archives

Chronologie

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / Ressources pédagogiques / Dossiers pédagogiques / chronologie

XVIe siècle

1503 : Dénombrement ordonné par Louis XII.


1547-1559 : Dénombrement du royaume (sauf la Bourgogne). 27.000 lieux peuplés ayant un clocher.


1560 : Sous Charles IX, la population est estimée à 20 millions d'âmes (ce qui paraît beaucoup).


1576 : Enquête publiée par diocèse, donnant le nombre de paroisses, maisons et familles (feux) : 100.000 paroisses (132.000 hameaux), 3,5 millions de feux.

XVIIe siècle

1664 : Réforme de l'impôt sur le sel et confection d'un atlas des gabelles comportant, pour chaque grenier à sel, le nombre des paroisses, des feux, des gabellants (personnes de plus 8 ans), des laboureurs, des nobles et des ecclésiastiques, avec les ventes de sel de 1664.


1693 : En mai, décision de recenser les bouches à nourrir en raison de la mauvaise récolte.


1694 : Pontchartrain, secrétaire d'Etat à la Marine et à la Maison du Roi, fait procéder à un recensement général du royaume à l'occasion de l'établissement d'un nouvel impôt (sur le revenu) : la capitation.


1697 : Enquête nationale lancée par le duc de Beauvillier pour mettre sous les yeux du duc de Bourgogne un tableau aussi exact que possible du royaume qu'il aura à gouverner.
En Languedoc, mémoire de l'intendant Lamoignon de Basville avec un état des nouveaux convertis et anciens catholiques. Totaux en feux allumants (familles).

XVIIIe siècle

1709 : Circulaire du 14 juin, par le contrôleur général Desmarets, ordonnant "la recherche des blés et un dénombrement exact des habitants de toutes les communautés", suite au "grand hyver".


1713 : Nouvelle enquête pour connaître le nombre de feux de chaque paroisse d'après le rôle des tailles nouvellement établi. A l'exception de la Bourgogne, ce dénombrement n'englobe pas les pays d'état dont le Languedoc.


1724-1726 : Mises à jour des rôles (sextés) des greniers à sel.


1734 : Enquête décidée par les Etats de la province de Languedoc avec le total de cotes de capitation, le nombre de feux allumants, le nombre d'habitants par feu allumant.


1744 : Enquête générale avec rubriques démographiques due à l'intendant Jean Le Nain, baron d'Asfeld. Sont demandés le nombre d'habitants, celui des baptêmes, mariages et sépultures de 1743, l'évolution de la population depuis 1684, les conséquences de la révocation de l'édit de Nantes, les causes de l'augmentation ou de la diminution.


1757 : La Michodière, intendant, et son secrétaire Messance, font établir la statistique des baptêmes dans plusieurs paroisses des généralités de Riom, Lyon et Rouen. D'après ces données et des recensements partiels, ils calculent un coefficient "multiplicateur universel" et évaluent la population du royaume à 23.909.400 âmes. Les calculs entrepris par l'abbé Jean Joseph Expilly aboutissent à un total de 20.905.413 habitants.


1772 : L'abbé Terray, contrôleur général, prescrit aux intendants de lui fournir, avec le concours des curés, des tableaux annuels du mouvement de la population. Il applique la méthode du multiplicateur universel pour le calcul de la population du royaume.

1784 : Dans son "Traité de l'administration des finances", Necker attribue à la France une population globale de 24.676.000 habitants (pour l'historien Jacques Dupâquier, la réalité devait être voisine de 27 millions).


1788 : Grande enquête confiée aux curés des paroisses. Le diocèse d'Albi annonce une population de 129.115 habitants, celui de Castres 82.288 habitants (ces chiffres sont sous-estimés).

La Révolution

1790-1791 : 4 enquêtes sont lancées par les comités de la Constituante. La loi de juillet 1791 prescrit la tenue, dans chaque commune, d'un registre de population, et sa mise à jour annuelle.


1792 : L'Assemblée confie la tenue de registres d'état civil aux municipalités.


1793-1794 : Nombreuses circulaires demandant, pour chaque commune, un état de la population, le nombre de maisons, de feux, le relevé du mouvement naturel de 1789 à 1793.


1795-1796 : Pierre Bénézech, ministre de l'Intérieur, lance une enquête afin de connaître l'état de chaque département, puis ordonne le dénombrement de la population et du bétail.


1798-1799 : Son successeur, de Neufchâteau, prescrit de faire dresser des relevés mensuels des naissances, mariages et décès.

XIXe-XXe siècles

1801: Recensement général de la population ordonné par Lucien Bonaparte. En réalité, on a surtout réactualisé les chiffres des enquêtes précédentes. On estime la population à 28.350.000 habitants, d'après un calcul du ministère Chaptal. Création d'un bureau des statistiques, dirigé par Davillard puis Coquebert de Montbret. Le bureau est supprimé en 1812.


1806 : Recensement à préoccupation politique : préparer les assemblées de canton.


1817 : Recensement des hommes de 20 à 60 ans, pour réorganiser la garde nationale.


1820-1822 : Recensement général. Le pouvoir prévoit de renouveler l'opération tous les 5 ans.


1830 : César Moreau crée la "Société française de Statistique universelle", qui devient en 1834 la "Statistique générale de France" (S.G.F.), dont le premier directeur est Alexandre Moreau de Jonnès, officier et statisticien, auteur d'un remarquable ensemble de "Documents et statistiques de la France".


1836 : Les recensements sont désormais dressés à partir d'états nominatifs. Ils deviennent quinquennaux, en dehors des reports ou annulations dus aux conflits. Les changements résident dans les informations demandées (par exemple, le degré d'instruction en 1866).


1941 : René Camille établit le répertoire général de tous les Français. Il est le père du numéro national d'identité, connu aujourd'hui sous le nom de numéro de Sécurité sociale (13 chiffres déterminés par la date et le lieu de naissance).
Il forme le "Service national des Statistiques" qui, en avril 1946, est transformé en "Institut national de la Statistique et des Etudes économiques" (I.N.S.E.E.).


1945 : Formation de l'Institut national des Etudes démographiques (I.N.E.D.), avec Alfred Sauvy, directeur.


1962 : Premier recensement dépouillé par ordinateur.


1997 : Le recensement est reporté à 1999 pour des raisons budgétaires.

 

                                          page précédente - page suivante

 Mentions légales Plan du site Contact