archives

Document 1 : Protestation de l'archevêque lors de l'inventaire de la cathédrale Sainte Cécile à Albi (14 février 1906)

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / Ressources pédagogiques / Dossiers pédagogiques

Identification du document                           (II V 18)

Protestation adressée à Monsieur l'Inspecteur des Domaines à l'occasion de l'inventaire de la cathédrale  Sainte-Cécile d'Albi le 14 février 1906
L'auteur est Monseigneur Mignot, archevêque d'Albi
C'est le début des inventaires, suite à la loi du 9 décembre 1905 de la Séparation des Eglises et de l'Etat ; comment réagissent les membres du clergé et les fidèles dans le Tarn ? 

Analyse

Pour l'inventaire de la cathédrale Sainte-Cécile d'Albi, l'archevêque Monseigneur Mignot, rédige une protestation, annexée ensuite au dossier. Dans le premier paragraphe, il montre que la protestation du clergé est inévitable ; il ne peut accepter le principe de l'inventaire. Le 2 janvier 1906 une instruction de la direction générale de l'Enregistrement prescrit à ses agents de demander aux prêtres l'ouverture des tabernacles. Ce document maladroit est source de contestation. Les premiers inventaires se déroulent fin janvier et la presse relate les incidents à Bastia, à Saint-Omer et à Paris. Le clergé essaie d'apaiser les esprits en recommandant aux fidèles d'adopter une attitude passive tout en lisant une protestation. Monseigneur Mignot rappelle qu'il contrôle l'en-semble des établissements ecclésiastiques du diocèse et qu'il dépend du Pape. Les catholiques ont été affectés par la politique anticléricale menée depuis le début du XXe siècle. La loi Waldeck Rousseau de juillet 1901, prévoyant la liberté pour la création des associations laïques non professionnelles mais ne s'étendant pas aux congrégations exclues du droit commun, puis la loi du 7 juillet 1904 d'Emile Combes, natif de Roquecourbe, président du Conseil de 1902 à 1904, interdisant aux congrégations d'enseigner. Par la loi du 9 décembre, les catholiques craignent la dépossession des biens de l'Eglise. L'archevêque rappelle qu'il autorise l'inventaire afin de respecter la loi puis il décline toute responsabilité pour la suite des évènements.
La modération est souvent imputée à l'archevêque d'Albi. Il considère que toute manifestation doit être passive ; ainsi dans le numéro suivant de la "Semaine religieuse", il félicite les fidèles de leur tenue lors de cet inventaire mais blâme les excés de quelques uns. Cependant il endosse la responsabilité des manifestations faites ensuite dans les autres paroisses ; sa protestation a valeur d'exemple pour les fidèles et les prêtres.
Pour comprendre ces évènements, il est utile de préciser qui est Monseigneur Mignot.
Archevêque d'Albi à partir de 1899, il s'entoure de deux prêtres, Rous et Birot. Mignot est un modéré, soucieux d'agir dans la légalité. Il essaie d'apaiser le clergé afin d'éviter toute violence et pense comme l'abbé Birot, que les catholiques doivent s'adapter à la loi de 1905 et participer aux mouvements afin d'en être les modérateurs. Le 11 février 1906, le pape Pie X condamne la loi par l'Encyclique "Vehementer Nos"puis décide de réunir une commission de l'épiscopat français avec les cardinaux, deux archevêques et deux évêques. L'un des deux archevêques est Monseigneur Mignot. A Paris, il est élu secrétaire général par 74 évêques français. Il  faut dire qu'il représente la tendance moyenne entre ceux qui acceptent la loi et les adversaires. Il rédige sur les associations cultuelles qu'il appelait "associations fabriciennes" un mémoire de 36 pages que l'abbé Birot porte à Rome. Mais Pie X en décide autrement et l'Encyclique "Gravissimi Officii" interdit les associations cultuelles le 10 août 1906. Monseigneur Mignot souhaitait une autre solution mais il s'incline devant la décision pontificale. Il quitte alors le Palais de la Berbie, résidence de l'archevêque, puisque les bâtiments religieux sont désormais entre les mains de l'Etat.Cet épisode de la vie de Monseigneur Mignot suffit à montrer qu'il eut une influence bien au-delà du diocèse d'Albi.

Intérêt du document

La protestation de l'archevêque est un peu ambigu ; il agit dans le respect de la loi,recommande la passivité mais décline toute responsabilité quand commence l'inventaire. Elle a cependant valeur de symbole pusque Mgr Mignot dirige le diocèse. Les ecclésiastiques agissent-ils de manière similaire dans leur paroisse ? Effectivement de nombreux prêtres rédigent une protestation puis s'en vont ou bien s'enferment dans l 'église avec les fidèles. Ils ne veulent pas être à la tête de mouvements de contestation mais les approuvent. 
La suite des évènements : l'inventaire n'a pu être fait ce jour là, l'agent des Domaines n'ayant pas insisté face à la foule présente dans la cathédrale, environ mille personnes. Il a été remis au 28 février, effectué sans incident et sans que la population ne soit avisée. Lors des premiers in-ventaires, les paroissiens étaient prévenus et parfois mobilisés sur ordre du curé ou d'une personnalité politique locale. Par la suite, les inventaires ont lieu à l'improviste. 

Fiche pédagogique

Voici un article extrait du  Journal du Tarn du samedi 3 février 1906, journal qui défend l'Eglise et dont J. Sablayrolles  est un fervent représentant.
                                                                          
Questions :

1 -Ce journal paraît 2 fois par semaine : est-ce un bi-mensuel ou bi-hebdomadaire ?
                                               
2 -Qu'est-ce qu'une chronique ?
  
3 -Pourquoi le titre de l'article est-il à la forme interrogative ? 
                                                  
4 -Qu'attendent les catholiques ?

5 -Que signifie : « j'attends les instructions de mon curé » ?

6 - Quel lien peut-on établir entre cet article daté du 3 février et la protestation de Mgr Mignot du 14 février ? Expliquez.
   
7 -Citez les expressions qui montrent le parti pris par l'auteur de l'article

8 -Essayez de résumer cet article en 1 ou 2 phrases.

 

document précédent - document suivant

 Mentions légales Plan du site Contact