmentation de traitement des employés des Administrations de District et de Département et réduisant, à partir du 1er thermidor, les bureaux de ces Administrations ainsi qu'il suit : Secrétariat ayant pour attribution : les dépêches, la correspondance, les délibérations, la comptabilité et les archives. Bureau des Contributions ; Bureau des Domaines ; Bureau de Police administrative, civile et militaire ; Bureau des Établissements, Travaux et Secours publics ; Bureau pour la liquidation des créances sur les émigrés. L'Administration arrête qu'il n'y a pas lieu d'accorder à Ferlus, à prix d'estimation, la propriété de l'Ecole de Sorèze dont il est directeur ; que toutefois on peut maintenir provisoirement ce citoyen dans la jouissance gratuite des bâtiments, mobilier et autres objets dépendant de cet établissement à la charge par lui d'en continuer l'entretien et de soutenir dans cette école le même genre d'instruction que par le passé ; - la vente du domaine de Saint-Michel situé dans la commune de Sorèze ayant appartenu aux Bénédictins, actuellement joui par le dit Ferlus est aussi provisoirement suspendue. - Le 21, le chef-lieu du canton de Vaour est transféré à Penne et à l'avenir ce canton portera le nom de cette dernière localité ; - les frais de déplacement (3283 livres, 18 sous) de la force armée envoyée à Castelnau-de-Brassac pour protéger la procédure du juge de paix contre les auteurs des troubles relatifs au culte seront remboursés par cette commune au moyen d'une imposition par addition à ses charges locales. - Le 28, l'Administration règle les attributions de ses bureaux réorganisés et fixe le nombre de ses employés ; - une somme de 40000 livres est accordée à titre d'avance à l'hôpital de Lavaur ; - l'Administration arrête les formes à suivre par les citoyens pour obtenir le libre usage des églises pour l'exercice du culte. Le 2 thermidor, Rahoux, Roquier (Jean), Combettes (Charles, Joseph), Lamothe (Charles), Heilles (Joseph), Rivals-Canimou, Caulhe, Calmels (François), Amalric (Antoine) et Boulade-Peyramen (Pierre), prêtres détenus à la Chartreuse, sont mis en liberté par arrêté du représentant du peuple Laurence ; - l'église de Massac est accordée à divers habitants pour l'exercice du culte ; - mesures prises contre les déserteurs. - Le 4, sur le rapport de l'accusateur public, l'Administration ordonne aux tribunaux des districts de Lavaur et de Castres de désigner chacun un juge pour compléter le tribunal criminel du département pendant le présent trimestre. - Le 5, Séré (Louis), Bellet (Jacques), Villeneuve, Fricou, Durand, Palaffre, Debar, Treillou, Teissier, Resplandy, Birbé et Paulhes, prêtres détenus à la Chartreuse, sont mis en liberté par Laurence. - Le 7 et le 8, transcription d'un arrêté du Comité de Sûreté générale qui met en liberté Mazars (Bernard, Pierre), détenu à Rochefort ; - l'Administration approuve le traité passé entre Grasset, directeur de la papeterie des Salvages, et Vidal, directeur de l'Enregistrement, Domaines et Droits réunis, pour la fourniture du papier à timbrer nécessaire pour tout le département ; - Lamothe (Charles), Pontier (Joseph), Cabanes (Jacques), Popy (Jacques), Escande (Jean), Delmas (Augustin), Baric (Joseph) et Rols (J. -L.), prêtres détenus à la Chartreuse, sont mis en liberté ; - une somme de 40000 livres est accordée à titre d'avance à l'hôpital d'Albi ; - transcription d'un décret de la Convention qui nomme Laurent (Jean), homme de loi à Albi, Sabarthés (Jean-Pierre), arpenteur-géomètre, et Pellissier, greffier de la commune de Lacaune, préposés au triage des litres dans le département. - Le 11, Delsol (Antoine) et Bouissou (Jean, Pierre), détenus à la Chartreuse, sont mis en liberté ; - une somme de 22763 livres payable par tiers et par décade est accordée aux hospices de Castres. - Le 14, " vu la pétition des prêtres détenus dans la maison de réclusion du département portant que le pain leur coûte jusqu'à 6 francs la livre et les autres objets dans la même proportion et qu'il leur est impossible de se procurer le nécessaire avec les cinq livres par jour qui leur sont accordées ", l'Administration leur alloue une somme de dix francs par jour pour leur tenir lieu de traitement. - Le 16 et le 17, les églises de Labessière, de Campans, de Saint-Étienne-de-Cahuzac, du Laux, de Saint-Pierre-de-Mazières, de Guitalens, de Notre-Dame-d'Auvezines et de Loupiac sont mises à la disposition de divers habitants de ces paroisses pour l'exercice du culte ; - mise en liberté de Guyot (Joseph), Combettes, Gaubil, Gineste et Lhouret, prêtres détenus à la Chartreuse ; - répartition entre les districts de 2995 faux de 29 et de 30 pouces de longueur envoyées au département par la Commission de l'Agriculture et des Arts : le prix de ces faux était pour les premières de 42 livres, 12 sous, 5 deniers et pour les secondes de 47 livres, 2 sous, 5 deniers. - Le 21, transcription d'un arrêté du Comité de Législation approuvant l'arrêté de l'Administration du département qui ordonne la main-levée des scellés et du séquestre mis sur les effets et les biens dépendant de la succession de Vésian (Gaspard), assassiné à Saint-Chinian le 10 mai 1793 ; - transcription d'un arrêté du Comité des Finances qui spécifie les conditions à remplir par les ci-devant ministres du culte pour avoir droit aux secours accordés par les lois du 2 frimaire et 2 des sans-culotides an II ; - les églises de Réalmont et de Saint-Pierre de Teyssode sont mises à la disposition des habitants pour l'exercice du culte. - Le 29, une somme de 148000 livres est accordée à titre d'avance aux hospices de Castres pour être appliquée aux dépenses du mois prochain ; - l'église des Capucins de Castres est accordée aux citoyens protestants de la ville pour l'exercice de leur culte. Le 1er fructidor, transcription du décret qui ordonne que le canton de Vaour portera à l'avenir le nom de canton de Penne. - Le 2, le district de Castres est autorisé à délivrer aux hospices de cette ville les matelas, lits, couvertures et linge qui se trouvent actuellement dans ses magasins. - Le 3, transcription d'un arrêté du Comité de Législation du 19 thermidor qui nomme divers citoyens pour compléter les diverses administrations du département ; - l'Administration classe ses employés en chefs de bureau, commis principaux, commis sous-principaux et expéditionnaires. - Le 4, le district de Lavaur est autorisé à fournir à titre d'avance à l'hôpital de cette ville une somme de 100000 livres. - Le 5, la moitié en sus de leur traitement est accordée aux employés des administrations de District et de Département à titre d'indemnité. - Le 6, par arrêté du Comité de Sûreté générale, Cambefort, frères, de Lavaur sont mis en liberté ; - transcription d'un arrêté de Lacombe, représentant du peuple, relatif aux plantations d'arbres le long des roules. - Le 8, la mission du représentant du peuple Clauzel est étendue aux départements de la Haute-Garonne et du Tarn ; - les officiers de santé suivants sont chargés de constater l'état des militaires en traitement dans les hôpitaux : Déjean, pour l'hôpital de Castres ; Syriés, pour celui d'Albi ; Coutaud, pour celui de Gaillac, et Davand, pour celui de Lavaur. - Le 11, approbation de la nomination faite par le district de Lavaur de Clauzade-Picou comme juge de paix de ce canton, intra-muros, vacante par la démission de Bardou ; - les églises de Sainte-Cécile et de Saint-Salvi d'Albi, ainsi que celle des Capucins de la même ville sont accordées à divers habitants pour l'exercice du culte ; - en exécution de l'arrêté du Comité de Salut public du 24 floréal précédent, il est ordonné aux districts de transmettre au Département les états dressés par les municipalités, de toutes les terres couvertes de récoltes. - Le 15, la commune du Pujol, formée des anciennes communes du Pujol et de Fréjeville, est provisoirement réunie à celle de Vielmur à cause de la division qui règne entre les habitants et les officiers municipaux de ces deux sections. - Le 16, l'église de Vabre est accordée aux habitants pour l'exercice du culte ; - en exécution de la loi du 5 du présent mois, annexée à la Constitution proposée au Peuple français, les assemblées primaires sont convoquées pour le 20. - Le 17 et le 18, les églises de Lugan, de Lautrec et d'Aussillon sont rouvertes à l'exercice du culte sur la demande des habitants. - Le 21, l'Administration ordonne l'affichage du tableau des citoyens qui aspirent aux places de notaires publics ; - Groc (Antoine), demeurant aux Nieros, commune de Saint-Gervais-terre est autorisé à exploiter une mine de charbon existante sur le fond dont il est propriétaire, - Le 23, la même autorisation est accordée à la veuve Bermond Miquel pour une mine située à Campes. - Le 24, l'Administration est d'avis que la concession de la mine de plomb de Mourcayrol dont partie est comprise dans le district de Lacaune, soit accordée à Guillaume Mather. - Le 25, création dans les districts de magasins destinés à recevoir les grains servant au payement en nature de la contribution foncière de la présente année ; - une somme de 60 000 francs est accordée à l'hôpital d'Albi à titre d'avance. Le 1er complémentaire, les églises dont les noms suivent sont accordées aux habitants, sur leur demande, pour l'exercice du culte : Notre-Dame de Latrivalle, Saint-Martin de Dauzats, Saint-Salvi de la Balme, Saint-Michel de Peyrin, Saint-Julien du Puy, Saint-Barthélemy d'Artoul, Saint-Salvi du Sérail, Notre-Dame de Noailles, Saint-Etienne de Graissac, Saint-Clément, Saint-Jean-Baptiste de Labessonnié, Saint-Laurent d'Auterive et Saint Remi de Lautrec. - Le 2, l'Administration accorde des indemnités aux entrepreneurs de travaux publics en raison de l'augmentation du prix des journées. - Le 3, les églises de Saint Pierre de Peyregoux, de Saint-Jean de Servies, de Saint-Jean de Jonquières, de Saint-Hilaire de Fréjeville, de Saint-Jean de Verdalle, de Saint-Michel de Sémalens, de Saint-Pierre de Burlats, de Saint-François de Roquecourbe, de Saint-André de Saïx, et de Saint-Mathieu du Vintrou, sont rouvertes à l'exercice du culte. - Le 5, une somme de 100000 livres est accordée à titre d'avance aux hospices de Castres. - Le 6, les receveurs de l'enregistrement sont chargés de la fixation du prix des patentes basé sur la population des communes dont l'état est joint à l'arrêté. Le 2 vendémiaire an IV, la municipalité de Castres est autorisée à faire aux bâtiments du Grand Séminaire les réparations nécessaires pour transformer cet établissement en casernes. - Le 4, il est permis au district de Castres de faire retirer de ses magasins et de vendre sur le marché de cette ville cinquante-sept quintaux de maïs précédemment destinés à la nourriture des prisonniers de guerre ; - le régisseur de la métairie de la Vivarié, domaine en partie national, fournira aux hospices de Castres la quantité de 30 setiers de blé. - Le 7, transcription d'un arrêté du Comité des Finances ordonnant que le traitement des fonctionnaires sera augmenté, en sus des augmentations déjà accordées, d'une somme égale à la valeur d'une livre et demi de pain par jour réglée sur le prix courant de chaque district. - Le 9, en exécution de la loi du 1er jour complémentaire, Abrial, neveu d'un prêtre déporté, cesse ses fonctions d'administrateur du département : Baux, ex-administrateur du district de Castres, est nommé à sa place ; - les père, mère ou cautions des émigrés sont mis en demeure de rendre compte du produit des biens dont ils ont obtenu la régie provisoire ; - fixation du prix de passage des bacs situés sur les rivières du département - Le 11, le district de Lavaur est autorisé à faire à l'église des Pénitents-Bleus les réparations nécessaires pour rendre ce bâtiment propre à recevoir les grains provenant de la contribution foncière de l'an 111 ; - le traitement des prêtres reclus à la Chartreuse est porté de dix livres à quinze livres par jour ; - arrêté relatif aux baux d'entretien des routes. - Le 16, la concession de la mine de charbon située à Blima, commune de Réalmont, st accordée à divers habitants de cette commune. - Le 17 le représentant du peuple Clauzel charge l'Administration de réorganiser les municipalités et les tribunaux de paix qui ne l'auraient pas été. - Le 18, le Comité des Finances informé qu'une grande quantité d'assignats de 10000 livres restent sans emploi dans les caisses des agents, ordonne le recensement de ces assignats et prescrit les mesures pour procéder à leur échange. - Du 20 au 23, la brigade de gendarmerie d'Alban est transférée à Villefranche par suite du manque de logement dans cette localité ; - il est enjoint aux districts de procéder au recensement des armes de toute espèce qui sont à leur disposition ; - les églises de Saint-Jacques de Ferrières, de Saint-Jean-Baptiste de Vénès, de Saint-Étienne de Cuq, de Saint-Salvi de Giroussens, de Notre-Dame d'Algans, de Saint-Pierre de Poudis, de Saint-Agnan, de Viviers, de Saint-Ferréol de Fiac, de Saint-Sauveur et de Saint-Eugène d'Ambres, Saint-Loup de Puylaurens, de Saint-Jean-Baptiste de Viterbe, de Saint-Paul, de Notre-Dame de Blan, de Villeneuve et de Saint-Pierre du Puy sont, rouvertes au culte sur la demande des habitants. - Le 24, les fermiers des biens de Noailles, présumé émigré, et des domaines de Candels provenant, de l'émigré Falguerolles sont autorisés à livrer aux hospices de Castres, chacuns, 50 quintaux de blé ; - transcription d'un arrêté du Comité des Finances concernant le payement de la contribution foncière. - Le 26, le district, de Castres est autorisé à faire vendre sur les marchés de cette ville 100 quintaux de millet à prendre dans les magasins nationaux de Puylaurens. - Le 27, l'Administration fixe le nombre de magasins à établir par district pour la réception des grains servant au payement en nature de la contribution foncière et désigne les communes formant l'arrondissement de chacun d'eux ; - création d'un bureau chargé de la liquidation de la dette des émigrés et de toutes les créances sur l'État au-dessus de 800 livres ; - Villeneuve, cadet, et Galibert, fils, de Castres sont chargés de viser les billets de confiance retirés de la circulation. - Le 28, sur la demande de divers habitants, plusieurs églises leur sont accordées pour l'exercice du culte. - Le 29, en exécution de la loi du 19 courant, les assemblées primaires sont convoquées pour le 10 brumaire prochain à l'effet d'élire les agents municipaux et leurs adjoints dont la réunion formera l'Administration municipale de canton ; - tableau des communes formant chaque canton - Le 30, le traitement des exécuteurs des jugements criminels est augmenté par jour de la valeur d'une livre et demie de pain et leurs frais de déplacement sont provisoirement doublés. Le 2 brumaire, l'Administration est autorisée par arrêté du Comité des Finances à régler l'augmentation de traitement à accorder aux fonctionnaires employés dans les maisons d'arrêt. - Répertoire alphabétique des décisions contenues dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 445 feuillets.
L 931790-1791
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par les districts au Directoire du département avec les décisions de cette administration.
Ce registre est divisé en cinq parties de la manière suivante (Chacune de ces parties correspond à l'un des cinq districts. ) :
1e District de Castres. — Le 6 août 1790, la municipalité de Castres est autorisée à emprunter une somme de 4000 livres pour pourvoir aux frais de la Fédération du département. — Le 24, il est permis aux Chartreux de Castres de prendre sur les revenus dont ils sont comptables envers la Nation la somme de 150 livres pour être distribuée en aumônes.
Le 18 septembre, sur la demande des commerçants de Castres, le Directoire prie l'Assemblée nationale d'établir un tribunal de commerce dans cette ville. — Le 20, Vareilles (Louis), habitant à la Grélarié, dans la commune de Roquecourbe s'oppose à ce que les non catholiques soient inhumés dans son jardin : sa demande est transmise au directoire du district. — Le 22, le trésorier du Chapitre de Lautrec est autorisé à prendre sur ses fermages tant en grains qu'en argent une somme de 22800 livres à titre de traitement provisoire accordé aux chanoines, prébendiers, hebdomadiers, diacres et clercs.
Le 2 octobre, sur la demande de la municipalité d'Arfons et afin de procurer des ressources aux indigents de la commune, le Directoire ordonne la vente d'une partie de la forêt de Ramondens.
Le 10 novembre, les religieuses de l'abbaye de Vielmur sont autorisées à prendre à titre de traitement provisoire une somme de 6000 livres sur les revenus de leurs biens. — Le 15, sur les conclusions du procureur général syndic, les sieurs Carles détenus dans les prisons de Castres sont transférés dans celles d'Arfons, leur résidence, pour être poursuivis par le juge dudit lieu comme coupables d'être les instigateurs d'un attroupement séditieux. — Le 20, il est permis aux Dominicains de Castres de couper dans la forêt de Sémalens dont ils sont propriétaires la quantité de bois de chauffage qui leur est nécessaire ; — les Chartreux de Castres demandent « à prendre sur le peu de fonds qui leurs restent de leur administration provisoire de quoi distribuer du pain à la porte de leur monastère, ne fut-ce que pour calmer les cris perçants des malheureux qui viennent y frapper et se mettre ainsi à l'abri des insultes et des menaces ; » — une somme de 800 livres leur est allouée. — Le 25, sur la demande de de Royère, ancien évêque de Castres, le Directoire lui accorde à titre de secours une somme de 15000 livres à prendre sur les revenus de l'ancien évêché. — Le 30, les religieux de la congrégation de Saint-Maur chargés de la direction de l'école royale militaire de Sorèze sont autorisés à recevoir de leurs fermiers une somme de 23800 livres représentant le montant de leurs pensions pour la présente année en attendant la liquidation de leur traitement ; — le Directoire transmet au Contrôleur général des Finances une pétition des fabricants de Castres demandant qu'il soit fabriqué pour le département des pièces de un sol, de six et de trois deniers jusqu'à concurrence de la somme de 200000 livres.
Le 6 décembre, le recouvrement des impositions de 1789 du domaine de Ramondens situé dans les communes d'Arfons et de Saissac, cette dernière faisant partie du département de l'Aude, est ajourné jusqu'à ce que les limites de ces communes aient été fixées. — Le 10, l'exercice du culte est provisoirement transféré de l'église de Notre-Dame-de-la-Platé à Castres, dans la cathédrale. — Le 17, une indemnité de 700 livres est accordée à Perié-Montalric, de Castres, pour dommages causés à sa propriété par les manœuvres du régiment des Dragons du Roi. — Le 18, la municipalité de Labruguière demande à être autorisée à s'imposer d'une somme de 1200 livres pour l'entretien de trois frères des Écoles chrétiennes : le Directoire est d'avis qu'en attendant l'organisation de l'Instruction publique, la commune continuera, comme par le passé, à avoir un régent aux appointements annuels de 300 livres. — Le 20, les pièces relatives à l'élection de Justy comme juge dé paix de la ville de Castres sont transmises au, Comité de Constitution pour donner son avis sur l'éligibilité de ce citoyen.
Le 8 janvier 1791, Foulquier, membre du Directoire, est chargé d'assister à l'élection des officiers de la garde nationale de Lautrec. — Le 10, le supérieur du Séminaire-Collège de Castres est autorisé à percevoir les revenus des biens de cet établissement à la charge de pourvoir à la subsistance de la maison ; — la municipalité de Castres est chargée de surveiller et d'administrer les biens nationaux situés sur son territoire jusqu'à leur vente. — Le 11, Plazolles, curé de Caucalières, est autorisé à distribuer aux pauvres de sa paroisse deux setiers de blé et même quantité de millet à prendre sur les revenus de la cure. — Le 13, le Conseil général de la commune de Castres demande à acquérir les bâtiments de l'évêché avec ses dépendances : le Directoire prie l'Assemblée nationale d'accepter sa soumission. — Le 19, clôture des comptes de la gestion des biens non affermés présentés par de Calages, prieur de l'abbaye d'Ardorel (recettes, 2413 livres, 10 sols ; dépenses, 244 livres, 17 sols). — Le 21, les pétitions de Lecamus et de Combes tendant à obtenir une indemnité pour l'entretien de leurs haras pendant l'année 1789 sont transmises à Montpellier aux Commissaires chargés de la liquidation des affaires générales de l'ancienne province. — Le 22, la délibération de la municipalité de Castres demandant l'ouverture d'une rue allant de la Tourcaudière à la rue du Pont-Neuf est approuvée ; — approbation des comptes du trésorier du chapitre de Lautrec (recettes, 16598 livres, 4 sols ; dépenses, 18748 livres, 17 sols).
Le 1er février, sur la demande de Barral (Marie Félicité), fondatrice de la maison de la Présentation à Castres, le Directoire arrête que le receveur de l'ancien diocèse de Castres payera à cet établissement les sommes imposées en sa faveur pendant l'année 1790.
2° District d'Albi. — Le 3 septembre 1790, sur l'avis du directoire du district et de la municipalité d'Albi, le Directoire du département exprime le vœu que le couvent des Carmes de cette ville soit affecté au service du district, de la municipalité et de la justice. — Le 11, les municipalités de Milhavet, de Mailhoc et de Villeneuve demandent, qu'un canton soit établi dans cette dernière commune. — Le 18, le Directoire prie l'Assemblée nationale de créer un Tribunal de commerce dans la ville d'Albi. — Le 25, une somme de 36 livres, pour six jours de séjour dans Paris, est accordée aux députés du district d'Albi à la Fédération du 14 juillet (ces députés étaient : Massol, Bourdet, Gorsse, Lapanouse, Raynald, Latour, Marty, Delmas, Maffre et Espérou). — Le 30, l'administration du district d'Albi demande l'établissement d'une bibliothèque publique dans cette ville.
Le 5 octobre, les religieuses du Couvent des Fargues d'Albi sont autorisées à faire couper, pour les besoins de leur maison, soixante charretées de bois de chauffage dans les bois dépendant de leurs domaines. — Le 7, le receveur des décimes d'Albi est chargé de, payer à l'abbé Crozes, directeur du Bureau des pauvres de la Miséricorde, de ladite ville, la rente de 354 livres, 4 sols, 3 deniers servie par le Clergé à cet établissement. — Le 28, l'agent du ci-devant archevêque d'Albi est chargé de livrer aux religieuses de Sainte-Claire six pipes de vin et le chapitre métropolitain de la même ville la quantité de 24 setiers de blé : la valeur de ces diverses denrées sera imputée sur le traitement qui leur sera accordé ; — les Cordeliers d'Albi sont autorisés à prendre quatre pipes de vin de Labrévial que l'Évêché est tenu de leur payer annuellement en vertu des cessions faites audit Évêché.
Le 2 novembre, la municipalité d'Albi est chargée de payer à ses députés aux assemblées générales des sénéchaussées de Carcassonne et de Toulouse, pour l'élection de l'Assemblée nationale, le mentant de leurs déboursés (liste des députés). — Le 11, la municipalité de Labastide-Gabausse est autorisée à imposer sur la commune une somme de 144 livres pour rembourser ses déboursés à Mari (Jean-André), député à l'assemblée de la sénéchaussée de Toulouse lors de l'élection aux États généraux (Des autorisations semblables accordées à un grand nombre de communes existent dans ce registre : elles n'ont pas été mentionnées dans l'Inventaire. ).
Le 23 décembre, il est accordé à l'hôpital Saint-Jacques d'Albi 30 setiers de blé à prendre dans les greniers du chapitre et une somme de 3217 livres, 10 sous pour augmenter ses revenus ordinaires insuffisants cette année par suite de maladies épidémiques et de l'extrême misère qui a régné pendant l'hiver de 1789 ; — la municipalité d'Albi est autorisée à emprunter 14212 livres, 16 sous, 10 deniers pour rembourser à divers particuliers les frais d'installation d'un grenier à subsistances. — Le 28, le Directoire ordonne le renvoi au Comité de Constitution des pièces relatives à l'élection des juges de paix du canton d'Alban pour statuer sur cette affaire.
Le 21 janvier 1791, la demande de gratification de 150 livres par année et par étalon qu'il possède dans le haras de Lédou présentée par de Puységur est transmise aux commissaires chargés de la liquidation des affaires de l'ancienne province ; — un secours de 200 livres est accordé aux Dames de la Providence régentes de Réalmont.
Le 4 février, le district d'Albi est autorisé à payer à Julien David la somme de 64 livres pour réparations faites au couvert de l'église de Sainte-Cécile ; — le Directoire permet à Palazy, curé de Notre-Dame de Ladrèche, de prendre un vicaire pour l'aider dans les fonctions de son ministère à cause de ses infirmités ; les honoraires du vicaire sont à la charge de la Nation. — Le 7, le district d'Albi est invité à fournir au Tribunal de Commerce de cette ville une salle d'audience dans le couvent des Carmes ; — la municipalité d'Albi est chargée de l'administration du collège de cette ville. — Le 12, le tribunal du district d'Albi recevra une somme annuelle de 600 livres pour ses dépenses. — Le 21, sur la requête des fabricants d'Albi, le Directoire renouvelle au Contrôleur général des Finances sa demande relative à la fabrication de monnaie de cuivre pour le département. — Le 26, le Directoire demande à l'Assemblée nationale que le canton de Saint-Gervais soit réuni au département de l'Hérault, que les territoires d'Angles et de la Salvetat soient donnés en échange au département du Tarn et que les paroisses de Saint-Vergondin-de-Salès et de Sainte-Madeleine-des-Albis soient rattachées au département du Lot ; — clôture des comptes présentés par les Dominicains d'Albi (recettes : 6095 livres, 3 sous, 1 denier ; dépenses, y compris le traitement des religieux : 7049 livres, 6 sous, 1 denier) ; — une somme de 19293 livres, 4 sous, 4 deniers est allouée au cardinal de Bernis, ci-devant archevêque d'Albi, à titre de remboursement des avances faites par lui dans le courant de l'année 1790 tant pour le payement des honoraires des curés et vicaires que pour l'entretien des églises situées dans les dîmaires dont l'archevêché était décimateur.
Le 9 mars, vu l'état des revenus de Bernis, coadjuteur de l'archevêque d'Albi, s'élevant à 66576 livres, 5 sous, 6 deniers, le Directoire fixe son traitement à 10000 livres en exécution de l'article 16 du décret du 24 juillet dernier. — Le 19, le traitement des chanoines du chapitre métropolitain d'Albi est fixé à 2400 livres pour ceux qui jouissaient d'une maison et à 2212 livres, 15 sous, 6 deniers pour les autres ; — le Directoire, prenant en considération une délibération du chapitre d'Albi qui accordait aux pauvres de la ville 200 setiers de blé à titre d'aumône, autorise la continuation de ce don annuel ; — le traitement du cardinal de Bernis est fixé à 10000 livres. — Le 25, les « Amis de la Constitution d'Albi » sont autorisés à tenir leurs séances dans la salle du cloître du Couvent des Dominicains en attendant que la municipalité ait fait disposer l'église des Carmes pour le même usage.
Le 1er avril, le district d'Albi est autorisé à payer au sieur de Marliaves une somme de 800 livres représentant les intérêts d'une rente établie en sa faveur sur l'archiprêtre d'Albi. — Le 4, le Directoire fixe à 700 livres le traitement des religieuses de chœur de la Visitation d'Albi et à 350 livres celui des Sœurs converses de la même maison ; — le revenu des Dames hospitalières d'Albi étant insuffisant, il leur est accordé un traitement annuel de 495 livres ; — les rentes dues à l'hôpital d'Albi par le clergé de ce diocèse seront acquittées provisoirement par le receveur du district. — Le 7, le district d'Albi est chargé du payement des frais de culte de l'église de Saint-Salvi d'Albi s'élevant à 68 livres, 10 sous, 6 deniers. — Le 13, le Directoire approuve une délibération de la municipalité d'Albi par laquelle elle demande à être autorisée à distribuer aux pauvres une somme de 400 livres le jour de l'arrivée de l'évêque du département.
3e District de Lavaur. — Le 18 septembre 1790, les officiers municipaux de Saint-Paul demandent qu'un huitième canton soit formé dans le district de Lavaur et que le chef-lieu en soit placé dans leur commune.
Le 13 décembre, Noyer, curé de Puylaurens, réclame un traitement provisoire de 1000 livres à prendre sur ses revenus. — Le 23, approbation d'une délibération de la municipalité de Saint-Sulpice établissant un bureau pour l'administration des biens et revenus des pauvres.
Le 19 janvier 1791, le district de Lavaur demande à acquérir le couvent des Cordeliers pour y installer les divers services administratifs et judiciaires. — Le 31, l'élection du juge de paix du canton de Saint-Sulpice est annulée parce que l'assemblée électorale n'a pas prêté le serment civique prescrit par le décret du 28 mai dernier.
Le 5 avril, le district de Lavaur est autorisé à payer à Bauduer, ancien syndic du diocèse de Lavaur, son traitement pour les années 1789 et 1790. — Le 8, il est permis aux habitants de la paroisse d'Auvezines de faire célébrer le culte dans leur église.
Le 4 mai, le Directoire accorde des indemnités en nature aux clercs, enfants de chœur, carrillonneur et suisse du chapitre de Lavaur ; — sur la demande des habitants du faubourg du Port, à Lavaur, la chapelle de Notre-Dame est provisoirement conservée pour être érigée en succursale s'il y a lieu ; — la rente annuelle de 100 livres servie aux pauvres de Saint-Sulpice par le couvent des religieuses dudit lieu sera payée par le receveur du district de Lavaur ; — ces mêmes religieuses sont autorisées à choisir leur aumônier qui recevra un traitement annuel de 400 livres.
4° District de Gaillac. — Le 26 août 1790, le Directoire ne s'oppose pas à ce que l'administration du district de Gaillac fasse des démarches pour attirer un imprimeur dans cette ville, à la condition qu'il ne lui sera accordé aucune gratification.
Le 9 septembre, les hameaux des Estrabots et de Mercadier situés dans la commune de Penne demandent à être réunis à celle de Saint-Michel-de-Vax et la commune de Saint-Martin-Laguépie, au canton de Milhars. — Le 11, les communes de Noailles, de Castanet et de Cardonnac demandent la création d'un canton à Villeneuve-sur-Vère. — Le 17, les officiers municipaux de Rabastens sont autorisés à prendre un arrêté de police pour défendre l'accaparement des grains les jours de marché. — Le 11 novembre, sur la demande des prêtres obituaires de Vieux, le Directoire autorise l'ancien chapitre de Sainte-Cécile d'Albi à leur payer en argent les douze barriques de vin qui leur sont dues. — Le 27, il est permis aux religieuses de l'Annonciade d'Albi de recevoir le montant du fermage de leur domaine des Larmes comme acompte sur leur traitement.
Le 6 décembre, les religieux de Candeil sont autorisés à prendre sur les revenus dont ils doivent rendre compte une somme de 500 livres pour être par eux distribuée en aumônes. — Le 24, le Directoire prie l'Assemblée nationale de prendre en considération la délibération de la municipalité de Gaillac qui demande que le revenu d'une prébende canonicale du chapitre de Saint-Michel soit laissé à sa disposition pour être mployé au payement des régents des écoles. — Le 31, u
e somme de 200 livres est mise à la disposition des Augustins de Lisle pour être distribuée aux pauvres.
Le 8 janvier 1791, les citoyens actifs de la nouvelle commune de Sainte-Cécile-du-Cayrou formée des communes de Lamothe, de Rouyre et de partie de Montmiral sont convoqués pour procéder aux élections du corps municipal ; — démolition de la tour et de la porte de Fénols. — Le 20, une somme de 600 livres est mise à la disposition du tribunal du district de Gaillac pour ses menues dépenses.
Le 4 février, le Directoire arrête que les juges de paix du département se conformeront à la décision suivante du Comité de Constitution relativement à l'établissement d'un huissier auprès de leur tribunal : « Il faut bien se garder d'établir un huissier auprès de chaque, juge de paix : le nom de tribunal ne convient pas à cette simple maison de justice… Il n'y a point d'audience fixe pour les juges de paix de canton : leur audience est chez eux à toute heure, dans les chemins, au milieu des carmpagnes et la beauté de leur ministère est de porter toujours avec eux la justice et la paix… » — Le 21, approbation des comptes présentés par les religieux de Candeil (recettes : 29850 livres, 15 sous, 4 deniers ; dépenses, y compris la reprise en argent ou en fruits : 26263 livres, 15 sous, 3 deniers). — Le 20, le Directoire est d'avis que Chastenet de Puységur doit être maintenu dans ses droits relativement à la propriété des bacs de Rabastens et que l'Assemblée nationale rende un décret portant défense expresse de le troubler dans sa possession.
Le 11 mars, approbation des comptes présentés par l'abbé de Candeil (recettes : 19499 livres, 8 sous, 9 deniers ; dépenses : 16569 livres, 16 sous, 3 deniers). — Le 26, les masages des Estrabots et de Mercadier sont distraits de la commune de Penne et réunis à celle de Saint-Michel-de-Vax. — Le 15, sur la réquisition du procureur général syndic il est enjoint à la municipalité de Puycelci de faire la publication des décrets relatifs au serment des ecclésiastiques.
Le 1er avril, le Directoire arrête que le fermier du domaine des Larmes payera en espèces aux religieuses de l'Annonciade d'Albi les rentes en nature qu'il était tenu de leur servir et ce d'après le tarif suivant :
Oies : 15 livres
Chapons : 2 livres, 10 sols et la paire
Poules : 1 livre, 15 sols et la paire
Poulets : « , 18 sols et la paire
La commune de Brens est maintenue dans la propriété du quart du port et passage d'eau dudit lieu. — Le 7, résiliation du bail à ferme, de la terre, seigneurie et prieuré de Bernard dépendant de l'abbaye de Bonnecombe consenti en faveur du sieur Dijon, de Castelnau-de-Lévis, le 23 novembre 1785.
5° District de Lacaune. — Le 11 septembre 1790, le Directoire du district de Lacaune est autorisé, à faire graver par le sieur Dauphin un sceau pour le district.
Le 21 novembre, la commune de, Miolles est réunie à celle de Curvalle, canton d'Alban.
Le 7 mars 1791, la municipalité de Lacaune est autorisée pour cette année seulement à pourvoir la paroisse d'un prédicateur pour le temps du carême dont les honoraires seront à la charge de la Nation.
Le 29 avril, le Directoire arrête qu'à l'avenir les communes de Cabannes et de Barre ne formeront qu'une seule commune (Le présent registre et les suivants contiennent un grand nombre d'arrêtés relatifs aux élections, aux emprunts, aux réclamations sur contributions, à la fixation du traitement des curés et des vicaires et à la liquidation des comptes présentés par eux, etc.. ).
Description physique : (Registre.) — In-folio, 235 feuillets.
L 941791
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District de Castres au Directoire du Département avec les décisions de cette administration.
Du 9 au 12 février, clôture des comptes présentés, 1° par les Bénédictins de Sorèze pour l'année 1790 (recettes : 24876 livres, 15 sous ; dépenses : 4559 livres, 18 sous, 3 deniers) ; 2° par le ci-devant chapitre de Castres (recettes : 26839 livres, 15 sous, 1 denier ; dépenses : 21961 livres, 8 sous, 7 deniers) et 3° par les Trinitaires de Castres (recettes : 1949 livres, 18 sous, 3 deniers ; dépenses : 496 livres, 7 sous). — le 14, le receveur du district est chargé de payer au prédicateur qui a prêché pendant le carême, à Dourgne, une somme, de 60 livres. — Le 18, sur la demande de quelques habitants de Laboulbène, le Directoire prie l'Assemblée nationale de rendre un décret abolissant le droit de fouage, de bladage et divers autres droits seigneuriaux existant encore dans le ci-devant vicomte de Lautrec ; — clôture du compte présenté par les religieuses du monastère de Saint-Pierre-de la-Salvetat transféré à Lautrec (recettes : 9801 livres, 14 sous, 1 denier ; dépenses : 2735 livres, 15 sous, 2 deniers). — Le 22, le Directoire requiert le commandant du régiment des Dragons du Roi actuellement à Castres d'y demeurer jusqu'à ce que leur présence ne soit plus nécessaire pour le maintien de la tranquillité publique. — Le 23, clôture des comptes présentés par les Dominicains de Castres (recettes : 6460 livres ; dépenses : 2000 livres). — Le 26, il est enjoint aux officiers municipaux de Labessonnié de procéder au plus tôt à la publication du décret relatif au serment des ecclésiastiques.
Le 12 mars, la municipalité de Castres est chargée des menus frais du bureau de paix du district. — Le 13, l'assemblée électorale du département pour l'élection de l'évêque réunie dans la matinée de ce jour dans l'église de Notre-Dame-de-la-Platé tiendra à l'avenir ses séances dans l'église des Dominicains.
Le 1er avril, le district de Castres est autorisé à emprunter une somme de 5292 livres pour servir au payement des frais occasionnés par l'envoi à Paris de 21 députés pour la fête de la Fédération du 14 juillet 1790. — Le 13, approbation d'une délibération de la municipalité de Castres demandant à emprunter 11688 livres pour payer la cinquième portion du prix du ci-dévant palais episcopal.
Le 4 mai, une somme de 230 livres est allouée au père Alary, cordelier, pour avoir prêché le carême à Castres ; — le district de Castres est autorisé à rembourser à la commune d'Arfons une, somme de 77 livres avancée par la municipalité à un détachement de la garde nationale envoyé à la poursuite des personnes qui s'étaient emparé de la métairie de Rouquet. — Le 25, convocation des Chartreux de Castres pour élire leur supérieur, l'élection de Capin comme supérieur étant annulée. — Le 28, la municipalité de Castres demande que les moulins dits du Cloître et d'Empare ne soient vendus que sous la réservation expresse des droits que peuvent avoir les riverains de faire baisser les chaussées et d'y faire pratiquer des vannes de manière que les murs de leurs maisons puissent être mis à sec. — Le 30, le district de Castres est autorisé à payer à l'hôpital de cette ville la somme de 312 livres, 10 sols, représentant la valeur de 25 setiers de seigle dus à cet établissement par le ci-devant chapitre de Castres.
Le 11 juin, Thomas de la Barthe est autorisé à racheter les droits casuels auxquels les domaines de la Mazade et de la Garriguette, dont il est propriétaire, étaient assujettis en faveur de l'abbaye de Vielmur. — Le 17, les sœurs régentes de Castres sont déchargées du vingtième imposé sur leur traitement ; — de Royère, ancien évêque de Castres, demande que le montant de sa contribution patriotique pour les années 1790 et 1791 soit réduit et que cette réduction soit basée sur la quotité de ses revenus.
Le 8 juillet, le Directoire est d'avis que dans un marché verbal l'acheteur peut se libérer en assignats malgré sa promesse de payer en argent. — Le 11, sur la demande de M. de Saint-Maurice, ci-devant seigneur de la terre de Saint-Amancet, le Directoire arrête que tous les droits seigneuriaux non supprimés consistant en censives, champarts, terrages, tasques, etc. Lui seront payés jusqu'à leur rachat ; — arrêté semblable relatif à une demande de la dame de Ligonier de Montégut. — Le 28, il est accordé à l'hôpital de Castres une somme de 600 livres pour l'entretien et la nourriture de trois enfants trouvés, conformément à l'usage établi.
Le 2 août, la municipalité de Soual est autorisée à s'imposer d'une somme de 150 livres représentant le traitement du maître d'école de la commune en attendant l'organisation de l'instruction publique. — Le 3, autorisation accordée, au district de payer à la demoiselle de Barral (Félicité), fondatrice de la maison de la Présentation, la somme de 1441 livres, 8 sols, 6 deniers, représentant le montant des rentes qui lui sont dues par le clergé de Castres et le chapitre de Lautrec. — Le 20, clôture des comptes présentés par le directeur du séminaire de Castres. — Le 22, la municipalité de Castres est autorisée à s'imposer d'une somme de 150 livres montant du traitement accordé au peintre Dauphin chargé de donner des leçons gratuites de dessin à quatre élèves désignés par les officiers municipaux. — Le 27, il est enjoint à la municipalité de Caylus (Rouairoux) de tenir la main à ce que les redevables payent, comme par le passé, à la dame de Caylus les droits de tasques, de champarts et autres redevances foncières qui lui sont dues.
Le 19 septembre, la municipalité de Castres accorde aux Frères des Écoles chrétiennes une somme de 30 livres pour achat de prix destinés à leurs élèves. — Le 20, une pétition des entrepreneurs de Travaux publics du département relative aux pertes considérables qu'ils éprouvent sur l'échange des assignats est transmise au ministre de l'intérieur avec prière de leur accorder une indemnité. — Le 24, les religieuses de Sainte-Claire-des-Ormaux de Castres sont dispensées du payement de la contribution patriotique, leur revenu individuel n'atteignant pas la somme de 400 livres.
Le 28, la municipalité de Castres est autorisée à numéroter les maisons de la ville et à les diviser en sections pour établir les différentes impositions.
Le 1er octobre, le Directoire autorise la municipalité de Saïx à réunir les notables et les propriétaires de vignes pour fixer, à la pluralité des voix, les bans des vendanges. — Le 5, le mémoire du principal et des professeurs de l'école de Sorèze demandant la conservation de cet établissement d'éducation est transmis à l'Assemblée nationale. — Le 22, la ville de Castres est autorisée à passer le bail du numérotage de ses maisons moyennant 2 sols, 9 deniers par numéro. — Le 25, le district de Castres est autorisé à faire construire une barque pour le passage d'eau de Saïx.
Le 30 novembre, le Directoire arrête que jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné le président du Tribunal du district présidera les assemblées du bureau du collège de Castres dans ses réunions.
Le 7 décembre, clôture du compte présenté par les Cordeliers de Lautrec (recettes : 1017 livres, 12 sous, 7 deniers ; dépenses : 836 livres, 4 sous). — Le 14, la municipalité de Lautrec est autorisée à démolir la cloison qui sépare le chœur du ci-devant chapitre de la nef de l'église paroissiale ; — approbation du bail pour la descente des cloches moyennant le prix de 96 livres consenti en faveur du sieur Sévérac par le district. — Du 16 au 29, arrêtés autorisant divers particuliers à racheter les droits casuels et censives établis au profit de la Nation sur des biens leur appartenant. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 141 feuillets.
L 951791-1792
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District de Castres au Directoire du Département avec les décisions de cette administration (En outre des décisions mentionnées dans l'inventaire, ce registre contient un grand nombre d'arrêtés relatifs à la liquidation des créances établies tant sur le Diocèse et le Clergé de Castres que sur diverses communautés).
Le 30 décembre, le Directoire arrête qu'avant de lever les scellés apposés sur la bibliothèque des Chartreux il en sera dressé l'inventaire.
Le 10 janvier 1792, il est ordonné au receveur du district de Castres de payer à l'Hôtel-Dieu de Lautrec diverses rentes qui lui étaient servies par les chapitres dudit lieu et de Saint-Pons. — Le 12, moyennant le payement d'une somme de 100 livres, le Directoire adjuge au sieur Pujol, d'Arfons, quatre arbres à prendre dans la forêt des ci-devant Chartreux, pour réparer sa forge dite de Saint-Denis située dans la Montagne noire. — Le 14, la municipalité de Castres est autorisée à répartir au marc la livre, sur chacun des rôles de ses contributions foncières et mobilières, la somme de 15910 livres, 1 sol, représentant le total de ses charges locales pour 1791 ; — autorisations semblables accordées à diverses communes. — Le 19, le Directoire autorise la municipalité de Sorèze à employer la somme de 80 livres à la fabrication de cartouches destinées à la garde nationale. — Le 25, la rente de 242 livres due par le diocèse de Castres aux pauvres de cette ville sera acquittée par le receveur du district. — Le 26, approbation d'une délibération de la municipalité de Vénès demandant que la cloche cassée de la paroisse soit échangée contre une de celles que le district a à sa disposition et qui proviennent des églises supprimées.
Le 3 février, le Directoire approuve le tableau d'organisation de la garde nationale de Castres composée d'une compagnie de cavalerie, de deux de grenadiers et de huit de fusiliers formant deux bataillons. — Le 13, la municipalité de Castres demande à acquérir le couvent et le jardin des Dominicains pour y établir un marché aux grains. — Le 16, Dassier (Etienne-Henri), de la congrégation de Saint-Maur demande à se retirer dans la maison de la Daurade de Toulouse pour y mener la vie commune avec les religieux du même ordre. — Le 20, approbation du procès-verbal d'organisation de la garde nationale de Mazamel.
Le 3 mars, organisation de la garde nationale du canton de Dourgne. — Le 10, à la suite de l'incendie des ornements de l'église de Saint-Benoît-de-Gourgues, le Directoire arrête que cette église et celle de Saint-Cyr, son annexe, seront provisoirement fermées. — Le 12, clôture des comptes des revenus et charges présentés par les religieuses du monastère de Saint-Pierre-de-la-Salvetat transféré à Lautrec (revenus : 9645 livres, 12 sous, 4 deniers ; charges : 1231 livres, 4 sous, 4 deniers). — Le 15, l'église de Saint-Martin-de-Carnac dans la commune de Cuq est provisoirement fermée. — Le 19, le district de Castres est autorisé à acheter une masure appelée l'ancienne cathédrale pour servir de maison d'arrêt et de correction. — Le 30, la commune d'Es-coussens est maintenue dans les droits de dépaissance, de défrichement et autres qu'elle avait sur la forêt de Cayroulet en vertu d'une transaction passée entre les consuls de la communauté et le syndic de la ci-devant Chartreuse de Castres.
Le 28 avril, les citoyens actifs du canton de Sorèze demandent que l'église de Saint-Vincent-de-Gandels, qui d'après la nouvelle circonscription des paroisses doit être supprimé, soit provisoirement fermée : cette pétition est transmise à l'évêque du département.
Le 3 mai, « les bons Patriotes de Mazamet » sont autorisés à se réunir à la garde nationale à cheval de Castres pour compléter la compagnie et les autres citoyens de ce canton sont invités à se joindre à eux pour concourir à la formation des deux compagnies de cavalerie du district. — Le 5, divers ornements et effets nécessaires au culte sont transférés de l'église supprimée des Dominicains dans celle de Saint-Jacques-de-Villegoudou sur la demande de Gayrard, curé constitutionnel. — Le 9, fermeture de l'église de Gandels. — Le 12, des secours de 3000 et 2000 livres sont accordés aux communes de Lautrec et de Labruguière pour l'achat de grains nécessaires à la subsistance des habitants jusqu'à la récolte. — Le 13, approbation du tableau des circonscriptions des paroisses du district de Castres. — Le 14, vente par la commune de Labruguière d'une partie de la forêt de Montaud pour le prix en être affecté à la réparation de la maison commune. — Le 19, le Directoire accorde à l'église de Saint-Pierre-d'Expertens un autel provenant de la cathédrale de Castres.
Le 9 juin, plantation de l'arbre de la Liberté à Montredon. — Le 16, le Directoire ordonne la fermeture de l'église de Saint-Jean-de-Magreperbeyre et envoie dans cette paroisse une brigade de gendarmerie pour arrêter l'ancien curé Azaïs.
Le 7 juillet, le district de Castres est autorisé à faire élever sur le Champ de Mars, pour le 14 courant, un autel de la Patrie dont le coût ne dépassera pas 100 livres. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 141 feuillets.
L 961792-an III
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District de Castres au Directoire du Département avec les décisions de cette administration.
Le 2 août 1792, Corneillan, curé de Saint-Martin-de-Dauzats, est dénoncé à l'accusateur public comme perturbateur de la tranquillité publique et enfermé à la Chartreuse de Saïx. — Le 16, une indemnité de 3 deniers par livre est accordée sur leur demande aux collecteurs de la commune de Castres pour la levée des impositions établies sur les ci-devant biens privilégiés.
Le 1er septembre, il est enjoint à Larroque, vicaire de Saïx, de se rendre à la Chartreuse.
Le 5 octobre, la municipalité de Castres demande à emprunter 120000 livres pour l'établissement d'un grenier d'abondance. — Le 10, en exécution de la loi du 26 août dernier, les deux prêtres Capéran et Capriol sont enfermés à la Chartreuse. — Le 22, Rodière est autorisé à installer une imprimerie dans le couvent des Jacobins jusqu'à sa mise en vente.
Le 22 novembre, la ville de Castres est autorisée à acheter au sieur Barrau, mécanicien à Toulouse, une pompe à incendie au prix de 1800 livres ; — le Directoire arrête que la rente de 45 setiers établie sur le ci-devant chapitre de Saint-Pons en faveur de l'hôpital de Lautrec est déclarée dette nationale. — Le 29, approbation d'une délibération de la municipalité de Viviers-les-Montagnes demandant à être autorisée à prendre dans la forêt de Cayroulet un arbre « de la Liberté » pour le planter dans la commune.
Le 2 décembre, fixation du traitement des Filles de la Présentation et des Dames noires du Saint-Enfant Jésus de Castres.
Le 18 janvier 1793, le sieur Verdeil, du Mas-d'Avy, est autorisé à racheter une fondation de messes établie sur le domaine de la Mouline dans la commune de Montredon moyennant le prix de 12 sols par messe.
Le 27 février, le Directoire approuve une délibération de la municipalité de Sorèze demandant à être autorisée à vendre une partie de ses biens patrimoniaux pour payer les dettes de la commune.
Le 27 mars, un secours de 15 sols par jour est accordé à Fossé (Jacques-Louis), ex-capucin, détenu a la Chartreuse.
Le 12 avril, la commune de Lalbarède et la paroisse de Notre-Dame-de-Sabournac sont réunies à la cure de Guitalens quant au spirituel seulement ; — Bonnet, hebdomadier du ci-devant chapitre de Castres, détenu à la Chartreuse, recevra un secours de 15 sols par jour. — Le 25, le traitement des professeurs du collège de Castres est fixé à 1000 livres par année.
Du 17 au 31 mai, des secours de 15 sols par jour sont accordés à Amalric (Pierre Jean), bénéficier du ci-devant chapitre de Lautrec, à Peyrusset (Vincent) chartreux, à Bélaval, cordelier, et à Lapauze (Jean-Joseph), dominicain, détenus à la Chartreuse (Un grand nombre d'arrêtés de même nature existent dans le présent registre. ).
Du 11 au 14 juin, Cassaing (Bernard), chartreux, et Boulade, chanoine de Lautrec, sujets à la déportation, sont enfermés à la Chartreuse par suite de leurs infirmités.
Le 10 juillet, le traitement de David, officier de santé, chargé du service des prisons de Castres, est porté de 120 livres à 250 livres. — Le 28, Lamartinié, prêtre enfermé à la Chartreuse, est autorisé à se faire transporter dans son domicile à Castres pour y recevoir les soins que son état de santé exige (Même observation. ).
Le 2 août, le traitement, des instituteurs de la ville de Castres est augmenté de 200 livres par année. — Le 3, le district de Castres est autorisé à employer une somme de 200 livres aux préparatifs de la fête civique du 10 août. — Le 28, les contribuables les plus aisés de la commune de Cambounés sont invités à installer, soit par souscription, soit par tout autre moyen, un grenier d'abondance pour assurer la subsistance des indigents.
Le 3 octobre, approbation des comptes présentés par le principal du collège de Castres (recettes : 9174 livres, 7 sols, 1 denier ; dépenses : 9184 livres, 10 sols, 9 deniers).
Le 16 frimaire an II, sur la demande de la Société populaire de Dourgne, il est délivré à cette commune la quantité de 10000 quintaux de millet à titre de secours provisoire.
Le 15 germinal, la ville de Castres est autorisée à exécuter les travaux d'alignement de la rue du Portail neuf et à s'imposer la somme nécessaire pour ces travaux.
Le 5 messidor, la citoyenne Barral (Félicité) est reconnue créancière de la République pour une rente viagère de 900 livres établie sur la communauté des Filles de la Présentation de Castres.
Le 21 thermidor, l'Administration est d'avis qu'il soit établi deux commissaires de police à Castres.
Le 13 ventôse an III, le juge de paix de Castres et ses assesseurs demandent qu'en raison de la population de la ville, de beaucoup supérieure à 8000 habitants, il soit établi un second juge dans la section dite de Villegoudou dont la compétence s'étendra tant dans ce quartier que dans les faubourgs en dépendant. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 142 feuillets.
L 971791-1792
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et, demandes présentés par le District d'Albi au Directoire du Département avec les décisions de cette administration.
Le 23 avril, le district d'Albi est autorisé à payer aux prêtres qui ont prêché le carême à Albi et à Réalmont les indemnités respectives de 304 et de 120 livres. — Le 25, le traitement des quatre hebdomadiers de Sainte-Cécile d'Albi est fixé à 777 livres, 13 sols, 4 deniers. — Le 30, le Directoire autorise le trésorier de l'hôpital d'Albi à échanger les assignats en caisse contre du numéraire en lui tenant compte de la perte qu'ils supportent.
Le 6 mai, la partie de la commune de Larroque-Travet située sur la rive droite du Dadou est réunie à celle de Saint-Antonin et la partie restante composée de l'entière paroisse de Saint-Jacques-de-Travanet est érigée en commune sous le nom de Travanet. — Le 16, à la suite des difficultés éprouvées par Chastenet de Puységur pour la perception de ses rentes dans les communes de Trévien et d'Almayrac, le Directoire l'autorise à déposer dans ses bureaux les titres et documents qui prouvent la légitimité de ses droits.
Le 4 juin, résiliation du bail à ferme de la terre et seigneurie de Moularés passé en 1785 pour neuf années moyennant le prix de 7140 livres et indemnité accordée au fermier pour la non perception de la dîme sur les agneaux, les cochons et la laine. — Le 11, la commune de Grèzes est réunie à celle de Cambon ; — le traitement des Dames régentes de Réalmont précédemment acquitté par le Clergé d'Albi est mis à la charge de la Nation ; — clôture des comptes du trésorier de l'Hôpital d'Albi (recettes : 33443 livres, 11 sols, 10 deniers ; dépenses : 39635 livres, 8 sols, 6 deniers.
Le 4 juillet, établissement d'un marché par semaine dans la commune de Valence ; — le Directoire autorise le rachat des droits de champart établis en faveur du Roi sur divers domaines situés dans la commune de Pampelonne. — Le 12, fixation du traitement de divers ecclésiastiques du district d'Albi, des bénéficiers du bas-chœur de la cathédrale et du chapitre collégial de Saint-Salvi. — Le 13, le hameau de Lapeyroulié est distrait de la paroisse de Sainte-Martianne d'Albi et réuni à celle de Cambon. — Le 20, le Directoire est d'avis que le nombre des paroisses du canton d'Albi doit être fixé de la manière suivante : 1° l'église cathédrale sous l'invocation de Sainte-Cécile réunira les paroisses de Saint-Etienne (421 paroissiens), de Saint-Affric (1106 paroissiens), de Sainte-Martianne (3089 paroissiens) et de Saint-Loup du Castelviel (880 paroissiens) ; 2° l'église de Saint-Salvi avec son entier territoire ; 3° l'église de Sainte-Marie-Madeleine, avec 2732 paroissiens, sera érigée en cure et comprendra outre son ancien territoire, la paroisse de Notre-Dame de Ladrèche, située dans la plaine du Bout-du-Pont ; 4° les paroisses de Creyssens, de Carlus, de Fonlabour avec le territoire du Sequestre, de Saliès, de Montsalvi et de Maussans ou Rouffiac seront conservées. — Le 20, sur la plainte de Dayre (Jacques-Paul), ci-devant seigneur de Mailhoc, le Directoire ordonne que les armes saisies dans le château par les officiers municipaux et la garde nationale de Villeneuve seront déposées dans l'arsenal d'Albi ; autorise le pétitionnaire à poursuivre devant les tribunaux la municipalité de Villeneuve qui, par violence, lui a extorqué une somme de 1640 livres et arrête enfin que la dite municipalité se transportera auprès de l'Administration du département pour rendre compte de sa conduite. — Le 22, à la suite des observations et des nouvelles pièces produites par le chapitre de Saint-Salvi d'Albi, le Directoire rapporte son arrêté du 12 courant et fixe à nouveau le traitement des chanoines et des prêtres attachés à cette église. — Le 25, en exécution de la loi des 26 décembre et 22 mars derniers, les Frères des Écoles chrétiennes d'Albi sont tenus de prêter le serment sous peine d'être déchus de leurs fonctions.
Le 3 août, approbation d'un arrêté du Directoire du district d'Albi ordonnant que le service religieux sera provisoirement continué dans l'église de Saint-Loup du Castelviel et que les églises de Saint-Affric, de Sainte-Martianne et de Saint-Etienne seront fermées à partir du 31 juillet. — Le 5, sur la demande de la municipalité de Carmaux, il est défendu à Puel de célébrer publiquement la messe sur le territoire de cette commune sous peine d'être poursuivi comme perturbateur de la tranquillité publique. — Le 19, les cérémonies religieuses publiquement exercées par des prêtres non conformistes dans les églises de Saint-Loup et de l'hôpital d'Albi ayant occasionné des troubles le Directoire ordonne qu'à l'avenir ces prêtres célèbreront leur messe dans les églises conservées, sans sonner les cloches et les portes fermées. — Le 24, le receveur du district d'Albi est autorisé à payer à Pons, prêtre, une somme de 145 livres, 2 sols, pour les frais de bénédiction des Saintes-Huiles à l'usage du diocèse d'Albi. — Le 25, le traitement des Dames hospitalières d'Albi est fixé à raison de 300 livres pour les sœurs de chœur et de 150 livres pour les sœurs converses.
Le 1er septembre, sur le rapport de l'évêque Gausserand, le Directoire lui accorde une somme de 5480 livres pour servir au payement des sacristains, enfants de chœur, clercs, chantres, etc., attachés à l'église de Sainte-Cécile. — Le 12, le traitement du personnel en service à l'église Saint-Salvi est mis à la charge de la nation ; — établissement de six foires nouvelles dans la commune de Villeneuve-sur-Vère ; — la commune de Sérénac est autorisée à vendre ses biens vacants.
Le 8 octobre, Dodun, ingénieur en chef du département, est chargé de dresser les devis des ouvrages de défense à établir sur la rive droite du Tarn pour prévenir les dégradations commises par les crues au pont et aux maisons du faubourg d'Albi. — Le 18, sur la demande des membres du chapitre de Sainte-Cécile d'Albi, leur traitement fixé d'abord à 2212 livres, 15 sols est porté à 2255 livres, 12 sols, 2 deniers. — Le 26, un traitement de 300 livres est accordé aux religieuses de la Visitation d'Albi et moitié de cette somme aux sœurs converses. — Le 29, une somme de 1200 livres est mise à la disposition de l'évêque Gausserand pour subvenir aux premières dépenses d'établissement du Séminaire.
Le 16 novembre, Vergnes, officier municipal, et Durand, procureur de la commune d'Alban, sont suspendus de leurs fonctions pour avoir contraint, à la tête de personnes armées, l'ancien curé Routoulp à célébrer la messe.
Le 14 décembre, création de cinq foires dans la commune de Dénat. Du 19 au 28, la municipalité à Albi est autorisée à répartir au marc la livre sur les rôles des contributions foncières et mobilières le montant de ses charges locales s'élevant à 5856 livres, 2 sols, 4 deniers ; — arrêtés de même nature concernant diverses communes du district.
Le 2 janvier 1792, levée des scellés apposés sur le secrétariat de l'archevêché et remise à l'évêque de tous les papiers, livres et documents qu'il renferme. — Le 13, le district d'Albi est autorisé à faire payer à l'hôpital de cette ville les diverses rentes qui lui sont dues par la ci-devant province de Languedoc, le Diocèse, le Clergé et quelques communes. — Le 15, remboursement, au même établissement de la somme de 3070 livres, 17 sols, 8 deniers, montant des frais de nourriture et d'entretien pendant, neuf mois des enfants trouvés à sa charge. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 139 feuillets.
L 981792
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District d'Albi au Directoire du département avec les décisions de cette administration.
Le 8 février, le Directoire autorise le syndic du chapitre de Saint-Salvy à se pourvoir devant qui de droit pour obtenir de ses fermiers le payement les rentes afférentes à l'année 1789. — Le 29, approbation d'une délibération de la municipalité d'Albi qui nomme Roffiac commissaire de police au traitement annuel de 500 livres.
Le 14 mars, le conseil général d'Albi demande que le couvent des Jacobins soit affecté au service des troupes en garnison dans la ville : sa délibération est transmise au Ministre de la Guerre. — Le 15, les districts sont autorisés à s'imposer du montant des frais de traitement des aliénés soignés à l'hôpital d'Albi, s'élevant à 250 livres par individu et par année. — Le 27, le Directoire arrête que de Bernis, ci-devant archevêque d'Albi, n'est pas censé émigré puisqu'il était en mission à Rome depuis 1769 et que cette mission n'a été révoquée qu'en 1791.
Le 10 avril, Bories, vicaire de Canezac, est dénoncé à l'officier de police du canton de Montirat pour avoir écrit sur les registres des décès : « l'an III de l'Esclavage des Français — Esclavage — Brigandage — Liberté pour le mal ». — Le 11, le Directoire arrête que la municipalité d'Albi ne pourra émettre d'autres billets de confiance et que ceux déjà émis cesseront d'avoir cours à partir du 12 mai prochain. — Le 13, Alary, de Saint-Benoît, est autorisé à exploiter à tranchée ouverte la mine de charbon qu'il possède sur son fonds à Larroque. — Le 14, une somme de 6000 livres est accordée à titre de prêt à la ville d'Albi à la charge par elle de l'employer à l’achat de grains et de la rembourser dans un délai de deux ans.
Le 2 mai, le service religieux de la paroisse de Sainte-Marie-Madeleine d'Albi est transféré dans l'église des Capucins qui sera à l'avenir l'église paroissiale, l'ancienne église étant malsaine, insuffisante et menaçant ruine. — Le 9, l'évêque Gausserand demande que le chœur de l'église de Sainte-Cécile soit démoli afin d'y faciliter l'exercice du culte : le district d'Albi est chargé de faire dresser le plan et le devis estimatif de cette démolition et de donner son avis. — Le 15, établissement de six foires dans la commune de Saussenac. — Le 16, la municipalité de Villefranche est autorisée à vendre tous les biens immeubles appartenant à la communauté à l'exception de l'hôtel de ville et des places publiques pour en affecter le produit au payement des dettes communales. — Le 25, une somme de 1 200 livres est accordée à titre de prêt à la municipalité de Montirat pour servira l'achat de grains afin de pouvoir fournir à la classe indigente le pain au dessous du prix actuel. — Le 26, le Directoire alloue à la municipalité de Réalmont une somme de 120 livres qu'il était d'usage de lui payer pour l'honoraire du prédicateur du carême. — Le 30, établissement de quatre foires à Orban.
Le 26 juin, réouverture de l'église de Saint-Pierre d'Illiergues : il est permis à Pierre Cros, prêtre, d'y exercer les fonctions de son ministère. — Le 27, Fages, ancien curé de Fréjairolles, est dispensé provisoirement de se rendre à la Chartreuse à cause de ses infirmités et de son grand âge.
Le 2 juillet, la municipalité de Villefranche est autorisée à rétablir le marché qui se tenait autrefois chaque semaine dans cette commune afin de faciliter « la circulation du numéraire et des subsistances ». — Le 3, il est sursis à l'exécution de l'arrêté du 23 mai dernier qui ordonnait à Marliaves, prêtre d'Albi, de se retirer à la Chartreuse ; cette mesure est prise à cause des infirmités de ce prêtre. — Le 11, le Directoire arrête et approuve les comptes présentés par l'hôpital d'Albi pour l'année 1791 (recettes : 27718 livres, 14 s., 9 d. ; dépenses ; 28186 livres, 8 s., 11 d. ) ; — Raynaud (François et Thomas), frères, prêtres retirés à Saint-Sernin, et Lautar, curé d'Aussac, sont dispensés de se rendre à la Chartreuse attendu qu'il résulte des rapports de la municipalité et de l’évêque qu'ils n'ont jamais troublé la tranquillité publique. — Le 16, le Directoire approuve la délibération du district d'Albi demandant que le séminaire de cette ville soit fermé à partir du 15 courant « à cause du petit nombre de sujets qui se destinent aux ordres sacrés » et, pour que les études théologiques ne soient pas cependant interrompues, il ordonne qu'une des salles de l'évêché sera disposée pour recevoir les professeurs el les jeunes gens qui se présenteront au prochain cours ; — Paulhé, ancien curé de Mouzieys, est dispensé de se rendre à la Chartreuse à cause de ses infirmités et de son âge avancé. — Le 22, mesure semblable prise en faveur de Causse, prêtre à Vers. — Le 31. Le Directoire fixe à 45 livres, 7 s., 10 d., le traitement de chacun des prêtres obituaires de la paroisse de la Madeleine d'Albi en compensation des rentes qu'ils recevaient sur le ci-devant clergé du diocèse.
Le 7 août, Treilhou, ancien curé du Suech, est dispensé de se rendre à la Chartreuse. — Le 8, approbation d'une délibération de la municipalité de Saint-Juéry demandant l'établissement de quatre foires annuelles ; — sur les attestations des municipalités de Valdériès et de Saint-Jean-de-Marcel el de l’évêque, desquelles il résulte que Palaffre n'a jamais troublé la tranquillité publique, le Directoire suspend l'exécution de son arrêté du 23 mai qui envoyait ce prêtre à la Chartreuse. — Le 8, approbation des comptes présentés par Cougoureux et Roquan, directeurs du Séminaire du département (recettes : 1433 livres, 4 s, 6 d. ; dépenses : 1374 livres, 1 s. ) — Le 9, Gisclard, ancien curé de Saint-Memy est dispensé de se retirer à la Chartreuse. — Le 10, la commune de Réalmont est autorisée à s'imposer une somme de six livres pour acheter une médaille destinée à l'agriculteur qui aura le mieux cultivé ses terres ; — Mazellier, curé du Castelviel est dispensé de se rendre à la Chartreuse. — Le 13, Calmés, vicaire de Dénat, accusé d'avoir tenu des propos injurieux contre la constitution et les autorités est envoyé à la Chartreuse. — Le 31, le Directoire clôture les comptes présentés par le syndic du chapitre collégial de Saint-Salvy d'Albi et répartit entre chacun des membres une somme de 2299 livres, 2 deniers qui leur revient, déduction faite des charges.
Le 3 septembre, établissement de trois foires à Réalmont. — Le 15 et le 22, Birbé, curé d'Orban, et Pélissier, curé d'Ardiale, sont dispensés de se retirer à la Chartreuse en raison de leur état de santé. — Le 28, le payeur des rentes de la ci-devant province de Languedoc est autorisé à payer aux Frères des Écoles chrétiennes d'Albi les intérêts d'un capital de mille livres placées sur cette province.
Le 16 octobre, Palazy, curé de Ladrèche, est autorisé à ne se rendre à la Chartreuse que lorsque son état de santé lui permettra de faire le voyage.
Le 5 novembre, le Directoire autorise la levée des scellés apposés sur la maison de la dame Villeneuve, mère d'émigré, située à Réalmont. — Le 7, Calvière, vicaire de Saint-André, est sommé de quitter le territoire français et de se rendre en Espagne. — Le 16, la commune de Lombers est autorisée à échanger l'ancien lit du ruisseau d'Assou contre l'usufruit de la maison acquise pour la tenue des séances de la municipalité : — cette commune est en outre autorisée à vendre le sol de Lacassagne et divers autres biens pour payer la dite maison. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 141 feuillets.
L 991792-an III
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District d'Albi au Directoire du département avec les décisions de cette administration.
Le 15 décembre 1792, le Directoire autorise, sous diverses conditions, les réparations à faire aux églises et aux presbytères de plusieurs communes.
Le 30 janvier 1793, Calmels (François), ancien curé de Teillet, ne pouvant sertir de la République à cause de ses infirmités est enfermé à la Chartreuse.
Le 5 mars, il est permis au prêtre Teissier de continuer de remplir ses fonctions de vicaire de la paroisse de Pouzounac, à la condition de prêter le serment prescrit par la loi du 26 août dernier.
Le 15 avril, clôture des comptes de l'hôpital d'Albi d octobre 1791 a décembre 1792 (recettes : 50172 livres, 15 s., 1 d. ; dépenses : 48819 livres. ) — Le 19, le Directoire estime qu'une indemnité de 4800 livres doit être accordée à Rahoux, demeurant au faubourg du pont à Albi, pour dommages à lui occasionnés par la surélévation de la chaussée du moulin dit du Chapitre appartenant actuellement à la Nation.
Le 10 mai, il est ordonné au district d'Albi de faire transporter à la Guyane française, en exécution de la loi du 23 avril dernier, Laporte, prêtre de cette ville. — Le 27, la mesure précédente est rapportée par suite de la prestation de serment de ce prêtre. — Le 28, Baurens et Jossouin, prêtres d'Albi, sujets à la déportation, sont enfermés à la Chartreuse à cause de leurs infirmités.
Le 5 juillet, Massié, prêtre à Saint-Cirgue, âgé de 81 ans, est autorisé à rester chez lui en attendant que les bâtiments de la Chartreuse aient été disposés pour recevoir les ecclésiastiques âgés. — Le 6, sur l'avis de la Société populaire d'Albi, Rozières, Lajeunesse et Eugène, habitants de cette ville, détenus pour cause d'incivisme, sont mis en liberté sous caution.
Le 3 août, à la suite des troubles survenus à Lafenasse le 22 juillet dernier, le Directoire ordonne la fermeture de l'église dudit lieu et le transfert à Albi de tous les ornements et vases sacrés servant à l'exercice du culte. — Le 21, création de quatre foires a Marssac. — Le 28, la municipalité de Réalmont demande au Département une somme de 20000 livres pour l'établissement d'un grenier d'abondance ; le Directoire, dans l'impossibilité absolue de prêter cette somme, engage tous les bons citoyens à concourir à cet acte de bienfaisance et autorise la municipalité à user de tous les moyens qu'elle peut avoir en son pouvoir pour arriver à ses fins.
Le 16e jour du 2e mois de l'an II, le district d'Albi est chargé de fournir par voie de réquisition à Chantre, maître de poste à Albi, les avoines et les fourrages nécessaires au relai.
Le 12 prairial, le Directoire nomme deux médecins chargés de constater l'état de santé de Bellet, d'Albi, afin de décider si ce prêtre doit être déporté on enfermé dans la maison de réclusion du département.
Le 4 frimaire an III, le bureau d'administration de l'hôpital d'Albi est autorisé à payer à Mariès, Linières et Gaubert, officiers de santé, une indemnité totale de cinq cents livres pour les soins donnés aux malades de cet établissement pendant l'année 1793. — Le 16, clôture et approbation des comptes de l'hôpital d'Albi du 22 décembre 1792 au 1er vendémiaire de l'an III (recettes : 81048 livres, 3 s., 9 d. ; dépenses : 86 531 livres,, 16 s., 9 d. ).
Le 22 ventôse, le Directoire approuve une délibération du district d'Albi ordonnant qu'un enfant né dans la commune de Valdériès et abandonné par sa mère sera entretenu à l'hôpital d'Albi aux frais du Trésor public.
Le 26 thermidor, la demande de mise ên liberté présentée par Anne Daneyrouse, veuve Sudre, arrêtée en même temps que le prêtre Jacques Barthe, condamné par jugement du tribunal criminel du département du 5 frimaire dernier, est transmise au Comité de Sûreté générale. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 32 feuillets.
L 1001791-1792
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District de Lavaur au Directoire du département avec les décisions de cette administration.
Le 8 mai, la municipalité de Fiac est autorisée à acheter aux enchères le couvent des Augustins pour servir de maison commune. — Le 11, sur le refus du curé et du vicaire de Montgey de desservir la paroisse d'Auvezines, la municipalité est autorisée à y faire célébrer les exercices du culte par un prêtre agréé par l'évêque et aux frais du dit curé. — Le 13, la ville de Graulhet est autorisée à employer une somme de 684 livres, 19 s., 6d. Aux réparations à faire à la porte dite du Mercadial et aux murs de ville contigus ; — le Directoire arrête que la partie des murs et des fossés de la ville situés dans les dépendances de l'évêché et dont la commune de la Lavaur demande la réintégration en jouissance, doivent, être considérés comme biens nationaux.
Le 1er juin, il est accordé à Castellane, ci-devant évêque de Lavaur, une réduction sur sa contribution patriotique en raison de la diminution de ses revenus qui ne sont actuellement que de 19500 livres.
Le 15 juillet, il est accordé à Deslacs d'Arcambal, ci-devant abbé de Candeil, la somme de 813 livres, représentant la valeur des bestiaux et semences des domaines de Lézignac et autres dont il est propriétaire. — Le 28, sur les demandes contradictoires des municipalités d'Aguts et de Mouzens, le Directoire décide que le domaine de Puechredon continuera à être imposé dans cette dernière commune attendu qu'il en forme une dépendance.
Le 9 août, la municipalité de Lavaur est chargée de prendre des mesures de surveillance rigoureuses contre les prêtres Caudaux, Mazas et Capelle suspectés d'avoir, par leurs propos et leur conduite, troublé la tranquillité publique. — Le 16, approbation d'une délibération de la commune de Lavaur portant qu'un garde-sacristie, deux chantres, deux clercs, trois carillonneurs et un organiste seront attachés au service de l'église avec des traitements fixes. — Le 17, le Directoire arrête que les frais d'éclairage de la ville de Lavaur seront acquittés au moyen du produit de deux sous par livre du prix des patentes perçues par la commune ; — par suite de la pénurie de prêtres constitutionnels, il est accordé une indemnité de trois cent cinquante livres à Enjalbert, curé de Prades, pour la seconde messe qu'il s'est chargé de célébrer les dimanches et jours de fêtes.
Le 3 septembre, la commune de Puylaurens est autorisée à s'imposer une somme de sept cents livres pour l'entretien de sa garde nationale. — Le 9, le Directoire charge le district de Lavaur de remettre aux officiers municipaux et au curé de Puylaurens les ornements nécessaires aux églises de la commune et détaillés dans leur demande.
Le 15 novembre, sur la demande des doctrinaires du collège de Lavaur, considérant que pour les années 1790 et 1791 les recettes ont excédé les dépenses de 3134 livres, 5 s., 4 d., que cette somme est insuffisante pour l'entretien des professeurs, le Directoire alloue au collège, pour l'année 1791, une indemnité de 2000 livres en compensation de la dîme qu'il percevait sur la paroisse de Teyssode.
Le 6 décembre, la municipalité de Saint-Paul est autorisée à agrandir son cimetière d'une contenance de deux boisseaux à prendre sur le pré acheté a la Nation. — Le 15, le Directoire autorise le district de Lavaur à installer dans la maison épiscopale le siège de son administration, celui de la municipalité, du tribunal, des prisons et de la gendarmerie en attendant l'acquisition définitive de cet immeuble ; — autorisation à diverses communes du district de répartir au marc la livre de chacune de leurs contributions foncières et mobilières le montant de leurs dépenses locales.
Le 27 janvier 1792, sur la demande de plusieurs citoyens de la ville de Lavaur, le Directoire autorise la démolition du chœur de l'église de Saint-Alain et ordonne que l'adjudicataire de cette démolition sera payé au moyen des matériaux en provenant. — Le 30, la municipalité de Blan est autorisée à s'imposer annuellement une somme de 150 livres pour les gages du maître d'école de la commune.
Le 25 février, en attendant l'organisation de l'instruction publique, le Directoire approuve la nomination de deux maîtres d'école faite par la municipalité de Graulhet aux appointements de 245 livres.
Le 3 mars, il est ordonné au procureur de la commune de Lempaut de procéder à une enquête contre les frères Gleyzes, curé et vicaire dudit lieu, qui par leurs prédications tyrannisent les consciences de leurs paroissiens. — Le 6, le district est autorisé à transférer la brigade de gendarmerie dans les bâtiments de l'évêché et à y installer le plus économiquement possible le siège de son administration et celui du tribunal ; — la vente de la maison des Cordeliers est autorisée. — Le 7, « les bons citoyens de Puylaurens » se plaignent de ce que la municipalité a défendu aux enfants de chanter des chansons patriotiques, de ce qu'elle ne remplit pas les devoirs de sa charge et de ce qu'elle est l'ennemie déclarée de la Constitution : le Directoire ordonne le renouvellement de ces officiers municipaux attendu surtout que leur élection est irrégulière. — Le 12, un traitement de deux cents livres par année est accordé à Calmettes (Raymond) placé à Graulhet par l'évêque du département en qualité de vicaire. — Le 13, le receveur du district est autorisé à payer à l’hôpital de Castelnaudary une rente de 153 livres établie sur le ci-devant diocèse de Lavaur. — Le 21, le Directoire arrête que les paroisses de Saint-Etienne et de Saint-Théodard seront provisoirement réunies pour ne former qu'une annexe de celle de Puylaurens et que l'église de celle dernière paroisse sera conservée comme succursale à la charge par le curé de Puylaurens d'y célébrer ou d'y faire célébrer par un vicaire l'exercice du culte. — Le 22, sur la demande des professeurs du collège de Lavaur, le Directoire leur accorde une indemnité de 2000 livres pour l'année 1792 attendu que la somme de 2717 livres formant le total des revenus de cet établissement est insuffisante pour l'entretien de six professeurs et d'un frère doctrinaire ; ce revenu se décomposait ainsi :
du district de Lavaur : 950 livres
de la ville de Lavaur : 730 livres
de la Nation, au lieu et place du ci-devant chapitre de Lavaur : 120 livres
du domaine appartenant au collège : 400 livres
d'une rente sur le moulin du Château à Toulouse : 87 livres
de la location d'une partie des bâtiments : 430 livres
Total : 2717 livres
Le 26, le receveur du district est autorisé à payer par manière d'avance à l'hôpital de Lavaur les intérêts échus en 1790 el 1791 et provenant de créances non payées établies sur différents corps de l'État. — Le 29, acquisition par la ville de Lavaur de la maison et autres objets appartenant au sieur Salgues pour servir à la rectification de la promenade publique.
Le 2 avril, le Directoire approuve une délibération du Conseil général de Graulhet demandant à être autorisé à créer dans la commune un grenier d'abondance pour faciliter à la classe nécessiteuse les achats de grains et accorde à titre de prêt à cette commune une somme de 4000 livres à prendre sur celle de 150000 mise dans ce but à sa disposition par l'Assemblée nationale. — Le 16, une délibération de la municipalité de Saint-Sulpice demandant qu'un bureau de poste soit établi dans cette ville est transmise au Ministre de l'Intérieur avec prière de la prendre en considération ; — le district est autorisé à faire vendre les effets et machines provenant de l'ancienne manufacture royale de soies de Lavaur tombée en ruine depuis vingt-deux ans et actuellement déposés dans la maison des Cordeliers. — Le 19, il est accordé à Quenquery, de Toulouse, la main-levée des scellés apposés sur ses biens par la municipalité de Mouzens attendu que la résidence en France de ce citoyen est attestée par un certificat de la municipalité de Paris. — Le 25, le Directoire autorise, sous certaines conditions, la mainlevée du séquestre mis sur la terre d'Escoupon appartenant à la dame d'Andrieu, épouse Castellane, comprise par erreur dans la classe des émigrés.
Le 2 mai, l'administration du département, est d'avis que la municipalité de Lavaur peut demander au corps législatif l'autorisation d'acquérir l'évêché de cette ville ainsi que le jardin et le cloître y attenant ; — autorisation à la même municipalité de s'imposer comme par le passé, une somme de 200 livres en faveur de son curé pour lui tenir lieu d'indemnité de logement. — Le 3, vu le certificat de résidence accordé à Feneyrols (Jacques-Etienne), lieutenant au 2e régiment de dragons à Verdun, le Directoire ordonne la levée du séquestre mis sur ses biens situés dans les communes de Lempaut et de Lagardiolle. — Le 9, semblable décision est prise, sous certaines conditions, en faveur de Servière (Joseph), homme de loi de Lavaur.
Le 12 juin, reouverture de l'église de Saint-Loup sous la condition que le culte n'y sera exercé que par le curé de Puylaurens ou par tout autre délégué par l'évêque. — Le 23, Raynaud, ancien curé de Saint-Aignan, est dispensé de se rendre à la Chartreuse à cause de ses infirmités. — Le 25, il est accordé aux enfants de DAlbis-Belbèze, émigré, le tiers des revenus de ses biens séquestrés dans le district de Lavaur. — Le 30, le Directoire autorise la main-levée du séquestre mis sur le domaine des Pratiquets appartenant à la dame Boyer (Thérèse), veuve Cousin-Lavalière.
Le 2 juillet, il est ordonné à Barthe, ancien curé de Carmaux, résidant à Graulhet, de se rendre à la Chartreuse. — Le 14, Davessens-Saint-Rome (Jacques, Paul, Marie), d'Aguts, remet à l'Administration les certificats de résidence délivrés par la municipalité de Paris : le Directoire ordonne, sous diverses conditions, la main levée du séquestre mis sur ses biens.
Le 15 octobre, il est ordonné à Ranchin-Burlas, père d'émigré, de fixer sa résidence à Puylaurens. — Le 29, il est accordé aux marguilliers de l'église de Puylaurens une somme de 300 livres à prendre sur les intérêts à 4 pour cent du prix de la vente des biens leur appartenant.
Le 7 novembre, sur la demande des Sœurs formant l'ancienne congrégation des Filles de la Croix de Lavaur, le Directoire autorise le district à leur payer la pension de retraite qui leur a été accordée par la loi du 18 août 1791. — Table alphabétique des arrêtés contenus clans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 141 feuillets.
L 1011792-an III
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District de Lavaur au Directoire du département avec les décisions de cette administration.
Du 17 au 28 décembre 1792, en exécution de la loi du 1er juillet dernier, des pensions annuelles ou des secours sont accordés à divers membres du ci-devant chapitre de Lavaur.
Le 9 janvier 1793, il est accordé à Miramond, curé de Montgey, le traitement de vicaire de la paroisse d'Aguts en raison du service qu'il fait dans cette commune. — Le 19, le Directoire ordonne que Calmettes (Justin, Louis), ancien vicaire de Notre-Dame de Graulhet, se présentera devant cette municipalité qui, après avoir fait vérifier l'état de sa santé, lui délivrera selon le cas soit un sauf-conduit pour se rendre à la Chartreuse, soit un passeport pour sortir de la République. — Le 21, le district est autorisé à payer à Vidal, curé de Saint-Barthélemy de Lavaur, les sommes qui lui sont dues tant pour le service de cette paroisse que pour celui qu'il a fait dans celles de Pibres et de Paulin quoique ce prêtre n'ait pas prêté le serment prescrit parla loi du 15 août dernier. — Le 23, le Directoire ordonne l'impression et l'envoi à toutes les brigades des chefs-lieux des départements d'une déclaration du jury d'accusation du district de Lavaur portant qu'il n'y a pas lieu à accusation contre Vazilières (Bernard), ex-secrétaire de ce district.
Le 27 février, la paroisse de Montgey est réunie à celle d'Auvezines qui est érigée en cure.
Le 22 mars, la municipalité de Labastide-Saint-Georges est autorisée à employer une somme de 1200 livres provenant de la vente des communaux en gratifications aux volontaires ou en secours à leurs familles.
Le 12 juin, le Directoire, sur l'avis du district, autorise la municipalité d'Ambres à traduire en justice Philippe Noailles, ci-devant seigneur dudit lieu, et son épouse pour se voir condamner à exhiber les litres constatant la légitimité de leurs droits sur cette terre.
Le 16 juillet, sur la demande des Filles de la Charité établies à Lavaur, le Directoire fixe leur traitement aux deux tiers de celui que le décret du 7 août 1792 accordait aux religieuses sous la réserve toutefois que, si les pétitionnaires prouvent qu'elles ont versé une dot à leur Institut, leur pension de retraite égalera le traitement des religieuses.
Le 6 août, le Directoire annule un arrêté du district de Lavaur qui ordonnait à Jacques Gineste et à sa famille, de Cuq-Toulza, « soupçonnés de ne pas aimer la Révolution » de fixer leur résidence à Lavaur. — Le 21, il est permis à Amalric, prêtre détenu à la Chartreuse, d'appeler auprès de lui sa nièce pour lui donner les soins que son état de santé exige. — Le 27, la municipalité de Puylaurens est autorisée à mettre en liberté Ranchin (Charles, Annibal), détenu comme suspect à cause de l'émigration de deux de ses enfants.
Le 2 septembre, le Directoire autorise, sous diverses conditions, la commune de Saint-Paul à acquérir un terrain pour y installer son cimetière.
Le 8e jour du 2e mois de l'an II, il est permis à la municipalité de Lavaur de répartir sur les aristocrates et les gens suspects une taxe de six cents livres destinée à l'éclairage de la ville, « considérant que celle dépense occasionnée par les aristocrates doit être nécessairement à leur charge puisqu'elle est nécessitée par leur mauvaise conduite. »
Le 7 thermidor, le Directoire charge deux officiers de santé de vérifier si en raison de ses infirmités Fieuzet (Joseph), ancien prévôt du chapitre de Lavaur, détenu à la Chartreuse, est ou non dans le cas d'être déporté.
Le 26 fructidor an III, à la suite des pertes considérables occasionnées à la commune de Graulhet par l'orage du 23 prairial, le Directoire, sur la demande du Conseil général, l'autorise à payer en assignats à leur valeur nominale la totalité de la contribution foncière. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 36 feuillets.
L 1021791-1792
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District de Gaillac au Directoire du Département avec les décisions de cette administration.
Le 8 avril 1791, il est permis à la commune de Mezens d'actionner devant le juge compétent l'abbé Despanis pour l'y faire condamner au délaissement de la place publique dont il s'est emparé. — Le 15, approbation des comptes présentés par les Augustins de Lisle (recettes : 10267 livres, 1 s., 2 d. ; dépenses : 3860 livres, 3 s, 3 d. ). — Le 23, la municipalité de Lisle est autorisée à contracter un emprunt pour subvenir aux frais de construction du chemin de Lisle à Lapeyrière.
Le 4 mai, Cazalels (Vincent-Joseph), religieux augustin de la ville de Bordeaux, retiré à Gaillac, est autorisé à recevoir sa pension dans cette ville — Le 17, il est accordé à Gaussé (Jean Baptiste), de Gaillac, religieux augustin le traitement alloué aux religieux de son ordre. — Le 18, le Directoire est d'avis que l'Assemblée nationale permette à la ville de Gaillac d'acheter le couvent des Capucins pour y établir l'hôpital.
Le 9 juin, la commune de Parisot est autorisée à rétablir la foire qui avait lieu le 16 août. — Le 17, le Directoire arrête que de Puysegur pourra déposer dans les bureaux du district les litres établissant en sa faveur des rentes, censives et autres droits dans les communes de Salvagnac, de Lasclottes et de Puycelci afin que les redevables intéressés puissent en prendre connaissance. — Le 22, Vedeilhe, officier municipal de Saint-Bauzile, est suspendu de ses fonctions et dénoncé au tribunal du district pour avoir troublé le service divin el l'ordre public en insultant les autres officiers municipaux.
Le 3 juillet, Boudet, maire de Montmiral, est suspendu de ses fonctions pour avoir refusé de prêter le serment civique ; — la Société des Amis de la Constitution de Cordes demande qu'il soit enjoint à tous les curés et vicaires non assermentés et qui ne sont pas en fonctions de s'éloigner à quatre lieues de leurs paroisses sous peine d'être poursuivi comme perturbateurs : le Directoire avant de statuer transmet cette demande au district pour avoir son avis. — Le 20, approbation du règlement de la fête de la Fédération du district de Gaillac arrêté par la municipalité, l'état-major de la garde nationale et la Société des Amis de la Constitution. — Le 31, clôture des comptes de régie présentés par divers curés du district.
Le 6 août, la municipalité de Lisle est autorisée à aliéner divers biens communaux et un four situé rue du Pal pour le prix en être affecté au payement des dettes de la commune ; — la municipalité de Roquemaure pourra poursuivre par devant le tribunal du district le sieur de Boyer, ci-devant marquis de Tauriac, pour le forcer à restituer à la commune les fossés, l'emplacement de l'ancienne église et deux patus dont il s'était emparé. — Le 10, le Directoire arrête qu'il n'y a pas lieu de délibérer sur la pétition de la municipalité de Gaillac demandant l'établissement d'un règlement général applicable à toutes les boucheries du département. — Le 11, clôture des comptes de régie présentés par divers prêtres du district. — Le 23, la municipalité de Rabastens est autorisée à emprunter pour le service de la garde nationale une somme de 600 livres et, à défaut de prêteur, à prélever cette somme sur les plus forts contribuables.
Le 5 septembre, il est ordonné aux propriétaires du moulin de Rabastens d'avoir à ouvrir les pertuis de leur écluse chaque fois qu'ils en seront requis pour le service de la navigation ; toutefois, pendant la période des basses eaux, ils ne seront tenus à cette manœuvre qu'à certaines heures fixées par l'Administration. — Le 30, la ville de Cordes est autorisée à emprunter une somme de 3000 livres pour payer ce qui reste dû à l'entrepreneur des réparations de la fontaine de la Bouteillerie.
Le 18 octobre, sur la demande de la municipalité de Lisle, le Directoire l'autorise à prendre sur l'argenterie provenant du couvent des Augustins de cette ville deux calices destinés à l'église paroissiale.
Le 9 novembre, sur la demande des habitants des paroisses de Saint-Nazaire de Larroque et de Saint-Martin d'Urbens, le Directoire arrête que ces deux paroisses formeront une commune distincte séparée de celle de Puycelci. — Le 16, le receveur du district de Gaillac est autorisé à payer à l'hôpital Saint-Louis de Lisle le montant d'une rente de 88 livres qui lui était servie par le ci-devant clergé de France. — Le 19, sur la demande de la municipalité de Gaillac, il est permis à l'hôpital Saint-André de cette ville d'emprunter une somme de 3000 livres pour subvenir à ses besoins les plus pressants ; — la même municipalité est autorisée à prendre dans la caisse du district une somme de 2330 livres, 8 s., 8 d. sur ce qui lui revient de la revente des biens nationaux pour servir au payement de pareille somme que la commune a perdue sur son grenier de prévoyance. — Le 28, la grande cloche de l'abbaye de Candeil est donnée à la ville de Gaillac pour remplacer celle de l'horloge de l'église de Saint-Pierre qui était cassée.
Le 8 décembre, la commune de Gaillac est autorisée à emprunter une somme de 500 livres pour l'entretien de sa garde nationale et, à défaut de prêteurs, à taxer de pareille somme les plus forts contribuables, à la charge de les rembourser au moyen d'une imposition. — Du 9 au 29, diverses communes du district sont autorisées à répartir au marc la livre de chacun des rôles de leurs contributions foncières et mobilières le montant de leurs dépenses locales. — Le 16, il est accordé aux prêtres obituaires de Montmiral un intérêt à quatre pour cent sur les sommes provenant de la vente de leurs biens en raison des fondations établies sur eux et qu'ils continuent à acquitter. — Le 21, clôture du compte présenté par le ci-devant chapitre de Cordes (recettes : 3516 livres, 19 d. ; dépenses : 3672 livres, 14 s., 9 d. ). — Le 24, le Directoire annule les élections municipales de Montmiral comme illégales et, en raison des troubles qui ont eu lieu à cette occasion, charge le citoyen Plasse, procureur syndic du district de Gaillac, de procédera de nouvelles élections et l'autorise à requérir la brigade de gendarmerie de Rabastens et un détachement du 18e régiment de dragons pour assurer le bon ordre et la tranquillité.
Le 4 janvier 1792, sur la demande de divers citoyens de la commune de Penne, le Directoire casse les élections pour le renouvellement du Conseil général dudit lieu et charge les officiers municipaux en place d'user de tous leurs pouvoirs pour maintenir l'ordre dans la nouvelle assemblée électorale. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 142 feuillets.
L 1031792-1793
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District de Gaillac au Directoire du département avec les décisions de cette administration.
Le 10 janvier 1792, le Directoire ordonne l'exécution de l'arrêté du Conseil du Département du 11 décembre 1790 qui fait défense à la commune de Montmiral de comprendre dans ses rôles de répartition de la contribution foncière et mobilière les propriétés situées et les citoyens domiciliés dans la commune de Sainte-Cécile du Cayrou. — Le 13, les paroissiens de Saint-Salvy-de-Coutens demandent que leur église fermée par ordre de la municipalité de Lisle le 10 novembre dernier soit conservée comme oratoire : le Directoire avant de statuer sur leur demande, charge les pétitionnaires de présenter un prêtre qui ait rempli les conditions prescrites par le décret du 27 novembre. — Le 14, la délibération de la municipalité de Gaillac demandant à emprunter la somme de 12000 livres pour approvisionner le grenier de prévoyance et pour échanger les assignats de cinq livres est transmise à l'Assemblée législative pour qu'il lui plaise d'en ordonner l'exécution. — Le 18, le Directoire arrête que les habitants de la paroisse de Sainte-Cécile distraits de Montmiral et réunis au Cayrou payeront leurs impositions de 1791 sur les rôles de la première de ces deux communes afin d'éviter des retards dans le recouvrement des deniers publics.
Le 11 février, la municipalité de Montmiral est autorisée à rétablir un marché qui se tiendra le mardi de chaque semaine dans la dite ville et à fixer au 14 avril la foire dite de Quasimodo.
Le 3 mars, le Directoire arrête que les municipalités de Tauriac, de Montvalen et de Saint-Urcisse ne peuvent pas être rendues responsables des désordres commis par la garde nationale de Monclar dans les châteaux de Tauriac et de Saint-Urcisse appartenant à Rover de Castanet (Louis, Joseph, Eugène), ci-devant, marquis de Tauriac.
Le 12 avril, le receveur du district est autorisé à payer au syndic de l'hôpital Saint-Louis de Lisle la somme de 1200 livres représentant les intérêts d'un capital de 24000 livres dû par l'ancienne province de Languedoc. — Le 13, le Directoire est d'avis qu'il n'y a pas lieu d'autoriser la délibération de la municipalité de Cordes qui chargeait ses officiers municipaux d'approvisionner la ville en grains de crainte que ses achats faits dans les environs ne donnent lieu à une hausse dans les prix ; — formes à suivre pour la nomination de l'aumônier de l'hôpital de Gaillac. — Le 25, il est mis à la disposition de la municipalité de Cordes une somme de 5000 livres pour être employée en achat de grains. — Le 26, le Directoire autorise sous certaines conditions la main-levée du séquestre mis sur les biens de Chastenet de Puységur (Pierre-Louis), lieutenant général des armées du roi et sur ceux de son neveu Pierre-Gaspard-Herculin, capitaine de cavalerie.
Le 2 mai, approbation d'une délibération de la commune de Rabastens portant nomination de quatre gardes champêtres ; — il est accordé à cette municipalité à titre de prêt une somme de 3000 livres pour l'achat de cent setiers de blé qui seront cédés aux habitants avec une perte de quatre livres par setier. — Le 24, sur la demande de la dame Valadi, épouse du sieur Izarn Fraissinet, émigré, le Directoire arrête que les biens de ce dernier seront mis en ferme et que le tiers de leur revenu sera remis à la pétitionnaire tant pour elle que pour ses deux enfants Charles-Casimir et Louis-Annet.
Le 5 juin, il est accordé au sieur Landes, d'Aussac, la main levée du séquestre mis sur ses biens sous le prétexte qu'il était émigré. — Le 9, Dupuy (Charles), cordelier de Rabastens, et Palazy, ancien curé de Ladrèche, sont dispensés de se rendre à la Chartreuse à cause de leurs infirmités. — Le 11, le Directoire autorise l'exécution de la délibération de la municipalité de Gaillac du 17 mars dernier demandant à diviser la ville en sections, à numéroter les maisons et à donner aux places et aux rues le nom des grands hommes qui ont contribué à la régénération de la République. — Le 13, il est accordé à la commune de Rabastens une somme de 120 livres pour le traitement du chantre de la paroisse. — Le 14, il est sursis à l'exécution de l'arrêté du département du 23 mai dernier qui enjoignait à Chamayou, prêtre à Cadalen, de se rendre à la Chartreuse. — Le 15, la municipalité de Rabastens est autorisée à mettre sur la viande de boucherie telle taxe qu'elle jugera à propos en exécution de la loi du 22 juillet dernier sur la police municipale. — Le 18, Lamothe, ancien curé de Milhars, est dispensé de se rendre à la Chartreuse à cause de son âge et de ses infirmités. — Le 19, la délibération de la municipalité de Gaillac demandant à emprunter une somme de 6000 livres pour l'achat de fusils et de quatre pièces de campagne destinés à l'armement de sa garde nationale est transmise au Corps législatif pour être approuvée ; — le directoire et la municipalité de Gaillac sont autorisés à établir leurs prisons dans la maison ci-devant abbatiale de cette ville à la charge par ces deux administrations de payer au fermier actuel une juste indemnité ; — une somme de 3000 livres est accordée à titre de prêt à la ville de Lisle pour l'achat de grains destinés à la subsistance de ses habitants. — Le 20, la municipalité de Rabastens est autorisée à prendre part aux enchères pour l'acquisition des églises de Notre-Dame et de Saint-Roch destinées à l'agrandissement de la promenade et à la construction de la halle. — Le 25, il est sursis provisoirement à l'exécution de l'arrêté qui ordonnait à Dussaud, ancien curé de Ladin, de se rendre à la Chartreuse. — Le 26, la commune de Milhars est autorisée à acheter, pour sa garde nationale, un drapeau qui portera l'inscription suivante : « Le Peuple français — La Liberté ou la Mort. » — Le 27, Vialas, prêtre de Lisle, est provisoirement dispensé de se rendre à la Chartreuse ; — sur la demande des habitants de Penne, le Directoire estime que le bureau d'enregistrement qu'on proposait d'établir à Puycelci doit être maintenu dans cette localité.
Le 2 juillet, il est sursis à l'exécution de l'arrêté du 23 mai dernier qui ordonnait à Icher, prêtre à Lisle, de se rendre à la Chartreuse. — Le 4, sur la demande de Carrière (Léon), de Gaillac, le Directoire lui accorde la main-levée du séquestre mis sur ses biens attendu qu'il résulte des pièces produites que ce citoyen n'a pas émigré. — Le 11, Teyssier, curé de Notre-Dame-de-Larmes, est dispensé de se rendre à la Chartreuse en raison de son âge et de ses infirmités. — Le 16, il est accordé aux enfants de Roquefeuil, émigré, le tiers du revenu des biens de leur père. — Le 25, sur la demande de la dame Brandouin-Beaufort, veuve Boissel-Glassac, le Directoire accorde la main-levée du séquestre mis sur les biens de son mari par suite de l'émigration de leur fils Balthazar. — Le 31, le Directoire, rapportant ses décisions antérieures, accorde à Chastenet de Puységur la levée pure et simple du séquestre mis sur ses biens.
Le 14 août, la municipalité de Gaillac est autorisée à acheter deux drapeaux pour la garde nationale sous la condition de se conformer pour leur forme et leur devise à la loi du 14 octobre 1791. — Le 17, Chamayou, prêtre à Gaillac, est provisoirement dispensé de se rendre à la Chartreuse. — Le 20, le Directoire prescrit l'exécution de son arrêté du 23 mai qui ordonnait à Aragou, prêtre à Rabastens, de se rendre dans la prison du département. — Le 24, sur la plainte de citoyens de Graulhet, la municipalité de Labessière-Candeil est suspendue de ses fonctions et le curé envoyé à la Chartreuse comme coupables de favoriser le fanatisme religieux en donnant asile aux prêtres réfractaires.
Le 5 octobre, il est accordé à titre d'indemnité aux employés des Fermes générales une somme égale à dix mois et demi de leur traitement. — Le 8, la commune de Rabastens est autorisée à vendre l'ancien cimetière sous la condition qu'il ne pourra être mis en culture avant dix ans et à en établir un nouveau situé de façon à ne pas incommoder les habitants de la ville ; — il est accordé à Cassé, en sus de ses honoraires comme curé de Saint-Victor de Couffouleux, le traitement entier de vicaire pour le service qu'il fait dans la paroisse de Saint-Vast. — Le 19, le Directoire autorise la municipalité de Gaillac à placer dans les églises de Saint-Michel et de Saint-Pierre les autels, rétables et rampes en fer provenant des chapelles des Pénitents blancs et des religieuses du Château de Lhom sous la condition que la commune donnera en échange le même poids de fer neuf qui sera employé à la fabrication de piques ; — il est permis aux officiers municipaux de Cordes de lever provisoirement les scellés apposés sur les papiers et titres appartenant aux obituaires de la dite ville pour leur permettre d'en prendre des copies collationnées. — Le 29, un traitement entier de vicaire est accordé à Blanc, curé constitutionnel de Saint-Jean-Baptiste de Gabriac, pour le service qu'il fait dans les paroisses de Cadalen, Aussac, Fénols et Lasgraïsses depuis le départ des prêtres réfractaires.
Le 9 novembre, sur la demande de la municipalité de Gaillac, le Directoire autorise le renouvellement des membres du bureau d'administration de l'hôpital accusés d'incivisme. — Le 12, une gratification de 150 livres est accordée à Falgayrac, médecin, pour les soins donnés aux malades de l'hôpital de Gaillac. — Le 16, la pétition de Favarel (Hugues), de Rabastens, demandant que son fils Martin, élève de l'Université de Pampelune, soit rayé de la liste des émigrés est renvoyée au Conseil général de sa commune pour avoir son avis.
Le 1er décembre, sur la demande de la municipalité d'Annay, le Directoire arrête que provisoirement et jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné, la dite commune sera maintenue avec toutes ses prérogatives et dans son intégrité ; — la municipalité de Gaillac est autorisée à saisir toutes les matières de fonte qui se trouveront dans les églises de son ressort pour les convertir en canons et à acheter aux enchères l'église des Pénitents blancs et plusieurs immeubles contigus pour y installer la maison commune ; — en exécution de la loi du 26 août dernier, il est enjoint à Roquier, curé de Sainte-Catherine-de-Mourens de quitter le royaume ou de se rendre à la Chartreuse ; — approbation du traité passé entre la ville de Cordes et le sieur Barasc, porteur des lettres et dépêches de la municipalité, au prix de 200 livres. — Le 6, il est accordé à la commune de Campagnac, pour son église, l'autel, le rétable et divers accessoires provenant de la chapelle des Pénitents bleus de Gaillac. — Le 24, le Directoire refuse de donner à la commune de Puycelci l'horloge provenant de l'abbaye de Candeil.
Le 27 février 1793, la chaire et la balustrade en bois de la chapelle des Pénitents bleus de Gaillac sont donnés à la commune de Campagnac pour son église.
Le 4 mars, un délai de huitaine est accordé à Lamothe, ancien curé de Milhars, pour se conformer à la loi du 26 août dernier. — Le 11, Pontié (Joseph), ancien curé de Frausseilles, est autorisé provisoirement à habiter chez son frère à Cordes à cause de l'état de sa santé. — Le 22, le Directoire autorise la municipalité de Puycelci à emprunter une somme de 2 900 livres pour être employée en gratifications à accorder aux vingt-neuf volontaires de la commune ou à leurs parents et à faire faire l'avance de la dite somme par tous les habitants aisés au moyen d'une taxe proportionnelle arrêtée par le Conseil général de la commune. — Le 29, il est accordé à Igounet (Guillaume), prêtre à Gaillac, un traitement de 600 livres en raison de ses nombreux services, de son âge et de ses infirmités.
Le 28 avril, Senhour, ancien curé de Boissel, sexagénaire, est envoyé à la Chartreuse.
Le 21 mai, Picarel (Jean-Antoine), prêtre de Lisle, sujet à la déportation, est reclus à la Chartreuse à cause de ses infirmités qui l'empêchent de voyager.
Le 17 juin, approbation et clôture des comptes présentés par le trésorier de l'hôpital de Gaillac : gestion de partie de l'année 1790 (recettes : 16033 livres, 6 s, 3d ; dépenses : 14313 livres, 5 s, 3. d. ) ; — gestion de 1792 (recettes 34687 livres, 3 s, 9 d ; dépenses : 26172 livres, 16 s., 1 d. ) Le 11 juillet, la municipalité de Salvagnac est autorisée à établir un marché qui se tiendra tous les mardis au chef-lieu de la commune. — Le 18, sur la demande des sœurs de la Charité de Nevers établies à Rabastens, le Directoire leur accorde, suivant leur âge, des pensions de 400 livres et de 333 livres, 6 s. 8 d. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans lu présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 138 feuillets.
L 1041793-an V
Arrêtés du Directoire du Département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District de Gaillac au Directoire du département avec les décisions de cette administration.
Le 30 juillet 1793, le district est autorisé à donner à titre de secours à la Société populaire de Gaillac une somme de 300 livres pour l'aider à célébrer la fête qu'elle se propose de donner le 10 août prochain ; — le Directoire ordonne la mise en liberté de Choulet, prêtre, arrêté par erreur comme réfractaire et détenu dans les prisons de Gaillac.
Le 8 août, la demande d'emprunt faite par la municipalité de Puycelci en vue de l'établissement d'un grenier d'abondance est rejetée, mais le Directoire invite les contribuables les plus aisés de la commune à procurer des fonds à cet établissement soit par souscription, soit par tout autre moyen ; — la commune de Cordes est autorisée à échanger l'église de Notre-Dame contre celle des ci-devant Capucins appartenant actuellement au sieur Costes sous la condition de remettre à ce dernier une somme de 2 500 livres à prendre sur le produit de la vente des biens communaux. — Le 27, le Directoire autorise la commune de Cahuzac-sur-Vère à établir un marché qui se tiendra tous les jeudis.
Le 6 septembre, le Directoire transmet au district pour statuer définitivement les demandes de mise en liberté présentées par Paulo-Laviguerie, Yversenc (Victor) et Druillet (Roch-Victor).
Le 16e jour du 2e mois de l'an II, les demandes de grains faites par les municipalités de Larroque et de Puycelci sont transmises aux commissaires chargés, par le Comité révolutionnaire et l'Administration du service des subsistances dans le district de Gaillac.
Le 23 fructidor, clôture du compte présenté par le trésorier de l'hôpital de Gaillac pour sa gestion du ler janvier 1793 au 1er prairial an II (recettes : 23 517 livres, 11 s, 1 d. ; dépenses : 26 705 livres, 9 s., 9 d. ). Le 29 ventôse an III, le Directoire autorise la vente des biens communaux de Penne à l'exception du bois dit le Devès qui restera la propriété de la commune.
Le 8 floréal an IV, le Directoire renvoie à l'administration municipale du canton de Cahuzac-sur-Vère une plainte formée par divers habitants de cette commune contre Vialar, agent municipal de la dite commune. Le 22 pluviôse an V, l'administration décide qu'il ne sera donné aucunes suites aux réclamations formulées contre le dit Vialar, attendu qu'elles ne sont appuyées d'aucunes preuves et qu'elles paraissent sans fondements. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-f° 21 feuillets.
L 1051791-an III
Arrêtés du Directoire du département sur pétitions. — Requêtes, mémoires et demandes présentés par le District de Lacaune au Directoire du département avec les décisions de cette administration.
Le 22 juin 1791, la municipalité de Lacaune est autorisée à fixer au lundi la tenue du marché qui avait lieu le samedi dans le chef-lieu de cette commune ; — le Directoire approuve une délibération de la même municipalité interdisant aux habitants de mener paître leurs bestiaux dans les bois incendiés sous peine d'une amende de vingt-cinq livres.
Le 25 août, en réponse à une délibération de la commune de Brassac-de-Castelnau demandant que les audiences du juge de paix soient exclusivement tenues audit lieu, le Directoire arrête qu'il n'y a pas lieu de délibérer attendu que le juge de paix est libre de tenir ses séances où bon lui semble.
Le 2 septembre, sur la demande de Rascol, curé de Mural, le Directoire, tenant compte de la population de sa paroisse, porte son traitement de 1 200 à 1500 livres. — Le 30, il est ordonné au corps municipal de Murât de procéder à l'installation de Martin nommé curé de cette paroisse par l'assemblée électorale tenue à Lacaune le 12 courant ; le district est chargé d'envoyer à cette cérémonie un de ses membres escorté de six dragons qui seront logés et nourris par le corps municipal.
Le 3 novembre, le Directoire approuve une délibération de la municipalité de Brassac contenant un règlement de police sur la maladie des bêtes à laine appelée picote et en étend l'exécution sur toutes les communes du canton.
Le 29 décembre, sur la demande des habitants, la paroisse de St-Georges de Brassac est provisoirement réunie à celle de Saint-Agnan, même commune.
Le 11 janvier 1792, le Directoire envoie à Boissezon deux commissaires escortés de dix dragons pour procéder à une enquête au sujet des menaces proférées contre Passabosc, curé constitutionnel. — Le 31, la commune de Saint-Gervais est autorisée à vendre ses biens patrimoniaux en suivant les formes prescrites pour la vente des domaines nationaux.
Le 28 février, à la suite de la plainte déposée par Membrat, curé constitutionnel de Saint-Paul-de-Barbe-togne, et par le corps municipal d'Arifat contre Malrieu, ancien curé, et Fieu, prêtre réfractaire, le district de Lacaune est invité à envoyer sur les lieux un commissaire chargé de prendre des renseignements sur les agissements de ces deux prêtres.
Le 5 mars, les habitants de la lande de Valvidoulés demandent que par des commissaires nommés par les départements du Tarn et de Paveyron il soit décidé si leur territoire est situé dans la province de Languedoc ou dans celle de la Haute-Guienne : le Directoire décide que la dite lande faisant partie de la commune de Saint-Gervais dépend de la province de Languedoc et doit être comprise dans le département du Tarn. — Le 27, le Directoire arrête à la somme de 1321 livres, 8 s, 3 d. le montant des dépenses faites par le détachement de dragons envoyés à Lacaune par mesure de sûreté générale et ordonne qu'une partie de cette somme, soit 1079 livres, 1 s., 9 d., sera répartie sur les communes du district, la différence restant à la charge du chef-lieu.
Le 8 mai, sur la demande de divers habitants, il est ordonné au seigneur de Brassac de faire disparaître partout où besoin sera les armoiries et emblèmes seigneuriaux. — Le 11, la somme de 173 livres, 11 sols représentant les frais occasionnés par le déplacement de la garde nationale, des dragons et des gendarmes envoyés à Brassac-de-Castelnau, à Brassac-de-Belfortès et au Bez pour y rétablir la tranquillité troublée à propos du curé constitutionnel est répartie au marc la livre sur les contribuables de ces trois communes. Le 15 juin, il est sursis provisoirement à l'exécution de l'arrêté du département qui ordonnait à Boulade, prêtre, de se rendre à la Chartreuse. Le 3 août, le Directoire autorise la construction au grand faubourg de Lacaune d'une fontaine qui sera alimentée par le sixième des eaux provenant des anciennes fontaines de la ville ; — le sieur Boulade, de Brassac, est autorisé à faire transporter dans celte ville une certaine quantité de sabres et de fusils achetés par lui à la foire de Beaucaire.
Le 1er octobre, Burguière, curé de Ferrières, est dispensé de se retirer à la Chartreuse à cause de son état de santé. — Le 12, la municipalité de Lavaur est autorisée à transférer ses bureaux dans les bâtiments de l'évêché après que le district aura déterminé les parties qui sont nécessaires tant pour son usage que pour celui du tribunal.
Le 2 novembre, il est accordé à Martin, curé de Murât, à Janat, curé de Rayssac, et à Passabosc une indemnité en raison du service qu'ils ont fait dans diverses paroisses. — Le 19 il est sursis en faveur de Rois, prêtre au Masnau, à l'exécution de la loi du 26 août relative à la déportation jusqu'à ce que l'étal de sa santé lui permette de voyager.
Le 3 janvier 1793, le Directoire arrête que les frais (63 livres, 15 sols) occasionnés par le déplacement des dragons envoyés à Brassac le jour de la levée des volontaires sera payé parles communes de ce canton au prorata de leurs impositions. — Le 11, la municipalité de Lacaune est autorisée à retirer de la caisse du receveur du district une somme de 3000 livres pour servir à l'achat de subsistances destinées à la commune ; — il est ordonné à Galaud, vicaire d'Escroux, de se rendre à la Chartreuse. — Le 16, le Directoire autorise la municipalité de Vabre à imposer la somme de 250 livres destinée au payement du traitement du régent des écoles de la commune. — Le 23, il est permis à Hue, curé de Carcavès, de rester dans ce lieu attendu qu'il ne pourrait, sans danger, être transporté au chef-lieu conformément à la loi à cause de son grand âge et de ses infirmités. Le 14 mars, sur la demande de la municipalité de Saint-Gervais, le Directoire l'autorise à employer une somme de 3000 livres provenant de la vente des biens patrimoniaux pour l'établissement d'un grenier d'abondance ; — par suite de l'extrême misère d'un grand nombre de familles de la commune de Lacaune, le Directoire autorise cette municipalité à employer mensuellement une somme de 150 livres pour venir en aide à ses pauvres.
Le 26 avril, le Directoire approuve une délibération de la municipalité de Sénégats et Trivisy demandant que la somme de 451 livres, 2 sols, représentant les dépenses faites par la force armée envoyée dans cette commune au moment de la levée ordonnée par la loi du 24 février dernier, soit mise à la charge des gens suspects et répartie entre eux au moyen d'un rôle spécial.
Le 17 juin, il est sursis provisoirement à l'exécution de l'arrêté ordonnant la déportation de Portalón, prêtre, jusqu'au parfait rétablissement de sa santé.
Le 19 et le 31 juillet, le Directoire accorde deux cloches à la commune de Cabannes et Rarre, pour le service de ses églises.
Le 14 octobre, la municipalité de Castelnau-de-Brassac demande a être dégrevée d'une partie de la somme de 3400 livres imposée a la commune pour fournir aux frais de déplacement de la force armée envoyée dans le district, afin de faire profiler de ce dégrèvement les citoyens les moins coupables : le Directoire décide qu'il n'y a pas lieu de délibérer attendu que d'après l'arrêté du Conseil du 16 septembre ces sortes de contributions doivent être exclusivement supportées par les gens suspects.
Le 21 brumaire an II, le Directoire autorise les commissaires nommés par la Société populaire de Vabre à acheter soit dans les marchés du département soit dans ceux des départements voisins les subsistances nécessaires à la commune.
Le 8 germinal, approbation d'une délibération de la municipalité de Lacaune demandant que pour le plus grand avantage des habitants ses biens communaux continuent à être jouis en commun.
Du 21 thermidor au 5 fructidor le Directoire autorise les habitants de diverses communes du district à jouir en commun de leurs biens communaux. — Table alphabétique des arrêtés contenus dans le présent registre.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 140 feuillets.
L 1061792-an III
Arrêtés du Directoire du département sur contributions publiques du 14 décembre 1792 au 1er thermidor an III.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 138 feuillets.
L 107An III-an IV
Arrêtés du Directoire du département sur contributions publiques du 4 thermidor an III au 19 prairial an IV. Le présent registre et le précédent renferment les arrêtés pris par l'Administration à la suite des réclamations présentées par les municipalités, les fonctionnaires publics ou les particuliers et relatives à des demandes en décharge ou réduction de contributions, en établissement ou suppression de taxes de guerre ou extraordinaires, etc. — Table alphabétique (divisée par districts) des décisions.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 135 feuillets.
L 1081792-an IV
Arrêtés du Directoire du département relatifs aux travaux publics du 19 décembre 1792 au 28 fructidor an IV.
Le présent registre renferme les arrêtés pris par l'Administration au sujet de la construction et de l'entretien des routes et des ponts ; du curage ou du redressement des cours d'eau ; des indemnités accordées aux propriétaires pour cession de terrains ; des secours alloués aux communes pour l'établissement d'ateliers de charité ; etc.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 79 feuillets.
L 1091793-an III
Arrêtés du Directoire du département relatifs aux affaires militaires du 18 février 1793 au 3e jour complémentaire de l'an III.
Le 6 mars 1793, en exécution du décret du 24 février dernier qui fixe le mode de recrutement de l'armée, le Directoire répartit de la manière suivante entre les cinq districts le contingent de 3299 hommes à fournir par le département : District de Castres : 941 hommes.
District d'Albi : 783 hommes.
District de Lavaur : 467 hommes.
District de Gaillac : 766 hommes.
District de Lacaune : 342 hommes.
Le Directoire charge Debrus, Artault. Fournès, Cousin et Cavaillé, membres du Conseil du département, de surveiller les opérations relatives à la levée ordonnée par ledit décret et enjoint aux districts d'envoyer dans chaque canton un commissaire chargé du même soin. — Le 8, instruction adressée aux districts et aux municipalités pour l'exécution de la levée d'hommes. — Le 15, Bonnet, lieutenant de gendarmerie, est nommé commissaire à la place de Fournès. — Le 16, la municipalité de Lisle est autorisée à accorder une gratification de cent livres à tout individu qui s'engagera volontairement à faire partie du contingent exigé de la commune : ces gratifications seront fournies par une taxe établie sur les plus forts contribuables. — Le 18, l'autorisation de répartir entre ses volontaires une somme de l5000livres est aussi accordée à la municipalité de Gaillac qui se procurera la dite somme par le même moyen. — Le 19, à cause de l'inimitié qui règne entre les habitants des paroisses de Saint-Lieux et de Lafenasse, le Directoire décide que la première de ces deux paroisses fournira quatre hommes et la seconde trois dans le contingent de sept hommes assigné à la commune. — Le 20, sur la plainte des habitants du canton de Graulhet, le contingent à fournir par ce canton est réduit à cinquante-cinq hommes répartis ainsi :
Graulhet : 44 hommes
Busqué : 4 hommes
Missècle : 3 hommes
Moularès : 4 hommes
Il est en outre permis à la municipalité de Graulhet d'employer une somme de 6 000 livres en gratifications. — Le 21, la commune de Rabastens est autorisée à accorder à ses volontaires une indemnité de deux cents livres et celle de Puycelci une somme de cent livres payables au moyen d'une taxe établie sur les habitants aisés. — Le 24, le Directoire arrête la création d'une troupe à cheval désignée sous le nom de Chasseurs à cheval du département du Tarn et charge Bonafous, capitaine des dragons nationaux, de l'organisation de ce nouveau corps. — Le 25, les commissaires de la Convention nationale, Bo et Chabot, ordonnent aux administrations du département et des districts d'empêcher les citoyens assemblés pour procéder à la levée prescrite par la loi du 24 février d'employer un mode de scrutin qui ne soit pas conforme à la loi. — Le 29, par arrêté du 26 courant, les commissaires de la Convention pour les départements du Tarn et de l'Aveyron ayant pourvu par l'établissement provisoire d'une taxe de guerre aux indemnités et aux secours à accorder aux parents des citoyens requis pour la levée de 300 000 hommes, considérant que si les arrêté3 autorisant diverses communes à donner des gratifications étaient exécutés, l'égalité serait -violée en ce que les habitants de ces communes supporteraient une double taxe et en ce que les parents des volontaires recevraient une double indemnité, le Directoire rapporte ses arrêtés qui autorisaient les municipalités de Lisle, Rabastens, Gaillac, Graulhet, Puycelci, Labastide-lès-Lavaur, Lacourtade et Brens à accorder des indemnités à ses volontaires, les collectes seules faites dans les communes restant autorisées.
Le 23 avril, le Conseil permanent du département ordonne aux Conseils des districts de requérir tous les serruriers de leurs arrondissements de fabriquer la quantité de piques nécessaires pour armer tous les bons citoyens.
Le 11 mai, le Directoire approuva un traité passé entre le Département et Prat aîné, négociant à Castres, pour les fournitures nécessaires à l'habillement de huit cent cinquante hommes. — Le 17, Bonnet, lieutenant de gendarmerie, est nommé agent militaire principal chargé de diriger la levée des dragons, chasseurs et canonniers volontaires du département. — Le 31, Gauzy (Louis), ouvrier à l'imprimerie de l'Administration, est dispensé du service militaire en exécution de la loi du 18 septembre 1792 et la municipalité de Castres est chargée de désigner un autre citoyen à sa place.
Le 1er juin, procès-verbal de vérification et d'acceptation de quatre-vingt sabres destinés à la gendarmerie adjugés à Cussel, de Lisle, au prix de 17 livres, 10 sols ; — Dauzats, commissaire de l'administration de l'habillement, de l'équipement des troupes à Toulouse, charge Roques (Florent), de Graulhet, de faire fabriquer 600 pelles et même nombre de pioches, de haches et de serpes pour le service de l'armée des Pyrénées au prix de treize livres par garniture composée de ces quatre outils.
Le 19 juillet, sur la demande de Cunier, directeur général des hôpitaux et des ambulances de l'armée des Pyrénées, le Directoire envoie à Toulouse le linge et les effets provenant des émigrés, réunis dans les magasins de Castres. — Le 31, en réponse à une lettre du général Frégeville dans laquelle il témoigne le désir de mettre en usage le remplacement, le Directoire arrête que ce général sera prié de ne recevoir comme remplaçants que des citoyens du département du Tarn reconnus forts et vigoureux et munis en outre d'un certificat de civisme.
Le 21 août, les directoires des districts et les municipalités sont requis au nom du salut public de faire rejoindre leurs corps respectifs à tous les volontaires désignés et ce dans un délai de vingt-quatre heures.
Le 3 septembre, sur la réquisition du représentant du peuple près l'armée des Pyrénées-Orientales, le Directoire désigne par la voie du sort trois gendarmes qui seront envoyés à Perpignan pour le service de l'armée. — Le 8, le Directoire ordonne l'impression el l'envoi aux municipalités de son ressort de l'arrêté de Fabre, représentant du peuple près l'armée des Pyrénées-Orientales, portant « que tous les citoyens employés au service de l'armée des Pyrénées-Orientales qui quitteront leur poste sans la permission du général commandant la place de Perpignan ou des représentants du peuple, seront déclarés traîtres à la Patrie et comme tels punis de mort ». — Le 24, Baudot, représentant du peuple en séance à Castres, instruit que la remise des secours promis aux parents des volontaires éprouve quelques difficultés par suite du retard apporté dans l'envoi des fonds promis par le ministre, autorise le Directoire à prendre provisoirement sur les revenus des émigrés une somme de 30000 livres par district pour être affectées à ce service.
Le 26e jour du 1er mois de l'an II, le Directoire nomme les commissaires chargés de procéder à la levée du bataillon le Vengeur et répartit sur les cinq districts, de la manière suivante, le contingent de 800 hommes de ce bataillon :
district de Castres : 278 hommes
district de Lavaur : 150 hommes
district d'Albi : 116 hommes
district De Gaillac : 206 hommes
district De Lacaune : 50 hommes
Le 4e jour du 2e mois, le Directoire arrête que l'État-major de Toulouse sera prié d'accorder à Rodière (Jacques), sous-lieutenant dans les compagnies du Tarn, un congé momentané pour pouvoir s'occuper de l'imprimerie à laquelle il était attaché avant son départ de Castres. — Le 24, transcription de deux arrêtés des représentants du peuple près l'armée des Pyrénées-Orientales, Fabre, Bonnet et Gaston interdisant le détournement des grains, subsistances et munitions réunis dans les magasins de cette armée et ordonnant que dans les bataillons de la levée en masse, qui faute d'armes sont encore dans divers cantonnements, il sera pris les citoyens occupés avant cette levée aux travaux de la terre pour former des compagnies de pionniers qui seront dirigées sur Perpignan.
Le 12 frimaire, Roquelaure (Pierre), du moulin neuf situé sur le Dadou dans la commune de Montdragon, dont la présence est nécessaire dans celte usine, est dispensé de la réquisition à lui faite en exécution de la loi du 23 août dernier.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 93 feuillets.
Administration centrale retour
L 110An IV
Délibérations de l'Administration centrale du département. — Le 5 brumaire, installation de Dessonville, Caravenc, Laurens et Boisredon élus membres de la nouvelle administration ; — Dessonville est proclamé président et Azaïs-Houlés est chargé des fonctions de secrétaire en chef. — Le 6, nomination des commissaires du Directoire exécutif près les administrations départementales et communales et près les nouveaux tribunaux ; — en exécution des instructions du Comité de salut public, il est ordonné aux gardes nationales du département de désigner les hommes devant faire partie de la garde départementale créée par la loi du 10 vendémiaire dernier ; — répartition entre les districts de 50000 quintaux de foin et de 30000 quintaux de paille requis sur le département pour l'entretien des chevaux attachés au service des armées. — Le 8, l'arrêté du 29 vendémiaire dernier qui fixe la population des communes du département est rapportée en ce qui concerne Albi et Mazamet : la population est définitivement arrêtée à 11176 habitants pour Albi et à 5474 habitants pour Mazamet. Le 9, l'arrêté du 6 relatif à la garde départementale est rapporté ; — les jours de séance des municipalités de canton sont fixées aux 5, 15 et 25 de chaque mois. — Le 11, Boisredon, beau-frère d'émigré, cesse ces fonctions d'administrateur du département en exécution de la loi du 3 brumaire ; — Dessonville, Caravenc, Laurens et Martin, administrateurs, déclarent n'être ni parents ni alliés à des émigrés aux degrés déterminés par ladite loi. — Le 12, l'arrêté du 29 vendémiaire dernier qui réunissait les communes du Pujol et de Fréjeville est rapporté ; — une somme de 42233 francs, 33 centimes est accordée à Boudet entrepreneur du service des dépêches de Castres à Saint-Pons et à Carcassonne pour le mois de vendémiaire et pour les mois antérieurs (la dépense journalière de ces services s'élevait à 980 francs). — Le 13, Barlhès, ex-administrateur du district de Gaillac, est nommé commissaire du Directoire exécutif du canton de Gaillac en remplacement de Bermond, démissionnaire. — Le 14, le procès-verbal d'élection du président de l'administration municipale du canton de Labruguière est envoyé au Corps législatif pour statuer sur la validité des opérations ; — la commune de Penne est autorisée à contracter un emprunt de 12000 francs pour établir un bac sur l'Aveyron ; — transcription d'un décret du 4 courant rapportant celui du 20 thermidor dernier qui fixait le chef-lieu du canton de Vaour à Penne ; — à la suite de l'attroupement séditieux formé au son des cloches dans la ville de Sorèze et suscité par le prêtre Augé, il est ordonné à l'administration municipale de ce canton de faire transporter à Castres toutes les cloches de la commune ; le procès-verbal des faits survenus est envoyé à l'accusateur public pour en poursuivre la répression ; — une somme de 13 000 francs est mise à la disposition de la municipalité de Castres pour solder les réparations à faire aux bâtiments du grand séminaire destinés à recevoir une compagnie de vétérans nationaux. — Le 16, l'Administration est d'avis que la concession des mines de fer de la Grésigne soit accordée au citoyen Garrigou et que cette concession soit étendue aux communes de Puycelci, Bruniquel, Penne et Cazals. — Le 18, une somme de 35 100 est allouée à Vincent, entrepreneur du service des dépêches de Castres à Toulouse, tant pour ses déboursés que pour son service pendant les mois de vendémiaire et de brumaire (les frais s'élevaient à 585 francs par jour) ; — Couchet, membre de l'ancienne administration, est provisoirement adjoint à la nouvelle, en attendant les prochaines élections, en remplacement de Boisredon, démissionnaire ; — l'administration municipale d'Albi est invitée à rechercher un local pour l'installation du tribunal civil du département dont le siège a été fixé dans cette ville par la loi du 19 vendémiaire ; — nomination de commissaires du Directoire exécutif en remplacement des commissaires démissionnaires : Couchet est chargé de ces fonctions auprès de l'administration du département. — De 19, l'administration municipale de Gaillac est autorisée à avoir seulement quatre employés dans ses bureaux. — Le 21, les administrations municipales des communes et des cantons sont autorisées à établir un service de porteurs chargés de remettre aux bureaux de poste, désignés dans l'état joint á la délibération, les dépêches adressées au département et de retirer celles qui leur seront envoyées. — Le 24, les églises d'Arifat et d'Espérausses sont accordées aux habitants pour l'exercice du culte. — Le 25 le presbytère de Puylaurens est provisoirement mis à la disposition des administrations municipale et cantonale du dit lieu pour la tenue de leurs séances. — Le 26, les administrations municipales des communes et des cantons sont invitées adresser le tableau de la population de leurs arrondissements respectifs en comptant séparément les hommes, les femmes, les enfants et les citoyens appelés à voter. — Le 27, vu l'état détaillé des besoins annuels de l'hôpital de Gaillac s'élevant d'après le prix courant des objets de première nécessité à la somme de. 1 465100 livres, l'Administration accorde à cet établissement un secours de 100000 livres à titre d'avance ; — un autre secours de 110 000 livres est accordé à l'hospice de Lavaur. — Le 28, l'administration municipale de Gaillac est autorisée à occuper les bâtiments du couvent des Capucins précédemment occupés par l'administration du district ; — le traitement des piètres détenus à la Chartreuse est porté a vingt-cinq francs par jour à compter du 1er frimaire.
Le 1er frimaire, il est accordé à l'entrepreneur du service des dépêches de Castres à Lacaune pour le présent mois une somme de 11 250 francs à raison de 375 francs par jour ; — transcription d'un arrêté du Comité des finances concernant les attributions données a la régie de l'enregistrement et du domaine national ; — l'Administration fixe les attributions de ses bureaux et le nombre de ses employés de la manière suivante : 1° Secrétariat avec 7 commis.
2° Bureau de police administrative, civile et militaire avec 4 commis.
3° Bureau des contributions avec 5 commis.
4° Bureau de comptabilité avec 3 commis.
5° Bureau des établissements, travaux et secours publics avec 4 commis.
6° Bureau des domaines nationaux avec 3 commis.
7° Bureau de liquidation avec 3 commis. Tableau des employés répartis par bureaux. — Le 3, Massol, Lagrèze et Médale, oncle, sont nommés membres du jury d'instruction de l'École centrale du département établie à Albi ; — les écoles primaires du département sont réparties en cinq arrondissements qui auront chacun un jury d'instruction : liste des membres formant ces cinq jurys. — Le 6, il est accordé à titre de frais de bureaux au tribunal civil du département une somme de 4000 francs pour le trimestre de vendémiaire. Le 7, liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le trimestre de nivôse, dressée en exécution de la loi du 3 brumaire ; — arrêté relatif à la contribution des patentes ; — une somme de 42600 francs est accordée à l'entrepreneur du service des dépêches de Castres à Montauban tant pour les mois de vendémiaire et de brumaire que pour les avances antérieures (les frais du service s'élevaient par jour à 710 francs). — Le 9, l'Administration règle l'organisation des bureaux et fixe le nombre des employés des diverses administrations municipales de canton. — Le 13, vu la pétition des administrateurs des hospices de Castres portant « que depuis quelques jours ils ne sont alimentés qu'au moyen du blé ou de la farine qu'ils se sont procurés à titre d'emprunt, qu'il leur est impossible de s'approvisionner sur les marchés, attendu qu'il n'y a point de propriétaire qui veuille livrer son blé contre des assignats, seule monnaie qu'ils aient à leur disposition... », le fermier du domaine national de Brametourtre est chargé de fournira cet établissement quatre-vingt quintaux de blé à prendre sur la partie revenant à la Nation. Le 14, sur la demande du conseil général de la commune de Mailhoc, l'Administration ordonne qu'il sera procédé au remplacement de Mazens, notaire décédé ; le salaire des porteurs de contrainte est fixé à quinze francs par jour en assignats en outre de la nourriture en nature qui leur sera fournie par les contribuables en retard. — Le 16, sur la demande des habitants, les églises de Saint-Pierre de Trivisy et de Notre-Dame de Roucayrol dans la commune de Sénégats sont rouvertes au culte ; — l'Administration arrête que le Code des délits et des peines sera imprimé à 700 exemplaires pour que la distribution puisse en être faite non seulement aux administrations municipales et aux juges de paix mais aussi aux agents municipaux des communes au-dessous de 5000 habitants chargés de la police par la loi du 21 fructidor ; — organisation des bureaux de l'administration municipale du canton de Cordes, fixation du nombre des employés et de leur traitement. — Le 18, la tenue des séances de l'administration municipale du canton de Castres, formé des communes de Saïx, Montespieu, Sallespieussou, Navès et Carbes, aura lieu à Castres dans les locaux occupés par l'administration municipale de cette commune ; — organisation des bureaux de l'administration du canton de Castelnau-de-Montmiral. — Le 20, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui nomme Terral (Joseph), ex-député à la Convention, commissaire du pouvoir exécutif près l'administration départementale ; — état nominatif des autres commissaires près les administrations municipales, dont les commissions ont été adressées au département ; transcription d'un arrêté du Comité des finances concernant l'organisation de la régie de l'Enregistrement.
Le 21, une somme de 150000 livres est accordée à chacun des hospices de Lavaur et de Castres. — Le 22, organisation des bureaux des administrations des cantons de Puylaurens et de Valence. — Le 23, Enjalbert, Joseph, avoué, est nommé agent national forestier de la ci-devant maîtrise de Castres en remplacement d'Azaïs. — Le 24, l'hospice de Lavaur est autorisé à prendre dans les magasins nationaux de cette ville la quantité de cinquante quintaux de blé ; — réparation au chemin d'Albi à Tanus par Carmaux. — Le 27, sur la demande des habitants, l'église de Sainte-Cécile-des-Montagnes dans la commune de Labruguière, est ouverte à l'exercice da culte ; — l'Administration donne décharge à Béranger, commis à la bibliothèque du ci-devant district de Castres, des catalogues et des ouvrages la composant dont le nombre s'élève à 10810. — Le 28, l'Administration ordonne que les séances de l'administration cantonale de Mazamet, tenues jusqu'à ce jour dans la commune d'Aussillon, aient lieu dans le chef-lieu de ce canton. — Le 29, les anciens receveurs des districts sont invités à remettre à la régie de l'Enregistrement un état de toutes les ventes dont le prix leur était directement versé. Le 1er nivôse, à la suite du refus des officiers municipaux de Murât nouvellement élus d'accepter ces charges, l'ancienne municipalité est mise en demeure de continuer ses fonctions. — Le 2, sur les ordres du ministre de la Justice, l'Administration cesse la réimpression du Bulletin des lois à partir du onzième numéro. — Le 5, en sus du traitement journalier de 25 francs accordé aux ecclésiastiques détenus à la Chartreuse, il leur est délivré en nature la quantité d'une livre de pain par jour. — Le 8, le Directoire exécutif transmet le tableau suivant contenant le prix minimum des grains achetés pour le compte du gouvernement pendant les mois de fructidor et de vendémiaire :
froment : 1000 livres le quintal
méteil : 850 livres le quintal
seigle : 700 livres le quintal
orge : 650 livres le quintal
avoine : 800 livres le quintal
Instructions sur le mode de recouvrement de l'emprunt forcé — Le 9, une somme de 300000 livres est accordée à titre d'avance à l'hôpital d'Albi. — Le 11, quarante quintaux de millet, à prendre sur le domaine de la Vivarié mis sous séquestre, sont attribués aux hospices de Castres. — Le 13, deux groupes d'habitants de la paroisse de Saint-Pierre-de-Bracou dans la commune de Couffouleux ayant réclamé la jouissance de l'église pour l'exercice de leur culte, l'Administration fait droit à leur demande sous la condition qu'une partie des habitants jouira dudit édifice de 8 à 10 heures du malin et les autres de 10 heures à midi. — Le 17, une somme de 300000 francs est mise à la disposition des hospices de Castres pour l'achat de divers objets nécessaires à cet établissement. — Le 18, recouvrement de l'emprunt forcé.
Le 24, un secours de 300 000 francs est accordé à l'hôpital d'Albi. — Le 25, un traitement annuel de 18000 francs en assignats est accordé à Malzac et à Mallebouche, officiers de santé de l'hospice de Castres ; une somme de 100000 francs est accordée à l'hôpital de Gaillac. — Le 28, les circonstances actuelles forçant les propriétaires à se défaire de leurs denrées contre des assignats pour se libérer de l'emprunt forcé, les hospices de Castres demandent et obtiennent un nouveau secours de 500 000 francs en assignats pour l'achat de grains. — Le 30, les administrations municipales établies dans les communes chefs-lieux des anciens districts sont autorisées à procéder à l'adjudication de coupes de bois. Le 3 pluviôse, l'arrêté du Directoire exécutif du 22 nivôse ordonnant, en exécution de la loi du 21 nivôse an III, la célébration de l'anniversaire du 21 janvier (1er pluviôse) n'étant parvenu au département qu'après cette date, l'Administration renvoie au premier décadi suivant la célébration de cette fête ; — Boudet, Antoine, d'Albi, est nommé notaire à Mailhoc en remplacement de Mazens décédé ; — en exécution de la loi du 2 thermidor an III, à défaut de grains pour payer en nature la contribution foncière, les contribuables sont autorisés à acquitter en assignats le montant de leur cote de la manière suivante :
pour un quintal de : blé 806 livres, 14 sols et 4 deniers en assignats
pour un quintal de : méteil. 712 livres, 13 sols et 9 deniers en assignats
pour un quintal de : seigle. 618 livres, 13 sols et 2 deniers en assignats
pour un quintal de : orge 564 livres, 9 sols et » deniers en assignats
pour un quintal de : avoine. 618 livres, 1 sols et 8 deniers en assignats
Le 10, procès-verbal de la fête de l'anniversaire du 1er pluviôse renvoyée à ce jour par l'Administration : liste des fonctionnaires et des citoyens présents à cette cérémonie. — Le 15, le prix d'une journée de travail est fixé à soixante-quinze centimes. — Du 16 au 21, le ministre de l'Intérieur est d'avis d'autoriser Fastré, fils et Gie, de Réalmont, et la veuve Bermond-Miquel, de Campes, à continuer leurs recherches de mines de houille dans ces communes ; — l'Administration arrête les formes à suivre pour instruire les demandes en décharge ou en réduction de l'emprunt forcé. — Le 23, instruction concernant le versement dans les magasins militaires des avoines provenant de l'impôt en nature et des foins et pailles provenant de réquisition. — Le 24, les registres de perception des droits d'enregistrement sont arrêtés en conformité de la loi du 9 courant qui établit une base de perception nouvelle par suite de la dépréciation des assignats. — Le 25, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif relatif au mode de payement de l'emprunt forcé ; — des sommes de 400 000 et de 300 000 livres sont accordées à litre de secours aux hospices d'Albi et de Gaillac. — Le 27, fixation du traitement des employés de l'administration municipale de Castres. — Le 30, à la suite des délits commis sur presque tous les points du département l'Administration ordonne la réunion à Castres d'une troupe de 50 hommes à pied et de 30 à cheval pour assurer la tranquillité publique : instructions pour le commandant de cette troupe.
Le 1er ventôse, en exécution de la loi du 15 pluviôse dernier qui ordonne une levée de chevaux et de mulets, tous les propriétaires d'animaux de cette catégorie sont tenus d'en faire la déclaration dans un délai de cinq jours. — Le 4, instruction pour le recouvrement de la contribution foncière. — Le 5 et le 6, Sepet, prêtre détenu à la Chartreuse, est transféré à l'hospice de Castres pour y recevoir les soins qu'exigent ses infirmit s ; — des secours de 1 200000 livres et de 500
000 livres sont accordés à titre d'avance aux hospices de Castres et de Lavaur. — Le 7, les hospices de Castres sont mis en demeure de verser à la caisse du receveur de l'ancien district une somme de 1 200 000 francs mise à leur disposition par le ministre de l'Intérieur pour rembourser une partie des avances qui leur ont été faites (le montant de ces avances s'élevait au 5 ventôse à 2600763 livres) ; l'Administration fixe à 625 francs et à 312 francs, 50, le prix, par quintal, du foin et de la paille ; — sur la demande des employés de ses bureaux, l'Administration leur accorde une indemnité d'une livre de pain et d'une demi-livre de viande par jour ; — à la suite des dégâts considérables commis dans les forêts nationales, l'Administration rappelle les dispositions de la loi du 10 vendémiaire dernier sur la police intérieure des-communes, qui rend les habitants civilement responsables des attentats commis sur leur territoire. — Le 9, cinq cents livres de fer sont mises à la disposition du conseil d'administration du 13e régiment de hussards en garnison à Castres pour le ferrage à neuf de cent chevaux ; — une somme de 100000 livres est accordée à litre d'avance à l'hospice de Liste. — Le 12, instructions supplémentaires concernant le recouvrement de l'emprunt forcé. — Le 13, par suite de la différence d'opinions existant entre les deux groupes d'habitants de Venés qui ont demandé la libre jouissance de l'église de Saint-Jean-Baptiste et afin d'éviter les inconvénients qui pourraient naître de leur réunion, l'Administration leur accorde les deux églises de Saint-Laurent et de Saint-Barthélemy de Cheffouls et ordonne la fermeture de celle de Saint-Jean-Baptiste primitivement accordée ; — arrêté sur l'échenillage ; — en exécution de la loi du 2 nivôse dernier, il est procédé à l'estimation des bois d'une superficie moindre de 15 000 ares susceptibles d'être vendus. — Le 15, publication de la liste des membres du jury pour le trimestre de germinal. — Le 17, Amalric, prêtre détenu à la Charreuse, est transféré à l'hospice de Castres pour y recevoir les soins qu'exige son état de santé. — Le 18, une demi-livre de viande et dix livres de bois sont accordées aux ecclésiastiques détenus à la Chartreuse en sus de la livre de pain et des 25 francs en assignats précédemment alloués. — Le 21, le commissaire du Directoire exécutif informe l'Administration qu'il ne peut disposer utilement de l'escadron de hussards en garnison à Castres pour le maintien de la tranquillité publique attendu que ce corps manque absolument de souliers et il la requiert de fournir des chaussures à ces militaires dont le concours lui est indispensable pour l'arrestation des déserteurs. — Le 22, Rossignol, Jean-Louis, est nommé notaire à Labastide-de-Lévis en remplacement de son père. — Le 26, il est accordé un secours d'un million aux hospices de Castres ; — réorganisation des gardes nationales du département. — Le 27, les administrations municipales sont mises en demeure de fournir des renseignements sur les prêtres réfractaires qui pourraient habiter dans leurs arrondissements respectifs. — Le 29, une somme d'un millón est accordée à titre de prêt au fournisseur de la viande aux troupes du département pour assurer le service. — Le 30, l'Administration arrête que le présent registre sera déposé au secrétariat pour être mis à la disposition de tous les administrés en exécution de l'article 201 de la Constitution. Répertoire alphabétique des délibérations.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 282 feuillets.
L 111An IV
Délibérations de l’Administration centrale du département. — Le 1er germinal, Delsol, ex-curé de Giroussens, détenu à la Chartreuse, est transféré à l'hospice de Castres. — Le 3, fixation du nombre des écoles primaires à créer dans le département et du lieu où elles seront placées ; — règlement relatif au régime intérieur de ces écoles ; — l'administration municipale de Castres est autorisée à disposer de la maison de détention « de manière que les sexes et les différents âges n'y soient plus confondus » ; — en exécution de l'article 10 de la loi du 3 brumaire concernant les prêtres sujets à la déportation ou à la réclusion, les administrations municipales sont invitées à rechercher s'il n'existe pas des prêtres auxquels les lois des 26 août 1792 et 21 avril 1793 sont applicables et si les lois des 26 décembre 1790 et 15 août 1792 sur la prestation de serment ont été exécutées par les ecclésiastiques de leurs arrondissements. — Le 7, Hue, Joseph, prêtre détenu à la Chartreuse, est transféré à l'hospice de Castres. — Le 8, un détachement de vingt-cinq hommes est envoyé à Labruguière pour le maintien de la tranquillité publique. — Le 11, une somme de 300 000 livres est mise à la disposition de l'hospice d'Albi pour faire face aux besoins journaliers de cet établissement ; — une avance de 500 000 francs est accordée au garde-magasin du chauffage militaire à Castres pour achat de bois nécessaire à son service ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui autorise Chateauneuf-Randon, commandant les 9e et 10e divisions militaires, à disposer des gardes nationales sédentaires du département pour assurer le maintien de l'ordre et l'exécution des lois. — Le 12, les citoyens compris sur les rôles des contributions mobilières et patriotiques, des patentes, de l'emprunt forcé de 1793 et de la contribution extraordinaire de guerre sont autorisés à se libérer en assignats, valeur nominale, jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné. — Le 13. L’Administration approuve les nominations de professeurs à l'école centrale du département faites par le jury d'instruction (cette école était installée dans le couvent des Carmes à Albi). — Le 14, en exécution d'un arrêté du Directoire exécutif, l'indemnité accordée aux témoins et aux jurés par la loi du 6 août 1793 est portée provisoirement à trente fois sa valeur en assignats. — Le 15, une somme de 600 000 francs est mise à la disposition de la fonderie de boulets d'Albi pour permettre à cet établissement la continuation de ses travaux ; — les administrations municipales sont mises en demeure de mettre immédiatement en recouvrement les rôles de la contribution foncière de l'an III. — Le 17, un placard menaçant apposé à la porte du commissaire du Directoire exécutif du canton de Cordes est envoyé à l'accusateur public à l'effet d'en poursuivre les auteurs ; — il est ordonné que tous ceux qui seront prévenus d'avoir donné asile aux déserteurs ou aux jeunes gens de la première réquisition seront traduits devant un conseil militaire pour être punis conformément à la loi du 4 nivôse dernier. — Le 18, l'Administration ordonne l'impression d'un écrit intitulé « Adresse aux gens de bonne foi. Causons. », Considérant que cet écrit est propre à inspirer la plus grande confiance aux mandats territoriaux créés par la loi du 28 ventôse ; — règlement pour la fourniture des vivres aux détenus ; — un secours de 598600 livres est accordé aux hospices de Castres. — Le 22, Teulade, prêtre détenu à la Chartreuse, est transféré à l'hospice de Castres pour y recevoir les soins qu'exigent son âge et ses infirmités ; — Massabiau, de Paris, est nommé professeur de législation à l'école centrale du département. — Le 25, conformément à la loi du 16 vendémiaire, les gardes nationales du département seront réorganisées le 5 floréal prochain. — Le 26, une somme de 200000 livres est accordée à titre d'avance à l'hôpital de Gaillac. — Le 27, la municipalité de Mazamet est autorisée à faire fermer toutes les églises de sa commune où ont eu lieu des rassemblements pour l'exercice du culte en contravention des lois ; — l'église de Saint-Beaudille dans la commune du Pont-de-Larn est aussi fermée pour les mêmes causes ; — le chef-lieu du canton de Massuguiès est provisoirement transféré dans la commune de Massais et ce canton prendra à l'avenir le nom de cette dernière localité. — Le 29, un secours de 30 000 livres est accordé à l'hospice de Lavaur.
Le 2 floréal, une avance de 500000 francs est accordée au fournisseur de la viande aux troupes du département pour assurer ce service (le prix moyen de la livre de viande pendant la dernière décade de germinal était de 57 livres, 10 sous en assignats). — Le 3 le renouvellement des baux à ferme des biens des père et mère d'émigrés et des biens nationaux est suspendu jusqu'au 15 prairial prochain ; après cette époque ils seront de nouveau affermés s'ils sont encore sous la main de la nation. — Le 4, règlement intérieur de l'école centrale du département ; — dans le but de prévenir tous dommages aux forêts nationales, l'Administration rappelle aux propriétaires riverains les dispositions de l'ordonnance du 13 août 1769 relative à leur conservation. — Le 8, l'administration municipale de Castres est autorisée à faire fournir par voie d'économie aux ecclésiastiques reclus à la Chartreuse et aux prisonniers détenus dans les maisons d'arrêt de la commune, les différents objets en nature tels que la viande, le bois et les légumes. — Le 9, Bassal, Charles, est nommé notaire à Lombers et Marcel, Jacques-Etienne à Marssac ; — Barthés, adjoint municipal de la commune de Brousse, est suspendu de ses fonctions comme prévenu d'avoir arraché l'arbre de la Liberté. — Le 13, des secours de 20 000 et de 10 000 livres sont accordés aux hospices de Castres et d'Albi. — Le 15, Raynal et Durand sont nommés professeurs, le premier de langues anciennes et le second d'histoire, à l'école centrale du département. — Le 16, sur la demande verbale des entrepreneurs des services des dépêches du département, l'Administration leur accorde une somme de 396 798 livres représentant le montant de leurs déboursés pendant la première quinzaine de germinal ; la dépense de ces services était ainsi répartie :
Service de Castres à Albi : 3495 livres et 5 sols
Service de Castres à Toulouse : 4488 livres et 15 sols
Service de Castres à Montauban : 6990 livres et 10 sols
Service de Castres à Lacaune : 3495 livres et 5 sols
Service de Castres à Saint-Pons et Carcassonne : 7983 livres et 10 sols
Le 22, le siège de l'administration municipale des cantons ruraux de Castres, Albi, Gaillac et Lavaur est provisoirement établi dans les communes de Saïx, Salies, Brens et Labastide-Saint-Georges. — Le 24, en exécution des lois des 8 juillet 1792 et 21 septembre 1793, il est ordonné aux citoyens des deux sexes de porter la cocarde tricolore sous peine de huit jours de prison ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif nommant dix-sept commissaires près les administrations municipales du département. — Le 25, Pailhous, Antoine, est nommé notaire à Moularès. — Le 30, les églises de Saint-Germain-des-Prés, de Notre-Dame de Blan et de Saint-Quentin d'Appelle sont mises à la disposition des habitants pour l'exercice du culte.
Le 3 prairial, un détachement de cent hommes et une brigade de gendarmerie sont envoyés à Saïx pour procéder à l'arrestation des déserteurs et des gens sans aveu réunis dans cette commune ; — l'église de Saint-Julien de Biot, dans la commune de Castelnau-de-Brassac, est rouverte au culte. — Le 6, l'école primaire installée à Teulet est transférée à Fréjairolles ; — un secours de 4 000 livres est accordé à l'hospice de Gaillac. — Le 9, des brigades de gendarmerie de Castres et de Brassac sont envoyées à Saint-Pierre-de-Trivisy pour y assurer l'ordre pendant la durée de la foire du 11 courant ; — fixation du nombre et de l'emplacement des écoles primaires dans les districts de Lavaur et de Lacaune. — Le 12, les églises de Notre-Dame d'Algans, de Notre-Dame de Mouzens et de Saint-Pierre du Bez sont rouvertes à l'exercice du culte. — Le 14, un secours de 20 000 livres est accordé à l'hospice d'Albi ; — le nombre d'acquéreurs de domaines nationaux étant considérable, l'Administration décide qu'il sera procédé au tirage au sort entre ceux qui auraient soumissionné pour un môme objet ; — le produit d'une rétribution annuelle de vingt-cinq francs par élève sera réparti entre les professeurs de l'école centrale : sont exempts de celte rétribution, le quart des élèves de chaque section dont l'indigence sera certifiée par l'administration municipale d'Albi. — Le 15, liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le trimestre de messidor. — Le 18, sur la demande des habitants des communes de Laboulbène, de Labessière et de Montpinier, une école primaire est établie à Mazières, dans cette dernière commune. — Le 19, les administrations municipales sont chargées de rectifier les états de répartition des foin et paille requis par la loi du 7 vendémiaire de manière que la réquisition frappe sur les propriétaires qui possèdent actuellement des fourrages sans tenir compte des livraisons qu'ils peuvent avoir déjà faites. — Le 21, en exécution d'un jugement du tribunal civil du département du 12 courant, qui condamne les habitants de la commune de Lacaune, sur le territoire de laquelle le gendarme Houles a été lue, à payer à sa veuve une somme de 4 000 francs, l'Administration arrête que cette somme sera d'abord avancée par les vingt plus fort contribuables en attendant la répartition sur les habitants. — Le 24, Rossignol, Antoine, est nommé notaire à Sénégats ; — un secours de 20 000 livres est accordé aux hospices de Castres. — Le 27, Espérou, d'Albi, est nommé membre du conseil d'administration de la fonderie militaire de cette ville. — Le 29, le siège de l'administration municipale du canton de Puylaurens est provisoirement établi dans la commune de Saint-Germain ; — sur la demande des habitants de Cornebouc et de Lacourtade, une école primaire est établie à Rivières.
Le 3 messidor, l'Administration nomme une commission pour vérifier quels sont les édifices nationaux situés dans la ville d'Albi qui doivent être conservés pour les services publics. — Le 4, Lacoste, receveur du domaine national, est chargé de la perception des sommes provenant du prix de vente des domaines nationaux ; — transcription d'une loi du 22 prairial qui autorise Garrigou, Baptiste, à exploiter pendant trente ans les mines de fer de Puycelci et de Penne ; — l'Administration annule les rôles de l'emprunt forcé dressés par les municipalités à cause des erreurs nombreuses et des omissions qu'ils renferment et envoie les nouveaux rôles à mettre en recouvrement. — Le 13, l'école primaire de la commune de Saint-Gauzens est installée au hameau de Bellegarde. — Le 14, le ministre des Finances est prié de mettre à la disposition du payeur général du département la somme d'un million en mandats pour servir à l'échange des assignats au-dessus de cent livres. — Le 15, les créanciers des émigrés et des condamnés sont, invités à déposer leurs titres au secrétariat du département dans les délais prescrits par la loi du 17 prairial, afin de ne pas encourir la déchéance de leurs créances. — Le 17, instruction du ministre de l'Intérieur sur l'organisation du service des Ponts et chaussées. — Le 20, l'administration municipale du canton rural de Castres est mise en demeure de se conformer sous trois jours à l'arrêté du 22 floréal qui fixe à Saïx le lieu de ses séances. — Le 21, Groc, Pierre, est nommé notaire à Valdériès en remplacement de son père. — Le 23, les citoyens sont invités à présenter avant le 1er thermidor à la caisse du payeur général les assignats au dessus de cent livres qu'ils désirent échanger contre des mandats. — Le 25, sur la demande des professeurs de l'école centrale du département, les vacances de cet établissement sont fixées aux mois de fructidor et de vendémiaire. — Le 26, approbation d'une délibération de l'administration du canton de Lombers qui accorde a Fournier la concession d'un patus pour l'établissement d'une tannerie. — Le 27, une école primaire est établie à Sainte-Gemme. — Le 28, l'administration municipale de Graulhet est autorisée à faire rouvrir l'église de Notre-Dame-du-Val-d'Amour lorsqu'elle jugera que cette mesure peut être prise sans danger.
Le 3 thermidor, Bertrand, Louis, curé constitutionnel de Saint-Julien-du-Puy, est nommé instituteur de celte commune. — Le 4, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui nomme Pons d'Allet, de Marseille, receveur des impositions directes du département. — Le 8, les églises de Vabre, de Rouniégoux et de Saint-Antonin-de-Lacalm sont rouvertes à l'exercice du culte.
Le 13, en exécution du règlement intérieur de l'école centrale du 4 floréal dernier, l'Administration fixe les prix à accorder aux élèves de cette école après concours ; Bassal, Auguste, est nommé notaire à Orban en remplacement de Defos, décédé, et Ferret, Dominique, à Dénat en remplacement de Soulier et de Pendariès. — Le 17, la jouissance de l'église de Veilhes est accordée aux habitants pour l'exercice du culte. — Le 18, adresse de l'Administration à ses concitoyens relativement au payement de la contribution foncière de l'an IV : la moitié de cette imposition pouvait être acquittée en nature en prenant pour base les prix de 1790 ; tarif de ces prix.
Le 21, Castagne est nommé notaire à Bourgnounac. Le 25, établissement d'écoles primaires dans les communes de Saint-Gauzens, de Trévien et de Cambon d'Albi. Le 26, la suppression de la fonderie d'Albi étant ordonnée par le ministre de la Marine et des Colonies, une commission de cinq membres est chargée d'arrêter les comptes de cet établissement. Le 3 fructidor, Hue, Joseph, prêtre, transféré de la Chartreuse à l'hospice de Castres à cause de ses infirmités, est autorisé à se retirer chez lui ; — deux brigades de gendarmerie sont envoyées à Milhars pour réprimer les troubles suscités par les déserteurs ; — l'église de Lacaune est accordée aux habitants pour l'exercice du culte. — Le 7, Bonnet, prêtre détenu à la Chartreuse, est transféré à l'hospice de Castres ; — fixation du salaire des nourrices des enfants abandonnés dits « Enfants de la Patrie » ; — l'Administration arrête qu'il sera décerné des contraintes contre les contribuables en retard pour le payement de la contribution foncière de l'an III et de l'an IV. — Le 11, une somme de 60000 livres est accordée aux hospices de Castres. — Le 12, il est ordonné à Capéran, Guillaume, prêtre, sortant des prisons de Saintes, de se retirer à Lautrec d'où il est originaire. — Le 13, Senihour, Jean-Pierre, et Sabatier, prêtres, détenus à la Chartreuse, sont transférés à l'hospice de Castres pour y recevoir les soins qu'exigent leurs infirmités. — Le 15, l'Administration arrête que le pont de bois de Régantou, situé sur la route de Castres à Saint-Pons, sera réparé par voie d'économie. — Le 18, Cassaing, Bernard, ex-Chartreux, venant de Saintes en vertu d'une décision du ministre de la police générale, et autorisé à rester chez lui pour rétablir sa santé ; — Molinier, Henri, est nommé notaire à Laguépie en remplacement de son père ; liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le premier trimestre, de l'an V. — Le 21, sur la pétition de Gaurel, Jean-Louis, prêtre résidant à Castres, compris par erreur au nombre des ecclésiastiques frappés par les lois de 1792 et de 1793, l'Administration arrête que le pétitionnaire doit jouir de tous ses droits de citoyen ; — la somme de 25 livres en assignats accordée aux ecclésiastiques reclus leur sera payée en mandats à raison de un pour trente ; ils recevront de plus dix sous par jour, valeur fixe, à partir du premier courant ; — instructions concernant le recouvrement de l'emprunt forcé de l'an IV. — Le 25, Sérieys est nommé notaire à Maussans ; — l'Administration arrête que les sommes restant dues sur l'emprunt forcé seront acquittées en numéraire, en mandais, en matières d'or ou d'argent ou en grains et que des remises de trente, vingt et dix pour cent seront accordées aux préteurs qui acquitteront le montant de leur côte dans la première, deuxième ou troisième décade de la publication de la loi du 30 thermidor. — Le 27, Gardés est nommé notair
à Saint-Juéry en remplacement de Roques ; — un secours de 60 000 livres est accordé à l'hospice d'Albi. — Le 28, l'administration municipale du canton de Cordes est autorisée à nommer des citoyens probes et éclairés pour remplir les fonctions d'officiers de l'état civil dans les communes dont les agents municipaux et leurs adjoints sont illettrés. — Le 29, une indemnité de quinze sous par lieue et de vingt-cinq sous par séance est accordée aux témoins et aux jurés.
Le 1er jour complémentaire, création d'écoles primaires dans diverses communes de l'ancien district de Lacaune.
Répertoire alphabétique des délibérations.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 285 feuillets.
L 112An V
Délibérations de l'Administration centrale du département. — Le 5 vendémiaire, sur la question de savoir si un prêtre qui avait prêté le serment prescrit par la loi du 26 décembre 1790 et qui l'a rétracté postérieurement à la loi dite « Constitution civile du clergé » est dans le cas des peines portées par l'article 1 de la loi du 26 avril 1792, le Directoire exécutif ayant arrêté qu'il n'y avait pas lieu à délibérer, attendu que les affaires de cette nature sont de la compétence exclusive des administrations départementales, en exécution de cet arrêté, l'Administration ordonne la mise en liberté immédiate de Bousquet, André, ex-curé de Vinas, district de Lodève ; — une somme de 60000 livres est accordée aux hospices de Castres à titre d'avance ; — l'Administration ordonne la vente d'une partie des grains provenant de la contribution foncière de l'an IV. — Le 6, une allocation annuelle de vingt-cinq francs est accordée à litre d'indemnité de logement à Bouldouiré, instituteur à Saint-Gauzens. — Le 8, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui ordonne la radiation de sur les listes des émigrés du nom de Juge-Brassac, Alexandre ; — création d'une école primaire dans la commune de Saint-Lieux-lès-Lavaur ; — le dernier secours de 60 000 livres accordé aux hospices de Castres n'ayant pu être payé par le payeur du département faute de fonds, l'Administration décide de faire connaître au ministre de l'Intérieur « l'état affligeant où se trouvent ces hospices et l'inviter à faire sans délai les fonds nécessaires à leur entretien ». — Le 9, l'exécution de la délibération de l'administration municipale du canton de Valence qui permet, sous certaines conditions, de combler les fossés de la ville à l'Est et à l'Ouest, est autorisée ; — la loi du 28 messidor mettant les dépenses des administrations centrales, des corps judiciaires, de la police intérieure et locale, de l'instruction publique et des prisons à la charge des départements sous le nom de dépenses d'administration, l'Administration détermine la nature et le montant de ces dépenses s'élevant pour l'an V à la somme de 396525 fr., 98 centimes ; cette somme devait être prélevée sur le montant des sous additionnels. — Le 11, l'Administration arrête que les quatre cinquièmes des dépenses d'administration seront réparties au marc la livre du principal de la contribution foncière à raison de deux sols, cinq deniers un tiers par livre, le cinquième restant devant être réparti sur la contribution personnelle et somptuaire. — Le 15, levée du séquestre mis sur les biens de de Monricous, André, prêtre à Graulhet, cet ecclésiastique n'étant pas atteint par les dispositions de la loi du 3 brumaire. — Le 17, les brigades de gendarmerie envoyées provisoirement à Milhars pour y assurer la tranquillité sont rappelées ; — une auge en pierre doublée de plomb destinée à servir de baignoire et une chaudière de cuivre sont mises à la disposition des hospices de Castres sous la condition que la valeur de ces objets sera versée entre les mains du receveur des domaines nationaux ; — l'Administration arrête qu'il sera procédé à l'adjudication au rabais des réparations à faire aux barraques des gardes de la forêt de Giroussens. — Le 21, il est enjoint aux administrations municipales d'arrêter le montant de leurs dépenses pour l'an V, ces dépenses devant être réparties sur les contribuables de leurs arrondissements au marc la livre de leurs contributions. — Le 22, Denohic, Jean-Baptiste, est nommé instituteur à Belcastel ; — le Corps législatif est invité à réunir le canton d'Angles au département du Tarn et celui de Saint-Gervais au département de l'Hérault ; — en exécution de la loi du 3 courant portant qu'il sera tenu compte aux contribuables pour le payement de leurs contributions du montant des réquisitions exercées sur eux depuis le 1er brumaire pour le service des armées, l'Administration ordonne à tous les porteurs de quittances de réquisitions de les remettre aux agents municipaux de leurs communes. — Le 23, l'Administration arrête qu'à l'avenir la contribution foncière de l'an IV ne pourra plus être acquittée en nature ; — remplacement d'agents municipaux et de leurs adjoints illettrés. — Le 27, Perrin, Jean-Vital, est nommé instituteur à Albi. — Le 28, Blanc, Jean-Joseph, est nommé notaire à Gaillac en remplacement de Daragon décédé. — Le 30, Martin, administrateur, est envoyé à Murât pour réorganiser l'administration municipale de ce canton. Le 1er brumaire, instructives relatives au mode de rédaction des pétitions ; — l'Administration décide qu'elle recevra tous les jours, de dix heures à midi, sauf les jours décadaires, les citoyens qui auraient à l'entretenir verbalement ; fixation des heures de bureau ; — le salaire des porteurs de contrainte est fixé à un franc, cinq centimes par jour ou bien à cinquante centimes et la nourriture. — Le 3, Blanc, Pierre, est nommé instituteur à Monestiés et Bousquié, Jacques, à Salles. — Le 4, l'Administration accepte pour caution du citoyen Pons Dallet, receveur des impositions directes du département, les sieurs Mitivié, Joseph, négociant à Castres, et Esquirol, Jean-Baptiste, propriétaire à Montgiscard, département de la Haute-Garonne : le montant du cautionnement égal au douzième des impositions s'élevait à la somme de 331 820 fr., 25 centimes ; — Campmas, médecin à Albi, et Lagrèze sont nommés membres du jury d'instruction publique de l'arrondissement d'Albi ; — Pinel, Pierre, et Raynal sont nommés professeurs de langues anciennes et de grammaire à l'école centrale du département ; — Massol, Jean-François, est nommé bibliothécaire de la bibliothèque centrale du département dont il dressera un catalogue : cette bibliothèque sera ouverte au public les 3, 5, 7 et 9 de chaque décade de 9 heures à midi et de 2 à 5 heures. — Le 6, les citoyens sujets à la patente sont invités à faire leur déclaration avant le 15 courant afin d'éviter l'amende s'élevant au quadruple des droits. — Le 8, l'administration municipale du canton de Labruguière est autorisée à mettre en adjudication les réparations à faire au pont de Penavayrié sur le ruisseau de Bernasoubre. — Le 9, transcription d'une décision du ministre de l'Intérieur qui autorise le sieur Mather, Guillaume, affineur de métaux à Béziers, à exploiter pendant un an les mines de plomb de Mourcayrol en attendant que les formalités relatives à la concession définitive aient été remplies. — Le 12, une somme de trente mille livres est accordée à titre d'avance à l'hôpital de Gaillac. — Le 14, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif ordonnant que les denrées provenant de la contribution foncière et dont la conservation n'est pas nécessaire seront vendues au prix courant des marchés ; — transcription d'une lettre du ministre de la Police générale relative aux émigrés et aux mesures à prendre contre « eux qui rentrent en France ; — Sompairac est nommé instituteur à Lacabarède. — Le 16, établissement d'une école primaire à Travanet. — Le 20, Colomb, Pierre, est nommé instituteur à Cordes. — Le 20, l'Administration rappelle aux percepteurs les diverses lois relatives au mode de payement et de perception de la contribution foncière et charge les agents municipaux des communes à veiller à l'exécution rigoureuse de ces lois. — Le 28, l'administration municipale de Castres est autorisée à livrer, à titre de prêt, cinquante paire de souliers au 4e bataillon de l'Hérault (sur 107 hommes formant l'effectif de ce bataillon, 50 étaient dépourvus de chaussures) ; — un détachement de cinq gendarmes est envoyé à Labruguière avec mission d'empêcher les dégâts commis journellement dans la forêt de Cayroulet ; — mesures pour assurer la sécurité des courriers et des voyageurs.
Le 1er frimaire, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui nomme Dugourg commissaire du pouvoir exécutif près l'administration municipale de Lisle en remplacement de Béringuier ; — l'Administration arrête que le bureau de bienfaisance de Puylaurens jouira à l'avenir des intérêts, à quatre pour cent, de la somme de 4 530 livres provenant du rachat des rentes dues à cet établissement. Le 3, Vidal et Pailhous, Jean-Louis, sont nommés instituteurs à Teillet et à Salies ; — instructions relatives au mode de recouvrement des dépenses d'administration et des charges locales ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif ordonnant le maintien sur la liste des émigrés de Dalbys, Louis-Gabriel-Mathieu, et annulant un arrêté du district de Lavaur qui avait ordonné sa radiation provisoire. — Le 5, l'Administration arrête que la bibliothèque centrale du département ne sera ouverte au public que lorsque le catalogue en sera terminé ; — Pomier, Auguste, est nommé instituteur public à Espérausses. — Le 8, l'indemnité accordée aux témoins et aux jurés est portée à un franc par lieue de 2 000 toises, aller et retour, et à un franc, cinquante centimes par séance, en numéraire ou en mandats au cours. — Le 9, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif nommant Montamat, Nicolas, commissaire du pouvoir exécutif près l'administration municipale de Saint-Sulpice. — Le 10, mise sous séquestre des biens appartenant à Dalbys, Louis-Gabriel-Malhieu, émigré, et à sa femme. — Le 11, le secrétaire en chef de l'Administration du département est chargé de la recette du demi pour cent prélevé sur le montant des ventes : ce prélèvement était alloué à titre de gratification et de frais aux divers fonctionnaires chargés de ces ventes ; — l'administration municipale d'Albi est autorisée à faire réparer d'urgence la brèche faite aux prisons de cette ville par des prisonniers. — Le 13, une somme de 2 000 francs en numéraire ou en mandats au cours est mise à la disposition des sieurs Petit et Mamignard, entrepreneurs du service des vivres des troupes, pour assurer le service. — Le 15, Aussenac, dit Moupou, est nommé secrétaire-greffier de la gendarmerie du département en remplacement de Lebrun, démissionnaire. — Le 16, Saussol et Cavayé sont nommés instituteurs à Dourgne et la dame Campmas, Flavie, à Monestiés ; — transcription de la lettre de service du général Haquin, nommé commandant de la 9e division militaire. — Le 17, l'Administration ordonne qu'il sera payé à l'imprimeur Rodière une somme de 1 905 francs représentant les frais d'impression des arrêtés de partage des biens des émigrés et que cette dépense sera supportée partie par la République et partie par les ascendants des émigrés ; — liste des jurés pour le trimestre de nivôse. — Le 23, cinquante chemises provenant de réquisitions sont mises à la disposition des hospices de Castres pour être affectées aux besoins des détenus. — Le 24, l'Administration « instruite que des percepteurs spéculent, au préjudice du trésor national, sur la variation du cours des mandats en les versant à un cours supérieur à celui qu'ils les ont reçus ; que quelques-uns les ont même substitués au numéraire métallique..., » ordonne que ces comptables seront tenus, de représenter, au moment de leurs versements, le livre général servant à inscrire journellement le montant de leurs recettes et l'espèce des valeurs reçues. — Le 26, Alric, Jean-Paul-Boniface, est nommé notaire à Rabastens en remplacement de son père Alric, Jean, décédé. — Le 27, Ferlus, directeur de l'école de Sorèze, est autorisé à recevoir chez lui, sous sa responsabilité, Lachapelle, prêtre, actuellement détenu à la Chartreuse. — Le 29, par suite du mauvais vouloir et de la négligence des officiers municipaux de Murât, de Cabannes et de Barre, les divers services de ces communes étant désorganisés, l'Administration arrête que deux garnisaires, pris dans la colonne mobile de Lacaune, seront envoyés chez chacun de ces officiers municipaux qui seront tenus de leur payer, en sus de la nourriture, une somme de trente sous par jour et ce jusqu'à ce que les affaires en instance aient reçu une solution ; — les administrations municipales sont invitées à ouvrir immédiatement des registres destinés à l'inscription des déclarations des citoyens qui auraient l'intention de remplir des fonctions électives en germinal prochain.
Le 1er nivôse, des sommes de 1 000 et de 400 livres sont accordées à titre d'avance aux hôpitaux de Gaillac et de Lisie. — Le 3, l'Administration détermine l'emploi d'une somme de 20 000 francs mise à sa disposition par le ministre de l'Intérieur et applicable à la réparation des roules et au service de la navigation. — Le 4, les propriétaires des moulins de Saint-Urcisse et de Saint-Angel situés sur le ruisseau de Tescou sont mis en demeure d'abaisser le chevet des chaussées de ces usines de façon à éviter l'inondation des terres voisines. — Le 8, instructions du ministre des Finances relatives aux mesures à prendre pour s'assurer de la régularité de la gestion du receveur du département et de celui des domaines. — Le 10, Pezeu, Marc-Antoine, est nommé notaire à Albi en remplacement de Landes nommé juge au tribunal civil du département. — Le 11, approbation du procès-verbal de vérification de la caisse du receveur du département. — Le 14, instructions relatives au recouvrement des contributions antérieures à celles de l'an V ; — en exécution d'une lettre du ministre de l'Intérieur, les grains déposés dans les divers magasins civils du département sont mis à la disposition de la ville de Marseille pour être employés à venir en aide aux indigents de cette commune ; — le traitement des employés des administrations municipales sera payé en numéraire à partir du 1er courant. — Le 15, l'Administration fixe de nouveau l'indemnité à accorder aux jurés et aux témoins ; — le surplus des 2272 quintaux de fourrage nécessaires à la gendarmerie jusqu'à la prochaine récolte, déposés dans les magasins du département, est misa la disposition du service des fourrages de la 9e division militaire ; — les propriétaires de terres riveraines des chemins vicinaux sont mis en demeure de recreuser les fossés existants et d'en construire aux points où il n'en existe pas ; — instructions pour l'entretien des dits chemins ; — il est ordonné à Rossignol et à Marcel nommés notaires à Labastide-de-Lévis et à Marssac de réintégrer leurs résidences, ces deux notaires s'étant installés, contrairement à la loi, le premier à Montans et le second à Labastide-de-Lévis. — Le 22, Musson est nommé portier de l'école centrale du département ; — l'Administration arrête que les grains déposés dans les églises de Saint-Alain et de Notre-Dame-du-Port, à Lavaur, seront enlevés et que ces édifices seront rendus aux citoyens pour l'exercice de leur culte. — Le 23, Saint-Hilaire et Cailhive sont nommés instituteurs publics à Albi ; — Belin, Jean-Baptiste Marie, prêtre, de Florentin, est mis en état d'arrestation à l'hospice de Castres par suite de son état de santé. — Le 25, le procès-verbal d'arrestation de ce prêtre et les diverses pièces qui y sont jointes sont transmises au ministre de la Police générale pour savoir quelles lois lui sont applicables ; — mesures contre les marins rentrés sans congés dans leurs foyers. — Le 29, à cause de la réunion prochaine des assemblées primaires. L'Administration ordonne la réimpression de divers articles de la Constitution relatifs aux droits politiques des citoyens. Le 6 pluviôse, en exécution de la loi du 24 nivôse dernier portant que tous les fonctionnaires prêteront serment le jour anniversaire du 21 janvier, l'Administration règle les détails de cette cérémonie ; — l'arrêté autorisant Granier, Antoine, à exploiter une mine de houille découverte sur sa propriété de Nières est rapporté et les citoyens Delseuse et Giral, concessionnaires desmines de Saint-Gervais, sont mis en demeure d'avoir à fournir des renseignements statistiques sur leur concession. — Le 8, les fonctionnaires et la force armée réunis en exécution de la délibération du 6 courant prêtent « le serment de « haine à la royauté et à l'anarchie et d'attachement et de « fidélité à la République et à la Constitution de l'an IV ». — Le 16, approbation du procès-verbal d'estimation du presbytère de Taux. — Le 19, les pauvres de la commune de Sémalens demandent à être réintégrés dans la possession de la métairie de Labouriette, vendue comme domaine national, ou à recevoir en échange des biens nationaux d'une valeur égale ; — sur la demande de plusieurs citoyens de la commune de Lac ze, l'Administration leur accorde la libre jo
issance de l'église paroissiale pour l'exercice de leur culte ; — Méric, Joseph-Denis, est nommé notaire à Saint-Gervais en remplacement de son père Méric, Antoine. — Le 21, l'Administration ordonne la publication de la liste des candidats aux diverses fonctions dont la nomination appartient aux assemblées électorales, liste de ces candidats. — Le 25, tableau de répartition des citoyens du département en assemblées primaires ; — leur nombre par commune ; — désignation du lieu des séances de chaque assemblée, etc.
Le 1er et le 2 ventôse, l'Administration ordonne que le montant des avances faites aux hospices d'Albi et de Castres pendant l'an III et l'an IV sera remboursé à l'aide de la somme mise à la disposition de ces hôpitaux par le ministre de l'Intérieur : nomenclature des avances. — Le 4, par suite du manque de fonds, le fournisseur de la viande à la compagnie des vétérans s'étant refusé à continuer cette fourniture, Caraven, administrateur du département, est invité à faire les avances nécessaires pour assurer ce service. — Le 10, transcription de la loi du 1er courant ordonnant la réunion du canton d'Angles au département du Tarn et celle du canton de Saint-Gervais à celui de l'Hérault. — Le 14, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif relatif aux règles à suivre dans la correspondance des divers fonctionnaires avec les administrations municipales et départementales ; — les hôpitaux de Gaillac et de Lavaur sont autorisés à rembourser les avances qui leur ont été faites à l'aide des sommes mises à leur disposition par le ministre de l'Intérieur ; — une indemnité annuelle de logement de 150 francs est accordée à Toulze, instituteur à Albi ; — en exécution des lois des 16 et 22 pluviôse dernier portant que les mandats n'auront plus cours forcé entre particuliers et que les assignats de 100 francs et au-dessous seront retirés de la circulation, l'Administration fixe le prix auquel ces valeurs seront acceptées par les caisses publiques jusqu'au 1er germinal prochain. — Le 15, Alengrin, Antoine, bénéficier du chapitre de Lavaur, détenu, est mis en demeure de prouver qu'il a constamment résidé en France depuis 1792 ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif ordonnant la radiation sur les listes d'émigrés de Palaminy, Dominique-Louis-Aimar ; — les frais d'impression de divers arrêtés de partage de biens d'émigrés, s'élevant à la somme 517 francs, sont répartis entre la nation et les ascendants de ses émigrés. — Le 20, l'Administration arrête que Jougla, Paul-Tristan, Bonnet, Antoine, Baccou, Jean, et Amiel, François, prêtres déportés, rentrés en France et arrêtés à Lavelanet dans le département de l'Ariège, seront provisoirement mis en état d'arrestation jusqu'à ce que le Directoire exécutif ait statué sur leur compte ; — liste des jurés pour le trimestre de germinal ; — en exécution d'un arrêté du Directoire exécutif il est procédé à la clôture de tous les registres contenant les demandes en radiation de la liste des émigrés ; — instructions adressées aux administrations municipales pour la tenue des prochaines assemblées primaires et communales. — Le 25, l'église de Saint-Salvi-de-Coutens dans la commune de Lisle est accordée aux habitants pour l'exercice du culte. — Le 28, les communes du canton d'Angles sont rattachées au bureau d'enregistrement de Brassac ; — Pinet, Lédas et Pentiès sont séparés de la commune de Montauriol et forment des communes distinctes ; — l'Administration arrête qu'immédiatement après la tenue de l'assemblée primaire de la commune de Lavaur qui doit avoir lieu dans l'église de Saint-Alain, les clefs de cet édifice seront remises aux citoyens qui en ont fait la demande pour l'exercice du culte. — Le 30, l'administration municipale de la commune de Lavaur est de nouveau mise en demeure de mettre à la disposition d'une partie des habitants l'église de Saint-Alain.
Répertoire alphabétique des délibérations.
Dates : an V-an V
Description physique : (Registre.) — In-f°, 264 feuillets.
L 113An V
Délibérations de l’Administration centrale du Département. — Le 4 germinal, l'Administration accorde une indemnité de 317 francs aux agents forestiers char, gés de la vérification des dégâts de toute nature commis dans la forêt de Montroucoux dans la commune de Lacaune : ces dégâts s'élevaient à la somme de 11 000 fr. Le 6, sur la plainte des habitants de Puybegon, cette commune qui fait partie du canton de Cadalen est rattachée à celui de Briatexte qui sera ainsi formé des communes de Briatexte, Saint-Gauzens et Puybegon ; le canton de Cadalen était formé des communes d'Aussac, Cadalen, Fénols, Florentin, Labessière-Candeil, Lagrave, Lasgraïsses et Técou. — Le 7, l'Administration arrête que l'assemblée communale de Montgey se réunira dans l'église du dit lieu. — Le 9, Caraven, administrateur du département, est invité à faire les avances nécessaires pour le chauffage de la compagnie de vétérans, ce service étant suspendu faute de fonds. — Le 11, l'administration municipale d'Albi est mise en demeure de transférer dans les bâtiments dits « de la Marmite » les brigades de gendarmerie de la ville. — Le 12, la commune de Lastouzeilles est réunie à celle de Palleville et celle de Gandels à Garrevaques ; le canton de Sorèze était dès lors composé des dix communes suivantes : Sorèze, Arfons, Durfort, Cahuzac, Bellesserre, Lagardiolle, Palleville-Lastouzeilles, Saint-Amancet, Garrevaques-Gandels et Les Cammazes ou Roquefort. — Le 14, le jury d'instruction de l'école centrale du déparlement et le bibliothécaire d'Albi sont autorisés à se concerter avec l'Administration centrale de la Haute-Garonne pour faire réintégrer dans la bibliothèque du département les divers livres ayant appartenu à de Bernis, déposés actuellement à Toulouse. — Le 15, l'Administration autorise la mise en adjudication des réparations à faire à la grande barque du port d'Ambres ; — une indemnité annuelle de logement de 120 francs est accordée à Colomb, instituteur à Cordes ; — en exécution d'une lettre du ministre de l'Intérieur, il est procédé au tirage au sort pour le renouvellement d'un membre de l'Administration, Martin, de Vabre administrateur est désigné pour être remplacé ; les séances de l'assemblée électorale qui doivent commencer le 20 courant, se tiendront à Castres dans l'église des Jacobins. — Le 21, Lugan, Joseph, est nommé instituteur à Saint-Lieux-lès-Lavaur. — Le 22, l'Administration accorde à divers habitants de la commune de Lisle l'église des Augustins pour l'exercice de j leur culte, tout en conservant à l'administration municipale le droit de disposer de cet édifice soit pour la célébration des fêtes nationales, soit pour la tenue des assemblées primaires ; — la commune de Labastide-Rouairoux est rattachée au bureau d'enregistrement de Mazamet. — Le 23, les citoyennes Geniviève, Antoinette, et Sanson-Paulin, Françoise, sont nommées institutrices à Albi. — Le 26, Laurans, nommé membre du Conseil des Cinq-Cents, se démet de ses fonctions d'administrateur ; — l'Administration autorise la mise en adjudication des réparations à faire au bac de Saint-Sulpice ; — instruction relative à la liquidation du montant des réductions prononcées sur la contribution foncière de l'an IV ; — tableau du cours des mandats de thermidor an IV à pluviôse au V. — Le 28, Martin et Derrouch élus administrateurs sont installés dans leurs fonctions.
Le 1er floréal, Alary, Joseph, est nommé instituteur à Labaslide-de-Lévis. — Le 6, Locamus, Joseph, est nommé notaire à Saint-Amans-Valtoret en remplacement de son père ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif annulant plusieurs décisions de l'Administration centrale relatives à la concession de l'église de Saint-Alain de Lavaur à un petit nombre d'habitants au préjudice de la grande majorité qui avait les mêmes droits à cette faveur ; — Estadieu, Jean-David-Barthélemy, est nommé notaire à Réalmont. — Le 10, le nom de Cavailhés, Jean-Raymond, directeur de la filature de Royaumont dans le département de Seine-et Oise, est définitivement rayé de la liste des émigrés. — Le 12, l'église de Saint-Anatole dans la commune de Giroussens est mise à la disposition des habitants pour l'exercice de leur culte ; — l'Administration ordonne que le séquestre mis sur les biens d'Alengrin, Antoine, prêtre, sera levé, cet ecclésiastique ayant justifié de sa résidence non interrompue depuis 1792. — Le 14, le Corps législatif est invité à autoriser l'administration municipale du canton de Saint-Paul à acquérir les maisons dites presbytérale et du chapitre pour l'installation de ses bureaux et des prisons. — Le 19, Charpentier-Dessonville est maintenu dans ses fonctions de président de l'Administration. — Le 23, installation d'Aussenac nommé commissaire du Directoire exécutif près l'Administration centrale du département. — Le 26 et le 28, les administrations municipales des cantons de Puycelci et de Castelnau-de-Montmiral, considérant que les registres de l'état civil des communes de Larroque, Castelnau-de-Montmiral et Campagnac des ans II, III et IV n'ont pas été tenus ou l'ont été d'une façon illégale, sont invités à se conformer à la loi du 2 floréal an III qui détermine la manière de suppléer aux registres de l'étal civil détruits ou perdus. — Le 29, Sompayrac, de Valdurenque, est nommé instituteur public à Lacabarède. Le 2 prairial, David, Jean-Pierre, est nommé concierge de la maison d'arrêt d'Albi ; — l'Administration rappelle l'exécution des lois du 7 vendémiaire sur l'exercice et la police extérieure des cultes et du 22 germinal an IV interdisant la sonnerie des cloches ; — Facieux, Henri, est nommé instituteur à Montans ; — l'Administration règle de la manière suivante la jouissance de l'église de Réalmont accordée aux habitants pour l'exercice de leurs cultes respectifs : une partie de la population jouira du dit édifice depuis le jour jusqu'à neuf heures du matin et de une heure à trois heures de l'après-midi ; l'autre partie de neuf heures et demi à midi et demi et de trois heures et demi à la nuit, laissant ainsi un intervalle d'une demi-heure entre la réunion des deux groupes ; — Alba, homme de loi à Castres, est nommé administrateur temporaire en remplacement de Boisredon, suspendu de ses fonctions. — Le 3, Rossignol, notaire à Labastide-de-Lévis est révoqué de ses fonctions. — Le 4, l'Administration ordonne la transcription sur le registre de ses délibérations de l'état des acquéreurs de domaines nationaux qui ont encouru la déchéance pour les motifs mentionnés dans ledit état. — Le 6, installation d'Alba dans ses fonctions d'administrateur temporaire. — Le 9, l'Administration arrête que l'église de Saint-Salvi d'Albi et la sacristie seront immédiatement débarrassés des objets étrangers au culte qui y sont encore actuellement déposés et que les clefs seront remises aux habitants qui ont obtenu la jouissance de cet édifice. — Le 10, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif nommant Daubermesnil commissaire du Directoire près l'Administration centrale, emploi vacant par la révocation de Terral (par erreur le nom d'Aussenac avait été substitué à celui de Daubermesnil dans la commission transmise à l'Administration). — Le 11, l'église cathédrale de Castres est mise à la disposition d'une partie des habitants pour l'exercice du culte. — Le 12, l'Administration arrête que la pétition de Pins, propriétaire de la forge de Monségou, tendant à obtenir la concession pour cinquante ans des mines de fer qu'il a découvertes dans les cantons de Viane et de Lacaune, sera affichée aux frais du pétitionnaire partout où besoin sera ; — chaque bureau de l'Administration centrale est placé sous la surveillance immédiate d'un administrateur. — Le 14, le compte de la dépense de la levée de chevaux prescrite par la loi du 15 pluviôse an IV est arrêté à la somme de 9372 fr., 41 centimes. — Le 15, Pujol et Mallebouche, officiers de santé, et Sers, homme de loi, de Castres sont nommés membres du jury d'examen des élèves à envoyer à l'école de santé de Montpellier ; — l'Administration décide que le montant des médicaments fournis aux malades détenus dans les prisons de Castres, par l'hospice de cette ville, sera remboursé à cet établissement. — Le 20, liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le trimestre de messidor ; — par mesure d'économie, l'Administration réduit le nombre de ses employés de 32 à 25 : liste du personnel réparti par bureaux. — Le 21, un acompte de 300 francs est accordé à chacun des professeurs de l'école centrale sur le montant de leur traitement des deux derniers trimestres ; — Savy, Louis, de Lavaur, est nommé élève à l'école de santé de Montpellier. — Le 22, Loubers, Pierre-Toussaint, est nommé instituteur public aux Cabannes ; — le séquestre est rétabli sur les biens de Boisset-Glassac, de Lisle, présumé émigré. — Le 23, l'administration municipale du canton de Mazamet est autorisée à procéder à l'adjudication des réparations à faire au pont de Saint-Pierre sur le ruisseau de Courbas dans la commune d'Aigue-fonde. — Le 27, l'arrêté du 22 courant relatif à Boisset-Glassac est rapporté. — Le 28, divers habitants de la commune de Murât s'opposant à la vente, comme domaine national, d'une prairie dite de l'Eglise de Murât, dont ils prétendent être propriétaires, l'Administration ordonne qu'il ne sera pris une décision qu'après que le Directoire exécutif aura donné son avis. — Le 29, Daubin, Pierre-Jean-Marie, est nommé notaire à Labastide-de-Lévis ; une somme de 450 francs est mise à la disposition de l'administration municipale d'Albi pour acheter du linge et des vêtements destinés aux prisonniers détenus dans la maison d'arrêt de cette ville, « attendu que ces prisonniers sont absolument sans linge et sans habits ; qu'ils sont couvers de haillons qui tombent en lembeaux et dévorés par la pourriture et la malpropreté ».
Le 3 messidor, l'Administration transmet au ministre de l'Intérieur une pétition des habitants de Castres demandant l'établissement dans cette ville d'une école centrale supplémentaire. — Le 4, approbation de deux délibérations de l'administration municipale de Castres, l'une fixant à 27 sous, 3 deniers par jour la dépense des militaires en traitement dans l'hospice de cette ville et l'autre relative à la police de l'égorgeoir public (les taxes d'abatage étaient fixées de la manière suivante : 10 sous par bœuf ou vache, 5 sous par veau et un sou par mouton ou brebis). — Le 5, Escande, notaire à Mazamet, est autorisé à exercer provisoirement dans la commune et le canton de Boissezon et à y faire sa résidence. — Le 9, Frayssé est nommé concierge à la maison d'arrêt des femmes d'Albi en remplacement de Mestre, révoqué. — Le 11, il est ordonné au garde-magasin militaire d'Albi de faire transporter dans les greniers de l'archevêché le fourrage déposé dans l'église (le Saint-Salvi : les habitants qui ont obtenu la jouissance de cet édifice supporteront les frais de ce transport ; — Combes, agent municipal de la commune de Pampelonne, est suspendu de ses fonctions pour avoir, au mépris des lois, convoqué à son de cloche les habitants et pour avoir rempli les fondions de ministre du culte en disant les vêpres le 27 prairial dernier ; il était de plus prévenu d'être l'instigateur des troubles survenus à la suite de ces incidents. — Le 14, fixation du tarif des droits de passage aux bacs de Guitalens, Viterbe, Saint-Paul et Damiatte. — Le 16, l'Administration ordonne qu'il soit procédé à l'estimation des terrains pris pour l'élargissement de la route d'Albi à Rodez à l'entrée du faubourg de la Madeleine. — Le 18, l'administration municipale de Castres est invitée avendré tous les effets mobiliers existant encore dans l'église et les bâtiments de la ci-devant Chartreuse, à l'exception toutefois « des objets qui peuvent servir à perpétuer le goût des arts, tels que tableaux, statues, dessins et autres objets relatifs aux beaux-arts et aux arts mécaniques » qui seront déposés dans la cathédrale de Castres. — Le 23, à la suite de troubles survenus à Taïx, dont la cause première était l'arrestation d'un habitant de Blaye, l'administration municipale du canton de Carmaux est invitée à procéder à une enquête sur la conduite de Portes, adjoint municipal de Blaye, qui aurait proféré des menaces contre les habitants de Taïx ; en exécution de la loi du 16 brumaire an V qui fixe un nouveau mode de vente des domaines nationaux, l'Administration arrête que le couvent de la Chartreuse et ses dépendances seront vendus en un seul lot et charge Rousseau, de Castres, de procéder à leur estimation. —
Le 24, il est accordé à l'hospice de Gaillac un sursis pour le payement de ses contributions foncières établies sur les biens qu'il jouissait en l'an III et en l'an IV dans les communes de Lisie et de Rabastens jusqu'à ce que le Gouvernement ait fait les fonds nécessaires à l'entretien de cet établissement ; — l'ingénieur de l'arrondissement de Gailllac est invité à dresser un rapport sur les avantages ou les inconvénients qui pourraient résulter de la translation du port de Gaillac à une distance de 100 toises en amont du point qu'il occupe actuellement.
Le 25, l'Administration ordonne que les fourrages déposés dans l'église de Saint-Salvi d'Albi seront transportés dans les bâtiments du couvent de la Visitation et que son arrêté du 9 prairial sera exécuté dans toutes ses dispositions ; — en exécution des instructions du ministre de l'Intérieur, le nombre des employés des administrations municipales de canton et le maximum de leurs traitements sont fixés conformément au tableau joint à la délibération. — Le 26, l'Administration s'adjoint nue commission de quinze membres pour dresser le tableau de la valeur successive des assignats depuis le 1er janvier 1791. — Le 27, l'arrêté du 14 courant relatif au prix de passage de divers bacs sera applicable au bac de Vielmur. — Le 28, Boisredon est réinstallé dans ses anciennes fonctions d'administrateur ; — les quarante-quatre assesseurs de juge de paix des onze communes formant le canton de Puylaurens sont convoqués pour procéder à l'élection du juge de paix.
Le 1er thermidor, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui accorde à Ferlus, directeur de l'école de Sorèze, une somme de 30 000 francs pour l'imdemniser des avances et des nombreux sacrifices qu'il a faits pour assurer la bonne tenue de cet établissement ; — l'arrêté du 14 messidor relatif à la suspension de Combes, agent municipal, est rapporté ; — l'Administration arrête que le domaine de Ramondens, ayant appartenu aux ci-devant religieux de Prouille, la forêt de Vialabert, située dans la commune de Boissezon, et la maison et jardin de la citoyenne de Barral, dans la ville de Castres, « seront désignés au Corps législatif, comme devant être cédés aux hospices de celte ville en remplacement des biens et des rentes dont ils ont été dépossédés par la loi du 23 messidor an II » ; — instructions relatives au mode de recouvrement des contributions foncière et personnelle de l'an V, aux obligations des percepteurs et des porteurs de contraintes ; — l'Administration arrête qu'il n'y aura à l'avenir à l'école centrale du département qu'un seul exercice public à la fin de l'année scolaire et que les vacances auront lieu du 15 fructidor au 15 brumaire suivant. — Le 5, un détachement de trente gendarmes est appelé à Castres pour assurer le maintien de la tranquillité publique troublée dans quelques communes de l'arrondissement. — Le 7, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif nommant Castelnau, Laurent, de Labessonnié, commissaire du Pouvoir exécutif près le canton de Montredon. — Le 10, Vignes, jeune, et Pinel, de Lavaur, sont chargés de classer les livres appartenant à la nation, existant dans cette ville. — Le 12, Caraven et Boisredon, administrateurs, sont chargés de vérifier les pièces de comptabilité du payeur général du département. — Le 14, adresse de l'Administration à ses concitoyens à la suite des excès commis sur divers points du département. — Le 17, l'Administration ordonne que huit tableaux déposés dans l'église de Sainte-Cécile d'Albi et ayant appartenu à celle de Saint-Salvi, seront réintégrés dans cette dernière église. — Le 18, le tableau (Tableau de la valeur décroissante du papier monnaie du 1er janvier 1791 à thermidor an IV), de la valeur succ ssive des assignats du 1er janvier 1791 à la fin
de l'an IV, dressé par l'Administration et les commissaires qu'elle s'était adjoints, est transcrit sur le registre des délibérations. — Le 20, l'Administration décide qu'elle n'a pas à intervenir dans le projet de déplacement du port de Gaillac, cette opération étant à la charge des communes intéressées. ; — Le 24, le préposé du payeur général du département pour l'arrondissement de Gaillac est mis en demeure de payer à Sers, ancien curé, chapelain de la chapellenie de Saint-Raphael, actuellement commissaire du Directoire exécutif près l'administration du canton d'Albi, la somme de 121 francs, 85 centimes représentant le montant de son traitement de curé pendant le quart du premier semestre de l'an V. — Le 27, l'Administration décide que les bâtiments du collège d'Albi seront affermés et l'ancien mobilier vendu. — Le 29, deux brigades de gendarmerie sont envoyées d'urgence pour y rétablir l'ordre. — Le 30, en exécution de la loi du 25 pluviôse an V sur la réorganisation de la gendarmerie, Boisredon et Derrouch, administrateurs, sont nommés membres du jury chargé de procéder au choix des sous-officiers et gendarmes destinés à former les nouvelles brigades du département ; — les administrations municipales sont invitées à dresser un étal de tous les chemins de leurs communes, à désigner ceux qui en raison de leur utilité doivent être conservés et ceux dont remplacement pourra être rendu à l'agriculture. Le 4 fructidor, il est ordonné à Escande, notaire à Mazamet, de se réinstaller dans cette commune. — Le 5, installation de Daubermesnil, commissaire au Pouvoir exécutif près l'Administration centrale ; — les effets mobiliers provenant du couvent de la Présentation de Castres, consistant en ustensiles de cuisine et objets de literie, sont cédés à prix d'estimation aux hospices de celte ville. — Le 8, Mahuziès est nommé notaire à la résidence de Castres en remplacement de Desplats, décédé. — Le 14, l'Administration, « considérant qu'il existe dans le département un grand nombre de fabriques de colon, qu'il importe à l'intérêt de la République et particulièrement à celui du département de donner à ce genre de commerce déjà très étendu toute l'activité dont il est susceptible ; que rien n'est plus propre à produire ces heureux effets que de répandre la connaissance des machines inventées pour abréger le travail et faire avec un moindre nombre d'ouvriers, le plus d'ouvrage possible ; qu'à cet effet il serait très convenable d'avoir des modèles de ces machines.... », décide de demander au ministre de l'Intérieur quatre modèles de machines propres à filer et à tisser le colon qui seraient déposées dans la salle de ses séances. — Le 15, adresse aux administrations municipales relative à l'inscription des citoyens sur les registres de la garde nationale. — Le 20, liste des jurés qui doivent remplir leurs fonctions pendant le trimestre de vendémiaire an VI ; — les administrations municipales sont invitées à activer par tous les moyens que les lois mettent à leur disposition le recouvrement des contributions et des amendes « considérant que la moisson étant faite, les contribuables sont aujourd'hui en mesure d'acquitter leurs cotes ». — Le 21, transcription de l'arrêté du Directoire exécutif nommant Solomiac. Noël, commissaire dit Pouvoir exécutif près l'administration cantonale de Puylaurens ; — l'Administration arrête qu'il sera immédiatement écrit à la municipalité de Castres pour savoir quelles mesures elle a prises contre les auteurs de l'attroupement qui a envahi la demeure du citoyen Longchamp pendant la nuit dernière. — Le 25, afin de prévenir les troubles et les désordres qui se succèdent continuellement, il est ordonné aux administrations municipales d'établir dans chaque commune des postes de dix hommes par mille habitants, dont le service sera assuré par la garde nationale sédentaire. — Le 26, sur la demande verbale du commissaire du Directoire exécutif, un poste de dix hommes est établi dans son logement pour veiller à la sûreté de sa personne. — Le 27, en exécution de la loi du 19 courant qui annulle les opérations des assemblées primaires, communales et électorales, Martin, Derrouch et Boisredon, administrateurs, atteints par les dispositions de cette loi, cessent leurs fonctions. — Le 28, l'Administration, composée seulement de Charpentier-Dessonville, président, et de Caraven, déclare qu'elle s'adjoint Aussenac, commissaire du pouvoir exécutif près l'administration municipale de Castres, et Espérou d'Albi, pour remplacer Martin et Derrouch.
Le 1er jour complémentaire, transcription de l'arrêté suivant : le Directoire exécutif, « considérant que le département du Tarn est depuis plusieurs mois le théâtre des excès les plus scandaleux, que la fermentation la plus alarmante ne cesse d'y régner, considérant que dans plusieurs communes de ce département et notamment dans celles d'Albi, de Labruguière et de Castres, les provocations, les rixes, les assassinats même se sont succédés en quelque sorte sans interruption avec une fureur qui n'a pas d'exemple, considérant que l'Administration centrale n'a rien fait pour prévenir ces désordres et cette désorganisation, que les mesures qu'elle a prises pour en arrêter le cours ont toujours été trop tardives et que l'insuffisance de ces mêmes mesures est d'ailleurs constatée par la continuation des troubles et de l'anarchie, considérant enfin que l'état habituel d'agitation où se trouvent les principaux points du département, accuse hautement de mollesse, d'imprévoyance ou d'incapacité les administrateurs et qu'il est du devoir du Gouvernement de rétablir l'ordre et le calme dans ce département.... », arrête que l'Administration centrale du département est destituée et nomme en remplacement Espérou, d'Albi, Couchet, de Castres, Solomiac, de Puylaurens, Fos-Laborde, de Gaillac, et Merle, de Lavaur, tous anciens administrateurs. — Le 4, Solomiac, Fos-Laborde et Couchet ayant déclaré ne pouvoir accepter les fonctions d'administrateur, Espérou et Merle, déclarent s'adjoindre Caraven et Charpentier-Dessonville ; ce dernier est élu président ; — l'Administration ainsi réorganisée envoie au Corps législatif et au Directoire exécutif des adresses de félicitations relatives aux événements du 18 fructidor. — Le 5, l'Administration décide que ses arrêtés des 7 thermidor et 25 fructidor derniers relatifs à la répartition des contributions foncière, personnelle, mobilière et somptuaire de l'an V seront transcrits sur le registre de ses délibérations avec les tableaux à la suite indiquant le contingent assigné à chaque commune.
Répertoire alphabétique des délibérations.
Description physique : (Registre.) — In-folio, 253 feuillets.
L 114An VI
Délibérations de l'Administration centrale du département. — Le 1er vendémiaire, à la suite des excès commis par les royalistes dans la ville de Castres, l'Administration fixe provisoirement à Albi le lieu de ses séances. — Le 3, l'administration municipale de Castres est invitée à faire apposer les scellés sur les portes des bureaux de l'Administration, après qu'Azaïs-Oulès, secrétaire en chef, en aura retiré tous les papiers et registres qui seront immédiatement transportés à Albi. — Le 5, Bonafous, de Lapayrastrié, Cèbe, chirurgien, Aussenac, de Cerclas, Larose, marchand, et Bartgès, de Grauquié, sont désignés pour composer provisoirement l'administration cantonale de Montredon. — Le 12, installation de Couchet, nommé administrateur par le Directoire exécutif. — Le 13, à la suite de graves désordres survenus à Réalmont, l'administration municipale de ce canton est suspendue de ses fonctions et remplacée par Roquefeuil, de Réalmont, président, Vène, Luc, Descazals, Alexis, Bernard, de la Renaudié, Capelle, de Saint-Antonin, Tournier, Jacques, Périé, Jean, Lacroux et Cals, de Rônel, Oziouls, François, et Astier, de Betou ; — l'administration municipale du canton de Briatexte est provisoirement formée de la manière suivante : Blanc, Jean-Jacques, président, Boune, Guillaume, Fabre, Jean-Pierre, Bergaud, François, Cassanhol et Barthe-Legrand ; — Gontier, aubergiste, Malbert, de Saurs, et Combes, père, de Laportepeyrols, sont désignés pour compléter l'administration cantonale de Lisle ; — l'école centrale du département installée dans le couvent des Carmes à Albi est transférée dans les bâtiments du ci-devant collège de cette ville et le jardin de cet établissement servira pour former le jardin botanique dont la création est prescrite par la loi du 3 brumaire an IV ; — sur l'invitation du général commandant la 9e division militaire, parti pour Castres avec une forte colonne et du canon « pour forcer les rebelles à rentrer dans l'ordre et les puuir conformément aux lois », l'Administration décide qu'elle se rendra dans cette ville le 16 courant pour se concerter avec lui sur les mesures à prendre. — Le 14, l'administration cantonale de Pampelonne est suspendue de ses fonctions et celle de Cordes est autorisée à s'adjoindre des membres sachant lire et écrire en remplacement de ceux qui sont illettrés ; — proclamation de l'Administration aux citoyens de la commune de Castres. — Le 15, à la suite de désordres survenus à Cordes, l'administration cantonale est suspendue de ses fonctions. — Le 17, il est ordonné à tous les individus faisant partie de la garde nationale de Castres ou composant la colonne mobile de déposer entre les mains de l'administration municipale, avant cinq heures du soir, les armes qu'ils ont reçues. — Le 18, la colonne mobile de la commune de Castres est licenciée et l'administration municipale de cette ville suspendue de ses fonctions pour avoir constamment favorisé et toléré les troubles et les désordres qui ont agité cette commune ; — Baux-Barradières, Peyreboute, Andouard, apothicaire, Alba, aîné, Mayral, négociant, Déjean, médecin, et Lucadou, Henri, composeront provisoirement la nouvelle administration. — Le 20, le tableau d'organisation de la colonne mobile de Castres réorganisée, est approuvé. — Le 21, l'église de Saint-Jean de Venés est accordée aux habitants pour l'exercice de leur culte ; — les restes à recouvrer sur les contributions soit de l'an V soit antérieures, s'élevant à la somme de 3332300 francs, 56 centimes, il est enjoint au receveur général du département de prendre toutes les mesures que la loi met à sa disposition pour que tout l'arriéré soit recouvré au 30 brumaire prochain. — Le 24, avis de l'Administration à ses concitoyens au sujet de la réouverture de l'école centrale. — Le 25, à la suite d'assassinats commis dans le canton de Labruguière, l'administration cantonale est suspendue de ses fonctions. — Le 26, semblable mesure est prise contre l'administration municipale de Puylaurens accusée d'avoir favorisé les prêtres fanatiques et les royalistes. — Le 27, une somme de 246 francs est mise à la disposition du jury d'instruction pour l'achat de prix destinés aux élèves de l'école centrale ; — Cassan, Jean, du Buc Rodière, François, de Rosade, et Payrastre, Barthélemy, sont nommés agents municipaux des communes de Roumégoux, de Saint-Lieux-Lafenasse et de Saint-Antonin ; — l'Administration s'adjoint Gouzy, de Rabastens, ancien membre du Corps législatif, en remplacement de Merle, démissionnaire. — Le 28, afin de faire cesser les abus qu'entraînent la fabrication et la vente clandestine des poudres à tirer et du salpêtre, l'Administration ordonne l'impression de la loi du 13 fructidor dernier relative à cet objet ; — la ganse et les boutons blancs étant considérés comme un insigne de ralliement royaliste, l'Administration arrête que tout individu porteur de ces objets sera arrêté à moins qu'il n'appartienne à un corps de troupe dont l'uniforme comporte ces couleurs et rappelle les dispositions de la loi du 8 juillet 1792 ordonnant le port de la cocarde tricolore ; — les administrations municipales sont chargées de rétablir le séquestre sur tous les biens des émigrés qui n'avaient obtenu qu'une radiation provisoire.
Le ler brumaire, Pélegri, officier municipal de Lisle, est suspendu de ses fonctions ; — l'Administration approuve un arrêté de l'administration municipale de Gaillac sur la police de la ville, des cafés et des auberges. — Le 4, le séquestre est rétabli sur les biens de l'émigré Pydemarc, Sernin, de Cuq-Toulza. — Le 6, le couvent des Carmes d'Albi est désigné pour servir de maison de réclusion aux prêtres sexagénaires ou infirmes en remplacement des bâtiments de la Chartreuse dont la vente est ordonnée ; — les dispositions de la loi du 19 fructidor dernier relative à la délivrance des passeports aux prêtres sujets à la déportation sont rappelées aux administrations municipales chargées d'en poursuivre l'application. — Du 9 au 12, transcription de quatre arrêtés du comité de législation de la Convention nationale ordonnant la radiation définitive des listes des émigrés des citoyens suivants : Dulac, Pierre-Honoré-Gabriel, Carrière, Louis-Léon, Pins, Antoine-Paul-Joseph, et de Beaumont, Antoine-François, du département de Lot-et-Garonne. — Du 12 au 14, les administrations municipales des cantons de Viane, Mazamet, Saint-Amans, Laulrec, Lacaune et Angles sont suspendues de leurs fonctions pour cause d'incapacité et de négligence ; — Carayon, Jean, est nommé instituteur à Riot dans la commune de Castelnau-de-Brassac ; — en exécution de la loi du 9 vendémiaire dernier relative au service des postes et ordonnant entre autres dispositions que le contre-seing et la franchise seront supprimés, l'Administration réglemente le mode d'envoi de sa correspondance et de celle qui lui sera transmise. — Le 15, à la suite du marché passé entre le ministre des Finances et les citoyens Costes, Cailus et Gérandau, propriétaires des établissements du Creuzot, tout le métal de cloches, dont le poids s'élève à 33884 livres, réuni dans les divers dépôts du département, est remis à Chirouze, Raymond, d'Albi, représentant de ces industriels, — Le 18, installation de Gouzy, de Rabastens, dans ses fonctions d'administrateur. — Le 19, les administrations municipales des canlons de Cahuzac-sur-Vère et de Graulhet sont suspendues de leurs fonctions ; — Campiñas, ancien membre de la Convention, est nommé commissaire du Pouvoir exécutif près l'administration municipale d'Albi en remplacement de Michel, révoqué ; — Sers, Jean-Jacques, est nommé instituteur public à Vabre : — l'Administration arrête que la demande de Gorsse, d'Albi, tendant à obtenir la concession de mines de fer sera imprimée et affichée à ses frais dans les cantons de Saint-Pierre-de-Trivisy et de Viane où est situé le gisement ; — instruction sur le service de la garde nationale et des colonnes mobiles. — Le 21, la municipalité de Labruguière est autorisée à vendre une partie de la forêt de Montaud dont elle est propriétaire. — Le 24, transcription de treize arrêtés du Directoire exécutif nommant les commissaires du Pouvoir exécutif dans les cantons de Castres, Saint-Pierre-de-Trivisy, Saint-Juéry, Carmaux, Cahuzac-sur-Vère, Montredon, Albi (rural), Briatexte, Saint-Paul, Pampelonne, Salvagnac, Monestiés et Cadalen. — Le 25, Espérou, administrateur, est désigné pour présider la distribution des prix aux élèves de l'école centrale du département ; les administrations municipales des cantons de Cordes, de Saint-Paul, de Castres, de Pampelonne et de Briatexte sont révoquées de leurs fonctions, liste des membres nommés en remplacement ; — instructions aux administrations municipales et aux commissaires des guerres relatives aux secours à accorder aux anciens militaires blessés, en attendant leur pension de retraite. — Le 28, remboursement à Bécus, Alexandre, fondé de pouvoirs de l'Administration, d'une somme de 883 francs, 50 cent, représentant les frais de transport de 600 fusils et d'un nombre égal de gibernes de Perpignan à Castres.
Le 1er frimaire, Nicoleau, Tournier, Etienne, et Vidal, aîné sont nommés provisoirement administrateurs municipaux de la commune de Mazamet. — Le 4, l'Administration approuve l'affiche présentée par le directeur de l'Enregistrement et du domaine national annonçant que l'adjudication définitive de la ci-devant Chartreuse de Castres aura lieu le 1er nivôse prochain ; — approbation des réparations faites au pont de la Lèbre sur la route de Gaillac à la Grésigne. — Le 5, l'arrêté du 6 brumaire dernier relatif à la réclusion des prêtres sexagénaires est modifié en exécution de la lettre du ministre de la Police générale : ces ecclésiastiques sont placés sous la surveillance immédiate des autorités administratives de leurs résidences ; de nouvelles mesures sont aussi prises contre les autres prêtres sujets à la déportation. — Le 8, transcription de la loi du 27 brumaire dernier qui fixe à Albi le lieu des séance » de l'Administration centrale du département ; — l'administration municipale de Saint-Sulpice est suspendue de ses fonctions ; — annulation de la liste des jurés arrêtée le 20 fructidor dernier pour le trimestre de vendémiaire : une nouvelle liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant la fin du trimestre courant et celui de nivôse, est approuvée ; — le président de l'administration cantonale de Brassac est suspendu de ses fonctions et remplacé par Boulade, notaire. — Le 16, Sarrazin, Joseph, est nommé instituteur public à Marzens. — Le 17, il est enjoint à tous les riverains du ruisseau de Tescou de procéder au curage de ce cours d'eau afin d'empêcher les inondations dues au manque d'entretien. — Le 25, le montant des impressions faites pour le compte du département pendant l'an V s'élevant à la somme de 11891 francs, 10 centimes, l'Administration en ordonne le payement, déduction faite des acomptes déjà versés.
Le 10 nivôse, l'Administration, séante à Albi à partir de ce jour, accepte la démission de Gouzy, de Rabastens administrateur, nommé inspecteur de l'agence des contributions. — Le 22, curage et élargissement du ruisseau de Lacanal dans les communes de Salvagnac et de Lasclottes. — Le 23, les propriétaires des moulins de Saint-Angel et de Saint-Urcisse sur le Tescou sont mis en demeure de se conformer rigoureusement aux arrêtés des 25 prairial an V et 14 brumaire dernier relatifs à la hauteur de leurs chaussées ; — Fargues, Jean-Baptiste, est nommé instituteur public à Lombers. — Le 24, Albert, Pierre, et Austri, Marie, sa femme, accusés d'avoir caché dans leur maison Deymier, prêtre réfractaire, sont renvoyés devant le jury de l'arrondissement de Gaillac. — Le 24 et le 26, suspension des administrations municipales des cantons de Castres (rural) et de Labastide-de-Lévis, liste des nouveaux administrateurs. — Le 27, l'administration municipale de Cahuzac-sur-Vère est invitée, en exécution do la loi du 16 vendémiaire an V, à nommer une commission de cinq membres chargée d'administrer les biens des pauvres de la commune ; — l'Administration règle les détails de la cérémonie du 2 pluviôse, anniversaire du 21 janvier ; — les administrations municipales sont autorisées à requérir, en cas d'urgence, la garde nationale et les colonnes mobiles des communes limitrophes ; — instructions relatives au mode de remboursement des sommes avancées par les citoyens pour l'emprunt forcé. — Le 28, Pauziès est nommé instituteur public à Mirandol ; — suspension de l'administration cantonale de Monestiés et nomination de nouveaux administrateurs ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui divise le département en cinq arrondissements de perception dont les chefs lieux sont : Castres, Albi, Gaillac, Lavaur et Lacaune et qui répartit entre chacun d'eux les cantons du département ; — les citoyens suivants sont placés en qualité de préposés à la tête de ces arrondissements : Boyals, Jean-Baptiste, à Albi, Marturé, Jean-François, à Castres, Salettes, Barthélémy, à Gaillac, Ourliac, à Lavaur et Cabanel, Louis, à Lacaune. — Le 29, Clauzade, Etienne, ex-Bernardin, est chargé de la conservation de la bibliothèque de Lavaur ; suspension de l'administration municipale du canton de Vielmur (liste des nouveaux administrateurs).
Le 1er pluviôse, Brette, Bernard, d'Albi, est envoyé en qualité d'élève à l'école vétérinaire de Lyon. — Le 2, procès-verbal de la cérémonie de ce jour « relative à l'anniversaire de la juste punition du dernier roi des Français. » — Le 4, suspension des administrations cantonales de Carmaux et de Cuq-Toulza et nomination des nouveaux administrateurs. — Le 5, l'Administration charge l'ingénieur de l'arrondissement de Castres de dresser les plans, profils et élévations du château de Gaix et de faire connaître dans un mémoire explicatif quelles sont les fortifications qui doivent être démolies en exécution de l'arrêté du Directoire exécutif du 24 nivôse dernier ; — Auret, agent municipal de Labruguière, est révoqué de ses fonctions et renvoyé devant le jury de l'arrondissement de Gaillac comme coupable d'abus dans ses fonctions et de complicité avec les royalistes poursuivis en ce moment par ce même jury en vertu d'une attribution du tribunal de cassation. — Le 8, 1'Administration arrête à la somme de 227 231 francs, 86 centimes le montant des dépenses départementales pour l'an VI ; instructions relatives à l'emprunt forcé de l'an VI. Le 12, Rey, agent municipal de Soual, est suspendu de ses fonctions pour avoir toléré dans sa commune la sonnerie des cloches et favorisé les prêtres réfractaires ; le séquestre est rétabli sur les biens de Villeneuve, d'Hauterive, père d'émigré ; — Coste, payeur général du département, est invité à établir sa résidence à Albi, siège de l'Administration ; — Cussol, est nommé garde champêtre des communes de Saint-Paul et de Teyssode et Médale, Jean, notaire à Giroussens, en remplacement de Gaubert, émigré ; — nouvelle organisation des cantons du département (à la suite est joint un tableau indiquant les nouvelles circonscriptions) ; — l'Administration ordonne la publication de la proclamation du Directoire exécutif relative à l'emprunt national pour la descente en Angleterre. — Le 19, l'Administration fixe les heures d'ouverture de la bibliothèque nationale du département. — Le 28, l'administration cantonale de Roquecourbe est suspendue de ses fonctions (liste des nouveaux administrateurs). — Le 26, envoi aux administrations municipales de la deuxième liste des individus prévenus d'émigration pour n'avoir pas justifié de leur résidence en vue du rétablissement du séquestre sur leurs biens.
Le 1er ventôse, en exécution des ordres du Directoire exécutif, il est procédé à la vérification des caisses de tous les comptables du département. — Le 3, suspension de l'administration cantonale de Puylaurens. — Le 8, une commission composée d'Espérou, administrateur, de Paulin, professeur de mathématiques, d'Assiot, professseur de physique, et de l'ingénieur en chef, est chargée de s'occuper de l'organisation du nouveau système de poids et mesures ; — suspension de l'administration cantonale de Saint-Juéry et nomination des nouveaux administrateurs ; — l'Administration charge l'ingénieur de l'arrondissement de Gaillac de dresser l devis des dépenses à faire pour conduire l'ea
de la fontaine du Théron sur la place du Barry, à Cahuzac-sur-Vère ; — le département de l'Aveyron ayant ordonné qu'une battue aux loups serait faite le 21 courant, l'Administration arrête que semblable mesure sera exécutée le même jour dans toutes les communes de son ressort et elle requiert pour cette opération tous les citoyens inscrits au rôle de la garde nationale (89 loups avaient été tués pendant les cinq derniers mois). — Le 13, par suite de la suppression de la fonderie de boulets établie à Albi, dans les bâtiments du séminaire, il est procédé à l'estimation de tous les effets et ustensiles dont la vente est ordonnée ; — Pinel, commissaire du Pouvoir exécutif près l'administration cantonale de Cuq-Toulza, est révoqué de ses fonctions et remplacé par Nouais ; — Rességuier est aussi nommé commissaire à Sorèze à la place de Balette démissionnaire ; — sur le rapport de Dodun, ingénieur en chef du département, l'Administration met à sa disposition une somme de 600 francs, susceptible d'être augmentée, pour l'aire face aux frais de démolition des fortifications du château de Gaïx, près Castres. — Le 16, réglementation du moulin appartenant aux citoyennes Debonne, dans la commune de Cambon-lès-Lavaur. — Le 17 suspension de la municipalité cantonale de Ville-franche et nomination de nouveaux administrateurs ; — Basseguy, ex-administrateur du département, est nommé commissaire du Pouvoir exécutif près l'administration cantonale de Graulhet en remplacement de Gazanhol, révoqué ; — liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le trimestre de germinal. — Le 21, Jamme, Jean-Pierre-Guillaume, est nommé instituteur public à Soual, et Feral, Jean-Pierre, notaire à Alban en remplacement de Roques, décédé ; — l'Administration envoie dans toutes les communes du département qui n'ont pas encore dressé le rôle de la contribution foncière de l'an V, des commissaires chargés d'aider les répartiteurs et au besoin de les suppléer dans la confection de ces rôles ; — instructions aux assemblées primaires et communales sur les opérations qui leur sont propres.
Répertoire alphabétique des délibérations.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 205 feuillets.
L 115An VI
Délibérations de l’Administration centrale du département. — Le 5 germinal, l'église de Saint-Salvi d'Albi est désignée pour la tenue des séances de l'assemblée électorale. — Le 7, l'Administration autorise Cavayé et Saussol, instituteurs, à procéder à l'agrandissement d'une salle de la maison commune de Dourgne destinée à la tenue des classes et à l'établissement d'un théâtre ; — à cause des difficultés rencontrées par les autorités pour parvenir à l'arrestation des prêtres réfractaires, l'Administration rappelle les dispositions de la loi du 22 germinal an II relative aux mesures à prendre contre les recéleurs. — Le 9, un détachement de neuf gendarmes est envoyé à Graulhet pour y rétablir l'ordre et la tranquillité. — Le 13, l'Administration arrête que le catalogue des livres existant en double dans la bibliothèque d'Albi sera envoyé au ministre de l'Intérieur dans le but d'en faire autoriser l'échange ; — Gau, instituteur, est nommé commissaire du Pouvoir exécutif près l'administration centrale de Réalmont en remplacement de Barthès, révoqué. — Le 14, Massol, bibliothécaire, et Duprat, professeur de belles-lettres à Albi, sont envoyés à Toulouse pour retirer les livres ayant appartenu à de Bernis ; — instruction relative au payement de l'arriéré des contributions de l'an III et de l'an IV. — Le 15, les écoles privées tenues par les nommées Gouttes, Durel, Marianne, et Combes, Jeanne, dans le canton de Cordes, sont provisoirement fermées « attendu que ces institutrices n'admettent pour base de leur instruction que des livres en opposition avec les principes républicains ; qu'on ne s'honore pas dans leurs écoles du titre de citoyen et qu'on n'y célèbre point les fêles républicaines ». — Le 17, semblable mesure est prise contre l'école et le pensionnat des sœurs Calmels-Lacan, de Lacaune. — Le 19, les écoles tenues par Blanc, Durand et Marcel, et par les nommés Ramelet, Sabatier et Martel, à Castres, sont aussi provisoiremeut fermées « attendu que ces instituteurs et institutrices se sont abstenus de se rendre à la fête de la Jeunesse et même d'y envoyer leurs élèves, quoiqu'ils y eussent été invités particulièrement et nominativement ». — Le 23, l'Administration assigne au tribunal criminel du département, pour la tenue de ses séances, le couvent des Carmes d'Albi, dans toutes les circonstances où la salie actuelle de ses séances sera insuffisante. — Le 24, Gasc, Jacques, de Labessière, atteint de folie, est enfermé à l'hospice d'Albi pour y recevoir les soins que son état exige. — Le 27, Puel, médecin, est nommé commissaire du Pouvoir exécutif près l'administration cantonale de Villefranche ; — en exécution d'une lettre du ministre de l'Intérieur l'Administration ordonne que des barrières seront établies sur les routes nationales, à l'entrée des villes, pour la perception de la taxe d'entretien de ces routes. — Le 28, approbation de la mise en vente de la métairie dite Borie en Barthe, dans la commune de Lavaur, confisquée sur Dubosquet, Alexandre et Etienne, frères, émigrés ; — état des presbytères et des jardins et bâtiments y attenant, réservés pour servir de logement aux instituteurs des écoles primaires ou pour tout autre service public. — Le 29, Rey, Aimable, fils d'un capitaine retiré pour cause d'infirmités, est nommé élève à l'école vétérinaire de Lyon.
Le 2 floréal, Delbosc, Léon, est nommé notaire à Villefranche en remplacement de Raucoules, décédé. Le 4, approbation de la délibération de l'administration municipale du canton de Cordes demandant que la maison commune soit aliénée à cause de son exiguïté ; pour le prix en être employé au payement des réparations à faire aux bâtiments des ci-devant Providentes pour la tenue de ses séances. — Le 5, arrêté relatif à la répartition et à la perception par commune des contributions personnelles, mobilières et somptuaires de l'an V ; l'Administration ordonne le remboursement de la somme de 367 francs, montant de dépenses relatives à la réunion de l'assemblée électorale à Albi. — Le 7, Cabrol, Antoine, de Dourgne, est nommé élève à l'école vétérinaire de Lyon. — Le 11, l'Administration ordonne la vente de tous les presbytères qui ne sont pas nécessaires pour un service public (l'arrêté du 28 germinal dernier spécifie ceux qui doivent être conservés). — Le 15, installation et prestation de serment de Caraven, Espérou, Monjol, Charpentier-Dessonville et Foulcher, nommés administrateurs du département par l'assemblée électorale ; — Charpentier-Dessonville est à l'unanimité nommé président et Caraven commissaire provisoire du Directoire exécutif en remplacement de Daubermesnil élu député. — Le 16, rétablissement du séquestre sur les biens des ascendants d'émigrés dont le partage n'a point encore été effectué (liste nominative de ces ascendants avec la situation de leurs biens). — Le 17, Caussé, François, est nommé instituteur public au Verdier ; — une partie de l'ancien couvent des Carmes d'Albi est provisoirement désignée pour servir de maison de réclusion aux prêtres sexagénaires ou infirmes qui troublent l'ordre public ; — les deux prêtres Céré et Gaubil, actuellement détenus dans la maison d'arrêt, seront transférés dans celte nouvelle prison. — Le 19, l'Administration arrête qu'il y a lieu d'accorder à Pins, propriétaire de la forge de Monségou, la concession des mines de fer qu'il a découvertes dans les cantons de Viane et de Lacaune ; — rétablissement du séquestre sur les biens de Deslacs d'Arcambal. Abbé de Candeil ; — Rarbara de Labeloterie, père d'émigré, convaincu d'avoir soustrait frauduleusement dans la déclaration qu'il a fournie de ses biens une somme de 3350 francs, est condamné, en exécution de la loi du 9 floréal an III, à payer à titre d'amende le quadruple de cette somme en assignats, valeur calculée au cours du jour de sa déclaration soit de 54 pour cent. — Le 20, installation de Couchet, nommé commissaire du Pouvoir exécutif près l'Administration centrale. — Le 21, arrêté établissant la distinction entre les prêtres déportés ou émigrés (loi du 26 août 1792). — Le 23, Ponthié, Joseph, d'Albi, est nommé élève à l'école vétérinaire de Lyon ; — en exécution d'un arrêté du Directoire exécutif qui prescrit la stricte exécution du calendrier républicain, l'Administration fixe, par décade, de la manière suivante, les dates des cinq principaux marchés du département :
Albi le 4 et le 9
Castres le 3, le 6 et le 9
Gaillac le 3 et le 8
Lavaur le 1 et le 7
Puylaurens le 2, le 5 et le 8 ;
— Milhau, Raymond, notaire à Montgaillard, est révoqué de ses fonctions pour avoir refusé de prêter serment, étant président de l'assemblée communale. — Le 24, Rigal, Antoine, est nommé instituteur public à Saint-Germain ; transcription d'un arrêté du Directoire exécutif ordonnant que les bons de réquisition ne seront pas admis en payement des contributions directes de l'an VI. Le 27 sur la demande de l'administration municipale de Lacaune, le Corps législatif est invité à établir dans cette ville un tribunal de police correctionnelle dont le ressort s'étendrait aux cantons de Lacaune, Murât, Viane, Brassac, Massais et Trivisy. — Le 28, Cailhassou est nommé commissaire du Pouvoir exécutif près l'administration cantonale de Sorèze et Ducru est appelé aux mêmes fonctions dans le canton de Saint-Sulpice en remplacement de Montamal révoqué. — Le 29, la citoyenne Mignard, née Lamotte, est nommée institutrice publique à Albi.
Le 1er prairial, les administrateurs de l'hospice d'Albi sont autorisés à défendre, devant les tribunaux, les droits du bureau de la Miséricorde au sujet de la propriété de la maison dite de la Marmite. — Le 2, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif ordonnant la levée de l'état de siège mis sur la commune de Castres ; — sur la demande d'Alary, de Larroque, commune de Saint-Benoit, tendant à obtenir la concession d'une mine de houille située sur sa propriété, l'Administration arrête que le pétitionnaire cessera immédiatement toute exploitation et que sa demande sera transmise au ministre de l'Intérieur ; — sur la demande des habitants de Villeneuve-sur-Vère, le receveur des domaines est invité à mettre à leur disposition une des cloches déposées dans les magasins de la fonderie pour servir de timbre à l'horloge récemment acquise. — Le 4, approbation de la délibération de l'administration municipale d'Albi ordonnant qu'à l'avenir les fêtes nationales et décadaires seront célébrées dans l'église de Saint-Salvi ; — transcription d'un arrêté du commissaire exécutif nommant Boyer, ancien sergent-major de canonniers, commissaire du Pouvoir exécutif à Valdériès ; — sont nommés membres du jury central d'instruction publique les citoyens Campmas, officier de santé, Gausserand, président du tribunal criminel, et Dumas, ex-président de l'administration municipale d'Albi ; — Bec, ancien curé de la Condamine, arrêté dans le canton de Valence, est mis en liberté. — Le 8, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif ordonnant que les noms des quatre enfants Lordat seront définitivement rayés des listes d'émigrés ; — Bayne, Philippe-Marguerite, élu agent municipal de la commune d'Alos, est invité à s'abstenir de remplir ces fonctions comme étant ci-devant noble et oncle d'émigré. Le 9, Peyre, Jean-Philippe, dit Père Louis, ancien Capucin d'Albi, évadé de la Chartreuse en août 1794, sans domicile fixe depuis cette époque, arrêté à Técou, est transféré à l'île de Bé pour être déporté ; — instructions sur le recouvrement de la contribution foncière de l'an IV et sur le mode de réception, comme espèces, des ordonnances de réduction accordées aux contribuables. Le 12, vente du mobilier ayant appartenu à Villeneuve d'Arifat, Florent, émigré, déposé dans plusieurs maisons de Réalmont. — Le 13, l'Administration ordonne l'impression du discours prononcé par Duprat, professeur de belles-lettres à l'école centrale du département, le jour de la fête de la Reconnaissance « considérant que le plus sûr moyen de faire révérer et chérir les fêles républicaines, est de faire connaître au peuple combien les vertus auxquelles elles sont consacrées peuvent embellir son existence ». — Le 15, Faury, Jacques, est nommé instituteur public à Escoussens. — Le 16, Fabre, prêtre réfractaire retiré à Labruguière, arrêté pendant la nuit par la gendarmerie, au moment où il allait exercer le culte, est transféré à Albi pour être détenu dans la maison de réclusion dite des Carmes ; — le président du tribunal criminel ayant demandé qu'il fut procédé à la nomination d'un jury spécial chargé de la procédure relative à la conspiration royaliste de Castres, Charpentier-Dessonville, président de l'Administration centrale, demande à ne pas coopérer à ce travail, trois anciens administrateurs se trouvant au nombre des conspirateurs : Espérou est chargé de le suppléer. — Le 19, Fournie, Jean, et Robert. Jean, sont nommés gardes champêtres des communes de Cordes et de Latreyne. — Le 25, l'Administration accorde des secours aux habitants des communes de Dourgne, Massaguel et Montmoure en raison des pertes qu'ils ont éprouvées par l'effet de la grêle ; — Coursières, Jean-Baptiste, prêtre réfractaire, originaire de Campagriac, arrêté à Alayrac, est transféré à l'île de Ré pour être déporté et Coursières, dans la maison duquel cet ecclésiastique était caché, est dénoncé à l'accusateur public : — arrestation de Moulis, autre prêtre réfractaire de Vindrac, condamné à la déportation par arrêté du Directoire exécutif ; — annulation d'une délibération de l'administration cantonale de Lautrec fixant l'époque exacte à laquelle les propriétaires, colons ou métayers doivent donner ou prendre congé, attendu que cette date est déterminée par les usages locaux. — Le 26, l'Administration ordonne la vente des grains, meubles et effets déposés dans la métairie dite de Larmes, commune de Briatexte, appartenant à Corneillan, émigré ; — une indemnité de 300 francs est accordée aux hospices de Castres pour blanchissage du linge des pensionnaires pendant 11 mois ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui maintient le nom de Milhau-Lambert, Charles, de Castres, sur la liste des émigrés. — Le 27, liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le trimestre de messidor.
Le 3 messidor, l'Administration ordonne que l'arbre de la Liberté récemment abattu à Monestiés sera replanté « avec l'éclat et la pompe qu'exige la circonstance » ; — Almaric, ex-curé, Estadieu, dit Malival, instituteurs, et la nommée Bassal, ex-religieuse, institutrice, à Réalmont, sont invités à cesser leurs fonctions. — Le 4, une mesure semblable est prise contre les nommés Icher, Cassanhol, ex-religieuse, et Péchamat, institutrices, et Dumas, instituteur à Lisle, pour avoir refusé d'amener leurs élèves aux fêtes décadaires. — Le 5, il est ordonné aux instituteurs et institutrices publics et à ceux tenant des maisons d'éducation particulières de conduire les élèves aux fêtes décadaires et républicaines (cet arrêté, daté du 5 prairial, n'avait pas été transcrit sur le registre). Le 7, l'effectif de la gendarmerie d'Albi est augmenté de deux brigades en prévision des troubles qui pourraient avoir lieu au moment du jugement de l'affaire de la conspiration royaliste de Castres. — Le 8, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui ordonne le maintien définitif du nom d'Okelli-Farell, ancien ministre plénipotentiaire à Mayence, sur la liste des émigrés. Le 9, tableau de comparaison des anciennes mesures du département avec les nouvelles, arrêté par la commission nommée par l'Administration ; — instructions sur le payement des contributions de l'an V et de l'an VI. — Le 11, Enjalbert François, de Taurines dans l'Aveyron, ancien curé de Moulayrès, arrêté dans cette commune, est enfermé dans le couvent des Carmes d'Albi en attendant d'être déporté ; — Bouldouin, Jean-Antoine, et Mauri, Rosalie, sa femme, sont nommés instituteurs publics à Briatexte. — Le 12, instructions relatives à l'établissement des barrières pour la perception de la taxe d'entretien des routes. — Le 13, Darlès, ancien capitaine d'infanterie, est nommé inspecteur de la perception de cette taxe ; — Jalabert, Marie-Thérèse, Fraijaguet, Catherine, Moniac, Jeanne-Marie, el Gazagnes, Françoise, ci-devant religieuses, institutrices à Gaillac, sont invitées à s'abstenir provisoirement de remplir leurs fonctions pour ne s'être point conformées à l'arrêté du 5 prairial ; — établissement d'une nouvelle barrière pour la perception de la taxe d'entretien des routes au hameau des Farguettes sur la route d'Albi à Rodez. — Le 17, sur la requête des habitants du canton d'Angles, l'Administration décide de demander au Corps législatif la suppression du second arrondissement de justice de paix établi à Labaslide-Rouairoux. — Le 19, Fournès, instituteur, et la nommée Pujade, institutrice, à Rabastens, sont suspendus de leurs fonctions. — Le 23, sur la demande des détenus à la maison d'arrêt du département, ces individus sont transférés dans la maison de justice dite de la Trésorerie, à cause de l'insalubrité des locaux qu'ils occupent en ce moment. — Le 24, sur la réquisition du Directoire exécutif, le séquestre est rétabli sur les biens de Guirard-Montarnal situés à Foncouverte ; — afin d'éviter les fraudes commises par les charretiers dans le payement de la taxe d'entretien des routes, l'Administration arrête que tous les chemins de traverse aboutissant aux villes seront coupés par des fossés ou des piquets de façon à y empêcher la circulation des charrettes à grande voie. — Le 25, mise sous séquestre des biens dépendant de la succession de Lavalerose, Imbert, ascendant d'émigrés, situés dans la commune de Puylaurens. — Le 27, les écoles tenues à Graulhet, par Amiel, Antoine, Daurade, Jean-Mathieu, Carrier, Thérèse, Cassan, Catherine, et Darassus, ex-religieuse, sont provisoirement fermées, ces instituteurs et institutrices ayant formellement refusé de mettre entre les mains de leurs élèves « les droits de l'homme, la constitution et les autres livres élémentaires adoptés » et d'assister aux fêtes décadaires ; — l'Administration ordonne l'impression de l'arrêté du Directoire exécutif accordant une prime à tout individu qui aura dénoncé, saisi ou arrêté des émigrés ; — Bennebarre, François-Pierre, de Saint-Pons, débiteur envers de Royère, ancien évoque de Castres, émigré, d'une rente annuell
et viagère de 2 000 francs, est mis en demeure de justifier de la déclaration qu'il a dû faire en exécution de la loi du 25 novembre 1792, faute de quoi, il sera condamné à payer le double des sommes dues.
Le 1er thermidor, instructions pour le partage de la succession de Dor de Lastours, père d'émigré. — Le 2, l'Administration fixe la date de la distribution des prix aux élèves de l'école centrale et met à la disposition du jury d'instruction publique une somme de 239 francs pour l'achat des livres à offrir (liste de ces ouvrages). — Le 3, sur la demande de Cordurier, Marc-Antoine, de Salveredonde, et de Viala, Jean-Pierre, de Carmaux, tendant à obtenir la concession d'une mine de houille située sur leurs propriétés dans le canton de Carmaux, l'Administration renvoie les pétitionnaires à se pourvoir devant qui de droit attendu que la concession demandée se trouve comprise dans les limites de celle déjà concédée à de Salages. — Le 6, les agents et adjoints municipaux des communes de Busqué. Missècle et Moulayrès sont suspendus de leurs fonctions ; — approbation d'une délibération de l'administration cantonale de Cordes portant nomination des officiers, sous-officiers, caporaux et membres de l'état-major de la garde nationale ; — cette garde est mise en état de réquisition jusqu'à nouvel ordre pour un service permanent de surveillance, à cause des délits contre-révolutionnaires commis dans ces derniers temps. — Le 8, un traitement annuel de 150 francs est accordé à Campmas et à Gaubert, officiers de santé à Albi, pour les soins donnés aux détenus. — Le 11, Mercadier, Antoine, prêtre originaire de Laroudésié dans la commune du Ségur, arrêté à La font du Garric, près Réalmont est transféré à l'île de Ré en attendant d'être déporté. — Le 12, Daurade, Charles, prêtre sexagénaire, arrêté dans la commune de Venès, est enfermé dans le couvent des Carmes d'Albi. — Le 15, en exécution de la loi du 11 germinal, l'Administration envoie dans les différents cantons du département des commissaires chargés de prendre des renseignements sur les patentes, objet de cette loi ; — les courriers et porteurs des paquets de la poste aux lettres sont dispensés du payement de la taxe perçue aux barrières pour l'entretien des routes ; — levée du séquestre mis sur les biens des enfants Lordat. — Le 18, en exécution de la loi du 6 août 1791 qui détermine le mode de procéder à l'estimation de la valeur locative des édifices nationaux, l'Administration fixe, contradictoirement avec le directeur du Domaine du département, cette valeur de la manière suivante en ce qui concerne les bâtiments nationaux actuellement occupés par divers services publics :
Archevêché d'Albi : 2400 francs
Couvent des Carmes d'Albi : 1000 francs
Couvent des Capucins de Gaillac (1/3) : 160 francs
l'arrêté du 17 floréal qui désignait le couvent des Carmes d'Albi pour servir de maison de réclusion aux prêtres réfractaires sexagénaires est rapporté : les ecclésiastiques détenus seront transférés dans la maison dite de la Trésorerie. — Le 19, l'Administration rapporte l'arrêté précédent par suite de l'insuffisance des locaux et décide que la maison de réclusion des prêtres réfractaires sera installée dans les bâtiments de l'hôpital d'Albi. Le 21, l'agent municipal de la commune de Curvalle est suspendu de ses fonctions pour avoir favorisé une réunion de prêtres au lieu de Montredon pour la célébration publique de la fête de saint Jacques. — Le 25, l'Administration est d'avis qu'un tribunal de police correctionnelle soit établi à Lavaur. — Le 26, les écoles tenues par Gastou et la nommée Sers, dans la commune de Montredon, sont provisoirement fermées, cet instituteur et cette institutrice n'ayant pas assisté avec leurs élèves à la fête du 14 juillet.
Le 7 fructidor, semblable mesure est prise contre l'école dirigée par Laurens à Graulhet ; — l'arrêté du 8 thermidor dernier accordant à Pins la concession de mines de fer est rapporté ; — l'Administration déclare que Monsarrat, Pierre, de Castres, perruquier, ayant été absent depuis 1792 jusqu'à l'an V, doit être porté sur la liste des émigrés du département. — Le 9, Paulhé, André, ancien professeur au collège d'Albi, retiré à Curvalle où il avait été arrêté comme prêtre, est remis en liberté. — Le 10, compte-rendu de la distribution des prix faite aux élèves de l'école centrale. — Le 11, l'Administration arrête que le signal de Montalet, détruit par les habitants de Lacaune, sera rétabli à leurs frais et qu'un poste de sept hommes sera installé aux environs pour veiller à sa conservation ; — Carayon, Guillaume, ancien curé de Saint-Juéry, arrêté dans l'Aveyron, est transféré à l'île de Ré pour être déporté. — Le 16 l'Administration décide qu'à partir de l'an VII « celui des élèves de l'école centrale qui aura la majorité des suffrages de ses condisciples pour les qualités morales et civiques, recevra le prix de sagesse... » ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui destitue les agents et adjoints municipaux des communes de Busqués, Missècle et Moulayrès, ces fonctionnaires ayant l'habitude de se joindre « aux rassemblements de fanatiques réunis les jours ci-devant appelés dimanches » ; — Pezous, juge au tribunal civil du département, est nommé membre du jury d'instruction publique en remplacement de Dumas, démissionnaire. — Le 19, liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le trimestre de vendémiaire an VII. — Le 22, adresse de l'Administration à ses concitoyens et principalement aux jeunes gens de la réquisition. — Le 28, arrestation d'Astre, Jean, du département de l'Hérault, émigré. — Le 29, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui maintient définitivement sur la liste des émigrés les noms de Cousin-Lavallière, Clément-Marie-Marc-Jean-François, et Gabriel-Marie-Joseph.
Le 2e jour complémentaire, l'Administration règle les détails de la fête de la Fondation de la République ordonnée par la loi du 14 fructidor dernier ; — instructions relatives à l'exécution de la loi du 7 vendémiaire an IV sur la police extérieure des cultes. — Le 3, l'Administration fixe l'époque et le lieu où se tiendront les foires du département à partir du 1er vendémiaire prochain.
Répertoire alphabétique des délibérations.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 301 feuillets.
L 116An VII
Délibérations de l'Administration centrale du département. — Le 1er vendémiaire, procès-verbal de la célébration de la fête de l'anniversaire de la Fondation de la République. — Le 3, sur le rapport de Campmas et de Gaubert, officiers de santé, il est sursis au départ de Carayon, prêtre condamné à la déportation, jusqu'à son complet rétablissement ; — transcription de deux arrêtés du Directoire exécutif ordonnant que les noms suivants seront définitivement maintenus sur la liste des émigrés : Davessens, Louis-Marie-Gabriel, Tafanel-Lajonquière, Clément, lieutenant-général de la marine, Tafanel-Lajonquière, Clément-Joseph, son fils, major de vaisseau, Desportes, Gabrielle, sa belle-fille, Hue, Pierre, et Marie Doria. — Le 7, les frais d'impression relatifs aux partages des biens des ascendants d'émigrés, dont partie est à la charge de la nation, sont arrêtés à la somme de 246 francs, 50 centimes. — Le 15, le nom de Roquefeuil, Angélique-Etienne, de Valence, est définitivement maintenu sur la liste des émigrés ; ses biens seront confisqués et vendus ; — Barthès est nommé commissaire du Pouvoir exécutif près l'Administration cantonale de Réalmont en remplacement de Gau nommé aux mêmes fonctions à Cadalen. — Le 17, Martin, Charles-Georges, ex-Capucin, arrêté à Tournemille, dans la commune de Castres est transféré à l'île de Ré en attendant d'être déporté ; — l'Administration rapporte toutes les dispositions de ses arrêtés relatifs à la perception aux barrières de la taxe d'entretien des roules qui seraient contraires aux nouvelles instructions prescrites par le ministre de l'Intérieur. — Le 19, Andrieu, Thomas, agent municipal de la commune de Penne, est révoqué de ses fonctions pour s'être immiscé dans la perception des contributions. — Le 25, l'Administration ordonne l'affichage et la publication solennelle de la loi du 9 courant prescrivant une levée de deux cent mille hommes ; — reconstruction du pont de Larchipère sur la route d'Albi à Rodez.
Le 2 brumaire, prestation de serment de Bon-Liguim, Barthélémy, contrôleur du bureau de la garantie des matières d'or et d'argent de Castres. — Le 3, l'Administration ordonne que les églises de Caucalières et d'Aiguefonde seront fermées, certains prêtres réfractaires du canton de Mazamet y exerçant publiquement le culte. — Le 4, adresse de l'Administration à ses concitoyens et principalement aux jeunes gens de la réquisition. — Le 5, proclamation relative à la publication de la deuxième et dernière partie du cinquième supplément à la liste générale des émigrés. — Le 9, autre proclamation relative à l'exécution de la loi du 28 fructidor dernier ordonnant que la moitié des sommes recouvrées sur les contributions de l'an V et de l'an VI seront, par décades, mises à la disposition du ministre de l'Intérieur pour être exclusivement employées aux dépenses des hospices civils et des enfants de la patrie. — Le 10, une brigade de gendarmerie est envoyée à Graulhet pour y assurer la tranquillité troublée par les réquisitionnaires. — Le 12, l'Administration rappelle les dispositions de la loi du 25 germinal an IV et de l'arrêté du Directoire exécutif du 18 vendémiaire an VI ordonnant que les pièces de cinq francs à l'effigie de la République seront reçues pour 5 livres, 1 sol, 3 deniers tournois et que les pièces de billon, connues sous le nom de monnaie grise, de la valeur de 24 deniers, seront reçues pour cette valeur entière. — Le 13, les écoles tenues à Albi par les nommées Boussac et Lasserre sont provisoirement fermées, ces institutrices ayant constamment refusé de conduire leurs élèves au temple décadaire. — Le 16, en exécution de l'arrêté du Directoire exécutif qui ordonne que les réquisitionnaires et conscrits retirés à l'étranger seront considérés comme émigrés, les administrations municipales sont invitées à dresser la liste des jeunes gens dont le départ pour les armées n'aura pis été justifié. — Le 18, l'Administration ordonne que le niveau de la chaussée du moulin d'Albière sur le ruisseau de Vervère sera abaissé de trente-trois centimètres et que les riverains procéderont au curage de ce cours d'eau. — Le 23, une indemnité de deux cents francs est accordée à Bonet, vétérinaire à Albi, pour ses peines et soins pendant la durée de l'épizootie qui sévit sur les bêtes à corne dans les communes de Cestayrols et de Fayssac. — Le 24, Ribes et Husson sont nommés commissaires du Pouvoir exécutif près les administrations cantonales de Mazamet. — Le 28, les fonds provenant du produit de l'adjudication du bois de Gombenègre, appartenant à la commune de Durfort, sont affectés à la construction du chemin de Durfort à Sorèze.
Le 6 frimaire, Aussenac, commissaire du Pouvoir exécutif près l'administration municipale de Castres, est révoqué de ses fonctions, — Le 15, afin d'assurer la tranquillité publique à Milhars, menacée par l'arrivée de conscrits déserteurs, l'Administration envoie dans ce canton deux brigades de gendarmerie et met en état de réquisition les gardes nationales pour un service permanent de vigilance. — Le 19, Charpentier-Dessonville et Espérou sont nommés membres du jury chargé de nommer les gendarmes et leurs sous-officiers. — Le 21, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui maintient définitivement sur la liste des émigrés le nom de Roffiac-Verlhac, Henri-Alexandre. — Le 23, transcription de deux lois annulant les opérations des assemblées primaires tenues dans les cantons de Labastide-de-Lévis et de Puycelci ; — liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le trimestre de nivôse. — Le 24, il est ordonné aux commandants de la force publique dans le département de déférer aux réquisitions des autorités civiles lorsqu'elles auront pour objet la recherche et la poursuite des brigands ; — les commîmes de Murât et de Lacaune sont mises en état de siège par décision du Directoire exécutif, considérant qu'un grand nombre de prêtres insoumis, « d'assassins royaux » et d'émigrés se trouvent rassemblés dans cette région. — Le 28, l'Administration arrête la troisième liste des individus prévenus d'émigration : cette liste comprend seulement le nom de Tisserend, Jacques-Daniel, colporteur, originaire de Bordeaux.
Le 1er nivôse, l'Administration instruite « que les prêtres rebelles qui existaient dans le canton de Massais se montrent plus audacieux que jamais, qu'ils exercent partout les fonctions de leur culte ; qu'ils maintiennent les réquisitionnaires et les conscrits dans la désobéissance aux lois.... ; que les prêtres rebelles sont armés et qu'il est à craindre qu'ils ne se mettent à la tête des réquisitionnaires déserteurs et conscrits fuyards pour former une seconde Vendée.... », ordonne que la brigade de gendarmerie d'Alban sera mise à la disposition des autorités administratives de Massais pour procéder à l'arrestation des individus frappés par les lois. — Le 2, l'hospice d'Albiest chargé de fournir sur leur demande à Foulché et Delbosc, officiers de santé à Villefranche, le cadavre d'un homme adulte, pour compléter leurs éludes anatomiques, les demandeurs devant se conformer aux dispositions prescrites par l'administration municipale de Villefranche. — Le 7, Bousquet, François, est nommé instituteur public à Carmaux. — Le 9, l'administration municipale de Valence est mise en demeure de loger la brigade de gendarmerie placée dans celte ville. — Le 12, transcription de divers arrêtés du Directoire exécutif ordonnant que les noms suivants seront définitivement maintenus sur la liste des émigrés : Rieumes, Joseph-Alexandre, de Lavaur, Bouffil-Carla, Joseph-Antoine, de Fiac, el Bessery-Rivals, frères, de Lavaur, tous les quatre anciens dragons de l'escadron du Tarn ; — instructions aux administrations municipales pour la mise en adjudication immédiate de la perception des contributions foncière, personnelle, mobilière et somptuaire de l'an VII — Le 13, l'Administration arrête qu'à dater du 15 courant tout voyageur passant à une barrière ne payera la taxe d'entretien que pour la route qu'il aura à parcourir entre cette barrière et la suivante. — Le 15, instructions concernant les demandes en décharge ou réduction des contributions de l'an V et de l'an VI. — Le 18, l'Administration règle les détails de la célébration de l'anniversaire du 2 pluviôse. — Le 19, Aussenac est réintégré dans ses fonctions de commissaire du Pouvoir exécutif près l'administration municipale de Castres. — Le 21, Linières, Campmas et Gaubert, officiers de santé à Albi, sont autorisés à créer un amphithéâtre de dissection : l'hospice d'Albiest chargé de fournir les cadavres nécessaires aux leçons de démonstration ; — instructions relatives à l'exécution de la loi du 11 frimaire dernier relative aux recettes et dépenses départementales, municipales et communales. — Le 24, Rabaly, juge au tribunal civil du département, est nommé membre du jury d'instruction publique en remplacement de Gausserand, président du tribunal criminel, démissionnaire. — Le 28, les églises de Caucalières et d'Aiguefonde sont rouvertes à l'exercice du culte ; — supplément au tableau de comparaison des anciennes mesures du département avec les nouvelles : ce tableau est spécial aux mesures de volumes servant au mesurage du bois, du charbon, du sel, de la chaux et du plaire.
Le ler pluviôse, Cros, Pierre-Jean-Baptiste, prétre, arrêté à Curvalle, est transféré à l'île de Ré pour être déporté. — Le 2, procès-verbal de la célébration de « l'anniversaire de la juste punition du dernier roi des Français » ; — liste des fonctionnaires réunis dans le temple décadaire qui ont prêté le serment prescrit par la loi du 24 nivôse an V. — Le 3, Berenguier est nommé commissaire du Pouvoir exécutif près l'Administration cantonale de Lisle. — Le 15, approbation d'une délibération de l'administration municipale de Castres, votant l'achat d'un terrain pour l'installation d'un cimetière. — Le 22, instructions relatives à l'établissement des gardes champêtres, à la police de la chasse et des colombiers et à la répression des délits ruraux et forestiers. — Le 24, l'Administration rejette la pétition de Solages, concessionnaire des mines de Carmaux par laquelle il demandait à-être exonéré du payement de la taxe d'entretien des routes, attendu que le pétitionnaire retire « d'immenses profits » de la vente du charbon dont il a augmenté le prix de 16 francs a 18 francs la mesure. — Le 25, l'administration municipale de Rabastens est autorisée à célébrer désormais les fêtes nationales et décadaires dans l'église de Notre-Dame-du-Bourg, l'édifice dit de Saint-Boch étant insuffisant. — Le 27, le montant des impressions faites pour le compte du département pendant l'an VI est arrêté à la somme de 16429 fr., 81 cent.
Le 2 ventôse, les habitants de Saint-Sulpice sont autorisés à faire combler à leurs frais les parties des fossés de la ville donnant sur le champ de foire. — Le 3, un nouveau délai de quinze jours est accordé aux conscrits et aux réquisitionnaires fugitifs pour se présenter devant les autorités administratives. — Le 9, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif ordonnant que le nom de Bessery, Hugues-Marie, sera définitivement maintenus sur la liste des émigrés et que ses biens seront confisqués et vendus au profit de la République. — Le 11, Mercadier, commissaire du Pouvoir exécutif près le canton de Monestiés, est révoqué de ses fonctions. — Le 12, Higon, Antoine, est nommé notaire à Itzac, à la place de Boude, Jean, décédé. — Le 13, le prix moyen de la journée de travail est fixé à la somme de un franc. — Le 15, l'Administration arrête que léchant patriotique composé par Boyer, François-Théodore, ex-président de l'administration municipale de Cordes, à l'occasion de la fête de la Souveraineté du Peuple, sera transcrit à la suite de ses délibérations et imprimé. — Le 21, liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le trimestre de germinal an VII, — la mise à exécution de la délibération de l'administration municipale de Gaillac portant que le marché au fil, chanvre et lin se tiendra à l'avenir sur la place où étaient les boucheries, est autorisée — Le 22, le commissaire du Directoire exécutif près le canton de Saint-Amans est autorisé à requérir un certain nombre d'hommes de la colonne mobile de Mazamet et de Saint-Amans et la brigade de gendarmerie pour arrêter ou dissiper les conscrits actuellement rassemblés sur la montagne de Pomayrol, située partie dans la commune de Lacabarède et partie dans le département de l'Hérault ; — sur la proposition du jury d'instruction publique de l'arrondissement d'Albi, l'Administration nomme Lenormand, Lauger et Bourguignon, professeurs de physique et chimie, de grammaire et d'histoire à l'école centrale. — Le 23, Corneillan, Michel-Imbert, est définitivement rayé de la liste des émigrés ; — Barthès, Jacques, est nommé notaire à Mazamet en remplacement de Landes nommé juge de paix. Le 25, sur l'avis donné à l'Administration que des conscrits et des réquisitionnaires se réunissent fréquemment dans les églises d'Orban et de Lom-bers, le commissaire du Pouvoir exécutif près ce canton est autorisé à requérir soixante hommes de la colonne mobile d'Albi pour procéder à leur arrestation ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif nommant Vaissieres commissaire du Pouvoir exécutif près l'administration cantonale de. Graulhet. — Le 26, Leblanc, président de l'administration cantonale de Briatexte est révoque de ses fonctions. — Le 28, Charpentier-Dessonville, administrateur, est désigné par le sort pour être remplacé, en exécution de la loi du 5 ventôse an V ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui maintient définitivement sur la liste des émigrés les noms de Combettes-Caumon, Joseph-Marie et Jean-Baptiste-Marie-François, frères.
Répertoire alphabétique des délibérations.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 155 feuillets.
L 117An VII
Délibérations de l'Administration centrale du département. — Le 2 germinal, l'Administration arrête les bases du répartement des contributions assignées au département par la loi du 7 brumaire an VII et fixe le nombre des centimes additionnels à ajouter au principal de ces contributions pour couvrir les dépenses judiciaires et d'administration (le contingent assigné au département s'élevait à la somme de 1 944 600 francs pour la contribution foncière et à celle de 177400 francs pour la contribution personnelle et mobilière). — Le 7, le temple décadaire de la commune d'Albi est désigné pour la tenue des séances de l'assemblée électorale qui commenceront le 20 courant. — Le 11, Foulcher, Jean-Louis, est nommé notaire à Teillet, canton d'Alban, en remplacement de son père décédé ; — Garrigou, concessionnaire des mines de fer de Puycelci et de Penne, est autorisé à commencer immédiatement les travaux d'exploitation qu'il se propose d'opérer au Roc de Courbet sur les bords de l'Aveyron. — Le 13, l'hospice de Gaillac est condamné à payer aux frères Guyot une rente annuelle et viagère de 690 francs en exécution du contrat passé le 17 août 1788. — Le 14, la commune des Cam-mazes est autorisée à prendre sur le montant de la vente des bois d'Arnaud dont elle est jouissante, la somme de 702 francs pour solder l'achat d'une horloge fournie par Ancely, Pierre, horloger « en grand ». — Le 21, sur la demande de quelques habitants de Gaillac, l'église de Saint-Michel est mise à leur disposition pour l'exercice du culte, celle de Saint-Pierre étant affectée à la célébration des fêtes nationales et décadaires. — Le 22, approbation d'une délibération de l'administration cantonale de Dourgne ordonnant que le marché des bêtes à corne tenu dans les rues de Soual se tiendra à l'avenir sur la place de l'église ; — nomination de gardes champêtres dans le canton de Saint-Sulpice. — Le 26, l'Administration ordonne la réouverture du chemin dit del miech allant de Roquecourbe à Saint-Martin. — Le 28, transcription de la loi du 29 pluviôse dernier établissant dans le département un quatrième tribunal de police correctionnelle dont le siège est fixé à Lavaur.
Le 1er floréal, l'agent municipal de Castanet est autorisé à acheter aux meilleures conditions possibles une horloge pour celte commune ; — trancription d'une proclamation du Directoire exécutif relative au poinçonnage de garantie des matières d'or et d'argent. — Le 4, les ingénieurs sont chargés de dresser un état de tous les chemins vicinaux qui doivent être conservés et de ceux qui peuvent être vendus. — Le 6, en exécution de la loi du 28 germinal dernier relative à la levée de deux cent mille hommes, le contingent à fournir par le département est fixé à 1 463 hommes ; — une somme de 1500 francs est mise, à titre d'avance, à la disposition de l'hospice d'Albi, pour faire face aux dépenses les plus urgentes, « considérant que cet établissement manque absolument de tous les objets de première nécessité ; que dans trois jours il n'y aura plus de pain et que les nourrices qui, depuis trois mois attendent leur salaire, menacent de rapporter leurs nourrissons ». — Le 8, l'Administration répartit entre les 59 cantons le contingent de 1 463 hommes à fournir par le département. — Le 9, Frizac, fils, de Toulouse, est nommé professeur d'histoire naturelle à l'école centrale du département. — Le 15, installation de Séverac, de Lavaur, en qualité d'administrateur du département. — Le 18, Lacombe, d'Albi, est chargé du service des étapes et des convois militaires. — Le 21, transcription d'un nouvel arrêté du Directoire exécutif ordonnant le maintien sur la liste des émigrés du nom d'Okelly-Farell, Jean-Jacques. — Le 28, l'Administration ordonne l'impression et l'affichage de la proclamation du Directoire exécutif relative à l'assassinat des plénipotentiaires français au congrès de Rastadt ; — à la suite du procès-verbal de vérification de la faïencerie installée à Albi par Descambous, dressé par une commission spéciale nommée à cet effet, l'Administration décide que ce procès-verbal sera envoyé au ministre de l'Intérieur et qu'une somme de douze mille francs sera demandée pour venir en aide à cet industriel.
Le 1er prairial, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif ordonnant la radiation définitive sur les listes d'émigrés d'Auxilhon, Jean-Etienne-Jacques-lgnace-Xavier-Michel ; — Montagne, président du tribunal civil du département, est nommé membre du jury d'instruction publique en remplacement de Pezous, élu membre du Conseil des Anciens. — Le 2, Boyer, Joseph-Louis-Rose, bénéficier du chapitre de Béziers, arrêté à Nages, est transféré à l'île de Ré en attendant d'être déporté ; — Monjol, administrateur, est envoyé comme arbitre dans les communes de Berlats et de Castelnau-de-Brassac pour trancher le différend existant entre les habitants au sujet de la jouissance de divers bois ; — transcription de la loi du 14 floréal an VII qui déclare valable l'élection de Pezous, Jean-Pierre, au Conseil des Anciens, et de Bermond, Marie-Joseph-Jacques-François-Cécile, au Conseil des Cinq-Cents ; — l'Administration approuve le 4e supplément à la listé des émigrés du département. — Le 4, Boyer, Pierre, ancien curé de Técou, est rayé du tableau des pensionnaires ecclésiastiques et renfermé dans la maison de réclusion d'Albi pour avoir publiquement el solennellement rétracté le serment par devant Batigne, notaire à Técou. — Le 6, le nom de Bures, Gaspard-Thérèse, fils, est définitivement rayé de toutes les listes d'émigrés. — Le 7, Boyer, Pierre, ancien curé 15 de Técou, est remis en liberté. — Le 8. malgré ses arrêtés et ses proclamations, un grand nombre de conscrits et de réquisitionnaires n'ayant pas encore rejoint leurs corps, l'Administration décide que des garnisaires seront placés chez leurs parents et que le nombre en sera augmenté en raison du retard et qu'en sus du logement et de la nourriture, ces garnisaires recevront, un franc par jour ; — l'Administration règle les détails de la fête funèbre qui sera célébrée le 20 courant en l'honneur de Bonnier et de Roberjot ; elle ordonne que chaque municipalité fera faire un drapeau noir portant l'inscription suivante : « Aux mânes de Bonnier et de Roberjot » ; que ce drapeau sera porté déployé pendant la cérémonie avec deux bannières portant comme inscriptions, la première : « Le 9 floréal de l'an Vil, à 9 heures du soir, le gouvernement autrichien a fait assassiner par ses troupes les ministres de la République Française, Bonnier, Roberjot et Jean Debry, chargés par le Directoire exécutif de négocier la paix au congrès de Rastadi » ; la seconde, « La Nation outragée dans la personne de ses plénipotentiaires assassinés par les satellites de l'Autriche — Vengeance ». — Le 9, l'administration cantonale de Labruguière informée qu'un certain nombre de prêtres réfractaires exercent publiquement leur culte, notamment à Aiguefonde et à Aussillon, communes limitrophes, que des rassemblements considérables ont lieu à cette occasion, demande qu'un détachement soit mis à sa disposition pour assurer le maintien de l'ordre : huit hussards de Castres sont envoyés à Labruguière pour renforcer le détachement de gendarmerie. — Le 12, Aymeric, Louis, de Parisot, est nommé commissaire du pouvoir exécutif près l'administration cantonale de Lisle extra muros. — Le 14, l'Administration arrête que l'hymne fait par Blanchard, chef du bureau des établissements publics, sera imprimé et envoyé à toutes les municipalités pour être chanté à la fête funèbre du 20 courant. — Le 20, procès-verbal de la cérémonie de ce jour ; à la fin de la cérémonie, le président de l'Administration a prononcé les paroles suivantes : « Le Peuplé français voue le tyran de l'Autriche aux furies ; il dénonce ses forfaits au monde indigné et il en appelle à tous les peuples, à ses fidèles alliés, à son propre courage ; il charge les républicains de sa vengeance. — Guerre à l'Autriche ! — Vengeance, Vengeance ! » — Le 21, la solde des garnisaires envoyés chez les parents des conscrits et des réquisitionnaires qui n'ont point rejoint leurs postes est portée à un franc cinquante centimes et, en sus de cette solde, pareille somme est accordée à ceux qui ne seraient pas logés et nourris à domicile ; — adresse de l'Administration aux conscrits et aux réquisitionnaires. — Le 24, Facieu, Gabriel, prêtre de Graulhet, arrêté à Lacabarède, est transféré à l'île de Ré pour être déporté ; — l'Administration arrête que les réquisitionnaires seront mis en dépôt à Castres en attendant d'être dirigés sur les armées auxquelles ils appartiennent. — Le 28, des détachements de vingt à quarante hommes pris dans les colonnes mobiles et les gardes nationales du département sont envoyés à Alban, à Brassac, à Trivisy et à Massais pour aider les administrations de ces cantons à faire partir les conscrits et les réquisitionnaires.
Le 2 messidor, l'administration municipale de Castres est chargée de fournir aux réquisitionnaires qui en auraient besoin une paire de souliers au prix de 4 francs fixé par le ministre de la Guerre ; — approbation d'un traité passé entre l'administration municipale d'Albi et l'hospice de celte ville fixant à six cents francs par an le montant du loyer de la partie des bâtiments occupée par la maison de réclusion des prêtres réfractaires (l'affectation de ces locaux à cette destination remontait, au 24 messidor an VI). — Le 3, adresse aux manufacturiers du département au sujet du concours annuel ouvert à l'industrie française. — Le 4, sur la demande des employés de ses bureaux, l'Administration décide qu'à partir du premier courant ces fonctionnaires recevront mensuellement le montant de leur traitement, qui leur était payé antérieurement par trimestre. — Le 6, les colonnes mobiles et les gardes nationales sédentaires du département sont mises en état de réquisition permanente pour un service continuel de vigilance : la garde sera montée jour et nuit et des patrouilles seront faites dans les chefs-lieux et dans la campagne ; l'Administration ordonne l'impression de la circulaire du ministre de l'Intérieur relative au mode d'achat par les cultivateurs des bêtes à laine de race pure importées d'Espagne, cette espèce donnant des résultats supérieurs à l'espèce indigène. — Le 11, transcription d'une lettre de l'administration municipale du canton de Saint-Maximin, département du Var, qui rend hommage au courage dont ont fait preuve les conscrits du second détachement du Tarn en se joignant à la garde nationale de cette ville pour la poursuite d'une bande de brigands. — Le 12, à la suite des réclamations réitérées des nourrices des orphelins de la Patrie qui sont à la charge de l'hospice d'Albi, l'Administration décide d'ouvrir un emprunt de douze cents francs pour leur payer un acompte sur leur salaire ; les noms des prêteurs seront inscrits sur un registre, lus à la séance décadaire, imprimés et affichés dans la commune. — Le 13, des détachements de vingt hommes des colonnes mobiles de Lavaur et de Castres sont envoyés dans les cantons de Lacaune et d'Angles pour être placés comme garnisaires chez les parents des conscrits et réquisitionnaires récalcitrants. — Le 18, l'Administration ordonne la vente de divers ornements d'église, déposés à Cordes, estimés 81 francs, 75 centimes. — Le 21, Boulade, Gabriel-Honoré, de Castelnau-de-Brassac, prévenu d'émigration, arrêté à Angles, est renvoyé devant la commission militaire à Montpellier pour être statué à son égard. — Le 22, l'Administration arrête que ses audiences auront lieu de dix heures et demie à midi ; — instructions du Directoire exécutif relativement à l'apurement des comptes des exercices antérieurs. — Le 25, répartition d'une somme de 46595 francs entre les habitants du Tarn qui ont éprouvé des pertes antérieurement à l'an V. Le 2 thermidor, sur la demande de la commission administrative de l'hospice d'Albi, une somme de 1200 francs est mise à sa disposition pour subveniraux besoins les plus pressants. — Le 5, Plasolles, André, ancien curé de Caucalières, rentré en France, est arrêté et enfermé à cause de son âge dans la maison de réclusion d'Albi. — Le 6, Balard fils, administrateur municipal de la commune de Castres, est suspendu de ses fonctions. — Le M, l'Administration accepte l'offre faite par Rafanel, serrurier, de fabriquer les chaînes et les cadenas destinés au service de la gendarmerie moyennant le prix de neuf francs par chaîne et de cent cinquante francs pour cinquante-quatre cadenas. — Le 12, en réponse à la pétition de l'hospice d'Albi, demandant, en exécution de la loi du 16 vendémiaire an V, qu'il soit accordé à cet établissement des biens nationaux en remplacement de ceux qui lui appartenaient et qui ont été vendus, l'Administration charge le directeur de la Régie nationale de procéder à l'estimation de ces biens. — Le 13, transcription de deux arrêtés du Directoire exécutif, l'un nommant Campmas-Candou, cadet, commissaire du Pouvoir exécutif à Monestiés et l'autre autorisant l'administration municipale de Lavaur à réintégrer dans ses fonctions de secrétaire le citoyen Autigeon. — Le 17, fixation des heures d'ouverture du bureau de garantie des matières d'or et d'argent établi à Castres ; suit l'arrêté du Directoire exécutif portant organisation de ce bureau ; — sont nommés commissaires du Pouvoir exécutif : Basseguy à Graulhet en remplacement de Vaissière, démissionnaire ; Hugonet à Cadalen en remplacement de Gau, démissionnaire, et Trouilhel à Pampelonne en remplacement de Combes. — Le 19, instruite par la municipalité de Lavaur que « des bandes d'égorgeurs qui ont commis des cruautés inouies contre les patriotes » ont envahi les communes de Caraman, Lanta, Saint-Julia et Saint-Félix, l'Administration envoie à Lavaur un détachement de cent hommes pris dans la garde nationale de Gaillac, plus les brigades de gendarmerie de Saint-Paul, Gaillac, Rabastens, Lavaur et Albi et place à la tête de ces troupes Izos, chef d'escadron de gendarmerie, avec pouvoir de requérir toutes les gardes nationales dont il pourra avoir besoin. — Le 20, afin de connaître les ressources du département soit en citoyens susceptibles d'être immédiatement armés, soit en armes et munitions, les administrations municipales sont chargées de dresser la liste de celte catégorie de citoyens et de plus, de réunir en lieu sûr les armes et les munitions de toute espèce ; — l'Administration, « considérant que les dangers dont le département est menacé exigent des mesures de sûreté », ordonne qu'une force armée de 400 hommes, pris dans les divers cantons, sera réunie à Albi. — Le 21, Séverac, administrateur, est envoyé à Lavaur et sur tons les points où sa présence pourra être nécessaire, pour se concerter avec les commandants de la force, armée sur les moyens de repousser « les brigands royaux » ; — l'Administration, « considérant que dans les circonstances actuelles, il est du plus grand intérêt de connaître d'heure en heure la position et les mouvements des brigands royaux qui ont attaqué les départements de la Haute-Garonne et du Tarn », établit des relais de correspondance entre Puylaurens et Lavaur, points de rassemblement de la force armée ; ces postes, composés de deux hommes à cheval, étaient installés, pour Lavaur, à Lasgraïsses, Graulhet et Cabanes, pour Puylaurens, à Plantecause, Réalmont, Saint-Germier, Castres, Saix et Soual. — Le 22, Castagne cadet, commandant de la garde nationale d'Albi est placé à la tête de la force armée réunie dans le chef-lieu du département. — Le 24, les administrations municipales sont autorisées à arrêter les personnes notoirement connues pour posséder des armes et des munitions et qui auraient refusé de les remettre. — Le 25, Calmés, Joseph, demeurant à Saint-Just (Aveyron), détenu dans la maison de réclusion d'Albi, est mis en liberté au vu du certificat délivré par l'administration du lieu d'origine attestant que ce prêtre, n'ayant jamais exercé de fonctions publiques, n'était soumis à la prestation d'aucun serment ; — l'administration municipale de Gaillac est autorisée à échanger la matière provenant d'un vieux canon contre un canon de quatre et à se procurer à Toulouse un affût, un caisson et de la poudre. — Le 26, Birbés, prêtre, Coste, ci-devant curé de Lagrave, Foucaud, domicilié à Braconnac, et Dusservant, ci devant prieur de Brametourte, dont la peine de
a déportation a été commuée en celle de la réclusion à cause de leur Age, sont arrêtés et conduits dans la maison d'arrêt d'Albi.
Le 1er fructidor, les colonnes mobiles et les gardes nationales mises en état de réquisition permanente sont placées sous les ordres du général Guilhet, commandant la 2e subdivision de la 9e division militaire ; — l'Administration, instruite par des avis certains qui lui sont parvenus, « que c'est sur Albi que les insurgés de la montagne, réunis à ceux de la plaine, doivent d'abord se diriger dans le but d'enlever les caisses publiques, d'anéantir les administrations qui y siègent et d'immoler tous les républicains », déclare les cantons et les communes du département en état de troubles civils en exécution de la loi du 24 messidor dernier sur la répression du brigandage et des assassinats. — Le 3, les relais de correspondance établis par l'arrêté du 21 thermidor sont supprimés, la situation actuelle du département permettant cette mesure ; — en exécution des lois des 10 messidor et 19 thermidor dernier relatives à un emprunt décent millions, l'Administration nomme un jury de sept membres qui, de concert avec elle, sera chargé de l'évaluation de la fortune des citoyens passibles du dit emprunt et de la fixation des sommes à verser par les prêteurs. — Leo, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif ordonnant la destitution de Bâtard, administrateur municipal de Castres ; — l'administration municipale de Réalmont est autorisée à faire dans les cantons qui l'avoisinent toutes les recherches nécessaires pour découvrir et arrêter les émigrés, les prêtres réfractaires, contumax, déserteurs et « tous autres malintentionnés » qui pourraient s'y trouver et à employer à cet effet toutes les gardes nationales momentanément réunies à Réalmont ; — adresse de 1'Administration sur les événements relatifs à la dernière conspiration royaliste. — Le 8, Milhavet, Jean et Bertrand, prévenus d'avoir pris une part active dans les troubles de la Haute-Garonne sont renvoyés devant la commission militaire établie à Toulouse. — Le 10, procès-verbal de la distribution des prix aux élèves de l'école centrale du département. — Le 12, instructions relatives à la création des bataillons auxiliaires. — Le 14, transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui accorde à de Solages, propriétaire de la verrerie de Blaye et concessionnaire des mines de Carmaux, une modération des quatre cinquièmes sur la taxe d'entretien des roules ; — l'Administration arrête que les conscrits de toutes les classes qui n'ont pas encore rejoint leurs corps sont tenus de se rendre à Albi pour y être organisés en bataillons auxiliaires. — Le 17, les nommées Salles, institutrices dans le canton de Vielmur, sont provisoirement suspendues de leurs fonctions pour avoir empêché leurs élèves d'assister aux fêtes décadaires et nationales. — Le 19, instructions sur la tenue des registres de l'état civil. — Le 21, Mazars, François, ancien curé de Faussergues, arrêté dans cette commune, sujet à la déportation, est enfermé dans la maison de réclusion d'Albi à cause de son âge : — des commissaires sont envoyés auprès des administrations des cantons de Carmaux et de Briatexte, où ils resteront au frais des agents municipaux des communes jusqu'à ce que les dites administrations aient procédé à la répartition des sommes assignées à ces cantons pour leur contingent de là contribution de l'an VII. — Le 24, Prat, de Castres, est envoyé à la manufacture d'armes de Saint-Etienne pour acheter au compte du département 2636 fusils et 600 sabres destinés à l'armement des conscrits organisés en bataillons auxiliaires. — Le 26, Caraven, Joseph, d'Albi, et Guibbaud, Pierre, de Castres, sont chargés d'acheter pour l'habillement de ces mêmes conscrits les étoffes suivantes :
2500 mètres drap bleu
400 mètres drap écarlate
215 mètres drap blanc
11100 mètres refoulé
— Le 27, Magre, prêtre réfractaire, arrêté à Lavaur, est transféré dans la maison de réclusion d'Albi ; — l'administration municipale d'Albi est autorisée à mettre en réquisition la quantité de lits nécessaires aux conscrits rassemblés dans cette ville, — Le 29, Bonnet est nommé gardien de la bibliothèque de Lavaur en remplacement de Clauzade, démissionnaire.
Le 1er jour complémentaire, l'Administration, instruite qu'il existe dans les environs de Lacaune un rassemblement de 2 000 royalistes dont les projets seraient de soulever le département de l'Hérault et de s'emparer de Montpellier, arrête qu'il y aura dans le département une troupe de onze cents hommes à pied et de 160 à cheval toujours prêts à marcher et fixe le contingent à fournir par chaque commune. — Le 2e, l'Administration règle les détails de la fête du 1er vendémiaire prochain, anniversaire de la fondation de la République et de la cérémonie funèbre qui sera célébrée, le 10 du même mois, en l'honneur de Joubert, général en chef de l'armée d'Italie. — Le 4, l'agent général des Contributions directes du département est autorisé à envoyer des garnisaires dans toutes les communes du département dont les matrices des rôles des contributions foncières et personnelles de l'an VII n'ont pas été dressées. Répertoire alphabétique des délibérations.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 237 feuillets.
L 118An VIII
Délibérations de l'Administration centrale du département. — Le 1er vendémiaire, procès-verbal de la fête de la fondation de la République. — Le5, approbation d'une délibération de l'administration cantonale de Cadalen ordonnant la fermeture provisoire de l'église de Florentin à cause de son peu de solidité et du danger que courent les habitants en s'y réunissant ; — Lenormand, professeur de physique et de chimie à l'école centrale, est autorisé à faire l'achat de divers instruments destinés à l'instruction de ses élèves. — Le 9, Laclau, tailleur à Albi, et Granier, tailleur à Castres, sont chargés de la confection des habits destinés aux conscrits des bataillons auxiliaires sous la surveillance de Caraven, fils, et de Mialhe, père. — Le 10, procès-verbal de la cérémonie funèbre célébrée en l'honneur de Joubert. — Le 12, l'Administration accepte les offres faites par Guibbaude, de Castres, et Cibiel, frères, d'Albi, de fournir les diverses étoffes nécessaires à l'habillement des conscrits. — Le 14, les trois frères Suc-Saint-Affrique, Charles, Pierre-Bruno et Paul-Joseph, anciens chanoines, natifs de Labruguière, arrêtés à Castres, sont condamnés à la déportation, mais, par suite de leurs infirmités, ces ecclésiastiques sont provisoirement détenus dans la maison de réclusion d'Albi. — Le 18, Cros, Jean-Etienne, originaire de Labessière-Candeil, ancien curé de Saint-Pierre-des-Ports, prêtre réfractaire arrêté à Castres, est condamné à la déportation et transféré à l'île de Ré. — Le 19, en exécution de la loi du 10 messidor dernier qui ordonne un emprunt de cent millions sur la classe aisée des citoyens, l'Administration nomme un jury de révision de dix membres chargé de recevoir les réclamations des citoyens imposés ; — l'arrêté du 1er fructidor dernier, qui déclare les communes du département en état de troubles civils, est rapporté. — Le 22, adresse de l'Administration aux conscrits et aux réquisitionnaires. — Le 28, par suite du casernement du 1er bataillon auxiliaire du Tarn dans la commune de Lavaur, l'Administration met en réquisition dans les cantons de Fiac, Briatexte, Saint-Sulpice et Rabastens les objets de literie nécessaires à ce bataillon ; — sur la demande des commissions administratives des hospices du département tendant à obtenir, conformément aux lois des 16 vendémiaire et 20 ventôse an V, des rentes et des biens en remplacement de ceux qui possédaient ces établissements et qui ont été vendus, l'Administration décide qu'il sera procédé par experts à l'estimation des biens perdus et de ceux qui pourraient être donnés en compensation. — Le 29, l'administration municipale de Lavaur est autorisée à louer la maison appartenant à Devoisins-Lavernière pour y installer les malades, l'hospice de cette commune étant occupé par lu 1er bataillon auxiliaire. Le 7 brumaire, une somme de 1215 francs est accordée à Laclau, tailleur à Albi, pour la façon de 180 uniformes complets destinés à l'habillement des bataillons auxiliaires ; chaque uniforme se composait d'un habit, d'un gilet, de deux culottes et d'un bonnet de police. — Le 9, à la suite des tentatives d'assassinat commises contre le brigadier de gendarmerie et le commissaire du Directoire exécutif d'Alban, l’administration envoie dans cette commune trois nouvelles brigades de gendarmerie et charge Séverac, l'un de ses membres, de procéder à une enquête. — Le 10, adresse aux habitants du canton d'Alban au sujet des attentats commis sur leur territoire. — Le 11, l'Administration charge le commandant du 1er bataillon auxiliaire de désigner cent hommes qui, sous les ordres d'un officier, parcourront successivement les cantons du département dans lesquels se trouvent des conscrits ou autres militaires déserteurs. — Le 14, Soubrié, Gabriel-Michel, originaire de Cordes, ancien vicaire de Labarthe-Bleys, arrêté dans l'Aveyron, est condamné à la déportation et transféré à l'île de Ré. — Le 21, Arbeltier, Pierre, est nommé instituteur public à Murât. — Le 22, Milliau est réintégré dans ses fonctions de notaire à Montgaillard ; — transcription d'un arrêté du Directoire exécutif qui ordonne la radiation définitive sur la liste des émigrés de Bures, Henri-Marie, de Fauch. — Le 23 et le 25, l'Administration ordonne que le décret du Conseil des Anciens en date du 18 courant qui transfère le siège du Corps législatif dans la ville de Saint-Cloud, sera imprimé et affiché dans toutes les communes du département ainsi que la loi du 19 créant une Commission consulaire éxécutive en remplacement du Directoire supprimé. — Le 26, Villeneuve, François, prêtre arrêté à Alban, est transféré à l'île d'Oléron pour être déporté. — Le 29, sur la demande de l'administration municipale d'Albi, il lui est accordé à titre de prêt une somme de 1200 francs, exclusivement réservée à l'éclairage des rues.
Le 1er frimaire, l'Administration arrête que les soldats du 2e bataillon auxiliaire atteints de la gale seront traités à l'hospice d'Albi ; — Pélissier, Jean-Pierre, est nommé instituteur public à Cestayrols. — Le 3, Carayon, Antoine, originaire de Saint-Sernin (Aveyron), ancien curé de Marsal, arrêté à Albi dans une maison particulière au moment où il allait célébrer la messe, quoique sujet à la déportation, est enfermé dans la maison de réclusion du département ù cause de son âge et de ses infirmités ; — l'Administration transmet au ministre de l'Intérieur une délibération de l'administration municipale de Castres demandant l'établissement dans la commune d'un octroi dont les revenus lui sont nécessaires pour subvenir à ses dépenses et à celles de ses hospices. — Le 6, un secours est accordé aux administrations municipales de cantons auxquelles le maximum de centimes additionnels, fixé par la loi du 11 frimaire dernier, ne suffit pas pour couvrir les dépenses municipales de l'an VII. — Le 7, Cavias, homme de loi, est nommé professeur de législation à l'école centrale du département. — Le 9, procès-verbal de la prestation du serment prescrit parla loi du 25 brumaire dernier. — Le 11, Foucaud, Honoré, prêtre détenu, est autorisé à se retirer à Lautrec, dans sa famille, pour y recevoir les soins que son âge et ses infirmités exigent. — Le 12, le receveur général du département est chargé de faire recouvrer, par ses préposés, les sommes qui sont dues par les communes au département pour frais de timbre, de papier et d'impression des registres des actes de l'état civil. — Le 13, transcription d'un arrêté des Consuls nommant Favar, commissaire du gouvernement près l'administration cantonale de Puylaurens, en remplacement de Solomiac, démissionnaire. — Le 14, le nom de Fonbonne, Allodie, est définitivement maintenu sur la liste des émigrés, — Le 21, par suite de la résistance obstinée des conscrits et des réquisitionnaires des cantons de Massais, Trivisy, Alban et Montirat à se présenter aux corps auxquels ils appartiennent, des détachements sont envoyés dans ces cantons avec ordre d'arrêter ces militaires ; — liste des citoyens qui doivent remplir les fonctions de jurés pendant le trimestre de nivôse ; — transcription d'un arrêté des Consuls nommant Gouzy commissaire du gouvernement près l'administration cantonale de Rabastens en remplacement de Faure, démissionnaire. — Le 22, l'Administration arrête que la commission de Jard-Panvilliers, nommé délégué des Consuls dans la 9e division militaire dont le Tarn fait partie, sera transcrite sur le registre de ses délibérations ; — Dupeyre, receveur de l'enregistrement, est nommé notaire public à Gaillac en remplacement de Gaubil, démissionnaire. — Le 23, l'Administration fixe les heures d'ouverture du bureau de garantie des matières d'or et d'argent établi à Castres et arrête à 120 francs par an les frais de ce bureau. — Le 25, Falgayrac, médecin à Gaillac, est nommé administrateur du département à la place de Séverac, démissionnaire. — Le 26, les femmes détenues dans la prison dite de la Trésorerie sont transférées, par mesure d'économie, dans les bâtiments occupés par l'Administration centrale ; — Mazars, ancien curé de Faussergues, détenu, est autorisé sur sa demande à se retirer dans cette commune à cause de ses infirmités. — Le 29, tableau de répartition de la somme de 36095 francs accordée aux habitants du département qui ont supporté des perles antérieurement à l'an VI.
Le 5 nivôse, installation de Falgayrac, nommé administrateur ; — Guérin-Magre, ex-chanoine de Lavaur, détenu, est autorisé, sur sa demande et sur l'avis des officiers de santé, à se retirer à Castres pour y recevoir les soins que son grand âge et ses infirmités exigent. — Le 6 et le 8. Birbé, Antoine, de Lombers, Coste, François, de Cadalen, Gaubil, Jacques, d'Albi, Daurade, Charles, de Lautrec, et Séré, Louis, d'Albi, prêtres détenus, sont aussi autorisés à se retirer auprès de leurs parents pour les mêmes motifs. — Le 9, proclamation relative à la publication de la 1re partie du 6e supplément à la liste générale des émigrés. — Le 18, Banquels, Paul, est nommé notaire à Montgey en remplacement de Fontes, Jean décédé. — Le 21, l'administration muni cipale d'Albi est chargée de placer auprès des piètres détenus à l'hospice une personne exclusivement affectée à leur service. — Le 25, en exécution de l'arrêté des Consuls du 7 courant, les administrateurs du département prêtent individuellement le serment suivant : « Je promets fidélité à la Constitution. » — Le 27, sur les réclamations nombreuses présentées par les contribuables du canton de Villefranche, l'Administration charge le contrôleur des contributions directes attaché à l'arrondissement d'Albi de procéder à une enquête sur les faits d'exaction commis par les percepteurs. — Le 28, Suc, Charles, prêtre de Labruguière, est autorisé à se retirer auprès de sa famille à cause de son état de santé. — Le 29, prestation de serment de Biart, nommé directeur des contributions directes du département ; — les bacs de Saint-Sulpice sont confiés Galan à litre d'abonnement moyennant la redevance annuelle de 2550 francs.
Le 3 pluviôse, les bacs de Vielmur et d'En Taïx sont confiés aux citoyens Frézouls et Daidé sous la redevance de 300 et de 80 francs. — Le 7, l'autorisation d'exploiter les mines de houille de Carmaux est accordée à de Solages, François-Gabriel, fils unique et héritier de Solages, Gabriel, ancien concessionnaire. — Le 11, l'Administration répartit entre les cantons le contingent de 312 chevaux et mulets à fournir par le département en exécution de la loi du 4 vendémiaire dernier et fixe les conditions d'âge et de taille nécessaires à l'admission. — Le 18, le montant des impressions faites pour le compte du département pendant l'an VII par Rodière, Collasson et Baurens, imprimeurs, est arrêté à la somme de 16 682 francs, 95 centimes. — Le 19, l'Administration ordonne la mise sous scellés des meubles et effets ayant appartenu à Dumas-Bellesserre, Pierre, de Lacabarède, oncle des frères Moncamp, de Lacaune, émigrés. — Le 21, publication de la 2e partie du 6° supplément à la liste générale des émigrés. — Le 24, l'Administration arrête que les conventions verbales faites entre Bâché, Jean, administrateur municipal de Saint-Etienne, agissant en son nom, et Robert, Antoine, fabricant d'armes en cette ville, seront résiliées, les obligations qui la concernent ne pouvant être remplies faute de fonds disponibles.. — Le 28, répartition par commune de la somme de 266000 francs représentant le montant des contributions personnelles et mobilières assignées au département pour l'an VIII.
Le 2 ventôse, l'Administration renvoie devant le juge de paix de Carmaux, les citoyens Trébosc et Féniés pour être poursuivis, en exécution de la loi du 28 juillet 1791, comme coupables d'avoir pratiqué des fouilles sur le coteau dit de l'Ecuelle dépendant de la concession des mines de Carmaux ; — Daudegaud, Pierre, de Lavaur, ex-dragon du Tarn, émigré, arrêté dans cette ville, est traduit devant la commission militaire de la 9e division, à Montpellier. — Le 4, approbation de la délibération de l'administration municipale de Rabastens fixant à 50 francs le montant de l'abonnement du bac de Saint-Gery. Le 7, Costecaude, Jean-Jacques-Marie, déporté arbitrairement, est autorisé à se retirer à Rabastens. — Le 13, l'Administration approuve le supplément à la 4e liste des émigrés arrêtée le 2 prairial an VII ; — Suc. Pierre et Paul, frères, Carayon, Guillaume, et Gros, Jean-Etienne, prêtres détenus à l'hospice d'Albi, sont autorisés à se retirer dans leurs familles à cause de leurs infirmités. — Le 17 et le 18, semblables autorisations sont accordées à Soubrié, Michel, prêtre de Cordes, Cavalié, Jean-Pierre, et Carayon, Antoine. — Le 19, l'Administration arrête que tous les prêtres détenus à l'hospice ayant été élargis, la personne affectée ù leur service cessera ses fonctions. Le 23, l'Administration répartit par commune la somme de 194626 francs, 66 centimes représentant le cinquième des contributions personnelles et mobilières de l'an V et de l'an VI, accordé au département à titre de dégrèvement par la loi du 7 vendémiaire an VII à raison de 30 pour 100 de la taxe mobilière.
Le 3 germinal, transcription d'un arrêté du ministre des Finances nommant Degeorges contrôleur des contributions directes dans le département ; — l'Administration arrête les comptes de dépense présentés par diverses municipalités, relatifs aux avances faites à l'occasion de l'insurrection royaliste de thermidor dernier. — Le 6, fixation des droits de passage à percevoir par les fermiers des bacs du canton de Fiac ; — l'Administration répartit par cantons le contingent de 337 hommes assigné au département dans la levée de 30000 hommes de la classe de l'an VIII. — Le 8, Calmettes, Jean-Louis, prêtre à Graulhet, est placé sous la surveillance de l'administration municipale de cette commune. — Le 11, état nominatif des prêtres déportés en exécution des lois du 26 août 1792 et 23 avril 1793. — Le 12, afin de faciliter la levée du contingent de chevaux assigné au département, l'Administration désigne Albi, Castres, Gaillac et Lavaur, comme lieux de rassemblement. — Le 14, Prades, Jacques, et Fabre-Saint-Félix, Louis, prêtres de Labruguière, sont placés sous la surveillance de l'administration municipale de celle commune. — Le 17, annulation de la liste des prêtres déportés arrêtée le 11 courant. — Le 20, transcription d'un arrêté du premier consul nommant Lamarque, ancien législateur, préfet du département. Répertoire alphabétique des délibérations.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 172 feuillets.
L 119An V
Arrêtés de l’Administration centrale du département sur pétitions présentées d'après le mode prescrit par l'arrêté du Directoire exécutif du 21 fructidor an IV (du 8 vendémiaire au 9 prairial an V).
Table alphabétique des noms des pétitionnaires.
Dates : an V-an V
Description physique : (Registre.) — In-f°, 140 feuillets.
L 120An V-an VI
Arrêtés de l'Administration centrale du département sur pétitions, du 10 prairial an V au 15 germinal an VI. Table alphabétique des noms des pétitionnaires.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 137 feuillets.
L 121An VI
Arrêtés de l'Administration centrale du département sur pétitions, du 17 germinal au 8 fructidor an VI. Table alphabétique des noms des pétitionnaires.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 134 feuillets.
L 122An VI-an VII
Arrêtés du l’Administration centrale du département sur pétitions, du 8 fructidor an VI au 23 messidor an VII Table alphabétique des noms des pétitionnaires.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 135 feuillets.
L 123An VII-an VIII
Arrêtés de l’Administration centrale du département sur pétitions, du 24 messidor an VII au 17 germinal an VIII. Table alphabétique des noms des pétitionnaires.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 112 feuillets.
L 124An IV-an VII
Arrêtés de l'Administration centrale du département sur contributions, du 26 prairial an IV au 29 thermidor an V. Table alphabétique des arrêtés.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 129 feuillets.
L 125An V-an VI
Arrêtés de l’Administration centrale du département sur contributions, du 2 fructidor an V au 29 fructidor an VI. Table alphabétique des arrêtés.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 142 feuillets.
L 126An VI-an VII
Arrêtés de l’Administration centrale du département sur contributions, du 3e jour complémentaire an VI au 24 prairial an VII. Table alphabétique des arrêtés.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 148 feuillets.
L 127An VII-an VIII
Arrêtés de l’Administration centrale du département sur contributions, du 24 prairial an VII au 26 pluviôse an VIII. Le présent registre et les précédents renferment les arrêtés pris par l'Administration à la suite des réclamations de toute espèce présentées par les municipalités, les fonctionnaires publics ou les particuliers.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 114 feuillets.
L 128An III-an VIII
Copie des arrêtés et des délibérations du Directoire et de l’Administration centrale du département relatifs aux affaires rentrant dans les attributions du Bureau des établissements pu dites, du 7 thermidor an III au 9 germinal an VIII. Table alphabétique des décisions.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 119 feuillets.
L 129An VII-an VIII
Arrêtés de l'Administration centrale du département portant reconnaissance et liquidation des créances dues à divers particuliers soit par la République soit parles communes, du 1ergerminal an VII au 16 frimaire an VIII. Table alphabétique des décisions.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 65 feuillets.
Représentant du peuple en mission retour
L 13030 mars 1793-24 frimaire an II
Actes manuscrits (originaux et copies).
1. Arrêté des commissaires de la Convention dans l'Hérault et le Gard, Bonnier et Voulland, prescrivant l'arrestation d'un volontaire dénoncé comme ayant essayé de faire des enrôlements à Saint-Gervais pour les émigrés et ordonnant diverses mesures afin de retrouver et punir les coupables (Montpellier, 30 mars 1793).
2-3. Lettre d'envoi par les mêmes aux commissaires dans le Tarn et l'Aveyron de l'arrêté ci-dessus et d'une enquête (jointe au dossier) faite par le Directoire du district de Lodève le 29 mars.
4. Proclamation (incomplète et sans date) des commissaires de la Convention dans le Tarn et l'Aveyron au sujet de l'envoi [le 9 mars] de 82 députés dans les départements pour sauver la patrie en danger.
5. Lettre de Jean Rouyer à Chabot, à Castres : Rouyer attend à Narbonne les 1200 hommes armés que Chalot va lui envoyer, il se fait fort d'en armer et entretenir 4000 qu'il demande qu'on dirige sur Narbonne et Béziers ; il fait allusion au cuivre donné par les Tarnais et destiné à la fonte de canons ; « notre commission, ajoute-t il, a eu le même pressentiment que vous sur le général Servan... Elle a donné des ordres, depuis trois jours pour le faire arrêter... » et, à la fin : « Après-demain je serai à Narbonne pour y recevoir et y attendre vos 1200 hommes armés et les faire partir aussitôt pour Perpignan » (Béziers, 6 mai). Chabot, en mission dans le Tarn et l'Aveyron, a ajouté que toutes les recrues seraient envoyées à Narbonne et Béziers et que l'on presserait le départ des volontaires (Castres, 7 mai).
6. Lettre de Rouyer aux administrateurs du Tarn pour les « conjurer » d'organiser au plus tôt la troupe des 800 réquisitionnaires (au lieu de 4000) que Le département peut fournir et d'envoyer à Montpellier le cuivre destiné aux canons (Pézenas, 10 mai).
7. Arrêté des représentants réunis à Montpellier, Brunel, Letourneur, Rouyer, Fayau, Gaston et Leyris, autorisant le comité de salut public formé à Perpignan le 5 de ce mois à faire arrêter et interroger toutes les personnes suspectes d'incivisme, à la charge d'en rendre compte sans délai à l'administration du département » (13 mai).
8. Arrêté de Leyris, Rouyer et Brunel relatif à la composition et aux attributions du même comité du salut public (Perpignan, 8 juin).
9. Arrêté des représentants en mission à l'armée des Pyrénées, Leyris et Chaudron-Roussau, d'après lequel, en vue d'une diversion à faire dans le val d'Aran, le bataillon des chasseurs du Tarn se réunira à Castres le 23 du mois et y sera organisé par le général divisionnaire Frégeville [Henri] (Toulouse, 17 juillet).
10. Arrêté des mêmes approuvant l'ordre donné par le général commandant l'armée des Pyrénées orientales à l'adjudant général Jouve de se rendre dans les départements de l'Hérault, du Gard, du Tarn, de l'Aveyron, du Lot, de la Haute-Garonne, du Gers et de l'Ariège pour y organiser les bataillons à diriger sur Perpignan (Toulouse, 14 août).
11-12. Autre arrêté des mêmes prescrivant diverses mesures pour réprimer la contre révolution dans la région de Gaillac-Toulza, Villefranche [de Lauraguais], Rieux et donnant le commandement de la troupe à former au général Frégeville (Toulouse, 30 août), — avec une lettre de Frégeville aux administrateurs du district de Gaillac les requérant, en vertu de l'arrêté ci-dessus, de lui fournir une compagnie de 100 hommes (Toulouse, même jour).
13. Arrêté des représentants Bonnet et Fabre en mission près l'armée des Pyrénées orientales : « les citoyens doivent marcher en masse, c'est-à-dire tous » ; une première catégorie composée des jeunes gens sera armée et partira dans les 24 heures, une autre formée des hommes mariés jusqu'à 40 ans se tiendra prête à partir, la troisième dont feront partie les hommes mariés de plus de 40 ans en état, de porter les armes ne marchera que dans le cas de l'insuffisance des 2 autres classes (Perpignan, 1er septembre).
14. Arrêté des représentants près l'armée des Pyrénées, Leyris et Chaudron-Roussau, autorisant l'administration du district de Lavaur à garder, au lieu de les envoyer au parc d'artillerie de Toulouse, les armes nécessaires aux citoyens appelés à se rendre aux frontières (Toulouse, 9 septembre).
15. Arrêté des mêmes autorisant le District de Gaillac à retenir des armes dans le même but, plus 100 fusils de chasse « pour se garantir du voisinage de la forêt de Grésigne où il y a une quantité de loups et de bêtes féroces » et où pourrait se former quelque rassemblement hostile (Toulouse, 14 septembre).
16. Arrêté de Bonnet et Cassanyès, en mission près l'armée des Pyrénées orientales, relatif à l'habillement, l'équipement et le campement de l'armée (Sigean, même jour).
17. Autre arrêté des mêmes sur le même objet et fixant les quantités d'effets d'habillement a fournir par chacun des départements de l'Ariège, de l'Aude, de l'Aveyron, de la Haute-Garonne, du Gard, de l'Hérault, de la Lozère et du Tarn ; la part du Tarn se chiffre par 5500 capotes, 4000 chemises, 4000 paires de souliers, 1000 couvertures, 3000 paires de bas de laine, 1500 habits, 1500 vestes et 3000 culottes (Sigean, 20 septembre).
18. Arrêté de Fabre, Gaston et Bonnet, en mission près l'armée des Pyrénées orientales, au sujet des militaires sortis des hôpitaux et ne rejoignant pas leurs drapeaux (Perpignan, 29 septembre).
19. Lettre du représentant Bonnet, près l'armée des Pyrénées orientales, au Conseil général du Tarn, promettant de ratifier le choix de l'« agent supérieur » (payeur général) et demandant l'envoi des fourrages que le département doit fournir (Perpignan, 2 octobre).
20. Arrêté de Fabre, Bonnet et Gaston en mission près l'armée des Pyrénées orientales, enjoignant aux Conseils des départements de l'Ariège, de l'Hérault, de l'Aude et du Tarn d'envoyer à Perpignan un ingénieur ou conducteur des ponts et chaussées et 12 cantonniers pour diriger les travaux de réparation que des bataillons de la levée en masse non encore armés seront chargés d'exécuter aux routes de Fitou à Perpignan et de cette ville à la frontière (Perpignan, 13 octobre).
21. Arrêté des mêmes, relatif aux déserteurs : les citoyens compris dans la réquisition par la loi du 23 août précédent qui ne seraient pas encore partis seraient considérés comme suspects (Perpignan, 15 octobre).
22-24. Arrêté du représentant Paganel, d'après lequel les Landes, le Tarn et le Gard doivent fournir chacun 6000 setiers de blé et la Haute-Garonne 8000 pour être restitués aux magasins de l'armée des Pyrénées et à ceux de la commune de Toulouse qui en avaient fait l'avance à la ville de Bordeaux (Toulouse, 2e jour du 2e mois [23 octobre]).
25. Arrêté de Bentabole, député dans la Haute-Garonne, le Tarn, l'Ariège, l'Aude et les Pyrénées-Orientales, prescrivant des réquisitions de fourrages pour la cavalerie (Carcassonne, même jour).
26. Arrêté de Fabre et Gaston en mission à l'armée des Pyrénées orientales, déterminant que les arrêtés relatifs aux subsistances sont applicables à la viande et que chaque citoyen ne peut recevoir qu'une ration (Banyuls, 1er frimaire an II).
27. Arrêté des mêmes concernant l'embarquement des fourrages et pièces d'artillerie (Port-Vendres, 12 frimaire).
28-29. Arrêté de Bentabole, député dans plusieurs départements (ci-dessus), pour l'exécution des décrets des 17 et 28 du premier mois (8 et 19 octobre) sur une réquisition extraordinaire de chevaux : l'adjudant général Requin est nommé commandant des 2 dépôts de Toulouse et Carcassonne et prendra les mesures nécessaires (Carcassonne, 3e jour du 3e mois [23 frimaire].
30. Arrêté du même ordonnant le transfert à Toulouse, le 28 du mois, d'un dépôt de 324 chevaux qui avait été formé à Albi (Carcassonne, 4e jour du 2e mois [24 frimaire].
Description physique : (Liasse.) — 30 pièces, 7 cachets.
L 1313 nivôse-30 ventôse an II
Actes manuscrits (originaux et copies).
1-2. Lettre de Cassanyès et Gaston en mission à l'armée des Pyrénées orientales au Conseil du département du Tarn qui avait offert 4700 hommes, accompagnant un arrêté de réquisition en conséquence (3 nivôse an II) ; cette lettre est copiée à la suite de celle du Conseil aux représentants ; dans cette dernière (du 30 frimaire) il est fait allusion à la rareté des grains dans le département « épuisé » par les réquisitions des représentants du peuple ; on annonce, d'autre part, que la fonderie de boulets d'Albi va envoyer 2000 boulets. Arrêté autorisant le département à faire partir 4700 hommes (Perpignan, 3 nivôse).
3. Autre arrêté des mêmes prescrivant de faire faire par la voie de terre tous les transports destinés à l'armée des Pyrénées orientales, la voie de mer n'étant plus libre par suite de la perte de Port-Vendres et de Collioure (même jour).
4. Autre arrêté des mêmes sur le mode de transport des fourrages de Narbonne à Perpignan (Perpignan, 5 nivôse).
5. Arrêté de Paganel, en mission dans le Lot, le Lot-et-Garonne, la Haute-Garonne « et autres [départements] circonvoisins », au sujet des secours à allouer aux parents des défenseurs de la patrie (Toulouse, 21 nivôse).
6. Lettre de Paganel à l'agent national du district de Gaillac : « Que puis-je te dire que ma lettre aux agents nationaux ne t'ait déjà dit pour l'épuration des autorités constituées ?... Tu dois le rendre partout où ta présence sera nécessaire ; tu sais combien il importe de hâter l'organisation du gouvernement révolutionnaire » (Toulouse, 27 nivôse).
7. Arrêté de Paganel prescrivant à la municipalité de Lautrec de fournir à la commune de Castres 1000 quintaux de blé ou maïs (Toulouse, 28 nivôse).
8. Arrêtés de Paganel délégué dans le Tarn et l'Aveyron, ordonnant au District de Lavaur l'envoi de fusils et d'effets d'habillement et équipement au parc d'artillerie de Toulouse (Lavaur, 4 pluviôse) ;
9. Réorganisant la municipalité et le comité de surveillance de Castres (Castres, 6 pluviôse] ;
10. Enjoignant de démolir tous les châteaux forts dans le district de Castres et de raser au niveau des combles les tours et tourelles des autres châteaux (même jour) ;
11. Prescrivant la mise en liberté de personnes portées sur un tableau et le maintien provisoire de quelques autres en état d'arrestation (Castres, 8 pluviôse) ;
12. Ordonnant la démolition des châteaux forts (comme ci-dessus) dans les districts d'Albi et de Gaillac (Albi et Gaillac, 11 pluviôse) ;
13. Réorganisant le personnel administratif et celui des comités de surveillance de Gaillac (district et commune), Rabastens, Coufouleux, Lisle, Cordes, Les Cabannes, Cestayrols, Vindrac, Bournazel et Labarthe-Bleys (Gaillac, 13 pluviôse) ;
14. Autorisant le transport de 66 sacs de millet de Puylaurens à Castres (Toulouse, 18 pluviôse).
15. Arrêté de Beauchamp, délégué près l'armée des Pyrénées orientales, ordonnant l'envoi à Castres de chevaux de dépôt d'Auch (Toulouse, 19 pluviôse).
16. Arrêtés de Paganel portant que le département du Tarn tiendra à la disposition des préposés aux subsistances militaires le produit déjà emmagasiné des réquisitions antérieures (Toulouse, 21 pluviôse) ;
17. Épuration des autorités constituées du district de Castres (district) et des municipalités de Sorèze, Dourgne, Saint-Amans-Labastide, Saint-Amans-Valtoret, Labruguière, Mazamet et Roquecourbe (Toulouse, 22 pluviôse) ;
18. Annulant la nomination de Couchet, de Castres, et de Lugan, d'Albi, comme administrateurs du département et les remplaçant par Gineste, de Castres, et Toulza, de Rabastens ; maintenant, d'autre part, en réclusion tous les membres de l'ancienne administration qui sont encore détenus (même jour) ;
19. Autorisant le régisseur des hôpitaux, Saincère, à mettre en réquisition et acheter dans le Tarn 2000setiers de blé (Toulouse, 23 pluviôse) ;
20. Permettant aux agents nationaux des districts du Tarn et de l'Aveyron de prendre pour leur usage dans les dépôts de ces départements chacun 2 chevaux impropres au service de l'armée (Albi, 24 pluviôse) ;
21. Portant la suite de l'épuration des autorités du district de Gaillac (même jour) ;
22. Prescrivant au District de Gaillac de tenir 15000 quintaux de grains et à celui de Lavaur 25000 à la disposition des représentants en séance à Bordeaux, attendu que « la famine promène ses ravages sur le département du Bec-d'Ambez » (Millau, 30 pluviôse).
23. Lettres de Paganel, délégué dans le Tarn et l'Aveyron, à l'agent national du district de Gaillac annonçant l'envoi d'un arrêté du comité de salut public relatif aux jeunes gens de la première réquisition qui doivent être rendus à l'agriculture (Rodez, 2 ventôse) ;
24. À l'agent national du district d'Albi pour lui demander quelles mesures ont été prises en vue de l'extraction du salpêtre (même jour).
25. Arrêtés du même représentant portant que les administrations des districts du Tarn et de l'Aveyron lui adresseront dans le plus bref délai les états de recouvrement de la taxe de guerre et des diverses contributions extraordinaires, une estimation des bijoux et autres objets précieux saisis au profit de la République (Rodez, 4 ventôse) ;
26. Allouant un secours de 400 livres sur la taxe de guerre à Jacques Desprats, grièvement blessé dans l'expédition commandée par le District de Lavaur contre la commune de Cambon « qui s'était mise en état de révolte » (Villefranche, Aveyron, 6 ventôse),
26. Substituant le citoyen Cambefort dit Bellegarde au citoyen Miolan comme administrateur du district de Lavaur (même jour) ;
27. Remplaçant Martin par Carayon comme commissaire national près le tribunal du district de Castres (Villefranche, 7 ventôse) ;
28-29 félicitant les bons citoyens de Gaillac, Lisle et Rabastens de leur empressement à arrêter « les mouvements insurrectifs des habitants de quelques municipalités ayant pris pour mot de ralliement La religion et du pain ! », — chargeant le tribunal de Gaillac d'informer et l'investissant à cet effet des attributions des tribunaux criminels, ordonnant l'enlèvement des cloches qui ont donné le signal de la révolte, la démolition de leurs clochers, l’arrestation des prêtres des communes coupables et leur réclusion dans la maison des Carmélites de Toulouse (Toulouse, 11 ventôse) ;
30. Requérant le commandant du 9e bataillon du Lot, cantonné à Albi, d'envoyer immédiatement 200 hommes à Gaillac afin d'aider l'administration de ce district à maintenir l'ordre (même jour).
31. Lettre écrite par Paganel à l'administration de ce district, qu'il autorise à examiner le cas des rebelles prisonniers, à les relâcher ou à les traduire devant le tribunal (Toulouse, 12 ventôse).
32. Arrêté de Beauchamp, délégué près l'armée des Pyrénées orientales, prescrivant l'envoi à Revel de chevaux du dépôt de Carcassonne (Carcassonne, 12 ventôse).
33-34. Arrêté de Paganel portant que les prêtres ayant continué leurs fonctions religieuses sont destitués de toute fonction publique (Toulouse, 13 ventôse).
35. Arrrêtés de Beauchamp autorisant un officier du 14e régiment de chasseurs à prendre livraison, à Castres, d'effets de harnachement (Carcassonne, 15 ventôse) ;
36. Autorisant le garde magasin de la place de Castres à loger des fourrages dans la cathédrale, « comme mesure de salut public, sauf à eux (les patriotes) à la réclamera la paix pour lui rendre sa destination » (Castres, 29 ventôse).
37. Lettre de Soubrany et Milhaud aux administrateurs du district de Gaillac pour les rassurer au sujet des réquisitions de grains (Perpignan, 30 ventôse).
38. Lettre de Paganel à Campmas, administrateur du département, lui annonçant que les réquisitions dans le Tarn seront limitées à 60 à 70000 quintaux de grains (Paris, même jour).
Description physique : (Liasse.) — 38 pièces, 19 cachets.
L 1324 germinal an II-22 brumaire an III
Actes manuscrits (originaux et copies).
1. Lettre d'envoi d'un arrêté de Beauchamp, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, relatif à la remise dans les dépôts publics de tous les sabres d'au moins 30 pouces de lame, conformément à une loi du 16 ventôse. (La lettre est signée par Ressigeac « adjoint » à J. Beauchamp, Toulouse, 4 germinal an II).
2. Arrêté de Beauchamp interdisant à tout ci-devant prêtre de servir dans la cavalerie légère et les dépôts de cavalerie de l'armée des Pyrénées orientales (Toulouse, 7 germinal).
3-4. Lettres de Bo, délégué dans le Cantal, le Lot, le Tarn et l'Aveyron, aux administrateurs du district de Gaillac et à ceux du département les requérant de fournir des subsistances à l'Aveyron et autorisant de réduire d'un tiers la quantité de 7000 quintaux de blé destinés à l'armée ; « des mouvements séditieux qui viennent de se manifester dans le district de Figeac suspendent un moment (son) départ pour Castres » (Figeac, 8 germinal).
5. Autre lettre du même au District de Gaillac, insistant sur la nécessité des secours en subsistances à envoyer aux districts de l'Aveyron : « la plupart sont réduits à 4 onces de pain, à du gland et à quelques racines sèches de fougère... Je me rendrai à Gaillac le 16 » (Figeac, 12 germinal).
6. Arrêtés de Bo portant que tous les prêtres salariés ou pensionnés par la République ayant ou non abdiqué leurs fondions devront se rendre dans les 24 heures dans les chefs-lieux de leurs districts, à l'exception des prêtres mariés ou exerçant des fonctions administratives ou judiciaires (Gaillac, 16 germinal) ;
7. Ordonnant un nouveau recensement des grains dans le Tarn (Gaillac, 17 germinal) ;
8. Fixant au poids de 25 livres par mois la quantité maxima de blé à fournir à chaque habitant de Tarn (même jour) ;
9-10. Nommant Viala agent national du district de Gaillac en remplacement de Plasse (Gaillac, 18 germinal) ;
11. Prescrivant l'arrestation de toutes les ci-devant religieuses qui ne se seraient pas conformées aux dispositions de la loi du 9 nivôse (Lavaur, 20 germinal) ;
12. Autorisant le District de Lavaur à faire des achats de vin et de bestiaux, à prendre dans la Grésigne le tan nécessaire aux tanneries établies dans son ressort pour le service des armées (même jour) ;
13. Complétant l'épuration des municipalités du district de Castres (Castres, 22 germinal).
14. Arrêté de Soubrany et Milhaud, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, ordonnant la mise en liberté des agents nationaux détenus pour n'avoir pas fourni en temps voulu des charrettes requises (Nyls, 25 germinal).
15. Arrêté de Bo d'après lequel les prêtres mariés jouiront de la liberté comme tous citoyens, de même ceux qui se marieraient ; quant à ceux que leur âge ou leurs infirmités empêchent de résider au chef-lieu du district, ils pourront se retirer ailleurs en fournissant 4 cautions jouissant ensemble de propriétés foncières d'une valeur de 40000 livres (Castres, 30 germinal).
16. Lettre de Bo à l'agent national du district de Gaillac : Duverdier, ci-devant curé de Tonnac, doit se retirer dans le chef-lieu du district de Mur-de-Barrez (Castres, 1er floréal).
17. Arrêté de Châteauneuf-Randon, délégué à l'armée des Pyrénées orientales et occidentales pour l'embrigadement, prescrivant d'envoyer dans des camps d'instruction à Montpellier, Carcassonne et Toulouse la première classe de réquisitionnaires (Montpellier, 3 floréal).
18. Arrêtés de Bo suspendant le citoyen Gineste de ses fonctions d'administrateur du département (Castres, 7 floréal) ;
19-20. Nommant agent national de la commune de Lautrec le citoyen Hormière, lieutenant-colonel, retiré à raison de ses blessures (Castres, 8 floréal) ;
21. Déléguant deux personnes pour s'occuper du recensement des grains dans le district de Gaillac, vu la « négligence coupable » des administrateurs (même jour).
22. Note du même adressée à l'agent national du district de Castres afin d'autoriser un ex-prêtre à s'absenter du chef-lieu « pour arrêter son projet de mariage » (même jour).
23. Autres arrêtés de Bo ordonnant au District de Lavaur de fournir 20000 quintaux de grain (moitié blé, moitié seigle, méteil etc. ) au département de l'Aveyron et 5000 quintaux à celui de la Lozère (Castres, 11 floréal) ;
24-25. Prescrivant un nouveau recensement des grains dans le district de Gaillac (même jour), avec une lettre de blâme pour les administrateurs ;
26. Leur ordonnant de tenir à la disposition du département de la Lozère 8000 quintaux de grains, sans compter les 3500 quintaux, 60 livres à fournir au district d'Albi en complément de la quantité de 9000 quintaux requis par les administrateurs du Tarn (même jour) ;
27. Nommant Fos-Laborde, administrateur du district de Gaillac, Plasse père juge et Plasse fils aîné membre du comité de surveillance du dit district (Cordes, 15 floréal).
28. Arrêté de Milhaud et Soubrany, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, confirmant une réquisition de fourrages du 11 germinal (« A Argelès durant le siège de Collioure », 20 floréal).
29. Arrêtés de Bo révoquant le maire de Brasis (Lavaur 1er prairial) ;
30-31. Ordonnant aux administrateurs du Tarn de tenir à la disposition de la Lozère et de l'Aveyron 30000 quintaux des premiers seigles qui se couperont, dont les 2 tiers pour l'Aveyron : les districts d'Albi et Castres fourniront chacun 6000 quintaux, celui de Gaillac 10000, celui de Lavaur 8000 (Albi, 3 prairial).
32. Arrêtés de Milhaud autorisant la municipalité de Sorèze à conserver les grains qui lui restent pour la subsistance des habitants (Perpignan, 12 prairial) ;
33. De Soubrany et Milhaud ajournant une réquisition de grains dans la même commune (Au quartier général du Boulou, 14 prairial) ;
34. De Milhaud prescrivant des recensements de fourrages, chevaux, mulets et bétail employé à l'agriculture (même lieu, 24 prairial) ;
35. Enjoignant aux agents nationaux de faire dépiquer et vaner les grains dès leur récolte et les faire porter sans délai dans les magasins militaires, en laissant aux propriétaires et cultivateurs la quantité nécessaire à leur subsistance durant un mois (même jour) ;
36. De Milhaud et Soubrany chargeant le citoyen Gourlier, directeur général des charrois militaires, de la fourniture des charrettes (même lieu, 29 prairial).
37. Arrêté des mêmes, d'après lequel les départements de l'Aude, de l'Hérault et du Gard approvisionneront l'armée des Pyrénées orientales de 300000 quintaux de grains, dont 3 quarts de froment et un quart de seigle ou orge. (Au quartier général du Boulou, 7 messidor) ;
38. Arrêté de Soubrany confirmant le droit de réquisition du directeur général des transports militaires (même lieu, 9 messidor).
39. Arrêtés de Garreau et Baudot, délégués à l'armée des Pyrénées occidentales, pour prévenir l'abus des certificats de maladie des militaires (« Chauvindragon ») (St-Jean de Luz) 8 vendémiaire et Subery ( ? ) 22 brumaire an III).
40. Arrêté de Mallarmé, délégué dans les départements d'Agen et de la Haute-Garonne, ordonnant la mise en liberté de plusieurs détenus du district de Revel, extrait concernant l'ex-noble Jacob Bonvilar, de Caraman (Toulouse, 7 brumaire).
41. Arrêtés de Delbrel, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, prescrivant un recensement des moyens de transport ainsi que des grains et fourrages de la nouvelle récolte (Narbonne, 10 brumaire) ;
42. Envoyant deux généraux de bribade dans les départements de l'Aude, de la Haute-Garonne, du Tarn et de l'Ariège pour presser les réquisitions de grains et fourrages destinés à l'armée (Narbonne, 22 brumaire).
Description physique : (Liasse.) — 42 pièces, 18 cachets.
L 13330 brumaire-39 pluviôse an III
Actes manuscrits (copies).
Arrêtés de Bouillerot, Mallarmé et Collombel, délégués dans les départements du Tarn, du Gers et de la Haute-Garonne, ordonnant la mise en liberté de personnes détenues dans la maison de sûreté de Lavaur, parmi lesquelles plusieurs membres des familles Daguilhon et de Ranchin, Auguste Dupuy-Monbrun, Félicie de Voisins. Jusqu'au 17 nivôse inclusivement ces arrêtés sont pris à Toulouse, l'un, du 19 nivôse, est daté de Lavaur, ceux des 20-23 nivôse de Castres, le dernier, du 29 pluviôse, de Toulouse. Ils sont signés par Rouillerot et Mallarmé jusqu'au 20 nivôse, par Mallarmé seul le 23 nivôse, par Collombel, de la Meurthe, le 29 pluviôse.
Description physique : (Registre.) — In-f°, 20 feuillets.
L 13410 frimaire an III-25 frimaire an VIII
Actes manuscrits (originaux et copies).
1. Arrêtés de Mallarmé et Bouillerot, délégués dans le Tarn, le Gers et la Haute-Garonne, approuvant des mesuses proposées par le District de Castres contre les prêtres réfractaires et ordonnant leur application dans le district de Saint-Pons (Toulouse, 10 frimaire an III) ;
2. Ne permettant pas que le District de Lavaur fournisse à celui de Castres une certaine quantité de grains provenant du fermage des biens nationaux au détriment des réquisitions pour les armées (Toulouse, 14 frimaire) ;
3. De Mallarmé invitant les administrateurs du district et le comité de surveillance de Lavaur à donner leurs avis sur des pétitions (Toulouse, 16 frimaire).
4. Lettre de Mallarmé et Bouillerot annonçant à l'agent national du district de Gaillac l'envoi d'arrêtés imprimés concernant la société populaire de Toulouse et la destitution de Descombels et Groussac (Toulouse, 18 frimaire, cf. L. 137).
5-6. Arrêté de Delbrel, Projean, Vidal et Goupilleau, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, modifiant un arrêté du 10 brumaire relatif au recensement des grains dans chaque district (Figuières, 22 frimaire).
7. Arrêté de Bouillerot et Mallarmé d'après lequel les officiers espagnols prisonniers de guerre par suite de la capitulation du fort de Figuières seront traités à Toulouse et ailleurs avec des égards tout particuliers (Toulouse, 25 frimaire).
8. Lettre de Delbrel, Projean, Goupilleau et Vidal aux commissaires chargés du recrutement dans le Tarn, leur donnant diverses instructions à ce sujet (Figuières, 7 nivôse).
9. Arrêtés de Mallarmé portant épuration des autorités et comité de surveillance du district d'Albi et motivé par cette considération que « l'on ne jouirait pas pleinement du bienfait de la journée du 9 thermidor... Si les autorités constituées renfermaient encore des hommes ou flétris par l'opinian publique ou dénués de l'intelligence requise pour remplir dignement leurs fonctions » (Castres, 24 nivôse) ;
10-11. De Mallarmé et Bouillerot requérant des renseignements sur plusieurs membres du comité révolutionnaire de Castres qui viennent d'être arrêtés (Castres, 26 nivôse).
12. Proclamation des mêmes contre « le règne épouvantable de la Terreur », rappelant ce qu'ils ont fait pour assurer aux populations la jouissance du bienfait de la journée mémorable du 9 thermidor et annonçant leur prochain départ pour le Gers (Castres, 27 nivôse).
13. Arrêtés de Bouillerot autorisant le district de Lavaur à faire payer à la femme d'un gendarme la valeur d'une jument (Lavaur, 29 nivôse) ;
14. Nommant plusieurs membres du corps judiciaire, du directoire du district et du conseil de la commune de Lavaur (même jour).
15. Arrêté de Goupilleau, Vidal et Delbrel autorisant un employé à l'atelier d'armes de Castres à y travailler jusqu'à nouvel ordre (Figuières, même jour).
16. Arrêté de Mallarmé, toujours délégué dans le Tarn, le Gers et la Haute-Garonne, portant nominations au tribunal de district, au directoire et à la municipalité de Lavaur (Toulouse, 19 pluviôse).
17. Arrêtés de Collombel, délégué dans le Tarn, le Gers et la Haute-Garonne, nommant plusieurs fonctionnaires du tribunal et de l'administration du district, de la justice de paix de Castres (Castres, 17 ventôse) ;
18. Établissant que les fonctionnaires du dit district frappés par un arrêté d'épuration du 26 nivôse ne doivent être considérés comme destitués ou suspendus que s'ils ont été et sont encore arrêtés (même jour).
19-20. Arrêté de Projean, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, en faveur d'un voiturier de Castres, dont le matériel est employé à un service public (Castres, 23 ventôse) et lettre d'envoi à l'agent national du district (même jour).
21. Arrêtés de Collombel nommant un membre du bureau de conciliation de Castres (Castres, même jour) ;
22. Autorisant l'agent national du district de Castres à s'absenter pendant 2 décades (Castres, 24 ventôse) ;
23. Affirmant que les membres du conseil général de la commune de Puylaurens qui ont été remplacés ne tombent pas sous le coup de la loi qui a prescrit la surveillance des fonctionnaires destitués depuis le 9 thermidor (Lavaur, 28 ventôse) ;
24. Portant nominations dans le personnel administratif du district et de la commune, dans le personnel judiciaire du district et la justice de paix de Lavaur (Lavaur, 29 ventôse).
25-26. Arrêté de Projean, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, prescrivant de vendre 8 charrettes fabriquées par les soins de l'administration du district de Lavaur pour payer les ouvriers qui ont également travaillé à la confection de 3 autres envoyées à Narbonne (Toulouse, 1er germinal), avec lettre d'envoi à l'agent national du district (même jour).
27. Lettre d'envoi par Collombel à l'agent national du district de Castres d'une proclamation (Saint-Gaudens, 21 germinal).
28. Arrêté de Collombel nommant le citoyen Beusinac président du Conseil du district de Lavaur (Toulouse, 8 floréal).
29. Arrêté de Lacombe, délégué « pour activer et surveiller la réparation des routes », ordonnant au Directoire du district de Gaillac de faire payer 6000 livres à son secrétaire « pour subvenir aux dépenses de sa mission » (Gaillac, 11 floréal).
30. Lettre d'envoi d'une proclamation, adressée au procureur général syndic du Tarn par Laurence, délégué dans le Gers, le Tarn et la Haute-Garonne (Toulouse, 26 floréal).
31. Arrêté du même prescrivant de désarmer les individus portés sur une liste dressée par le conseil général de la commune de Castres, pour avoir participé « aux horreurs commises sous la tyrannie » (Toulouse, 24 prairial).
32.Arrêté du même chargeant le directoire du district d'Albi de procéder à des désarmements s'il le juge utile, vu « les événements qui ont eu lieu dans la commune d'Albi le 28 prairial dernier ». (Toulouse, 5 messidor).
33. Lettre de Pelet, de la Lozère, délégué à l'armée des Pyrénées orientales annonçant l'envoi d'un arrêté déterminant les mesures à prendre pour forcer le départ des déserteurs et des citoyens soumis à la réquisition (Figuières, 5 messidor).
34. Lettre de Clauzel au procureur-général-syndic du Tarn à qui il adresse des états de déserteurs à rechercher (Figuières, 28 messidor).
35. Arrêté de Laurence, toujours délégué dans le Tarn, le Gers et la Haute-Garonne, étendant à toutes les communes du district de Lavaur un arrêté du Directoire de ce district, du 15 prairial, qui prescrivait le désarmement des « terroristes » (Toulouse, 30 messidor).
36. Lettres de Clauzel, délégué à l'armée des Pyrénées orientales et dans les départements de la Haute-Garonne et du Tarn, au procureur général syndic du Tarn afin qu'il assure l'exécution d'un décret de la Convention contre les parents et alliés d'émigrés, les prêtres insermentés ou ayant rétracté leur serment qui rempliraient des fonctions administratives ou judiciaires (Toulouse, 8 vendémiaire an IV) ;
37. Autorisant les administrations de procéder, en son absence, au remplacement des fonctionnaires destitués (Toulouse, 15 vendémiaire).
38. Arrêtés du même enjoignant à l'administration du département du Tarn de terminer l'organisation de ses municipalités et des tribunaux de paix (même jour) ;
39. Nommant des officiers municipaux et des notables de la commune de Péchaudier (même jour).
40-43. — Arrêtés de Jard-Panvillier, délégué des Consuls dans les départements formant la 9e division militaire, qui nomment plusieurs administrateurs municipaux et commissaires du gouvernement près ces administrations et un administrateur du département ; ce dernier est Falgairac, médecin à Gaillac, remplaçant Séverac, parmi les autres Chaffary à la place de Campmas, commissaire du gouvernement près l'administration municipale d'Albi (Albi, 25 frimaire an VIII).
Description physique : (Liasse.) — 43 pièces, 18 cachets.
L 13526 mars 1793-26 nivôse an II
Actes imprimés.
1-2. Arrêté des commissaires de la Convention dans le Tarn et l'Aveyron, Chabot et Bo, établissant sur les personnes suspectes une taxe pour pourvoir aux besoins des familles des volontaires durant leur absence (Castres, 26 mars 1793), avec des instructions du directoire du département du Tarn (29 mars 1793).
3. Arrêté des représentants Espert et Projean, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, ordonnant aux commandants de troupes (dont le 3e bataillon du Tarn) qui doivent se rendre à Perpignan d'accélérer leur marche (Perpignan, 27 juillet).
4. Arrêté de Leyris, délégué à l'armée des Pyrénées, prescrivant à l'administration du département du Tarn de procéder à l'organisation d'un bataillon de chasseurs (Toulouse, 6 août), avec un arrêté pris dans ce sens par le Conseil du département (9 août).
5-6. Arrêtés de Bonnet et Fabre, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, contre les déserteurs (Perpignan, 12 et 15 août).
7-11. Arrêté de Leyris et Chaudron-Roussau, délégués à l'armée des Pyrénées, portant réquisition de 12000 hommes à fournir par les 19 départements de leur arrondissement (Toulouse, 13 août), avec une réquisition adressée au département du Tarn par l'adjudant-général Pascal Dubreil et le commissaire général Hion (Toulouse, 22 août), une lettre de l'adjudant-général Jouve aux administrateurs du Tarn leur faisant connaître qu'ils ont à fournir 900 hommes pour la défense des Pyrénées orientales et leur envoyant une copie de l'arrêté de Leyris et Chaudron-Roussau (Toulouse, 14 août) confirmant sa mission de recrutement ; plus une délibération du Conseil général du Tarn en permanence contenant des instructions pour les levées de 444 hommes destinés au « corps de 12000 hommes d'élite « , de 900 autres appelés à renforcer l'armée des Pyrénées orientales et de 50 cavaliers pour le corps des dragons volontaires du Tarn devant compléter le contingent de cavalerie assigné au département par une loi du 27 juin précédent (29 août). — Arrêtés de Bonnet et Fabre, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, portent réquisition de fourrages (Perpignan, 30 août) ;
13-14. Nommant ou chargeant les sociétés populaires de nommer dans chaque district un commissaire pour exhorter les citoyens à prendre les armes contre l'invasion espagnole, de prélever dans chaque commune un setier de blé en farine et de diriger les volontaires sur Narbonne (Perpignan, 31 août).
15. Arrêté des mêmes relatif à la levée en masse (Perpignan, 1er septembre, cf. L. 130).
16. Arrêté de Leyris et Chaudron-Roussau confirmant les dispositions d'un arrêté antérieur concernant la levée de 12000 hommes et l'application de la loi du 23 août sur la levée en masse (Toulouse, 3 septembre).
17-18. Arrêtés de Bonnet, délégué à l'armée des Pyrénées orientales prescrivant une vérification des déclarations des propriétaires du Tarn relatives aux fourrages et avoines (Narbonne, 9 septembre) ;
19-20. Ordonnant des visites domiciliaires pour connaître le nombre des fusils, sabres et pistolets des particuliers (Sigean, 12 septembre) ;
21-23. De Bonnet et Cassanyès mettant en réquisition tous les tailleurs et cordonniers de la division militaire (Sigean, 14 septembre) ; 24-27. Répartissant entre les départements les vêtements et autres effets à fournir (Sigean, 20 septembre, cf. L. 130). 28. Arrêté de Fabre, Bonnet, Gaston et Cassanyès, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, déterminant les quantités de grains et fourrages susceptibles d'être requises de chaque propriétaire (Perpignan, 24 septembre).
29. Arrêtés de Fabre, Bonnet et Gaston, ordonnant la formation de comités pour examiner les motifs d'exemption des hommes tombant sous le coup de la loi du 23 août (Perpignan, 2 octobre) ; — 30. Interdisant le mélange pour les rations de chevaux de l'avoine, de l'orge et autres grains et son qui seront distribués séparément (Perpignan, 6 octobre) ;
31. Prescrivant l'arrestation des père et mère et des receleurs des déserteurs (Perpignan, 15 octobre) ; — 32. De Gaston et Fabre approuvant les mesures prises par le Conseil du département du Tarn pour la levée d'un bataillon dit Le Vengeur (Banyuls-les-astres, 21 octobre).
33-34. Arrêté de Fabre, Bonnet, Gaston et Cassanyès mettant en réquisition tous les bestiaux de la division militaire (Perpignan, 4e jour du 2e mois [4 brumaire] an II) ;
35-36. De Gaston enjoignant d'arrêter tous les déserteurs (Banyuls, 12e jour du 2e mois [12 brumaire]) ;
37-40. De Fabre, et Gaston mettant en réquisition les fabricants de bas et de couvertures de laine qui ne travailleront jusqu'à nouvel ordre que pour le compte de la République (Banyuls, 13e jour du 2e mois [13 brumaire]).
41. De Cassanyès autorisant le commissaire ordonnateur du parc d'artillerie de Toulouse de prendre les fers et cuivres trouvés dans les maisons des émigrés et les aristocrates reclus et de requérir le papier pour cartouches, le bois pour charronnage et autres objets nécessaires à l'armée (Toulouse, 27 brumaire).
42. Arrêté de Paganel, délégué dans les départements du Lot, Lot-et-Garonne, Haute-Garonne « et autres circonvoisins », d'après lequel tous rouliers et charretiers employés aux transports militaires recevront l'étape en fourrages sur le pied de ceux de l'artillerie et des charrois (Toulouse, 19 nivôse).
43. Lettre de Beauvais, représentant du peuple près l'armée d'Italie, aux administrateurs du Tarn pour leur exprimer sa reconnaissance de la formation du bataillon Le Vengeur destiné à venger sa mort (Marseille, 19 nivôse).
44. Discours prononcé au nom de Charles-Nicolas Beauvais quand il passa la revue du bataillon Le Vengeur le 23 nivôse, par le citoyen Devoisins.
45. Arrêté de Paganel, délégué dans le Lot, le Lot-et-Garonne, la Haute-Garonne et départements voisins, autorisant la réquisition de tous ouvriers nécessaires au parc d'artillerie de Toulouse (Toulouse, 24 nivôse).
46-47. Arrêté de Beauchamp, délégué à l'armée des Pyrénées orientales par le décret du 22 frimaire, enjoignant au commissaire ordonnateur en chef de lui rendre compte dans 10 jours des mesures prises par lui pour l'utilisation par la cavalerie des chevaux inutiles à l'infanterie (Carcassonne, 26 nivôse).
Description physique : (Liasse.) — 47 pièces, moyen format.
L 1364 pluviôse an II-11 brumaire an III
Actes imprimés.
1. Arrêtés de Paganel, délégué dans le Tarn et l'Aveyron, épurant les autorités constituées du district (district et communes) de Lavaur (Lavaur, 4 pluviôse an II) ;
2. Ordonnant l'établissement dans chaque commune de greniers publics dans lesquels tous les citoyens seront tenus de verser leurs provisions en grains et farines servant à la fabrication du pain (Castres, 6 et 7 pluviôse).
3. Arrêté de Dartigoeyte, délégué dans le Gers et la Haute-Garonne, enjoignant aux entrepreneurs des étapes et convois militaires de continuer provisoirement leurs fournitures (Toulouse, 11 pluviôse), suivi d'un arrêté de Soubrany et Milhaud, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, appliquant les dispositions ci-dessus à tous les départements de la division militaire (Perpignan, 16 pluviôse).
4. Discours prononcé par Bo, délégué dans le Cantal, le Lot, le Tarn et l'Aveyron, à la séance de la société populaire d'Aurillac le 13 pluviôse.
5. Lettre d'envoi d'un arrêté pour la levée d'une charrette par canton, adressée par Soubrany et Milhaud à l'agent national du district de Lavaur (Perpignan, 13 pluviôse).
6. Discours prononcé par Paganel dans le temple de la Raison [de Toulouse] le 20 pluviôse.
7. Ordre donné par Ysabeau, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, avec approbation de Soubrany et Milhaud, au commissaire du comité des subsistances de Bordeaux de se rendre dans les districts de Gaillac et Lavaur pour y prendre les 40000 quintaux de grains requis par Paganel (Bordeaux, 11 ventôse).
8. Arrêté de Paganel contre les prêtres occupant des fonctions publiques (Toulouse, 13 ventôse, cf. L. 131).
9. Lettre du même aux autorités et sociétés populaires du Tarn et de l'Aveyron pour leur apprendre que la République a été sauvée de la conspiration hébertiste (Paris, 28 ventôse).
10-13. Arrêté de Bo, délégué dans le Lot et le Cantal « et provisoirement chargé du Tarn et de l'Aveyron », contre le clergé constitutionnel (Gaillac, 16 germinal, cf. L. 132).
14. Arrêté de Chaudron-Roussau, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, ordonnant la mise en liberté des agents nationaux arrêtés pour cause de retard dans l'arrivée des charrettes requises pour l'armée (Carcassonne, 5 floréal).
15. Lettre de Paganel à Rome, membre de la société populaire [de Toulouse], au sujet de cette société et de la suppression du tribunal révolutionnaire de Toulouse (Paris, 15 floréal).
16. Arrêtés de Milhaud, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, prescrivant l'exécution d'un arrêté de Vernères, délégué dans l'Allier et la Creuse (Moulins, 6 floréal), qui porte un règlement des étapes (Perpignan, 22 prairial) ;
17-18. Ordonnant le recensement des fourrages dans chaque commune (Au quartier général du Boulou, 24 prairial) ;
19. Au sujet des récoltes des céréales (même jour, cf. L. 132) ;
20. De Milhaud et Soubrany enjoignant à tous fabricants de salpêtre de verser leur salpêtre à la fabrique des poudres près Perpignan (Perpignan, 26 prairial).
21. Lettre circulaire des mêmes aux Districts et municipalités de la division militaire afin d'en obtenir une meilleure exécution des arrêtés relatifs aux transports (Au quartier général du Boulou, 6 thermidor).
22. Lettre adressée au District de Gaillac par le chef de bataillon Dumeny, revêtu de pouvoirs par le représentant Niou, chargé de l'inspection des ports et arsenaux de La Montagne, Lorient et Rochefort, pour que le chanvre de la nouvelle récolte soit réservé à la marine (Rochefort, 25 fructidor).
23. Arrêté de Delbrel, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, portant réquisition de bêtes de trait et véhicules, de grains et de fourrages (Perpignan, 27 fructidor).
24-25. Arrêté de Mallarmé, délégué dans le Gers et la Haute-Garonne, faisant suite à une proclamation contre le fanatisme et l'idolâtrie : dans les 24 heures tous les édifices cultuels autres que les principales églises seront démolis « de fond en comble » ; on réunira pour les brûler les statues qui s'y trouveront ; toutes les croix seront supprimées dans une décade, même celles qui marquent « la sépulture des citoyens » ; tous les ci-devant prêtres se rendront dans les 3 jours au chef-lieu de leur district où ils seront sous la surveillance du comité révolutionnaire ; les prêtres mariés, veufs avec enfants ou qui se marieraient résideront où ils voudront ; tous les presbytères seront fermés dans la décade et loués ; quiconque solennisera les fêtes et dimanches en ne travaillant pas ou « par l'affectation d'un costume spécial » sera incarcéré ; il ne sera toléré d'autres réunions que celles des autorités constituées et des sociétés populaires ; tous les citoyens et citoyennes doivent porter la cocarde tricolore ; la gendarmerie remettra aux agents nationaux des districts les procès-verbaux dressés pour infraction aux diverses dispositions de cet arrêté (Toulouse, 14 vendémiaire an III) ; application au département du Tarn du dit arrêté par Mallarmé et Bouillerot, délégués dans le Tarn, le Gers et la Haute-Garonne (même jour).
26-27. Arrêté de Goupilleau, délégué dans les départements de Vaucluse, Gard, Hérault et Aveyron, confirmant la destitution du maire et de l'agent national de Montagne-sur-Sorgues (St-Affrique), « agents de l'infâme Robespierre » (Montagne-sur-Sorgues, 24 vendémiaire).
28. Arrêtés de Niou, chargé de l'inspection des ports et arsenaux, portant réquisitions de chanvres pour la marine (Nantes, 24 vendémiaire et Rochefort, 11 brumaire).
29. Arrêté de Delbrel, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, d'après lequel les agents nationaux de district mandés à Narbonne le 5 brumaire seront remboursés des frais de leur voyage (Narbonne, 10 brumaire) ;
30. Prescrivant des recensements des moyens de transport et des grains et fourrages de la nouvelle récolte (même jour) ;
31. Ordonnant l'envoi au quartier général du Boulou de chevaux, mulets et charrettes, suivant un tableau de répartition ; les districts du Tarn doivent fournir 322 chevaux : Castres 30, Albi 12, Gaillac 150, Lavaur 40, Lacaune 70 (même jour) ;
32. Mettant en réquisition tous les pruneaux du Tarn, de l'Aveyron et de l'Hérault pour les hôpitaux militaires (Narbonne, 11 brumaire) ;
33-34. Chargeant les administrations et les agents nationaux des districts de fournir le bois et les poêles nécessaires aux dits hôpitaux (même jour).
Description physique : (Liasse.) — 34 pièces, moyen et petit formats.
L 1372 frimaire-16 messidor an III
Actes imprimés.
1. Proclamation de Mallarmé et Bouillerot, délégués dans le Gers, le Tarn et la Haute-Garonne, adressée aux habitants du Tarn : « Des forfaits viennent de se commettre au milieu de vous ; une multitude armée a tenté de soustraire à la vindicte publique de grands coupables ; des mains barbares ont attenté à la vie de ceux qui prêtaient force à la loi ; elles ont fait périr un de nos frères d'armes et les cris de Vive le roi se sont fait entendre. Nous arrivons à la hâte » (Albi, 2 frimaire an III).
2. Arrêtés des mêmes destituant les municipalités du Tarn où ont eu lieu des rassemblements, ordonnant l'arrestation des maires et agents nationaux de ces localités et diverses mesures contre les prêtres (Albi, 3 frimaire) ;
3. Destituant et remplaçant le maire de Toulouse et l'agent national de ce district (Toulouse, 15 frimaire, cf. L. 134).
4-5. Arrêté de Goupilleau, Delbrel, Vidal et Projean, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, maintenant toutes les réquisitions antérieurement faites pour le service et l'approvisionnement de l'armée (Au quartier général de Figuières, 20 frimaire) ; suivi d'un extrait des délibérations de la commission du commerce et des approvisionnements de la République, du 27 brumaire ;
. Chargeant les agents nationaux des districts d'envoyer chacun à Perpignan 2 ouvriers armuriers (Figuières, 24 frimaire).
7. Arrêté de Mallarmé et Bouillerot, délégués dans le Gers, le Tarn et la Haute-Garonne, reconstituant la société populaire de Toulouse dont les séances ont été suspendues « par mesure sûreté générale » le 15 frimaire (Toulouse, 1er nivôse).
8. Arrêté de Goupilleau, Vidal, Projean et Delbrel défendant d'employer à la confection des sacs de militaires les peaux de veau « très rares » qu'il convient de réserver pour les chaussures (Au quartier général de Figuières, 8 nivôse).
9. Arrêté de Projean, « envoyé par arrêté de ses collègues dans les départements de la division de la dite armée [des Pyrénées orientales] pour presser le versement des contingents en grains et fourrages », ordonnant aux agents nationaux des districts de faire opérer ces versements (Narbonne, 17 nivôse).
10. Arrêtés de Mallarmé épurant le District d'Albi (Castres, 24 nivôse, cf. L. 134) ;
11. De Mallarmé et Bouillerot épurant l'administration du département et les autorités du district de Castres (District et communes) (Castres, 26 nivôse).
12. Proclamation des mêmes (Castres, 27 nivôse, cf. L. 134).
13. Arrêté des mêmes relatifs à la nourriture des prisonniers de guerre Espagnols (Toulouse, 30 nivôse).
14. Arrêtés de Projean, toujours délégué à l'armée des Pyrénées orientales, réglant le service des transports militaires (Toulouse, 15 ventôse) ;
15. Et les indemnités dues pour la mort des chevaux et mulets de réquisition (Toulouse, 17 ventôse).
16-17. Arrêtés de Collombel concernant les fonctionnaires du district de Castres qui doivent être considérés comme destitués ou suspendus (Castres, 17 ventôse, cf. L. 134) ;
18. Épurant les autorités du District et de la municipalité d'Albi (Albi, 25 ventôse),
19. Celles du District de Gaillac et de plusieurs municipalités de ce district (Gaillac, 27 ventôse).
20. Arrêté de Delbrel, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, rapportant un autre arrêté du 22 brumaire qui assimilait les agents nationaux des districts et des communes aux agents militaires et leur permettait d'agir seuls pour l'exécution des réquisitions faites pour l'armée (Au quartier général de Figuières, 9 germinal) ;
21-22. De Goupilleau réservant pour l'armée les grains et fourrages provenant des domaines nationaux (Au quartier général de Figuières, 25 germinal) ;
23. Rapportant l'arrêté du 17 ventôse (ci-dessus) relatif à l'indemité à accorder aux propriétaires de chevaux et mulets morts au service de l'armée et appliquant ù la division des Pyrénées orientales le règlement du 15 brumaire fait pour l'armée des Pyrénées occidentales, (Au quartier général de Figuières, 29 germinal).
24. Proclamation de Laurence, délégué dans la Haute-Garonne, le Gers et le Tarn, sur la ligne de conduite qu'il compte suivre (Toulouse, 24 floréal).
25. Arrêté du même sur les deniers à délivrer aux prisonniers Espagnols pour leur subsistance : 10 sous par jour et une ration de 24 onces (Toulouse, 16 messidor).
Description physique : (Liasse.) — 25 pièces, moyen format.
L 13827 juin 1793-28 brumaire an II
Actes imprimés.
1. Arrêté de Fabre, Leyris, Bonnet, Projean et Espert, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, d'après lequel Fabre et Bonnet s'occuperont des fortifications et de l'approvisionnement des places, côtes et flotte depuis l'embouchure du Rhône jusqu'à la rive droite de la Garonne ; Leyris, Projean et Espert des camps et cantonnements dans la même région ; l'un de ces trois derniers sera toujours à Toulouse pour surveiller les ateliers et magasins et faire parvenir à l'armée les objets nécessaires ; Leyris partira sans délai pour Toulouse et y sera remplacé dans 8 jours par Projean qui restera chargé de visiter les postes avancés du Val d'Aran au Mont-libre (Mont-Louis) et de passer la revue des troupes qui s'y trouvent (Perpignan, 27 juin 1793).
2. Adresse des représentants près l'armée des Pyrénées orientales, Espert, Bonnet et Cassanyès « à la force départementale des Bouches-du-Rhône » : « Vous marchez contre les Parisiens ; on vous a trompés quand on vous a dit qu'ils étaient vos ennemis : vous ne trouverez à Paris que des frères... » (Perpignan, 30 juillet).
3-4. Arrêté d'Espert : la Convention sera invitée à nommer deux de ses membres « qui entendent, l'idiome des habitants du Midi » pour exciter leur zèle ; les Conseils généraux des départements sont autorisés à faire des proclamations et nommer des commissaires pour exhorter les populations à se soumettre aux réquisitions en vue de combattre les Espagnols ; les citoyens de la 1re et de la 2e classes (loi du 30 mai) sont en réquisition (Perpignan, 5 août) ; suivi d'un arrêté du Conseil du département de l'Aude sur les dangers de la patrie (8 août).
5-6. Arrêtés de Fabre et Bonnet concernant les déserteurs (Perpignan, 12 et 15 août, cf. L. 135) ;
7. Sur les mesures à prendre pour la défense du pays (Perpignan, 26 août).
8. Arrêté des mêmes d'après lequel, Cassanyès se trouvant à Mont-libre (Mont-Louis), Leyris à Toulouse, Bonnet se transportera à Narbonne et Fabre restera dans Perpignan assiégée (Perpignan, 2 septembre).
9. Réquisition adressée aux départements voisins des Bouches-du-Rhône et particulièrement à celui des Basses-Alpes par Albite, Gasparin, Saliceti et Escudier, délégués dans les départements méridionaux, de favoriser les achats et transports de subsistances destinées à la ville de Marseille (Marseille, 4 septembre).
10-11. Arrêté de Fabre, d'après lequel quiconque quittera son poste dans l'armée des Pyrénées orientales sans autorisation sera puni de mort (Perpignan, 4 septembre).
12. Arrêté de Leyris et Chaudron-Roussau mettant en réquisition toutes les voitures de roulage dans la division militaire (Toulouse, 7 septembre).
13. Arrêtés de Fabre ordonnant le remplacement dans les huit jours de tous citoyens éloignés de l'armée comme suspects (Perpignan, 9 septembre) ;
14. Contre les personnes ayant reçu ou donné du numéraire au lieu d'assignats (Perpignan, 12 septembre) ;
15-16. Prescrivant le remplacement des officiers qui n'auraient pas rejoint leurs corps dans 3 jours (même jour).
17. Arrêté de Bonnet et Cassanyès relatif à l'habillement, l'équipement et le campement de l'armée (Sigean, 14 septembre, cf. L. 130).
18. Arrêtés de Fabre portant que les peines contre la désertion seront appliquées aux officiers de la levée en masse qui déserteraient ou engageraient les citoyens à déserter (Perpignan, 15 septembre) ;
19-20. Invitant tous les vrais républicains à remettre aux communes pour les magasins militaires les roupes, redingotes et capotes qu'ils pourraient avoir (Perpignan, 21 septembre) ;
21-22. Interprétant un arrêté du 12 (ci-dessus) concernant les assignats (même jour).
23. Arrêté de Fabre, Bonnet, Cassanyès et Gaston ordonnant de verser de suite dans les magasins militaires les grains achetés jusqu'au 15 de ce mois pour l'armée (Perpignan, 24 septembre).
24. Arrêtés de Gaston, Bonnet et Fabre indiquant à quelles conditions laboureurs et bergers peuvent être exemptés de la réquisition et annulant les exemptions accordées par les corps administratifs, commission et comité civil et militaire de Narbonne (Perpignan, 26 septembre) ;
25. Établissant que la quantité de fourrages et avoine à fournir à raison de chaque bœuf ou vache labourant sera moitié moindre que celle exigible pour un cheval, mulet ou mule employé au labourage (Perpignan, 28 septembre).
26. Arrêtés des mêmes portant que les élèves en chirurgie étant tous requis pour le service de l'armée ne peuvent être compris dans la réquisition de la levée en masse (Banyuls-dels-Aspres, 21e jour du 1er mois (12 octobre) ) ;
27. Punissant de mort les chirurgiens et médecins qui auraient vendu des certificats de maladie (Banyuls, 14 octobre) ;
28. Menaçant des peines de la désertion les citoyens de la 2e classe qui, faisant partie des bataillons organisés, auraient quitté leur poste Banyuls-dels-Aspres, 6e jour de la 3e décade du 1er mois (17 octobre) ;
29. Ordonnant que tous citoyens employés à l'armée des Pyrénées orientales et les chefs des diverses administrations fourniront dans le délai d'un mois des certificats de civisme (même jour) ;
30. Invitant les sociétés populaires à surveiller l'exécution des arrêtés relatifs aux fourrages (même jour).
31-32. Proclamation de Paganel adressée à tous les fonctionnaires publics chargés de l'exécution des lois et particulièrement aux municipalités « ... Il ne suffit pas de ne pas s'opposer à la marche rapide de la révolution, cette inertie l'a ralentie autant que nos ennemis l'ont contrariée ; il faut que vos efforts s'unissent aux nôtres, à ceux de tous les sans-culottes de la République, pour que lechar révolutionnaire touche enfin le but désiré,... » (Toulouse, 8e jour de la 1re décade du 2e mois (8 brumaire an II).
33. Arrêtés de Gaston enjoignant d'arrêter les déserteurs (Banyuls, 2e jour de la 2e décade du 2e mois (12 brumaire, cf. L. 138).
34. De Fabre et Gaston mettant en réquisition les fabricants de bas et de couvertures de laine (13e jour du 2e mois (13 brumaire, cf.L. 138) ) ;
35. De Fabre, Gaston et Cassanyès prescrivant à tout citoyen payant 20 livres d'imposition mobilière et n'étant pas militaire de remettre à sa municipalité une chemise neuve pour l'armée (Collioure, 8e jour de la 2e décade du 2e mois (18 brumaire) ;
36. Prescrivant aux procureurs généraux syndics des départements de la division militaire de rendre compte de l'exécution des arrêtés relatifs aux fourrages (même jour) ;
37. Établissant que la retenue pour habillement et équipement sera applicable aux bataillons de la levée en masse (même jour) ;
38. Que les chefs de bataillon sont responsables des armes et des effets confiés à leur troupe et qu'ils remettront dans les 24 heures un état des tambours qui leur sont nécessaires (même jour) ;
39. Qu'il n'y aura pas de différences entre les peines infligées aux officiers et aux soldats (même jour).
40. Que les transports de vivres, effets d'habillement et d'équipement se feront par mer autant que possible et qu'il sera établi des magasins à Collioure et à Port-Vendres (même jour) ;
41. De Fabre et Gaston défendant à tout citoyen de louer des charrettes à un prix plus élevé que celui qui a été fixé par la loi du 25 juillet et les arrêtés des représentants (Collioure, 19 brumaire) ;
42. Autorisant chaque famille à conserver une bassinoire pour chaufferies lits des malades et vieillards (même jour) ;
43. Ordonnant aux employés qui les détiennent de rendre les chevaux de réquisition (Collioure, 20 brumaire) ;
44. Renvoyant à leurs travaux les imprimeurs, armuriers et meuniers compris dans la levée en masse (Collioure, 21 brumaire) ;
45. Autorisant le payeur général dans chaque département à payer la valeur des roupes, bidons, marmites et autres objets réunis aux districts par les citoyens (même jour) ;
46. Ordonnant de peser les foins au lieu d'en évaluer les poids par approximation (même jour) ;
47-48. Aux officiers de santé des hôpitaux de remettre aux conducteurs des convois des bulletins portant l'indication de la maladie des militaires et des soins à leur donner en route (Collioure, 22 brumaire) ;
49. Prescrivant la formation d'une commission de 4 membres pour faire toutes réquisitions de bois, de suifs et d'huiles nécessaires à l'armée des Pyrénées orientales (même jour) ;
50-52. Relatif aux convois par mulets et chevaux (23 brumaire) ;
53. Ordonnant de faire dresser par les municipalités des états des quantités de foin et avoine nécessaires aux postes aux chevaux qui y sont établies (Collioure, 24 brumaire) ;
54. Réglant les attributions de l'agent principal qui sera institué pour l'administration des charrois (même jour) ;
55-56. Organisant des ateliers économiques pour la confection des effets d'habillement de l'armée à Lodève, Béziers et Pézenas (Banyuls, 25 brumaire) ;
57. De Fabre défendant d'enfreindre la loi du maximum (Banyuls, 27 brumaire) ;
58. De Fabre et Gaston d'après lequel les distributions de légumes aux militaires doivent se faire tous les jours et afin que l'on paye exactement les 2 sous accordés à chaque volontaire à la place de 4 onces de pain (Collioure, 28 brumaire).
Description physique : (Liasse.) — 58 pièces, placards.
L 1393 frimaire-28 nivôse an II
Actes imprimés.
1-2. Arrêté de Fabre et Gaston, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, relatif aux fourrages : les régisseurs de Perpignan et de Narbonne rendront compte dans les 24 heures de la situation de leurs magasins et des mesures qu'ils ont prises pour les approvisionner, la société populaire de chaque chef-lieu de district nommera une commission de 6 membres pour veiller à l'exécution des arrêtés concernant les fourrages (Port-Vendres, 3 frimaire an II) ;
3. Autorisant le chef de l'état-major à faire toutes les réquisitions nécessaires de fourrages (Banyuls-dels-Aspres, 4 frimaire) ;
4. De Fabre ordonnant de passer une revue de tous les chevaux et mulets de l'armée pour mettre fin à la « dilapidation effrayante » des fourrages (Port-Vendres, 7 frimaire) ;
5. Établissant que les patrons des barques employées au service de la République seront payés sur le vu d'états certifiés par le capitaine du port et visés par le commissaire des guerres (Port-Vendres, 8 frimaire) ;
6. Que tous les officiers des bataillons de la levée en masse exhiberont dans la quinzaine des certificats de civisme (même jour) ;
7. De Fabre et Gaston donnant un modèle des états de revues (même jour) ;
8. Prescrivant l'arrestation de tout militaire qui parlerait d'abandonner le drapeau (Port-Vendres, 11 frimaire) ;
9-10. Relatif au pain et au vin des hôpitaux militaires (Port-Vendres, 12 frimaire) ;
11. Ordonnant que quiconque ne paye pas 20 livres d'impositions sera néanmoins tenu de fournir une chemise neuve pour l'armée si la cote de ses impositions foncières s'élève en principal à la somme de 150 livres ou si le loyer de son habitation atteint 300 livres (même jour) ;
12. Que tous objets ayant servi à l'expédition ou emballage de farines, d'effets d'habillement et de campement seront renvoyés au lieu d'origine pour servira nouveau (même jour) ;
13. Que provisoirement les fourrages ne seront chargés que dans l'intérieur des navires et que les patrons seront tenus de prendre gratis sur les ponts des matières pesantes comme l'artillerie (même jour, cf. L. 130) ;
14. Que les directeurs et commandants d'artillerie chargés des approvisionnements dans les places et arsenaux ne recevront de fonds que s'ils établissent un état mensuel détaillé des dépenses (même jour) ;
15. Qu'aucun charretier ne pourra exiger que 3 livres, 10 sous par collier (même jour) ;
16. Que les employés des administrations militaires ne pourront pas faire partie des comités de surveillance (même jour) ;
17. Qu'officiers et soldats seront logés et soignés de la même manière dans les hôpitaux (même jour) ;
18. Que la retenue pour la viande doit être appliquée aux charretiers conducteurs de charrois (même jour) ;
19. Que tous détenteurs de sacs appartenant à la nation les remettront dans les magasins (Port-Vendres, 13 frimaire) ;
20. Que les militaires voulant faire jouir leurs parents des bienfaits de la loi devront envoyer dans leurs communes un certificat de leur service dans l'armée (même jour) ;
21. Que les apothicaires majors des hôpitaux militaires seront tenus d'avoir des balances et de peser les drogues (même jour) :
22. Que les municipalités dans l'étendue desquelles se trouvent des hôpitaux militaires pourront faire, en cas de besoin, les réquisitions nécessaires, même des visites domiciliaires (Port-Vendres, 14 frimaire) ;
23. Interprétant l'indication de délais dans un arrêté du 23 brumaire (Port-Vendres, 16 frimaire) ;
24. Enjoignant aux capitaines des ports de contrôler l'arrivée des bateaux pour les faire charger chacun à son tour et fixant à Sigean la résidence ordinaire (alors à Narbonne) du commissaire de la marine (même jour) ;
25. De Fabre accordant l'étape en cours de route aux bestiaux et aux conducteurs des munitionnaires de l'armée (Port-Vendres, 19 frimaire) ;
26. De Fabre et Gaston demandant à tous les départements de la division les tableaux du maximum des denrées (Port-Vendres, 20 frimaire) ;
27. Dispensant de tout service militaire les pères de famille que les sociétés populaires ont délégués aux commissions des fourrages (Port-Vendres, 21 frimaire).
28. Proclamation de Fabre, Gaston et Cassanyès : « l'armée des Pyrénées orientales en proie aux machinations des muscadins... Tend vers sa désorganisation.... Depuis huit jours notre armée a perdu les fameuses positions de Villelongue et du Mas de la Serra, plus de vingt pièces de canon sont tombées entre les mains de l'ennemi... Les forces espagnoles sont aux portes de Port-Vendres... » de nouveaux efforts sont nécessaires pour triompher : il faut de nouveaux bataillons, des armes et des vivres (Perpignan, 25 frimaire).
29. Arrêté de Gaston et Cassanyès rapportant celui qui interdisait de charger les fourrages ailleurs que dans l'intérieur des barques (Perpignan, 4 nivôse).
30. Arrêté de Fréron, Paul Barras, Saliceti et Ricord, délégués aux armés dans les départements du midi, prescrivant que Marseille insurgée ne s'appellera plus que « Sans nom » et diverses mesures contre les « repaires » des sections et du comité général de la dite ville (Port de la Montagne (Toulon), 17 nivôse).
31. Proclamation de Milhaud et Soubrany adressée à l'armée des Pyrénées orientales : « .... Vous venez d'éprouver un grand revers, mais vous n'avez pas été vaincus, vous avez été trahis.... Nous amenons avec nous vos frères vainqueurs de Toulon ; Dugommier, leur intrépide général qui marche à leur tête, vous conduira tous ensemble à la victoire.... » (Perpignan, 18 nivôse).
32-33. Arrêté de Paganel, délégué dans les départements du Lot, de Lot-et-Garonne, de la Haute-Garonne « et autres circonvoisins », autorisant les corps constitués de la Haute-Garonne, du Lot, de Lot-et-Garonne, du Tarn et de l'Ariège, à faire payer aux défenseurs de la patrie le tiers en sus accordé par le décret du 5 nivôse (Toulouse, 21 nivôse).
34. Arrêtés de Milhaud et Soubrany sur l'administration et la discipline militaires (Perpignan, 27 nivôse) ;
35. Relatif au logement chez les particuliers de Perpignan des militaires blessés ou malades (Perpignan, 28 nivôse).
Description physique : (Liasse.) — 35 pièces, placards.
L 1402 pluviôse-26 ventôse an II
Actes imprimés.
1. Arrêté de Paganel et Chaudron-Roussau, délégués dans les départements de la Dordogne, de Lot-et-Garonne, de la Gironde, de la Haute-Garonne « et autres circonvoisins », prescrivant l'établissement de greniers publics en tous lieux où se tiennent des marchés ; chaque citoyen sera tenu d'y verser ses grains et farines, à la réserve de la quantité suffisante pour sa subsistance durant un mois ou deux mois suivant qu'il réside ou non dans les dites localités (Toulouse, 2 pluviôse an II).
2. Arrêté de Paganel, délégué dans le Tarn et l'Aveyron, relatif au même objet (Castres, 6 et 7 pluviôse, cf. L. 136).
3. Arrêté de Milhaud, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, d'après lequel les hôpitaux de mendicité seront transformés en hôpitaux militaires et les indigents logés chez les citoyens riches (Narbonne, 7 pluviôse) ;
4. De Milhaud et Soubrany concernant les poudres et salpêtres (Perpignan, 9 pluviôse) ;
5. Prescrivant à chaque canton de la division militaire de fournir une charrette attelée de 3 chevaux et conduite par un charretier (Perpignan, 10 pluviôse) ;
6. Autorisant les commissaires nommés par les sociétés populaires à surveiller l'administration des hôpitaux militaires (même jour).
7. Arrêté de Paganel portant que tous les châteaux forts du district d'Albi seront rasés (Albi, Il pluviôse, cf. L. 131.).
8-9. Arrêté de Milhaud et Soubrany relatif au maximum à Perpignan (Perpignan, 14 pluviôse).
10. Arrêté de Pinet aîné, délégué à l'armée des Pyrénées occidentales « et départements environnants », qui destitue le régisseur général des fourrages de cette armée et ordonne l'arrestation d'une « citoyenne » demeurant avec lui et d'un garde magasin (Bayonne, 15 pluviôse).
11. Arrêté de Milhaud et Soubrany confirmant un arrêté de Gaston et Fabre qui ordonnait la construction de 100 voitures pour le transport des subsistances et portant à 1400 le nombre de 1100 mulets et autant de harnais à acheter (Perpignan, 17 pluviôse).
12. Arrêté de Paganel appliquant au Tarn et à l'Aveyron un arrêté de Dartigoeyte, du 11 pluviôse, relatif aux étapes et convois militaires (Toulouse, 18 pluviôse, cf. L. 136).
13-14. Proclamations de Paganel, de Paganel et Chaudron-Roussau, la première contre les « muscadins » qui se sont glissés dans l'armée des Pyrénées orientales, l'autre relative à l'application de l'arrêté du 2 pluviôse (ci-dessus) sur les greniers publics (Toulouse, sans dates).
15-16. Arrêté de Beauchamp, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, ordonnant aux municipalités qui n'auraient pas ouvert de registres d'inscription pour le service des troupes à cheval de le faire dans les 24 heures et adressant une injonction analogue aux conseils d'administration des divers corps d'infanterie (sans date ; et Toulouse, 19 pluviôse, cf. L. 131).
17. Arrêtés de Milhaud et Soubrany ordonnant aux citoyens de la levée en masse qui sont rentrés chez eux sans permission de se rendre dans les chefs-lieux de district et rendant responsables les chefs de corps de la perle des armes de leurs subordonnés (Perpignan, 20 pluviôse) ;
18. Rejetant de la cavalerie tout ex-privilégié, parent d'émigré, de conspirateur guillotiné ou de prêtre déporté (Perpignan, 22 pluviôse).
19. Adresse de Paganel aux comités de surveillance du Tarn et de l'Aveyron pour réclamer leur concours ; il trace aux comités la ligne de conduite à suivre : ils « doivent inspirer la confiance et répandre autour d'eux la consolation, alors même qu'ils portent la terreur parmi les ennemis de la Liberté.... Le triomphe de la liberté et de la raison est de reconquérir ceux que les traîtres et les conspirateurs ont séparé de leurs frères.... Les erreurs religieuses surtout, frères et amis, sont une sorte de maladie qui exige un traitement doux et soigné. Ces erreurs, aux yeux du législateur même, portent le caractère de la vertu et sont un droit de propriété : il faut les dissoudre, les faire évaporer aux rayons de la vérité et non les attaquer brusquement » (A la Montagne ci-devant Saint-Affrique, 26 pluviôse).
20. Arrêté du même ordonnant de planter des arbres sur les 2 côtés des grandes routes du Tarn et de l'Aveyron, pour « dédommager les pauvres sans-culottes et les habitants des campagnes de l'oubli dans lequel on les laissait sous le régime despotique » et aussi pour créer une réserve de bois de charpente et de charronnage (même jour).
21-22. Arrêtés de Milhaud et Soubrany défendant sous peine de mort à toute autorité de diriger ailleurs que vers l'armée des Pyrénées orientales les grains, fourrages, armes et effets militaires de la Lozère, du Gard, de l'Hérault, de l'Aude, de l'Aveyron, du Tarn, de l'Ariège, de la Haute-Garonne et des Pyrénées orientales (Perpignan, 28 pluviôse) ;
23. Autorisant les districts qui possèdent des hôpitaux militaires et ceux qui sont placés sur les itinéraires de l'armée à créer de nouveaux hôpitaux et à requérir tout ce qui sera nécessaire à leur entretien (même jour) ;
24. Ordonnant l'arrestation et l'envoi devant le tribunal révolutionnaire à Paris des membres du tribunal militaire révolutionnaire du premier arrondissement de Perpignan, prévenus de « lenteur à juger les coupables » (Perpignan, 29 pluviôse).
25. Arrêté de Paganel appliquant au Tarn un arrêté de Châteauneuf-Randon (Largentière, 14 pluviôse) en faveur de la libre circulation des denrées, notamment des fromages du Cantal, dans les « départements placés entre Aurillac et Toulouse » (Rodez, 2 ventôse).
26. Arrêtés de Soubrany et Milhaud réorganisant le tribunal militaire révolutionnaire du premier arrondissement de Perpignan (Perpignan, 3 ventôse) ;
27-28 mettant en réquisition pour l'armée des Pyrénées orientales toutes les chaussures à double semelle pouvant servir ; « ceux qui n'ont qu'une paire de souliers seront tenus de les remettre au district et prendront des sabots » (Perpignan, 14 ventôse) ;
29. Punissant de mort dans les 24 heures les infirmiers qui se seraient approprié les effets et portefeuilles des militaires en traitement (Perpignan, 25 ventôse).
30. Arrêtés de Beauchamp, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, défendant à tous agents des dépôts de chevaux d'Auch, Toulouse, Carcassonne, Montauban et Castres de disposer sans l'ordre ou le consentement du représentant du peuple des chevaux, des effets d'habillement, d'équipement et des armes ; prescrivant, d'autre part, des revues de tous ces chevaux (Toulouse, 17 ventôse) ;
31. Enjoignant a tout citoyen employé au service de la République et détenant un plus grand nombre de chevaux que ne lui en accorde la loi, de remettre cet excédent au dépôt le plus voisin, (même jour).
32. Arrêté de Soubrany et Milhaud d'après lequel les chevaux de louage servant à l'artillerie, aux charrois et aux ambulances seront achetés aux propriétaires, ceux qui seront reconnus hors d'état de service leur seront rendus pour être affectés aux travaux agricoles (Perpignan, 19 ventôse) ;
33-34. Arrêtés de Milhaud demandant aux agents nationaux des districts de la division militaire un état des subsistances mises en réquisition et qu'ils devront faire verser dans la quinzaine dans les magasins militaires « le plus à proximité du canal » (Narbonne, 21 ventôse) ;
35-36. Prévenant ces mêmes agents qu'ils seront jugés par les tribunaux militaires révolutionnaires si, avant le 10 germinal, ils n'ont pas fourni leurs contingents de charrettes et mulets déterminés par des arrêtés des 10 et 17 pluviôse, c'est-à-dire une charrette attelée de 3 chevaux par canton et 20 mulets par district (même jour) ;
37. De Soubrany et Milhaud portant que les réquisitions pour l'armée des Pyrénées orientales doivent être exécutées avec la plus grande rigueur, sans toutefois nuire aux réquisitions faites par leurs collègues pour les besoins des communes (Perpignan, 24 ventôse) ;
38-40. Ordonnant que tous propriétaires d'au moins 3 chevaux ou mulets ou bien de foins remettront dans les magasins de l'armée 2b quintaux de foin au moins (Perpignan, 26 ventôse).
Description physique : (Liasse.) — 40 pièces, placards, 1 cachet.
L 1411er germinal-20 thermidor an II
Actes imprimés.
1. Arrêté de Beauchamp, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, relatif à l'exécution de la loi du 16 ventôse concernant la remise des sabres de 30 pouces et au-dessus (Toulouse, 1er germinal an II).
2-3. Arrêté de Robespierre, jeune, Ricord et Saliceti, délégués à l'armée d'Italie, enjoignant à tout citoyen de 18 à 25 ans de la division militaire de cette armée de rejoindre le drapeau dans les 5 jours ; la division comprend les départements des Basses-Alpes, du Var, des Bouches-du-Rhône, du Gard, de l'Hérault, de l'Aveyron, de la Corrèze, du Tarn et de la Corse (Nice, 5 germinal).
4-5 Arrêté de Milhaud et Soubrany, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, contre les déserteurs : tout militaire arrêté au delà de la commune de Salces et convaincu de désertion sera fusillé dans les 24 heures, les commandants de troupes et les municipalités, notamment celles de Béziers et de Perpignan, feront faire des patrouilles pour découvrir les fuyards (Perpignan, 5 germinal).
6-7. Arrêté de Beauchamp défendant, vu la pénurie des armes, atout citoyen, même aux mililaires autres que ceux des troupes à cheval et de l'artillerie et les officiers généraux d'avoir des pistolets de calibre (Toulouse, 8 germinal).
8. Proclamation de Bo, délégué dans le Cantal et le Lot en vertu de la loi du 14 frimaire, sur la nécessité de sentiments énergiques contre la tyrannie et le fanatisme (Figeac, 11 germinal).
9-10. Arrêté de Chaudron-Roussau et Beauchamp, « chargés de pouvoir de leurs collègues Soubrany et Milhaud », déclarant que l'arrêté du comité du salut public du 13 ventôse et celui de Milhaud et Soubrany du 5 germinal ne sont applicables qu'aux citoyens de la première réquisition et que les agriculteurs de plus de 25 ans rentrés chez eux avant le 5 germinal pourront y rester (Toulouse, 13 germinal).
11-12. Arrêtés de Bo contre le clergé (Gaillac, 16 germinal, cf. L. 132 et 136) ;
13. Ordonnant un nouveau recensement des grains dans les districts du Tarn (17) ;
14-16. Fixant la quantité maxima de blé à fournir à chaque habitant de ce département (même jour, cf. L. 132).
17-18. Arrêté de Châteauneuf-Randon prescrivant le rassemblement dans les chefs-lieux de district des citoyens de la première classe de réquisition, de 18 à 25 ans, de l'Aude, l'Ardèche, l'Ariège, l'Aveyron, le Gard, la Haute-Garonne, l'Hérault, la Lozère, le Tarn et les Pyrénées-Orientales ; ces rassemblements auront lieu dans les 3 jours suivant la réception de l'arrêté (Montpellier, 1er floréal).
19-22. Arrêté de Bo, délégué dans le Lot, le Cantal, le Tarn et l'Aveyron, maintenant le séquestre mis sur le mobilier des suspects et des détenus, dans les formes prescrites par les autorités du Tarn (Castres, 7 floréal).
23. Arrêtés de Chaudron-Roussau, « chargé de l'organisation du gouvernement révolutionnaire et du pouvoir de ses collègues Milhaud et Soubrany », d'après lequel le tribunal militaire révolutionnaire du 2e arrondissement de l'armée des Pyrénées orientales reste fixé à Narbonne, les membres de ce tribunal sont nommés, son arrondissement comprendra tous les départements de la division militaire, sauf les Pyrénées-Orientales, et sera divisé en 4 sections ayant chacune un officier de police militaire ; le Tarn et l'Aveyron formeront la 2e de ces sections (Carcassonne, 8 floréal) ;
24. Enjoignant au commissaire ordonnateur de la 9e division militaire de faire confectionner des vêtements et sacs pour l'armée (Montpellier, 9 floréal).
25. Lettre de Dugommier à Beauchamp : « .... Nous avons battu l'Espagnol à plate couture.... » suivent quelques détails relatifs à ce succès. (Au quartier général de Banyuls, 12 floréal),
26. Arrêtés de Châteauneuf-Randon déclarant que celui du 1er floréal (ci-dessus) ne doit pas s'appliquer aux citoyens chargés de travaux de fortification et autres d'utilité publique (Montpellier (15 floréal) ;
27-29. Prescrivant une revue des citoyens de 25 à 40 ans qui doivent s'assembler dans les chefs-lieux de district (Montpellier, 20 floréal).
30-32. Arrêté de Bo : les citoyens qui ont atteint l'âge de 18 ans « et dont l'existence actuelle est aussi inutile que scandaleuse » seront considérés comme suspects et arrêtés à moins qu'ils ne préfèrent être compris dans la première réquisition (Cahors, 26 floréal).
33-36. Arrêté du même d'après lequel les citoyens n'exerçant pas une profession « véritablement utile à la chose publique » sont invités à s'employer aux travaux des champs ; les prêtres réunis dans les chefs-lieux de district pourront se retirer ailleurs que dans leurs ci-devant paroisses (Albi 3 prairial).
37. Arrêtés de Chaudron-Roussau suspendant l'exécution d'un arrêté de Châteauneuf-Randon qui avait convoqué aux chefs-lieux de district pour y être passés en revue les citoyens non mariés ou veufs de 18 à 40 ans ; il est dit que Châteauneuf-Randon s'est rendu auprès de la Convention ; on attendra son retour ou son remplacement (Portet, 5 prairial) ;
38-39. Prescrivant à tous les départements de la division militaire, sauf les Pyrénées-Orientales, de fournir 100 charrettes attelées de 3 chevaux et conduites par un charretier (Narbonne, 14 prairial).
40. Arrêtés de Milhaud et Soubrany ordonnant de faire récolter tous les fruits des propriétés nationales. (Au quartier général de Boulou, 24 prairial) ;
41. De Milhaud relatif à la récolte des grains (même jour, cf. L. 132 et 136) ;
42-43. De Milhaud et Soubrany, ordonnant l'affichage dans toute l'étendue de la division d'un arrêté (sans date) de Dartigoeyte, délégué dans le Gers et la Haute-Garonne, mettant en réquisition pour les travaux agricoles toutes les personnes habituées à ces travaux et prescrivant un recensement des seigles et orges. (Au quartier général du Boulou, 30 prairial).
44. Arrêté de Milhaud punissant de mort les citoyens qui n'obéiraient pas aux réquisitions relatives à la levée des récoltes (Perpignan, 5 messidor).
45. Adresse de Frécine, « chargé de l'établissement de la raffinerie révolutionnaire des salpêtres » aux agents nationaux des districts et à ceux des salpêtres et poudres pour exciter leur zèle et les mettre en garde contre « le vil intérêt » (6 messidor, sans nom de lieu).
46. Arrêté de Milhaud et Soubrany ordonnant de former un approvisionnement de 300000 quintaux de foin et de 150000 quintaux d'avoine à fournir par l'Aude, la Haute-Garonne, l'Hérault, le Tarn (60000 q. de foin, 30000 q. d'avoine), le Gard et la vallée d'Aran (Au quartier général du Boulou, 7 messidor).
47. Arrêté de Dartigoeyte ordonnant la mise en jugement de personnes qui ont vendu des grains au dessus du maximum dans le district de Revel ; les municipalités de Caraman, Bellevue (ci-devant Saint-Félix) et Mont-Civique (ci-devant Saint-Julia) sont destituées (Toulouse, 26 messidor).
48-49. Arrêté de Chaudron-Roussau d'après lequel les jeunes gens ayant atteint l'âge de 18 ans et non incorporés se rendront au camp établi près de Carcassonne ([Saint-]Girons, 28 messidor) ; à la suite sont reproduits 2 arrêtés du même représentant chargeant le général de brigade Peyron de se rendre dans l'Ariège et l'Aude pour contraindre les volontaires de la première réquisition à rejoindre leurs corps (Ax, 15 messidor), et étendant cet ordre aux autres départements de la division [28 messidor].
50-51. Instructions du général Peyron touchant l'exécution de l'arrêté ci-dessus, du 28 messidor (Toulouse, 20 thermidor).
Description physique : (Liasse.) — 51 pièces, placards.
L 14212 fructidor an II-24 frimaire an III
Actes imprimés.
1-3. Arrêté de Milhaud, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, ordonnant la destitution de tous les fonctionnaires qui ont commis des actes d'improbité sous l'ancien régime (Perpignan. 12 fructidor an II).
4-6. Arrêté de Chaudron-Roussau mettant en réquisition tous les ouvriers des fabriques de drap de la division militaire (Toulouse, 17 fructidor).
7-8. Arrêtés de Milhaud prescrivant que les citoyennes non salariées seront employées les dimanches et jours de « fêtes de prêtres » à confectionner de la charpie et autres objets utiles à l'armée (Perpignan, 17 fructidor) ;
9. Interprétant son arrêté du 12 (ci-dessus, Perpignan, 20 fructidor).
20. Arrêté de Jeanbon-Saint-André, délégué dans les départements maritimes, défendant à tous agents de la marine de laisser détourner de leur destination les bois de construction et autres approvisionnements (Port-la-Montagne (Toulon), 21 fructidor).
21. Proclamation de Delbrel, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, faisant espérer un prochain soulagement des populations et leur demandant encore de faire quelques sacrifices. (Perpignan, 27 fructidor).
22. Adresse du même aux municipalités et aux comités de surveillance afin que les militaires blessés et en traitement chez eux soient visités et que leur congé ne soit pas prolongé au-delà de l'époque de leur guérison (Perpignan, 28 fructidor).
23-24. Arrêté de Jeanbon-Saint-André prescrivant aux administrations des districts de se faire rendre compte tous les mois par les municipalités des distributions de secours faites aux femmes et enfants des marins et des ouvriers des ports (Port-la-Montagne (Toulon), duodi des sans-culotides).
25. Arrêtés de Delbrel interdisant de rien distraire des subsistances et moyens de transport réservés à l'armée des Pyrénées orientales (Narbonne, 3 vendémiaire an III) ;
26-27. Enjoignant de fournir à l'administration des fourrages un sac par paire de bêtes de trait (Narbonne, 4 vendémiaire), avec une circulaire de l'agent national du district de Lavaur adressée aux agents nationaux des communes.
28. Proclamation de Delbrel concernant le versement des denrées nécessaires à la subsistance de l'armée des Pyrénées orientales et à la réquisition des moyens de transport pour une décade (même jour).
29. Arrêté de Jeanbon-Saint-André ordonnant de fournir les fourrages nécessaires aux conducteurs d'approvisionnements en bois pour la marine (Port-la-Montagne (Toulon), 4 vendémiaire).
30-31. Arrêté de Delbrel et Vidal autorisant l'emploi du veau tourné pour la confection des chaussures militaires, à défaut d'autre cuir. (Au quartier général du Boulou, 21 vendémiaire).
32-33. Arrêtés de Delbrel étendant à tous les districts de la division militaire l'application d'une délibération du District d'Albi, du 21 vendémiaire, qui mettait en réquisition tous les cordonniers pour une décade (Au quartier général du Boulou, 1er brumaire) ;
34. Mettant en réquisition 200000 quintaux de grains dans plusieurs districts dont ceux de Lavaur (11000 q. ), Gaillac (13000 q. ), Albi (9000 q. ) (Narbonne. 9 brumaire) ;
35. Prescrivant le versement avant le 25 du mois de fourrages restant à fournir (Narbonne, 9 brumaire) ;
36. Établissant que les citoyens employés aux charrois pour l'armée seront considérés comme déserteurs s'ils abandonnent leur poste sans autorisation (Narbonne, 10 brumaire) ; — mettant en réquisition 226000 quintaux de foin et 50000 quintaux d'avoine dans le Tarn (Castres, Albi, Lacaune et Gaillac), la Lozère, le Gard, la Haute-Garonne, l'Ariège, l'Aude et l'Aveyron (même jour) ;
38-39. Établissant 5 relais de charrettes et chevaux de Narbonne au Boulou (Narbonne, 11 brumaire). — Proclamation du même sur la nécessité de nouveaux sacrifices pour l'armée (même jour).
41-43. Autre arrêté de Delbrel autorisant les agents nationaux des districts et des communes à agir directement pour l'exécution des réquisitions concernant l'approvisionnement et le service de l'armée (Narbonne, 22 brumaire).
44. Arrêté de Mallarmé et Bouillerot, délégués dans le Tarn, la Haute-Garonne et le Gers, ordonnant l'arrestation d'un notaire de Grenade et de deux personnes convaincues d'avoir essayé d'obtenir à prix d'argent la liberté d'un détenu (Toulouse, 27 brumaire).
45. Proclamation des mêmes adressée aux habitants du Tarn (Albi, 3 frimaire, cf. L. 137).
46. Arrêté des mêmes contre les autorités responsables des troubles dans ce département (Albi, 3 frimaire, cf. L. 137).
47. Arrêté du comité de salut public modifiant un arrêté de Delbrel, du 8 brumaire (ci-dessus) : plusieurs districts, dont celui d'Albi, sont dispensés de fournir les grains requis (9 frimaire).
48-49. Arrêtés de Mallarmé et Bouillerot prescrivant la remise dans les 24 heures d'états des citoyens employés dans les ateliers nationaux du Gers, du Tarn et de la Haute-Garonne, attendu que beaucoup de citoyens de la première réquisition sont entrés dans ces ateliers pour éviter le service militaire (Toulouse 14 frimaire) ;
50. Destituant et remplaçant le maire de Toulouse et l'agent national de ce district (Toulouse, 15 frimaire, cf. L. 134 et 137) ;
51-52. Suspendant jusqu'à nouvel ordre les séances de la société populaire de la dite ville, « qui n'a point été régénérée ni épurée depuis le 9 thermidor » (même jour).
53. Arrêté de Vidal, Projean, Delbrel et Goupilleau portant que tous les districts de la division militaire verseront les quantités de grains déterminées par leurs précédents arrêtés. (Au quartier général de Figuières, 22 frimaire).
54-55. Arrêté de Mallarmé et Bouillerot d'après lequel les prisonniers de guerre, répartis dans le Gers, le Tarn et la Haute-Garonne, devront déposer les espèces en or et argent qu'ils possèdent et recevront leur valeur en assignats ; en cas d'échange de ces prisonniers, il leur sera rendu la moitié au plus des dites espèces contre leurs assignats (Toulouse, 23 frimaire).
56-57. Arrêté de Delbrel, Goupilleau, Vidal et Projean ordonnant de botteler le foin au moment de sa livraison par les districts pour éviter qu'il soit dispersé en route par le vent ou autres causes. (Au quartier général de Figuières, 24 frimaire).
Description physique : (Liasse.) — 57 pièces, placards.
L 1431er nivôse an III-7 nivôse an VIII
Actes imprimés.
1. Arrêté de Mallarmé et Bouillerot, délégués dans le Tarn, le Gers et la Haute-Garonne, réorganisant la société populaire de Toulouse dont les séances avaient été suspendues le 15 frimaire précédent (Toulouse, 1er nivôse au III).
2-6. Proclamation de Goupilleau, Projean, Delbrel et Vidal, délégués à l'armée des Pyrénées orientales, adressée « aux défenseurs de la patrie absents de leurs corps... L'armée des Pyrénées orientales a vaincu sans vous.... Accourez sous les drapeaux de la Liberté... » ; à la suite est imprimé un arrêté d'après lequel des agents seront envoyés dans les départements pour accélérer le retour des volontaires absents sans permission ou excuse valable (Figuières, 2 nivôse).
7. Arrêtés de Mallarmé et Bouillerot réduisant la ration de pain des prisonniers Espagnols (Toulouse, 7 nivôse) ;
8. Autorisant à rentrer dans le département du Tarn où la tranquillité publique est rétablie les ci-devant ministres du culte qui avaient été provisoirement obligés de résider à Toulouse et à Cahors par arrêté du 3 frimaire précédent (Toulouse, 9 nivôse) ;
9. De Mallarmé ordonnant que les chapelles et églises non affectées à un service public seront vendues dans le délai d'une décade ; après 3 enchères sans résultat les petites chappelles isolées de la campagne pourront être démolies (Castres, 22 nivôse). — 10. Proclamation de Mallarmé et Bouillerot (Castres, 27 nivôse, cf. L. 134 et 137.).
11. Arrêtés des mêmes rapportant ceux des 14 vendémiaire et 3 frimaire qui avaient contraint les prêtres à se rendre dans les chefs-lieux de district, à cause des troubles survenus dans le district d'Albi, et les affranchissant de « toute surveillance personnelle et particulière » (Castres, 28 nivôse) ;
12-13. Concernant la nourriture des prisonniers Espagnols (Toulouse, 30 nivôse, cf. L. 137) ;
14. Autorisant les propriétaires de cochons requis pour les salaisons de la marine à reprendre les abatis non employés (même jour).
15. Arrêtés de Delbrel et Goupilleau supprimant l'indemnité de 30 sous accordée aux militaires qui rejoignent leurs corps vu la difficulté qu'ils éprouvent à pourvoir à leur nourriture, difficulté qui « vient d'augmenter encore d'une manière effrayante depuis la suppression du maximum » et établissant qu'ils recevront les subsistances nécessaires en nature (Figuières, 4 pluviôse) ;
16. De Delbrel étendant les dispositions du décret de la Convention, du 3 pluviôse, aux réquisitions de fourrages et avoines pour l'armée des Pyrénées orientales (Narbonne, 22 pluviôse), avec le décret cité.
17. Arrêtés de Projean prescrivant l'exécution dans l'étendue de la division militaire d'un arrêté de la Commission du commerce, d'après lequel les districts doivent fournir les denrées nécessaires aux troupes en marche sur le produit des biens nationaux et de ceux des émigrés (Toulouse, 22 pluviôse) ;
18. Exemptant les préposés aux étapes de toute réquisition qui les empêcherait de remplir leurs fonctions (Toulouse, 23 pluviôse).
19-22. Arrêté de Collombel, délégué dans la Haute-Garonne, le Gers et le Tarn, ordonnant le maintien du séquestre sur les biens des parents d'émigrés jusqu'à ce qu'il ait été statué par la Convention sur le mode d'application de la loi du 17 frimaire an II (Toulouse, 26 pluviôse).
23-28. Arrêté de Projean réglant le service des transports militaires (Toulouse, 15 ventôse, cf. L. 137).
29-30. Lettre du même à l'agent national du district de Gaillac pour activer le versement des fourrages : « on n'y a plus (à Narbonne) une livre de foin à distribuer à la cavalerie qui se trouve cantonnée dans les environs » (même jour).
31. Arrêté du même relatif aux indemnités dues pour la mort des chevaux et mulets de réquisition (Toulouse, 17 ventôse, cf. L. 137).
32. Arrêtés de Collombel épurant les autorités du District et de la municipalité d'Albi (Albi, 25 ventôse, cf. L. 137) ;
33. Celles du District et des municipalités du district de Gaillac (Gaillac, 27 ventôse, cf. L. 137) ;
34-35. Autorisant les administrateurs du même district à restituer les armes autres que celles de calibre qui se trouvent dans les magasins du district (même jour).
36. Arrêté de Projean ordonnant de faire verser dans 3 jours le contingent en grains de plusieurs communes du district de Gaillac (Toulouse, 30 ventôse).
37. Arrêté de Delbrel rapportant un autre arrêté du 22 frimaire concernant les agents nationaux des districts et des communes. (Au quartier général de Figuières, 9 germinal, cf. L. 137).
38-39. Proclamation de Collombel adressée aux citoyens du district de Rieux : on trompe le peuple « sur l'exécution du décret salutaire du 3 ventôse concernant la liberté du culte.... Des hommes égarés se disant le peuple ont enlevé de vive force les clefs des ci-devant églises.... Se sont emparés de ces locaux comme d'un bien leur appartenant, pour les faire servir à des rassemblements religieux... » les officiers municipaux devront assurer la liberté des cultes, veiller à ce qu'aucun « ne reçoive des marques de préférence », qu'aucune publicité n'accompagne les cérémonies religieuses et qu'aucune taxe ne soit établie sur les particuliers pour en acquitter les frais (Rieux, 19 germinal).
40. Arrêté de Collombel fixant la manière dont doivent procéder les Districts au sujet des demandes de dégrèvement de réquisitions en grains formées par les particuliers (Auch, 25 germinal).
41. Arrêté de Goupilleau mettant en réquisition tous les vétérinaires et maréchaux possédant des connaissances dans l'art vétérinaire, domiciliés dans l'étendue de la division de l'armée des Pyrénées orientales ; « la plupart des chevaux et mulets affectés au service de l'armée sont affectés de la gale » (Au quartier général de Figuières, 4 floréal).
42. Arrêté de Collombel enjoignant au District d'Albi d'informer au sujet de rassemblements de prêtres réfractaires et de traduire les coupables devant les tribunaux (Toulouse, 12 floréal).
43. Proclamation de Laurence adressée aux habitants de la Haute-Garonne, du Gers et du Tarn, en faveur de la justice et de l'ordre ; « .... Il est temps enfin que les emplois de la République soient invariablement confiés à des mains pures, à des hommes instruits et fermes dans la ligne de la justice.... » (Toulouse, 24 floréal, cf, L. 134 et 137).
44-45. Arrêté de Lacombe, délégué pour surveiller et activer la réparation des routes dans les départements de l'Hérault, du Tarn, de l'Aude, des Pyrénées-Orientales, de l'Aveyron, de la Lozère et de l'Ariège, prescrivant de constater les dégradations et usurpations commises (Montpellier, 24 prairial).
46-47. Arrêté de Pelet, délégué à l'armée des Pyrénées orientales, relatif aux déserteurs (Au quartier général de Figuières, 5 messidor, cf. L. 134).
48. Proclamation de Jard-Panvilliers, délégué dans l'Ardèche, l'Aveyron, le Gard, l'Hérault, la Lozère et le Tarn composant la 9e division militaire : la constitution de l'an III « existait à peine qu'elle devint la proie des diverses factions au milieu desquelles elle avait été créée.... La République allait périr dans les plus horribles convulsions si des hommes courageux et dévoués n'avaient formé le projet de la sauver en préparant la crise salutaire des 18 et 19 brumaire dernier... Je viens vous donner l'espoir d'un avenir tel que tous les bons citoyens devaient l'attendre de la Révolution.... » (Albi, 22 frimaire an VIII).
49-50. Circulaire du même adressée aux administrateurs et commissaires près l'administration centrale et les municipalités du Tarn, conçue dans le même sens (Albi, 25 frimaire).
51. Proclamation du même aux conscrits des départements de la 9e division militaire actuellement dans leurs foyers ; ils doivent s'empresser de regagner leurs corps ; le consul Bonaparte et ses collègues « veulent la paix. Ils rempliront le vœu du peuple français à cet égard aussitôt qu'ils pourront le faire d'une manière conforme à la gloire et aux intérêts bien entendus de la nation.... » (Montpellier, 7 nivôse).
Description physique : (Liasse.) — 51 pièces, placards.
Correspondance retour
Directoire retour
Correspondance avec diverses autorités retour
L 1446 février 1791-16 mars 1792
Correspondance générale du directoire du département. Lettres écrites aux ministres et aux comités de l'Assemblée nationale.
Folio 1. Accusé de réception au directeur du Trésor de 75000 livres en assignats pour le payement du clergé au terme du 1er janvier (6 février 1791). — Lettre sur le même sujet au ministre des Finances ; les 75000 livres ci-dessus sont un acompte sur celle de 150000 livres revenant au département pour sa part des 60 millions à fournir par la caisse de l'extraordinaire (même jour). — F° 1 v°. Au comité d'aliénation : la maison commune de Castres menace ruine et la municipalité a exprimé le vœu que l'État achète un édifice pour ses séances (même jour). — Au commissaire de la caisse de l'extraordinaire : par suite des retards mis à l'exécution de leurs obligations par les fermiers des biens ecclésiastiques, le receveur du district de Gaillac n'a reçu que 30000 livres avant le 1er janvier, au lieu de 80000 ; le directoire de ce district est autorisé à retenir ce qui lui est nécessaire sur les fonds destinés à la caisse de l'extraordinaire (7). — F° 2. Au même : la contribution patriotique du district de Castres s'élève à la somme de 327718 livres ; envoi de l'état général des rôles (10). — Félicitations au nouveau ministre de l'Intérieur, Delessart (9). — F°2 v°. Au comité ecclésiastique de l'Assemblée nationale : envoi d'un mémoire du vicaire d'Algans, Taurou, destitué par le grand vicaire de l'évêque de Lavaur à cause de ses opinions favorables à la Révolution (11). — Au commandant des troupes de ligne à Montpellier : la municipalité de Castres désire qu'on lui envoie 2 escadrons de cavalerie ou de dragons (15). — F° 3. Au même : les officiers municipaux de Puylaurens, Lavaur et Saint-Sulpice feront fournir tout ce qui est nécesaire à la demi-compagnie de dragons qui doit passer à Lavaur (16). — Au comité ecclésiastique de l'Assemblée : Illary, bénéficier du chapitre cathédral d'Albi, curé de Saint-Mont (Gers), demande que sa pension soit fixée à 12000 livres « que donnait le prieuré de Notre-Dame du Bourg de Rabastens » sur lequel il a des prétentions (14). — F° 4. Au ministre des Finances : envoi d'un état des dépenses de l'ordre judiciaire dans le département ; elles atteindront 134000 livres (18). — Au commissaire de la caisse de l'extraordinaire : la contribution patriotique du district de Lacaune s'élève à 59922 livres ; envoi de l'état général des rôles (21). — A M. Baudre, commandant à Revel, pour lui faire savoir que 25 dragons envoyés le 19 afin de prévenir une sédition à Castres y ont été retenus par le directoire jusqu'à l'arrivée prochaine de 2 escadrons (même jour). — F° 4 v°. Au directeur général du Trésor : accusé de réception de 75000 livres eh assignats sur les 150000 que doit toucher le département pour le clergé (22). — A M. de Montagut, commandant les troupes de ligne à Montpellier, pour lui demander quelques compagnies d'infanterie à la place des 2 escadrons qu'on ne peut pas envoyer ; des séditions « légères, à la vérité » ont déjà éclaté à Castres et à Lacaune (24). — F° 5. Au ministre de la Guerre : même objet ; on rappelle que « le 18, plusieurs centaines de femmes séditieuses portèrent dans la salle du directoire des pétitions tendantes à conserver les ecclésiastiques et fonctionnaires de leurs paroisses », le rassemblement fut facilement dissipé (même jour). — F° 6. Au comité de constitution : le directoire consentirait à céder à l'Hérault le canton de Saint-Gervais à la condition de voir rattacher au Tarn la châtellenie d'Angles et le territoire de La Salvetat, il émet le vœu que les paroisses de Saint-Vergondin et de La Madeleine sur la rive droite de l'Aveyron (commune de Penne) ne soient pas attribuées au Lot (28).
Folios 9 v°-10. Au ministre des Finances : la somme de 150000 livres destinée au payement des pensions ecclésiastiques est insuffisante ; suit un tableau des pensions, frais du culte et autres pour 1791, le total s'élève à un million 754331 livres et des sous (8 mars). — F° 11 v°. Au président de l'Assemblée nationale afin d'obtenir un régiment de cavalerie, des « insurrections partielles » faisant craindre un « commencement de fermentation » (12). — F° 12. Au député Gausserand : « l'assemblée électorale vient de vous nommer évêque de ce département » ; il est sollicité de prendre un congé pour venir organiser le nouveau régime (16). — F° 12 v°. Au président de l'Assemblée nationale pour le prier de faire obtenir un congé à l'évêque Gausserand, « vu la position critique du département où l'on compte presque autant de réfractaires à la loi que d'ecclésiastiques fonctionnaires publics » (17). — Au comité des domaines pour avoir communication des titres concernant les biens des religionnaires fugitifs, conservés à Paris et à Montpellier (18). — F° 14 v°. Au comité militaire pour faire hâter l'envoi des 2033 fusils destinés au département ; « nous avons été dans le cas de déployer la force publique contre des attroupements considérables qu'il y avait eu à Lacaune ». (28). — F° 16. Au ministre des Finances ; envoi d'un état de frais occasionnés par l'envoi à Lacaune de gendarmes d'Albi et de Rabastens (30). — F° 17 v°. Au comité d'aliénation : envoi de 350 procès-verbaux d'adjudication de domaines nationaux (157 pour le district de Castres, 136 pour Albi, 108 pour Gaillac, 45 pour Lavaur et 4 pour Lacaune) ; « les ventes s'opèrent avec la plus grande activité.... Presque toujours le prix des ventes est beaucoup au-dessus de celui de l'estimation » (1er avril). — F° 18 v°-19. Au comité de constitution : le Tarn et l'Aude revendiquent la forêt de Ramondens appartenant précédemment au monastère de Prouille ; les droits du Tarn reposent sur la division même de la France en départements ; ses limites sont celles des 3 diocèses d'Albi, Castres et Lavaur sauf que Revel a été cédé à la Haute-Garonne en échange de Saint-Sulpice ; la dite forêt faisait partie de la judicature de Villelongue ; le curé d'Arfons (diocèse de Lavaur ; l'a toujours considérée comme de sa paroisse ; d'autre part la commune d'Arfons proteste contre une pétition du directoire de l'Aude tendant à la faire réunir à ce département (9). — F° 22. Au ministre des Finances : avis de réception de 130000 livres sur les 275000 destinées au payement des traitements ecclésiastiques (19). — F° 22 v°. Au comité des finances : on lui envoi une pétition des sieurs Romiguères, Decomte fils et Sanceres, commissaires pour la formation du département, qui demandent la liquidation des sommes à eux dues (même jour). — Folios 23-24. Au député [de] Rochegude, afin que l'Assemblée nationale donne son approbation aux mesures prises par le directoire lors des désordres qui éclatèrent à Lacaune le 18 mars ; sans cette approbation « vous allez voir incessamment des troubles dans le département du Tarn ; il est celui du royaume où il y a le plus de réfractaires à la loi, on y prêche ouvertement la révolte » ; suit un exposé de la situation politique dans le Castrais « l'évêque de Castres paraît résolu à élever autel contre autel » (23). — F° 24. Au directeur du Trésor public : accusé de réception de la somme de 137000 livres en assignats, complétant celles de 275000 livres ci-dessus (26), — F° 27. Au comité d'aliénation : envoi d'un état général des ventes de biens nationaux du 4 janvier au 31 mars ; les 654 ventes effectuées correspondent à une estimation de 2332885 livres et des sous et au prix total d'adjudication de 3724349 livres et dès sous ; « l'activité progressive qu'il y a eu chaque mois ne s'est pas ralentie.... Cette activité et par conséquent le bon prix des ventes ne peuvent se soutenir qu'autant qu'on prorogera le délai des payements en 12 annuités » (29).
F° 31. Au comité de constitution : envoi d'un état de la population du département :
district de Castres : 11399 citoyens actifs et 79346 population [totale]
district de Lavaur : 7667 citoyens actifs et 42442 population [totale]
district de Albi : 12118 citoyens actifs et 69723 population [totale]
district de Gaillac : 12569 citoyens actifs et 66715 population [totale]
district de Lacaune : 4488 citoyens actifs et 30922 population [totale]
Totaux : 48241 citoyens actifs et 289148 population [totale]
le contingent de l'impôt direct s'est élevé en 1790 à 2621765 livres et des sous (12 mai). — F° 32. Au ministre de la Guerre : envoi de deux délibérations des 8 et 18 de ce mois portant nominations d'un capitaine (J.-J. Teyssier, d'Albi, chevalier de l'ordre de saint Louis, ancien capitaine au bataillon provincial de Vivarnés) et de 4 lieutenants pour le corps de la gendarmerie (19). — F° 32 v°. Au comité d'aliénation : on lui transmet une délibération de la municipalité de Gaillac demandant l'aliénation du couvent des Capucins pour y transférer l'hôpital (même jour).
F° 37 v°. Au même comité : la valeur présumée des domaines nationaux dans les 4 districts de Castres, Gaillac. Lavaur et Lacaune atteint 9465127 livres (4 juin). — F° 38 v°. Au ministre de l'Intérieur : accusé de réception de 330 fusils pour l'armement de la garde nationale, sur les 2033 attribués au département (6). — F° 39. Au comité d'aliénation : il a été vendu dans le district de Castres jusqu'au 30 avril pour 1794878 livres et des sous de biens nationaux (8). — F° 39 v°. Au ministre de la Guerre pour en obtenir 18 brigades de gendarmerie au lieu de 15, attendu que le pays est accidenté et possède de « grandes forêts nationales » (10). — F° 44 v°. Au comité d'aliénation : la valeur présumée des biens nationaux dans les districts d'Albi s'élève à 2795677 livres et dessous, d'où ressort à 12260105 livres et des sous la valeur totale des biens nationaux du département, vendus ou à vendre (21, voy. Au 4 juin). — Folios 44 v°-45. A l'Assemblée nationale au sujet de la fuite du roi : « l'éloignement d'un roi honoré du plus glorieux de tous les titres a fait éprouver une sensation douloureuse aux membres du directoire du Tarn... Bien loin de désespérer dans aucun cas du salut de la chose publique, nous attendons l'instant peut-être prochain où la propagation de nos lois amènera partout la chute des tyrans.... » (27). — Folios 45 v°-46. Au comité de constitution : « .... Le corps électoral du Tarn n'a pas accueilli des propositions qui lui ont été faites par quelques-uns de ses membres de voter l'abrogation du gouvernement établi pour lui substituer la forme purement républicaine.... Ceci s'est passé à l'instant où l'enlèvement du roi a été annoncé publiquement.... » pour éviter que les corps électoraux délibèrent sur des objets hors de leur compétence, il faudrait que leurs attributions fussent nettement déterminées par les lois (29).
F° 46. Au même comité pour lui signaler des abus de pouvoir du corps électoral qui notamment s'est attribué une indemnité de 4 livres par jour ; d'autre part, les membres du tribunal criminel du département ont été nommés (2 juillet). — F° 47 v°. A l'Assemblée nationale : on a protesté à tort contre l'élection de Solomiac, membre du directoire, comme président du tribunal criminel (6). — Folios 48. Au ministre des Finances : on lui envoi un état des travaux publics les plus urgents à faire exécuter à l'aide de 130000 livres accordées au département (11). — Folios 48 v°-49. Au comité de constitution : bien qu'un décret du 14 juin ail établi qu'il ne sera porté aucune modification, durant la session législative, à la délimitation des départements, le directoire a cru bon de lui faire parvenir divers titres prouvant que la forêt de Ramondens n'a jamais fait partie du Carcassès (12). — Folios 51 v°-52. Au ministre de l'Intérieur : allusion aux « délits » commis au préjudice des châteaux de Monclar et de Saint-Urcisse appartenant au sieur de Tauriac (25). — F° 52 v°. Aux députés du Tarn à l'Assemblée : « nous avons été vraiment affligés de la diversité des opinions sur l'événement du 21 juin.... Nous partageons vos sollicitudes » (28).
Folios 53. Au ministre de la Guerre : transmission d'états de frais occasionnés par l'envoi aux Cammazes et à Arfons de soldats pour la protection du canal royal dont des « gens malintentionnés » avaient essayé d'interrompre la navigation (1er août). — Folios 53 v-54. Au même : il est urgent que la gendarmerie soit organisée, il n'a été fait encore aucun changement dans l'ancienne maréchaussée (même jour). — F° 55. Au même pour appuyer la demande du sieur Ladevèze désirant rester à Lavaur comme sous-lieutenant de gendarmerie ; il était « le seul officier de la ci-devant maréchaussée qu'il y eut dans le département du Tarn » (4). — F° 6l. Au même : on lui envoie un tableau ou état de la gendarmerie du département « réunie depuis le 9e juin » (10). — Folios 61 v°-62. Au même pour lui recommander le major de la garde nationale de Castres, Antoine Comborieux, comme très apte à remplir les fonctions de préposé à l'organisation de la compagnie départementale des soldats auxiliaires (même jour). — F° 62 v°. Au même pour savoir où doivent être transférés les invalides logés au château de Ferrières qui doit être vendu ; leur compagnie est composée d'un major commandant, 4 lieutenants et 44 invalides ; il y a aussi à Ferrières un condamné aux galères dont la peine fut commuée en prison perpétuelle ; il est détenu depuis 1787 et sa famille, notamment son frère, chanoine à Senlis, n'a payé que le premier quartier de sa pension annuelle fixée à 400 livres ; le commandant du château, le sieur Larroque, ne pouvant ni le laisser mourir de faim ni le libérer, a dépensé à cette occasion 1780 livres dont il demande le remboursement (12). — F° 63. Au ministre de l'Intérieur pour obtenir le remboursement de Larroque qui a le commandement du château de Ferrières « depuis plus de deux ans » (16). — F° 64. Au comité de constitution : il serait désirable qu'un décret réglementât le poids des charrois sur les chemins ; on se plaint que les voitures de M. de Solages dégradent ces voies, étant chargées bien au-delà des 30 quintaux fixés comme un maximum par une ordonnance de l'intendant, du 18 janvier 1759 (17). — Folios 66 v°-67. Au ministre des Contributions publiques au sujet de la répartition des contributions foncière et mobiliaire de 1791 : on a pris pour bases les impôts directs réels (taille, etc.) et personnel (capitation) non en masse mais pour la part versée au Trésor (24). — Folios 67 v°-68. Au ministre de l'Intérieur : le directoire demande l'autorisation de nommer un cinquième ingénieur pour le service des ponts et chaussées. (25). — F° 70 v°. Au même : sur 380 municipalités 67 seulement ont formé des compagnies de gardes nationaux, composées en tout en 1071 hommes ; on espère cependant atteindre le chiffre de 2 à 3000 (27).
F° 72. A l'Assemblée nationale : « Nous, commis du directoire du département du Tarn nous nous engageons envers la nation à contribuer d'un sou pour livre de nos appointemants à l'entretien des gardes nationales.... » ils verseront ensemble 310 livres de ce jour au mois d'octobre 1792 (1er septembre). — F° 73. Au ministre de l'Intérieur : la ville de Sorèze demande un bâtiment ayant appartenu à l'abbé du lieu pour y loger le curé (10). — F° 74. Au comité militaire : envoi d'un état de l'organisation et de l'emplacement des brigades de gendarmerie, pour être approuvé (12). — F° 76 v°. Au ministre de l'Intérieur : accusé de réception de la lettre annonçant que le roi a accepté la constitution : « Nous avons appris ce grand événement avec la joie que doivent certainement éprouver tous les bons Français amis de l'ordre et de la paix... » (20). — F° 77. Au ministre des Contributions : « il s'est présenté quelques difficultés relativement à la loi portant établissement des patentes ; il nous a paru que cet impôt était en quelque sorte le remplacement de celui de l'industrie » ; faut-il taxer les médecins, chirurgiens et les autres professions libérales qui ne payaient pas les vingtièmes de l'industrie ? (23). — F° 77 v°. A l'administrateur de la caisse de l'extraordinaire ; on lui demande un premier envoi de 100000 livres d'assignats de 5 livres pour venir en aide aux industriels du Castrais lésés parle change des gros assignats ; il est rappelé qu'il y a dans le district de Castres « une grande quantité de fabriques d'étoffes soit en laine soit en coton,.... De fabriques de papi r, de cuivre, des forges, etc. » (26). — Au même : la perte résultant
du change des assignats fait craindre que l'école militaire de Sorèze ne puisse se maintenir ; il lui faudrait 3 à 4000 livres d'assignats de 5 livres, par mois (même jour). — F° 78 v°. Au ministre des Contributions : la patente a été refusée aux bouchers vu que la loi du 17 mars ne semble pas avoir retiré aux municipalités le droit d'affermer les boucheries (27).
F° 85 v°. Au ministre de l'Intérieur : « Nous avons été menacés ces jours derniers d'une insurrection de la part des fermiers ou colons » ; elle a été immédiatement réprimée (17 octobre). — F° 86. Au garde des sceaux : après entente avec tous les fonctionnaires publics de Castres le directoire a établi une base de réglementation des différends pouvant provenir des payements en assignats (24). — F° 91. Au ministre de l'Intérieur : « La loi du 10 avril sur la perception des dîmes a donné lieu à une infinité de difficultés ; il en est survenu des insurrections qui ont forcé le directoire à employer la force année pour ramener les habitants de la campagne à leur devoir » (28). — Folios 91 v°-94. Au même : exposé de l'organisation du corps des Ponts et chaussées dans le département (30). — Au même et au ministre de la Guerre au sujet de la répression des troubles occasionnés par les obligations des fermiers envers les propriétaires relativement à la dîme (28).
F° 95 v°. Au ministre de l'Intérieur pour faire payer ce qui leur est dû aux maîtres de poste du département ; « il y a à Albi un maître de postes qui doit entretenir 7 chevaux, un autre à Gaillac qui doit en entretenir pareillement 7 et un troisième à Saint Sulpice de La pointe qui doit en entretenir 9 » (2 novembre). — F° 100. Au comité de législation : avis défavorable à un projet de rendre ambulants les tribunaux criminels (14). — F° 106 v°. Au ministre des Contributions : envoi d'un état de l'argenterie inutile au culte et expédiée à la Monnaie de Toulouse ; le poids est de 573 marcs, 3 gros, 1 denier, 12 grains qui, à 50 livres le marc, valent 28650 livres ; ce métal doit servir à la fabrication de monnaies de 15 et 30 sous dont le directoire désire la remise, vu la rareté du numéraire ; le District de Lavaur a expédié à la Monnaie de Paris 24 marcs, 3 onces d'argenterie dorée, quantité à ajouter à la précédente (24).
F° 108 v°. Au ministre de l'Intérieur : demande de fonds pour les hôpitaux de Castres, Lautrec et Gaillac pour les dédommager de pertes subies par suite de la suppression des octrois et dîmes et par le fait de l'imposition de leurs biens (6 décembre). — F° 109. Au ministre des Contributions afin de faire modifier une base de répartition entre plusieurs départements, dont le Tarn, de monnaie de cuivre frappée à Toulouse (5). — F° 120 v°. Au ministre de l'Intérieur : demande de secours pour l'hôpital de Gaillac, sans quoi « cet établissement de charité serait anéanti » (16 janvier [1792] de l'an IV de la Liberté). — F° 122 v°. Au comité de secours publics : les dommages causés aux récoltes dans le département représentent une valeur de 707559 livres (25).
F° 128. Au ministre de l'Intérieur : « la rareté des grains commence à se faire sentir dans plusieurs municipalités », le setier de blé se vend à Castres 23 à 25 livres en numéraire et 28 à 30 en assignats ; le directoire demande à emprunter 150000 livres pour acheter du blé (10 février).
F° 135. Au ministre des Contributions : envoi d'un tableau de répartition entre les districts de 17067 livres en numéraire, délivrées du 3 septembre 1791 au 25 février 1792 (1er mars). — F° 137 v°. Aux commissaires du Trésor : envoi d'un reçu de 150000 livres prêtées au département pour l'achat de grains et remboursables en deux annuités (12).
Description physique : (Registre.) — In-f°, 138 feuillets.
L 14524 novembre 1792-3 floréal an III
Correspondance générale du directoire du département. Lettres écrites aux ministres, aux commissions exécutives et à divers représentants ou agents du Gouvernement.
Folio 9 v. Au procureur général syndic de l'Hérault : Marc-David-Albin Lasource, député du Tarn, condamné à mort, est né à Angles, district de Saint-Pons (25 brumaire an II).
F° 12 v°. A l'accusateur public du Tarn : envoi de plusieurs lettres adressées à Ranchin, de Puylaurens, dont l'une « contient le plan le plus révolutionnaire » (15 Frimaire). — F° 13. Au procureur général syndic de l'Hérault au sujet des sieurs de Pins, dont l'aîné, capitaine de dragons, est propriétaire de la forge de Monségou dans la commune de Lamontélarié (12). — F° 16 v°. A l'administration des domaines nationaux ; on lui transmet un rapport concernant, les châteaux royaux et seigneuriaux du district d'Albi ; il y est question de l'évêché occupé par le tribunal, la gendarmerie et l'évêque, moyennant un loyer payé à l'État, du couvent des Clarisses transformé en maison d'arrêt et loué aussi à l'État, du couvent de la Visitation devenu une caserne dont le ministre de la Guerre payera un loyer à fixer, de la maison d'un sieur Boyer, à Albi également, qui est en vente, d'« un ci-devant château appartenant à Lescure », émigré, et dont le directeur de la fonderie de Saint-Juéry se propose de demander la démolition pour employer ces matériaux « aux nouveaux établissements de Saint-Juéry ». (28).
F° 18 v°. A la commission des subsistances pour lui exposer l'impossibilité où sont les fermiers et régisseurs des biens nationaux de verser le produit de ces biens en nature, attendu qu'ils ont vendu les récoltes avant la promulgation des lois des 23 août et 13 septembre 1793 (7 nivôse).
F° 22. A l'administrateur provisoire des domaines nationaux ; le palais episcopal de Castres a été vendu à la commune de ce nom le 21 mars 1791, les administrations (départementale, de district, municipale), tribunaux, gendarmerie et prison y sont logés et payent un loyer à la ville ; le palais episcopal de Lavaur n'a pas été vendu, il est occupé par les bureaux du District, le tribunal et la gendarmerie (4 pluviôse). — F° 23. Au citoyen Beauvais, représentant du peuple, pour le féliciter d'avoir échappé à la mort (même jour). F° 26. A la commission des subsistances : « Nous espérons que la commission voudra bien s'occuper de notre département qui, sans son secours, sera livré dans peu à toutes les horreurs de la famine » (3 ventôse). — F° 28. Au ministre de l'Intérieur : envoi d'une requête d'Imbert [de] Corneillan, de Puylaurens demandant à ce qu'il soit sursis à la vente des biens de son fils Michel Imbert qui n'est pas émigré mais prisonnier des Autrichiens à Luxembourg depuis la retraite de Grandpré (18). — F° 29. Au comité de salut public : le directoire ignore dans quelle mesure le décret du 10 juin 1793 relatif au partage des biens communaux a été exécuté dans le département ; le retard de ces opérations est dû tant aux nombreux travaux dont les administrations sont surchargées qu'au « défaut absolu de connaissances suffisantes » des municipalités (24).
F° 30 v°. A l'administrateur provisoire des domaines nationaux : il a été vendu, en ventôse, dans le district de Castres, pour 363200 livres de biens (17 germinal).
F° 33 v°. A la commission des domaines nationaux : on lui envoie deux soumissions d'acquérir dont l'une concerne le couvent des Chartreux de Castres, avec église, cloîtres, cours, jardins, vigne et 7 séterées de terre ; les bâtiments qui sont immenses ne seront pas vendus à un prix raisonnable tandis qu'ils se prêteraient très bien à l'aménagement d'une maison de répression, au logement d'une compagnie de vétérans que l'on emploierait à la garde des détenus ; d'ailleurs ils servent déjà de maison de réclusion aux prêtres assermentés que leur âge met à l'abri de la déportation (12 floréal). — F° 36 v°. A l'administration des Bouches-du-Rhône : envoi d'une copie du jugement du tribunal révolutionnaire condamnant à mort Jacques Rabaud, né à Girou, Tarn, armateur, domicilié à Marseille, afin qu'il soit procédé à la saisie de ses biens (27). — F° 36 v°. A l'administration de la Haute-Garonne : envoi analogue du jugement du 1er floréal rendu contre Joseph-Julien-Henri [de] Rigaud, conseiller au Parlement de Toulouse (même jour).
F° 45. Au comité de salut public : les districts n'ont pas donné de réponses suffisantes au sujet de l'application de la loi relative aux biens communaux ; la municipalité de Lacaune a décidé de les conserver (29 prairial).
F° 50. Au représentant Chaudron-Roussau à Foix : envoi de la liste générale des émigrés du département et d'une liste incomplète des prêtres sujets à la déportation (21 messidor).
F° 62 v°. A l'administration de l'Enregistrement : le personnel, dans le Tarn, se compose de 23 agents (un directeur, 2 inspecteurs, 2 vérificateurs et 19 receveurs) ; le produit des bureaux des chefs-lieux de district dans les douze derniers mois s'est élevé à 736111 livres à Castres, 341415 l. à Lavaur, 248634 l. à Gaillac, 208448 l. à Albi et 186331 l. à Lacaune ; les deux premiers doivent, vu ces chiffres, obtenir un commis appointé ; la recette considérable du bureau de Castres provient du recouvrement de l'actif de la banque de Job Beaudecourt, grand-père d'émigré, opération presque terminée à cette heure (2 fructidor).
F° 77. Au comité de salut public : compte-rendu de l'exécution de la loi sur le partage des communaux ; le district de Lacaune a seul fourni des renseignements : 15 communes ont décidé de conserver leurs biens en entier, 5 de n'en aliéner qu'une partie, 2 ont envoyé des certificats négatifs ; Lacaune qui avait d'abord résolu de ne rien vendre est revenue sur cette décision (4e sans-culoltide).
F° 82. A la commission des revenus nationaux : envoi d'un état négatif des ventes de biens patrimoniaux des communes du district de Lavaur (13 vendémiaire an III). — F° 87. A la commission de l'organisation des armées : envoi d'un état des frais occasionnés par l'enlèvement des grilles et portes de fer du château de Brassac (25). F° 93. A la commission des revenus nationaux : envoi de 4 bordereaux des créances de 800 livres et au dessous, des arrérages et pensions, le tout liquidé suivant les lois des 11-12 mars et 25 juillet 1793 ; le total est égal à 2033 livres et des sous (9 brumaire). — Folios 97 v°-98. A la commission des administrations civiles, police et tribunaux : on lui transmet une pétition de Jean-Jacques O'Kelly, résidant à Merles, district de Valence, Lot-et-Garonne (aujourd'hui Tarn-et Garonne), afin de rentrer en possession de ses biens ; à cette pièce sont joints divers documents concernant le pétitionnaire, notamment un arrêt du Parlement de Paris, du 19 décembre 1757, enregistrant des lettres de naturalisation (28).
F° 99 v°. A l'accusateur public près le tribunal révolutionnaire de Paris : accusé de réception d'un jugement du 7 thermidor condamnant à mort Louis Sers, de Castres, et prescrivant la confiscation de ses biens (4 frimaire).
F° 111. Aux commissions d'agriculture et des revenus nationaux : envoi d'un arrêté du directoire concernant le citoyen Saba qui demande à acquérir le bâtiment du poids de Lavaur pour y établir une faïencerie (4 nivôse). — F° 115. A l'accusateur public près le tribunal criminel du département : « Les déprédations et les pillages qui se commettent journellement au ci-devant château d'Ambres ont nécessité l'arrêté que nous avons pris le 8 de ce mois » ; l'accusateur public est prié de veiller à la conservation du dit château et de faire punir les auteurs de dégradations (12). — F° 115 v°. Au comité de surveillance de Lavaur : même objet (même jour). — F° 117. A la commission des revenus nationaux : le directoire assurera l'exécution de la loi du 7 brumaire précédent qui interdit provisoirement aux communes l'exploitation des bois à elles attribués par sentences arbitrales (19). — F° 119 v°. A la commission des armes, poudres et mines : accusé de réception d'un arrêté du comité du salut public du 24 frimaire précédent qui ré