archives

Paléographie

Paléographie

Liens utiles :

Bibliographie détaillée de paléographie de l'Ecole des chartes : télécharger.

 

Lexicon abbreviaturarum d'A. Cappelli numérisé : télécharger.

 

Dictionnaire des abréviations françaises : télécharger.

 

Lire les archives des XVIe et XVIIe siècles. Exercices de paléographie française moderne appliquée aux documents des Archives de la Haute-Saône : télécharger.

 

Petit guide d'initiation à la paléographie : télécharger 

 

 

 

 

 

Mise à jour :

15 mars 2017

Qui n'a pas regretté de ne pouvoir déchiffrer les vieux grimoires que l'on trouve dans les malles de papiers de famille, de pousser son arbre généalogique au-delà du XVIIIe siècle, de découvrir aux Archives l'histoire de sa maison ou de son village ?

La clef de ces découvertes, c'est la paléographie, technique de lecture des écritures anciennes.

Cette année encore, comme depuis de nombreuses années, les Archives départementales organisent donc un cours de paléographie, ouvert à tous les chercheurs, étudiants ou curieux du passé.

Les cours ont lieu une fois par mois (d'octobre à juin), aux Archives départementales, le samedi de 9h30 à 11h30 pour les débutants, les intermédiaires et les confirmés.

L'inscription fixée à 20 € est à adresser aux Archives départementales (tél. 05.63.36.21.00).

 

Consulter le calendrier des cours pour 2016-2017

 

Transcription du mois de février 2017

Texte du mois de mars 2017 : niveau débutant.

Le pont à péage.
Bail à ferme pour la collecte des droits perçus au passage du pont d'Albi, 1710 (Archives départementales du Tarn, 4 EDT DD 9)
Voir le document

Le contexte : Le pont d’Albi est construit entre 1035 et 1042, par l’administration provinciale de l’époque, la vicomté. Il est cédé à l’évêque d’Albi lorsque celui-ci devient seigneur temporel de la ville. Le passage du pont est alors gratuit, mais le coût d’entretien se révélant très élevé, l’évêque le cède aux habitants, en les autorisant à y établir un péage. Le droit de pontanage apporte alors les revenus nécessaires aux réparations du pont, cet ouvrage permettant le passage aisé de la rivière du Tarn, participant ainsi au développement économique de la ville. L’évêque se réservait toutefois de faire prélever les droits à son profit, la veille et le jour de la fête patronale de saints, fêtes qui attiraient un grand nombre de fidèles et de marchands. Le droit de pontanage, confirmé par Louis XV, était encore perçu en 1789.

Les faits de peste et de guerre sont inscrits dans les clauses du contrat,  des calamités très présentes à l’esprit pour les mentionnées.

La perception des droits de passage est affermée. Un appel d’offres est lancé, le choix se portant sur la proposition la plus avantageuse pour la ville. Cette pratique est courante dans d’autres domaines, notamment la levée de l’impôt direct, la taille.

 

Analyse de l’écriture :  Le rédacteur écrit rapidement et a tendance à lier les mots les uns aux autres, ce qui représente la principale difficulté de ce texte. La construction des phrases nécessite parfois une remise en ordre des éléments pour en comprendre la teneur. Le notaire, lui-même, se sent obligé de clarifier ; il souligne une partie de la ligne 24 et en indique la suite ligne 27. On note la présence d’apostrophes (ligne 22, qu’est sur led. pont), d’accents sur le é (ligne 5, bas nommés), du point sur le i (ligne 16, concistant), lettre qui descend parfois sous la ligne (ligne 12, icy, le y remplaçant le i). Les ligatures avec le t se font à partir de la barre, partant du bas de la lettre. De manière générale, les lettres sont repérables ; il faut s’appuyer sur les mots déjà identifiés.


Retrouvez la transcription du document au mois d'avril 2017. En attendant, bon entraînement !

 

 

 

 Mentions légales Plan du site Contact