archives

"La carta pentha et vehuta de la senhoria dalby" : approche du document et de son contexte

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / Ressources pédagogiques / Dossiers pédagogiques / carta pentha - contexte

En 1312, le seigneur de Puygouzon est Amblard de Polhan, chevalier. Il est le vassal d’Eléonore de Montfort, comtesse de Vendôme et de Castres.
En cette même année, Amblard a un différend avec son puissant voisin Géraud, évêque et seigneur d’Albi. Il s’agit de savoir où se trouvent les limites de leurs juridictions respectives.

Le prélat envoie une armée de 50 chevaliers et de 400 fantassins afin d’assiéger le château de Puygouzon (17 octobre 1312). Dans la lutte, deux serviteurs de l’évêque trouvent la mort. Cependant, Amblard doit bientôt implorer le secours du prévôt royal de Réalmont qui met la place sous la protection du roi.
L’évêque, furieux, dirige alors ses soldats vers le Castelviel qui relève, tout comme Puygouzon, de la sénéchaussée de Castres.

Suite à ces événements, une enquête est diligentée afin de connaître les droits de chacune des parties. C’est à cette occasion que l’on dresse la « carta pentha et vehuta de la senhoria dalby depart dessa lo pont et fazen division am pueg gozo et autres partz » (carte peinte et vue [?] de la seigneurie d’Albi depuis le pont et faisant la division avec Puygouzon et autres parties).
Le conflit se termine en 1316, le roi ayant accordé aux Albigeois des lettres de grâce pour le saccage de Puygouzon, qui avait occasionné plusieurs morts (vidimus par le juge mage de la sénéchaussée de Carcassonne, dont Albi dépend).
En 1325 est publié un vidimus de l’arrêt de la cour du sénéchal de Carcassonne à propos de ce conflit.

Ce type de conflit entre les évêques d’Albi et les seigneuries voisines n’est pas totalement isolé. En effet, les évêques ont d’autres démêlés avec les communautés de Castelnau-de-Bonafous (aujourd’hui de Lévis) en 1291, et Arthès en 1331. Il s’agit pour l’évêque de faire la preuve de son pouvoir tant spirituel que temporel  (acquis après la destitution des Trencavel en 1220) sur la cité albigeoise, mais aussi sur la « dex », la banlieue ou campagne qui forme le territoire de la ville.
Ainsi, dès le XIIIème siècle, l’extension de la ville correspond à celle de la commune actuelle, sauf le Castelviel, communauté indépendante de 1229 à la Révolution française.

 

                                                      document suivant

 Mentions légales Plan du site Contact