archives

Kaléidoscope

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Action culturelle / Kaléidoscope

Avec l’année 2016 naît une nouvelle collection sur le site des Archives départementales du Tarn : Kaléidoscope.

La frustration de l’archiviste tient à sa mission : mettre les archives à la disposition de tous. Sa tâche ne consiste pas à exploiter les documents qu’il découvre, qu’il inventorie. Même dans le cadre de l’action éducative et culturelle, demeure toujours le regret de devoir faire entrer dans un panneau ou une fiche un thème qui pourrait faire l’objet d’une exposition à lui tout seul, mais qui se trouve n’être qu’un détail d’un sujet beaucoup plus vaste.

A partir des éléments rencontrés dans les séries d’archives, chaque opuscule présente une image du temps passé, qui s’insère dans l’histoire de notre département et de notre pays. Les thèmes s’adressent à tous et sont traités de manière légère, sans prétention d’exhaustivité, tout en conservant la rigueur historique.

Les documents médiévaux et d’Ancien Régime sont privilégiés, n’étant pas (ou peu) accessibles aux non-paléographes. Des textes courts, présentant une gradation, de nombreuses illustrations, des transcriptions – et traductions le cas échéant – proposent au passionné comme au néophyte une lecture à plusieurs niveaux, pour se distraire tout en s’imprégnant de la vie de nos devanciers.

Que l’on ne s’étonne pas d’y trouver une majorité de documents albigeois : le fonds des archives anciennes d’Albi est en effet le plus complet, et celui qui permet, derrière l’administration, d’apercevoir la « petite histoire ».

L’archiviste se fait plaisir ; il espère contribuer également à VOTRE plaisir.

 

 

 

Ballons et aérostats

De l’engouement suscité par l’invention du « ballon volant » des frères Montgolfier à la fin du XVIIIe siècle, naît une émulation dans les milieux éclairés. Après différents perfectionnements, des records battus, des utilisations militaires, l’aérostat – ballon captif ou vol habité – devient l’attraction à la mode des manifestations officielles autour de 1900, avant d’être concurrencé par l’aviation.

 

Cliquer sur l'image pour afficher le dossier.

 

Réjouissances publiques en 1492 à Albi

La naissance d’un dauphin de France est prétexte à une fête populaire, soigneusement encadrée par les autorités civiles et religieuses. Le puissant évêque de la Renaissance, Louis Ier d’Amboise, orchestre ces réjouissances, dont un cartulaire d’Albi fournit une description exceptionnellement détaillée : des préparatifs à la farandole finale, décors, notables, processions, menu, musiciens, itinéraire dans la cité, tout est minutieusement consigné pour un enchanteur retour dans le passé.

 

Cliquer sur l'image pour afficher le dossier.

 

 

Le temps des bordels publics

Au Moyen âge, malgré de vaines tentatives de répression, la prostitution est tolérée comme « un mal nécessaire ». Afin de mieux la contrôler, de nombreuses villes, encouragées par le pouvoir, se dotent d’un établissement pour accueillir les « filles publiques », tel le Castel blanc à Albi. En parallèle subsiste, sous diverses formes, une prostitution privée dont les institutions veillent à réprimer les abus. Cette époque de tolérance se clôt avec les débuts de la Réforme et la moralisatrice ordonnance d’Orléans de 1561.

 

Cliquer sur l'image pour afficher le dossier.

 

 

L’allaitement

De l’ignorance des médecins à l’évolution des connaissances scientifiques, des préconisations religieuses aux changements de la société, du statut social aux « phénomènes de mode », l’attitude des femmes envers l’allaitement maternel a souvent fluctué. Nourrices, bouillies, lait animal, lait en poudre, la manière de nourrir les nouveaux-nés a connu de nombreuses alternatives, plus ou moins satisfaisantes.

 

Cliquer sur l'image pour afficher le dossier.

 

 

Les rois de la jeunesse

En marge des réjouissances publiques, très encadrées, existent également au Moyen âge des manifestations plus débridées, sous des prétextes divers. Leur point commun est la désignation d’un roi qui, durant la fête et parfois jusqu’à la suivante, bénéficie de prérogatives variées. Le « roi de la poda » de Gaillac en est l’exemple le plus connu, avec également le « roi de la Fadaise » de Teulat / Bourg-Saint-Bernard, toujours d’actualité.

 

Cliquer sur l'image pour afficher le dossier.

 

 

 

Mise à jour le 18 mai 2017

 Mentions légales Plan du site Contact