archives

"L'Actu"

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / L'Actu

Si vous n'êtes pas déjà inscrit sur nos listes de diffusion et que vous souhaitez être personnellement informé de notre actualité, laissez-nous votre adresse e-mail :

archives.service-educatif(at)tarn.fr

 

 

Centenaire de la Grande Guerre

Pour commémorer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, les Archives départementales du Tarn proposent aux élèves de collège et aux enseignants une exposition consacrée à l’année 1918.

Ces  8 panneaux permettent d’aborder la dernière année de la guerre souvent résumée à une date : le 11 novembre.

Ce 11 novembre signe en effet l’arrêt des combats mais pas la fin du conflit mondial. À travers les textes et les documents choisis, les élèves prendront conscience que 1918 est avant tout une année de guerre, subie évidemment par les soldats mais aussi par la population tarnaise.

Cette exposition sera visible du 7 novembre au 7 décembre 2018 à l’Hôtel Reynès, 14 rue Timbal,  à Albi. Par la suite cette exposition pourra être empruntée gratuitement  auprès de l’action culturelle des Archives départementales du Tarn.

Pour prolonger le travail en classe, le service éducatif des Archives départementales met à disposition des enseignants de collège et lycée le dossier pédagogique « 1918, année de guerre, année de paix »  conçu avec Guillaume Gras, professeur d’histoire-géographie au collège Jean Jaurès et professeur détaché au service éducatif.

Lien vers le dossier pédagogique "Année 18 : année de guerre, année de paix"

Art et histoire : « Les étapes de la vie de Jacques Bonhomme »

Le tryptique de Willam Laparra,  « Les étapes de la vie de Jacques Bonhomme », a été restauré et installé dans la salle de lecture des Archives départementales en août dernier.

Cette œuvre monumentale (9mx 4m) a été présentée au salon des artistes français en 1905 avant d’être offerte à la Verrerie ouvrière albigeoise. Elle représente l’émancipation par la violence, par la pensée et par l’amour de Jacques Bonhomme, figure symbolique du paysan révolté.

Vous pouvez réserver dès à présent une séance aux Archives pour découvrir cette œuvre picturale. Les séances pour les groupes scolaires sont programmées le lundi matin lorsque la salle de lecture est fermée au public.

Trois nouveaux ateliers pour les lycéens

Les populations face aux guerres de religions. L’exemple du Tarn durant les révoltes du duc de Rohan (1620-1629)


1598 : l’édit de Nantes, vous connaissez ? Henri IV et la fin des guerres de religion, parbleu ! Mais qui sait que les guerres de religion entre protestants et catholiques ne se terminent pas tout à fait en 1598, mais bien en 1629 quand le duc de Rohan, chef militaire des protestants, s’incline face à Louis XIII. Par l’édit de grâce d’Alès, la capacité militaire des protestants est détruite et ces derniers dépendent désormais du roi pour leur protection et la continuité de leur foi.
Au-delà de ces aspects politico-religieux, ce dernier feu des guerres de religion touche en premier lieu les populations dans leur vie quotidienne. Pour aborder cet aspect, le Service éducatif des Archives départementales du Tarn propose un choix de documents originaux et une fiche de travail pour chacun d’entre eux. La transcription qui accompagne chaque document diminue les difficultés d’ordre paléographique et autorise une étude de la langue et de son écriture au début du XVIIe siècle. Le travail permet surtout aux élèves de prendre conscience des réalités des combats du début du XVIIe siècle, faites d’escarmouches et de quelques batailles rangées, et notamment de leur impact sur les populations (saisies arbitraires de bétail, trêve de « labourage » entre les ennemis, logement des « gens de guerre », levée des troupes, soins aux blessés).
Cette étude offre un large panel de restitutions possibles pour les élèves en fonction des attentes pédagogiques des enseignants. Elle se prête particulièrement bien à un travail interdisciplinaire en français et histoire.

 

 

 

L’immigration dans le Tarn de la fin du XIXème siècle au milieu du XXème siècle

 

Le sujet de l’immigration est souvent traité scientifiquement grâce à des représentations graphiques ou autres schémas de flux de populations. Le service éducatif des Archives départementales du Tarn en propose une tout autre approche.
En effet, le service éducatif propose d’étudier une sélection de  dossiers de ressortissants étrangers  significatifs au regard des différentes vagues d’immigration qui ont marqué le département et, à partir de ces parcours de vie, d’en étudier les conséquences sur le plan démographique, économique et culturel.
Les dossiers confiés aux élèves sont extraits des fonds d’archives de la préfecture (dossiers d’étrangers, demandes de naturalisation, etc.). L’exploitation de ces dossiers de ressortissants étrangers apporte une meilleure compréhension des raisons de leur venue en France, de leur arrivée dans le Tarn, de leurs conditions de vie et d’intégration.

 
Retracer l’histoire de l’immigration dans le Tarn à partir de traces laissées par ceux qui l’ont vécue, tel est l’objectif visé par ce nouvel atelier.  

 

 

 

Photographier la ville

 

Cet atelier conçu pour des lycéens propose un regard sur la ville d’Albi à partir du fond photographique Georges Groc.
Georges Groc est né en 1920. Il est l’héritier de deux dynasties de photographes, les Prompt et les Groc, qui couvrent  la période 1866 à 2001, date à laquelle Georges Groc a fermé son studio albigeois.
L’atelier propose aux élèves d’analyser deux séries de photographies d’Albi :
- 10 photos du vieil Albi datant de 1915-1930
- 10 photos de grands chantiers de construction (hôpital, lycées, stade, etc.) datant de 1950-1965
Ces deux séries mettent en scène des espaces urbains, des bâtiments qui témoignent d’une époque, d’une culture de construction, mais aussi de lumières et de paysages qui perpétuent l’identité et la spécificité d’Albi. Ces photographies montrent les bâtiments qui ancrent la ville dans le passé et les grands travaux qui la projettent. Mises en perspective avec l’histoire de l’urbanisme, ces photographies permettent de se questionner sur l’évolution et les usages de la ville ainsi que sur l’intention du photographe et la fonction de ces photographies aujourd’hui.
L’analyse d’image s’effectue sur un mode ludique. Elle s’intéresse autant au choix du photographe, quant à la composition des images, qu’aux regards portés sur ces clichés par les élèves car, faut-il le préciser, la photographie est la rencontre de deux subjectivités : celle  du photographe et celle du spectateur.
    

 

 

Ces ateliers, côté logistique

Durée d’un atelier : 1H30 environ
Durée d’une séance (atelier + visite découverte des Archives) : 2H30
Coût : gratuit
Pré-réservations pour l’année 2018-2019

 

 

 

 

Mise à jour le 1er octobre 2018

 

 

 Mentions légales Plan du site Contact