archives

 Document 3 : Rapports du commissariat de Mazamet pour l'inventaire de l'église Saint-Pierre des Plos (mars et novembre 1906)

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / Ressources pédagogiques / Dossiers pédagogiques

Télécharger les documents d'archives :

- Procès-verbal du commissariat

- Rapport du commissariat

Identification du document (II V 25)

Rapports du Commissariat de police de Mazamet le 2 mars et le 20 novembre 1906
Inventaire de l'église Saint-Pierre des Plos, à proximité de Mazamet. Suite à la loi de Séparation des Eglises et de l'Etat du 9 décembre 1905, les inventaires doivent s'effectuer dès les premiers mois de 1906. Qu'en est-il dans une paroisse isolée près de la Montagne Noire ?

Analyse

A) Inventaire prévu le 2 mars 1906 :
Les faits sont relatés par deux gardes-champêtres de Mazamet. L'église Saint-Pierre des Plos est isolée, en pleine montagne et peu accessible. Le tocsin sonne pour donner l'alarme ; la population est en alerte et empêche toute approche de l'église d'où sortent environ cinq cent personnes armées. Menacés de toute part, les gardes-champêtres décident de rebrousser chemin et conseillent au receveur des domaines de ne pas s'y rendre.L'inventaire ne peut donc être effectué dans cette paroisse. Saint-Pierre des Plos est isolé dans la Montagne Noire, avec une population rurale dispersée, profondément attachée au catholicisme et prête à tous les excés pour défendre « son église ». Le commissaire note à ce propos « Très grand danger d'approcher de cette bande car ils sont très surexcités et décidés à frapper et à tuer s'ils le peuvent »
La mobilisation est forte et des hommes venus de villages parfois assez éloignés défendent la religion.
Cette tentative d'inventaire a donné lieu à plusieurs rapports de police ; ils s'accordent tous à souligner les excés de cette population qu'ils qualifient d'ignorante, de fanatique, connue dans le pays pour la violence de ses moeurs qu'elle revendique fièrement.
Face aux difficultés de certaines contrées françaises et aux rapports alarmistes des préfets, le ministre de l'Intérieur Clémenceau et le ministre des cultes Briand, donnent l'ordre de suspendre les opérations d'inventaires si elles doivent se faire par la force. Elles reprennent en novembre avec des moyens exceptionnels : le sud-est du département est divisé en 8 secteurs avec un commissaire de police dans chacun d'eux, un représentant des domaines ou un percepteur, un agent voyer chargé d'indiquer les voies de communication, une force de gendarmerie et un corps de troupe de composition variable.


B) Ce document concerne tous les inventaires effectués au mois de novembre 1906 dans le canton de Mazamet. Il faut rappeler que dans ce secteur, seuls les inventaires de 2 églises, Notre-Dame et Saint-Sauveur avaient pu être réalisés au début de l'année. Pour Saint-Pierre des Plos, les forces de police se rendent sur place dans la nuit du 20 novembre avec le sous-préfet, les troupes du 143° régiment et cinquante gendarmes à cheval. Au petit matin, l'escadron du 17° régiment de dragons traverse le village, éveillant la population mais elle ne peut agir face au déploiement des forces de l'ordre. L'église est cernée et le curé refuse d'ouvrir la porte ; elle est enfoncée comme l'autorise la loi et l'inventaire peut enfin avoir lieu. Le commissaire conclut, soulagé : « L'inventaire le plus difficile du canton est terminé, les populations ont été prises à l'improviste.»
Dans le Nord du département, les inventaires sont terminés en avril et dans le sud il en reste 104 en novembre 1906. Le préfet prévoit des opérations difficiles pour les trois quart d'entre-eux. La résistance est forte près des Monts de Lacaune et dans la partie orientale de la Montagne Noire. Il y a eu peu d'incidents au mois de novembre. Le clergé a une attitude digne ; quelques uns sont absents et d'autres ne s'opposent pas à l'exception des curés de Cambou, Lamontélarié, Salles, Saint-Baudille et Augmontel.
Les fidèles semblent plutôt indifférents et aucune action d'homme politique n'est signalée. Il faut dire que les élections législatives ont eu lieu au mois de mai d'où leur désintérêt. Quant au clergé, il s'est apaisé après avoir fait preuve de fidélité envers le pape Pie X. Les ecclésiastiques ont sans doute réalisé que la loi du 9 décembre n'allait pas bouleverser profondément la vie religieuse du pays. L'exaltation catholique est retombée au bout de quelques mois  et les fidèles ont compris qu'ils avaient été manipulés à des fins politiques.              
 

Intérêt du document


Il témoigne de la difficulté à réaliser l'inventaire dans certaines contrées du département.Il permet de souligner les disparités entre le nord du département où tous les inventaires sont achevés en avril et le sud, singularisé par son attachement au catholicisme et son conservatisme.
  

Fiche pédagogique

1) Quels sont les acteurs de l'inventaire ?
2) Quelles sont leurs actions ?
3) Ont-ils atteint leurs objectifs ? Expliquez.

Ce travail est à réaliser sous forme de tableau.


Bilan des inventaires dans le Tarn :

Le bilan doit être fait en prenant en compte l'espace et le temps. L'espace puisque de grandes disparités demeurent entre le nord et le sud du département. Dans le nord, les inventaires se fant en février-mars 1906 sans grande difficulté. Dans la majorité des cas, une lettre de protestation est lue,
le curé est absent ou s'est barricadé dans l'église avec les fidèles.  La porte de l'église est enfoncée après les sommations légales et l'inventaire est effectué. Dans le sud, les quelques inventaires faits en février ont essuyé des incidents. Il en reste 104 pour le mois de novembre, dans le quart sud-est comme le montre la carte, entre les Monts de Lacaune et la Montagne Noire. Les moyens déployés sont exceptionnels, les habitants sont plutôt passifs et les inventaires s'effectuent correctement. Les fidèles semblent résignés ou bien ils ne veulent plus être manipulés par des ecclésiastiques accro-chés à leurs privilèges ou des élus accrochés à leur mandat.
Le Tarn est en 1906 l'un des dix départements français où il reste plus de cent inventaires à réaliser.
Le sud se singularise par son fanatisme religieux. La présence protestante les a lancés très tôt dans le combat religieux pour sauvegarder le statut de leur église. La politique anticléricale fait l'effet d'une tempête dans certaines paroisses et les réactionnaires en font leur cheval de bataille. 
Le contraste des inventaires est saisissant entre le nord et le sud du département ; les évènements donnent l'impression d'avoir à faire à deux populations que tout oppose. 

 

document précédent - document suivant

 Mentions légales Plan du site Contact