Faire l'histoire d'un ancêtre mineur

Le fonds des houillères du Tarn a été conservé, enrichi et versé par les Houillères du Bassin d’Aquitaine, puis par les Houillères de Bassin du Centre et du Midi, deux établissements publics à caractère industriel et commercial.

Conservé à Carmaux, au Centre culturel Jean-Baptiste Calvignac, ce fonds regroupe les archives des différentes sociétés ayant exploité le charbon tarnais et ses sous-produits depuis le XVIIIe siècle.

Les aïeux ne sont pas hors de soi, mais en soi.

Léonora Miano, La saison de l'ombre (2013)

Un fonds varié

Vous y trouverez des documents produits par les différentes sociétés ayant exploité le charbon tarnais et ses sous-produits depuis le XVIIIe siècle :

  • 1 ETP 1 : la Société des Mines de Carmaux, active jusqu’en septembre 1944, et les sociétés antérieures.
  • 1 ETP 2 : la Société minière du Tarn (1881-1890), une entreprise de recherche, puis la Société des Mines d’Albi (1890-1944, septembre), une société d’exploitation qui deviendra la concurrente locale de la Société des Mines de Carmaux. Consulter l'inventaire ICI
  • 1 ETP 3 : la Compagnie générale industrielle (1921-1946), filiale de la Société des Mines de Carmaux, est spécialisée dans la production d’énergie électrique, de coke et d’agglomérés, ainsi que le traitement des sous-produits du charbon (goudron, benzol, sulfate d’ammoniaque…).
  • 1 ETP 4 : les Concessions houillères de Carmaux (1944, octobre - 1946) et d’Albi (1944, octobre - 1946) succèdent respectivement à la Société des Mines de Carmaux et à la Société des Mines d’Albi ; viennent ensuite les Houillères du Bassin d’Aquitaine (Groupe Tarn) (1946-1968), puis les Houillères de Bassin du Centre et du Midi (Houillères d’Aquitaine, puis Unité d’exploitation Tarn) (1969-2004) : sont réunies ici les archives des houillères du Tarn requises puis nationalisées. Charbonnages de France assure la gestion de ce qui reste des sites de 2004 jusqu’à sa propre dissolution, le 1er janvier 2008.

Le traitement du fonds des houillères du Tarn est en cours. Il passe par l’enrichissement, l’homogénéisation et la normalisation des instruments de recherche. Seuls le classement et la cotation de 1 ETP 2 sont achevés.

→ A savoir

Dans le Centre culturel Jean-Baptiste Calvignac sont conservés en outre :

  • La bibliothèque de la Société des Mines de Carmaux
  • Un fonds documentaire spécialisé sur le Carmausin
  • Les Archives municipales de Carmaux

Quels documents trouve-t-on ?

Parmi les registres d’entrées, de sorties et de mutations, ainsi que les états et dossiers nominatifs (notamment ceux de reconstitutions de carrières), quelques pièces sont particulièrement précieuses pour la recherche d’informations sur son ancêtre :

Dans 1 ETP 1 :

  • Les albums de photos prises lors de l’embauche (ils sont classés par ordre alphabétique des ouvriers français et étrangers et mentionnent les numéros matricules, dates d’entrées et parfois de sorties).
  • Les registres nominatifs des agents commissionnés, c’est-à-dire des cadres.
  • La correspondance relative à l’embauche des réfugiés et des étrangers.
  • Le registre des décisions du conseil d’administration relatives au personnel (elles portent sur la nomination des directeurs et ingénieurs, les appointements).
  • Les états de paie des ouvriers et employés.
  • Les registres d’inscription des livrets d’ouvriers et d’enfants.
  • Le « registre des délibérations pour la régie des mines de charbon de terre de Cramaux ». Cramaux est une ancienne graphie de Carmaux.

Dans 1 ETP 2 :

  • Le grand livre d’inscription des ouvriers français.
  • Le « répertoire auxiliaire au grand livre du personnel pour l'inscription d'ouvriers étrangers ».
  • Les registres de contrôle des entrées et sorties de la main-d’œuvre polonaise.
  • Les dossiers relatifs aux réfugiés sarrois et aux travailleurs polonais venus des camps.
  • Les états de paie des ouvriers.
  • Les feuillets signalétiques des employés.

Dans 1 ETP 3 :

  • Les registres d’inscription avec index nominatifs individuels.
  • Les états nominatifs et numériques des mouvements du personnel.

Dans 1 ETP 4 :

  • Ces documents étant plus récents, les conditions d’accès et d’utilisation sont plus contraignantes mais on peut citer tout de même les photos effectuées à l’occasion d’articles pour le journal de l’entreprise.

Où sont les dossiers du personnel ?

Les registres matricules et dossiers nominatifs du personnel des houillères nationalisées sont conservés par l’Agence nationale pour la Garantie des Droits des Mineurs.

Elle peut vous envoyer une copie du dossier de votre ascendant, à condition que vous précisiez, dans votre demande, son nom et celui de son employeur, ainsi que son numéro matricule. Le dossier peut contenir une photo. 

Où s’adresser ?

  • Centre culturel Jean-Baptiste Calvignac, 24 avenue Bouloc-Torcatis, 81400 Carmaux
    • Contacter par téléphone au 05 63 76 09 75 ou par  Email les Archives municipales de Carmaux
    • Contacter par téléphone au 05 63 76 09 76 ou par Email le responsable du fonds des houillères du Tarn
  • Agence nationale pour la Garantie des Droits des Mineurs, Service des Archives, Avenue de la Fosse, 23 62221, Noyelles-sous-Lens

Au fil des archives