archives

S’engager : participer à la libération de la France

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / CNRD 2017-2018 / Participer à la libération
Sélection complémentaire de documents d'archives
Sélection d'ouvrages de bibliothèque, à consulter sur place

 

Travailler sur les archives de la Seconde Guerre mondiale aux Archives départementales du Tarn

Inventaire des archives relatives à l'accueil des réfugiés - Camps d'internement (348 W, 493 W, 495 W)

 

Inventaire des archives du Cabinet du préfet (506 W)

 

Autres ressources proposées par les Archives départementales :

Ateliers :

- "La Seconde Guerre mondiale dans le Tarn"

- "Carmaux et la Résistance"

(Attention, pour les ateliers, pas de réservation possible avant le mois de mars)

Exposition itinérante "Terre d'asile, terre d'exil"

 

Fin de l’été 1941, le général de Gaulle décide d’établir une liaison avec les résistants de la métropole. Une unité d’action va progressivement s’établir entre les deux branches de la résistance. La création en mai 1943 du Conseil de la Résistance présidé par Jean Moulin concrétise l’unité de la Résistance sous toutes ses formes  et finit d’imposer le général de Gaulle comme chef de la Résistance.
En métropole, à partir du 11 novembre 1942, l’occupation allemande qui sévit sur tout le territoire rapproche les résistances. La répression contre les opposants et les Juifs et l’institution du S.T.O. (Service de Travail Obligatoire) en février 1943, renforce le soutien tacite de la population et encourage les réfractaires à prendre le maquis. La Résistance se structure et s’unifie.
En janvier 1943,  les trois grands mouvements non communistes de zone Sud : Combat, Franc-Tireur et Libération-Sud, fusionnent et créés les Mouvements Unis de Résistance (M.U.R.). Le mouvement Front national animé par les communistes reste autonome et ses troupes, les  Francs-tireurs et partisans (F.T.P.), très actives.
Dans le même temps, des maquis se créent. Dans le Tarn, notamment, dans le secteur de Vabre (maquis Pol-Roux), de Lacaune et la Montagne noire avec la création en mars 1944 du Corps Franc de la Montagne Noire (C.F.M.N).

À noter, des archives sonores sur la Résistance et les maquis dans la région de Vabre durant la Seconde Guerre mondiale (AD81, 17AV) sont disponible à l’écoute, sur rendez-vous, aux Archives départementales du Tarn. Pour des questions de droit, ces documents sonores ne peuvent être réutilisés.


La création des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I.) entre décembre 1943 et février 1944, vise à rapprocher les principaux groupements militaires de la Résistance intérieure française. À l’été 1944, le sigle F.F.I. devient le nom générique des résistants.

 

Au printemps 1944, les résistants sont dans l’attente et la préparation d’un débarquement imminent mais des clivages subsistent. Certains, se pliant à la discipline des états-majors alliés, attendent les consignes et réservent leurs forces pour le jour J, d’autres, partisans de « l’action immédiate », notamment, les Francs-tireurs et partisans (F.T.P.), pratiquent de leur propre chef des actions armées (sabotages et exécutions) et symboliques (manifestations, affichages…). De fait, la Résistance tarnaise qui était déjà active avant le débarquement, devient vraiment opérationnelle après le 6 juin 1944 et par ses actions diverses conduit à la libération du département.

 

 

 

Mise à jour le 17 novembre 2017

 Mentions légales Plan du site Contact