archives

Rencontre avec Monseigneur Saliège

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / CNRD 2020-2021 / L'année 1940 vue par Charles d'Aragon

Focus

 

 

Anticléricalisme : opposition à l’implication du religieux  dans le politique.

Thuriféraire : personne qui soutient avec vigueur un régime politique.

Extrait (p. 31)

Fin de l’année 1940, Charles d’Aragon multiplie les contacts. Le 28 décembre, il rencontre l’archevêque de Toulouse, Monseigneur Saliège. Si ce dernier est connu pour sa lettre pastorale du 23 août 1942 exprimant  son hostilité  contre les persécutions des Juifs, son engagement remonte aux premiers temps de la guerre. Charles d’Aragon transcrit les lignes consignées dans son carnet suite à cette rencontre.

 

"Rencontré l'archevêque de Toulouse. II pense comme moi que les églises brûleront et qu'un anticléricalisme violent se déchaînera un jour ou l'autre, résultat naturel de l'attitude des évêques, thuriféraires du gouvernement de Vichy. Les lettres que Mgr Saliège publie chaque semaine sont censurées poliment mais fermement. Dans son message de Noël on lui a refusé le droit de parler de ceux qui souffrent dans les camps de concentration. »
Il est vrai que la région toulousaine était la terre d'élection du système concentrationnaire : Noé, Récébidou, Gurs, le Vernet ! J'en passe. Ainsi tout prenait place : les témoins et les lutteurs, les protestataires et les opposants, les captifs et leurs geôliers. Il appartenait à la résistance de se découvrir un nom et de tisser des liens invisibles dans le brouillard de ce noir hiver."

Questions

1) Les religieux et notamment les évêques, sont-ils plutôt favorables ou défavorables au régime de Vichy ?

2) Qu'en est-il de Monseigneur Saliège ?

3) Selon vous, à qui est destiné le message de Noël de Monseigneur Saliège ?

4) Comment l'État français exerce-t-il son contrôle sur Monseigneur Saliège ?

 Mentions légales Plan du site Contact