archives

Conclusion

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Service éducatif / CNRD 2020-2021 / L'année 1940 vue par Charles d'Aragon

Focus

 

 

Henri Frenay (Lyon, 1905 – Porto-Vecchio [Corse], 1988) : résistant et homme politique français.

Sur Henri Frenay :

https://www.fondationresistance.org

 

 

 

Reichshoffen : commune du Bas-Rhin où les Français perdirent une bataille contre les Prussiens le 6 août 1870.

Gravelotte : petit village du département de la Moselle, Gravelotte a été, avec quelques villages alentours,  le siège de terribles combats au cours de la guerre franco-prussienne en août 1870.

François-René de Chateaubriand (Saint-Malo, 1768 – Paris, 1848) est un écrivain romantique et un homme politique français. Il est élu à l'Académie française en 1811.

Extraits (p. 217)

Nous avons choisi de nous concentrer sur l'année 1940. Une phrase pourrait la résumer : « Pendant que la Résistance se donnait la peine de naître, la Révolution nationale modifiait le visage de la France et le comportement des Français  » (p. 50). Et d’annoncer en suivant « 1941 fut l’année du maréchal ».

Son engagement dans la Résistance, Charles d’Aragon va le poursuivre jusqu’à la fin de la guerre où il prendra en juin 1944 le commandement militaire de la zone A, puis la vice-présidence du Comité départemental de Libération dans le Tarn. Charles d’Aragon resta un homme politique engagé jusqu’à la fin de ses jours.

Si comme il l’écrit « L’histoire de la Résistance est une histoire sans archives sinon sans couleurs », c’est grâce à de grands témoins comme lui, que la Résistance ne reste pas sans mémoire et c’est sur ces derniers paragraphes de La Résistance sans héroïsme que nous conclurons…

"Années d'occupation ! Années de résistance ! On imagine très bien aujourd'hui ce que pourrait être demain une occupation du territoire. Il est plus difficile de se représenter ce que serait alors une résistance et qui résisterait. En revanche, je vois d'ici les collaborateurs et les épurateurs. Il s'agit là de races solides qui se reproduisent bien. On les rencontrera un peu partout et pas seulement où vous croyez. Quelle forêt serait assez épaisse pour abriter les contestataires ? Un beau livre de Frenay s'appelle La nuit finira. Est-il temps d'en écrire un autre qui s'appellerait La nuit reviendra ? Rien ne serait plus conforme à la nature des choses et aux habitudes des astres.
Des témoins importants vous ont expliqué la Résistance et ses méthodes. D'autres, insignifiants, se sont exprimés devant vous de mémoire et sans notes. C'est mon cas. Tous ces souvenirs évoquent des choses qui ne se reproduiront pas, des procédés d'un temps proche et révolu. Alors pourquoi en parler ? En ce qui me concerne, c'est parce que cela m'a été suggéré, c'est aussi parce que, au temps de mon enfance, j'ai entendu des vieillards qui racontaient Reichshoffen et Gravelotte sous les marronniers et personne ne se demandait quelle part, proche ou lointaine, ils avaient prise à ces faits d'armes. Et plus tard, en lisant la Vie de Rancé, j'ai aimé un passage de Chateaubriand qui se termine ainsi : « Ce sont des jeux finis que des fantômes retracent dans des cimetières avant les premières lueurs du jour. »"

 

 

Questions

1) Qu'est-ce qui est facile à imaginer pour Charles d'Aragon ?

2) À l'inverse, qu'est-ce qui est difficile à imaginer ?

3) Qu'est-ce qui a poussé Charles d'Aragon à écrire ses mémoires ?

 Mentions légales Plan du site Contact