archives

Les premiers résistants : des militants engagés et maladroits

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / CNRD 2020-2021 / L'année 1940 vue par Charles d'Aragon

Focus

 

Dérisoire : insignifiant, négligeable.

Arsenal : ensemble de moyens d'action.

Affubler : habiller d'une manière bizarre, ridicule.

Oripeaux : vêtements usés qui ont conservé un reste de splendeur.

Équivoque : ambiguïté.

Raillerie : moquerie.

Délateur : dénonciateur.

Renseignements généraux : service de renseignements de la police nationale française.

Extrait (p. 22)

À l’automne 1940, dans le Tarn et sa région, Charles d’Aragon n’est pas seul à manifester « une opposition éloquente » comme il la nomme alors.  Pour ces résistants de la première heure, si l’engagement est spontané, il peut paraitre aussi maladroit sous certains aspects.


"Ce qui caractérisait cette résistance inorganisée, c'était un manque absolu de clandestinité. Ceux qui y participaient étaient classés dès le départ. Professeurs issus des gauches laïques et de la naissante gauche chrétienne, militants des centrales syndicales, anciens collaborateurs des publications antifascistes, chacun d'eux s'avançait dans la vie avec une étiquette collée au dos. Il eût été dérisoire de puiser trop tôt dans l'arsenal des luttes secrètes et d'en extraire prématurément la plus commune des armes : la fausse carte d'identité. À celui que son destin affuble des oripeaux de la notoriété, à quoi sert le masque du pseudonyme ? C'est plus tard, pour les commodités des correspondances, des déplacements et des missions organisées, que les fausses appellations allaient devenir indispensables. En attendant, rien n'était plus utile que de se présenter sans équivoque à l'hostilité, à l'indifférence ou aux railleries du plus grand nombre. Que de commentateurs sans malice ! Que de délateurs qui ne voulaient pas l'être mais qui ne parvenaient pas à réprimer leur indignation ! Les villes en étaient remplies et parfois aussi les villages. À la vérité, les fonctionnaires des renseignements généraux avaient alors la tâche bien facile."

Questions

1) Pourquoi la police n'avait-elle aucun mal à identifier les résistants dans les premiers temps ?

2) Quels moyens les résistants vont-ils mettre en oeuvre pour protéger leur vie ?

 Mentions légales Plan du site Contact