archives

Paléographie niveau confirmé

Vous êtes ici : Paléographie / Accès aux textes par thèmes / Église

Bibliographie

 

Louis Mazens, Biographie des seigneurs de Graulhet depuis 961 jusqu’à 1793, Toulouse, imprimerie A. Chauvin et fils, 1880, 151 p. [Bibl. des Arch. du Tarn, C 90]

 

René de Maulde, Jeanne de France, duchesse d'Orléans et de Berry (1464-1505), Paris, Champion, s.d., 486 p. [Bibl. Arch. du Tarn, C 505]

 

René de Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, Paris Imprimerie nationale, 1885, cxxxi-1306 p. (Collection des documents inédits sur l'histoire de France) [Bibl. Arch. du Tarn, AF 25]

 

Louis de Lacger, « L’église et le couvent des Annonciades à Albi » dans Revue d’histoire franciscaine, tome IV, juil.-sept. 1927, 20 p. [Tiré à part, Bibl. Arch. dép. du Tarn, C 404/13]

 

Louis de Lacger, « Histoire des Annonciades de Fargues à Albi » dans Revue d’histoire franciscaine, tome V, janv.-juin 1928, 68 p. [Tiré à part, Bibl. Arch. dép. du Tarn, C 404/14]

 

Louis de Lacger, « Les masques de la bienheureuse Jeanne de France » dans Revue d’histoire franciscaine, tome VIII, janv.-mars 1931, 19 p. [Tiré à part, Bibl. Arch. dép. du Tarn, C 404/15]

 

Jean-Fr. Bonnefoy, Vies de la bienheureuse Jeanne de France et du bienheureux Gabriel-Maria, Paris, aux éditions franciscaines, 1937, xvi-360 p. (Chronique de l’Annonciade) [Bibl. Arch. dép. du Tarn, C 918]

 

Sainte Jeanne de France et l’Annonciade. Exposition réalisée par le Conseil général du Cher (direction des Archives départementales) à l’abbaye de Noirlac, du 26 juin au 22 septembre 2002, Bourges, Conseil général du Cher, 2002, 67 p. [Arch.dép. du Tarn, 4° AD 1052]

Lettre de Jeanne de France à Louis d'Amboise, évêque d'Albi, fin 1487-début 1488 (Arch. du Tarn, 1 J 1462/1).

 

Contexte historique

 

Fille du roi Louis XI, sœur du roi Charles VIII, première épouse du roi Louis XII, béatifiée en 1742, canonisée en 1950, Jeanne de France ou Jeanne de Valois, duchesse de Berry, est doublement proche de l’histoire d’Albi : par l’amicale confiance, dont témoigne cette lettre, qui la liait à Louis d’Amboise, évêque d’Albi (1473-1503), et par l’implantation à Albi en 1508 (sous l’épiscopat de Louis II d’Amboise, neveu du précédent) du deuxième couvent de l’ordre religieux qu’elle a fondé à Bourges en 1502, celui des Annonciades.

Jeanne de France avait hérité du caractère bien trempé de son père Louis XI, comme d’ailleurs sa sœur aîné Anne, épouse de Pierre de Beaujeu, duc de Bourbon en 1488, régente du royaume entre le décès de leur père Louis XI (1483) et la majorité de leur frère cadet Charles VIII ; mais Jeanne était difforme de naissance. Son père en conçut un projet machiavélique, celui de lui faire épouser le jeune Louis, duc d’Orléans, afin que celui-ci ne puisse avoir d’enfants. Le couple vécut séparé, Louis d’Orléans entrant en révolte (la « guerre folle ») contre sa cousine la régente Anne de Beaujeu, en s’alliant avec le duc de Bretagne.

Les deux frères d’Amboise, Louis et son cadet Georges, étaient à la fois proches de la cour, mais ont pu un moment paraître complices de la famille d’Orléans  ; Louis dût s’exiler un moment à Avignon, dans les États du pape. La lettre présentée ici se situe alors. Elle est antérieure à avril 1488, date à laquelle Anne de Beaujeu et son mari prennent le titre de duc et duchesse de Bourbon (décès du frère aîné de Pierre de Beaujeu, Jean II, duc de Bourbon), antérieure à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier (28 juillet 1488) où les troupes bretonnes sont battues et où Louis d’Orléans est fait prisonnier, antérieure enfin au décès du cardinal de Bourbon (« beau frère le cardinal »), le 13 septembre 1488.

Cette lettre montre que Jeanne de France témoigne respect et amitié à son « cousin », lui envoie son secrétaire et attend de lui conseils et avis. Louis d’Amboise réussit assez vite à rentrer en grâce et à regagner la confiance du roi Charles VIII. Lorsque ce dernier, qui avait épousé Anne de Bretagne, mourut sans héritier en 1498, Louis d’Orléans, devenu roi de France, n’eut de cesse de faire annuler son mariage avec Jeanne, afin de convoler avec la veuve de son prédécesseur, Anne de Bretagne. Le tribunal réuni pour la circonstance fut confié à.... Louis d’Amboise, et permit de reconnaître la nullité du mariage. Jeanne de France se retira à Bourges où elle fonda en 1502 l’ordre des Annonciades. Louis d’Amboise, quant à lui, après avoir transmis son évêché d’Albi à son neveu Louis, se retira à Lyon où il mourut en 1503.

 

Remarques paléographiques

Les difficultés de lecture résident principalement dans le mauvais état du papier, troué par l’acidité de l’encre (à cet égard, les fac-similés du 19e siècle témoignent d’un meilleur état de l’original et sont plus faciles à lire) et l’orthographe très phonétique de Jeanne.

Sa particularité est d’utiliser systématiquement un z à la fin des mots pour la forme s ou z. nous avons également transcrit uz les abréviations us (vouz) sur la fois de la ligne 20 ou vouz est en toutes lettres.

 

Voir le document

 

Télécharger la transcription au format PDF

 Mentions légales Plan du site Contact