archives

S'engager : s'organiser pour agir

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / S'organiser pour agir
Sélection complémentaire de documents d'archives
Sélection d'ouvrages de bibliothèque, à consulter sur place

 

Travailler sur les archives de la Seconde Guerre mondiale aux Archives départementales du Tarn

Inventaire des archives relatives à l'accueil des réfugiés - Camps d'internement (348 W, 493 W, 495 W)

 

Inventaire des archives du Cabinet du préfet (506 W)

 

Autres ressources proposées par les Archives départementales :

Ateliers :

- "La Seconde Guerre mondiale dans le Tarn"

- "Carmaux et la Résistance"

(Attention, pour les ateliers, pas de réservation possible avant le mois de mars)

Exposition itinérante "Terre d'asile, terre d'exil"

 

 

D’abord embryonnaire, la Résistance dans le Tarn se développe dès le début de l’année 1942, les mouvements nationaux sont alors relayés par des représentants locaux.
- Libération par P. Rieupeyroux de Castres et Sinot de Carmaux
- Combat, né en novembre 1941 dans la zone Sud de la fusion entre Liberté et Liberté nationale, s’implante dans le Tarn avec Charles d’Aragon et le député Reille-Soult
- Franc-Tireur n’a pas de représentant mais l’imprimeur Louis Pezous travaille pour lui.

 

Les hommes et les femmes qui s'engagent dans la Résistance sont de tous âges, de toutes origines. Regroupés selon des réseaux de sociabilité préexistants (familiaux, amicaux, professionnels, partisans), ils inventent au jour le jour les formes de leur engagement et se confrontent très tôt à une dure répression.

Fonds du camp de Brens, registre d'enregistrement des internées, 1939-1944, AD81 495 W 28

 

 

 

L’appel à manifester le 23 août 1942 lancé par Combat vise à dénoncer la Relève, dispositif mis en place en 1942 par le régime de Vichy pour répondre aux besoins de main-d'œuvre exigés par Fritz Sauckel au profit de l'Allemagne nazie.

Hors du territoire, depuis Londres, le général de Gaulle, fondateur de la France libre le 28 juin 1940, tente de constituer une armée de combattants spécialisés dans le renseignement. La France libre diffuse ses idées et ses consignes d’action via, entre autres, la BBC. Le gouvernement de Vichy durcit sa législation en adoptant notamment une loi interdisant « la réception ou l'audition, en quelque lieu que ce soit, public ou privé, des émissions radiophoniques britanniques ou des autres postes, étrangers ou non, se livrant à une propagande anti-nationale » (Loi du 28 octobre 1941).

 

 

 

 

La campagne des « V », est un exemple d’action issue d’une campagne radiophonique.
La campagne des V est lancée à la BBC par un ancien ministre belge en exil à Londres. Il incite à inscrire partout cette lettre pour faire référence à la « Victoire » en Français et la « Vrijheid » (liberté en néerlandais). Cette campagne sera reprise par les émissions françaises à la BBC. Cette proposition est très suivie dans toute l’Europe et notamment en France. Le courrier adressé par le commissaire de police de la ville d’Albi au préfet du Tarn, montre que la BBC était écoutée et qu’elle provoquait une forme d’adhésion et de soutien dans la population.

 

Mise à jour le 17 novembre 2017

 Mentions légales Plan du site Contact