archives

Le bureau des pauvres de Réalmont : approche du document et de son contexte

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / Ressources pédagogiques / Dossiers pédagogiques / doc 2 - contexte

Le bureau des pauvres

L'hôpital ou bureau des pauvres de Réalmont est un bureau d'assistance organisé sous la présidence de l'archevêque d'Albi, Charles Le Goux de La Berchère, le 5 mars 1690, en exécution de l'ordonnance du roi du 12 octobre 1686.

L'ordonnance de Louis XIV vise à lutter contre la mendicité, en établissant ou augmentant les hôpitaux généraux dans les villes et gros bourgs. Il s'agit d'assister les pauvres qui ne sont pas en état de travailler, mais également de punir les mendiants valides en les condamnant aux galères.

En 1690, la France est en guerre contre la Ligue d'Augsbourg (Autriche, Espagne, Suède et princes allemands). Le conflit va mettre à mal les finances de l'Etat. Cette même année amorce une période de refroidissement du climat ("petit âge glaciaire") sensible jusqu'en 1720.

Le document proposé dans le dossier est extrait d'un registre de l'hôpital de Réalmont, in-folio, de 271 feuillets papier (réf. Arch. dép. du Tarn : E 3609). Ce volume regroupe les comptes et les décisions de messieurs les directeurs assemblés en bureau, et couvre la période 1690-1749.

Sont en particulier notés les pauvres à secourir, la fixation des jours de distribution du pain et de la viande. En 1694, le bureau distribue des secours alimentaires à 123 familles composées de 353 personnes, soit 582 livres de pain par semaine.

Ce type de registre permet de faire apparaître une population marginalisée par la pauvreté. Sans bien, sans profession, parfois sans domicile, les personnes assistées ne sont enregistrées dans aucun document fiscal. On peut les retrouver dans les registres paroissiaux, encore faut-il qu'ils soient du lieu ou de la région. En période de crise, les plus dépourvus migrent, tentent leur chance un peu partout, et la plupart est contrainte de passer par les hôpitaux pour subsister. Parfois les registres précisent le lieu d'origine des pauvres secourus, offrant des renseignements sur les migrations.

 

                                         document précédent - document suivant

 

 Mentions légales Plan du site Contact