archives

Corrigés

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / Ressources pédagogiques / Dossiers pédagogiques

Correction document 1 : Journal du Tarn, art. de Sablayrolles

1- C'est un bihebdomadaire.
2- Chronique : article de journal où sont rapportés les faits, les nouvelles du jour.
3- Le titre est à la forme interrogative pour montrer le désarroi des catholiques. Ils ont perdu leur repères et ne savent plus comment agir.
4- Les catholiques attendent que les membres du clergé leur donnent des consignes.
5- Les catholiques ne peuvent prendre une initiative de manière isolée ; ils se réfèrent à leur guide spirituel, le curé.
6- Le 3 février les catholiques ne savent que faire ; à partir du 14 février, les clercs vont peut-être agir de concert avec Monseigneur Mignot c'est à dire rédiger une lettre de protestation puis laisser faire l'inventaire.
7- « situation douloureuse et difficile »
« empêcher les sectaires d'atteindre leur but »
« anticléricaux », « le gouvernement en place ».
8- Les catholiques sont déconcertés par la Séparation des Eglises et de l'Etat puis par les inventaires.
Comment doivent-ils se comporter puisque les faits montrent des situations différentes.

Correction document 2 : l'inventaire des 2 églises de Mazamet

1) Les 2 camps opposés sont les cléricaux ( la foule, les fidèles, les catholiques, le député Amédée Reille, les mani-festants, une jeune fille)et les anticléricaux( ils sont là pour faire respecter la loi : le sous-préfet, les commissaires, gendarmes, militaires, capitaines, colonel, commandant,etc...)
2) L'inventaire de l'église Notre-Dame :
- préparatifs : Nous nous sommes enfermés dans l'église, armés, prêts à agir. Dans la nuit arrivent cent cavaliers du 3e régiment d'artillerie. Nous chantons des cantiques en attendant l'assaut et le tocsin retentit. Vers le petit matin, trois cent artilleurs à pied viennent en renfort contre nous. Par une lucarne, nous voyons arriver le sous-préfet et le com-
missaire de Mazamet.
- déroulement : la porte est forcée et les agents commencent l'inventaire mais nous ne cèderons pas et il faut attendre l'arrivée de notre cher député pour laisser agir les représentants de l'Etat. Lui seul à Mazamet a défendu notre cause.
– bilan : hélas l'inventaire a été fait mais nous avons montré notre mécontentement.
3) La particularité : la simultanéité quasi parfaite a permis d'effectuer les 2 inventaires des églises de Mazamet, fait exceptionnel au mois de février dans cette contrée!

Correction document 3 : l'inventaire de Saint-Pierre-des-Plos


 
Tableau : - mars 1906 les acteurs sont  des femmes armées, des individus nombreux et armés, 500 hommes sortent de l'église,etc
Les actions, prêts à agir avec violence (donner des ex.)
Conséquences : les gardes-champêtres s'en vont et les représentants de l'Etat n'essaient pas de venir Bilan : l'inventaire n'a pu être fait comme dans la plupart des paroisses environnantes.

Nov 1906 les acteurs sont les forces de l'ordre (gendarmes, régiment etc...) le sous-préfet, le commandant, le capitaine, tous guidés par les gardes-champêtres.
Les actions ont été préparées et menées par l'armée empêchant la population de réagir.
Conséquences : l'inventaire s'effectue rapidement
Bilan : un déploiement de forces impressionnant a permis de faire l'inventaire. La population n'a pu  réagir .

Correction document 4 : le protestantisme dans le Tarn

Complétez la carte. Exceptés Albi et Réalmont, les protestants sont présents dans le sud-est du département, près de la Montagne Noire et des Monts de Lacaune. Les protestants  sont majoritaires à  Berlats, Ferrières, Gijounet, Vabre et Viane, près des Monts de Lacaune, en altitude et dans une zone d'habitat isolé. Leur présence remonte au XVIe siècle.
Voir le tableau.

Correction document 5 : Aux familles catholiques

1 – Oui, puisqu'il demande aux fidèles de venir en aide au clergé.
2 - Les 2 raisons sont la perte de traitement du curé et pour l'avenir le refus des associations cultuelles (pertes financières pour l'Eglise)
3 – Le curé pense que la somme n'est qu'une indication et il invite les fidèles à donner plus s'ils le peuvent.
4 – Arguments du curé : l'amour pour la religion, la foi, plus près du seigneur si vous donnez plus. Le curé essaie de sensibiliser les fidèles.
5 – C'est un appel qui revêt plusieurs dimensions : religieuse (prêtre, églises, âmes..) patriotique (la France).

Correction document 6 : tableau de la répartition écoles laïques- écoles privées

1 – Définitions : école laïque : école publique distribuant un enseignement neutre sur le plan confessionnel
école privée : école qui ne dépend pas de l'Etat
congrégation : association de religieux liés par des voeux.
2 – la mixité pour les écoles laïques : 44 % en 1904, 44,7 % en 1906 comme en 1910. la mixité pour les écoles privées :   6 % en 1904, 6,7 % en 1906 et 8 % en 1910. Ces % ne sont par sur prenants car jusqu'à une époque récente, garçons et filles étaient séparés dans les écoles privées.  La société est au début du siècle traditionnaliste et l'enseignement est d'ailleurs différent selon les sexes. La scolarisation des filles est plus tardive et l'enseignement est plus pratique (couture, travaux ménagers,etc...).
3 - Les écoles publiques de garçons sont les plus nombreuses ; 252 puis 249 et 246. Inversement la majorité des filles fréquentent les écoles privées dans le Tarn au début du Xxe siècle ; 381 puis 353 et 348.
4 – Ces données ne suffisent pas ; il faudrait connaître les effectifs approximatifs par classe pour pouvoir  faire une étude précise.
5 – Les écoles congréganistes s'effondrent après la loi du 7 juillet 1904 qui leur interdit l'accés à l'enseignement.

Correction document 7 : article de la Dépêche le 2- novembre 1909

1 – Présentez le document : article de la Dépêche, quotidien radical
26 novembre 1909
P. Arnal, journaliste
école laïque de Parisot.
2 – Campagne cléricale contre l'école laïque : ce sont les membres du clergé ( à Parisot le curé Durand)  qui prennent des mesures contre l'école publique (ici l'institutrice Melle Gibily, soutenue par le Maire).
3 – "doux ministre de paix""jeunes révolutionnaires enjuponnés"
4 - L'inspecteur  d'académie n'a pas fait son travail. Le journaliste lui reproche de ne pas avoir réagi rapidement c'est à dire se rendre sur place pour défendre l'institutrice.
5 – Les instituteurs doivent se montrer fermes et déterminés ; leur hiérarchie doit les soutenir sans faille afin  d'implanter le concept républicain de la laïcité.
6 – Passages où le journaliste est contre le curé : "Ceux qui prennent facilement une lanterne cléricale pour  une vérité historique".  Le dernier paragraphe.
7 – Titre "école laïque attaquée" ; dès le titre on comprend la position du journaliste. Il choisit un terme fort "attaqué" afin de sensibiliser les lecteurs ; l'offensive est lancée contre l'école publique et les Français doivent réagir. La République doit ainsi consolider ses assises et notamment la laïcité.

Correction document 8 : congrégation des filles de Jésus de Massac

1 – Compléter la carte de Tarn en coloriant en marron les communes où se trouve la congrégation
2 - Elles se situent essentiellement dans le sud du département.
3 - Certaines sont disséminées tout autour de Massac telle une toile d'araignée.
4 – Oui, un ensemble sud-ouest autour de la maison mère et un ensemble sud-est près des Monts de Lacaune, dans des communes ayant une minorité protestante. 
5 – L'implantation est conforme aux disparités nord- sud cependant...
6 - Il faudrait avoir la carte du Tarn avec toutes les congrégations pour voir si leur présence est moindre dans le nord.

Correction document 9 : école Sainte-Marie à Albi

1 – Faire une courbe rouge pour les effectifs des élèves et une courbe rouge pour les enseignants.
Evolution : la courbe des élèves est très fluctuante ; une baisse apparaît au milieu des années 1890 puis  elle augmente jusqu'en 1900. Pour les enseignants, la courbe est constante.
2 - Les 2 courbes n'ont pas la même allure.
3 - La loi du 7 juillet 1904 interdit aux congrégations d'enseigner mais il n'y a pas de répercussion notable. On remarque seulement que 2 religieuses sont sécularisées. La loi n'est donc pas respectée à l'école Sainte-Marie.

Correction document 10 : presbytère de Cambou

1 – Aujourd'hui, l'Etat est propriétaire chargé de l'entretien des cathédrales antérieures à 1905. L'Etat subventionne 10 % des églises communales, 100 % des cathédrales, 50 % des lieux de culte classé monument historique et 15 % des lieux de culte inscrit à l'inventaire des historiques.
2 - 1905, article 4 : "Dans un délai d'un an à partir de la promulgation de la présente loi, les biens mobiliers et immobiliers des menses, fabriques, conseils presbytéraux, consistoires et autres établissements publics du culte seront, avec toutes les charges et obligations qui les grèvent et avec leur affectation spéciale, transférés par les représentants légaux de ces établissements aux associations qui en se conformant aux règles d'organisation générale du culte dont elles se proposent d'assurer l'exercice, se seront légalement formées, suivant les prescriptions de l'article 19, pour l'exercice de ce culte dans les anciennes circonscriptions des dits établissements."
1905 est une date clé puisq'uelle a déterminée la propriété des bâtiments religieux. L'article 4 est fondamental puis il faut rappeler que les associations cultuelles ont été interdites par le pape d'où des pertes condsidérables pour le monde catholique

3 – Les effets de la décentralisation sont importants puisque dorénavant les départements et les régions participent. Le département participe pour l'église communale, pour le lieu de culte classé monument historique, pour le lieu de culte inscrit à l'inventaire des historiques et à titre exceptionnel pour un lieu de culte postérieur à 1905.
La région intervient pour le lieu de culte classé monument historique et lieu de culte inscrit à l'inventaire des historiques.
La décentralisation a permis un désengagement de l'Etat et une meilleure répartition de l'entretien des bâtiments religieux.

Correction document 11 : délibération du Conseil municipal de Puycelsi en 1907

1 – Identification du document :
délibération du conseil municipal
17 mars 1907
location des presbytères
2 – A la suite de la Séparation des Eglises et de l'Etat, les curés doivent désormais payer un loyer (art.4)
La législation (art.4)  précise que les biens mobiliers et immobiliers seront transférés aux associations cultuelles mais le Pape les refuse par l'Encyclique d'août 1906 et le clergé doit se référer à la loi du 2 janvier 1907 qui désaffectait de plein droit les presbytères.
3 – Les sommes proposées sont faibles car la municipalité veut garder ses desservants et ces derniers n'ont plus de traitement depuis la Séparation. Les fidèles doivent dés lors verser le denier du culte par conséquent les curés ont moins de revenu qu'auparavant.
4 – Le presbytère de Laval se distingue des 3 autres puisqu'il a fait l'objet d'un don des paroissiens à condition qu'il serve à loger le curé. Cependant la loi de 1905 s'applique de manière égale à tous les presbytères.

Correction document 12 : conférence de la baronne Reille.

1 – L'Echo du Tarn est bihebdomadaire, paraissant depuis 1853 à Castres
La Semaine Religieuse est un hebdomadaire paraissant depuis 1873 à Albi.
2 – Portraits :
la baronne : sympathique, parle avec clarté, style très élégant, grande délicatesse,jeune, éminent
le baron : sympathique, vaillant député, jeune, beaux gestes, éclat de son discours, talent
3 – Différents témoignages : admiration, vifs applaudissements, chaleureux applaudissements
4 – Ce sont des femmes qui assistent à cette conférence.
5 – Elles viennent pour connaître la femme du député (c'est sa première conférence) et pour qu'elle les aide dans la défense de la religion contre la politique anticléricale.
Si le député était venu seul, ce serait une réunion politique et il n'y aurait pas eu de femme.  Ici, les fem-mes sont sollicités pour qu'elles s'investissent indirectement c'est à dire influencer leur mari pour le prochain vote.
C'est une image traditionnelle du XIXe et début XXe siècle ; hommes et femmes sont séparés. Ils n'ont pas les mêmes activités et les mêmes droits.
6 – La dernière phrase est un peu  idéalisée. Le journaliste insiste sur la proximité de la famille Reille ; souvent présents, près des habitants et ils ne cherchent pas à se différencier. Le baron René Reille puis ses fils savaient que la popularité permettait de s'implanter dans de nombreux villages.

Correction document 13 : réponse du préfet au pasteur Lavigne

1 – Lettre du préfét au pasteur.
2 - Il lui répond le lendemain, ce qui montre son intérêt.
3 – Il lui recommande la prudence bien qu'il soit d'accord. Les 2 hommes ont un rôle public.
4 – Prudence afin de ne pas rallumer la querelle entre cléricaux et anticléricaux qui faisait rage à la suite de la Séparation des Eglises et de l'Etat.
5 – pasteur : guide du culte protestant préfet : délégué du pouvoir central de chaque département, représentant de l'Etat
6 – La querelle entre les catholiques et les anticléricaux, rallumée en 1905 avec la Séparation s'est atténuée depuis ; attention à ne pas l'attiser. Brassac se situe dans la zone sensible du sud-est  où les fermetures d'écoles congréganistes et les inventaires ont laissé de mauvais souvenirs.

Correction document 14  : lettre du commissaire de Carmaux au préfet

1 - Le 1er paragraphe : les congrégations n'ont pas changé leur mode de vie et leur influence sur la population est la même malgré la sécularisation.
2 – Avant la loi signifie avant le 7  juillet 1904 quand les congrégations avaient le droit d'enseigner.
3 – Non seulement ces personnes sont dangereuses en continuant à diffuser leurs préceptes religieux mais surtout elles agissent dès lors dans le domaine politique ( à la tête de parti, de ligue...).

4 - Le danger provient du fait que des actions politiques se dissimulent sous des oeuvres diverses : chorales, club de sport,etc

Correction document 15 : Journal du Tarn,  Jaurès à Sérénac

1 – L'attachement de la population au catholicisme apparaît dès la première phrase : "où l'on célébrait la fête de l'adoration perpétuelle."
“des jeunes gens portaient au bout d'une perche la serrure et un morceau de la porte de l'église..."
"mais non de l'anticléricalisme".
2 – Les expressions contre le système politique de 1906 : "loi souverainement impopulaire...." "mais non de l'anticléricalisme"
3 – Prévisions du dernier paragraphe : Jaurès battu, ce qui s'avère exact pour la commune de Sérénac et le canton mais pas dans la circonscription. On peut en déduire que les campagnes ont moins de poids que le carmausin où Jaurès est élu grâce aux mineurs.
4 – Les idées du journaliste apparaissent dès le début "eut la mauvaise idée", "preuve nouvelle et irréfutable que les instituteurs ne font pas de politique", "c'étaient pour la plupart des salariés du gouvernement", "de cette loi de persécution et de spoliation qui a froissé les consciences des rudes croyants de nos campagnes", "elle veut des réformes pratiques et sérieuses....", "dans la commune de Sérénac et dans la commune voisine de Crespinet..."
5 – Jaurès en visite à Sérénac. Quel plaisir de voir cet homme dans les rues du village. Pourtant la majorité de la population lui est défavorable. Elle lui reproche la politique anticléricale du gouvernement et le rend responsable de l'inventaire. Pour le lui rappeler, elle le menace avec un morceau de port de l'église. Affolé par tant d'hostilité, il se réfugie chez les limonadiers, rares appuis du village. L'hostilité se poursuit et des femmes allument un feu pour le faire sortir. Le pauvre homme ! La population le persécute jusqu'à son départ en lui lançant des oeufs. Il est honteux de traiter un candidat de la sorte ! Sérénac n'est pas favorable à Jaurès cependant il est déjà député et nous espérons qu'il le restera, grâce à l'appui des mineurs de Carmaux qu'il défend depuis 1892 !

Correction document 16 : objectif, les élections législatives de 1906

– Les 2 cartes électorales de 1902 et 1906 montrent bien l'évolution du vote à gauche (rouge) beaucoup plus présent dans le nord, nord-ouest du Tarn. Inversement le jaune se cantonne de plus en plus dans le sud, sud-est.
– La corrélation doit être faite avec la ferveur religieuse du sud et l'hostilité de la population à l'égard de la politique anticléricale et du bloc des gauches qui est au pouvoir. Inversement le sud accepte la politique de gauche et Jaurès est réélu en 1906.
– La dernière carte est d'une clarté évidente ; la politique anticléricale accentue la dualité politique entre le nord à gauche et le sud conservateur et attaché au catholicisme. C'est l'opposition entre la plaine dans le nord, ouverte aux influences extérieures et aux progrès et la zone montagneuse du sud avec la Montagne Noire et les Monts de Lacaune où la population est isolée et repliée sur les traditions et la religion.

 

document précédent - document suivant

 Mentions légales Plan du site Contact