archives

CNRD 2018-2019 : "Répressions et déportations en France et en Europe, 1939-1945. Espaces et histoire »

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / CNRD 2018-2019 / Camp de Saint-Sulpice

 

Le service éducatif propose des ateliers sur ces lieux d'internement. Les documents d'archives exploités, en particulier les dossiers d'internés, permettent d'aborder les causes d'internement et les conditions de vie dans ces camps et prison.

Si vous souhaitez programmer un atelier aux Archives départementales, contactez le service éducatif au 05.63.36.21.00 ou par mail archives.service-educatif(at)tarn.fr

 

 

Pages archivées :

- CNRD 2017-2018

- CNRD 2016-2017

- CNRD 2015-2016

 

 

 

Le Camp de Saint-Sulpice-La-Pointe

Interligne

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 29 janvier 1941, le premier contingent d’internés arrive à Saint-Sulpice. Il s’agit de 255 communistes transférés du camp de Rivel (Aude) en liquidation. D’autres suivront. Le 21 février 1941, il y a déjà 1047 internés au camp. La majorité des internés, jugés "suspects au point de vue national", sont des militants ou sympathisants communistes. Les responsables politiques et les délégués syndicaux considèrés trop dangereux pour l'ordre public, sont envoyés dans des camps en Algérie.

 

Le camp de Saint-Sulpice comprend 20 baraquements en bois, chacun d’une capacité de 96 personnes, d’une cuisine, d’un réfectoire, de lavoirs et d’installations sanitaires.

 

 

Après l’internement des « suspects au point de vue national » (anarchistes, communistes et syndicalistes) vient le tour des Soviétiques puis des Juifs étrangers en 1942 (année des rafles) et Saint-Sulpice va être le lieu de rassemblement avant « le départ » de 226 Juifs pris dans le Tarn. Entre le 29 janvier 1941 et le 23 août 1944, 4 600 personnes ont séjourné au camp de Saint-Sulpice, 18% ont été déportés vers les camps allemands.

 

 

De septembre à décembre 1944, le camp sert à la détention des prisonniers allemands de la garnison de Castres, puis pour l’internement des miliciens et des collaborateurs. Le camp ferme ses portes en février 1946 et servira d’annexe carcérale.

 

Sur le camp de Saint-Sulpice, voir aussi CNRD 2015-2016

 

Mise à jour le 15 novembre 2018

 Mentions légales Plan du site Contact