archives

Document 12 : Article de l'Echo du Tarn sur la conférence de la baronne Reille (4 juin 1904)

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / Ressources pédagogiques / Dossiers pédagogiques

Identification du document (IV M 2 / 94)


– Article de Journal paru dans l'Echo du Tarn puis édité dans la Semaine religieuse le 4 juin 1904
– Conférence de Madame la baronne Xavier Reille puis intervention du député. Au-delà de la présence des femmes pour les familles de notables locaux, quel est le rôle attribué à la femme ?

Analyse

Pour comprendre l'enjeu du document, il convient de brosser un portrait de la famille Reille.
Le baron René Reille s'installe dans le sud-est du département et se marie avec la petite-fille du maréchal Soult de Saint-Amans d'où l'origine de la famille Reille-Soult.1 En 1869, il devient conseiller général du canton de Saint-Amans-Soult puis député à partir de 1876 et l'année suivante sous-secrétaire d'Etat au ministère de l'Intérieur. Très vite il a su se montrer proche de la population et avoir une grande popularité. Sa fille Marie a épousé le fils de Solages, processus d'extension de la "dynastie Reille". A sa mort en 1898, ses fils Amédée et Xavier le remplacent. En politique, ils sont très virulents face à l' anticléricalisme du bloc des gauches. Dès la naissance de l'Action Libérale Populaire de Jacques Piou, en réaction à la loi Waldeck-Rousseau de 1901, ils y adhèrent et en deviennent les secrétaires au niveau national l'année suivante.2 Très vite ils créent des comités A.L.P dans le Tarn, parfois dans des petites localités. Ils poursuivent l'oeuvre de leur père et renforcent ainsi l'influence cléricale et réactionnaire du sud-est du département. En parallèle se développent un « Comité de la Jeunesse Libérale et Catholique » et la « Ligue des Dames de la Patrie Française. » La Ligue eut beaucoup de succés dans le sud du département avec 252 membres à Castres et plus de 400 à Mazamet. A la fin du XIXe siècle la baronne Geneviève Reille, épouse de René Reille visite la population du canton, crée des oeuvres de charité et dès 1904 cette image philantropique est reprise par sa belle-fille, épouse de Xavier Reille.

La baronne tient une première conférence à Burlats, commune à proximité de Castres, appartenant au canton de Roquecourbe, une contrée déjà acquise au reillisme ( aux élections législatives de 1902, Xavier Reille a obtenu dès le premier tour 71,1 % des voix)3. Elle demande aux femmes et jeunes filles présentes de s'unir contre les ennemis c'est-à-dire les anticléricaux, accusés de destruction. Les femmes catholiques doivent diffuser « la bonne presse » ; l'allusion est faite au journal reilliste « l'Union Libérale » qui en 1902 remplace « le Conservateur » puis aux journaux tarnais défendant le catholicisme tels « la Semaine religieuse" du diocèse d'Albi,"le Journal du Tarn" d'Albi, "la Croix du Tarn" d'Albi et "l'Echo du Tarn" de Castres.4  La Ligue Patriotique des Françaises recrute également en milieu ouvrier. C'est un des paradoxes du sud du département ; les patrons  sont globalement protestants et votent à gauche alors que la majorité des ouvriers sont à droite et catholiques. Ce précepte énoncé par Rémy Cazals et Jean Faury pour la région de Mazamet se vérifie-t-il dans le canton de Roquecourbe ?  Les protestants représentent entre 7 et 15 % de la population selon les communes et les législatives de 1902 ont élu Xavier Reille au 1er tour avec 71 % des suffrages exprimés. Effectivement ce canton  illustre bien l'originalité politico-religieuse du sud tarnais.
La stratégie de la baronne repose sur le désintérêt avoué envers la politique et une ferveur sans borne pour le catholicis-me. Moraliste enfin puisqu'elle préconise la lutte des bons contre les mauvais. De tout temps, les religions ont été acces-sibles aux femmes. La féminisation des religions au XIXe siècle peut être vue comme un embrigadement mais attention la sphère politique lui reste interdite. Elle ne doit pas entrer en rivalité avec le sexe masculin. Pourtant, à la fin du XIXe siècle, l'église catholique pousse les femmes vers la politique par l'intermédiaire des ligues et notamment la Ligue Patriotique des Dames Françaises ; l'objectif est de conforter un modèle familial parfaitement conservateur. La famille Reille et dans une moindre mesure la famille de Solages à Carmaux donnent l'image idéalisée de la famille au début du XXe siècle ; elles doivent faire l'admiration des habitants et bénéficier d'un dévouement sans limite.
La conférence, à vocation religieuse, est ensuite détournée vers la politique avec la présence du député. Il rappelle la devise qui était déjà celle de son père : "Dieu, Patrie, Liberté" (visible encore aujourd'hui sur le fronton de la mairie de Saint-Amans-Soult). La religion est une priorité; les députés Reille la défendent de manière parfois violente depuis le début du XXe en s'opposant aux fermetures des écoles congréganistes de 1902 à 1904 puis aux inventaires en 1906. L'objectif d'Amédée et Xavier Reille est d'influencer les femmes afin que leurs époux votent pour un candidat reilliste aux prochaines élections. La conférence a lieu au mois de juin 1904 et les prochaines élections sont les cantonales de juillet puis à plus long terme les élections législatives de mai 1906. Dans cette période, l'enjeu électoral essentiel est la défense du catholicisme et leur objectif est l'échec à plus ou moins long terme du bloc des gauches.

Intérêt du document


La religion est une "façade" derrière laquelle se trame la vie politique locale mais aussi nationale. La femme est un tremplin pour la carrière politique de son époux. La baronne est reconnue en tant que "femme de" et non pour elle même.  Les dames catholiques sont manipulées à des fins politiques sous des aspects philantropiques et clientélistes .   L'image d'une famille sereine, heureuse, est un atout pour un homme politique...  

Fiche pédagogique


L'Echo du Tarn  est un journal politique orienté à droite paraissant à Castres depuis 1853, le jeudi et le dimanche. Cet article a été découpé et repris par la Semaine religieuse du diocèse d'Albi paraissant tous les samedis depuis 1873.

1- Pour chaque journal :

- quelle est son ancienneté ?

- quelle est sa périodicité ( mensuel, quotidien, hebdomadaire, bihebdomadaire) ?

2- Dresser un portrait de la baronne et du baron en utilisant tous les adjectifs de l'article.

3- Quels sont les différents témoignages dont font preuve les membres de l'assistance ?

4- Qui assiste à cette conférence ?

5- Que viennent chercher les personnes présentes à une telle conférence ?

6- Expliquez la dernière phrase. Qu'en pensez-vous ?

 

document précédent - document suivant

 Mentions légales Plan du site Contact