archives

Conférences

Vous êtes ici : Activités culturelles et pédagogiques / Action culturelle / Conférences

Les Archives départementales disposent d'un auditorium de 109 places mis à disposition des associations partenaires pour des manifestations à but culturel. Renseignements à prendre auprès du Cabinet du président du Département du Tarn au 05 63 45 66 36.

Les vendredis de l'histoire

 

Pour nourrir à la fois le corps et l’esprit, les Archives départementales vous proposent une série de conférences suivies d’un cocktail dînatoire

N'hésitez pas à venir et surtout à partager l'information autour de vous pour faire de ce nouveau rendez-vous un moment de convivialité !

Attention, réservation obligatoire !

 

Conférences de l'association Albi Patrimoine

Elles ont lieu dans l’auditorium des Archives départementales du Tarn à partir de 18h.

Le lundi 10 décembre 2018

« Le rire au Moyen-âge » par Yves Royer, agrégé de l’Université.


Rire ? Au Moyen-Age ? Mais oui ! On riait dans ces temps lointains, lors des carnavals, des fêtes des fous, des mariages, en lisant des fabliaux, en se moquant des puissants, des moines, des maris trompés, des mégères…

 

Le lundi 7 janvier 2019


"Quelques idées reçues sur les chantiers des cathédrales au Moyen Âge" par Sandrine Victor, maître de conférences en histoire médiévale, Institut universitaire Champollion

 
L'objectif est de donner une présentation plus juste du monde du chantier, et du travail en général, à l'époque médiévale. En effet, celui-ci est trop souvent marqué par des idées romantiques issues de la littérature du XIXe siècle, et des fantasmes ésotériques du XXe.
Ainsi, on pourra se demander qui étaient les ouvriers des chantiers, s'ils étaient professionnels ou non, si la notion de rentabilité financière était connue des médiévaux, si les femmes travaillaient sur les chantiers, si la loge enfermait des secrets...


Le lundi 4 février 2019


« Les statues du Baldaquin et du portail sud de la cathédrale Sainte-Cécile : une réalisation du sculpteur pierre Bernard Prouva (1867-18770) » par Emmanuel Quidarré, chercheur en histoire de l’art, spécialiste de la cathédrale Sainte-Cécile.


Ce sculpteur français (1822-1888), natif du Born en haute Garonne, demeure encore relativement mal connu et , n’a fait l’objet jusqu’à ce jour d’aucune monographie. Sa participation au chantier de restauration de la cathédrale albigeoise sous l’égide de César Daly est l’occasion d’évoquer la carrière d’un artiste de talent


Le lundi 11 mars 2019


« Du prieuré de Fargue au musée de la Mode » par Gérard Alquier, historien albigeois.


Nous conterons l’histoire d’un lieu religieux de la cité épiscopale oublié aujourd’hui mais qui a joué un rôle très important au cours des siècles. Fondation de l’évêque au XIV° siècle, ce prieuré a abrité un couvent qui disparaît à la Révolution. Nous lèverons le voile sur cet épisode peu connu des Albigeois.

Conférences de la Société des Sciences Arts et Belles Lettres du Tarn

Séances publiques aux Archives départementales du Tarn à partir de 17 heures.

Mercredi 9 janvier 2019
 

« Désigner les lieux habités : les toponymes de la rive droite du Tarn à Albi » par Nicole LE POTTIER

Les rues de l’Escapadou, de Galinou ou des Molles ont conservé la trace de toponymes vieux de plusieurs siècles. Compoix de l’Ancien Régime et cadastres des 19e et 20e siècles permettent de retracer l’évolution des noms utilisés pour désigner maisons et bories, écarts et hameaux, dans les plaines du Bout du Pont de la fin du moyen âge à nos jours. S’écrit ainsi l’histoire de l’urbanisation progressive de la rive droite du Tarn.

Mercredi 13 février 2019

« Ici, ici dit la terre mouillée. Un poème d’Henry Cheyron illustré par Roger Pôl-Roux. Manuscrit de la Médiathèque d’Albi. » par Daniel LAONET


En 1987 Jacques Pons, conservateur de la Bibliothèque Rochegude, demanda à Roger Pôl-Roux d’illustrer des textes de poètes albigeois, dont Henry Cheyron. Puisant dans ses recueils, à partir de plusieurs textes écrits à des moments différents, il fit un seul poème intitulé Ici, ici dit la terre mouillée. La conférence visera à rappeler la mémoire d’Henry Cheyron à travers ces quelques strophes et à présenter les dessins que Pôl-Roux en fit. Tout au long du propos sera présente la question de savoir comment ces deux créateurs se sont accordés où s’ils ont maintenu, pour cette oeuvre commune, leur propre personnalité.

Mercredi 13 mars 2019

« Pourquoi avons-nous une statue de Jeanne d’Arc à Albi ? » par Jean-Pierre GLACHANT


Ce quartier appartenait à Dominique de Vésian, percepteur des tailles du Cardinal de Bernis. Il y avait son château avec parc, équivalent au domaine conjoint de Henri Paschal de Rochegude qui forme aujourd’hui le Parc Municipal bien connu. C'est Rose de Vésian qui en a hérité. Elle a été fiancée avec Lapérouse avant d’épouser Louis Pierre de Durand de Bonne de Sénégas, marquis de Sénégas. A sa mort en 1833 son neveu en hérite et le revend. Finalement il est devenu la propriété de la famille Crozes et son démembrement a commencé. Puis la séparation de l'Eglise et de l'Etat a fortement influencé le devenir de ce quartier. C'est dans ce contexte que sont nés ici le Collège Sainte-Marie et ... la statue de Jeanne d'Arc.


La communication sera suivie de l’ASSEMBLEE GENERALE

Mercredi 10 avril 2019

« Les ressources économiques de l’Hautpoulois d’après la collection Péreire (actes manuscrits du XIIIe au XVIIIe siècle) et les compoix d’Hautpoul-Mazamet (1597-1646-1696) » par Mireille ROYER-BENEJEAM


L’inventaire de la documentation conservée aux archives municipales de Mazamet et aux archives départementales du Tarn, entrepris par l’archéologue médiéviste Marie-Elise Gardel et par l’A.V.P.M., a été mené de front avec les quatre campagnes de prospection archéologique entre 2012 et 2015. Tout l’intérêt historique de l’Hautpoulois, situé sur le versant nord de la Montagne Noire, s’est ainsi révélé. Hautpoul-Mazamet, de part et d’autre de l’Arnette, a formé un ensemble médiéval exceptionnel, une coseigneurie à l’origine d’un castrum au XIe siècle, à laquelle se sont associées les seigneuries d’Aussillon, Aiguefonde et Caucalières selon le paréage de 1271, acte fondateur de l’Hautpoulois, aménagé par Jourdain de Saissac seigneur d’Hautpoul. Dans le cadre d’un projet culturel plus avancé, il convient de mieux cerner cette entité historique afin de connaître l’évolution du peuplement, de l’habitat et des ressources économiques, tels qu’ils apparaissent dans les actes de la collection Péreire et les compoix d’Hautpoul-Mazamet.

Mercredi 15 mai 2019

« Les manuscrits de Louisa Paulin à la médiathèque d’Albi : recherches et perspectives » par Grégory COSTON


Il y a maintenant près de 20 ans qu’ont été remis à la médiathèque d’Albi les manuscrits de Louisa Paulin qu’avaient en leur possession René Rouquier et Louis Campan. Loin d’avoir été entièrement examinés, voici qu’un nouveau fonds vient d’y être déposé, celui de Gustave Azaïs. Si l’oeuvre de la poétesse semble aujourd’hui relativement bien connue, l’ensemble de ces manuscrits laisse pourtant entrevoir de nouvelles perspectives. Grâce à leur examen, non seulement les contours de l’oeuvre se modifient mais des recherches sont menées. Peu à peu, des éléments sont découverts au sein de collections publiques ou particulières, et leur « contextualisation » vient alors jeter une lumière nouvelle sur la vie et le processus de création de l'écrivain.

Mercredi 11 septembre 2019

« Imbert de Salles dernier défenseur de Montségur » par Bernard MAHOUX


Imbert de Salles est le fils du seigneur de Salles sur Cérou, près de Cordes sur Ciel. Cadet sans fortune, contraint au métier des armes, il participera peut-être au retour du dernier Trencavel en 1240 avant d’aller se faire oublier dans les Corbières. Là il deviendra un familier de l’Église cathare et se mettra à son service comme escorteur de Parfaits. Basé ensuite à Montségur, il participera au massacre des inquisiteurs à Avignonet en 1242 et défendra jusqu’à la fin la forteresse cathare contre l’armée royale. Fait prisonnier il sera interrogé par l’Inquisition. Son récit est la principale source d’information sur les évènements d’Avignonet et sur le siège de Montségur. Il avait à Montségur comme compagne une fille du seigneur de Lavelanet.

Mercredi 13 novembre 2019

« Les conseillers d’arrondissement du Tarn (1800-1940) » par Jean LE POTTIER

Comme le conseil général avait été placé par Bonaparte auprès du préfet, le conseil d’arrondissement a, depuis le Consulat, joué à peu près le même rôle auprès du sous-préfet. Son rôle politique et administratif a été tellement modeste qu’il n’a pas été rétabli après la Seconde Guerre mondiale et qu’il est totalement oublié aujourd’hui. Nommés jusqu’en 1833, puis élus depuis, au suffrage censitaire puis, depuis 1848, au suffrage universel masculin, les conseillers d’arrondissement sont des intermédiaires entre les maires et les « grands élus » (conseillers généraux, députés et sénateurs). Il est donc intéressant de les étudier si l’on veut mieux comprendre, au niveau le plus fin, l’histoire de la sociologie et de la géographie électorales du département.

Mercredi 11 décembre 2019

« Les religieux et les couvents d’Albi » par Guillaume GRAS


Depuis Rabelais ironisant sur la vie des religieux jusqu'aux publicités vantant les mérites d'un fromage avec un bon moine bedonnant, nombre d'idées reçues circulent sur les ordres religieux. En étudiant religieux et couvents d'Albi à l'époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle), cette communication essaiera de faire comprendre combien les religieux ont été des acteurs incontournables de la vie culturelle, économique et sociale de la cité albigeoise et de ses environs. 

 

 

 

 

Mise à jour le 7 janvier 2019

 Mentions légales Plan du site Contact