État civil

Très tôt, les autorités religieuses et le pouvoir royal sont conscients de la nécessité de conserver les actes de baptêmes, mariages et sépultures.

Dès 1539, on enregistre les baptêmes puis, à partir de 1579, les mariages et les sépultures. Cet enregistrement des actes est effectué par le curé de chaque paroisse qui constitue des registres paroissiaux.

Quatre sous-séries de l'ancien régime au XXe siècle

Les registres paroissiaux les plus anciens conservés dans le Tarn sont ceux de la paroisse Saint-Pierre de Dourgne et de la paroisse Saint-Georges de Saint-Juéry. Ils sont de l’année 1575.

L’intégralité de l’état civil du département des origines à nos jours est regroupée aux Archives départementales du Tarn au sein de quatre sous-séries :

  • 1 E - Registres paroissiaux de la collection communale ; ils sont déposés aux Archives départementales.
  • 2 E - Registres paroissiaux de la collection du greffe ; ils ont été versés par les tribunaux aux Archives départementales du Tarn.
  • 4 E - Actes d’état civil de la collection du greffe versés par les tribunaux.
  • 5 E - Tables décennales ; deux collections sont conservées aux Archives départementales, celle de la Préfecture de 1793 à 1882 et celle du greffe de 1793 à aujourd’hui.

État civil numérisé

Les registres de toutes les paroisses et communes du département du Tarn ont été numérisés jusqu’aux années 1950 pour l’arrondissement d’Albi et jusqu’en 1932 pour l’arrondissement de Castres. Les tables décennales ont été numérisées pour la plupart des communes jusqu’en 1982. Accès ICI