archives

L'état de la population de Castelnau-de-Lévis : approche du document et de son contexte

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / Ressources pédagogiques / Dossiers pédagogiques / doc 5 - contexte

Les recensements de population

Sous l'Ancien Régime et pendant la Révolution française, la population voyait dans les opérations de recensement l'annonce d'un nouvel impôt ou la levée de troupes, et les autorités avaient des difficultés à mener des enquêtes très poussées.

1789 n'est pas uniquement l'année de l'abolition des privilèges. C'est aussi le début d'une vaste réforme qui touche l'organisation judiciaire, administrative et fiscale. Dans les nouvelles limites territoriales nées en 1790 (département, commune), les responsables locaux vont devoir faire appliquer une législation abondante, et tous ne sont pas à la hauteur de la tâche. Comment, dans ces conditions, répondre aux nombreuses enquêtes de population successives. Dès 1789, un décret du 6 octobre de l'Assemblée nationale ordonne d'établir la liste de toutes les personnes de chaque communauté d'habitants. En 1790-1791, 4 enquêtes sont lancées par les comités de la Constituante. En même temps, la loi de juillet 1791 prescrit la tenue, dans chaque commune, d'un registre de population, et sa mise à jour annuelle. Jusqu'en 1799, les rencensements se suivent. Par manque de temps, d'expérience et de moyens, les autorités locales ont sans aucun doute estimé la population avec les éléments à leur portée, réactualisés.

Il importe au pouvoir révolutionnaire de connaître l'état de chaque département, mais l'indication, dans les recensements, des individus ayant le droit de vote, traduit une dimension politique. C'est aussi connaître les possibilités de recrutement pour les armées de la République en guerre depuis 1792.

 

                                document précédent - document suivant

 Mentions légales Plan du site Contact