archives

Contact avec la Résistance parisienne

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / CNRD 2019-2020 / L'année 1940 vue par Charles d'Aragon

Focus

 

François-René de Chateaubriand (Saint-Malo, 1768 – Paris, 1848) est un écrivain romantique et un homme politique français. Il est élu à l'Académie française en 1811.

Obélisque : colonne quadrangulaire avec une pointe pyramidale.

Extrait (p. 19)

Charles d’Aragon lit, il lit beaucoup, il écrit aussi notamment pour le journal démocrate-chrétien L'Aube.

« Je n’ai jamais cessé de défendre ma faible culture contre l’érosion de la solitude » écrit-il (p. 21).

Mais Charles d’Aragon veut aussi agir.

 

 

"L'action était ailleurs. La résistance aussi. Il était aussi malaisé de découvrir un contestataire dans un département rural que facile d'en rencontrer un à Paris ou à Lyon. Paris a connu dans cette époque affreuse une beauté qu'il n'a pas retrouvée. Le silence, la tristesse et la gravité font plus pour la splendeur d'une cité que l'encombrement, le vacarme et la fête. Un jour que je traversais la place de la Concorde, une phrase de Chateaubriand me revint en mémoire : « L'heure viendra que l'obélisque du désert connaîtra, sur la place des meurtres, le silence et la solitude de Louksor. »
Les raisons qui m'amenaient à Paris n'avaient rien de politique. Cela ne m'empêchait pas d'aller jusqu'à la rue Garancière où la Résistance prenait déjà corps et visage."

Questions

1) Est-il  facile d'entrer en contact avec des contestataires dans le Tarn ?

2) En 1940, dans quelles villes pouvait-on aisément rencontrer des résistants ?

 Mentions légales Plan du site Contact