archives

Concours national de la Résistance et de la Déportation 2017-2018

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif
Sélection complémentaire de documents d'archives
Sélection d'ouvrages de bibliothèque, à consulter sur place

 

Travailler sur les archives de la Seconde Guerre mondiale aux Archives départementales du Tarn

Inventaire des archives relatives à l'accueil des réfugiés - Camps d'internement (348 W, 493 W, 495 W)

 

Inventaire des archives du Cabinet du préfet (506 W)

 

Autres ressources proposées par les Archives départementales :

Ateliers :

- "La Seconde Guerre mondiale dans le Tarn"

- "Carmaux et la Résistance"

(Attention, pour les ateliers, pas de réservation possible avant le mois de mars)

Exposition itinérante "Terre d'asile, terre d'exil"
Pages archivées :

- CNRD 2016-2017

- CNRD 2015-2016

 

 

 

 

 

"S'engager pour libérer la France"

En référence au thème choisi pour l’édition 2018 du CNRD « S’engager pour libérer la France » et au dossier préparatoire de la Fondation de la France Libre, le service éducatif a sélectionné des documents extraits des fonds conservés aux Archives départementales susceptibles d’enrichir les travaux d’études des candidats au CNRD. Au regard de la richesse des fonds d’archives, ces quelques documents visent à montrer la diversité des supports et des approches possibles quant au thème à traiter. 

 

 

 

Carte dressée en 1976 par Emile Saulière, correspondant départemental du Comité d'Histoire de la 2ème Guerre mondiale

S'engager : les débuts et les pionniers

En 1940, face à l’Armistice, l’occupation allemande et la mise en place du régime de Vichy, les réactions sont le plus souvent individuelles.
Parmi les premières réactions, citons celles du général De Gaulle et du député Augustin Malroux.

Lire la suite...

S’engager : s’organiser pour agir

En vertu des conventions d’armistice signées le 22 juin 1940, le Tarn se situe en zone non-occupée, sous l’autorité du gouvernement français. Le 10 juillet, le Maréchal Pétain reçoit les pleins pouvoirs. Pour une grande partie de la population, le « Vainqueur de Verdun » est encore perçu comme un sauveur et bénéficie d’une forte popularité et légitimité jusqu’à l’automne 1941.
Sur le territoire, des individus, au départ isolés, s’engagent dans des actions clandestines. Alors que dans la zone Nord, les premiers résistants s’engagent dans l’action contre l’occupant allemand, dans la zone libre, faute d’adversaire direct à combattre, les actions de résistance se concentrent sur la contre-propagande par l’édition de tracts, de bulletins clandestins…

Lire la suite...

S'engager pour libérer la France


Fin de l’été 1941, le général de Gaulle décide d’établir une liaison avec les résistants de la métropole. Une unité d’action va progressivement s’établir entre les deux branches de la résistance. La création en mai 1943 du Conseil de la Résistance présidé par Jean Moulin concrétise l’unité de la Résistance sous toutes ses formes  et finit d’imposer le général de Gaulle comme chef de la Résistance.
En métropole, à partir du 11 novembre 1942, l’occupation allemande qui sévit sur tout le territoire rapproche les résistances. La répression contre les opposants et les Juifs et l’institution du S.T.O. (Service du Travail Obligatoire) en février 1943, renforce le soutien tacite de la population et encourage les réfractaires à prendre le maquis. La Résistance se structure et s’unifie.

Lire la suite...

Note à l’attention des enseignants

Tous les documents mentionnés sont accessibles en salle de lecture (inscription individuelle gratuite obligatoire). Si vous souhaitez, une séance de travail en groupe ou un accompagnement spécifique de vos élèves, merci de contacter  :

Aude Michaud ou Stéphanie Corso
Médiatrices culturelles
05.63.36.21.00
archives.service-educatif(at)tarn.fr

 

 

Mise à jour le 2 mai 2018

 Mentions légales Plan du site Contact